après les néonicotinoïdes, voici venir les insectes chimériques

Kokopelli

La loi biodiversité du 8 août 2016 inclut à terme l’usage des néonicotinoïdes. Elle n’est sans doute qu’un vaste coup fourré pour faire avaler le passage aux insectes chimériques.

D’autant plus que le nouvel épouvantail des Autorités, le virus Zika, ne pourrait être contrôlé, selon les grandes déclarations des multinationales criminelles de la Pharmacratie, que grâce aux moustiques chimériques d’Oxitec – alors que des soupçons plus que légitimes se font jour quant aux moustiques mutants d’Oxitec qui ont survécu, au fil des années.

Coïncidence des coïncidences, un rapport de 55 pages intitulé “Insectes Génétiquement Modifiés” vient d’être publié, en décembre 2015, par la Chambre des Lords du Royaume Uni. Sur les 160 et quelques articles de ce rapport, seulement quelques-uns sont imprimés en gras dans le texte: ces articles concernent l’utilisation d’insectes génétiques modifiés dans l’agriculture et ils mettent en exergue les avancées technologiques de la société Oxitec dans ce domaine.

Autre coïncidence des coïncidences, le site d’origine du moustique vecteur du virus dénommé “Zika”, au Brésil, serait le site de lâchage, durant l’été 2015, de millions de moustiques chimériques d’Oxitec.

En fait, des essais impliquant des moustiques chimériques ont eu lieu au Brésil depuis 2011. Dès 2013, Oxitec avait commencé à répandre, dans la région de Piracicaba, 300 000 moustiques transgéniques, par semaine, pour lutter contre le moustique (Aedes aegypti) vecteur de la dengue, de la fièvre jaune et du Chikungunya.

L’un des directeurs d’Oxitec/Brésil est Glen Slade, un ancien de Syngenta. Le directeur général d’Oxitec est Hadyn Parry qui fut directeur des Sciences Végétales pendant 15 ans chez Zeneca/Syngenta. Son directeur financier est actuellement Bill Fleming, un ancien de chez Bayer. Son directeur scientifique depuis avril 2014 est Simon Warner qui fut pendant 17 années chez Syngenta.

Aujourd’hui, et depuis quelques jours seulement, le moustique chimérique d’Oxitec n’a plus besoin de discrétion: la FDA (Food and Drug Administration) vient de l’avaliser légalement le 6 août 2016 pour les USA. Aujourd’hui, aux USA, le moustique chimérique d’Oxitec est acclamé comme étant la seule solution qui va pouvoir débarrasser le monde de ce nouvel épouvantail, le virus Zika!

La généralisation des insectes chimériques dans l’agriculture est promue comme la prochaine révolution. En fait, ceux qui promeuvent le recours à leurs insectes chimériques, pour l’agriculture, dénoncent fortement les catastrophes générées par les technologies agricoles de Monsanto et de Syngenta à base de semences génétiquement modifiées pour résister au glyphosate ou pour intégrer le BT. Mais les membres de leurs conseils d’administration, et de leurs directoires, viennent, en grande partie, de chez Monsanto, de chez Syngenta, de chez Bayer, de chez tous les criminels qui détruisent la Biosphère… Lorsque les insectes chimériques d’Oxitec/Intrexon auront remplacé les insecticides de Syngenta, de Bayer et de Monsanto, Oxitec/Intrexon sera racheté par l’une de ces multinationales génocidaires.

pour lire tout l’article

La spiritualité n’est pas un système religieux…

Bertrand Duhaime

extraits…

La spiritualité n’est pas un système religieux, elle représente une expérience naturelle, indépendante de toute religion, de toute croyance et de tout dogme, qui permet à l’être de s’épanouir dans sa véritable grandeur, parce qu’elle lui rappelle que la Vie est le fruit de l’Amour, qu’il n’y a partout qu’Amour et Unité, et que l’Amour vient de l’Absolu.

Dans le contexte de l’Éveil spirituel, elle évoque une exploration des plans supérieurs de la Conscience divine et une reprise en charge de son être dans ses trois dimensions fondamentales (corps, âme et Esprit) pour exprimer l’Être, pour plus Être…

Ne parvient vraiment à s’initier ou à se réaliser que celui qui est prêt à se laisser surprendre; à renoncer à ses croyances; à ses instruments habituels et à ses anciens modes d’agir et d’être; à tout ce qui le retient, l’encombre et lui fait obstacle, comme aux spéculations mentales et à la tyrannie de la raison, source de son ego. Car il lui faut aussi de la simplicité et de l’humilité pour entrer en contact avec une nouvelle dimension de son Être total, par la voie du cœur, la porte qui ouvre sur cet espace apparemment vide, infini et silencieux, mais plein de vie, la Vie de l’Absolu. Au signal, il doit savoir tout lâcher pour répondre à l’appel intérieur que lui lance tôt ou tard son âme d’apprendre à gérer sa principale ressource, son énergie personnelle, afin de retrouver sa Pleine Conscience, sa Maîtrise totale…

On peut s’inspirer du grand Maître Omraam Mihkaël Aïvanhov pour assurer, dans une paraphrase : «La vie est une école dans laquelle chacun passe par un stage initiatique. Dans l’École terrestre, nul ne sait trop qui est le professeur et qui est l’élève, qui instruit et qui est instruit. Des enfants, des éclopés, des mendiants, des ennemis apparents peuvent nous instruire…

Chacun doit garder à la mémoire le fait que tout vibre, se meut, change, bouge, se transforme constamment en de nouvelles fréquences, ce qui impose, pour garder les énergies fluides, donc en circulation libre, d’éviter de les condenser, de les réduire en dogmes, de les cristalliser. Par son degré de conscience, chacun vibre à une fréquence particulière, mais il doit bien se garder de la considérer comme la seule et unique vérité qui existe, surtout que toute présumée vérité est appelée à se modifier avec le temps. Aussi chacun doit–il rester libre d’en reconnaître la vibration pour ce qu’elle est dans l’immédiat, en s’intériorisant, tout en continuant de transcender cette connaissance d’un concept ou d’une doctrine. Les croyances de chacun dépendent de son degré de conscience, ce qui laisse entendre que chacun interprète différemment la réalité…

L’autonomie ne désigne pas principalement l’aptitude à se faire à s’assumer dans ses besoins comme manger, exécuter les petits travaux quotidiens, conduire un véhicule personnel ou aller faire les courses, elle dépeint une personne qui refuse de se laisser influencer par l’extérieur, peu importe la notoriété de l’intervenant ou la qualité de ses interventions. Il s’agit de l’attribut d’une personne qui ne se laisse pas suggestionner par ce qu’elle entend ou voit et qui se garde de se laisser assujettir…

Manifeste des chimpanzés du futur

 

Je reçois ce jour le livre « Manifeste des chimpanzés du futur » publié en septembre 2017 et dont j’ai hâte de prendre connaissance pour participer à organiser la pensée et la lutte  contre cette déshumanisation qui s’avance à grands pas.

Je rappelle ici la lettre ouverte adressée le 9 septembre dernier au député Villani et qui constitue une première pierre d’un chimpanzé du futur contre les promoteurs d’un  monde déshumanisé.

Je sollicite chacun pour diffuser autour de lui cette lettre afin de sensibiliser puis organiser une défense frontale face à cette évolution.

Pour accéder aux différents articles écrits sur le sujet

 

Frères humains, soeurs humaines, vous avez entendu parler du transhumanisme et des transhumanistes  ;  d’une mystérieuse menace, groupe fanatique, société de savants et d’industriels dont l’activisme impérieux et l’objectif affiché consistent à liquider l’espèce humaine pour lui substituer l’espèce supérieure, « augmentée », des hommes-machines. Une espèce résultant de l’automachination par ingénierie génétique et hybridation électro-mécanique.
Vous avez entendu l’ultimatum cynique et provocant de ce chercheur en cybernétique : « il y aura des gens implantés, hybridés, et ceux-ci domineront le monde.Les autres qui ne le seront pas, ne seront pas plus utiles que nos vaches actuelles au pré.« Et encore, « ceux qui décideront de rester humains et refuseront de s’améliorer auront un sérieux handicap. Ils constitueront une sous-espèce et formeront les chimpanzés du futur.« 
Nous sommes les chimpanzés du futur et nous vous appelons à la résistance contre ce néo-nazisme surgi des laboratoires.
Les animaux politiques qui écrivent à l’enseigne de Pièces et main d’oeuvre combattent le transhumanisme depuis une quinzaine d’années. Ils ont déjà publié nombre de livres sur des sujets voisins : Terreur et possession, Aujourd’hui le Nanomonde; L’industrie de la contrainte, etc...

 

 

 

 

 

Où en est l’intelligence artificielle ?

FINTECHMAG

 

Selon cet article l’Intelligence artificielle est appelée à un grand avenir puisque le marché en France passerait de 200 millions en 2015 à plus de 11 milliards en 2024 !

Pour accentuer et favoriser le virage technologique et économique, le député Cedric Villani a été chargé de rendre un nouveau rapport fin 2017 sur le sujet.

J’ai adressé le 9 septembre une lettre ouverte au député Villani pour lui demander de prendre en compte les risques humains considérables que va produire cette évolution et le rejet du transhumanisme comme solution pour faire face à ce défi.

 

L’intelligence artificielle est sur tous les fronts. Le  Président sortant  a dévoilé France IA, un rapport prescrivant 59 recommandations pour faire de l’IA un levier de croissance.  Le dixième  Forum Netexplo, enfin, s’est tenu  les 26 et 27 avril derniers au Palais de l’Unesco à Paris.

Sur les 59 recommandations qui y figurent, l’on y trouve des mesures de financement, l’instauration dès l’école primaire d’un enseignement de l’IA, le développement de MarIAnne, un assistant conversationnel intelligent pour les services publics, la création d’un avatar en temps réel du réseau énergétique français mais aussi la défiscalisation du rachat des start-up de l’IA par les grands groupes français.

Avec 270 startups dédiées à l’IA qui ont levé près de 278 millions d’euros en 2016, la France est la seconde destination des investissements IA, derrière la Grande-Bretagne (581 millions d’euros) mais devant l’Allemagne (187 M€) et la Belgique (110 M€).

Ces investissements, qu’ils soient privés ou publics – France IA prévoit le financement de 10 d’entre elles, à hauteur de 25 millions d’euros chacune d’ici 5 ans -, traduisent un fort engouement, justifié par de réelles perspectives économiques. Selon l’institut d’études et d’analyse Tractica, le marché de l’IA, devrait atteindre 11,1 milliards de dollars d’ici 2024 pour un peu plus de 200 M€ en 2015. Selon Accenture, L’IA devrait aussi augmenter la productivité française de 20% d’ici 2035, contribuant à une croissance de 2,9%. Des chiffres à l’aune desquels l’engagement public s’explique mieux.

Forum Nextexplo 2017 – 26 et 27 avril à l’Unesco

Forum Nextexplo fête cette année ses dix ans d’existence. D’abord installé au Sénat et parce qu’il a grandi il est aujourd’hui accueilli à l’Unesco.

Le forum de l’observatoire Netexplo 2017 est introduit par madame la sénatrice Morin-Desailly Présidente de la commission culture, éducation et communication du Sénat.

Pour Thierry Happe co-fondateur de l’observatoire en 2007 avec HEC Paris l’intelligence artificielle -IA- s’articule autour de 4 grands domaines :

  • les algorithmes – (Google-Facebook-Amazon conduite automatisée : ne sont pas neutres mais déterminés en fonction de l’objectif à atteindre)
  • la puissance de calcul ( elle explose)
  • le Big Data ( actuellement seulement 1% des données stockées son utilisées)
  • le réseau des neurones artificiels (image traduisant les capacités de l’IA). Sont cités Roboearth qui regroupe 5 universités européennes : il permet le partage et l’apprentissage des uns et des autres
  • Self-teaching 3D : Apprendre de ses erreurs et s’adapter aux différentes modifications de l’environnement
  • Evolving Robot ( il va améliorer ses robots-> darwinisme robotique)

etc…

Pour Bernard Cathelat, sociologue, la tendance lourde de l’IA a évolué :  d’abord elle s’est orientée pour géolocaliser, puis profiler, puis pour surveiller et enfin  atteindre la « supersight Power« , l’omni-surveillance et le scénario global est une société de transparence qu’il appelle « cristal world« .

Pour Julien Lévy, directeur de digital Center à HEC les principales tendances actuelles en innovation se concentrent :

  • autour du corps et de la santé
  • autour de la réalité (  mesure, analyse, prédiction)
  • autour de la société ( veiller, surveiller, contrôler)
  • autour de l’économie ( des leviers pour le marketing, des plateformes de services)
  • autour de l’homme et de la machine (on est dans l’immersion et il n’y a plus vraiment de frontière entre l’homme et la machine)

Avec l’intelligence artificielle la société évolue vers la société panoptique : la gouvernance des données. Actuellement les données sont de plus en plus stockées mais mal exploitées et l’innovation va donc maintenant s’orienter vers le traitement de ces données.

Entre 1970 et 1990 l’IA a connu beaucoup de déboires mais depuis quelques années grâce aux réseaux de neurones artificiels, des progrès considérables sont enregistrés. Le dépistage des mélanomes cancéreux par IA en est un exemple.

Selon Julien Lévy, il y a actuellement confusion entre l’IA faible ( traitement actuel de données pour résoudre un problème) et l’IA forte qui développe sa propre conscience et qui peut faire peur. Selon lui l’IA forte n’existe pas et l’enjeu est l’IA faible. Mais s’appuyant sur un article de l’informaticien JCR Licklider de 1962 il observe que sur les 10 points que se partageaient l’homme et la machine à l’époque 6 étaient propres à l’homme alors qu’aujourd’hui il n’en reste plus que 2 montrant que l’espace spécifique à l’homme s’est réduit. L’enjeu est de déterminer si les hommes sont toujours possesseurs du monde et de la nature.

Pour voir les vidéos des différentes présentations des innovations au forum