Transrationalité. Avons-nous des super pouvoirs ?

d’après un dossier de Jocelin Morisson dans Inexploré du premier trimestre 2017- cf son blog  et chroniques acronyques

cf son article : la télépathie est-elle une réalité scientifique ?

cf la vidéo : enquête sur la voyance de Jocelin Morisson

pour une présentation condensée sur le blog Conscience transrationnelle

Les facultés de télépathie, de voyance, de médiumnité, de psychokinèse ou de voyage hors du corps relèvent pour les unes du surnaturel – je dirais du transrationnel- pour les autres de dispositions naturelles – qui sont au delà du mental et donc relèvent de propriétés de conscience que je qualifie de transrationnelles. Jocelin Morisson parle ici de super pouvoirs.

Cet article est une illustration parfaite de ce que le site Conscience transrationnelle va essayer de montrer : nous ne sommes pas que mental et raison et notre monde est beaucoup plus que le simple monde de la matière… pourtant déjà si complexe. Nous abordons là de façon non exhaustive d’autres dimensions de l’humain.

Dans la théorie de l’évolution, l’homme est sur notre planète  actuellement l’être  le plus développé. Cette perspective le conduit le plus souvent à se placer au centre du monde sans envisager vraiment d’autres dimensions qui lui permettent de dépasser sa condition actuelle autrement que par des ajouts technologiques dans la perspective de l’homme augmenté.

La théorie de l’évolution elle-même permet d’envisager le principe d’une évolution ultérieure des espèces et donc de l’homme. D’autre part, les sciences et les techniques l’orientent vers l’homme augmenté et le transhumanisme. Sans même s’opposer à cette dernière vision, certains pouvoirs possédés par des humains montrent d’autres orientations possibles pour notre humanité. C’est l’ouverture au-delà du mental qui crée un horizon immense : l’homme devient alors essentiellement spirituel. Il est le point de jonction entre matière et Esprit, entre le monde de la matière et le monde de la Lumière.

Déjà des protocoles scientifiques sont mis en place pour approcher et prouver l’existence d’autres mondes, d’autres capacités ouvertes aux humains et pour aborder par exemple les états de conscience modifiés.

cf par exemple l’expérience de voyance de Maud Kristen 

Les recherches sur la télépathie – Le terme télépathie est une francisation du mot anglais telepathy, inventé par le physicien Frederic William Henry Myers et al. en 1882ont pris un essor en 1920 aux Etats-Unis avec le professeur Joseph Banks Rhine. Le chercheur allemand Stefan Schmidt a analysé 36 études d’interaction à distance entre systèmes vivants. Le chercheur américain Dean Radin  a montré la fiabilité statistique de phénomènes psi.

Dans son ouvrage Super Pouvoirs, science et yoga, Enquête sur les facultés humaines extraordinaires, Dean Radin rappelle que ces facultés ont été décrites il y a des millénaires dans les textes sacrés de l’hindouisme ou du yoga – cf les siddhis Sûtra II 59 et suivants– dans les Yoga Sûtra de Patanjali.

En Occident ces facultés sont largement ignorées de la science et même actuellement de l’Eglise alors que, par exemple et pour cette dernière  Paul – Corinthiens 12.1 à 12.11 énonce déjà un certain nombre de pouvoirs donnés aux hommes et qu’il appelle « dons » comme le don des langues, prophéties, miracles etc…

En revenant à l’évolution, sommes-nous devenus tous mutants  cf les mutants de X-Men ?

Aldous Huxley marqua son intérêt pour les « potentialités humaines » et aborda ce thème en 1960 dans une conférence donnée en Californie qui fut à l’origine de la création de l’Institut Esalen. Dans un livre publié en 1992 et qui fait référence The Futur of the Body le cofondateur d’Esalen, Michael Murphy explique que le potentiel humain inclut toutes sortes de capacités supra-normales qui annoncent selon lui l’homme de demain.

Ces visions sont au coeur de l’oeuvre de Sri Aurobindo et Teilhard de Chardin.

En dehors du contexte spirituel des connaissances pratiques sont acquises.

Ainsi la société IRIS Intuition s’intéresse notamment à l’intuition du corps

et développe un projet « d’archéologie intuitive » en Méditérranée : le projet Oracle.

Dean Radin au sein de l’Institut des sciences noétiques – Californie-a testé l’action de la conscience sur la matière à l’échelle quantique par l’influence des méditants sur le passage des photons dans l’expérience très connue en physique quantique des fentes de Young.

les phénomènes psi

psychokinèse (PK) appelée parfois télékinésie: c’est l’action de la pensée sur la matière.

On distingue la macro-PK comme les déplacements d’objets ou les célèbres torsions de métal.

La micro-PK qui agit à l’échelle atomique ou subatomique comme l’influence sur des générateurs de nombres aléatoires.

Enfin la bio-PK concerne l’action à distance sur des systèmes vivants comme la guérison sans contact. Entrent dans cette catégorie les phénomènes de poltergeist, d’ectoplasmie.

La perception extrasensorielle désigne la télépathie, les différentes formes de voyance avec ou sans support : connaissance d’événements passés : rétrocognition ou d’événements à venir : précognition. La psychométrie, la clairvoyance à partir d’un objet et la radiesthésie, l’acquisition d’informations à l’aide d’un pendule ou d’une baguette de sourcier par exemple.

D’autres phénomènes : ces phénomènes sont liés à l’hypothèse de la survie de la conscience après la mort ou plus généralement à des contextes spirituels ou mystiques : sortie hors du corps – voyage astral-, expérience de mort imminente, médiumnité, apparitions, hantise, transcommunication, lévitation etc… L’Institut métapsychique international ajoute les cas où les limites physiologiques sont repoussées : fakirisme, marche sur le feu, stigmatisation, inédie, thanatose etc…

 

des livres :

les livres écrits, traduits ou préfacés par Jocelin Morisson

Superpouvoirs ? Science et Yoga : enquête sur les facultés extraordinaires de l’homme – 2 avril 2014 -Dean Radin

Les chemtrails : une trace, une pollution de la géoingénierie et de la guerre secrète

Ci dessous 2 vidéos – la première présentée par des scientifiques qui relate les observations de laboratoires scientifiques français et italiens  indépendants sur les chemtrails.

La seconde est une conférence de Claire Séverac qui étend le sujet et fournit une quantité d’informations exceptionnelles reliant certains faits qui montrent les dégâts provoqués par la géoingénierie, l’agrobactérium, procédés parmi d’autres, de la guerre secrète menée entre les grandes nations et contre les populations, ici vu du côté des Etats-Unis. Dommage que cette présentation souffre d’inexactitudes scientifiques parfois grossières comme celles des éclairs horizontaux dans les orages ou de la présentation de l’expérience du Professeur Montagnier. Cette deuxième vidéo garde néanmoins et malgré ces erreurs et les doutes qu’elle génère sur l’ensemble de la présentation   un grand intérêt par la multitude des informations recueillies.

 

Ces deux vidéos constituent un témoignage bouleversant sur les folies du monde des technosciences qui, au-delà des multinationales dont ils font partie ou auxquelles ils sont soumis, a gangrené la pensée des pouvoirs militaires et politiques. Les populations ne sont plus, au mieux, qu’un alibi pour ce pouvoir technoscientifique démoniaque qui ravage la planète.

la géoingénierie sur Wikipédia

l’agrobactérium sur Wikipédia

le livre de Claire Séverac : la guerre secrète contre les peuples

 

Technique, médecine et santé, les envers d’un mythe du progrès

4 ième assises de Technologos : 16 et 17 septembre 2016

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

105 bd Raspail , Paris 6

avec la collaboration du CRIIGEN 

Dans un grand nombre de pays industrialisés, l’espérance de vie plafonne, ou diminue, tandis que dans la classe moyenne américaine traditionnelle, autrefois fer de lance du progrès, la mortalité augmente par toxicomanie, suicide et affections environnementales (dites « maladies chroniques »). Le mieux-être n’embraye plus sur le progrès médical, malgré l’accroissement constant des ressources qui lui sont affectées. Activée par des mythes puissants (la science, la technique, le marché, la santé parfaite), la machinerie médicale s’emballe alors que les indices de sa contre-productivité et de ses impasses se multiplient.

Une première série de questions interroge le champ médical. Non pas seulement la culture commune de la corporation médicale du XXe siècle et du début du XXIe, mais bien la tradition héritée de l’antiquité grecque, qui appartient à tous (au même titre que la politique, la philosophie, les sciences, le théâtre). Comment s’opère la technicisation de la médecine ? Quels bénéfices, quels risques engendre-t-elle pour les soignants, pour les patients et pour les bien-portants ? Comment la science, la technique, le marché, la santé parfaite influencent-ils l’institution de la médecine dite moderne ? La médecine peut-elle s’affranchir du discours technicien moderne ? Peut-elle inspirer des traitements plus effectifs des grands maux collectifs, voire une authentique prévention ?

Une autre série de questions interroge les relations entre les organisations techno-industrielles au sens large, la santé des personnes et la salubrité de l’environnement. Enfin, l’importance des constructions mythologiques dans les actions humaines conduit à rechercher des imaginaires plus féconds susceptibles de préserver la permanence des conditions d’une vie humaine digne.

 

« Si vous voulez comprendre l’univers, pensez à l’énergie, à la fréquence et à la vibration. » ~ Nikola Tesla

Arcturius.org

Regardez cette expérience de résonance extraordinaire…. La géométrie sacrée du son

Ces résultats sont tirés de l’expérience aux figures de Chladni à l’aide d’un générateur de sons, un pilote WAVE (système de haut-parleur) et une plaque métallique fixée au haut-parleur. Ajoutez du sable à la plaque et commencez ensuite à jouer une tonalité.

Certaines fréquences font faire vibrer la plaque en métal de façon à ce qu’elle crée des zones où il n’y a aucune vibration. Le sable « se verse » sur ces zones en créant de beaux motifs géométriques. Lorsque la fréquence augmente les motifs à pas graphique dans les modes de tangage deviennent plus complexes.

Les “Cymatics” (expérience d’une interaction physique avec leur environnement sonore) révèlent la symétrie étrange et belle dans l’œuvre de la nature.

Inspirées par le travail du Dr Hans Jenny, les images sont le miroir des symétries trouvées dans le monde naturel, des formes dissimulées dans les flocons de neige aux formations nuageuses hexagonales massives trouvées sur Saturne.

« Si vous voulez comprendre l’univers, pensez à l’énergie, à la fréquence et à la vibration. » ~ Nikola Tesla

un chercheur dénonce l’inutilité de nombreux travaux scientifiques

Passeur de science -blog le Monde-

Le chercheur américain John Ioannidis, professeur à Stanford, montrait dans un article publié en 2005  par  PLoS Medicine et Intitulé « Pourquoi la Plupart des découvertes publiées Sont fausses » que les bases statistiques sur lesquelles s’appuyaient bon nombre d’études n’étaient pas suffisamment rigoureuses.

Dans un  article  publié le 21 octobre 2014 par  Medicine PLoS, surmonté d’un autre titre provocateur « Comment faire en sorte que plus d’études publiées soient vraies« , il met de nouveau les pieds dans le plat de la recherche scientifique.

On le comprend d’entrée de jeu, le but de John Ioannidis n’est pas de démolir la science ni ceux qui la font à grands coups de démonte-pneu. Son objectif consiste à améliorer le fonctionnement de la recherche car la marge de manœuvre, suggère-t-il, est grande. Dans l’énoncé du diagnostic, le chercheur américain, spécialiste de questions de santé, ne fait pas dans le diplomatique mais plutôt dans le direct. Il a recensé, entre 1996 et 2011, plus de 25 millions d’études scientifiques publiées, signées par quelque 15 millions de personnes de par le monde. Une quantité phénoménale d’articles, donc, à comparer avec un nombre de découvertes importantes beaucoup plus modeste.

John Ioannidis est convaincu depuis des années que le problème principal est  dû au fait que le système de recherche ne fonctionne plus correctement et que la plupart des « découvertes » qu’il engendre ou enregistre n’en sont pas : par la faute de protocoles inadaptés, de biais, de mauvais traitements statistiques voire de malhonnêteté intellectuelle, les résultats soi-disant significatifs sont trop souvent des faux positifs que l’on ne peut reproduire. Au bout du compte, en biomédecine, c’est jusqu’à 85 % des investissements faits dans les recherches qui sont perdus, soit un total annuel astronomique de 200 milliards de dollars ! Une autre estimation, moins précise, évoque un gâchis portant sur « des dizaines de milliards de dollars ».

John Ioannidis fait une description, en termes choisis mais qui contiennent souvent leur dose de vitriol, d’un monde académique parfois sclérosé où les personnes qui attribuent les budgets publics de recherche sont rarement de grands chercheurs, où le conservatisme le dispute au népotisme et au sexisme.

L’article n’aurait pas grand intérêt si John Ioannidis se contentait de critiquer. Mais le chercheur, qui co-dirige aussi depuis le printemps le Metrics (Meta-Research Innovation Center at Stanford), une institution travaillant justement sur l’amélioration des processus de recherche, est venu avec deux batteries de propositions. La première concerne la manière de mener des études et met l’accent sur le cheval de bataille de John Ioannidis : une plus grande collaboration entre les équipes pour obtenir des échantillons plus importants et des résultats sans équivoque ; inciter à la reproduction des travaux pour s’assurer que les effets mesurés sont réels, ce qui passe par une standardisation et un partage totalement transparent des protocoles, du matériel de recherche et des résultats. John Ioannidis insiste aussi sur un point sensible : la mise en place de critères plus stricts avant de crier à la victoire, à la découverte. Le but, écrit-il, est de réduire les faux positifs « dans les domaines qui ont jusqu’ici été trop accomodants (comme l’épidémiologie, la psychologie ou l’économie). Cela pourrait leur conférer une crédibilité plus importante, comparable à celle des secteurs qui ont traditionnellement été plus rigoureux de ce point de vue, comme les sciences physiques. »

La seconde batterie de propositions est bien plus iconoclaste puisqu’elle touche non plus à la manière de faire des études mais à celle dont le petit monde de la recherche les « valorise ». Sans jamais citer la fameuse formule « Publie ou péris », John Ioannidis explique que, dans le système scientifique, les articles publiés sont comme une monnaie : ils servent à obtenir des « biens » (un poste, un échelon hiérarchique). Cela n’est pas sans conséquence puisqu’on voit parfois certains chercheurs avoir une production prolifique de travaux médiocres voire non-reproductibles, en profiter pour monter dans les hiérarchies, entrer dans les revues, bénéficier de renvois d’ascenseur et obtenir leur signature dans une étude pour laquelle ils n’ont donné qu’un avis, etc. J’ai moi-même pu constater que certains adoptaient ce que John Ioannidis appelle (joliment) la technique du « salami », qui consiste à découper une recherche en tranches, en sous-sections, et à « vendre », sur la base d’une seule expérience, plusieurs études à des revues différentes…

A l’opposé, le système actuel ne récompense que mal ou pas du tout ceux qui veulent reproduire les expériences des autres pour vérifier leurs résultats ou ceux qui s’investissent à fond dans la relecture des articles des confrères. Seule l’étude publiée importe. John Ioannidis propose donc de modifier la manière dont la bibliométrie est prise en compte dans l’évaluation des chercheurs, de ne pas donner de valeur aux publications per se mais d’en accorder à celles qui ont été confirmées.

Le chercheur américain a conscience que son scénario est « délibérément provocateur » et qu’il risquerait par exemple de décourager les ambitions de ceux qui veulent diriger un laboratoire. Néanmoins, l’article a le mérite de pointer les détails qui font mal, notamment le gâchis en temps et en argent que représentent toutes ces études dont les résultats ne se retrouvent jamais. A fréquenter chercheuses et chercheurs depuis presque dix-huit ans, j’ai entendu ici ou là, souvent sur le ton de la confidence, la plupart de ces critiques. Il y a quelque chose de sain et de salutaire à les voir, sans tabou, rassemblées sur la place publique.

Pierre Barthélémy

Qu’est ce que l’Homme ? un colloque organisé le 13 avril

Un débat organisé par Jean Staune

 

Bertrand Vergely, philosophe, spécialiste des pères de l’Église, il écrit aussi sur de nombreux sujets d’actualités, son dernier livre est La tentation de l’Homme Dieu, vous pouvez en trouvez une note de lecture sur le blog de Jean Staune.

Thierry Magnin, Physicien et théologien, Recteur de l’université catholique de Lyon, il est un spécialiste des questions de bioéthiques et des rapports entre Science et Foi. Il est l’auteur de Les nouvelles biotechnologies en questions.

Jean François Lambert, Psychophysiologiste à l’Université Paris 8, il enseigne aussi à l’institut de philosophie comparée. Il est le Président de l’UIP.

De l’obsolescence de l’homme au transhumanisme

 

l'obsolescence de l'homme

Cette réflexion commence par la lecture d’un livre,
un livre qui m’est apparu d’emblée prophétique,
comme s’il décrivait avec acuité ce qui actuellement,
soixante ans après, nous submerge,
au point qu’il est devenu presque banal,
d’envisager une disparition possible et prochaine de l’être humain.

« L’obsolescence de l’homme »

sur l’âme à l’époque de la 2e révolution industrielle
un livre de Gunther Anders éditions IVREA (2002, 1956)

« À un monde de violence et d’injustice, au monde de la bombe atomique,
on ne saurait déjà plus rien opposer que la révolte des consciences,
du plus grand nombre de consciences possible.
Georges Bernanos 18 mars 1946″

Quel livre au titre magnifique, si poétique, si questionnant !
Ce mot « obsolescence » habituellement employé pour des objets devenus inutiles et que l’on jette, conviendrait-il donc aussi à l’être humain ?

 

Pour lire la suite de cet article sur le site Psychothérapie intégrative

 

L’appel de 700 personnalités sur les dangers de l’intelligence artificielle

Wedemain.fr

Les progrès de l’intelligence artificielle sont fulgurants, mais peu de recherches sont effectuées sur les conséquences de cette révolution technologique. C’est l’avertissement émis dans une lettre ouverte par un groupe de chercheurs et d’entrepreneurs. Parmi eux, Stephen Hawking et Elon Musk.

Et si la réalité rattrapait la fiction ? Sept cents personnalités du monde des sciences et de la technologie appellent, dans une lettre ouverte publiée le 10 janvier, à plus de prudence face à l’essor de l’intelligence artificielle, dont les récents progrès ont été fulgurants. À leur tête, l’astrophysicien britannique Stephen Hawking,  mondialement connu pour ses recherches conduites sur les trous noirs et la gravité quantique, malgré une paralysie physique quasi totale. La lettre a été publiée par le Future of Life Institute (FLI), un think tank créé par Jaan Tallinn, cofondateur de Skype, et dédié à « protéger l’humanité des risques existentiels ». Parmi ses autres célèbres signataires, Elon Musk, fondateur de SpaceX et de Tesla Motors ou encore Morgan Freeman, qui occupe l’affiche du film Transcendance (2014), justement consacré aux dangers de l’intelligence artificielle.
 …..

ASSURER LE PROGRÈS HUMAIN

« Étant donné le grand potentiel de l’intelligence artificielle, estiment les signataires, il est important d’étudier comment la société peut profiter de ses bienfaits, mais aussi comment éviter ses pièges. » Ils évoquent, entre autres, la possibilité d’un chômage de masse dû à la robotisation, l’apparition d’armes autonomes, ou la délégation de choix moraux à des machines.

Les signataires appellent donc la communauté scientifique à réfléchir à des garde-fous éthiques et légaux et proposent des pistes de recherche afin que « nos systèmes d’intelligence artificielle fassent ce que l’on leur demande ». Dans une interview accordée à la BBC en décembre, Stephen Hawking mettait en garde :« Les formes primitives d’intelligence artificielle que nous avons déjà se sont montrées très utiles. Mais je pense que le développement d’une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à la race humaine ».

ÉTUDE. Une mutation génétique à l’origine de l’intelligence

 

Huffingtonpost

ÉVOLUTION – Quand est apparue l’intelligence? Comment ces comportements complexes ont-ils vus le jour? À ces questions, sans doute les plus importantes que se posent la biologie évolutive, des chercheurs britanniques ont peut-être trouvé les réponses.

Premier point, affirment-ils dans deux études publiées par la revue Nature Neuroscience, l’intelligence est le fruit d’une augmentation du nombre de gènes cérébraux. Et si ce nombre de gènes a augmenté, c’est à cause d’un accident génétique survenu il y a 500 millions d’années environ.

Cet heureux hasard, sans lequel l’homme tel que nous le connaissons et le concevons n’aurait jamais vu le jour, a touché un petit animal invertébré qui vivait dans la mer. Affecté par cette mutation génétique, notre ancêtre lointain aurait vu son nombre de gènes cérébraux démultiplié pour évoluer vers des espèces dotés de formes d’intelligence.

Pour le comprendre, les chercheurs ont d’abord étudié les capacités mentales d’hommes et de souris en les soumettant à un certain nombre de tests d’intelligence. Ils ont ensuite combiné ces résultats avec les informations génétiques des individus, hommes et souris, qui ont participé à cette enquête.

Ils ont ainsi pu se rendre compte que les fonctions les plus développées de l’intelligence étaient attribuables aux mêmes gènes, c’est donc qu’elles constituent bien les gènes de l’intelligence. Dès lors, il ne restait plus qu’à savoir quelle était leur origine.

Mais il y a un revers à la médaille. Les gènes à l’origine de l’intelligence sont aussi ceux qui, lorsqu’ils sont endommagés ou subissent des mutations, provoquent des troubles mentaux.

« Notre travail montre que le prix à payer pour avoir une intelligence développée est la maladie mentale », explique le professeur Seth Grant, de l’université d’Édimbourg.

Les chercheurs avait déjà travaillé sur ces types de mutations et avaient montré qu’une centaine de maladies cérébrales étaient provoquées par des mutations de ces gènes.

« Désormais, en comparant le comportement des patients atteints de certaines maladies avec leur patrimoine génétique, nous pourrons peut-être les soigner », conclut le docteur Tim Bussey de l’université de Cambridge, qui a cosigné ces études.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La stratégie diabolique des futures plantes OGM

Le Monde

Jeudi 1er août, le Conseil d’Etat a annulé le moratoire qui frappait depuis 2012 le MON810, un maïs transgénique de la firme américaine Monsanto. Le MON810 est une plante à laquelle un gène a été ajouté pour qu’elle produise une toxine dite « Bt » (du nom de la bactérie Bacillus thuringiensis qui la synthétise naturellement), toxine qui tue les insectes ravageurs de ce maïs, comme la pyrale, en paralysant l’intestin des larves. Dans l’esprit des créateurs de cette plante transgénique, faire fabriquer le pesticide directement par la plante évite aux agriculteurs d’en épandre sur leurs cultures. Cette décision du Conseil d’Etat a une nouvelle fois relancé le débat sur la culture d’organismes génétiquement modifiés (OGM) en France, les opposants aux OGM soulevant plusieurs arguments, comme les risques pour la santé des consommateurs (humains ou animaux d’élevage), la contamination des cultures non-OGM et du miel, le fait que certains insectes utiles seraient victimes de la plante ou bien le développement de résistances à la toxine chez les nuisibles.

Ce débat, qui a depuis longtemps quitté le domaine de la science pour tomber dans celui de la politique – les arguments exploités par les uns et les autres étant plus d’ordre idéologique que biologique –, pourrait bien de toute manière devenir rapidement un combat d’arrière-garde avec la future génération de plantes transgéniques, ainsi que le souligne Science dans son numéro spécial du 16 août, consacré à l’épineuse question des pesticides. En effet, les OGM de demain ne seront plus conçus suivant le principe assez basique qui consistait à leur faire produire l’insecticide. Non, ils seront l’insecticide, grâce à une stratégie diabolique, celle de l’interférence ARN.

Derrière cette expression se cache un phénomène dont la découverte a valu à Craig Mello et Andrew Fire le Nobel de médecine 2006. Pour le comprendre, il faut entrer dans le mécanisme cellulaire. Dans le noyau se trouve l’ADN, qui constitue le support de l’information génétique et détient la recette de fabrication des protéines indispensables à la vie. En revanche, l’usine qui synthétise ces protéines est située dans le cytoplasme de la cellule, c’est-à-dire à l’extérieur du noyau. Pour fabriquer une protéine, il faut par conséquent copier l’information contenue dans le gène qui, au sein de l’ADN, correspond à cette protéine, puis la transporter à l’extérieur du noyau. C’est le rôle de l’ARN messager.

Ce qu’ont découvert Mello et Fire, c’est que l’on pouvait, à l’aide d’un ARN dit « interférent », intercepter le facteur en cours de route : de tout petits morceaux de cet ARN interférent viennent se coller à l’ARN messager, ce qui entraîne sa destruction. Conclusion : le message ne parvient jamais à l’usine à protéines, la protéine n’est pas synthétisée et son gène est comme éteint. Le phénomène de l’interférence ARN se retrouve dans la nature, soit pour lutter contre l’introduction de génomes étrangers (de virus, par exemple), soit pour moduler l’expression de certains gènes.

L’idée des fabricants de semences OGM consiste à faire fabriquer à leurs plantes un micro-ARN interférent réduisant au silence une protéine-clé pour l’organisme des insectes ravageurs. Une fois que ces derniers auront croqué dans la plante et assimilé l’ARN interférent en question, celui-ci empêchera la production de la protéine vitale et l’animal mourra. 

pour lire la suite