Du mérite à l’accueil

pour lire ce livre en téléchargement 

_ » vous n’êtes plus sous la loi,mais sous la grâce » 

( Rm 6,14)

       Dans un précédent article ( Du choix de Jésus ,coach intérieur) je parlais notamment de mon « effusion d’Esprit » vécue par les premiers chrétiens, oubliée par l’Eglise, comme d’ailleurs l’exercice des charismes, retrouvée par le Renouveau charismatique, marginalisé en courant d’Eglise. J’insistais sur l’importance d’une relation personnelle et directe avec Jésus, rendue possible par, notamment, la lecture de la bible et de ma difficulté à être entendu par les personnes ayant avant tout, à coeur, le respect de la Loi.

       Jésus nous dit:-« soyez parfait,comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5,48) et non « tendez vers la perfection ».Il est bien évident que cela n’est possible que si son Esprit vient vivre en nous et à travers nous. Jésus nous dit aussi: « aimez vos ennemis… »(Mt 5,44 notamment). L’amour ne se commande pas me direz-vous; encore moins l’amour des ennemis….et pourtant : « tu aimeras (Dieu, ton prochain, toi-même) est le plus grand, le premier commandement »nous dit encore Jésus (Mt 23,37.39 notamment). Son respect n’est aussi possible que si Dieu vient nous habiter. Pourquoi n’en serait-il pas de même pour tous les autres commandements de la Loi dont le respect par effort personnel conduit à l’orgueil, comme je l’expliquais dans l’article précédent. Ainsi, pour le chrétien, la Loi est là pour lui révéler, en cas de non conformité avec sa conduite, qu’il n’est plus sous la mouvance de l’Esprit-Saint. C’est le retour à Dieu qui s’impose alors et non les bonnes résolutions » (Saint-Paul nous explique amplement cela dans l’ épître aux Romains.)

Pour le chrétien, Jésus fut bien le seul homme sur terre à avoir été parfait et ce n’est que par son Esprit en nous que nous le serons à notre tour. Chercher à mériter le ciel par l’accomplissement de bonnes oeuvres, en plus d’être intéressé, c’est essayer de se passer de Jésus qui nous l’a déjà mérité. Pour le chrétien, les bonnes oeuvres sont les fruits de l’Esprit-Saint en nous et non un moyen de gagner le ciel, gratuitement offert par ailleurs.

Dans l’histoire humaine, Dieu propose au peuple juif une Alliance ou le respect de la Loi devait permettre à ce dernier d’entrer en relation avec Lui : « Soyez saint, car je suis saint »(Lv 11,45; Lv 19,2; Lv 20,26), de devenir juste et, selon certains, d’entrer ainsi dans l’éternité heureuse : « Le Seigneur ton Dieu changera ta destinée, il te montrera sa tendresse »(Dt 30,3). Pour Saint-Paul, c’est même le refus de certains juifs qui, en ne reconnaissant pas en Jésus le messie attendu, permit l’entrée des païens, que nous sommes, dans le plan de Dieu.(Rm 11,11).

       [Remarque: Je ne suis pas théologien.Tout ce que j’exprime ici est un essai de rationalisation « après-coup »d’une foi dont le fondement est ailleurs ]

Pour les personnes encore « sous la Loi », ce qui était mon cas avant le 23 février 1975, au lieu de rechercher Jésus, d’être à son écoute, sous  la mouvance de son Esprit, à l’accueil de l’inattendu de Dieu et à la joie de la rencontre, elles chercheront à défendre des valeurs (sans forcément parvenir elles-même à les respecter). Certes, le chrétien n’a pas « le monopole du coeur « ! Est-ce à dire que, de même que le refus de certains juifs de reconnaître Jésus permit l’entrée des païens dans le plan de Dieu, le refus de certains chrétiens d’être guidé par l’Esprit permet-il aux athées de bénéficier de cette conduite ?…..pour « exciter la jalousie » (Rm 11,14)de ceux qui se déclarent chrétiens ?

Réf: Mt 5,48;5,44;23,37-39.=évangile selon Matthieu,chapitre 5,verset 48

Lv 11,45;19,2;20,26 =Lévitique chapitre 11,verset 45…etc

Dt 30,3 =Deutéronome chapitre 30 ,verset 3

Rm 11,11; 11,14=épitre aux Romains chapitre 11 verset 11 …etc

 

 

Du choix de Jésus coach intérieur

pour lire ce livre en téléchargement 

 

 

Le changement d’assise de ma foi,…..

            J’étais catholique par fidélité ….mais aussi par espérance. Cette espérance,cette confiance, je l’avais mise en l’Eglise et non directement en Dieu. J’avais misé sur elle et non directement sur Jésus. D’ailleurs le « credo »de mon enfance, récité à chaque messe disait: « je crois en l’Eglise car elle ne peut ni se tromper ni nous tromper ».

…..son recadrage par « effusion d’Esprit,…..

                 Le 23 février 1975, dans une assemblée de prière du Renouveau Charismatique à laquelle j’avais été invité et ou j’étais plutôt gêné de me trouver ,une parole de la bible me percuta : « vous n’êtes plus sous la loi, mais sous l’amour »( « sous la grâce »en Rm 6,14 ).C’est un membre de cette assemblée qui avait lu cela, mais c’est aussi Jésus qui s’était adressé à moi et cela directement.

…bouleversa ma vie chrétienne…

                En un instant tout bascula : dans ma vie de prière (le devoir de réciter devint besoin de Lui parler), dans ma lecture de la bible (de simple lecture intellectuelle, elle devint soif d’entendre Jésus me parler), l’action par devoir fit place au besoin… notamment de me faire entendre, par la parole dans ma paroisse, puis par l’écrit: « Alors les yeux s’ouvrirent » Editions Bénévent, 2009; « Quelqu’un a-t-il soif, » Editions Graine d’auteur, 2013.

…et m’abreuva de contradicteurs…

                   Je me suis mis à « dévorer » la bible et hélas comprendre qu’il y avait, dans mon Eglise, une dérive par rapport à l’enseignement du Nouveau Testament. Certains l’assument en me disant : « Ce n’est pas la  bible qui dit la vérité, c’est l’Eglise » .Certains imposent la supériorité hiérarchique : « Si en lisant la bible vous faites des découvertes, parlez-en, même à l’évêque, la bible doit être lue en Eglise », d’autres enfin, les plus nombreux, évitent toute discussion, de peur, sans doute, d’avoir à remettre en cause le fondement de leur foi.

…ancrés dans l’enseignement reçu et souvent encore donné…

                    Ce qui, notamment, m’a été donné de comprendre, c’est, qu’en principe, le chrétien est habité par l’Esprit-Saint et que c’est ce dernier qui, à travers lui, accomplit de bonnes oeuvres. Essayer par nous-même de faire le bien et d’éviter le mal pour ensuite nous glorifier lors des réussites (voir Jn 5,44) et nous flageller lors des échecs, n’a rien de chrétien.( Le catéchisme de l’Eglise catholique ose encore déclarer que « la sainteté implique la mortification »-réf: 2015-).

…alors que l’idéal du chrétien est de pouvoir dire, en vérité, comme Saint-Paul en Gal.2,20 : « Je vis mais ce n’est plus moi, c’est Christ qui vit en moi ».

                    Si l’Esprit-Saint n’est généralement pas à l’oeuvre en nous et à travers nous, ne serais-ce pas déjà parce qu’Il n’y a pas été invité. Cela pourrait se faire en Eglise…en ayant alors bien conscience que c’est alors à Lui que revient la gloire des bonnes oeuvres ! ( voir Jn.12,43).

…Dans le Renouveau Charismatique, quand l’Esprit-Saint « tombe sur nous « on parle d’effusion d’Esprit, mais cela reste le plus souvent sauvage. C’est ce qui m’est arrivé le 23 fév.1975 et c’est ce qui se passait à l’origine chez les premiers chrétiens.

                       Dans les actes des apôtres (Ac.10,44.48) c’est cette « effusion d’Esprit » sur des non-juifs (manifestée par le « chant en langues ») qui incita Pierre à oser baptiser des païens et ce dernier s’en explique devant l’assemblée de Jérusalem : « A peine avais-je pris la parole que l’Esprit-Saint tomba sur eux, comme il l’avait fait sur nous au commencement. Je me suis souvenu alors de cette déclaration du Seigneur« : « Jean, disait-il, a donné le baptême d’eau, mais vous, vous allez recevoir le baptême dans l’Esprit-Saint… »( Ac.11,15-16).  

 …Mon espérance, celle qui demeure, est de voir, non seulement mon Eglise catholique,mais toutes les Eglises chrétiennes, revenir ensembles devant Dieu et sous la mouvance de l’Esprit-Saint aux écrits qui les fondèrent,sans se prévaloir d’une antériorité ou d’une tradition  qui leur serait propre.                    

robert.specty@orange.fr

 

références citées dans l’article :

Rm.6,14 = Epître de Paul aux Romains,chapitre 6,verset 14

Jn 5,44 =  Evangile de Jean chapitre 5, verset 44

Gal.2,20 = Epître de Paul aux Galates ch 2, verset 20

Jn.12,43 = Jean, chapitre 12, verset 43

Ac.10,44.48 = Acte des apôtres, chapitre 10, versets 44 à 48

Ac.11,15-16 = Acte des apôtres, chapitre 11, verset 16

Jésus : la veille et l’éveil de l’esprit

Intellection

Comment considérer un Esprit qui veille? Quelles en sont les caractéristiques?

En vérité, la veille de l’Esprit qui, de toute façon, ne dort jamais, est un stade métaphysique d’éveil de conscience de l’Homme immatériel qui se connaît et qui sait qu’il vient de Dieu, l’ÊTRE-ESPRIT dont tout être spirituel émane comme une image virtuelle à réaliser dans son évolution.

C’est donc la conscience de la vérité de l’Homme par-delà le somatique, la matérialité de la vie immédiate et les vagues déchaînées des folies illusoires du monde. C’est le dépassement de l’orgueil de la vie d’ici-bas pour vivre comme par anticipation, la contemplation de la Plénitude céleste de l’Esprit. C’est vivre comme un Esprit – conscient de soi, conscient pour soi – qui chemine dans la matière tout en se sachant être le réceptacle actif de toutes les grâces et bénédictions de l’Architecte de l’Univers, du Père qui appelle l’Homme à la félicité de sa famille divine.

pour lire la suite

 

Cet article écrit ici par un chrétien fait échos à celui publié le 10 mai concernant le message de Swami Atmarupananda : devenir veilleur au nom d’une cohérence, d’uune conscience

Crise de valeurs : L’homme est un esprit en accomplissement

L’histoire humaine par Camille Loty Malebranche

Pour lire l’intégralité de l’article :

sur le blog http://intellection.over-blog.com/

L’homme est un esprit en accomplissement dont la mission est l’autoconstruction par des valeurs. Les valeurs sont les briques constitutives de l’édifice humain. L’animal humain ne commence son humanisation qu’en intégrant les valeurs morales, intellectuelles, spirituelles qui le font personne humaine. Quand les excentricités matérialistes se substituent aux valeurs ontologiques proprement humaines, c’est toute l’orientation sociale de l’homme qui est déviée de sa vérité et frappée de déshumanisation. Une société en crise est avant tout une société en crise de valeur, une société aux valeurs fausses.

Qu’est ce que l’Homme ? un colloque organisé le 13 avril

Un débat organisé par Jean Staune

 

Bertrand Vergely, philosophe, spécialiste des pères de l’Église, il écrit aussi sur de nombreux sujets d’actualités, son dernier livre est La tentation de l’Homme Dieu, vous pouvez en trouvez une note de lecture sur le blog de Jean Staune.

Thierry Magnin, Physicien et théologien, Recteur de l’université catholique de Lyon, il est un spécialiste des questions de bioéthiques et des rapports entre Science et Foi. Il est l’auteur de Les nouvelles biotechnologies en questions.

Jean François Lambert, Psychophysiologiste à l’Université Paris 8, il enseigne aussi à l’institut de philosophie comparée. Il est le Président de l’UIP.

Pierre Teilhard de Chardin -fins possibles

Vu sur Science et Conscience -Abel Chaouqui

 

Synchronicité ?   Alors que je commence la lecture d’un petit livre « Présence de Pierre Teilhard de Chardin «  par Roger Durand et édité en 2005 je découvre aujourd’hui le blog d’Abel Chaouqui : Science et Conscience et son  dernier article paru en mars 2006. »Pierre Teilhard de Chardin -fins possibles » 

Pierre Teilhard de Chardin était un prêtre jésuite français, chercheur, paléonthologue, théologien,philosophe français et scientifique de renommée internationale… et presque tombé dans l’oubli selon Roger Durand.

Dans Le Phénomène humain, il trace une histoire de l’Univers, depuis la pré-vie jusqu’à la Terre finale, en intégrant les connaissances de son époque, notamment en mécanique quantique et en thermodynamique.

Pour Teilhard, matière et esprit sont deux faces d’une même réalité. En tant que croyant, chrétien et prêtre de la Compagnie de Jésus, il donne un sens à sa foi chrétienne ou l’adhésion personnelle à la véracité du Christ, qu’il situe à la dimension de la cosmogenèse et non plus à l’échelle d’un cosmos statique comme l’entendait la tradition chrétienne se référant à la Genèse de la Bible.

Abel Chaouqui cite un article de  Pierre Berger journaliste au monde informatique à propos de l’impasse à laquelle nous arriverions et la vision qu’en dessinait Pierre Teilhard de Chardin : « Noosphère et hypermonde ».

Pierre Teilhard de Chardin conclut :

Si bien que le plus grand événement aujourd’hui en cours dans l’histoire de la Terre serait peut-être bien, tout justement, la découverte graduelle… non pas seulement de Quelque Chose, mais de Quelqu’un, au sommet engendré par la convergence sur lui-même de l’Univers en évolution. »

Alors, que pourrait-on prédire comme sortie du monde terrestre ?

Cela dépendra de nous, de notre refus ou de notre acceptation de ce « Quelqu’un », selon Teilhard.

Pierre Teilhard de Chardin disait qu’il y a ceux qui sont tournés vers la Religion et ne pensent qu’au ciel. De l’autre ceux qui son tournés vers la Science et ne voient la réalité que dans la matière et sur terre.

Il faut apprendre à connaître plus profondément la matière qui porte la vie au plus profond d’elle-même. L’énorme mouvement de la vie organique est un organe essentiel du monde. C’est une propriété de l’étoffe cosmique. La vie peut être regardée comme une pulsion depuis toujours présente dans l’univers. Elle est le secret mouvement imprimé aux choses par l’unité qui les domine.

Une religion de la Terre est en train de se faire contre la religion du ciel proposée par les Eglises jusqu’à ce jour.

Dans son encyclique Laudato Si, le pape François ouvre justement l’Eglise et invite le monde à cette religion de la Terre.

 

 

Jean-Marie PELT : regards sur la Vie à travers une soixantaine d’ouvrages

Pour découvrir ses réflexions sur Dieu, les Hommes et ses connaissances sur la Nature et les plantes je vous invite à parcourir la soixantaine d’ouvrages qu’il a écrits entre 1969 et 2015 en rejoignant la page suivante des projets de lecture : http://www.cielterrefc.fr/les-lectures-essentielles/jean-marie-pelt-dieu-lhomme-et-la-nature-en-une-soixantaine-de-livres/

Adieu Jean-Marie Pelt

Selon une information parue hier dans le quotidien l’Est Républicain  les obsèques de Jean-Marie Pelt auront lieu aujourd’hui 29 décembre 2015 à 10heures:

Selon ses dernières volontés, Jean-Marie Pelt souhaitait « un enterrement simple et recueilli à l’église et au cimetière de Rodemack ». Il a demandé qu’aucun discours ne soit prononcé.

 

Créateur et animateur du Temple des Consciences, je me sens si proche du message que Jean-Marie Pelt essayait de transmettre que je vous fais partager cette vidéo qu’il avait faite récemment pour le forum  du 13 au 16/11/2015 à Aix-les-Bains organisé par  A ciel ouvert auquel, déjà, il n’avait pu participer. Suivent des  témoignages recueillis sur la même page. C’est ici et l’enregistrement dure environ 16 mn. C’est sa contribution au forum « Imparfait mais debout » dont j’extrais ci dessous l’essentiel du message.

Imparfait :

Nous vivons une période particulièrement anxiogène. Mais de telles périodes ont déjà existé, voire encore plus sombres, par exemple celle de la peste noire au XIVè siècle durant laquelle au moins  1/3 de la population de la France a disparu, ou les guerres de religions, ou les deux guerres mondiales…

Car nous sommes imparfaits … et le mal dans notre monde et dans nos coeurs est très puissant.

On dit actuellement que l’on va améliorer l’homme et nous pensons par là une amélioration sur le plan moral, sur le plan éthique mais ce n’est pas du tout ça. Le projet est de peut -être  rendre l’homme immortel. C’est le projet fou que Jean-Marie Pelt condamnait absolument et qu’il considère comme un projet inquiétant : c’est le projet transhumaniste. ( cf les articles sur le transhumanisme sur ce blog – cf les livres sur le transhumanisme)

mais debout :

Nous avons un immense projet de réconciliation  à faire avec la nature mais comme le dit le Pape les politiques sont soumis à  la technologie et à la finance. Il faut sortir de cette société hyper-consumériste dans l’esprit de son ami Pierre Rabhi : vivre dans la sobriété heureuse.

Il invite à la lecture de la très belle encyclique du Pape François : Laudato Si dans laquelle le Pape insiste sur la nécessité d’une conversion écologique.

Enfin il nous dit de ne pas tout accepter, de ne pas accepter les projets fous et de nous rassembler autour d’un projet « Nous » solidaire qu’il oppose au projet « je » libertaire.

« Tout n’est pas foutu,

Tout commence« 

Il y a l’espoir de nos engagements et au-dessus de l’espoir il y a encore plus grand, l‘espérance, portée par la spiritualité et nous avons un grand besoin de spiritualité qu’elle soit chrétienne ou qu’elle soit laïque.

Avec toi et derrière toi, Jean-Marie,

Le Temple des Consciences

 

 

 

 

 

Dieu est à l’œuvre en cet âge

Abbaye de Citeaux

Hymne de Didier Rimaud pour le temps de l’avent

Dieu est à l’œuvre en cet âge, ces temps sont les derniers.
Dieu est à l’œuvre en cet âge, son jour va se lever !
Ne doutons pas du jour qui vient, la nuit touche à sa fin.
Et l’éclat du Seigneur va remplir l’Univers,
Mieux que l’eau ne couvre les mers !

Quelle est la tâche des hommes que Dieu vient rassembler,
Afin de bâtir le Royaume du Prince de la Paix ?
Que peut-on faire pour hâter ce jour tant espéré
Où l’éclat du Seigneur va remplir l’Univers,
Mieux que l’eau ne couvre les mers ?

Que notre marche s’éclaire au signe de Jésus !
Lui seul peut sauver notre terre où l’homme n’aime plus ;
Il faut défendre l’exploité, ouvrir au prisonnier,
Et l’éclat du Seigneur va remplir l’Univers,
Mieux que l’eau ne couvre les mers !

Seuls et ensemble

Un article présenté par l’Union Comtoise de Yoga -UCY-

Sources n°29

Janvier/Février/Mars 2015

par Jean-Yves Leloup

Comme les anciens thérapeutes d’Alexandrie ou les pères du désert, les chartreux vivent seuls, chacun dans son ermitage, et pourtant ils sont ensemble ; ils partagent le même air (le ciel), le même lieu (la terre), le même Dieu (l’Amour), le même pain (l’eucharistie)…

 

Jamais seuls sans être ensemble.

Jamais ensemble sans demeurer seuls.

 

Chacun est lui-même, dans la mesure où il demeure centré dans Sa relation avec l’autre et dans le mouvement de la Vie (le cercle) où il se donne.

 

Les thérapeutes d’Alexandrie, les pères du désert, les chartreux… peuvent-ils nous aider ?

 non seulement à rêver, mais à réaliser cette communauté d’hommes, de femmes, d’animaux, de plantes et autres étoiles, cette société à l’image de l’Un-Trinité ?

…/…

 

Chacun est « seul » (Je suis),

au cœur de sa solitude il découvre qu’il n’est rien,

sans l’air qu’il respire,

sans le soleil qui lui donne la vie et la lumière,

sans la nourriture que lui donne la terre,

sans relation avec les autres ;

même isolé il est en relation avec ceux présents dans son code génétique,

sans relation avec l’Être qui fait être tout ce qui est,

il découvre que « Je suis » n’est « rien »,

il découvre qu’il est « seul ensemble ».

 

« Je suis » est : « nous-sommes »,

L’Un est Trinité, c’est-à-dire « Relation ».

« Il est Cela. »

« Tu es Cela. »

« Je suis Cela. »

« Nous sommes Cela. »

Ainsi sois-tu.

Ainsi soit-il.

Ainsi sommes-nous.

Que Cela soit ainsi.

 

Aum, Amen