Où étaient les anges ? Message du Dimanche 19 Janvier 2020

OÛ   ETAIENT LES ANGES ?

MESSAGE DU DIMANCHE 19 JANVIER 2020

Il y a quelques temps , j’ai regardé avec un peu d’hésitation , un documentaire sur le génocide du  peuple juif , en Roumanie , et par-delà l’atrocité des images, je me suis posée des questions auxquelles seuls les anges, me semble-t-il, étaient capables de répondre.   Les nazis obligeaient des familles entières ,à monter dans des wagons à bestiaux, conçus pour transporter trente individus , et ils y entassaient près de  cent vingt personnes , afin qu’elles périssent étouffées .  Le train se mettait en marche , et tournait pendant des heures sur les mêmes rails , jusqu’à ce que les gens meurent par asphyxie, puisque les ouvertures  étaient condamnées , avec des planches de bois , clouées. Après plusieurs heures , on ouvrait les portes   et on jetait dehors , les corps des défunts , restés empilés à l’intérieur des wagons , et le train repartait , reprenant son sinistre voyage …

Mais, où étaient donc les anges ? Que faisaient-ils ? Où étiez-vous chers compagnons ? Et je pense aux enfants crucifiés de Zrebreniska ,  au massacre des Arméniens , et à tous  ceux qui ont payé de leur vie , sans vraiment avoir de réponse …                                                                                                     Je sais déjà  ce que vous allez me dire , chers invisibles : l’homme est responsable de tout cela, et  l’abcès doit être crevé.. Il y a pourtant des choses, que je ne puis expliquer de cette manière , à ceux qui nous liront .  J’ai appris  beaucoup de vos messages , mais je ne peux pas exprimer ces révélations , de façon trop abrupte. Car l’être humain a besoin de douceur, et vous êtes le symbole de cette douceur .                                                               Alors racontez-moi , mes doux amis , et tentez de trouver les mots, pour que je puisse les écrire , dans l’apaisement et la consolation , de ceux qui ont souffert.                                                                                                                                             Sans doute , allez-vous me dire aussi , que la vie avec ses peines et ses joies, n’est que simple illusion ? Le calvaire de Jésus n’aurait-il donc été , lui aussi qu’une illusion , alors que c’est sur sa réalité humaine , sur son incarnation et son martyre , que ce sont bâtis  2000 ans de croyances et de foi ?

Serions-nous donc engloutis dans une vie rêvée de Dieu ? Cette vie d’amour que Dieu avait  rêvée , pour l’homme, et qui s’est transformée en une existence de haine et de cauchemar ! Le rêve béni  du créateur   devenu son cauchemar et son chagrin ? Cela dit, le rêve et l’illusion , ne nous ouvrent-ils pas les portes, vers une compréhension plus large , de toutes les turpitudes et de tous les tourments, infligés à l’être humain . Si la vie n’est qu’illusion, cela signifie-t-il qu’après les épreuves, l’homme pourra renaître à une nouvelle existence , ailleurs, et dans l’harmonie?                        Et celle-là n’aura été qu’une pierre à l’édifice , celui  qui est construit par la douleur des êtres de la Terre, grâce à leur sacrifice , avec le projet de bâtir un édifice nouveau , une terre nouvelle , qui les abritera.

Ce texte , à peine terminé , j’ai eu le sentiment qu’il m’avait été entièrement soufflé par les anges, et ils me l’ont aussitôt confirmé :                                            _ Tu as raison , lulu et ton analyse est tout à fait exacte , quoique bien inspirée par nous !!                                                                                                                    A la première question : Où étions-nous pendant que se perpétraient ces génocides , au cours desquels , tant de vos semblables sont morts ?          « Dans les wagons dont tu parles , avec chaque personne ,il y avait un ange gardien qui l’accompagnait .Il y avait donc , dans chaque wagon cent vingt anges gardiens . Nous étions penchés et déployés sur eux , guettant leurs ultimes  instants , tout en leur retirant la terrible souffrance . Puis après avoir recueilli leur dernier souffle , nous les avons pris dans nos bras, et nous somme montés aux cieux . Nous avons laissé des survivants, pour qu’ils puissent témoigner du martyre du peuple élu , ainsi que de celui des autres victimes, de si nombreux autres peuples .Mais les corps que tu as vus entassés , ce n’était que des corps , lulu, et l’âme des défunts était avec nous , contemplant ce triste spectacle »  « Ensuite ,nous les avons pris dans nos bras ,et toutes leurs souffrances se sont effacées mais pas leur chagrin , comme lorsque l’on se réveille d’un cauchemar , angoissé d’abord ,puis, soulagé de n’avoir fait que rêver .                                                                                          En fait , nous ne vous avons pas quittés un seul instant , jusqu’à la fin de cette existence terrestre , et nous vous avons élevés vers le ciel, où certaines familles se sont retrouvées . Quant aux enfants , ils ont été transfigurés , sans exception ,et ils n’ont plus ressenti aucune douleur »

L : Mais les enfants survivants , qui ont assisté à toutes ces horreurs ?

_ Ils ont été confortés dans leur désir de vivre et d’abord de survivre , pour pouvoir témoigner des évènements . Les enfants sont très forts , bien plus que les adultes ; ils ont une faculté de résilience , que peu d’adultes peuvent connaître , et nous sommes avec eux .

L  : Que faisiez-vous dans le wagon ?

_ Nous implorions le Seigneur  pour ces âmes , et nous priions , et nos supplications auraient pu être entendues , par-delà les mers et les montagnes , des plus hauts sommets du monde , au fin fond des terres australes .

L : Je pense qu’il va être difficile de faire comprendre tout cela aux personnes qui cherchent une réponse à l’horreur , sans parler de l’impact psychologique sur  les générations suivantes.

_« Dis-leur que nous n’avons jamais cessé d’être là , et que nous les avons     assistés , et enveloppés de nos ailes, jusqu’à leur arrivée au paradis .                 Dis-leur qu’ils ont tout vu , depuis le ciel , mais que leurs prières se sont jointes aux nôtres , afin que ceux qui étaient restés ne ressentent pas la douleur, ou le moins possible .                                                                                                Dis-leur que les enfants crucifiés de Zrebreniska , sont les porte- parole de Jésus , et que cette crucifixion est symbolique . Ils n’ont rien ressenti , car nous étions tout près d’eux , avec eux »

L : Et pour ceux qui ont subi la torture , pendant de longues heures , quelquefois même , en présence de leur famille ?

_ Nous étions là , et l’anathème est tombée  sur les bourreaux  et tombera toujours sur les sbires du Perverti .

«  Il faut que tu raisonnes à l’échelle du Ciel , et même si le plus petit être humain est précieux , pour nous , et représente à lui seul , l’humanité , n’oublie jamais que vous faites partie de quelque chose de plus grand,   de plus inouï , qui vous dépasse .Et lorsque le Chevalier Blanc apparaîtra , celui qui porte l’armure étincelante , chaque chose , chaque être reprendra sa place, dans sa descendance même , et l’âme sacrifiée en sera consciente  »  « Et vous vivrez une période de félicité , après les drames qui auront été perpétrés par le Perverti .                                                                                                           A vous d’en prendre soin. Ce sera une deuxième chance , pour l’homme, et cette seconde chance , vous aura été donnée , grâce au sacrifice  de ces justes et de ces innocents , qui auront œuvré pour la sauvegarde de l’humanité . Alors seulement , l’Homme nouveau pourra apparaître , une nouvelle race d’êtres humains ,solidaires ,sincères, combatifs, pleins de compassion pour leurs congénères et pour la nature . Et cet homme-là , sera rempli de Dieu , et vous saurez enfin ,que le massacre des innocents , n’aura pas été vain. »

L : Merci , mes amis d’avoir renoncé à m’expliquer tout cela , avec cette métaphore de l’abcès, qui me choque toujours un peu ! Cela, je vais pouvoir le dire et l’écrire ! Merci !                                                                                                     Qui est là , avec  moi ?                                                                                                               _ C’est Mom , lulu.

_ « Ayez confiance ! Que la foi soit votre maîtresse , et votre raison de vivre , et vous aurez compris la raison de vivre de l’homme , sur cette Terre , qui doit évoluer le plus rapidement possible , vers la Terre nouvelle de l’Homme nouveau. »                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      « Soyez courageux , soyez bons , soyez respectueux de votre Dieu et de votre  famille , et les anges , qui ont toujours été là , au milieu de vous , vous protègeront à jamais de leurs ailes , du souffle du Maudit . »

L: Mais si la famille est mauvaise , et si l’on ne sait pas prier , ni vers qui se tourner ?

_ Tout cela s’effacera dans une nouvelle vie, où la personne apprendra à vivre avec sa propre expérience,  enrichie de ses tourments , jusqu’au bonheur suprême .

L : Love you ,  Mom !  Love ,love ,love !

 

Serge Latouche : « la décroissance implique de sortir de la modernité »

Marianne 15 mars 2019- Kevin Boucaud-Victoire

Serge Latouche est professeur émérite d’économie. Il revient pour Marianne sur le concept de décroissance, qu’il a contribué à forger.

Économiste et contributeur historique de la Revue du MAUSS, dirigée par le sociologue Alain Caillé, Serge Latouche est considéré comme le « pape » de la décroissance. Auteur de nombreux livres, comme L’invention de l’économie (Albin Michel, 2005), L’Occidentalisation du monde (La Découverte, 1989), ou encore Le Pari de la décroissance (Fayard, 2006), il dirige la collection des « Précurseurs de la décroissance », au Passager clandestin. Il vient de publier chez PUF un « Que sais-je ? », intitulé La Décroissance. Il revient avec nous sur ce concept souvent mal compris.

Dès le départ, nous avons précisé que ce n’était pas la croissance négative. Mais beaucoup de gens mal intentionné ont assimilé la décroissance à cela, c’est-à-dire à la récession.

Il ne s’agit pas d’un projet politique, mais d’un projet sociétal, voire civilisationnel. Cela implique de sortir d’un paradigme, pour en inventer un autre. Pour passer d’une société de croissance, à une société d’après croissance – ce que j’appelle « une société d’abondance frugale » –, il faut évidemment une politique de transition. Cette dernière implique une rupture avec le système. Nous vivons dans une société dominée par un pouvoir sans véritable visage, qui est le lobby des 2 000 plus grandes firmes transnationales.

« Décroissance » est un mot provocateur et un slogan. Mais derrière, il y a un projet proche de l' »autonomie«  défendue par Cornelius Castoriadis ou Ivan Illich. Mais ce mot n’a eu aucun impact dans le débat public, alors que celui de « décroissance » en a un immédiatement.

J’ai une formation d’économiste, donc je m’attaque à cette discipline. « Décoloniser les imaginaires », c’est sortir de l’économie. Il faut bien voir que le paradigme de cette société, c’est d’abord la modernité. La décroissance implique donc d’en sortir. Ce qui la caractérise, c’est l’illimitation. Ce paradigme n’est pas comparable aux précédents. De l’Empire romain à l’Europe chrétienne, en passant par la Chine, les empires arabo-musulmans, ou l’empire du Mali, il y a eu des tas de civilisations très diverses. Mais la modernité est radicalement différente de chacune d’entre elles. Elle part de l’idée, bien exprimée chez un de ses prophètes, Bernard Mandeville (1670-1733), que toutes les cultures et civilisations jusqu’ici ont échoué en préconisant la vertu, qui n’a jamais enrichi personne. Les vices privés font la richesse publique. C’est le message fondamental de la modernité. Le système fonctionne par l’accumulation de l’argent. Les premiers de cordées, ce ne sont pas ceux qui traînent les autres, mais ce sont ceux qui les écrasent pour s’élever.

Le principal message porté par la décroissance, c’est que cette illimitation sur de la production de biens, de déchets, signifie la destruction de l’environnement. Cela va bien au-delà de l’économie. La modernité est aussi une illimitation éthique. J’ai écrit à ce sujet L’ère des limites. Par-delà les mesures économiques et écologiques, il y a y une philosophie et une éthique qui sont basées sur le sens des limites et de la mesure.

Après une parenthèse de 300 ou 400 ans – s’il y a des historiens du futur, ils parleront ainsi de la modernité – nous renouerons avec une sagesse ancestrale, d’Epicure, Diogène, ou Sénèque.

Bien avant de parler de décroissance, j’ai critiqué le développement, avec Illich, dès les années 1960. Les éditions Artaud ont ressorti mon très vieux livre de 1986 : Faut-il refuser le développement ?

Par exemple, lorsque j’ai rencontré le chef de la confédération des Amérindiens d’Equateur, il m’a dit : « Ce que tu appelles « décroissance », c’est exactement ce que nous nommons « buen vivir«  ».

voir aussi « Pour une société de décroissance « – le Monde diplomatique -novembre 2003 – Absurdité du productivisme et des gaspillages

Le développement n’est pas la solution c’est le problème -janvier 2002-

La décroissance ou le sens des limites – Le Monde diplomatique -septembre 2018

Pour découvrir la page de Serge Latouche

Pour découvrir la page Aux origines de la décroissance