« L’homme numérique de demain  » -Harari au Forum mondial de Davos

Yuval Noah Harari est né le  à Kiryat-Ata dans le nord d’Israel de parents juifs libanais séfarades. C’ est un historien et écrivain israélien. Professeur d’histoire à l’université hébraïque de Jérusalem, il est l’auteur du best-seller international Sapiens : Une brève histoire de l’humanité et de sa suite Homo Deus : Une brève histoire de l’avenir.

Harari pratique la méditation vipassana depuis 2003, telle qu’enseignée par S. N. Goenka et ses assistants-enseignants, dans la tradition de Sayagyi U Ba Khin (en). Son livre Homo Deus est d’ailleurs dédié à son maître S. N. Goenka. Il médite deux heures par jour et fait souvent de longues retraites.

Il est homosexuel, ce qui lui permet selon lui « de remettre en question les idées reçues », et vit avec son mari et manager Itzik Yahav dans le moshav (communauté agricole coopérative) Mesilat Zion près de Jérusalem

Son ouvrage le plus connu Sapiens, d’abord publié en hébreu en Israël (2011) sous le titre Une brève histoire de l’humanité, est traduit dans près de 30 langues (en français en 2015). Le livre retrace toute l’histoire de l’humanité, depuis l’évolution de l’homo sapiens de l’âge de pierre au xxie siècle.

En 2017, Harari publie Homo Deus : Une brève histoire de l’avenir et, en 2018, 21 leçons pour le xxie siècle.

Ses travaux ont suscité l’intérêt des universitaires aussi bien que celui du grand public et ont rapidement fait d’Harari une célébrité, sa recommandation par Mark Zuckerberg dans son club de lecture y ayant contribué, tout comme Barack Obama qui a « adoré cette histoire de l’humanité vue du ciel » et Bill Gates qui a chaudement recommandé ce livre « vivifiant ».

Yuval Noah Harari est considéré par certains comme étant « le pape du transhumanisme et l’instigateur d’un plan visant à établir un « Nouvel Ordre Mondial ».

Rien d’étonnant alors, qu’il occupe  un rôle  majeur au sein du Forum économique mondial, et qu’il  soit  le conseiller principal auprès de Klaus Schwab.

 

Les propos qui suivent sont tirés d’un  article de France Soir du 19 avril 2022.

 

pour visionner la vidéo (13:42) de France Soir.

La quatrième partie du livre Sapiens, qui concerne la révolution scientifique (débutant au XVIᵉ siècle selon lui), est particulièrement intrigante. Elle permet de comprendre les avancées technologiques et scientifiques qui permettraient à l’homme de devenir un quasi-Dieu.

« Les humains sont en train de développer des pouvoirs encore plus grands que jamais auparavant, nous sommes réellement en train de quérir des pouvoirs divins de construction et de destruction, nous sommes vraiment en train d’améliorer les humains en Dieu », écrit-il.

Vers un système de gouvernance mondiale par la surveillance de masse ?

Si les notions de « Grande réinitialisation » ( dévoilée en mai 2020 par le prince Charles et Klaus Schwab au Forum de Davos)    ou de « système de gouvernance mondiale » ( L’idée de gouvernance mondiale, imposée par le courant « transnationaliste », se distingue donc nettement de l’idée classique du gouvernement, car elle dénonce le modèle étatique). Ces idées sont promues par le Forum de Davos. Elles ont un objectif commun : transformer notre société en un monde meilleur. Mais quels sont les enjeux de ces aspirations ?

La surveillance semble être une clef de voute du projet. Harari énonce :

Nous voyons maintenant des systèmes de surveillance de masse, même dans les pays démocratiques qui, jusque-là, les avaient rejetés […]. Avant la surveillance était hors de notre corps, maintenant elle rentre dans notre corps. »

Il allait jusqu’à déclarer que « Les humains sont désormais des animaux que l’on peut pirater. » Il explique que pour pirater un être humain, deux choses suffisent : « Beaucoup de puissance de calcul et beaucoup de données, plus particulièrement, des données biométriques. » 

Grâce à une gigantesque base de données, la Commission européenne prévoit d‘instaurer un système de reconnaissance faciale international afin de faciliter le partage d’informations entre les forces de police. Pour l’instant, seuls les suspects ou les criminels condamnés feront partie de la base de données. Pour autant, le projet préoccupe les organisations de protection des libertés.

Au cours des réunions annuelles du Forum de Davos, Yuval Harari répétait à l’envi combien il est simple de faire croire aux mensonges : « Si vous répétez un mensonge assez souvent, les gens penseront que c’est la vérité et plus le mensonge est gros, mieux c’est », martelait-il lors d’une interview de l’émission TED, en février 2017. Les mensonges, il a même appris à vivre avec : « Les fake news nous entourent depuis des milliers d’années : prenez la Bible, par exemple ».

Pour résoudre ce problème, « la prochaine étape, c’est la surveillance qui va entrer dans notre corps »relate-t-il, un regard plein d’entrain. Et pour cela, l’épidémie de Covid-19 semble avoir ouvert une brèche. Si bien que Yuval Harari affirme que « l’argument sanitaire convainc les gens d’accepter, c’est ce qui est légitime : la surveillance biométrique totale ».

 

 

 

 

 

 

« Oumuamua »-L’hypothèse du premier signe d’une vie intelligente dans l’espace selon Avi Loeb

Sur cette vue d’artiste figure le tout premier astéroïde interstellaire : Oumuamua. Cet objet particulier fut détecté le 19 octobre 2017 par le télescope Pan-STARRS 1 depuis Hawaï. Des observations complémentaires effectuées au moyen du Very Large Telescope de l’ESO au Chili et d’autres observatoires disséminés à la surface du globe ont montré qu’il avait voyagé dans l’espace des millions d’années durant avant de pénétrer à l’intérieur de notre système stellaire. `Oumuamua est un objet de couleur rouge foncé, de forme très allongée, de composition métallique ou rocheuse, long de quelque 400 mètres, qui ne ressemble en rien aux composants habituels du Système Solaire.

 

 

Le Premier Signe d’une vie intelligente extraterrestre

(Français) Broché – 28 janvier 2021

AVI LOEB est professeur d’astrophysique à l’université d’Harvard, dont il dirige le département d’astronomie depuis neuf ans. Il est directeur fondateur de son centre d’étude des trous noirs, et directeur de l’Institut de théorie et de calcul (ITC) du Centre d’astrophysique Harvard-Smithsonian. Il préside le comité consultatif du projet Breakthrough Starshot, supervise le programme scientifique de la fondation Breakthrough Prize, et préside le conseil des académies nationales de physique et d’astronomie des États-Unis. Il est membre du Comité des Conseillers du Président des États-Unis sur les sciences et les technologies à la Maison blanche. Auteur de six livres et plus de 800 articles scientifiques, Avi Loeb est membre de l’Académie américaine des arts et des sciences, de la Société américaine de physique, et de l’Académie internationale d’astronautique. En 2012, le magazine Time a cité Avi Loeb parmi les vingt-cinq personnes les plus influentes dans le domaine de l’exploration spatiale.
C’est fin 2017 que des chercheurs de l’observatoire Haleakala, dans les îles d’Hawaï, détectent un étrange objet qui traverse notre système solaire à une vitesse si élevée qu’il ne peut provenir que d’une distante étoile. L’objet, baptisé ‘Oumuamua, ne dégage aucune traînée de gaz ou de poussières lorsqu’il passe à proximité du Soleil. Pour l’astrophysicien Avi Loeb, en raison de sa forme et de sa trajectoire insolites, la seule explication logique est qu’il s’agit d’un engin artificiel construit par une civilisation extraterrestre.
Cette hypothèse d’Avi Loeb fait couler beaucoup d’encre, et les implications qui en découlent pour l’avenir de la science, des religions et de l’espèce humaine sont considérables. Extraterrestre est un livre aussi généreux que vertigineux, au croisement de la science et de la philosophie, qui nous enjoint à remettre en question nos idées reçues et à porter un regard critique sur l’univers qui nous entoure et les objets qu’il recèle, aussi étranges soient-ils…
sur Futura Sciences :    ‘Oumuamua éblouit les scientifiques », titre alors la Nasa. Parce qu’il est le tout premier objet interstellaire observé aussi près de la Terre. Mais aussi parce qu’il présente un certain nombre de caractéristiques pour le moins surprenantes.
Au fil des mois, toutes les hypothèses concernant sa nature ont été mises sur la table. Y compris la plus folle de toutes : celle du vaisseau extraterrestre ! Une hypothèse soutenue — envers et contre presque tous — par Abraham Loeb, président du département d’astronomie à l’université de Harvard (États-Unis). « La méthode scientifique encourage à la prudence. Nous formulons une hypothèse, recueillons des preuves et testons cette hypothèse. Puis nous affinons l’hypothèse ou rassemblons plus de preuves. Mais les modes peuvent décourager la prise en compte de certaines hypothèses et le carriérisme peut diriger l’attention et les ressources vers certains sujets et les éloigner d’autres », explique-t-il.
En 2015, Ellen Stofan, alors scientifique en chef à la Nasa déclarait à l’occasion d’un événement public, s’attendre à ce que « des preuves de l’existence d’une vie au-delà de la Terre » soient trouvées dans les deux à trois décennies. Un point de vue alors partagé par Jeffrey Newmark, astrophysicien à la Nasa : « Je ne me demande pas si nous trouverons de telles preuves, mais quand. »
Sur quelques singularités relevées par les chercheurs qui ont étudié l’objet interstellaire. Sa forme d’abord. « Nous n’avons aucune image bien nette de l’objet. Seulement les données de onze jours d’observations — avant que l’objet s’éloigne trop de la Terre — par plusieurs télescopes, précise Avi Loeb. Elles montrent que la luminosité de ‘Oumuamua varie d’un facteur dix toutes les huit heures. » De quoi conclure que l’objet est bien plus long que large. Certains ont d’abord parlé de forme de cigare. Puis les données ont orienté, de manière statistiquement bien plus probable, vers une forme de disque.
« S’il n’y avait eu que cela, je serais passé à autre chose », nous confie Avi Loeb. Mais il y avait aussi l’anomalie de trajectoire qui apparait dans les données recueillies par les astronomes. Selon le chercheur de l’université de Harvard, celle-ci est « époustouflante »« Les lois de la physique nous permettent de prédire la trajectoire d’un objet soumis à l’influence gravitationnelle du Soleil. Mais ‘Oumuamua ne s’est pas comporté comme prévu. » À distance de notre étoile, il s’est vu comme poussé par une force mystérieuse. « Cela arrive aux comètes aussi. Une sorte d’effet de « moteur-fusée » qu’elles doivent à leur longue queue de glace qui s’évapore. »
« Pour moi, ‘Oumuamua ne ressemble tellement à rien d’autre de ce que nous connaissons dans l’Univers qu’il doit avoir été conçu, construit et lancé par une intelligence extraterrestre. Peut-être un voile flottant dans l’espace. Une bouée de communication. Ou un débris abandonné par une civilisation autre que la nôtre, avance Avi Loeb. J’ai conscience que c’est une hypothèse exotique. Mais les autres hypothèses avancées pour expliquer ces caractéristiques particulières ne le sont pas moins. Aucune ne parvient à réellement expliquer la trajectoire de ‘Oumuamua. Et pourtant, l’objet a dévié », n’hésite pas à lancer le chercheur en clin d’œil à Galilée.

sur l’informatique.org : NASA : bientôt des preuves irréfutables de la vie extraterrestre

La NASA est catégorique : la preuve irréfutable de l’existence de la vie extraterrestre est pour très bientôt.

La réponse à la question de l’existence de la vie extraterrestre est pour très bientôt, c’est en tout cas l’avis de la NASA. C’est mardi, lors d’un événement public organisé par l’agence spatiale américaine à son siège de Washington, qu’Ellen Stofan, chef scientifique de la NASA, a déclaré : « Nous aurons de fortes indications de l’existence de la vie extraterrestre dans la prochaine décennie et la preuve irréfutable dans les dix à vingt prochaines années ».

première photo de Sagittarius A, le trou noir super massif de notre galaxie

 

extrait de l’article de Laurent Saco et publié le 14 mai sur Futura Sciences

Sagittarius A a été découvert en 1974  d’abord comme source radio puissante et compacte. Son nom vient du fait que le rayonnement est en provenance de la constellation du Sagittaire et la lettre A signifie que c’est la source de  rayonnement la plus brillante de cette constellation. Son image en fausses couleurs ci-dessus a été révélée.

L’Event Horizon Telescope -EHT-est une collaboration internationale, de 19 observatoires du monde qui capture des images de trous noirs à l’aide d’un télescope virtuel de la taille de la Terre.

Le 19 avril 2019, la collaboration EHT  a publié la première image d’un trou noir situé au centre de la galaxie Messier 87 -M87 située à environ 53 millions d’années-lumière de la Voie lactée.. L’image de M87, prise en 2019, était une preuve supplémentaire de l’existence réelle de trous noirs après, par exemple, la mesure des ondes gravitationnelles en 2015.

Il a  fallu mettre au point des techniques de traitement d’images adaptées et les utiliser en complément, comme dans le cas de M87, de savants calculs menés avec des superordinateurs et permettant de faire des comparaisons avec des trous noirs simulés également sur ces machines.

 

Tout a commencé par une campagne d’observation du 4 au 14  avril 2017 par interférométrie à très longue base, aussi appelée VLBI. Cette technique d’observation consiste à utiliser simultanément de nombreux radiotélescopes dans le monde, afin de créer l’équivalent d’un gigantesque interféromètre de la taille de la Terre.

la masse  de Sagittarius A  au centre de notre galaxie a été estimée à  4,3 millions de masse solaire.

Le trou noir au centre de la galaxie M87  est évaluée à  6 à 7 milliards de masses solaires soit près de 1500 fois la masse de Sagittarius A. Sagittarius A est estimé à  12 millions de km  contre 36 milliards de kilomètres pour M87.

En tenant compte des distances à la Terre, ces objets compacts ont des diamètres apparents voisins qui sont de l’ordre de celui d’une pomme ou d’une balle de golfe observée depuis la Terre sur la surface de la Lune.

Rappelons que la seule chose qui définit un trou noir c’est la possibilité d’identifier les limites d’une surface close virtuelle entourant une région de l’espace-temps dont on ne peut pas s’échapper sans pouvoir dépasser la vitesse de la lumière, ce que la physique connue interdit. L’état de la matière et de l’espace-temps sous cette surface à l’intérieur d’un trou noir est inconnu et même si la théorie de la relativité seule implique l’occurrence d’une singularité au cœur du trou noir où la courbure de l’espace-temps est infinie et la densité de matière tout autant (ce qu’a démontré le prix Nobel de physique Roger Penrose ), nous n’en savons rien. En fait, les lois de la mécanique quantique que Heisenberg et Schrödinger nous ont révélées et qui décrivent ce que l’on appelle l’écume de l’espace-temps, suggèrent fortement que rien de tel ne se produit probablement.

Enfin, il se pourrait bien que les objets que nous prenons pour des trous noirs soient en fait des astres presque aussi compacts, se comportant donc à bien des égards comme des trous noirs d’un point de vue astrophysique, mais sans horizon des événements réels, donc pas des trous noirs comme Hawking lui-même l’avait envisagé. Il pourrait s’agir de boules de supercordes, de gravastars et même de trous de ver !

 

 

 

Translate »