Introduire le principe de précaution dans la constitution pour la santé et la médecine

Lettre ouverte des Professeurs Luc Montagnier et Henri Joyeux au Président de la République 

Monsieur le Président de la République,

Tandis que la recherche scientifique repousse les limites du progrès médical et que l’offre de médicaments explose, les cinquante dernières années ont vu éclater de nombreux scandales sanitaires qui n’auraient jamais dû se produire.

Des procédures étaient censées faire barrage à des médicaments potentiellement dangereux. Pourtant rien n’a empêché que des êtres humains meurent ou souffrent de façon irréversible dans l’indifférence à cause de la diffusion de médicaments dont la mise sur le marché avait été autorisée et que des médecins croyaient pouvoir prescrire en toute bonne foi, sans faire encourir de risque à leurs patients…

 

 

pour lire la suite et signer la pétition

 

 

1/ Thalidomide : pour les nausées de la grossesse à l’origine de malformations 

Wikipedia : Thalidomide

Souvenons-nous de ce médicament contre les nausées donné aux femmes américaines enceintes dans les années 50. Des milliers de bébés sont nés sans bras, sans jambes.

50 ans après, le fabricant de la thalidomide s’excuse

2/ Distilbène, cause de malformations et de cancers sur plusieurs générations 

Wikipedia : Diéthylstilbestrol

Prescrit aux femmes enceintes pour éviter les fausses couches, ce médicament a provoqué des malformations. Il s’est aussi révélé être la cause de cancers sur trois générations, et dans bien des cas, de stérilité. 80 000 femmes en France ont été victimes.

Distilbène : des effets nocifs sur trois générations

3/ Sang contaminé 

Wikipedia : Affaire du sang contaminé

En 1984, l’Agence de transfusion sanguine n’a pas suffisamment contrôlé les produits dérivés du sang des donneurs, malgré l’épidémie de Sida. Rien qu’en France, 2 000 patients sont contaminés ; plus des trois quarts sont décédés.

l’affaire du Sang contaminé : un crime de sang

4/ Hormone de croissance contaminée : 111 enfants décédés

Wikipedia : Hormone de croissance

Malgré les mises en garde de l’un d’entre nous, les médecins ont prescrit à des enfants de l’hormone de croissance extraite de personnes décédées de différentes maladies neuro-dégénératives, d’encéphalite aiguë (maladie de la vache folle), de tumeur intracrânienne.

Des centaines d’enfants sont contaminés par un agent proche de la maladie de Creutzfeld-Jacob. Cent onze meurent dans d’indicibles souffrances, les autres devant vivre dans la crainte permanente que la maladie, qui peut mettre 30 ans avant de se déclencher, ne se réveille.

Hormone de croissance : le procès d’un scandale sanitaire

5/ Médiator
Wikipedia : Benfluorex
Tandis que le Médiator est retiré aux USA et chez nos voisins à cause de graves soupçons de toxicité, il reste prescrit en France pendant plus de 10 ans, jusqu’en 2009. Résultat : des centaines de personnes contractent une grave maladie du cœur (valvulopathie). A ce jour 220 décès sont officiellement reconnus comme causés par le médicament.

Mediator : pourquoi le parquet demande un procès contre les laboratoires Servier

 

 

6/ Vioxx, anti-inflammatoire « miracle » : près de 30 000 morts aux Etats-Unis 

Wikipedia : Rofécoxib

Cet anti-inflammatoire fabriqué par le laboratoire américain Merck fut prescrit aux USA entre 1999 et 2004. Il a provoqué officiellement 27 785 décès.

Le Vioxx, retrait mondial sur ordonnances

 

7/ Dépakine : les femmes enceintes à nouveau victimes 

Wikipedia : Acide valproïque

Plus récemment, c’est l’histoire de la Dépakine qui a défrayé la chronique. Entre 2007 et 2014, 14 322 femmes enceintes ont reçu ce médicament antiépileptique.

Il s’avère que ce médicament peut être responsable, pour les mères consommatrices, de 10 % d’anomalies de naissance et, dans 30 à 40 % de ces naissances, de retards intellectuels et de troubles du comportement.

France tv info : Dépakine

 

Lanceur d’alerte : victoire pour Antoine Deltour dans l’affaire des LuxLeaks

 

Résultat de recherche d'images pour "luxleaks"

 

Rappelons brièvement les faits : Le scandale LuxLeaks est révélé en novembre 2014 à la suite des investigations du consortium international des journalistes d’investigation du Center for Public Integrity.

Change .org communique aujourd’hui aux signataires de la pétition de soutien à Antoinde Deltour que la Cour d’appel du Luxembourg l’a acquitté pour la copie et l’usage des documents des LuxLeaks.

15 MAI 2018 — Ce mardi, la Cour d’appel de Luxembourg a pleinement reconnu à Antoine Deltour le statut de lanceur d’alerte au sens de la Cour européenne de Droits de l’Homme. Antoine est donc définitivement acquitté pour l’ensemble des chefs d’inculpation concernant la copie et l’utilisation des documents des LuxLeaks.

Antoine commente : « ce long combat judiciaire se termine par une grande victoire. Cette fin heureuse n’a été rendue possible que par les très nombreux soutiens reçus : 215 000 signataires de la pétition, 71 organisations, 477 personnalités, 3 avocats formidables, de nombreux témoignages en justice, des dizaines de milliers d’euros collectés… Tout cela coordonné par un comité de soutien extraordinaire dans sa détermination et son engagement, qu’il s’agisse d’administrer le site, le compte Twitter, la boîte mail et d’animer les réunions (chapeau bas Romain) , …

le 17 avril 2018 la Commission européenne a adopté un ensemble de mesures visant à renforcer la protection des dénonciateurs en tant que moyen de dévoiler des activités illégales et de contribuer à l’application du droit de l’UE.

Oxfam, novembre 2017

Le 5 décembre 2017 l’Europe publie une liste – hors Europe- de 17 pays inscrits sur une liste noire.

Le 23 janvier 2018 cette liste est ramenée à 9 états.

En se basant sur une estimation conservatrice du score obtenu par les pays d’après les critères de l’UE, Oxfam a déterminé qu’au moins les 35 pays suivants devraient figurer sur la liste noire de l’UE :

Albanie

Guam

Niué
Ancienne république yougoslave de Macédoine
Hong Kong

Oman
Anguilla

Îles Caïmans

Palaos
Antigua-et-Barbuda

Îles Cook

Serbie
Aruba

Îles Féroé

Singapour
Bahamas

Îles Marshall

Suisse
Bahreïn

Île Maurice*

Taiwan
Bermudes

Îles Vierges Britanniques*

Trinité-et-Tobago
Bosnie Herzégovine

Îles Vierges des États-Unis

Vanuatu
Curaçao

Jersey
Émirats arabes unis

Monténégro
Gibraltar

Nauru
Groenland

Nouvelle Calédonie

*Indique que la juridiction a été identifiée comme un paradis fiscal « conduit » par où l’argent transite

L’UE a annoncé dès le départ que sa liste inclurait uniquement des pays tiers, non membres de l’UE. Cette approche nuit considérablement à la crédibilité du processus, car plusieurs États membres comme l’Irlande, le Luxembourg et les Pays-Bas figurent parmi les paradis fiscaux les plus puissants au monde, permettant à certaines des plus grandes entreprises d’être assujetties à une fiscalité minimale. Cela a été confirmé par la Commission européenne à la suite d’une série de décisions marquantes à l’encontre d’Apple, d’Amazon et de Starbucks. Ces mêmes pays sont une nouvelle fois pointés du doigt dans les récents scandales fiscaux, y compris les Paradise Papers . Selon Oxfam, l’UE devrait commencer par balayer devant sa porte en matière de lutte contre l’évasion et fiscale, en faisant apparaître les pays de l’UE incriminés dans sa liste. C’est pourquoi Oxfam a également évalué les 28 États membres de l’UE. L’organisation a identifié aux moins quatre pays qui devraient figurer sur la liste noire de l’UE si les critères de l’UE leur étaient appliqués.
Irlande*
Luxembourg
Malte
Pays-Bas

droit des animaux : être le bien d’un autre

Etre le bien d’un autre Poche – 28 mars 2018

 

 

Le code civil ne dispose que de deux catégories : les personnes et les choses.

Depuis février 2015, le code civil définit les animaux comme des “êtres vivants doués de sensibilité”.

Malgré cette modification, ils demeurent soumis au régime des choses appropriables. Légalement, ces êtres existent pour servir l’humain, et non de manière intrinsèque. L’animal, comme l’esclave de la Rome antique, appartient à son maître. Il est son bien. Comment sortir de cette impasse ?

Quelle est la stratégie des défenseurs des droits des animaux ? Quel type de droits réclament-ils et sur quels fondements ? Dans ce texte engagé, Florence Burgat montre comment la notion de “personne” permet de faire évoluer le statut juridique des animaux vers un plus grand respect. Nul besoin de ressembler un humain adulte autonome et responsable pour être juridiquement une personne.

quelques regards – cf article Wikipédia -sur les  religions à propos de l’antispécisme

rappel : L’antispécisme est un mouvement datant des années 1970, qui affirme que l’espèce à laquelle appartient un animal n’est pas un critère pertinent pour décider de la manière dont on doit le traiter et de la considération morale qu’on doit lui accorder. L’antispécisme s’oppose au spécisme qui place l’espèce humaine avant toutes les autres.

Pour un chrétien, les autres espèces ont été créées par Dieu pour servir à l’homme : même si elles méritent le respect que leur confère le statut de créatures de Dieu, elles restent inférieures et n’ont pas droit au salut, ni aux sacrements, etc. Les interprétations des théologiens ont subi l’influence des Pères de l’Église, adeptes du néoplatonisme7, qui instille une rupture entre l’homme et les autres créatures. (pour aller plus loin cf l’étude en lecture libre : Le christianisme et l’animal, une histoire difficile -d’Eric Baratay)

Certaines religions ou cultures majeures paraissent se rapprocher de l’antispécisme. La croyance en la réincarnation dans l’hindouisme (qui est plus une culture avec des courants religieux en son sein, liés au shivaïsme, au vishnouisme, shaktisme, etc.), le jaïnisme, le bouddhisme et le sikhisme amène à proscrire la consommation des animaux et à éviter autant que possible de les tuer, de les faire souffrir. La notion d’être sensible, quelle que soit l’espèce à laquelle il appartient, est centrale dans l’hindouisme, le bouddhisme et le jaïnisme. C’est parce que tous les animaux sont dotés de cette âme commune, principe vital commun à tout être vivant (même « vouloir-vivre » selon le philosophe Arthur Schopenhauer) qu’il convient de ne pas les blesser, les tuer (voir à hindouisme et non-violence). Tous les textes sacrés, qu’ils soient hindous, bouddhistes, sikhs ou jaïns, enseignent le respect envers toutes les créatures vivantes (notion de l’ahimsa) comme valeur suprême, norme sociale, politique, et idéal le plus élevé.

Dans l’hindouisme, le jaïnisme et de manière générale dans les religions et philosophies indiennes (bouddhisme, ayyavazhi), la séparation entre humanité et animalité n’est pas en conséquence une séparation de nature mais une différence de degré.

Dans le monde chinois, selon les perspectives du taoïsme et du confucianisme, il n’y a pas de séparation nette entre humanité et animalité non plus, pas de séparation de « nature », mais différence de « degré » aussi, animaux et humains étant en réalité interdépendants ;

par rapport à l’humanisme : du fait de la double définition de l’humanisme, d’un côté décrit comme la généralisation de la compassion et de l’autre comme concept de royauté de l’homme, l’antispécisme peut être vu comme un humanisme compassionnel et dans le même temps comme l’antithèse de l’humanisme, puisque l’antispécisme met en question la supériorité de l’homme. La morale antispéciste peut donc être perçue soit comme une généralisation au-delà des frontières de l’espèce humaine de l’humanisme, donc une sorte d’universalisme de la compassion ; soit comme un anti-humanisme, dans le sens où elle refuse à l’être humain une essence qui le placerait au-dessus des autres animaux (par exemple, dans la culture hindoue, contrairement à la culture chrétienne, l’humanité a une différence de « degré » avec les autres animaux, non de « nature »).

 

 

 

 

 

 

 

 

A propos des inégalités mondiales – synthèse rapport 2018

 

synthèse du rapport 2018 sur les inégalités mondiales  

WID.World 2018

Chercheurs WID.world:
Ce rapport repose sur le travail de collecte, de production
et d’harmonisation de données sur les inégalités
réalisé par plus d’une centaine de chercheurs basés sur
tous les continents et contribuant à la World Wealth
and Income Database (voir www.wid.world/team pour
plus d’information). Les analyses présentées dans ce
rapport reflètent les points de vue des auteurs du
rapport et pas nécessairement celui de tous les chercheurs
affiliés à WID.world.

I. Quel est l’objectif du Rapport sur les
inégalités mondiales 2018?

▶Le Rapport sur les inégalités mondiales 2018 s’appuie sur une méthodologie pionnière pour mesurer les inégalités de revenus et de patrimoines de manière systématique et transparente. Avec ce rapport, le Laboratoire sur les inégalités mondiales vise à combler un déficit démocratique et à fournir aux différents acteurs de la société les données nécessaires pour participer à des débats publics ancrés dans les faits.

▶ Les séries présentées dans ce rapport sont le fruit du travail collectif de plus d’une centaine de chercheurs qui couvrent tous les continents et alimentent la base de données WID.world. Toutes nos données sont accessibles en ligne sur wir2018.wid.world et totalement reproductibles, ceci pour permettre à chacun de se livrer à sa propre analyse et de former son opinion sur les inégalités.

II. Quels sont nos nouveaux résultats
concernant les inégalités mondiales
de revenu?

▶Nous montrons que les inégalités de revenus ont augmenté dans presque toutes les  régions du monde ces dernières décennies, mais à des rythmes différents. La forte  disparité du degré d’inégalité observée d’un pays à l’autre, même lorsque ces pays sont à des niveaux de développement comparables, met en lumière le rôle déterminant des institutions et des politiques publiques nationales dans l’évolution des inégalités.

 

III. Quel rôle l’évolution du partage entre patrimoine public
et patrimoine privé joue-t-elle dans les inégalités ?

Les inégalités économiques sont en grande partie le fait de l’inégale répartition du capital. Celui-ci peut être détenu soit par le secteur privé, soit par le secteur public. Nous montrons que, depuis 1980, de très importants transferts de patrimoine public à la sphère privée se sont produits dans presque tous les pays, riches ou émergents. Alors que la richesse nationale a augmenté de manière substantielle, la richesse publique est aujourd’hui négative ou proche de zéro dans les pays riches. Cette situation limite vraisemblablement la capacité d’action des États contre les inégalités,
et elle a assurément des conséquences importantes pour les inégalités de patrimoine entre individus.

 

 

IV. Quels sont nos nouveaux résultats concernant les inégalités mondiales
de patrimoine ?

Des privatisations de grande ampleur, conjuguées à une inégalité de revenus croissante, ont alimenté la hausse des inégalités de patrimoine entre individus. Celle-ci a été extrême en Russie et aux États-Unis, mais plus modérée en Europe. Les inégalités de patrimoine n’ont pas encore retrouvé les niveaux records qu’elles avaient atteints au début du XXe siècle dans les pays riches.

 

V. Quel avenir pour les inégalités mondiales et quelles solutions ?

▶Nous proposons des projections sur les inégalités de revenus et de patrimoines jusqu’en 2050, en fonction de plusieurs scénarios. Dans un avenir où les tendances  actuelles sont prolongées, les inégalités continueront à augmenter. Si en revanche, dans les décennies à venir, tous les pays suivent la trajectoire d’inégalité relativement modérée dessinée par l’Europe ces dernières décennies, les inégalités de revenus dans le monde pourront diminuer – ce qui constituera aussi un grand pas en avant vers l’éradication de la pauvreté dans le monde.

Lutter contre les inégalités de revenus et de patrimoines dans le monde exige d’importants changements de politique fiscale au niveau national et mondial. Les politiques éducatives, la gouvernance des entreprises et les politiques salariales devront être revues dans de nombreux pays. La transparence des données est aussi un enjeu majeur.

 

SAMADHI – (le film)

 

En 2012, le cinéaste canadien, musicien et professeur de méditation Daniel Schmidt a créé Inner Worlds Outer Worlds cf ici -dans le but de rétablir sous forme artistique les anciens enseignements pour les générations futures :

SAMADHI CENTER

 Le principal objectif  est  de réveiller le monde, d’éveiller la conscience humaine à son plein potentiel en rétablissant l’équilibre entre nos mondes intérieurs et nos mondes extérieurs. Au fil du temps l’humanité a évolué loin de la conscience directe de notre nature vibratoire intérieure, et est devenu presque entièrement orientée vers le monde extérieur de la forme. L’équilibre entre l’intérieur et l’extérieur est ce que le Bouddha a appelé la voie du milieu, ou ce que les taoïstes appellent Yin et le Yang. La voie du milieu est le chemin qui mène à la beauté, l’amour, la vérité, la compassion, et une réalisation profonde que nous sommes tous connectés. Qu’est-ce que cela signifie d’être éveillé? Le Bouddha a dit que c’est  tout simplement la fin de la souffrance. Christ a dit que le royaume des cieux est en nous, en chacun de nous. Tous les plus grands saints et sages ont dit «connais-toi toi -même”. Il faut arrêter de chercher le bonheur en dehors et tourner l’attention à l’intérieur afin de comprendre comment la souffrance et les schémas conditionnés négatifs sont créés.

 

Le 5 mai 2018 Daniel Schmidt annonce la sortie de SAMADHI – partie 2 . Le film est en anglais et seulement accessible pour l’instant en français en traduction automatique visible sur le Temple des Consciences là 

La communication de ce lancement était accompagnée de ce message :

It’s Here!  It’s Finally Here!

We are very, very happy to announce that Samadhi Part 2 (It’s not what you think) is now online, ready for your viewing!  We truly appreciate your patience and assure you that we’ve been working around the clock the last couple of months to get to this point in our journey; the birthing of this beloved project.

Please remember that because we make these films available for free, we rely on donations to help fuel our initiative to reach as many people as possible.  Samadhi Part 1 has been viewed for free by many millions of people around the world in more than 20 different languages since its release just over a year ago, which was possible only with the help of our supporters and translators who donated their time and skills.  We would humbly ask you to consider making a donation – even of a couple of dollars – to help us keep this work flowing. We are trying a new system called Patreon which allows you to support us monthly (even a dollar a month would be an amazing help). As a “thank-you” there will be lots of downloadable items such as music tracks from the film and fractal/ sacred geometry wallpaper to enhance your desktop. We are also going to start some sort of monthly live Q & A for supporters. If you check out our Patreon page we made a fun little film about the work we do. Check it out at www.patreon.com/awakentheworld

Or make a one-time donation to http://www.paypal.me/samadhicenter.

We do not know when Samadhi Part 3 will be released, and it is quite possible that other smaller films will be released between now and its completion. The last two films have been splitting like amoebas into other pieces that themselves are becoming other films. Suffice it to say there are many exciting projects in the works!

In the meantime please enjoy and share the films and meditations, but most importantly, please take the time to be still. If you are looking for tools to help you realize Samadhi, we have created an entire guided meditation series which will take you through the process step by step.

Thanks so much for your support!
Daniel and Tanya

 

En 2017 il créait SAMADHI -partie 1

La traduction française  a été réalisée par Laurence Georget  et ajoutée sur Youtube le 6 juillet 2017 . Elle  est visible là sur le Temple des Consciences .

 

 

à propos de transdisciplinarité et de transrationalité

 article de Michel Cazenave -philosophe-: AU DELÀ DE LA MODERNITÉ : UNE AUTRE FAÇON DE PENSER sur http://ciret-transdisciplinarity.org
Blog « Le Monde des Religions » – Avril 2014

Basarab Nicolescu a fait sa carrière en France comme physicien des quanta au CNRS et à Paris-Orsay, en même temps qu’il était un excellent connaisseur de l’œuvre de Jakob Boehme, et qu’il se réclamait ouvertement de Daumal et de son « Grand Jeu ». Il manifestait de la sorte un esprit qui, naturellement, jetait des passerelles entre des disciplines réputées étrangères les unes aux autres, et l’on ne peut du coup être étonné d’apprendre qu’il fut l’ « apôtre » de la transdisciplinarité – concept qui connaît aujourd’hui une faveur certaine dans beaucoup de pays.

Pourtant, il faut faire tout de suite attention, et savoir exactement ce que ce mot désigne. Il ne s’agit certes pas de ce que nous appelons de nos jours « l’interdisciplinarité » – autrement dit d’amener, sur un même sujet, les différents éclairages que nous procurent des disciplines diverses.

Mais bien, après avoir « épuisé » toutes les ressources de sa discipline propre, et après s’être ancré en elle, de la dépasser ou de la dialectiser à d’autres savoirs, sans pourtant jamais l’abandonner. Emmanuel Kant, voici plus de deux siècles, avait ainsi déjà montré que, poussée à son bout, la raison rencontrait ses propres apories et ses contradictions intrinsèques… Il ne s’agit donc pas, avec la transdisciplinarité, de nier les champs d’études particuliers, ni de détruire la raison, mais bien de les exercer souverainement, et de ne chercher au-delà que poussé par ce que saint Augustin dénommait déjà leur « embrasement ».

On comprendra facilement que, dans cette perspective, il ne s’agit en rien de plonger dans un « irrationnel » qui ne marquerait qu’une régression, mais d’accéder à un « transrationnel » qui recourt précisément à la notion de dépassement.

Le dernier livre de Basarab Nicolescu apporte bien des éléments de réflexion en examinant de très près les impasses de notre monde moderne et en tentant  de réconcilier ce que nous a apporté la science la plus en pointe avec notre vécu tout à l’intime, avec les avancements de l’art sous toutes ses formes et avec nos aspirations spirituelles – non qu’il s’agisse de céder aux sirènes d’un concordisme trop facile (nous ne le connaissons que si bien à notre époque de bouleversements !), mais de rechercher le « point de fuite »
– ce que Basarab Nicolescu, dans son vocabulaire, dénomme le « tiers caché » – (cf conférence René Barbier)- à partir duquel tout pourrait enfin se réunifier : nous nous trouvons ici devant l’usage de ce que, en logique et dans des termes savants, on appelle le tétralemme ; autrement dit, dépassant les enseignements d’Aristote et de son « tiers exclu », la façon d’accéder à ce que les hindous ont nommé le « neti…neti : une chose n’est ni elle-même ni une autre » – à condition de procéder à ce que maître Eckhart désignait comme « negatio negationum : la négation de toutes les négations » qui nous emmène jusqu’au bord de l’inconnu, de l’inconnaissable et de l’irreprésentable… (Mais en se souvenant bien de ce que chaque branche de cette opération logique s’applique à des niveaux de réalité différents.)

vers le blog “Conscience transrationnelle

Théocratie et démagogie

Intellection

Comme une immonde prostituée pudibonde par maniérisme manipulateur, tout théocrate est un menteur, un bonimenteur adroit qui joue de la sainteté affectée, de l’angélisme pour assouvir ses goûts de pouvoir, asseoir la puissance politique de son clan par la démagogie…

…Le pouvoir théocratique, quant à lui, est de la compromission du sacré et du séculier pour jouir comme par fornication politique de droits divins aux dépens des humains…

Lorsque les hommes auront grandi et appris que tels des flagorneurs parasitant les débiles qui les écoutent, les théocrates ne vivent que des idiots qui les sacrent dieux, les imposteurs mitrés-soutanés, les mystificateurs calottés, les magistères à barbe tombante; tous les pontifes: papes, mollahs, dallai lamas, grands-rabbins seront rendus au bas de leur piédestal et déserteront le paysage spirituel libéré des histrions faisant le pitre cérémoniel. Oui, alors, le monde sera débarrassé des saltimbanques à l’onction douteuse, à la pseudo spiritualité avaricieuse et despotique! Et, enfin libre et remise aux mains de vrais et simples hommes cherchant Dieu, la vraie spiritualité expédiera aux cloaques et géhennes de l’histoire, le règne des démagogues usurpateurs du divin, se déliant de la face haïssable des prêcheurs spectraux, grimaçants hiératiques singeant la foi, qui refilent par sourde simonie, via des cultes postiches et rites inessentiels à travers la démagogie la plus matoise, la plus mensongère, la prétendue sainteté supérieure qu’ils sont censés incarner au-dessus de l’humanité.