La médecine chinoise. Santé, forme et diététique

Odile Jacob (28 janvier 2010)

Le Dr Jean-Marc Eyssalet est médecin acupuncteur, directeur de l’Institut de développement en énergétique et sinologie de Paris, membre du Collège français d’acupuncture, chargé de cours à l’université Paris-XIII-Bobigny et auteur de nombreux ouvrages consacrés à l’exploration des grands thèmes de la pensée chinoise appliqués à l' » entretien de la vie ». Evelyne Malnic est journaliste, auteur de nombreux ouvrages dans le domaine de l’art de vivre, de l’acupuncture, de la gastronomie, du vin…

La médecine chinoise. Santé, forme et diététique

Découvrez tout ce que la médecine chinoise peut vous apporter. En suivant les recommandations de cette médecine millénaire, vous apprendrez à protéger et à renforcer votre organisme face aux agressions. Saison après saison et mois par mois, retrouvez : des conseils pour stimuler ou freiner vos énergies; des exercices de respiration pour affronter les déséquilibres de notre mode de vie; plus de 100 recettes basées sur les qualités énergétiques des aliments courants. Ce livre vous initiera aux principes fondamentaux de la médecine chinoise. Une invitation à découvrir l’art de nourrir la vie pour entretenir sa forme, harmoniser l’énergie vitale et protéger sa santé.

Nicanor Perlas : une nouvelle dynamique sociétale

Editions Yves Michel (2 novembre 2009) par Sylvette Escazaux

Engagée par conviction dans les réseaux de la société civile luttant pour le respect du vivant, Sylvette Escazaux participe depuis 2003 au réseau de développement de la triarticulation sociale initié par Nicanor Perlas, aux mouvements de résistance aux cultures OGM, et de promotion de l’agriculture biologique (Nature et Progrès).

 Nicanor Perlas : une nouvelle dynamique sociétale

Comment parvenir à une transformation de notre société dans un monde dominé par des macro-processus sur lesquels nous n’avons pas prise ? Comment surmonter le désespoir et vaincre l’apathie ? En d’autres mots : Comment agir dans le monde ? Ce sont ces questions de fond qu’ont explorées un groupe de citoyens réunis autour de Nicanor Perlas. A partir de cette expérience collective, l’auteur a extrait des repères pour un positionnement et une action dans le monde, pour tout citoyen concerné par les défis de notre époque : une vision, des réponses, et des outils. Celles et ceux qui perçoivent la nécessité de tenir compte de toutes les dimensions de l’être et de s’y relier pour relever les défis actuels, qui ne se résignent pas à la destruction imprimée par la logique économique, trouveront une nourriture essentielle dans ce livre. Il n’élude aucun obstacle : la réflexion centrale sur l’identité ; les conflits au sein des collectifs du mouvement social ; être socialement créatif ;  » créer le futur  » ; les entraves aux initiatives créatrices de la société civile. Il introduit une vision assignant un rôle spécifique aux trois sphères de la société : politique, économique et culturelle (la société civile). En phase avec la dynamique des  » créatifs culturels « , se profilent des pistes d’actions citoyennes fécondes et durables.

Biographie de l’auteur

 

Tout est conscience-une voie d’éveil bouddhiste

Editions Albin Michel (17 février 2010)

Jean-Marc Vivenza, auteur de Nâgârjuna et la doctrine de la vacuité, poursuit ici son exploration limpide des philosophies fondatrices du bouddhisme ancien.

Née au IVe siècle de notre ère au Gandhara, l’école du Yogâcâra ou voie de  » l’esprit seul  » est l’une des écoles philosophiques bouddhistes les plus fécondes. Ses idées ont imprégné la pensée bouddhique à un point tel qu’on ne les distingue plus de l’enseignement originel du Bouddha. Ses maîtres enseignent l’inexistence pure et simple du monde de l’illusion et de l’impermanence. Tout ce à quoi nous sommes attachés, tout ce qui pour nous est chargé de vérité et de sens, ne relève que d’une trompeuse construction de l’esprit nous enchaînant à un rêve qui, il faut bien l’avouer, n’est en général qu’un triste cauchemar.

 


 

« VIANDES : UN ARRIÈRE GOÛT DE DÉFORESTATION »

vu sur WWF France

L’utilisation massive de soja dans l’alimentation animale, principale cause de la déforestation du Cerrado au Brésil.

A la veille du salon de l’agriculture de 2012, le WWF France sort un rapport intitulé « Viandes : un arrière goût de déforestation » qui dénonce la dépendance de la France aux importations de soja pour l’alimentation des volailles et du bétail et démontre que l’expansion de cette culture en Amérique du Sud dégrade les écosystèmes de ce continent.

 

 

> La culture de soja, cause de déforestation

Alors que l’édition 2012 du salon international de l’agriculture s’apprête à ouvrir ses portes, nous avons tendance à oublier que le bétail français est nourri avec de grandes quantités de matières premières issues de monocultures intensives qui participent à la déforestation.

Principalement destiné à nos élevages, le soja, issu de monoculture intensive en Amérique du sud, est aujourd’hui la matière première alimentaire la plus importée en France. Le rapport du WWF France révèle que nos besoins en soja représentent l’équivalent de la superficie de deux départements français la Gironde et les Landes.

> Le Cerrado, un joyau brésilien oublié qui disparaît

Au Brésil, les surfaces de production de Soja sont passées de 1,7 millions à 21,7 millions d’hectares en à peine 40 ans. Cet accroissement exponentiel a généré une déforestation massive de la forêt atlantique jusqu’à l’Amazonie. Le Cerrado, savane boisée brésilienne de 2 millions de km² (1/5ème du Brésil) hébergeant 5% de la biodiversité mondiale avec plus de 5000 espèces endémiques, est aujourd’hui l’éco-région la plus touchée par l’expansion de la culture du soja. 49% de sa surface a d’ores et déjà disparu au profit des cultures intensives.

Cette déforestation en plus d’entraîner une perte importante de la biodiversité et une érosion des sols massive, accélère également le dérèglement climatique et perturbe fortement le cycle de l’eau en augmentant les sécheresses.

Outre les conflits sociaux qu’elle provoque avec les communautés locales, la culture du soja est une monoculture intensive qui entraîne une forte augmentation de l’usage des intrants chimiques en Amérique du sud. 70 à 75% de la production mondiale de soja est génétiquement modifiée ce qui généralise l’utilisation de glyphosate [1] .

> Les importations de soja en chiffres

En 2010, la France importait 4,6 millions de tonnes de soja sous forme de tourteaux, d’huile, de graines de farine et de sauces. 90 % de ces volumes étaient destinés à l’alimentation animale principalement sous forme de tourteaux et 70 % provenaient directement d’Amérique du sud. La France est aujourd’hui la 3ème importatrice mondiale de soja brésilien.

Les besoins d’un français pour satisfaire son alimentation carnée représentent l’équivalent de la superficie d’un terrain de basket de culture de soja.

La filière avicole (volaille et œuf) absorbe 58% du soja destiné à l’alimentation animale . 30% sont destinés à la filière bovine, notamment pour les vaches laitières, et12% pour l’élevage porcin .

Pour lire la suite de l’article

 

Raoni proteste contre la construction du barrage de Belo Monte

vu sur le site http://raoni.fr/actualites-289.php

 

Chères amies, chers amis,

connu dans le monde entier pour son combat visant à préserver la forêt amazonienne et la culture des peuples y vivant, le Chef kayapo Raoni a récemment fait part au monde d’une situation extrêmement préoccupante concernant l’invasion de territoires indigènes sur lesquels il veille. Des intrus armés, présents en totale illégalité, éclaireurs probables d’une invasion plus massive, ont passé à tabac un indien et détruit un véhicule appartenant à sa communauté. D’autres ont établi des auberges et autres exploitations clandestines dans la même zone. Raoni attend le décret présidentiel permettant la démarcation et donc la sécurisation de cette zone (appelée par les kayapo Kapot Nhinore) depuis près de vingt ans. Celle-ci a été « oubliée » en 1994 lors d’un précédent tracé effectué par le gouvernement, après une mémorable campagne planétaire de levée de fonds aux côtés du chanteur Sting.

Après avoir vainement sollicité l’arbitrage des autorités suite aux incidents récents, les kayapos ont décidé d’établir un camp d’environ 120 personnes dans la zone envahie, afin d’effectuer eux-mêmes le travail de sécurisation de leur territoire. Ils veulent, par cette action forte, inciter le gouvernement brésilien à prendre ses responsabilités et à tenir ses engagements en ce qui concerne la reconnaissance légale de leur territoire.

Aujourd’hui Raoni et son peuple, qui font également face à la construction du barrage de Belo Monte en aval du fleuve Xingu, sollicitent notre aide pour financer ce campement de résistance et d’alerte, à haute valeur symbolique, qu’ils comptent tenir jusqu’à ce que le gouvernement fédéral exproprie les colons et valide la démarcation de Kapot Nhinore. Leur détermination est totale et ils se disent prêts à tenir des années s’il le faut.

Vos dons, collectés par l’ONG américaine Amazon Watch, en partenariat avec l’association Planète Amazone, permettront aux 140 guerriers de Raoni d’être régulièrement ravitaillés (alimentation, médicaments, équipements de première nécessité), de se soigner, de se protéger des insectes et de se déplacer par véhicule dans cette zone isolée, afin d’effectuer leur mission de surveillance.

Nicolas Hulot connait bien l’action du Chef Raoni pour avoir tourné avec lui sa dernière émission Ushuaïa (non encore diffusée) et souhaite le soutenir dans son combat
 » Le chef Raoni se bat pour son peuple, mais aussi sans relâche et pacifiquement pour préserver ce patrimoine commun de l’humanité dont nous bénéficions tous parfois sans même le savoir. Les clés du futur sont aussi dans ce réservoir irremplaçable de biodiversité et de ressource qu’est la forêt amazonienne. En stockant le CO2, la forêt amazonienne, conditionne notre destin. Nous sommes liés au sort des indiens Kayopos. Mais plus encore il y va de notre dignité qu’aujourd’hui l’on cesse enfin d’anéantir l’une des plus belles civilisations, la civilisation indienne. Aujourd’hui, il a besoin de notre soutien »

 

 

 

 

 

Moebius nous a quitté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les formes chez Moebius sont ainsi constamment en devenir. Du végétal au minéral, de l’humain à l’animal, les corps se transforment, les jeunes vieillissent tout à coup. Les espaces et les thèmes abordés invitent l’oeuvre à se déployer: « Le désert, le rêve, la méditation, les cristaux sont autant de « métaprocessus » destinés à provoquer une sortie du corps, à transgresser les normes, à entrer en transe pour créer de nouvelles formes. Ces expériences intenses lui permettent d’explorer l’étrange, le fantastique et de défier à travers ses dessins, les lois de la rationalité et de la vraisemblance »

pour lire l’article

 

prix Nobel de physique pour la découverte de l’accélération de l’expansion de l’univers

   vu sur : http://www.20minutes.fr/sciences/799456-prix-nobel-physique-decerne-perlmutter-schmidt-riess

 

 

SCIENCES – Les chercheurs ont découvert le phénomène d’accélération de l’expansion de l’Univers…

Les astrophysiciens Saul Perlmutter, Brian Schmidt et Adam Riess se sont vus attribuer ce mardi le prix Nobel de physique. Ils sont récompensés pour leur travaux, qui ont permis de révéler «l’accélération de l’expansion de l’Univers» grâce à «l’observation de supernovas lointaines», a révélé l’académie royale suédoise des Sciences dans un communiqué.

Permutter, 52 ans, et Riess, 42 ans, sont Américains, tandis que Schmidt, 44 ans, possède la double nationalité américaine et australienne.

Saul Permutter, responsable du «Supernova cosmolgy project» , une des deux équipes qui a permis de mener à la découverte, touchera la moitié de la récompense de 10 millions de couronnes suédoises. Brian Schmidt et Adam Riess se partageront l’autre moitié. Les vainqueurs recevront leur prix  lors d’une cérémonie qui aura lieu le 10 décembre.

«Cela semblait complètement fou comme résultat»

«Ils ont étudié plusieurs dizaines d’étoiles en explosion, appelées supernovae, et découvert que l’expansion de l’univers accélère constamment. Cette découverte a été une surprise totale pour les lauréats eux-mêmes», a déclaré l’Académie royale des sciences. Cette découverte remonte à 1998, dix ans après les premiers travaux lancés par Saul Perlmutter et son équipe, quatre ans après ceux entamés par Brian Schmidt et Adam Riess.

Les chercheurs s’en sont rendu compte en étudiant les supernovae très éloignées, dont ils ont observé la lumière pâlir. «Cela semblait complètement fou comme résultat et je crois qu’on avait un peu peur», s’est souvenu Brian Schmidt lors d’une conférence de presse téléphonique. Depuis les années 1920, on sait que l’univers s’étend, conséquence du Big Bang il y a 14 milliards d’années, mais on ignorait jusqu’aux travaux du trio que cette expansion allait en s’accélérant. Si cette accélération se poursuit, prédisent d’ailleurs les chercheurs, l’univers finira glacé.

Cette accélération serait due à l’énergie noire, une sorte de gravité inversée, qui repousse tout ce qui s’en approche. L’énergie noire, qui demeure une des grandes énigmes de la physique, constituerait les trois quarts de l’univers.

Le prix Nobel de physique a été créé il y a 110 ans, en 1901. Il avait été décerné cette année-là à l’inventeur des rayons X, l’Allemand Wilhem Röntgen.

Une start-up française innove avec une nouvelle classe d’antidouleurs

vu sur http://www.lemonde.fr/sciences

Une nouvelle classe d’antidouleurs fonctionnant sur un mécanisme naturel a été mise au point par une start-up française qui a présenté mercredi 7 mars des premiers résultats encourageants laissant espérer une commercialisation d’une nouvelle molécule à l’horizon 2017.

« Aucun type d’analgésique avec un tel potentiel d’efficacité n’a été mis sur le marché au cours des vingt dernières années en dépit d’une recherche particulièrement active », assure le Pr Bernard Roques, cofondateur de la start-up Pharmaleads, qui conduit ces recherches.

« MORPHINES INTERNES »

Le principe d’action se base sur les enképhalines, des « morphines internes »secrétées naturellement par le corps, sur lesquelles le Pr Roques travaille depuis plus de trente ans. Les enképhalines « donnent la même réponse analgésique » que la morphine, dérivé de l’opium bon marché abondamment utilisé dans les hôpitaux pour soulager la douleur.

Mais les enképhalines ont le désavantage d’avoir « un temps de vie extrêmement court car elles sont dégradées très rapidement par deux enzymes », explique le PrRoques. « L’idée très simple » du PL37, la molécule mise au point par Pharmaleads,« c’est d’inhiber complètement ces deux enzymes, ce qui va augmenter la concentration des enképhalines dans le corps avec un effet puissant, un temps de vie très long et une réponse de type morphinique ».

pour lire la suite de l’article