« Si vous voulez comprendre l’univers, pensez à l’énergie, à la fréquence et à la vibration. » ~ Nikola Tesla

Arcturius.org

Regardez cette expérience de résonance extraordinaire…. La géométrie sacrée du son

Ces résultats sont tirés de l’expérience aux figures de Chladni à l’aide d’un générateur de sons, un pilote WAVE (système de haut-parleur) et une plaque métallique fixée au haut-parleur. Ajoutez du sable à la plaque et commencez ensuite à jouer une tonalité.

Certaines fréquences font faire vibrer la plaque en métal de façon à ce qu’elle crée des zones où il n’y a aucune vibration. Le sable « se verse » sur ces zones en créant de beaux motifs géométriques. Lorsque la fréquence augmente les motifs à pas graphique dans les modes de tangage deviennent plus complexes.

Les “Cymatics” (expérience d’une interaction physique avec leur environnement sonore) révèlent la symétrie étrange et belle dans l’œuvre de la nature.

Inspirées par le travail du Dr Hans Jenny, les images sont le miroir des symétries trouvées dans le monde naturel, des formes dissimulées dans les flocons de neige aux formations nuageuses hexagonales massives trouvées sur Saturne.

« Si vous voulez comprendre l’univers, pensez à l’énergie, à la fréquence et à la vibration. » ~ Nikola Tesla

Le monothéisme du marché : une religion qui n’ose pas dire son nom

 

Roger Garaudy

extraits du Chap 2 -LE MONOTHÉISME DU MARCHÉ

Etats-Unis avant garde décadence

 

De l’une à l’autre forme de marché il y a une première différence:
l’existence d’un intermédiaire, la monnaie, servant, à l’origine, d’instrument de mesure pour ramener à un dénominateur commun les produits de travaux différents en qualité et en quantité. Mais ce marché demeure un moyen de communication et d’échange. Les fins dernières de la vie se définissent en dehors de lui, établies par des hiérarchies sociales, des morales implicites ou explicites, des religions qui n’ont en lui ni leur origine ni leur fondement.

Le marché ne se transforme en une religion que lorsqu’il devient le seul régulateur des relations sociales, personnelles ou nationales, seule source du pouvoir et des hiérarchies.

Nous nous contenterons de dégager les conséquences, économiques, politiques, spirituelles, de la phase ultime de ce cycle, et d’esquisser quelques pistes pour nous libérer de ce réductionnisme et de cette entropie humaine en laquelle certains théoriciens américains du Pentagone et leurs disciples à travers le monde voient, selon le titre du livre de Fukuyama, La fin de l’histoire.

Alors qu’il s’agirait, si cette dérive arrivait à son terme, d’une fin de l‘homme en ce qui le caractérise : la transcendance du projet, contre l’abandon à des déterminismes économiques tenus pour lois naturelles…

Ce qui caractérise en effet ce monothéisme du marché, ce « libéralisme» totalitaire, c’est le mépris de la liberté de l’homme, le mutilant ainsi de sa dimension spécifique : n’être pas une résultante

des lois de la nature, mais au contraire être capable de former des projets qui ne soient pas le simple prolongement du passé, de ses instincts animaux, de son intérêt individuel.

Il nous est possible aujourd’hui de retracer la trajectoire du modèle occidental de croissance depuis la mortelle erreur d’aiguillage de la prétendue Renaissance, c’est-à-dire de la naissance de la civilisation du quantitatif et de la raison instrumentale, la raison cartésienne, religion des moyens, mutilée de la dimension première de la raison : la réflexion sur les fins dernières de la vie et de son sens…

Telle est en effet la fin dernière du  « monothéisme du marché » nous « branchant » sur la plus fausse vie, depuis le film américain commençant par la chasse à l’Indien, avec les westerns, ou la jungle de l’argent, avec « Dallas », en passant par toutes les formes de la violence et de l’inhumain, de « Batman » à « Terminator », jusqu’à la parabole de notre régression vers le monde des « dinosaures ».

Nous ne retiendrons que ce qui constitue aujourd’hui les deux assises les plus solides pour l’expansion du marché : la drogue et l‘armement.

Autre corollaire d u « monothéisme du marché » : la corruption.

Alain Cotta définit la logique du système :

« La montée de la corruption est indissociable de la poussée des activités

financières et médiatiques. Lorsque l’information permet, à l’occasion

d’opérations financières de tous genres – en particulier celles de fusions,

d’acquisitions et d’OPA – de bâtir en quelques minutes une fortune impossible à constituer, fût-ce au prix du travail intense de toute une vie, la tentation de l ‘ acheter et de la vendre devient irrésistible. » Alain Cotta : « Le capitalisme dans tous ses États » (Ed. FAYARD. 1991.)

L’auteur ajoute : « l’économie marchande ne saurait qu’être favorisée

par le développement de cet authentique marché… La corruption joue en

somme un rôle analogue au plan».

L’on ne saurait mieux dire : dans u n système où tout s’achète et

se vend, non seulement la corruption, mais la prostitution, ont cessé

d’être des déviances individuelles pour devenir des lois structurelles

d u système…

La « spéculation » a un sens précis qu’enregistre le dictionnaire

« ROBERT » dans cette définition : « Spéculation : opération financière

qui consiste à profiter des fluctuations du marché (cours des valeurs et des

marchandises) pour réaliser un bénéfice. »

Maurice Allais (prix Nobel d’économie), se fondant sur les données

de la « Banque des règlements internationaux » note que : « les

flux financiers s’élèvent en moyenne à onze cents milliards de dollars par

jour, soit quarante fois le montant des flux financiers correspondant à des

règlements commerciaux. Un tel système est indéfendable. » Maurice

Allais : « L’Occident au bord du désastre ». Interview à « Libération » d u 2 août 1993. Et son livre : « Erreurs et impasses de la construction européenne » (Ed. Juglar, 1992).

Cela signifie que, dans le système actuel de « monothéisme du marché », l’on gagne 40 fois plus à spéculer sur les matières premières, les devises ou ce que les économistes appellent « les produits dérivés », c’est-à-dire tout ce qui ne porte pas sur le règlement au comptant des produits ou des services, qu’à travailler dans la production ou les services.

L’univers n’est pas ce qu’on croit !

sur le blog de Mathieu Grousson – Science et Vie

LE LHC EST À DEUX DOIGTS DE DÉCOUVRIR UNE NOUVELLE TERRA PHYSICA INCOGNITA

Fin novembre 2015, un signal est saisi par les deux grands détecteurs Atlas et CMS du LHC – Large Hadron Collider– du CERN à Genève. La petite « bosse » découverte sur la courbe de suivi des collisions du LHC serait révélatrice de la découverte d’une nouvelle particule « X ». L’information a été rendue publique le 15/12/2015.

Cette existence, si elle était avérée, c’est à dire si la probabilité de l’erreur de détection descendait en dessous du risque d’erreur admis exprimé  par une probabilité inférieure à 1 sur 3,5 millions – nous en sommes à 1 sur 3 millions- serait une révolution gigantesque dans le monde de la physique des particules car son existence – contrairement au boson de Higgs – n’est pas prévue par le modèle standard organisé autour de 26 particules – 12 particules de matières : électron, quarks, neutrinos…, 13 particules dites de force pour les quatre interactions fondamentales -photon, gluons, bosons et le graviton dont personne ne doute de l’existence même si il n’ a pas encore été observé et enfin le boson de Higgs dont l’existence a été révélée en 2012.

Cette hypothèse de découverte, en principe confirmée ou infirmée au plus tard début 2017 génére une effervescence considérable dans les milieux internationaux de la recherche fondamentale sur ces questions. Plus de 250 publications scientifiques ont déjà été produites sur le sujet en quelques mois !

Si la découverte de cette mystérieuse particule est confirmée il y aurait remise en cause du modèle standard.

Des théories en ce sens existent déjà. Elles pointent essentiellement dans trois directions qui pourraient justifier l’existence de cette particule :

Et si c’était le signe d’une nouvelle symétrie ? Dans la théorie de supersymétrie celle-ci prévoit l’existence de 5 particules de masse de plus en plus lourdes et le « X » pourrait être la seconde découverte après celle du boson de Higgs. Abdelhac Djouadi ou Adam Falkowski du Laboratoire de physique théorique d’Orsay, Riccardo Barbieri de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne évoquent cette possibilité.

Et si c’était le signe d’une nouvelle force ? Le « X » serait, pour les prétendants de cette théorie et à l’instar du proton, une particule composite.

Une des formulations les plus abouties est celle de Yasunori Nomura de l’University of California de Berkeley : la nature ne compterait pas 4 forces fondamentales mais cinq !

Et si c’était le signe d’une quatrième dimension spatiale ?  Cette hypothèse est la plus radicale : en chaque endroit de notre espace à trois dimensions  spatiales se déploierait une minuscule dimension supplémentaire complétement repliée sur elle même. Selon un modèle proposé en 1999 par Lisa Randall à Harvard et Raman Sundrum à l’Université du Maryland, le graviton est susceptible de se propager dans cette dimension supplémentaire provocant une sorte d’écho dans les 3 autres dimensions spatiales et si suffisamment d’énergie est concentrée en un point – comme dans cette expérience du LHC qui profite de sa nouvelle puissance passée en 2015 de 6 TeV à 13 TeV (1 TeV = 1012 eV = 1,602 177×10-7 J)– il y a alors matérialisation d’une particule et donc création de la matière selon la fameuse équation E= mc.

Ceci nous renvoie à se poser la question de la matière noire qui compte pour 85 % de la masse de l’univers et dont nous ne savons rien sinon que nos théories actuelles nous disent son existence pour pouvoir être vérifiables. Autre sujet : pourquoi l’antimatière qui a fait jeu presque égal avec la matière à l’origine de notre univers a -t-elle totalement disparu de celui-ci ?

« On sort des sentiers battus » dit Abdelhak Djouadi et Aurélien Barrau du Laboratoire de physique subatomique et cosmologie de Grenoble enfonce le clou :  » Rien ne garantit que l’intégralité de la réalité matérielle soit descriptible par les outils de la physique« .

Je conclurai cet article en disant que le Temple des Consciences pointent du doigt l’Esprit – au delà de la matière en parcourant les sciences et suit le courant scientifique qui se développe pour une science post-matérialiste. Enfin je rappelle  l’orientation générale du site : vers un monde transrationnel.

Végétarisme : 15 aliments pour remplacer la viande

terrafemina.com : pour lire l’article

1- Le seitan (75g de protéines par 100g)

Il s’agit là d’un aliment fabriqué à 75% à base de protéines de blé.

si vous cuisinez sans gluten, cet ingrédient n’est pas fait pour vous car il ne contient presque que ça.

2- Les lentilles (26g de protéines par 100g)

Si les lentilles ne font pas encore partie de votre quotidien, il est peut-être temps de vous y mettre car après le seitan, il s’agit de l’ingrédient le plus fort en protéines. Elles sont aussi riches en minéraux importants comme le fer, le magnésium et le sodium. Faible en graisses et sodium, elles ne risquent pas d’augmenter votre taux de cholestérol.

3- Le beurre de cacahuète (25g de protéines par 100g)

En voici une alternative alléchante. Un quart de sa composition est faite de protéines. Et comme on adore ça, ce n’est pas un problème d’en manger régulièrement. C’est aussi riche en potassium et en magnésium, une source de fibres et de vitamine B6 qui aide à garder votre foie en santé.Si par contre vous surveillez la balance, attention à contrôler votre consommation debeurre de cacahuète car il est très calorique.

4- Les graines de chanvre (23g de protéines par 100g)

La protéine qu’elles contiennent est digérée facilement par votre corps et a en plus un effet anti-inflammatoire. Peut-être devrez-vous les commander sur internet ou bien trouver des magasins bio pour vous en procurer car elles ne sont pas évidentes à trouver. Mais bonne nouvelle, elles ne coûtent pas très cher.

5- Les haricots noirs (21g de protéines par 100g)

Ils sont souvent recommandés si vous souffrez de diabète car ils aident à maintenir le bon taux de sucre dans le sang. Digérés graduellement, ils vous donnent cette sensation de ventre plein beaucoup plus longtemps que la plupart des ingrédients.

Les haricots noirs sont tout à fait adaptés dans le cadre d’un rééquilibrage alimentaire ou d’une volonté de perte de poids car ils sont faibles en matières grasses.

6- Les amandes (21g de protéines par 100g)

Elles sont idéales à glisser dans votre sac et déguster au goûter. Les amandes sont riches en fibre et contiennent du calcium, du fer, du potassium et du magnésium (qui aide à dormir). Seul bémol, elles ont un apport élevé en matières grasses. A consommer tout de même avec modération.

7- Les graines de tournesol (21g de protéines par 100g)

Tendance émergente au vu de leurs nombreuses vertus, les graines de tournesol en plus de forte teneur en protéines vous aident à maintenir votre taux de cholestérol bas et vous apportent du magnésium (qui vous aide à rester zen). Elles contiennent aussi du sélénium, un ingrédient anti-cancer.

8- Le tempeh (19g de protéines par 100g)

Le tempeh est un aliment produit à partir de soja fermenté. Il permet de baisser votre taux de cholestérol et de sodium. En plus, il est bénéfique pourvotre système cardiovasculaire et a des propriétés anti-cancer.

9- Le quinoa (14g de protéines par 100g)

Ce produit est garanti sans gluten et est contient les nutriments et acides aminés que requièrent votre corps. Il est aussi riche en fibre, en potassium et autres minéraux. Le quinoa a de nombreux autres bienfaits comme par exemple un indice glycémique faible, un effet de diminution du cholestérol, de votre pression sanguine et de votre taux de sucre dans le corps.

10- Les oeufs (13g de protéines par 100g)

Les oeufs sont une source de protéines indéniables. Si les vegans ne l’intègrent pas à leur diète, les végétariens peuvent le consumer car il ne s’agit pas de chair animale.

Pour 13g de protéines, il vous faudra consommer deux oeufs larges.

11- Le fromage cottage (11g de protéines par 100g)

Il s’agit d’un fromage frais à base de lait entier, demi-écrémé ou écrémé. Il est souvent recommandé dans des programmes diététiques car il fournit des protéines sans être calorique. Lorsque l’on l’associe à un fruit frais, c’est un équilibre parfait entre protéines et glucides. C’est également une source importante de vitamines et minéraux.

Par contre, il a un taux de graisses saturées relativement élevé. Il faut mieux donc en consommer en quantité modéré et compenser le manque de protéines avec l’un des autres aliments évoqués plus haut.

12- L’edamame (11g de protéines par 100g)

Il s’agit d’une préparation de fèves immatures de soja d’origine japonaise. Il contient des graisses saines et des nutriments. Très souvent, il est servi en accompagnement dans les bars japonais. Aux Etats-Unis, il commence à être prisé et proposé en apéritif.

13- Le yaourt grec (10g de protéines par 100g)

Très pratique, il remplace à merveille la crème fraîche dans une recette tout en contenant peu de matières grasses et cinq fois plus de protéines. Comparé à un yaourt classique, c’est deux fois plus.

14- Le tofu (8g de protéines par 100g)

Souvent perçu comme la nourriture par excellence des végétariens, le tofu est pourtant relativement faible en protéines (contrairement aux autres ingrédients énoncés). Son apport en protéines ne compense pas celui du poulet, du boeuf ou du poisson. Il n’est donc pas le plus adéquat si le but est réellement de combler l’absence de viande. En accompagnement de temps en temps, oui. Mais au quotidien, mieux vaut opter pour le seitan ou le sempeh, beaucoup plus efficaces.

15- Le houmous (8g de protéines par 100g)

Le houmous est un plat à base de pois chiches, grande source de protéines. Il contient aussi de l’huile d’olive, du jus de citron et de la crème de sésame et donc, profite de tous leurs bénéfices ; entres autres, du calcium, peu de matières grasses et des antioxydants.

 

 

 

 

Europe -6juin- une nouvelle victoire momentanée contre le glyphosate

sur Mirastnews.com

 

Source: Reuters Le Round up de Monsanto, herbicide le plus vendu au monde, contient du glyphosate

Source: Reuters Le Round up de Monsanto, herbicide le plus vendu au monde, contient du glyphosate

Bruxelles a repoussé lundi 6 juin un vote concernant l’autorisation du glyphosate. Cette substance développée par Monsanto et utilisée dans la composition de désherbants est accusée d’être dangereuse et coalise contre elle plusieurs pays, dont la France.

Cela fait un an que le glyphosate donne des migraines aux commissaires européens. Après plusieurs votes repoussés, coups de gueule au Parlement européen et offensives des lobbies, les experts de Bruxelles devaient prendre une décision lundi concernant la prolongation de son autorisation de commercialisation. Nouvel échec. Selon une source proche de la Commission, 20 États membres ont donné leur accord, un a voté contre, les autres, dont la France, se sont abstenus. Or une majorité qualifiée est nécessaire pour se mettre d’accord.

Le vote devait être approuvé par 55% des participants, représentant 65% de la population de l’UE. Ce qui n’a pas été le cas. D’un côté, les opposants craignent que le composant ne soit cancérigène. De l’autre, les pays défenseurs sont sensibles aux arguments de l’industrie agro-alimentaire, qui craint un manque en gagner en cas d’interdiction.

….

L’exécutif européen tentera une nouvelle fois de se mettre d’accord avant la fin juin. La licence qui autorise la commercialisation du glyphosate au sein de l’UE prend fin ce mois-ci. Mais Vytenis Andriukaitis rappelle que l’accord de commercialisation dans chaque pays dépend des parlements nationaux. La guerre autour du glyphosate ne fait que commencer.

Si Bruxelles maintient l’autorisation, la France pourra l’interdire toute seule

Pekka Pesonen, secrétaire général du groupe de lobbyistes Copa-Cogeca, prévient que «les agriculteurs ont besoin d’outils rentables pour assurer leur pérennité et proposer de la nourriture abordable et de qualité».

Dans le camp d’en face, pas question de céder à ces arguments. «Si Bruxelles maintient l’autorisation, la France pourra l’interdire toute seule», a averti la ministre de l’Ecologie Ségolène Royale. Cela promet des débats engagés. Son homologue à l’agriculture, Stéphane Le Foll, n’est pas dans la même optique. Il est plus sensible aux arguments des céréaliers et viticulteurs français qui assurent que sans glyphosate, ils ne pourront plus suivre leurs concurrents autorisés à se servir de la controversée substance. Cela explique sûrement la décision de la France de s’abstenir lors du vote de lundi.

 

 

Diamants sur canapé quantique

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO |  | Par David Larousserie– pour lire l’article


Une équipe néerlandaise de l’université de technologie de Delft, associée à des Britanniques et des Espagnols, a mis en ligne le 24 août, sur le site dédié Arxiv.org, un article confirmant une bizarrerie quantique qui avait perturbé en son temps jusqu’à Albert Einstein : deux objets géographiquement séparés constituent une seule entité au point qu’ils peuvent s’influencer de façon littéralement instantanée – plus vite même que la lumière. De quoi bouleverser la notion de réalité, au sens philosophique ou physique. Le processus de relecture en cours interdit aux auteurs de l’étude tout commentaire sur leur travail.

Après de premières tentatives aux Etats-Unis dans les années 1970, Alain Aspect parvient au début des années 1980 à Orsay à faire le premier test considéré comme vraiment déterminant. En mesurant indépendamment l’état de deux photons intriqués, il trouve qu’ils sont corrélés au-delà du seuil défini par Bell distinguant théorie quantique et classique. « Auparavant, le sujet était quasi sulfureux et peu connu des physiciens. Ces expériences ont popularisé le sujet, en lui donnant une vraie légitimité scientifique, et en ouvrant de nouveaux champs de recherche », estime Philippe Grangier, directeur de recherche CNRS à l’Institut d’optique, qui a travaillé dans les années 1980 avec Alain Aspect sur ces questions.
….

Cependant, d’irréductibles physiciens ont souligné qu’il existe deux échappatoires pour sauver d’éventuelles théories non quantiques. D’abord, ces expériences, certes stupéfiantes, ne détectent pas tous les photons intriqués. L’échantillon mesuré pourrait alors ne pas être représentatif de ce qu’est vraiment la Nature.

Ensuite, à cause de la lenteur des mesures, de l’information aurait le temps de passer entre les deux jumeaux de la paire, faisant prendre pour quantique ce qui serait en fait classique.

….
L’expérience de Delft est donc la première à colmater simultanément ces deux brèches. « C’est le couronnement d’une ligne de recherche impulsée dans les années 1970, salue Alexei Grinbaum, du Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière au Commissariat à l’énergie atomique. Ce n’est pas une nouvelle découverte mais une preuve expérimentale importante. » « Cela clôt un sujet en respectant enfin toutes les hypothèses du théorème de Bell, et cela en ouvre un autre », ajoute Philippe Grangier.
….

Comment ces physiciens ont-ils réussi ? Les jumeaux de la paire sont deux diamants séparés de 1,3 kilomètre. Plus précisément, chacun des jumeaux est un électron libre à l’intérieur de ces diamants. On commence par intriquer, dans chaque diamant, l’électron avec un photon créé en excitant le diamant par des micro-ondes. Ces photons rouges se rejoignent via une fibre optique en un autre point éloigné d’au moins 800 mètres. Là, ils sont mesurés simultanément, ce qui a pour effet d’intriquer les deux électrons, pourtant éloignés de plus de 1 kilomètre. Ne reste plus qu’à tester les corrélations sur ces particules et constater qu’elles sont 20 % supérieures à ce que prévoient des théories classiques.

 

 

 

 

 

 

La bataille contre le glyphosate en Europe

 

L‘autorisation de commercialisation du glyphosate par l’UE expire fin juin.

Le 8 mars, la Commission avait proposé une réautorisation du glyphosate pour quinze ans, mais le vote des Etats membres ne s’était pas tenu, faute de majorité qualifiée.

Le 19 mai, Bruxelles avançait une « réhomologation » de neuf ans, mais, là encore, aucune majorité qualifiée n’a été trouvée, la Suède, la France, les Pays-Bas et même l’Allemagne n’étant pas disposés à voter favorablement.


La Commission européenne a annoncé, mercredi 1er juin en conférence de presse, qu’elle proposera une réautorisation provisoire du glyphosate en Europe, pour dix-huit mois.

 

signez la pétition qui a déjà recueilli plus de 1,6 millions de suffrage pour interdire la réintroduction de ce poison

Le point sur le gyphosate et l’Europe :


En savoir plus sur LE MONDE
|  Mis à jour le  Par Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen) et Stéphane Foucart

En savoir plus : voir l’article sur le Monde 

Le glyphosate, c’est le Léviathan de l’industrie phytosanitaire. Loin de se ­réduire au seul Roundup – le produit phare de Monsanto –, il entre dans la composition de près de 750 produits, commercialisés par plus de 90 fabricants, répartis dans une vingtaine de pays… La production mondiale est montée en flèche ces dernières années un peu partout dans le monde, tirée vers le haut par l’adoption rapide des maïs et autres sojas transgéniques « Roundup ready ».

De 600 000 tonnes en 2008, la production mondiale de glyphosate est passée à 650 000 tonnes en 2011, pour atteindre 720 000 tonnes en 2012, selon les données compilées par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Aux Etats-Unis, les quantités épandues ont été multipliées par 20 en ­l’espace de vingt ans, passant de 4 000 tonnes par an en 1987 à 80 000 tonnes en 2007.

En novembre 2015, l’EFSA, l’agence européenne de santé concluait en effet, à l’inverse du CIRC, au caractère « improbable » de la cancérogénicité du glyphosate, s’attirant les foudres d’une partie de la communauté scientifique.

Une centaine de chercheurs du monde académique publiaient, le 3 mars, un article au vitriol sur l’expertise européenne, lui reprochant moult manquements : confiance accordée aux études confidentielles de l’industrie supérieure à celle accordée aux études académiques publiées dans la littérature scientifique, non-application de certains principes de la toxicologie, etc.


Au beau milieu du processus européen de réévaluation des risques présentés par la substance, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) – l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) chargée d’inventorier et de classer les agents cancérogènes – classait le produit comme « cancérogène probable »pour les humains.

Sur ce dossier théoriquement technique, mais devenu explosif, Bruxelles n’a cessé de subir la valse-hésitation des Etats membres. Le Parlement européen s’est aussi invité dans la controverse en votant, le 13 avril, une résolution non contraignante, demandant un renouvellement de la molécule miracle limité à sept ans et assorti d’importantes restrictions d’usage.

Tout au long de cette saga, la société civile n’est pas demeurée spectatrice. Profitant de la discorde entre experts, les organisations non gouvernementales n’ont pas chômé. Sondages montrant l’opposition d’une grande part de la population européenne à la réautorisation du glyphosate (près des deux tiers, selon une enquête réalisée à la mi-avril par l’institut de sondage YouGov), analyses d’urines attestant de l’exposition de l’ensemble de la population au glyphosate, etc. Des plaintes ont même été déposées à Paris, à Berlin et à Vienne, à l’encontre des experts européens, accusant ces derniers de tromperie et de mise en danger de la vie d’autrui…

En accordant une autorisation provisoire de dix-huit mois, attendant pour prendre une position ferme l’avis de l’Agence européenne des produits chimiques, la Commission temporise pour laisser la pression retomber. Une pression considérable pèse donc sur l’ECHA, d’autant que l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) est, elle aussi, en train de réévaluer le glyphosate. L’avenir de la molécule miracle, emblème controversé du modèle agricole dominant, se joue dans les prochains mois.
Pour lire l’intégralité de l’article : Le Monde 

 

 

La grande roue du samsâra tourne, tourne…

Sous la forme de fragments ou de sentences, l’auteur va droit à la vérité centrale du bouddhisme zen :  -extraits-
Lorsque l’on réalise que l’esprit ne dépend de rien, on dépose sa propre cangue. Et bien souvent, c’est un moment douloureux. On s’était habitué au fardeau. Il était devenu nous-mêmes.
La cage est ouverte, mais l’oiseau hésite à s’envoler.
Oui, c’est ça, la vérité. L’animal domestique s’est longuement imprégné des lois de la servitude. Libéré, il ne sait plus comment faire. Peut-être n’arrivera-t-il même pas survivre.
Et chez les hommes, peut-il en être autrement ?
La libération n’est pas un grand soir, elle n’est pas un dîner de gala !
C’est une catastrophe, a-t-on même dit.
On peut surmonter les obstacles d’une existence, un à un. C’est comme déterrer des ossements pour les inhumer ailleurs. Comme déplacer des montagnes et détourner les fleuves. À mesure qu’on se dégage, on s’ensevelit.
Dans le zen, d’un seul geste, on tranche la causalité. Ce bourbier est notre demeure.
Quand les dix mille choses sont encore des obstacles, rien ne vaut le retrait, le silence – mais ce n’est encore là que pis-aller.
On ne devient vraiment libre que lorsque les phénomènes cessent de vous égarer, de vous emporter dans les tourbillons de leur sillage. On est alors, au beau milieu de la rumeur du monde, comme un roc que rien ne peut ébranler.
Nos misères humaines n’ont pas changé, comment le pourraient-elles ?
La grande roue du samsâra tourne, tourne.
Au loin, dans le ciel nocturne, le dessous des nuages est éclairé par les lumières de la ville. Comme c’est beau !
C’est parce qu’on réalise que l’esprit est absence d’esprit qu’on se libère de la roue des existences.
C’est parce que l’éveil est vacuité qu’on s’exempte de l’enfermement dans la noèse.
Le Bouddha n’a jamais rien dit.
Ne plus avoir à maintenir la cohérence d’une identité fictive, voilà qui épargne beaucoup de fatigue.
La véritable liberté spirituelle n’est pas celle d’un prétendu libre arbitre, mais d’une libération du moi.