La Non-Dualité

SAT CHIT ANANDA

 

 

 

 Sites

 Non-dualité.free

 

Non-dualité : la perfection est de ce monde

 

La Non-dualité : Nicole Montineri 

 

revue de la non-dualité

 

Non-Dualité : Définition

La Non-Dualité est le principe essentiel de toutes les spiritualités. Il en constitue la non-substantifique moelle… notre nature innommable ! A ce titre là, elle est indéfinissable. Mais intellectuellement, nous pouvons en dire quelque chose. Mais tout de suite, je vous confie que l’intellect ne vous mènera pas au bout du chemin vers la non-dualité. Qu’en dire ?

La Non-dualité est la négation de la dualité. Dualité entre l’esprit et la matière, entre la conscience et le monde. La négation de ce qui est duel, c’est à dire de l’existence manifestée, l’ombre et la lumière, la densité et la légèreté, toutes les paires de dualités physiques. Tout ce qui est apparemment séparé est une illusion. Il n’y a que Cela. Le Principe Absolu. Les diverses voies spirituelles authentiques connaissent la non-dualité comme source de toute condition. Shankara, au VIIIème siècle est l’un des premiers à exposer clairement la Non-Dualité. Il affirme l’inexistence de l’illusion manifestée, au profit du non-manifesté qui n’a jamais contenu la moindre trace de manifestation et de dualité. Imaginons :, le principe d’où surgit spontanément l’univers manifesté est comme de l’eau, dont la condensation produit la glace de cet univers. Et la glace se reflète dans l’eau primitive, donnant naissance à la conscience et ne formant qu’une seule entité. Alors la glace n’existe pas réellement, puisqu’elle n’est que de l’eau gelée. Son existence propre n’est pas indépendante de l’eau. Si on retire l’eau il n’y a plus de glace. Tandis que si on retire la glace, il reste toujours l’eau… En tant qu’eau rien n’est séparé.

Mais combien de religions, de voies spirituelles s’en tiennent là ? Vous êtes déjà totalement le Soi, personne ne peut vous donner cette expérience ; c’est votre nature même ! Arrêtez de prendre pour serpent effrayant ou guirlande multicolore la corde de la vie.

On ne peut comprendre la réelle portée de la Non-Dualité que par l’expérience vécue. Ici, c’est bien clair, nous allons parcourir ensemble un terrain sans frontière, sans panneaux indicateurs. Si nous pouvons faire vibrer en vous l’intuition de cette expérience intime de votre être, laquelle, nue de tous les concepts, est sans dualité, nous aurons rempli notre humble rôle.

Il n’y a pas de théorie, pas de connaissance qui puissent vous mener à ce que vous êtes de toute éternité, hors-temps. Il n’y a pas plus de pratique, de yoga, de techniques méditatives ou de gurus qui en soient capables. Votre nature est toujours libre de l’emprisonnement. Et comme elle est « déjà » absolument ici et maintenant, qu’ajouterions-nous ?

 

 

 

 Sri Ramanamaharshi

« Qui suis-je ? »  Je suis la pure Conscience dont la nature est Etre-Conscience-Félicité (sat-chit-ânanda).

 

enseignement de Jean Klein

Si nous considérons le connaisseur indépendamment du connu, il se révèle comme pur témoin. Quand connaissance et connaisseur ne font qu’un, il n’y a plus de place pour un témoin. 
Toute imagination est irréelle, car basée sur la mémoire. Mais tout ce qui n’est pas anticipé, tout ce qui est inopiné, qui provoque la surprise, l’étonnement, provient de la réalité vivante. La recherche du plaisir naît de la souffrance, de la mémoire. Accueillez la vie comme elle se présente, ne mettez pas l’accent sur le monde mais changez votre attitude à son égard. Votre conception du monde, de la société, a sa source dans la croyance que vous êtes un ego séparé. Soyez votre totalité et le monde changera. Le monde n’est pas autre chose que vous. Le monde est en vous, la société commence avec VOUS.


 

enseignement de Francis Lucille

La non-dualité est une expérience dans laquelle il n’y a pas de séparation entre un sujet et un objet, entre un <<moi>> et le reste de l’univers, entre un <<moi>> et Dieu. C’est l’expérience de la conscience pure, notre nature véritable, se révélant comme bonheur absolu, amour et beauté. La conscience est définie comme ce qui perçoit ces mots-mêmes ici et maintenant.

introduction à l’Advaita

Maître Eckhart

Dans le sermon « De l’homme noble » nous pouvons lire : « Il n’y a de distinction ni dans la nature divine ni dans les Personnes dans la mesure où elles sont unies dans la nature. », « dans l’Un seul on trouve Dieu ; et il faut que celui qui doit trouver Dieu devienne quelque chose d’Un. ». Cette notion d’Unité entraîne la distinction entre l’homme intérieur et l’homme extérieur, le premier attaché aux vérités du ciel ; le second préoccupé par l’activité terrestre.

L’intime désigne ce lieu dans l’âme qui échappe à toute détermination. Il permet de comprendre l’expérience du détachement qui est un point central dans l’enseignement d’Eckhart.

En abandonnant les images et représentations qui envahissent l’esprit, l’homme découvre une profondeur infinie qui fait de lui un être inappropriable, irréductible à toute définition. C’est peut-être cela l’humanité de l’homme… Saisir combien « quelque chose » nous échappe, et ce « quelque chose » est peut-être la part la plus essentielle de nous-mêmes.

Swami Prajnanpad

« D’abord regardez avec lucidité ce qui est, ce que vous êtes, ici et maintenant : pour cela, vous devez être convaincu que la comparaison et les jugements de valeur ne sont  absolument pas fondés. Rien n’est ni bien ni mal et vous êtes donc ce que vous êtes, ici et maintenant. »

« Tout est neutre, tout est absolu, chaque chose est comme elle est. C’est vous qui la faites apparaître bonne ou mauvaise, agréable ou pénible. 

 

Arnaud Desjardin

La vigilance est exprimée en anglais par les mots awareness, mindfullness, collectedness, self-remembering et, en français, par recueillement, ou conscience, ou, selon la vieille expression chrétienne : présence à soi-même et à Dieu. Il n’y a pas de présence à Dieu sans présence à soi-même et il n’y a pas de réelle présence à soi-même sans présence à Dieu, si vous voulez utiliser le langage religieux. Trop d’entre vous, qui se disent chrétiens, n’ont eu qu’une formation morale et théologique; un petit peu d’étude du dogme et un petit peu de morale. Mais de ce qu’on appelle la théologie ascétique et mystique le chrétien ordinaire n’a aucune connaissance, qu’il soit protestant ou catholique. Si vous étudiez ce qui a fait l’essence de la vie des moines bénédictins, des moines trappistes, des moines chartreux ou des moines du mont Athos, vous verrez que toute la vie du moine est axée ou centrée sur cette nécessité de vigilance.

Extrait de A la recherche du Soi , volume 3 : « Le Vedanta et l’inconscient », Ed. de La Table Ronde, Paris 1979

 

 

 

Ibn Arabi et l’unicité de l’être

En 1196, à Fès, Ibn Arabî reçoit une révélation de la part du Prophète Muhammad : celui-ci lui apparaît en rêve pour lui remettre la « pierre de la sagesse ». Cette pierre, symbolisant la vérité atteinte à travers la Révélation, est le point de départ d’une réflexion mystique : seul le véritable croyant, ayant parcouru la voie mystique, pourra en embrasser simultanément toutes les facettes. Celui que Ibn Arabî surnomme « l’homme parfait » doit, par la méditation, parvenir à faire l’expérience de la Présence divine (hadarât), en se rapprochant le plus possible de la « Présence totale ». Cette métaphore permet également à Ibn Arabî de parler des autres religions du Livre : tous les Prophètes, d’Abraham à Muhammad en passant par Jésus, ont reçu la même pierre, mais ils la taillent tous différemment. Enfin, cette révélation lui permet de donner aux saints une place fondamentale dans l’islam : les saints (walis) reçoivent une partie de la lumière de Dieu, telle qu’elle est reflétée par la révélation muhammadienne, et ils peuvent ensuite refléter cette lumière vers les autres.

 

 

Eric Baret

Qu’on évoque l’espace vide en son propre corps dans toutes les directions à la fois. Alors, pour qui jouit d’une pensée libre de dualité, tout devient espace vide.

Ô belle aux yeux de gazelle ! Qu’on évoque intensément toute la substance qui forme le corps comme pénétrée d’éther et cette évocation deviendra permanente.

 Vijñanabhairava Tantra

 

 

 

Huang Po

Tous les Bouddhas et tous les êtres vivants ne sont qu’un seul esprit. Depuis des temps sans commencement, cet esprit, jamais venu à l’existence, n’a jamais cessé d’exister… illimité et insondable, on dirait l’espace vide.

Il n’est rien dans notre fondamentale bouddhéité, si ce n’est un vide ouvert et paisible, une
clarté merveilleuse et pleine de félicité, où la réalisation profonde et spontanée plonge
directement. Tout est là, parfaitement complet, rien ne fait défaut.
Quand on saute directement dans la non-pensée,
 l’être fondamental se manifeste de luimême…
Là rien qui demeure ou s’accroche, en tous sens rien que liberté, 
et partout la présence de la Voie.
Il n’y a jamais eu de méthode spirituelle. Le détachement est la méthode, 
et qui connaît le détachement est Bouddha. 
Une fois que l’on est détaché de tout, 
on n’a pas d’autre réalité à trouver.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *