Journée mondiale de l’eau : les chiffres étonnants de l’or bleu

vu sur Futura-sciences.com

 l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, célébrée le vendredi 22 mars dans le monde entier, les responsables politiques se réunissent à La Haye, sur le thème de la coopération. Le but est de sensibiliser, tant au niveau local que national, à la nécessité de faciliter le dialogue entre les différents acteurs. Dans ce contexte, Futura-Sciences revient sur les chiffres clés autour de l’eau douce.

3.800 km3 d’eau douce sont consommés par an dans le monde. Près de 70 % sont utilisés pour l’agriculture. Cette exploitation conséquente s’explique par l’élevage et l’irrigation massive. Dans la plupart des pays en voie de développement, 90 % de l’eau douce sert à arroser les terres. L’Asie représente plus des deux tiers des terres irriguées dans le monde, et laculture du riz s’y est intensifiée pour faire face à l’augmentation de la population. L’industrie contribue pour 20 % de la consommation annuelle d’eau douce : elle l’utilise pour laver, chauffer ou refroidir. L’eau permet aussi la réalisation de réactions chimiques et le transport par canalisation. Enfin, les 10 % restants concernent l’utilisation domestique.

1,6 milliard d’Hommes vivent dans les pays en pénurie d’eau. Un pays est considéré en pénurie d’eau lorsque la demande en eau excède les réserves dont il dispose. Au cours du XXe siècle, la consommation d’eau a augmenté deux fois plus rapidement que la population. Pourtant, la quantité d’eau douce disponible actuellement est encore insuffisante pour alimenter la population mondiale. Le problème réside dans la répartition géographique inégale de cet or bleu. L’Afrique subsaharienne est la région qui abrite le plus de pays en stress hydrique (voir la carte ci-dessous). L’Asie du Sud accuse également un sérieux déficit d’eau. Les prévisions indiquent que d’ici 2030, 47 % de la population mondiale vivra dans des zones en pénurie d’eau.

Beaucoup de Somaliens et de Turkanas (Afrique de l'Est) se sont rendus au camp de réfugiés de Kakuma au Kenya, en raison d'un manque d'eau et de nourriture sur leurs terres.
Beaucoup de Somaliens et de Turkanas (Afrique de l’Est) se sont rendus au camp de réfugiés de Kakuma au Kenya en raison d’un manque d’eau et de nourriture sur leurs terres. © Kate Holt

Deux millions de tonnes d’eaux usées sont déchargées dans les cours d’eau naturels chaque année. Les eaux usées sont les eaux d’égout, ou issues des déchets industriels et agricoles. Leur traitement est le premier enjeu de santé publique : plus de 4.000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour en raison de diarrhées liées au non-traitement des eaux usées. En France, 82 % des logements sont raccordés au réseau de collecte et de traitement collectif. Toutefois, il existe encore quelque 1,1 million de logements qui rejettent leurs effluents dans la nature sans aucun traitement.

En France, plus de 100 µg/l de résidus médicamenteux se retrouvent dans les effluents et les eaux résiduaires. La France est le quatrième consommateur de médicaments au monde : sur le marché hexagonal, il en existe plus de 3.000 pour humains et 300 pour animaux. Quand l’Homme consomme un médicament, il le rejette dans les eaux usées, par le biais de ses déjections. La concentration de médicaments dans l’eau potable est de l’ordre du nanogramme par litre en France. Si l’on ne mesure pas encore bien les risques de la présence de médicaments dans l’eau potable, des effets sur les poissons de rivière ont déjà été rapportés. Ainsi, lesœstrogènes féminiseraient les poissons, et les anxiolytiques les rendraient agressifs.

NATUROPOLIS

 

 

ARTE

 

 

 

Plus de la moitié de l’humanité vit désormais en ville. Parallèlement, la faune et la flore investissent de plus en plus les milieux urbains. Avec une conséquence surprenante : les relations entre les animaux et les hommes n’ont jamais été aussi nombreuses, denses et riches ! Pour la première fois, l’exploration de la biodiversité est placée au coeur de la ville et des activités humaines. Et pour la première fois, la ville est appréhendée au travers de la nature qui s’y déploie. Dans Naturopolis, acteurs, penseurs, scientifiques, rêveurs et bâtisseurs de demain nous invitent à explorer les richesses naturelles méconnues de quatre mégalopoles : New York, Paris, Rio de Janeiro et Tokyo. Cet épisode emboîte le pas d’un personnage hors-norme, Frédéric Durand, à la fois scientifique, naturaliste, poète et visionnaire. C’est à travers ses yeux que nous explorons la Grosse Pomme : un regard proche de celui des naturalistes d’antan, capables à la fois de déchiffrer les énigmes scientifiques, de se passionner pour les hommes, de vibrer à la poésie du monde.

Le « Monsanto act »

 

Le Monde :

 

C’est un amendement discret glissé dans une loi budgétaire pour l’agriculture aux Etats-Unis, mais il provoque scandale et stupéfaction chez les défenseurs de l’environnement et les ennemis des OGM : la justice américaine ne pourra plus s’opposer aux mises en culture de plantes génétiquement modifiées, même si leur homologation est contestée devant un tribunal. Une disposition perçue comme un cadeau aux géants de l’agrochimie, Monsanto en tête.

 

 

 

 

Que dit l’article 735 de ce texte de loi, affublé du surnom de « Monsanto Protection Act » et désormais voté par le Congrès et approuvé par le président Barack Obama ? Que « dans le cas où une décision[d’autorisation de culture] est ou a été invalidée ou annulée, le ministère de l’agriculture doit (…), sur simple demande d’un cultivateur, d’un exploitant agricole ou d’un producteur, accorder immédiatement une autorisation ou une dérogation temporaire. »

Au cas où la finalité commerciale de l’opération n’irait pas de soi, l’article précise que les autorités doivent « s’assurer que les cultivateurs ou d’autres acteurs sont en mesure de déplacer, planter, cultiver, introduire dans le commerce » les semences en question et les cultures qui en sont issues.

Pour Greenpeace Canada« la signature de cette loi par le président Obama ne permettra plus aux tribunaux américains d’empêcher la vente et la plantation de plantes OGM même si elles n’ont pas été approuvées par le processus pourtant déjà laxiste des autorisations et quelles que soient les conséquences pour l’environnement ou la santé ».

Les ONG soupçonnent le sénateur républicain du Missouri, Roy Blunt, décrit par le magazine Mother Jones, le 4 avril, comme « l’homme de Monsanto à Washington », d’être l’auteur de cet amendement. La firme a son siège à Saint Louis et finance de longue date les campagnes politiques de M. Blunt.

D’autres élus ont tenté de s’opposer au texte, comme le sénateur démocrate du Monatana Jon Tester. Selon lui, par cette loi, le gouvernement contraint son propre ministère de l’agriculture à « ignorer une décision d’un tribunal qui interdise la plantation de cultures OGM parce qu’elles sont illégales ». Une autre sénatrice démocrate, Barbara Mikulski (Maryland), a présenté des excuses publiques pour l’adoption de cette loi.

LA CRAINTE D’UN DANGEREUX PRÉCÉDENT

La mesure a révolté les milieux démocrates et écologistes – une pétition baptisée « Food Democracy Now » a déjà recueilli 250 000 signatures. Mais le très droitier Tea Party a lui aussi fait part de sa colère face à une opération de lobbying qui fausse la libre concurrence. Les entreprises devraient « respecter les règles du libre-marché comme tout le monde, au lieu de recruter des lobbyistes pour réécrire les règles à leur profit à Washington », écrit ainsi le think tank conservateur Freedom Works.

Le « Monsanto Protection Act » est censé n’être que provisoire : la loi dans laquelle il s’inscrit expire en principe au mois de septembre. Mais les défenseurs de l’environnement craignent que la décision ne crée un dangereux précédent.

Sur son site Internet, la firme de Saint Louis dément toutes ces accusations, les qualifiant de « scénario de série B ». L’article de loi incriminé « ne contient aucune référence à Monsanto, protection de Monsanto ou bénéfice pour Monsanto », souligne le groupe agrochimique.

Cette affaire intervient alors que Monsanto, dont les semences alimentent 93% du soja, 88% du coton et 86% du maïs aux Etats-Unis, a annoncé, mercredi 3 avril, une hausse de 22% de ses bénéfices au deuxième trimestre. Et au moment où les Etats-Unis font pression sur l’Europe, dans le cadre de la négociation d’un accord de libre-échange, pour que les Vingt-Sept simplifient leur réglementation en matière d’importation de produits OGM, jugée « inapplicable » et « lourde », lundi 1er avril par le Bureau au commerce extérieur américain dans un rapport sur les mesures sanitaires dans le monde.

Pas de consensus européen pour la défense des abeilles

Vu sur le site de la Croix

Au sein du comité d’experts, les 27 sont restés divisés sur le sujet

La commission soumettra à nouveau au vote sa proposition en partie remaniée lors d’un prochain comité d’experts

Le 16 janvier, dans un avis scientifique, l’Agence européenne de sécurité alimentaire (Efsa) a fait état de risques élevés pour les abeilles associés à l’utilisation de trois insecticides dits néonicotinoïdes. Ces substances, la clothianidine, l’imidaclopride et le thiaméthoxame, plus connus sous leurs noms commerciaux de Cruiser, Gaucho, etc. sont les insecticides les plus utilisés dans le monde (sous forme d’enrobage de semences ou de granules dans les cultures).

LES ÉTUDES DE L‘AGENCE EUROPÉENNE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
L’Efsa détaille les moyens de contamination des pollinisateurs via le pollen, le nectar, les poussières et la guttation (les gouttelettes excrétées par les plantes) tous pouvant être fatals aux abeilles. Concernant le pollen et le nectar, « seule l’utilisation sur des cultures n’attirant pas les abeilles a été considérée comme acceptable », estime l’agence. Les poussières se révèlent délétères notamment sous serre. Quant à la guttation la seule évaluation des risques finalisée concernant le maïs traité avec du thiaméthoxame montre un « effet aigu » sur les abeilles.

Ce constat particulièrement sévère tranche une vieille polémique sur la responsabilité des pesticides dans le phénomène massif de mortalité des abeilles par ailleurs affaiblies et décimées par des virus et parasites et par l’absence de nourriture générée par la monoculture de l’agriculture intensive.

METTRE FIN À LA CACOPHONIE EUROPÉENNE
Forte de l’avis scientifique émis par son agence d’experts, la commission européenne souhaitait mettre un terme à la cacophonie concernant l’usage de ces substances au sein de l’Union en poussant les États à adopter une réglementation commune. En effet plusieurs d’entre eux ont pris des mesures partielles et diverses de suspension de l’usage de certaines de ces substances.

Ainsi la France a-t-elle retiré l’autorisation de mise sur le marché du Cruiser OSR utilisé en traitement de semence pour le colza au printemps dernier. Tandis que d’autres pays tels l’Italie ou l’Allemagne en ont restreint l’usage pour le maïs. Les Pays-Bas ont ciblé les plantes butinées par les abeilles, la Slovénie a opté pour une interdiction généralisée.

L’ABSTENTION DE L’ALLEMAGNE ET DU ROYAUME-UNI
La commission européenne a donc soumis au vote vendredi 14 mars au comité d’experts sur la chaîne alimentaire et la santé animale regroupant les 27 États membres une proposition d’interdiction de l’usage de ces substances sur les cultures de maïs, colza, tournesol et coton pendant deux ans. Or la majorité qualifiée aux deux-tiers n’a pu être atteinte, treize pays ayant voté pour (dont la France, l’Italie, l’Espagne et la Pologne), neuf contre (République tchèque, Slovaquie, Roumanie, Irlande, Grèce, Lituanie, Autriche, Portugal et Hongrie) et cinq s’étant abstenus. Deux des poids lourds européens, l’Allemagne et le Royaume-Uni, qui pèsent chacun pour 29 voix comme la France, ne se sont pas prononcés.

« C’est une façon claire de faire échouer le vote, sans voter contre », réagit François Veillerette, porte-parole de Générations Futures, ONG qui milite contre les pesticides. « On ne peut pas soupçonner les experts de l’Efsa d’être de dangereux écologistes. À quoi sert l’agence si lorsqu’elle produit un rapport clair et que la commission la suit, les États membres n’en tiennent pas compte ? », interroge-t-il.

LA COMMISSION EUROPÉENNE FERA UNE NOUVELLE PROPOSITION
La commission fera une nouvelle proposition d’interdiction en prenant en compte diverses requêtes. « L’idée générale reste l’interdiction mais il y a des variations sur le thème selon le type de plantes, la saison, l’usage des pesticides ou si la substance est intégrée ou non à la semence », a commenté au site Euractiv, Frédéric Vincent, porte-parole du commissaire européen à la santé Tonio Borg.

«Le scénario de l’effondrement l’emporte»

INTERVIEW Dès le premier sommet de la Terre de 1972, le chercheur américain Dennis Meadows partait en guerre contre la croissance. A la veille de la conférence «Rio + 20», il dénonce les visions à court terme et dresse un bilan alarmiste.

Par LAURE NOUALHAT
En 1972, quatre jeunes scientifiques du Massachusetts Institute of Technologie (MIT) rédigent à la demande du Club de Rome un rapport intitulé The Limits to Growth (les Limites à la croissance). Celui-ci va choquer le monde. Leur analyse établit clairement les conséquences dramatiques d’une croissance économique et démographique exponentielle dans un monde fini. En simulant les interactions entre population, croissance industrielle, production alimentaire et limites des écosystèmes terrestres, ces chercheurs élaborent treize scénarios, treize trajectoires possibles pour notre civilisation.

Nous sommes avant la première crise pétrolière de 1973, et pour tout le monde, la croissance économique ne se discute pas. Aujourd’hui encore, elle reste l’alpha et l’oméga des politiques publiques. En 2004, quand les auteurs enrichissent leur recherche de données accumulées durant trois décennies d’expansion sans limites, l’impact destructeur des activités humaines sur les processus naturels les conforte définitivement dans leur raisonnement. Et ils sont convaincus que le pire scénario, celui de l’effondrement, se joue actuellement devant nous. Rencontre avec l’un de ces scientifiques, Dennis Meadows, à la veille de la conférence de Rio + 20.

 

Pour lire la suite

Pour rejoindre la page de la décroissance

 

Monoprix s’engage contre les oeufs de poules élevées en cage

 

C’est une première en France, et ce n’est pas un poisson d’avril. A dater du 1eravril, tous les œufs des marques Monoprix seront certifiés issus de poules élevées en sol, en plein air ou en agriculture biologique. « Les quatre références d’oeufs issus de poules élevées en cage à marque Monoprix disparaîtront donc des rayons de l’enseigne « , précise la chaîne de supermarchés française dans un communiqué datant du mardi 5 février. Soit dans les 300 magasins de l’enseigne en France, selon la volonté « de promouvoir une consommation responsable ».

En Belgique, aux Pays-Bas ou en Allemagne, de nombreux distributeurs ont déjà fait une croix sur les oeufs de poules élevées en cage. Ailleurs, d’importantes chaînes de supermarché s’y mettent : Coop en Italie, Sainsbury’s au Royaume-Uni. En France, rien jusqu’à présent.

« Monoprix sera donc la première chaîne de supermarchés française à exclure un produit de sa marque du fait des souffrances animales générées », souligne l’association L214, pour qui cet engagement « est un pavé dans la mare pour les autres enseignes et les grandes marques d’œufs ». Une victoire qui est aussi la sienne, puisque cette association, spécialisée dans la protection des animaux utilisés pour l’alimentation, bataille depuis près de deux ans auprès de l’enseigne pour la convaincre de prendre cette décision.

Pour lire la suite de l’article