LES DEUX MALGACHES MESSAGES DES 19 ET 21 SEPTEMBRE 2019

LES DEUX MALGACHES

RANOROSETRA  et NOROLINO

MESSAGES DES 19 ET 21 SEPTEMBRE 2019

 

Cette histoire , ma petite fille m’a demandé de ne pas la publier .Il semble qu’elle ait un peu de mal à concevoir , que l’on puisse parler avec les plantes.  Et pourtant ! Je pense que je ne suis pas la seule en ce monde ,  à communiquer avec nos amis végétaux . Alors , comment pourrais-je désavouer cette grâce qui m’a été faite, cette  surprise , cette joie immense que j’éprouve, tandis que nous dialoguons !                                                                    Je comprends ses réticences. Elle craint qu’on ne me prenne pour une illuminée ! Mais où est la différence ,  quand on parle déjà avec les anges ? Et doit-on ignorer toutes les merveilles et tous les secrets que nous dévoile le Ciel ?   A ma décharge, il serait impossible, pour moi, d’inventer de pareils récits, et les incroyables rencontres qu’il m’a été données de faire, avec des personnages du passé, porteurs de témoignages aussi précis que poignants, sur leur existence dans d’autres siècles et d’autres lieux, ces rencontres ont été d’une richesse inouïe ,  en documents et en recherches passionnantes.       J’ai appris tant de choses ! Ces défunts d’autrefois , m’ont transportée avec eux , dans leur famille,  dans leur détresse , et j’ai pleuré ,  prié avec eux .    Et les anges ne nous ont jamais quittés , toujours présents, toujours là , attentifs , pleins de conseils tendres et avisés .                                                             Mais venons-en à nos amies les plantes ,car leur témoignage n’est pas des moindres ! Elles vivent avec nous , dans nos maisons , dans nos campagnes ; elles sont conscientes de la réalité des choses, sur cette terre , poètes,  prophètes, dont l’innocence  et le pureté, ne sont que le reflet du royaume des Cieux.

Voici donc les confidences de deux ficus malgaches, nouveaux-venus chez moi , depuis seulement quelques jours . Il faut bien dire que cet échange est assez surprenant , mais je vais me faire l’écho de mes chers Nomades :  « Nous , rien ne nous surprend , lulu, nous sommes des anges ! »                      Le 7 Septembre , j’achète une plante pour décorer mon appartement , un ficus,  et comme à l’accoutumée, j’enroule l’une de ses feuilles autour de mon stylo . Je lui demande son nom .  Il écrit sur une feuille de papier en énormes lettres : RANOROSETRA ,  et il ajoute  « Malgache »                          Très étonnée , je fais des recherches sur une liste de prénoms malgaches , et je trouve « RANORO » qui signifie heureux et «SETRA » qui signifie bien ou vif.  Les prénoms malgaches sont très longs .Ils racontent une histoire , ou évoquent les origines et les qualités de la personne qui les porte . Je reste tout de même intriguée par les origines de ce ficus, venu de Madagascar !

Le jeudi 19 Septembre , j’achète une deuxième plante, semblable à la première , et je reprends la même technique , la feuille enroulée autour du stylo . Et voici ce que le ficus m’a confié :                                                                            _  Je m’appelle Norolino , je suis malgache . Ne va pas à Marseille , il y a des gens dangereux , et je suis au courant de tout ce qui s’y passe.         

 L : Pourtant , tu ne viens pas de là-bas ?                                                                             – Si , car nous avons été entreposés dans cette ville , après avoir été mis en pots . 

L : As-tu été témoin de quelque chose ?                                                                             – Oui , j’ai vu souffrir et tuer des gens .     

L : Tu m’inquiètes , mon ami , mais je ne suis pas vraiment étonnée !                 Je suis née dans la cité phocéenne , que j’adore , et les propos du ficus me causent du chagrin .   

L : Comment se fait-il que vous soyez tous les deux d’origine malgache ?        -Nous avons été élevés dans la même pépinière , mais nos graines viennent de Madagascar .   

L : Je ne pensais pas que vous veniez de si loin !                                                            -Tu ne sais rien de tous les trafics qui se font, en ce monde . Plus rien n’appartient à rien , de même que les fruits , les légumes ou la viande .Tout est dans les mains de trafiquants ,dont le but est l’empoisonnement et l’éradication de l’Homme . 

L : Hélas, mon ami, je m’en doute ! Seras-tu heureux ici ?                                     —Oh oui , si tu me soignes bien . Je ne suis pas très compliqué , tu sais !    Là-dessus , le ficus se livre à une harangue très imagée,  semblable à celles des anges  :     »  Dénonce les valeurs corrompues de l’argent ! Tu dois faire comprendre aux humains , que leur survie est en train de se jouer aux dés , sur l’échiquier du destin . Que Dieu veuille leur pardonner ! Tu es le messager , tu dois te presser de publier le deuxième livre, car le temps presse  , et plus rien ne pourra l’arrêter , sauf la main du Tout-Puissant »   

  L : Merci , Norolino . A plus tard.  Merci d’être avec moi.                                           Et voilà que l’ange Mom , mon guide tant aimé , intervient : « Tu as pu remarquer combien ce dialogue avec le ficus est étonnant, et il t’a appris beaucoup de choses »                                                                                                                  L : C’est un prophète  ?                                                                                                            -En quelque sorte . Mais c’est avant tout  un témoin muet , de ce qui se passe , autour de vous .

L : Heureusement , pour moi , il n’ a pas été muet !  Ces plantes sont donc des plantes de Madagascar ?

–  Peu importe , lulu . Ce qui compte c’est l’amour qu’elles donnent , leur utilité et leur beauté .       

Le 21 Septembre c’est au tour de Ranorosetra de m’exhorter à plus d’efforts : « Va au livre des anges. Ne perds plus de temps , car le temps presse. Tu dois remplir la mission que Dieu t’a confiée , et faire ton devoir de messager »

L : Parle-moi de toi , Ranoro ?

-« Je suis une plante d’ornement , et ma vie est sans histoire . Mais lorsque nous entrons dans une maison , dans une famille , nous faisons partie de cette famille , comme un membre ordinaire du groupe , et nous sommes mêlés à tous les événements de la vie de ce groupe .Nous ne pouvons pas leur donner de conseils , puisque personne ne nous le demande , mais nous pouvons prier le Seigneur , pour eux . Merci de me donner l’opportunité de m’exprimer . Je serai avec toi , comme tous tes autres amis végétaux.  N’hésite pas à me parler , je suis de bon conseil »

Tout à coup , j’aperçois sur la page , d’énormes lettres calligraphiques , et la plante écrit le message que voici :                                                                                        «  Ne fais pas venir tes enfants sur tes malheurs ( Ne mêle pas tes enfants à tes problèmes ), car ils ont le droit de vivre ,sans connaître tes souffrances. »

Va au royaume du firmament.                                                                                               Va au vol des passereaux sur les vagues .                                                                           Va aux merveilles du royaume de Dieu .

L : Connais-tu le royaume de Dieu ?                                                                                  – Non , mais je le ressens par tous mes pores ,  car nous sommes des êtres innocents et purs, et la malice est inconnue , pour nous .                                          L : Et l’Homme vous fait tant de mal !                                                                                _ Oui , lulu . Nous sommes comme les enfants , sans défense . Nous n’avons que l’amour et le climat , pour nous protéger , mais tout cela , devient de plus en plus difficile . D’un côté , les orages , les intempéries et le vent, apportent les éléments nécessaires à notre survie,  et de l’autre, les feux et l’homme nous détruisent , ainsi que la terre empoisonnée .   Les humains n’ont pas compris , que sans nous , ils ne pourraient pas survivre .  Il est grand temps qu’ils en prennent conscience , car le temps presse , et la patience de Dieu a des limites. Il vous aime , car vous êtes ses créatures, mais il ne peut en tolérer davantage,  malgré tout son amour pour vous .

Le ficus, qui est le nom latin du figuier ,représente des centaines d’espèces à travers le monde , dont trente à Madagascar ,où il est planté dans le but de protéger les villages et les troupeaux. J’ai appris aussi que son écorce était utilisée, pour produire une étoffe de tissu végétal ,qui sert à la confection du  lamba , un vêtement traditionnel malgache . Un simple échange avec mes deux ficus, m’a donc permis d’apprendre des choses que j’ignorais complètement.                                                                                                                               Le figuier est un symbole mythique et mystique majeur, et il apparaît dans presque toutes les religions . En Inde , il est symbole d’éternité, et c’est sous les branches d’un ficus , que  Bouddha a atteint l’illumination .                           Dans l’Ancien Testament , il serait l’arbre du jardin d’Eden, celui dont la feuille ,cacha la nudité d’Adam et Eve . Et c’est à l’abri d’un ficus sauvage , au pied du  mont Palatin , que la Louve , fondatrice de Rome , découvrit Romulus et Rémus .

 

Elevages intensifs : élevages sordides

 

L214 éthique et animaux

Cette enquête, présentée par Yann Arthus-Bertrand a été menée dans un élevage du Finistère sur la commune de Dirinon (29460). Cette ferme XXL a l’autorisation d’élever 800 truies reproductrices et d’engraisser plusieurs milliers de cochons. Elle est affiliée à la coopérative Triskalia, fournisseur de référence des abattoirs de l’entreprise Bigard-Socopa.

95% des 25 millions de cochons élevés chaque année en France proviennent d’élevages intensifs, d’élevages sordides.

N’oublions pas les éleveurs qui gèrent ces élevages et dont 1/3 gagnent moins de 350 € par mois.

Notre système marche sur la tête. Il faut que ça change. Des millions de repas sont servis chaque année dans nos écoles et nous votons dans quelques mois pour le renouvellement des conseils municipaux.

Demandons aux candidats de s’engager à ne plus faire servir dans ces cantines de repas contenant de la viande provenant d’élevages intensifs et à augmenter en conséquence le nombre de repas végétariens.

 

Lire le rapport produit par L 214 sur cette enquête 

info complémentaire : condamnation association L214

L214 condamnée pour avoir révélé la souffrance des animaux

NOUS CONTINUERONS À DÉVOILER LA RÉALITÉ DES ABATTOIRS

Le tribunal correctionnel de Pau a rendu lundi 18 octobre sa décision concernant les poursuites à l’encontre de l’association L214, suite à la diffusion d’une enquête filmée à l’abattoir de Mauléon-Licharre en 2016. Les juges ont relaxé L214 pour la diffusion des images, mais l’ont condamnée à 5 000 € d’amende pour complicité d’atteinte à l’intimité de la vie privée. Le tribunal a également condamné l’association à verser 1 500 € à chacun des salariés de l’abattoir. L’association fait appel de cette décision.

Celle-ci nous semble profondément injuste : l’association n’a jamais dévoilé l’intimité de la vie privée des salariés. Elle ne fait que montrer les conditions de mises à mort des animaux dans les abattoirs pour rendre visible une machine destructrice réglée en France à 2 400 mises à mort à la minute.

Si nous pouvions informer et faire prendre conscience de l’horreur qui se déroule derrière les murs des abattoirs ou des élevages autrement qu’en dévoilant des images, évidemment, nous le ferions.

Mais il faut se rendre à l’évidence : jusqu’à présent, seules les images ont permis de mettre en lumière la violence inouïe qui se déroule quotidiennement dans les abattoirs. En plus des prises de conscience, les images de Mauléon ont donné lieu à la condamnation de l’abattoir, de son ancien directeur et de quatre salariés notamment pour abattage sans équipement conforme, abattage sans personnel qualifié, abattage sans précaution pour éviter de faire souffrir, abattage sans étourdissement, immobilisation sans précaution et saignée tardive.

Voir la vidéo

Les images que nous avons diffusées ont permis la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les abattoirs à l’Assemblée nationale et poussé l’ex-ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll à ordonner des inspections dans tous les abattoirs de boucherie en France. Cet audit avait révélé que 80 % des chaînes d’abattage présentaient des non-conformités : la terreur et la souffrance inhérentes à la mise à mort sont encore accentuées par le non-respect de la réglementation.

→ Lire notre communiqué de presse

Les images que L214 a révélées ont permis de s’intéresser également aux conditions de travail scandaleuses des personnels des abattoirs : la violence touche également les ouvriers chargés de faire le sale boulot. Si des salariés doivent répondre de leurs actes devant la justice, L214 s’est toujours attachée à souligner la responsabilité de nos choix de société et des dysfonctionnements qui incombent le plus souvent aux abattoirs et aux services de l’État.

Pour mettre fin à ce système injuste, cruel, effroyable pour les animaux et les humains et désastreux pour l’environnement, nous continuerons de divulguer ce que les industries agroalimentaires cherchent à nous cacher.

À bientôt,
L’équipe de L214

 

 

L’« intelligence végétale » pour repenser radicalement notre (rapport au) monde ?

Sciences Critiques et le Festival du livre et de la presse d’écologie (Felipé) ont le plaisir de vous inviter à une conférence-débat sur l’« intelligence » des plantes, intitulée : L’« intelligence végétale » pour repenser radicalement notre (rapport au) monde ?, le dimanche 24 novembre, à Paris, de 15h15 à 16h30.

Les thèmes de la « vie secrète » et de l’« intelligence » des plantes font florès au sein de la recherche scientifique et du grand public, comme en témoignent les récents succès en librairie de livres comme ceux de l’ingénieur forestier allemand Peter Wohlleben, La vie secrète des arbres (Les Arènes, 2017), du biologiste italien Stefano Mancuso, L’intelligence des plantes (Albin Michel, 2013), ou encore de l’écologue français Jacques Tassin, Penser comme un arbre (Odile Jacob, 2018). Pourtant, la thèse de l’« intelligence végétale » reste encore très controversée au sein même de la communauté scientifique.

Les citadins regardent les arbres comme des « robots biologiques » conçus pour produire de l’oxygène et du bois. Forestier, Peter Wohlleben a ravi ses lecteurs avec des informations attestées par les biologistes depuis des années, notamment le fait que les arbres sont des êtres sociaux. Ils peuvent compter, apprendre et mémoriser, se comporter en infirmiers pour les voisins malades. Ils avertissent d’un danger en envoyant des signaux à travers un réseau de champignons appelé ironiquement « Bois Wide Web ». La critique allemande a salué unanimement ce tour de force littéraire et la manière dont l’ouvrage éveille chez les lecteurs une curiosité enfantine pour les rouages secrets de la nature.

Les plantes sont-elles intelligentes ?
Oui, et bien plus que nous ne pourrions l’imaginer, nous répond Stefano Mancuso. Savant de renommée mondiale, fondateur de la neurobiologie végétale, il est le premier à avoir démontré que, comme tous les êtres vivants, les plantes discernent formes et couleurs, mémorisent des données, communiquent. Elles ont une personnalité et développent une forme de vie sociale basée sur l’entraide et l’échange.

Véritable manifeste écologique, ce livre pionnier, qui a bénéficié d’une reconnaissance internationale, nous plonge dans un incroyable voyage au coeur du monde végétal. Un monde qui, en formant plus de 99 % de la biomasse, s’avère aujourd’hui indispensable pour l’humanité. Car si les plantes peuvent très bien vivre sans nous, nous ne survivrions pas longtemps sans elles !

À l’heure où l’on recherche d’autres modes de vie, où les ressources naturelles s’épuisent, nous avons tout à apprendre du monde végétal dont dépendent la survie et l’avenir de l’homme.

Depuis quelques années, dans le sillage d’importantes découvertes scientifiques liées à la communication végétale, une tendance de fond nous incite à prendre l’arbre pour modèle, voire à pénétrer les arcanes de sa « vie secrète ». Mais, au-delà des métaphores et des analogies faciles, que peut-on vraiment espérer de ce nouveau rapprochement avec l’arbre ? Une source d’inspiration, un modèle écologique, la clé d’un nouveau bien-être fait d’ouverture et de partage ? Un écologue passionné nous livre ses réponses empreintes de science, de sagesse et d’un infini respect pour l’arbre :
« L’arbre semble vouloir s’adresser aux grands primates irrévérencieux que nous sommes devenus. Des primates aujourd’hui perdus au bord du chemin pour avoir sottement oublié qu’ils vivaient sur la planète des arbres. » J. T.

Les végétaux, qui forment plus de 99 % de la biomasse de la Terre – et desquels dépendent les femmes et les hommes pour leur survie –, sont-ils vraiment « intelligents » ? Que recouvre exactement ce qualificatif pour les chercheurs et les philosophes ? Si les plantes (arbres, fleurs, légumes, algues…) sont capables de communiquer, de discerner formes et couleurs, d’apprendre, de se souvenir, de ressentir, de penser, de développer une forme de vie sociale basée sur l’entraide et l’échange, etc., ont-elles pour autant ce qu’on appelle chez les êtres humains une « conscience » ? Ou certains scientifiques pécheraient-ils plutôt par excès d’anthropocentrisme et de zoomorphisme ? Les débats, épineux, entre spécialistes se poursuivent…
Et si, après la science, les plantes étaient reconnues, par le droit, comme des « êtres sensibles » – à l’instar des animaux –, le règne végétal pourrait-il alors basculer d’objet scientifique à sujet politique ? Autrement dit, les végétaux représentent-ils plus que jamais aujourd’hui, à la faveur de la (re)découverte de leurs impressionnantes facultés, des sources d’inspiration ? Plus encore, comment tisser des liens avec ces « autres qu’humains », à l’heure où les dérèglements climatiques et l’effondrement de la biodiversité nous enjoignent à revoir radicalement nos modes de vie ?
> Avec :
 François Bouteau, biologiste, maître de conférences à l’Université Paris 7-Denis Diderot.
– Quentin Hiernaux, philosophe, chercheur au Fonds National Belge de la Recherche Scientifique (FNRS), coordinateur de l’ouvrage Philosophie du végétal (Éditions Vrin, 2018).

Pour une médecine vivante -initiation à la psychosomatique

 

Vivre en amour avec la vie- Alain Scohy

Présentation d’Alain Scohy sur son site :

J’ai été tout d’abord Médecin de campagne (1973) dans l’Aveyron pendant cinq ans, à Salles-Curan.

Dans le cadre de sa pratique, j’ai été très rapidement effaré par la santé déplorable des petits enfants.
J’ai mis trois ans à en comprendre l’une des causes : la pratique des vaccinations multiples avant l’âge de 9 mois, c’est à dire pendant une période de la vie où les petits enfants sont en poussée de croissance majeure.

A partir de 1978 et jusqu’en 1996, j’ai exercé la médecine à Orange dans le Vaucluse en tant qu’homéopathe, acupuncteur et même psychanalyste aux alentours de 1995…

En 1996, j’ai été radié à vie de l’Ordre des Médecins pour délit d’opinion : j’avais osé demander à mes « pairs » l’application du principe de précaution et du Code de Déontologie Médicale (qui interdit l’utilisation de produits ou procédés dont l’intérêt et l’efficacité ne sont pas certains ou qui ne sont pas suffisamment éprouvés) lors de la campagne de vaccination contre l’hépatite B de 1994 dans les collèges et lycées : un vaccin nouveau, révolutionnaire, préparé sur des cellules OGM et testé à grands frais sur nos enfants. Dans cette affaire, le Conseil de l’Ordre des médecins était à la fois le plaignant et le juge !

À la suite de cette sanction, et avant qu’elle ne soit effective, j’ai préféré démissionner et continuer à travailler comme « accompagnateur-thérapeutes » (le thérapeute étant le malade).
Écrivain et conférencier dans le Gard jusqu’en novembre 2002, j’ai été obligé de m’expatrier en Espagne pendant 15 ans pour éviter une contrainte par corps (j’avais subi un redressement fiscal sur la base de mes revenus de médecin avant ma radiation alors que je n’avais plus aucun revenu propre : je travaillais pour des associations qui étaient de leur côté parfaitement en règle au plan fiscal).
 
En octobre 2017, je suis revenu vivre en France à Sauviac (33430).

Je travaille actuellement avec Brigitte, mon épouse, pour accueillir des malades et former des accompagnateurs-thérapeutes.

Ayant trouvé une véritable liberté de pensée, j’ai redécouvert les véritables scientifiques, médecins ou non, qui ont fait réellement avancer les connaissances en biologie et en médecine :
* Le Dr SEMMELWEIS (hygiène, contagion mais surtout respect du malade),
* Le Pr. Antoine BECHAMP (les microzymas),
* Le Pr. Louis-Claude VINCENT (la Bioélectronique),
* Le Dr MASCHI (la nocivité des champs électromagnétiques),
* Le Dr HAMER (La Médecine Nouvelle – apportant la clef des cancers, leucémies, sida, infarctus etc…)
* Le Dr KALOKERINOS (le problème de la mort subite du nouveau-né, la vitamine C), etc..
Je suis arrivé à une synthèse remarquable (sans cesse perfectible bien sûr) qui permet tous les espoirs pour demain, tant pour nous que pour nos enfants. L’univers est bienveillant par essence. Il suffit d’en comprendre les mécanismes et d’en respecter les règles du jeu pour garder une santé parfaite et vivre dans l’amour et l’harmonie.

 

 

 

( extraits du site d’Alain Scohy)

Il nous arrive d’avoir à vivre dans notre corps des mal-être, des inflammations, des douleurs, des anomalies diverses et variées. Diverses solutions nous sont alors proposées : régimes, « anti » de toutes sortes chimiques ou naturels (antibiotique, antiinflammatoire, antalgique, chimiothérapie), parfois une intervention chirurgicale ou de la radiothérapie, le renforcement du système immunitaire…
 
Essayons de considérer les choses « autrement » !
 
Si – au lieu d’entrer dans la guerre contre la vie – nous nous efforcions de comprendre et d’accompagner ces signaux, d’en tenir compte, et de commencer par mettre « un peu d’huile » dans les rouages de la machinerie du vivant ?
1- Notre monde d’aujourd’hui vit dans la peur des virus, des microbes, des cellules cancéreuses.
Et nous serions défendus par un système immunitaire que l’on peut stimuler par divers procédés.
Le nouveau paradigme psychosomatique que nous proposons voit dans la maladie un processus d’adaptation à une situation de stress psychique majeur.
Dans ce système, l’organisme humain peut se comparer à un ordinateur d’une puissance prodigieuse mais fonctionnant selon des programmes préenregistrés depuis la nuit des temps. La réponse au stress causal peut nous sembler inopportune, voire incohérente dans certains cas. La guérison relève alors d’une reprise en mains de cet ordinateur par notre esprit qui dispose de la conscience, de l’intelligence et de la liberté.
Ce travail se fait au moyen d’une approche psychologique et spirituelle. Elle ne peut venir que de la personne concernée et non d’une intervention extérieure. Un accompagnement semble la plupart du temps indispensable.
Pour approfondir l’origine de la double approche médicale : combattre la maladie ou modifier notre comportement physique, émotionnel et spirituel à l’origine de la maladie ->
voir cette page :