Des ondes cérébrales enregistrées plus de 10 minutes après l’arrêt cardiaque

Nexus mai-juin 2017

En étudiant le temps qui sépare l’arrêt cardio-respiratoire et la cessation d’activité du cerveau une équipe de chercheurs canadiens de l’ Université de Western Ontario a enregistré une activité cérébrale 10 minutes après l’arrêt cardiaque du patient.

Chez trois patients sur les quatre observés l’activité cérébrale a cessé avant l’arrêt du rythme cardiaque et de la tension artérielle.

Pour le patient 1 -femme de 72 ans- l’activité cérébrale a cessé 4 mn avant l’arrêt cardiaque. Curieusement ces deux fonctions ont redémarré 1mn et 20 secondes après pendant 40 secondes.

Pour le patient 2 -homme de 70 ans- l’activité cérébrale a cessé 10mn et 10 secondes avant l’arrêt du coeur.

Pour le patient 3 – femme de 58 ans- il y a eu une vague de plages de fréquences élevées 8 mn avant la cessation de la pression artérielle et durant 4mn. La cessation de l’activité électro-cérébrale a cessé 1 mn et 30 secondes avant l’arrêt du coeur.

Cependant chez le patient n° 4 – homme de 67 ans- une activité électro-cérébrale à haute fréquence a été observée à deux reprises pendant 2 mn chaque fois , 11mn et 5mn avant l’arrêt de la pression artérielle.

L’activité du coeur s’est poursuivie durant 15 mn et 30 secondes après la cessation de la pression sanguine.

L’activité électro-cérébrale a progressivement diminué tout en en accusant des vagues d’ondes delta durant 10mn et 38 secondes après la cessation de l’activité du coeur. Bien sûr il n’est pas exclu que cette défaillance puisse venir des appareils de mesure. Il est noté que seule l’activité des parties antérieures du cerveau a été enregistrée. De futures études portant sur un échantillonnage plus important avec une couverture complète du cuir chevelu sont envisagées.

 » In patient 4, initial high-frequency EEG activity was seen at two time points: 11 minutes and 5 minutes before ABP cessation for a period of 2 minutes each time. ECG continued for an additional 15 minutes and 30 seconds following ABP cessation. The EEG showed increasing suppression with infrequent single delta wave bursts following ECG and ABP cessation. These delta bursts continued for 10 minutes and 38 seconds following ECG cessation with a mean amplitude of 4.52 µV in the last burst of delta activity (Figure 2).

Figure 2 Raw EEG tracing in patient 4 following declaration of death. Representative tracing of large infrequent single delta wave bursts observed for 10 minutes and 38 seconds (EEG bottom four tracings) following the loss of ECG tracing (top tracing). « 

www.cambridge.org/core/journals/canadian-journal-of-neurological-sciences/

NDE- Expériences de mort imminente

Depuis les années 1970 les progrès de la médecine dans le domaine de la réanimation ont permis à celle-ci notamment de faire battre à nouveau le coeur de patients qui s’était arrêté.

Il s’en est suivi depuis une multitude d’ouvrages consacrés aux expériences de mort imminente – en anglais NDE-

Il n’est donc pas surprenant que bon nombre de ces ouvrages soient écrits par des médecins souvent cardiologues et  notons le, d’abord américains.

On trouve aujourd’hui aussi des livres écrits parfois par des anesthésistes, des pédiatres, des psychiatres, des psychologues ou simplement des personnes intéressées qui ont enquêté sur le sujet.

Enfin il faut signaler que plusieurs études scientifiques ont été lancées sur ce sujet dans le domaine médical. La plus complète et la plus récente est celle de l’Université de Southampton sous la direction du docteur Sam Parnia professeur adjoint de médecine des soins intensifs et directeur de recherche en réanimation de l’Université de l’état de New-York publiée ici.

Cette étude publiée en 2014 porte sur 2060 patients provenant de 15 hôpitaux différents aux USA, en Grande-Bretagne et en Autriche. Elle était dirigée par le docteur Sam Parnia professeur adjoint en médecine des soins intensifs et directeur de recherche en réanimation à l’Université de l’état de New-York. Celui-ci précise que dans cette étude des cas ont été observés de témoignages survenus dans les 3 mn qui suivent un arrêt cardiaque médicalement constaté alors que le cerveau cesse toute activité dans les 20 à 30 secondes qui suivent cet arrêt.

Parmi les nombreux ouvrages écrits depuis une quarantaine d’années il faut d’abord signaler l’important travail d’Elisabeth Kübler-Ross qui a consacré l’essentiel de sa vie à suivre les malades en fin de vie et a théoriser à partir de ses observations les différents stades émotionnels survenant dans ces derniers instants. Elle a aussi travaillé sur les expériences de mort imminente.

Il y a ensuite le docteur George Ritchie, psychiatre qui relate dans un livre paru en France en 1999 son cas survenu en 1943. Il fut déclaré mort deux fois à l’âge de 20 ans et il raconte ainsi avoir « visité avec le Christ cinq de ses autres réalités ».

Le docteur Moody est sans doute l’auteur le plus connu en matière de NDE. Il raconte avoir rencontré à l’âge de 20 ans le Dr Ritchie alors qu’il était étudiant.  Le docteur Moody à publié plusieurs livres dont le premier paru en 1975 Life after Life fut traduit en 15 langues et vendu à plus de 10 millions d’exemplaires.

Le docteur Melvin Morse était pédiatre et ses études concernent les témoignages d’enfants qui confirment ceux des adultes à l’exception des cas de retour sur sa propre existence absent dans les témoignages des enfants.

Le docteur Maurice Rawlings était médecin militaire spécialisé en médecine interne et cardiologie. Incroyant, il fut particulièrement sensible au témoignage d’un de ses patients ce qui l’engagea a relever ensuite tous les autres témoignages obtenus. Il devint par la suite profondément croyant. C’est un des rares cas qui relate autant de témoignages où les patients racontent les moments très noirs alors traversés qui contrastent avec les témoignages habituels le plus souvent décrivant paix, lumière et état de sérénité.

Le docteur Jean-Jacques Charbonier est un anesthésiste français déjà auteur de plusieurs livres sur le sujet des NDE. Selon ses observations il a constaté 18% de EMI suite à arrêt cardiaque étant rappelé par exemple que Van Lommel en constatait 12% en 2001, et Parnia 6% en 2001.

Il faut signaler particulièrement son dernier ouvrage paru en 2016 : les preuves scientifiques d’une vie après la vie où l’auteur est convaincu que la conscience n’est pas un pur produit du cerveau et qu’elle survit à notre mort physique. Il émet l’hypothèse que la conscience est totalement indépendante du cerveau.

Signalons aussi l’ouvrage de Kenneth Ring, psychologue, qui a le mérite d’avoir retenu 102 cas sélectionnés de façon rigoureuse et dont il soumit les témoignages à des batteries de tests sévères qui lui ont permis de classer  ceux-ci selon 5 stades majeurs.

Le témoignage de paix et sérénité se retrouve dans 60% des cas retenus. Vient ensuite le témoignage de séparation du corps physique dans 37% des cas. En troisième lieu celui d’entrée dans l’obscurité : 23%. La vision de lumière n’est présente que dans 16% des cas et la fusion avec la lumière dans 10% des cas.

Il y aussi le docteur Jeffrey Long, radio-oncologiste, spécialiste du traitement des cancers par rayons.  Son livre paru en France en 2016 : la vie après la mort, les preuves est les résultat de la plus grande étude réalisée avant celle de Southampton. Elle porte sur 1300 témoignages recueillis.

pour accéder aux auteurs de livres sur les NDE et à une base de données de témoignages