1- Un regard sur le Temple : présentation

Par ce premier message je vous fait part de l’ouverture du blog à une vision personnelle de la construction du Temple des Consciences.

A ce jour, le Temple des Consciences comptent 325 pages réparties sur des thèmes divers et je ne peux évidemment pas suivre régulièrement tout cet ensemble. Plusieurs solutions sont envisageables et la plus simple serait de réduire de façon drastique le nombre de pages mais alors quelle perte en diversité !

La seconde solution que je garde en mémoire est celle d’une construction collaborative. Confier telle ou telles pages ou sous-pages à celle ou celui qui serait attiré par la réalisation de celles-ci. Cela me paraît la solution la meilleure mais qui demande alors un minimum d’adhésion à un sens commun de la construction.  Pour l’instant un seul artisan est à l’ouvrage … et à temps partiel. Pourtant la longévité du Temple des Consciences et de ce qu’il représente passe nécessairement par une voie collective qui serait à définir avec les co-participants.

Il reste alors une troisième solution que je vous présente aujourd’hui : Au fur et à mesure des  adjonctions ou modifications importantes sur le site, je présenterai celles-ci dans le blog toujours de la même manière : le numéro d’ordre – « un regard sur le Temple »  puis la page sur laquelle porte ce regard. Ce regard correspondra souvent à un remodelage des pages avec des ajouts personnels.

J’envisage de publier de tels articles sur un rythme pouvant fluctuer entre un rythme mensuel et un rythme trimestriel. Ces articles s’ajouteront aux publications des articles repris sur le net.

Ainsi, l’ensemble  des pages restera centré sur des apports extérieurs de sites, vidéos ou autres qui constitueront la base du Temple, sa variété vivante – il y a peu de jours où des liens vers des sites ne sont pas cassés du fait de la disparition de ces derniers et il conviendrait à l’opposé de pouvoir réactualisé les présentations  qui sont faites pour recueillir de nouveaux sites.

Bref, le constructeur apparaît dans la construction !

L’été meurtier pour les animaux

Un article de Corine Pelluchon dans Libération

Alors que nous sommes nombreux à profiter de l’été, parce que nous sommes en vacances ou que notre activité professionnelle nous laisse plus de loisir que d’ordinaire, des cris d’horreur parviennent à nos oreilles.

C’est une clameur immense, insupportable.

Elle vient de ces centaines de dauphins qui ont été massacrés ces dernières semaines dans les îles Féroé, au nom d’une tradition danoise.

Elle vient de cette foule en délire qui applaudit en voyant un taureau supplicié dans les arènes de Béziers et de toutes les villes où la corrida est encore autorisée par la loi.

Elle prend aujourd’hui le visage – oui, je dis bien le visage – de ce lion magnifique, Cecil, qui a été attiré loin de la réserve du Zimbabwe où il vivait pour être froidement abattu par des braconniers qu’un riche dentiste américain, Walter James Palmer, a «achetés» pour 50.000 euros.

 

Le mal qui est en nous s’exprime sans détours dans notre rapport aux bêtes

Que personne ne dise qu’à se soucier des animaux, on oublie les hommes, les terribles souffrances que des milliards d’entre eux endurent, parce qu’il y a la guerre, qu’ils sont exploités comme des forçats ou qu’ils meurent de faim ! Car cette clameur immense qui vient de nos compagnons qui n’ont ni ordinateur ni tribunal pour nous accuser parle aussi des hommes, du mal qu’ils sont capables de commettre.

Pour lire l’ensemble de l’article 

Pour rejoindre le site Sea Shepherd FR , ONG créée en 1977 pour la sauvegarde de la faune et de la flore marine

Pour accéder à la page de la condition animale sur le Temple des consciences

 

 

 

 

De l’obsolescence de l’homme au transhumanisme

 

l'obsolescence de l'homme

Cette réflexion commence par la lecture d’un livre,
un livre qui m’est apparu d’emblée prophétique,
comme s’il décrivait avec acuité ce qui actuellement,
soixante ans après, nous submerge,
au point qu’il est devenu presque banal,
d’envisager une disparition possible et prochaine de l’être humain.

« L’obsolescence de l’homme »

sur l’âme à l’époque de la 2e révolution industrielle
un livre de Gunther Anders éditions IVREA (2002, 1956)

« À un monde de violence et d’injustice, au monde de la bombe atomique,
on ne saurait déjà plus rien opposer que la révolte des consciences,
du plus grand nombre de consciences possible.
Georges Bernanos 18 mars 1946″

Quel livre au titre magnifique, si poétique, si questionnant !
Ce mot « obsolescence » habituellement employé pour des objets devenus inutiles et que l’on jette, conviendrait-il donc aussi à l’être humain ?

 

Pour lire la suite de cet article sur le site Psychothérapie intégrative

 

Réaliser d’abord le changement en nous

 

 

 

 

sur la page https://www.facebook.com/coquelicot.reinedespres?fref=nf

Texte de Amma
dessin de Sandrine Syama Bataillard
Dans le monde d’aujourd’hui, tout le monde veut que les autres changent en premier.
Il est difficile de trouver des gens qui sentent sincèrement qu’ils doivent eux-mêmes subir un changement.
Au lieu de penser que les autres devraient changer en premier, chaque individu devrait s’efforcer de changer lui-même- ou elle-même.
A moins qu’une transformation ne prenne place dans notre monde intérieur, les choses seront plus ou moins les mêmes dans le monde extérieur. »
Amma (Mata Amritanandamayi)

 

 

Why do I care : l’appel des consciences pour le climat

Sommet des Consciences – 21 juillet 2015, Paris
La campagne internationale «  Why do I care » invite chacun à exprimer, en son âme et conscience, pourquoi  la lutte contre le réchauffement climatique est importante et le concerne, à en témoigner et à le faire savoir autour de lui.

 

 

Attention : Grave épidémie sans vaccin, encore plus dangereuse que le H1N1 !

http://sain-et-naturel.com/attention-grave-epidemie-sans-vaccin-encore-plus-dangereux-que-le-h1n1.html

Voici les symptômes de cette grave épidémie sans vaccin :

1 – Tendance à se laisser guider par son intuition personnelle plutôt que d’agir sous la pression des peurs, idées reçues et conditionnements du passé.

2 – Manque total d’intérêt pour juger les autres, se juger soi-même et s’intéresser à tout ce qui engendre des conflits.

3 – Perte complète de la capacité à se faire du souci (ceci représente l’un des symptômes les plus graves)

4 – Plaisir constant à apprécier les choses et les êtres tels qu’ils sont, ce qui entraîne la disparition de l’habitude de vouloir changer les autres.

5 – Désir intense de se transformer soi-même pour gérer positivement ses pensées, ses émotions, son corps physique, sa vie matérielle et son environnement afin de développer sans cesse ses potentiels de santé, de créativité et d’amour.

6 – Attaques répétées de sourire, ce sourire qui dit « merci » et donne un sentiment d’unité et d’harmonie avec tout ce qui vit.

7 – Ouverture sans cesse croissante à l’esprit d’enfance, à la simplicité, au rire et à la gaieté.

8 – Moments de plus en plus fréquents de communication consciente avec son Âme, Non-duelle… Ëtre, ce qui donne un sentiment très agréable de plénitude et de bonheur.

9 – Plaisir de se comporter en guérisseur qui apporte joie et lumière plutôt qu’en critique ou en indifférent

10 – Capacité à vivre seul, en couple, en famille et en société dans la fluidité et l’égalité, sans jouer ni les victimes, ni les bourreaux, ni les sauveurs.

11 – Sentiment de se sentir responsable et heureux d’offrir au monde ses rêves d’un futur abondant, harmonieux et pacifique.

12 – Acceptation totale de sa présence sur terre et volonté de choisir à chaque instant, le beau, le bon, le vrai et le vivant.

Si vous voulez continuer à vivre dans la peur, la dépendance, les conflits, la maladie et le conformisme, évitez tout contact avec des personnes présentant ces symptômes.

Cette maladie est extrêmement contagieuse !

Si vous présentez déjà des symptômes, sachez que votre état est probablement irréversible.

Les traitements médicaux peuvent faire disparaître momentanément quelques symptômes mais ne peuvent s’opposer à la progression inéluctable du mal.

Grave épidémie : Aucun vaccin anti-bonheur n’existe.

Comme cette maladie du bonheur provoque une perte de la peur de mourir, qui est l’un des piliers centraux des croyances de la société matérialiste moderne, des troubles sociaux risquent de se produire, tels des grèves de l’esprit belliqueux et du besoin d’avoir raison, rassemblements de gens heureux pour chanter, danser et célébrer la vie, des cercles de partage et de guérison, des crises de fou-rire etc…

Michel Fournier

 

le Le TOUR ALTERNATIBA : mobiliser de vraies alternatives au changement climatique

le site Alternatiba :

 

Le Tour Alternatiba parcourra plus de 5000 kilomètres pendant l’été 2015 avec des vélos tandem 3 et 4 places, pour mobiliser des dizaines de milliers de personnes autour des « vraies alternatives » au changement climatique dans la perspective de la COP21.

carte-touretendu

Ce tour en vélo 4 places partira de Bayonne le 5 juin 2015, journée mondiale de l’environnement, et arrivera à Paris le 26 septembre 2015, date d’Alternatiba Île-de-France. Pendant 4 mois, il fera étape midi et soir dans 187 territoires de l’hexagone et de 5 autres pays européens

Pourquoi?

Deux mois plus tard se tiendra à Paris la conférence des Nations-Unies sur le Climat (la COP21,).

C’est dans cette perspective historique qu’Alternatiba vise à mobiliser des dizaines de milliers de citoyens : à la fois pour faire connaître et grandir toutes les alternatives qui sont déjà à notre portée, mais aussi pour faire entendre nos voix par les dirigeants qui devront signer un accord international juste et ambitieux pour le climat.

pour en savoir plus

Est Républicain : Le Tour Alternatiba à Besançon le 17 juillet 

Adieu Paysans

Adieu Paysans, réalisé par Audrey Marion et écrit par Alain Moreau et Jean Rozatqui, présente l’histoire de l’Agriculture en France à la suite de la seconde guerre mondiale. Les gouvernements imposent modernisation et productivité, ce qui amènera, endettement, machandisation de tout, produits phytosanitaires… et la perte de l’esprit paysan. La fin d’un monde.

 

vers la page adieu paysans

Le pape fustige l’économie qui « tue » et qui « exclut »

pour la lecture complète de l’article : Le Monde

Le pape a prononcé, jeudi 9 juillet, à Santa Cruz, en Bolivie, l’un de ses discours les plus radicaux, les plus politiques, les plus longs… et les plus applaudis.

Dans un discours de près d’une heure, truffé de formules conçues pour frapper les esprits, le pape a expliqué pourquoi il voyait dans les mouvements populaires la promesse d’un modèle humain de développement capable d’être une alternative à « l’ambition sans retenue de l’argent qui commande », à « l’économie idolâtre » qu’il vilipende avec constance.
Selon lui, ils remplissent trois critères essentiels. D’abord, ils sont dans l’action et enracinés dans le réel des individus – « personne n’aime une idée, un concept. On aime les gens », a-t-il insisté. Avec son art particulier de la formule, il a affirmé que nos sociétés souffraient « d’un certain excès de diagnostic qui nous conduit parfois à un pessimisme charlatanesque ou à nous complaire dans le négatif ».

Au contraire, a-t-il lancé, même les plus démunis peuvent agir sans se cantonner à la seule revendication : « Vous, les plus humbles, les exploités, les pauvres et les exclus, vous pouvez et faites beaucoup. J’ose vous dire que l’avenir de l’humanité est, dans une grande mesure, dans vos mains, dans votre capacité à vous organiser et à promouvoir des alternatives créatives. (…) Ne vous sous-estimez pas ! Vous êtes des semeurs de changement. » Jorge Mario Bergoglio qui, depuis le début de sa visite en Amérique du Sud, dimanche, plaide pour une Eglise engagée, agissante, impliquée au cœur même du tissu social, a ajouté que « l’Eglise ne peut pas ni ne doit être étrangère à ce processus ».

« Quand nous regardons le visage de ceux qui souffrent, a affirmé le pape, “nous avons vu et entendu, non pas la statistique froide, mais les blessures de l’humanité souffrante (…). Cela est très différent de la théorisation abstraite ou de l’indignation élégante. Cela nous émeut. (…) Cette émotion faite action (…) a un supplément de sens que seuls comprennent les peuples et qui donne aux vrais mouvements populaires leur mystique particulière. »

« Conversion du cœur »

La troisième qualité de ces mouvements, selon lui, est qu’ils conçoivent le changement en termes de processus et non de structures, ce qui prévient certaines dérives. « Le changement, conçu non pas comme quelque chose qui un jour se réalisera parce qu’on a imposé telle ou telle option politique ou parce que telle ou telle structure sociale a été instaurée. Nous avons appris douloureusement qu’un changement de structures qui n’est pas accompagné d’une conversion sincère des attitudes et du cœur finit tôt ou tard par se bureaucratiser, par se corrompre et par succomber », a-t-il déclaré. Ce qui n’est pas pour le pape synonyme de changement au rabais.

Pour la deuxième fois de sa semaine en Amérique latine, où ce mot est chargé de sens, il a mis en avant le caractère « révolutionnaire » de la foi au nom de laquelle il appelle à ce changement radical dans cette économie qui « tue », qui « exclut ». François a rappelé son plaidoyer pour l’écologie et son appel pressant à « défendre la mère Terre ». Il a aussi profité de la présence de nombreux Amérindiens pour demander « humblement un pardon (…) pour les crimes contre les peuples autochtones durant ce que l’on appelle la conquête de l’Amérique ».