« Avec Dieu, Sans maître »

 

la révélation contre la raison,

la Bible contre Aristote,

Jérusalem contre Athènes

 

Télérama 25 mars 2016

Si Dieu est absolu, alors rien n’est impossible. Tel pourrait être le fil conducteur de la pensée de Léon Chestov, ce philosophe iconoclaste à la devise fracassante — « avec Dieu, sans maître » —, ce déconstructeur des idoles, fussent-elles chrétiennes, qui défend la liberté absolue du croyant contre toutes les nécessités ainsi que la philosophie existentielle contre la philosophie spéculative. Ce fil conducteur amène l’émigré russe, ami de Berdiaev et de Boulgakov et inspirateur d’un Albert Camus, à proclamer l’absurde salvateur contre la réalité implacable, la révélation contre la raison, la Bible contre Aristote — Jérusalem contre Athènes.

Léon Issaakovitch Chestov (en russe : Лев Исаакович Шестов), né Yehuda Leyb Schwarzmann (russe : Иегуда Лейб Шварцман) le 31 janvier 1866 ( dans le calendrier grégorien) à Kiev et mort le  à Paris, est un avocat, écrivain et philosophe russe.

Il étudie la philosophie rationaliste de la tradition grecque et influence, dès 1933, Albert Camus, notamment dans Le mythe de Sisyphe et Caligula.

extraits de PHILITT – Adrien Boniteau

« Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde ? », demande Paul, l’apôtre de l’Église, dans sa première épître aux Corinthiens. Avant d’ajouter : « Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. […] Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages. » (1 Cor. 1, 20-27). Est ainsi affirmée l’opposition absolue entre la sagesse de Dieu, qui est folie aux yeux du monde, et la sagesse du monde, qui est folie aux yeux de Dieu. Pour Léon Chestov, cette sagesse du monde désigne la raison, la sophia grecque, la philosophie léguée par la pensée hellénistique. Or, comme le montre l’auteur russe dans Athènes et Jérusalem, il existe une contradiction indépassable entre la philosophie grecque et la pensée biblique, ces deux traditions antagonistes irriguant la pensée occidentale.

D’après notre auteur, la raison se définit elle-même comme la découverte, par l’intellect, de vérités supposées éternelles : « Les hommes, les grands comme les petits, naissent et meurent, apparaissent et disparaissent, mais les vérités demeurent. Quand personne n’avait commencé à penser, à chercher, les vérités qui plus tard se sont révélées aux hommes existaient déjà. Et lorsque les hommes auront définitivement disparu de la face de la terre, ou auront perdu la faculté de penser, les vérités n’en pâtiront pas. » Or, ces vérités sont éternelles parce que l’univers fonctionne selon des lois immuables, les lois physiques. La raison consiste alors à comprendre ces lois en admettant leur nécessité, l’anankè d’Aristote. Ainsi, la philosophie, l’usage de la raison, implique l’acceptation, voire la justification, de la nécessité.

La philosophie spéculative, inspirée de la pensée grecque, pousse les êtres humains à se soumettre aux lois du cosmos et à leur obéir, quel qu’en soit le coût. Les hommes, « contraints par la vérité même » (Aristote), n’ont d’autre choix que d’obéir à la nécessité, à laquelle même les dieux olympiens sont assujettis. Se révolter contre la nécessité relèverait de la pure folie, de l’hubris.

Mais, pour Chestov, cette soumission à la nécessité témoigne d’un fatalisme, d’un renoncement à la liberté. Bien plus, la raison elle-même n’a aucun fondement rationnel : nul ne peut prouver rationnellement que les lois naturelles sont éternelles, il s’agit là d’une pure croyance. ( cf sur ce sujet l’exposé sur le livre de Sheldrake : « réenchanter la science »: 3) les lois de la nature sont-elles immuables ?)

Pour Chestov, toute la pensée biblique constitue une révolte contre la nécessité et, partant, un attentat contre l’autorité de la raison. Telle est la foi pour le penseur russe : l’homme touché par la grâce « oublie le pouvoir de la nécessité, la toute-puissance de cet ennemi ». Il affirme, contre l’inévitabilité de la mort, la résurrection des corps.

Contre la tentation de maints philosophes d’assujettir Dieu aux vérités de la raison, Chestov choisit, à l’opposé, de soumettre la vérité à Dieu : la vérité n’est pas une entité incréée et éternelle surplombant Dieu, elle est assujettie à Dieu qui peut donc l’abolir ou la modifier. Ainsi, choisir de suivre Dieu revient à remettre en cause la nécessité et ses contraintes : « ce qui paraissait impossible devient possible et ce qui paraissait inaccessible devient accessible », puisque « Dieu, cela veut dire que tout est possible, qu’il n’y a rien d’impossible ». Dans les récits bibliques, les droits de la nécessité sont bafoués et, par conséquent, le pouvoir de la raison est mis en cause, puisque les morts peuvent ressusciter, les malades guérir, les faibles triompher des forts, les hommes marcher sur l’eau, la vierge enfanter… : « Rien n’est impossible à Dieu » (Lc. 1, 37).

De l’injonction de Chestov, après Pascal, à nous « abêtir » et à refuser la dictature de la raison découle sa critique d’une seconde idole, la morale : « Notre moralité, fondée sur la religion, nous interdit de nous hâter vers l’éternité. « 

Pour Chestov, la recherche de la morale et de la vertu est ainsi à la base du péché et « le contraire du péché n’est pas la vertu mais la foi », c’est-à-dire la croyance selon laquelle rien n’est impossible à Dieu. Or, la foi conteste la morale puisqu’elle conduit « à fonder l’univers sur un arbitraire illimité » dépassant toute règle morale : la volonté de Dieu.

Outre la morale, Chestov s’en prend, au nom du christianisme, à toutes les autres idoles que l’homme rend absolues, c’est-à-dire qu’il met à la place de Dieu : « Le péché mortel des philosophes, ce n’est pas la poursuite de l’absolu : leur plus grand tort, c’est que lorsqu’ils constatent qu’ils n’ont pas trouvé l’absolu, ils sont prêts à reconnaître pour l’absolu l’un des produits de l’activité humaine — la science, l’État, la morale, la religion, etc. »

« Le juge suprême dans tous les différends, ce n’est pas l’homme, mais Celui qui est au-dessus des hommes. Et, par conséquent, pour trouver le vrai il faut se libérer de ce que les hommes considèrent ordinairement comme vrai. »Tout savoir, toute réalité, tout absolu humains sont donc, pour le croyant, relatifs et relativisés devant le « juge suprême » qu’est Dieu.

« la foi n’examine pas, elle ne regarde pas en arrière » vers un passé nostalgique mais constitue une lutte pour l’avenir, pour l’irruption du Royaume de Dieu futur dans notre présent humain. Ainsi que l’exprime Chestov, « une grande et dernière lutte attend les âmes. La philosophie […] est lutte. Et cette lutte n’aura pas de fin. Le royaume de Dieu, ainsi qu’il est dit, s’obtient par la violence ». Le croyant doit ainsi lutter, tel Jacob, contre Dieu, c’est-à-dire face à Dieu, auprès de Dieu, pour faire advenir l’impossible dans un monde fini, limité, humain.

Le Christianisme n’est pas un humanisme

 

Le Christianisme n’est pas un humanisme de Laurent Fourquet est paru le 26 avril 2018. Il a donné lieu à une présentation du Temple des Consciences  le 20 décembre 2018 à partir de celle du  site Philitt.fr. 

 

Cet ouvrage m’apparaît comme un ouvrage fondamental qui clarifie l’opposition entre Christianisme et humanisme et place ces deux mouvements comme les deux forces de l’Occident qui s’affrontent.  Aujourd’hui, l’humanisme nous a entraîné dans une dérive mortelle et Laurent Fourquet invite les chrétiens à retrouver le chemin de la dissidence plutôt qu’à revendiquer un humanisme chrétien . L’humanisme apparaît comme la barbarie qui efface l’homme selon Laurent Fourquet  et il convient au chrétien de s’opposer à celle-ci en même temps qu’à celle du fondamentalisme qui se construit en réaction.

Voici une présentation de la conclusion d’un ouvrage majeur pour le Temple des Consciences

 

 

Il faut toujours se méfier des analogie mais on ne peut nier ici les profondes similitudes entre le climat spirituel de l’Occident contemporain et celui de l’Empire romain des deux premiers siècles après Jésus Christ.

Comme aujourd’hui une classe dirigeante, solidaire par l’intérêt et l’idéologie, régissait les peuples, était convaincue d’incarner le nec plus ultra de la culture et de la modération.

Pline le Jeune constituait sans doute le modèle le plus achevé de l’aristocratie romaine. Pline n’a pas seulement brillamment réussi sa vie professionnelle mais il se veut un honnête homme qui se flatte d’aborder les autres hommes avec bienveillance, un progressiste sans excès, un conservateur à l’écoute de la modernité, l’ami de tout ce qui est bon et bien, le chantre du convenable.

Pourtant ce bel esprit, partisan déclaré de la tolérance, n’hésite pas un instant à faire torturer, très probablement à mort, deux servantes qui passaient pour pratiquer le culte chrétien. Et pourtant Pline n’est pas un monstre, c’est un sénateur bienveillant qui respecte tous les cultes, bien trop subtile et raffiné pour prendre au sérieux des histoires de dieux. Pline est un véritable humaniste avant l’heure.

Nous autres Occidentaux sommes convaincus que, à la différence de celui de Pline, notre humanisme est réel.

Nous pensons pourtant et tout cet ouvrage s’est construit autour de cette conviction que, après tant de siècles, c’est une scène identique, ou à peu près identique , qui se joue.  Si l’on oublie les circonstances historiques,  c’est la même confrontation entre deux forces  spirituelles ,l’humanisme et le christianisme, qui se répète et qui continuera de se répéter puisque ces deux forces sont antagonistes.

Pourquoi l’humanisme dans sa forme antique ou actuelle s’en prend-il nécessairement au christianisme ? Parce que l’humanisme clôture tandis que le christianisme ouvre. Le monde de Pline est un monde de mesure et de modération, de « tolérance  » et « d’ouverture d’esprit « . Le monde chrétien est le lieu de cet étrange fanatisme dont parle Pline c’est à dire  le monde de la force ouvert à l’absolu.

L’humanisme, qu’il chemine avec un rouleau de papyrus ou une déclaration des droits à la main, est toujours ce qui borne, comme la sagesse, alors que le christianisme est toujours ce qui va au-delà, comme l’amour.

De fait, il arrive que les notions paraissent se ressembler, au point que pour nombre de contemporains la morale des droits de l’homme et la morale évangélique sont voisines. En réalité, leur foyer central et leur mouvement demeurent continûment et absolument étrangers.

Plus, peut-être, qu’à toute autre époque dans toute l’histoire du christianisme, les chrétiens sont constamment sommés de se réconcilier avec la longue liste des notions raisonnables : la modernité, le progrès, l’évolution des moeurs, la relativité des cultures, etc…Aussi, plus que jamais , il nous faut nous inspirer de l’exemple de nos grands ancêtres et répondre comme eux : Non possumus.

Si nous faisons un bond de presque deux millénaires, il est évident, pour tout observateur un peu perspicace , que l’Occident a commencé son déclin.

Parce qu’il décline , l’Occident se voit contraint de jeter toutes ses forces dans la bataille pour universaliser son modèle, le Consommateur, ultime héritier de l’humanisme. L’Occident veut donc le Consommateur pour le monde entier et parce que la survie de son modèle est à ce prix, il ne transigera pas sur cette volonté.

Parallélement en Europe et en Amérique, la « société », c’est à dire la classe dirigeante, sera de moins en moins tolérante vis à vis des formes sérieuses de contestation. Les chrétiens seront donc toujours davantage des dissidents peut-être surveillés et punis dans un avenir moins lointain qu’on ne l’imagine. Ils retrouveront cette fonction de sel de la terre dont parle l’Evangile.

Le camp progressiste, la « gauche  » culturelle et institutionnelle en Occident, est au minimum corresponsable de tous les mouvements de « dérégulation » des institutions, de la famille en particulier, exigés par la figure du Consommateur. Comme le Consommateur, le camp progressiste croit que la liberté se résume à la faculté de consommer l’ensemble de ses désirs, que l’individu se ramène à une somme de droits, qu’il faut « libérer » définitivement l’homme de la transcendance. Les prétendus « super-contestataires » font l’offrande au système de leur « contre-culture » qui depuis longtemps est devenue la culture officielle de l’Occident. Ce camp progressiste ouvre un boulevard aux différents fondamentalismes, l’islamisme en premier, qui veulent revenir en arrière du Consommateur en utilisant leur dynamique négative.

Si rien n’est fait pour susciter et organiser une opposition effective au monde du Consommateur, allant vers la vie et non vers le néant nous laisserons alors en face à face deux barbaries : la barbarie du système qui efface l’homme au profit de sa détermination et celle du fondamentalisme qui par réaction deviendra toujours plus destructrice.

Il est peut-être encore possible d’échapper à la catastrophe en réapprenant le chemin de la dissidence. Il faut que les chrétiens réapprennent ce chemin  et il faut que ceux qui luttent sincérement pour la sortie du monde du Consommateur par le haut comprennent que le christianisme, seul, offre les ressources spirituelles permettant d’édifier la sortie.

Deux citations du livre de Laurent Fourquet sur infocatho.fr:

L’humanisme se perçoit comme un mouvement d’émancipation de la raison, rejetant la prétention des Églises, l’Église catholique romaine en particulier, à vouloir régenter la conscience de l’homme et l’organisation politique et sociale des sociétés humaines. Menant le combat de la raison organisatrice contre le « fanatisme » et l’« obscurantisme », il ne saurait, croit-il, conserver en lui la moindre trace de sentiment religieux. Pourtant, plutôt qu’une épopée de la raison, l’humanisme est une forme nouvelle de religion, et la science qui l’explique est donc la théologie et non la philosophie. Cette forme religieuse est toutefois singulière : elle conserve les caractéristiques de la transcendance, mais cette transcendance ne se nomme plus « Dieu » ou, plus exactement, c’est l’humanité qui prend la place de Dieu et devient l’être suprême auquel nous sommes sommés d’obéir.

Dans les pays occidentaux, les chrétiens seront donc, toujours d’avantage, des dissidents ; peut-être même ces dissidents seront-ils surveillés et punis, dans un avenir moins lointain que l’on ne l’imagine. Mais ceci n’est pas grave. Seul ce qui menace la vérité est grave. Les chrétiens se portent toujours mieux, au demeurant, lorsqu’ils assument une stature de dissidents, plutôt que celle de défenseurs sans risque de l’orthodoxie. Peut-être cette stature de dissidents leur délivrera-t-elle définitivement de la tentation de rester en bons termes avec ce monde. Ils retrouveront alors, même s’il faut en passer par l’ostracisme, les moqueries et les humiliations, cette fonction de sel de la terre dont parle l’Évangile et sans laquelle il n’y a ni christianisme ni chrétiens. 

 

pour accéder à un résumé de ce livre sur le site

LES DEUX MALGACHES MESSAGES DES 19 ET 21 SEPTEMBRE 2019

LES DEUX MALGACHES

RANOROSETRA  et NOROLINO

MESSAGES DES 19 ET 21 SEPTEMBRE 2019

 

Cette histoire , ma petite fille m’a demandé de ne pas la publier .Il semble qu’elle ait un peu de mal à concevoir , que l’on puisse parler avec les plantes.  Et pourtant ! Je pense que je ne suis pas la seule en ce monde ,  à communiquer avec nos amis végétaux . Alors , comment pourrais-je désavouer cette grâce qui m’a été faite, cette  surprise , cette joie immense que j’éprouve, tandis que nous dialoguons !                                                                    Je comprends ses réticences. Elle craint qu’on ne me prenne pour une illuminée ! Mais où est la différence ,  quand on parle déjà avec les anges ? Et doit-on ignorer toutes les merveilles et tous les secrets que nous dévoile le Ciel ?   A ma décharge, il serait impossible, pour moi, d’inventer de pareils récits, et les incroyables rencontres qu’il m’a été données de faire, avec des personnages du passé, porteurs de témoignages aussi précis que poignants, sur leur existence dans d’autres siècles et d’autres lieux, ces rencontres ont été d’une richesse inouïe ,  en documents et en recherches passionnantes.       J’ai appris tant de choses ! Ces défunts d’autrefois , m’ont transportée avec eux , dans leur famille,  dans leur détresse , et j’ai pleuré ,  prié avec eux .    Et les anges ne nous ont jamais quittés , toujours présents, toujours là , attentifs , pleins de conseils tendres et avisés .                                                             Mais venons-en à nos amies les plantes ,car leur témoignage n’est pas des moindres ! Elles vivent avec nous , dans nos maisons , dans nos campagnes ; elles sont conscientes de la réalité des choses, sur cette terre , poètes,  prophètes, dont l’innocence  et le pureté, ne sont que le reflet du royaume des Cieux.

Voici donc les confidences de deux ficus malgaches, nouveaux-venus chez moi , depuis seulement quelques jours . Il faut bien dire que cet échange est assez surprenant , mais je vais me faire l’écho de mes chers Nomades :  « Nous , rien ne nous surprend , lulu, nous sommes des anges ! »                      Le 7 Septembre , j’achète une plante pour décorer mon appartement , un ficus,  et comme à l’accoutumée, j’enroule l’une de ses feuilles autour de mon stylo . Je lui demande son nom .  Il écrit sur une feuille de papier en énormes lettres : RANOROSETRA ,  et il ajoute  « Malgache »                          Très étonnée , je fais des recherches sur une liste de prénoms malgaches , et je trouve « RANORO » qui signifie heureux et «SETRA » qui signifie bien ou vif.  Les prénoms malgaches sont très longs .Ils racontent une histoire , ou évoquent les origines et les qualités de la personne qui les porte . Je reste tout de même intriguée par les origines de ce ficus, venu de Madagascar !

Le jeudi 19 Septembre , j’achète une deuxième plante, semblable à la première , et je reprends la même technique , la feuille enroulée autour du stylo . Et voici ce que le ficus m’a confié :                                                                            _  Je m’appelle Norolino , je suis malgache . Ne va pas à Marseille , il y a des gens dangereux , et je suis au courant de tout ce qui s’y passe.         

 L : Pourtant , tu ne viens pas de là-bas ?                                                                             – Si , car nous avons été entreposés dans cette ville , après avoir été mis en pots . 

L : As-tu été témoin de quelque chose ?                                                                             – Oui , j’ai vu souffrir et tuer des gens .     

L : Tu m’inquiètes , mon ami , mais je ne suis pas vraiment étonnée !                 Je suis née dans la cité phocéenne , que j’adore , et les propos du ficus me causent du chagrin .   

L : Comment se fait-il que vous soyez tous les deux d’origine malgache ?        -Nous avons été élevés dans la même pépinière , mais nos graines viennent de Madagascar .   

L : Je ne pensais pas que vous veniez de si loin !                                                            -Tu ne sais rien de tous les trafics qui se font, en ce monde . Plus rien n’appartient à rien , de même que les fruits , les légumes ou la viande .Tout est dans les mains de trafiquants ,dont le but est l’empoisonnement et l’éradication de l’Homme . 

L : Hélas, mon ami, je m’en doute ! Seras-tu heureux ici ?                                     —Oh oui , si tu me soignes bien . Je ne suis pas très compliqué , tu sais !    Là-dessus , le ficus se livre à une harangue très imagée,  semblable à celles des anges  :     »  Dénonce les valeurs corrompues de l’argent ! Tu dois faire comprendre aux humains , que leur survie est en train de se jouer aux dés , sur l’échiquier du destin . Que Dieu veuille leur pardonner ! Tu es le messager , tu dois te presser de publier le deuxième livre, car le temps presse  , et plus rien ne pourra l’arrêter , sauf la main du Tout-Puissant »   

  L : Merci , Norolino . A plus tard.  Merci d’être avec moi.                                           Et voilà que l’ange Mom , mon guide tant aimé , intervient : « Tu as pu remarquer combien ce dialogue avec le ficus est étonnant, et il t’a appris beaucoup de choses »                                                                                                                  L : C’est un prophète  ?                                                                                                            -En quelque sorte . Mais c’est avant tout  un témoin muet , de ce qui se passe , autour de vous .

L : Heureusement , pour moi , il n’ a pas été muet !  Ces plantes sont donc des plantes de Madagascar ?

–  Peu importe , lulu . Ce qui compte c’est l’amour qu’elles donnent , leur utilité et leur beauté .       

Le 21 Septembre c’est au tour de Ranorosetra de m’exhorter à plus d’efforts : « Va au livre des anges. Ne perds plus de temps , car le temps presse. Tu dois remplir la mission que Dieu t’a confiée , et faire ton devoir de messager »

L : Parle-moi de toi , Ranoro ?

-« Je suis une plante d’ornement , et ma vie est sans histoire . Mais lorsque nous entrons dans une maison , dans une famille , nous faisons partie de cette famille , comme un membre ordinaire du groupe , et nous sommes mêlés à tous les événements de la vie de ce groupe .Nous ne pouvons pas leur donner de conseils , puisque personne ne nous le demande , mais nous pouvons prier le Seigneur , pour eux . Merci de me donner l’opportunité de m’exprimer . Je serai avec toi , comme tous tes autres amis végétaux.  N’hésite pas à me parler , je suis de bon conseil »

Tout à coup , j’aperçois sur la page , d’énormes lettres calligraphiques , et la plante écrit le message que voici :                                                                                        «  Ne fais pas venir tes enfants sur tes malheurs ( Ne mêle pas tes enfants à tes problèmes ), car ils ont le droit de vivre ,sans connaître tes souffrances. »

Va au royaume du firmament.                                                                                               Va au vol des passereaux sur les vagues .                                                                           Va aux merveilles du royaume de Dieu .

L : Connais-tu le royaume de Dieu ?                                                                                  – Non , mais je le ressens par tous mes pores ,  car nous sommes des êtres innocents et purs, et la malice est inconnue , pour nous .                                          L : Et l’Homme vous fait tant de mal !                                                                                _ Oui , lulu . Nous sommes comme les enfants , sans défense . Nous n’avons que l’amour et le climat , pour nous protéger , mais tout cela , devient de plus en plus difficile . D’un côté , les orages , les intempéries et le vent, apportent les éléments nécessaires à notre survie,  et de l’autre, les feux et l’homme nous détruisent , ainsi que la terre empoisonnée .   Les humains n’ont pas compris , que sans nous , ils ne pourraient pas survivre .  Il est grand temps qu’ils en prennent conscience , car le temps presse , et la patience de Dieu a des limites. Il vous aime , car vous êtes ses créatures, mais il ne peut en tolérer davantage,  malgré tout son amour pour vous .

Le ficus, qui est le nom latin du figuier ,représente des centaines d’espèces à travers le monde , dont trente à Madagascar ,où il est planté dans le but de protéger les villages et les troupeaux. J’ai appris aussi que son écorce était utilisée, pour produire une étoffe de tissu végétal ,qui sert à la confection du  lamba , un vêtement traditionnel malgache . Un simple échange avec mes deux ficus, m’a donc permis d’apprendre des choses que j’ignorais complètement.                                                                                                                               Le figuier est un symbole mythique et mystique majeur, et il apparaît dans presque toutes les religions . En Inde , il est symbole d’éternité, et c’est sous les branches d’un ficus , que  Bouddha a atteint l’illumination .                           Dans l’Ancien Testament , il serait l’arbre du jardin d’Eden, celui dont la feuille ,cacha la nudité d’Adam et Eve . Et c’est à l’abri d’un ficus sauvage , au pied du  mont Palatin , que la Louve , fondatrice de Rome , découvrit Romulus et Rémus .

 

Eloge de la folie de Dieu

            Comme vous le savez à présent (voir les précédents articlesaprès l’expérience d’effusion d’Esprit (ou de nouvelle naissance ?) que vivaient les premiers chrétiens et qu’il me fut donné  d’expérimenter le 23 février 1975, je n’eus de cesse d’interpeller mon Eglise catholique pour qu’elle retrouve ce vécu fondateur et accueille plus particulièrement le message qui la distingue du judaïsme dont elle est issue et qui me fut transmis à cette occasion : « Vous n’êtes plus sous la Loi mais (sous l’amour) sous la grâce » en Rm  6,14 .

                  Cette Parole me fit passer, en un instant, d’une relation de subordination à une « intimité de connivence avec Jésus et m’invita à oser dire un jour comme Saint-Paul en Gal 2,20 :« Je vis,mais ce n’est plus moi, c’est Christ qui vit en moi« . Est-ce l’aspiration de chaque chrétien ?

                En effet: « La Loi a servi de pédagogue jusqu’au Christ« (Gal.3,24) mais « maintenant elle nous révèle que nous sommes pécheurs (Rm. 3,20) et « est incapable de nous rendre parfait ( He. 10,1) car « nous ne sommes pas justifié en raison des oeuvres de la Loi »( Gal.2,16) .« Si par la Loi on atteint la justice,c’est donc pour rien que Christ est mort » (Gal.2,21 ). »Si on place notre justice dans la Loi, on a rompu avec Christ « ( Gal 5,4 ) . »On est choisi par grâce, et non en raison des oeuvres« ( Rm 11,6 )…..nous martèle Saint-Paul .

                Ce passage de la loi extérieure coercitive à l’Esprit  intérieur qui nous entraîne était déjà annoncé dans l’Ancien Testament par le prophète Ezéchiel : « Je mettrai en vous mon propre Esprit, Je vous ferai marcher selon mes lois, garder et pratiquer mes coutumes«  dit Dieu en Ez 36,27.

                Certes,cette Loi,que seul l’homme Jésus à entièrement respectée ( « Je ne suis pas venu abroger la Loi, mais l’accomplir« ( Mt 5,17 ) est encore bien utile, non pour nous commander mais pour nous aider à discerner notre degré de vie sous la mouvance de l’Esprit. Ainsi son respect reste pour l’extérieur, voire pour nous-même, un critère de notre « vie dans l’Esprit ».

                « Dieu est amour » (1 Jn 4,8 ) et son amour est premier.« Ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est Lui qui nous a aimé (1 Jn 4,10) On n’a pas à vouloir Lui plaire,mais à Le laisser agir en nous et à travers nous. On n’a pas à faire des oeuvres pour Dieu, mais par Dieu .Encore faut-il être habité par l’Esprit-Saint.

                Mais « Le langage de la croix est folie pour ceux qui se perdent« (1 Cor 1,18) nous dit Saint-Paul. L’histoire d’un Dieu qui se fait homme, change l’eau en vin ,ressuscite les morts….et sauve les croyants de la mort en mourant Lui-même sur une croix pour ressusciter trois jours après n’a rien de rationnel ! Esaïe ( vers -740 ) disait déjà : »Si vous ne croyez pas , vous ne comprendrez pas »(Es.7,9) comme si la foi précédait l’intelligence. Ainsi, est-ce pour essayer de ramener à Dieu certains « raisonneurs de ce siècle« (1 Cor 12,20 ) que l’Eglise catholique appuya aussi ses dires sur des chercheurs intellectuels de Dieu, les Pères de l’Eglise, gommant ainsi la folie de la Croix (« La sagesse de ce monde est folie auprès de Dieu« 1 Cor 3,18-19) et contredisant  la bible ?

                Ainsi Saint-Thomas d’Aquin tenta de réconcilier foi et raison en s’appuyant sur la philosophie d’Aristote: »Foi et raison ne peuvent se contredire car elles émanent toutes les deux de Dieu » déclare-t-il .

                 Saint-Augustin d’Hippone, en quête constante de vérité, tente de réaliser la synthèse du christianisme et du platonicisme. Il déclare « qu’il faut comprendre pour croire » mais aussi que « les miracles ne sont pas en contradiction avec les lois de la nature mais avec ce que nous en savons« . C’est aussi un acte de foi,…..mais en la Science !

                Personnellement je dirais volontiers comme Pascal : » Le coeur a ses raisons que la raison ne connait pas. »  

A l’heure de la physique quantique ,on est sans doute moins choqué par l’irrationnel !

 

LA METAPHORE DU FAUTEUIL LES POUVOIRS MESSAGE DU 11 AVRIL 2018

LA METAPHORE DU FAUTEUIL

LES POUVOIRS

MESSAGE DU MERCREDI 11 AVRIL 2018

 

Nous discutions pouvoirs , pouvoirs psychiques , physiques , supranormaux etc… Et j’évoquais avec mes amis du Ciel ,  la vie de certains êtres humains,  que le Seigneur avait dotés de capacités extraordinaires , afin de nous faire entrevoir , ce que seraient les possibilités futures de l’Homme nouveau .

Il y a si longtemps que je me pose des questions, sur la grâce qui m’a été faite de pouvoir communiquer avec les Anges , par le biais de cette étrange calligraphie, aussi merveilleuse qu’ hermétique , porteuse de messages  à la fois intimistes et universels . Je n’y ai trouvé qu’une réponse mystique. Etait-ce mon destin ? Comme celui de beaucoup d’autres qui ont accepté les offres de Dieu , et se sont inclinés devant son insigne volonté ?                       Les Anges confirment . Mais pourquoi avoir autant attendu ? Je n’étais pas prête , disent-ils , et il était indispensable de me confronter à l’adversité, à toutes les embûches de ce monde qui sont notre lot quotidien .

Je suis née un 8 Décembre , le jour de l’ Immaculée Conception  , et je reste persuadée que la Vierge Marie a toujours été ma protectrice , alors que pendant des années , je n’y avais prêté aucune attention !  Je le regrette amèrement aujourd’hui !  Notre Mère a un tel pouvoir de consolation !

Dans mon enfance , j’ai toujours eu un lien particulier avec les objets qui m’entouraient; je pensais qu’ils avaient une âme . Je leur étais attachée comme l’on s’attache à un animal de compagnie , et cela avait grandement contribué à me forger une réputation de maniaque , peu prêteuse !                    Je comprends tout cela , aujourd’hui ; J’ai eu mes réponses , et je sais aussi,  pourquoi j’aime autant les arbres , les plantes et les fleurs , dont je devine le langage, et qui symbolisent  pour moi ,la  merveilleuse vie qui nous attend au Paradis !

Cette expérience hors du commun qu’il m’a été donnée de vivre ,inscrire sur une page ,la trace matérielle de la présence des Anges  parmi nous, guidée par leur seule volonté de mouvoir ma main , selon leur bon plaisir  et sans aucune intervention de ma part , ce phénomène  ,  comment  l’expliquer ? Comment le faire accepter ou seulement concevoir , par ceux dont la foi est trop faible ,  et surtout par ceux qui tenteraient de lui trouver une interprétation scientifique ?                                                                                                 Ainsi, j’ai demandé à mes Nomades , s’il existait dans notre monde , beaucoup de personnes avec de super pouvoirs et s’il serait possible , pour d’autres , d’en acquérir dans le Futur .

Voici leur réponse . C’est une métaphore un peu surprenante et assez difficile à intégrer !

_  Les Pouvoirs ne sont pas distribués , comme dans un fauteuil roulant , attendant d’ être propulsé dans les airs,  pour se désintégrer et se reconstituer aussitôt .

L : C’ est quoi , cette histoire de fauteuil roulant ?

_ Je veux te dire que rien n’est jamais acquis par magie,  ou par l’opération du Saint Esprit , comme vous dites .                                                                                  Il faut être un grand Saint pour obtenir des pouvoirs ,ou avoir été choisi, par Dieu lui-même . Quant à l’image du fauteuil roulant , tu sais qu’il sert à transporter des personnes souffrantes. Et bien là , il s’agit de l’affection  de votre âme , et ce don céleste ne peut être donné en cadeau , à des personnes dont l’âme est affaiblie.

L : Pourquoi , désintégré dans les airs ?

_ Car tout ce qui vient du Ciel , retourne au Ciel et reprend sa place dans le monde céleste . Même un fauteuil , autant dire un objet inanimé , y a sa place , et cela , tu le sais fort bien .  Je dois reconnaître que cette image pourrait surprendre et peut-être choquer ! Mais nous sommes des Anges , lulu, et nous , rien ne nous choque !

L : Je n’ai pas bien compris l’ image du fauteuil roulant, qui se désintègre dans l’azur , et se reconstitue aussitôt ?

_  Il est le fauteuil qui porte les pouvoirs de l’Âme altérée. Ces pouvoirs ne pourront pas être utilisés, et vont donc se disperser , se désintégrer , tandis que l’objet , lui, va renaître sur terre, dans son intégrité , mais sans les pouvoirs  . Le fauteuil n’est peut-être pas l’image idéale, car il semble que tu ne comprends pas  .Ce n’est pas grave . Il faut que tu y réfléchisses .

L : Donc , les pouvoirs resteraient dispersés dans les airs , car ils ne peuvent pas être utilisés par une âme fragile ?   Mais alors , pourquoi les avoir donnés , dans un premier temps ?

_  Nous ne les donnons pas , justement ! Cela n’est  qu’une métaphore . Les pouvoirs demeurent illusoires pour une âme défaillante et elle reste dans l’erreur . De même que beaucoup de voyants , sur cette Terre , n’en possèdent aucun , en réalité . Tout est supercherie , et les personnes qui ont de véritables pouvoirs , sont très rares . Les voyants et les médiums ordinaires ont quelques visions que nous voulons bien leur envoyer , pour rapprocher les Êtres humains superstitieux ,du Monde céleste , car pour nous , tous les moyens sont bons . Mais ils sont bien peu à connaître l’apparence du Paradis, ou des divers sites du Ciel . Ce ne sont que conjectures et rêves éveillés , mais l’intérêt de la chose , est qu’ ils s’ y intéressent , et pour nous , cela est l’essentiel .

Le fauteuil roulant est une allégorie ,et le symbole ne  s’adresse effectivement qu’aux âmes imparfaites.                                                                        Si nous avons choisi cet exemple , c’ est pour te faire entrevoir la difficulté , pour une âme qui ne serait pas profondément purifiée , d’ obtenir  des capacités supra humaines . Bien sûr qu’ une âme pure peut avoir des pouvoirs , et l’ Histoire est emplie de personnages choisis par Dieu  et dotés de grandes facultés .

L : Mais alors , comment qualifiez-vous l’ âme des voyants et des médiums  dont vous dites que certains sont dans une sorte de rêve éveillé ?

_ Nous pensons que certains sont sans doute sincères , mais leur âme est infirme des pouvoirs , au sens où nous l’entendons . Ce ne sont que faux-semblants et leurres , qui , hélas, nourrissent l’ espoir  des personnes crédules ou désespérées .

L : Ils font ce qu’ils peuvent pour aider !

_  Peut-être , ma lulu , mais la question qui nous occupe  n’est pas de ce niveau-là . Les super pouvoirs sont un don de Dieu , octroyés de façon rarissime , par Notre Seigneur , à des êtres exceptionnels et loin de toute souillure . Padre Pio était de ceux-là , et tu l’ aimes  n’est-ce-pas ? Les grands prophètes ont eu leurs pouvoirs attribués par Dieu , toujours dans le but bien précis , de faire avancer l’ Humanité et de la prévenir des dangers qui la menacent,  mais ce ne sont pas les diseuses de bonne aventure qui feront avancer l’Humanité.

L : Sauf si elles influencent certains dirigeants politiques, qui écoutent leurs conseils et croient en leurs présages , comme ce fut le cas dans l’ Antiquité et encore aujourd’hui .

_ L’ avancée de l’ Humanité dont il est question , est une avancée spirituelle  , et rien d’ autre.

L : Concernant le fauteuil roulant , cette métaphore semble occulter  l’espoir, l’ évolution , et la transformation de l’ Âme , vers l’ Homme nouveau , avec des pouvoirs accrus . Pourquoi l’objet est-il propulsé , disséminé dans les airs , puis reconstitué sans les pouvoirs ? Pourquoi ces derniers ont-ils besoin d’ être portés par l’ objet ?

Dois-je publier cette parabole , je crains de passer pour une déjantée !

_ Déjantée , tu l’es déjà ! Mais il est vrai que c’est fort difficile à assimiler . Il nous semble , cependant , que tu as saisi le sens caché de la métaphore , comme tu avais compris celle de l’ abcès .

L : C était tout de même plus facile ! Qu’est-ce-qui relie l’ objet et les pouvoirs ?

_ Les Pouvoirs sont intrinsèques à l’objet  , et l’ objet ne peut être utilisé , dans ce cas de figure , que par une âme en souffrance  , puisqu’il s’ agit d’ un fauteuil roulant . Mais si le fauteuil appartient à une âme saine et pure , les pouvoirs qu’ il contient, lui seront conférés , au lieu d’ être disséminés dans l’ Azur. Ils affecteront l’âme saine et se constitueront en son essence ,tandis que le fauteuil se reconstituera en objet ordinaire, et reprendra sa place dans le monde où vous vivez .

Et  l’âme innocente utilisera les pouvoirs , sans les disperser . Mais cela est fort rare  , et il y a très peu de cas , dans toute l’ histoire de l’ Humanité .

L : Cet exemple du fauteuil est tout de même un peu bizarre !

_ C’est vrai ! mais c’est original ,  et nous l’avons choisi par rapport à l’imperfection  de l’ âme .

L : N’ importe quel autre objet pouvait être porteur de ces pouvoirs ?

_ Oui , mais nous venons de te dire pourquoi nous avons choisi cette image .

L : Franchement ,je n’ ai pas compris grand-chose ! Faut-il vraiment publier ce message ? J’en doute !

_ Fais ce qu’il te plaira  , mais tu ne dois publier que des choses  parfaitement comprises et assimilées . Sinon , comment les expliquer aux autres ?

L’APPARENCE DES ÂMES AU CIEL MESSAGE DU LUNDI 1er OCTOBRE 2018

L’ APPARENCE  DES ÂMES AU CIEL

 

MESSAGE DU LUNDI  1 er OCTOBRE  2018

 

L : Qui est là ?

_  Mom

L : Bonjour mon amie ! Ne trouves-tu pas que le travail accompli , ne se ressent pas du tout , dans le livre ?   On dirait un livre un peu enfantin !

_  Il est enfantin , car c’est le livre de l’innocence et de l’amour . Nous t’aimons , et c’est tout ce qui compte . Nous avons fait cet ouvrage ensemble et comme le disait très justement ta cousine , les dessins et la calligraphie , ne pourront sans doute pas être compris par tout le monde , sauf que n’importe qui ,  pourra comprendre que c’est un livre plein d’amour .

Rassurée par les propos de Mom ,  je décide alors de lui poser quelques questions ,sur un sujet qui me paraît intéressant.

L : J’aimerais que tu me parles de l’apparence des âmes,  au ciel ?

_  Changement  miraculeux !

L : Changement miraculeux ?

_ Oui , ma lulu . Elles paraissent plus jeunes , et surtout , au mieux de leur forme , car elles sont auréolées par la lumière de Dieu .Elles sont semblables à leur dernière apparence sur terre , mais comme des personnes en pleine santé , et rayonnantes de bonheur .

L : Et pour les bébés ?

_  Ils sont transformés , ou plutôt , ils retournent à leur condition première d’angelots, comme tu as pu les voir, sur les dessins. Ils sont radieux et enjoués , et ils font notre bonheur .

L : Qui écrit , en ce moment ?

_  C’est  Miris.

L : Je reconnais  toujours ton écriture , Miris !  Merci  d’être là , mon amie ! Dis-moi , en ce qui concerne les âmes négatives qui se retrouvent au Purgatoire , sont-elles aussi auréolées de la lumière divine ?

_ Non , elles sont , au contraire, illuminées par une aura plus grisâtre.    Mais cela va disparaître , au fur et à mesure de leur guérison .                        Elles retrouvent , peu à peu , une lumière plus brillante , et cela leur permet de reprendre confiance , et de s’amender plus rapidement . N’ oublie pas que le pardon et la compassion sont toujours présents, au ciel ,  même pour les âmes les plus grises . Quant à celles qui ont commis des crimes abominables , ou qui sont les adeptes du Perverti , la leçon est beaucoup plus sévère ,et commence par le ressenti inversé de la victime , qui rejaillit sur l’ âme ,  et lui fait éprouver , à son tour , la souffrance infligée .

L : C’est la première fois que vous me faites part de tous ces détails !

_ Oui , car à présent , il y a bien d’ autres choses  que tu vas apprendre à connaître.

L : Je me demande si cela me satisfait !

_ Tu es la tutrice , et c’est ton devoir .

L : Est-ce vraiment vous , qui écrivez ?  Cela va si vite !

_  C’est bien nous .Tu dois savoir que tout s’accélère , et que les Humains et le Pape , doivent être au courant de notre présence parmi vous, pour pouvoir retrouver confiance et foi , en leur Créateur .

L : Mais pourquoi , au début de nos rencontres , il y a vingt-cinq ans  , les messages étaient-ils si hermétiques ? Et pourquoi parliez-vous à la troisième personne, par syllabes tronquées , et par préceptes ?

_ Car tu ne pouvais pas encore maîtriser , une communication par télépathie , comme aujourd’hui , et personne n’ aurait crû à une écriture angélique , et c’est pourquoi , le premier livre et les premiers messages , sont si précieux !

L : Je comprends, anges très saints . Tout a été pensé , organisé , au ciel , pour une évolution graduelle de ma part . Et il est vrai que les premiers dessins sont fabuleux ! Les lecteurs vont-ils les comprendre ?

_  Les comprendre , non ! Les admirer , oui !

Rappelle-toi la réaction de tes amis , dès que tu as publié les premiers , avec tant d’appréhension ! Ce fut magique et bouleversant , et nous en avons retrouvé notre foi en l’ Être humain !

L : Je leur dois une fière chandelle !

_ Oh oui , lulu .Des gens exceptionnels de gentillesse et d’ ouverture              d’ esprit , avec un cœur énorme , que nous n’ oublierons jamais !

L : Et pourtant , ils ont tous eu leur lot de chagrins , sur cette terre !

_ Ces douleurs et cette peine seront sublimés, et portés au crédit de leur mémoire spirituelle , et leur âme en sera honorée et récompensée à tout jamais , dans le giron de Dieu . Qu’ils soient tous bénis !

L’ANGE RINALDI LE PRINCE ITALIEN messages des 27 et 29 Mai 2019

Rencontre des 27 ET 30 MAI 2019

Voici un texte qui est le message intégral de ma rencontre avec l’Ange Rinaldi    un prince italien du XIIIème siècle . Rinaldi est un Veilleur de Nuit . Je l’ai compris après avoir eu le message dans son intégralité . Les veilleurs de nuit sont des anges , qui ont demandé à venir sur terre , afin d’accomplir une mission bien spécifique ,  qui les met au plus près des Humains . Cette rencontre avec Rinaldi  m’ a permis de revisiter une époque ,  et de faire des recherches très intéressantes sur l’histoire de l’Italie de la fin du Moyen Âge .

L’ANGE RINALDI

LE PRINCE ITALIEN

Rencontre des 27 ET 30 MAI 2019

Le Dimanche 26 Mai , se dessine sur la page , un ange magnifique , auréolé de perles , et dont le voile , comme à l’accoutumée , dissimule toutes sortes d’animaux célestes , mêlés à des chapelets d’angelots , qui donnent l’impression de chanter.

L : Ange Rinaldi ?

_ Oui lulu . Je suis un ange doré qui tient dans ses mains les secrets du Ciel et les garde précieusement pour les temps à venir, où ils seront divulgués à l’Homme Nouveau .

L : Je suis très honorée de te connaitre , ange très saint. Es-tu le serviteur de Dieu de Jésus et de notre sainte Mère Marie ?

_ Je suis leur humble serviteur depuis la nuit des Temps , et jusqu’à la fin des Temps .Je les aime et je les adore , tout au long des jours et des nuits , dans votre temps terrestre . Je suis leur enfant chéri , et je suis béni parmi les anges du Seigneur , pour les siècles des siècles.

L : Cher ange , peux-tu me dire ce que représentent ces chaines d’angelots, dans ta coiffe ?

_ Ce sont des chœurs angéliques , et on les voit chanter à tue-tête .

L : Comment trouves-tu ton portrait ?

_ Magnifique ! Et très beau en noir et blanc .

L : Pourquoi les dessins sont-ils formés de perles ?

_ Le portrait est très réussi , mais tu n’a pas bien compris le sens des dessins . Effectivement , il y a énormément de personnages ,imbriqués les uns dans les autres , et surtout des animaux . Mais leur contour a été fait de perles , pour être plus précieux . Ces perles entourent le choeur des anges, et la préciosité des perles , s’accorde avec le chant mélodieux des chœurs angéliques .

L : Dis-moi , Rinaldi , comment un ange de ton rang , qui détient les secrets du Ciel , peut-il se trouver parmi nous ?

_ Je suis venu pour voir un peu , ce qui se passe , avec le livre des anges , et j’ai été envoyé par le Seigneur . N’oublie jamais qu’il te protège , mon amie, Courage ! Dieu est avec toi , et nous tous  , pour notre livre .

L : Pourquoi es-tu si triste , sur le portrait ?

_ Car je souffre pour vous. Votre futur m’importe et me pose problème ,et je ne sais plus ce qu’il nous faut faire, pour vous persuader de changer .Nous prions et nous supplions pour vous , en espérant que Dieu nous écoutera .

L : Il me semble pourtant qu’il y a un véritable retour à la foi , et beaucoup de jeunes aspirent à une forme de spiritualité ,même ceux qui n’ont pas eu d’éducation religieuse ou dont les parents sont athées .

_ En effet , tout cela fait partie de notre travail , et il commence à porter ses fruits. Avec les anges , les Justes et les Veilleurs de nuit , aidés par des êtres venus d’ailleurs , nous progressons . Tu remarqueras qu’il y a de plus en plus de personnes extraordinaires , sur les réseaux sociaux , surtout des enfants . Ils sont là pour vous montrer l’exemple .

L : Je n’ai pas bien compris l’inscription sur le dessin ? :                                                    « Ecris ici pour ton maître » ?

_ Cela signifie que Dieu t’a donné une tâche à accomplir,  et tout ce que tu traces , ce que nous avons tracé avec toi, est voulu par Dieu, et vient de Dieu.

L : Merci mes amis d’amour !

Rinaldi , peux-tu me donner davantage de détails sur ta fonction ? Es-tu placé près du Créateur ?

_ Placé n’est pas vraiment le mot. Mais oui , je gravite autour du Seigneur , et je l’approche de très près .

L : Comment te fait-il comprendre ta mission ?

_ C’est très simple . J’entends sa voix, et je me plie aussitôt à sa volonté .

L : Tu es le gardien des secrets du Ciel ?

_ De très grands secrets , dont certains vous concernent .

L : La purification de la Terre a-t-elle commencée ?

_ Oui , et vous devez vous préparer à de nombreux cataclysmes. Mais des myriades d’anges , prient et implorent pour vous , conduits par Jésus , notre sainte Mère et tous les Saints .

L : Dieu entendra-t-il votre voix , et la nôtre ?

_ Seule la Prière vous sauvera !

L : As-tu été incarné , mon ami ? Ton nom a une consonance italienne , et c’est un nom assez familier dans notre société humaine .

_ Oui . Il y a très longtemps .

L : Et en dépit de cette incarnation , c’est toi qui détiens un poste aussi important ?

_ C’est le mérite apprécié par Dieu qui nous place à certains postes de la hiérarchie, avec des responsabilités, plus ou moins importantes. Il se trouve que j’ai été distingué par le Seigneur , car je fus un héros de guerre , et j’ai sauvé mon peuple d’attaques cruelles , manigancées par le Perverti.

L : Puis-je savoir à quelle époque ? Etait-ce en Italie ?

_ En Italie , au treizième siècle .

L : Tu étais un soldat ?

_ Non , un prince au cœur tendre, et Dieu m’a rappelé, pour me garder auprès de lui. J’ai sa confiance, et je suis à la tête de milliers d’autres anges, que je forme dans diverses activités .

L : Lesquelles ?

_ Ils doivent pouvoir voler au secours des humains, si besoin est, et si la situation le réclame. Mais pour cela, il leur faut changer de vibration, et je les entraîne à le faire, très rapidement. J’enseigne aux jeunes anges incarnés, nouvellement arrivés chez nous ,  comment se comporter avec les âmes, et cela demande, en fait, beaucoup de travail et d’énergie.

L : Je croyais que les anges avaient une force colossale ?

_ Oui , par rapport à vous. Mais au Ciel, tout cela est fort différent. Nous sommes dans une énergie vibratoire, que certains ne savent pas bien contrôler.

L : Merci Rinaldi . Bénis-moi et protège-moi , mon ami !

L:  Concernant les vibrations, tes propos me rappellent ceux de l’ange     Malvina ,qui tire les âmes vers le Ciel, à l’aide d’une échelle invisible, en instruisant d’autres angelots à cet effort. En effet, la densité angélique est différente de la nôtre, et l’âme conserve un certain poids qu’il faut parvenir à adapter .

L: Tu dis que l’énergie vibratoire est difficile à contrôler. Je me souviens d’un message de l’an dernier, qui confirme ta propre expérience, et dans lequel les anges me déclaraient : « La puissance de nos vibrations doit être accordée aux vôtres , de façon à communiquer, ou provoquer un événement physique ou mental »

_ Tu as tout compris, concernant les vibrations célestes et terrestres , ainsi que la densité des âmes. Tu dois savoir que nous sommes très fiers de ton travail. Ne t’inquiète de rien. Mon aide et ma protection te sont acquises, et tu vas en voir les effets très rapidement.

L : Rinaldi , ange d’amour , fais que le livre , votre livre, soit bien accueilli, et donne-moi la force de l’expliquer avec clarté ,avec émotion ,et avec le désir d’aider et de consoler en votre nom ! 

_  Tu as écrit notre livre, lulu ,  et tu as montré l’empreinte divine des anges, car telle était la volonté de Dieu . Nous t’aimons et nous te bénissons pour toujours, et jusqu’à la fin de ta mission .

Le Prince Rinaldi

Quelques jours après cette merveilleuse rencontre , je m’informe auprès de mes amis :  Rinaldi est-il parti ?

_ Non , il reste avec nous quelques temps pour t’apporter son aide .

Aussitôt l’ange me répond :

« Je suis avec Mom , Nal et Namimer » .

L : Merci d’être là , mes amis chers !

L:  Je voudrais que vous m’éclairiez sur un point qui reste toujours difficile à intégrer ,celui de la véritable nature des anges . Purs esprits ou esprits incarnés, distingués par Dieu pour leurs mérites ?                                         Pourquoi Rinaldi, dit-il ,  qu’il est au Ciel depuis la nuit des temps , alors qu’il a été incarné , en tant que Prince, et héros courageux du treizième siècle ?  A-t-il été choisi pour cette mission ?                                                                  _  J’ai été choisi par le Seigneur , pour remplir cette mission , et venir en aide à ceux qui furent mes sujets , au cours de ces luttes intestines.

L : S’agissait-il des conflits entre Guelfes et Gibelins( les partisans du Pape contre ceux de l’empereur allemand Frédéric II) , qui se livrèrent une guerre de domination , sans merci ?

_ En effet, mais des atrocités furent commises et je suis devenu le défenseur de mes pauvres sujets .

L : Tu as vécu dans un siècle qui a vu naître des génies, écrivains , peintres et scientifiques , mais qui a été également une période de cruauté et d’injustice, dues à des luttes pour le pouvoir , dans toutes les villes d’Italie déchirées par la haine des familles princières , en particulier à Florence avec les Guelfes et les Gibelins .

 As-tu rencontré Dante le divin poète ?

_ J’ai connu Dante à ses débuts , un être exceptionnel , un génie inspiré , comme l’on en rencontre un seul par siècle , et même au-delà. Un être étrange et secret . J’ai aussi connu de très grands peintres de cette époque , et je suis fier de dire, que c’était vraiment un siècle extraordinaire !

L : Je suppose que tu étais au fait, des croisades de Saint Louis ?

_ Bien sûr, mon amie , le roi pieux , dont la réputation a traversé toutes les frontières de l’Europe .

L : Puis-je savoir de quelle région ou de quelle ville , tu as été le Prince ? ( J’ai pensé à Florence , mais je n’ai pas retrouvé le nom des Rinaldi , parmi les familles nobles de la cité )

_ Non , tu ne peux pas le savoir , car c’est un secret .

L : Pourquoi ?

_ Il y a dans l’Histoire, des secrets si abominables , qu’ils ont été relégués aux oubliettes , pour ne pas porter préjudice aux descendants d’une famille , ou à ceux qui en étaient les auteurs . Noblesse oblige !

L : Es-tu mort au cours de ce triste épisode ?

_ Oui , mais je connaissais déjà mon sort , puisque j’avais été choisi pour la mission .

L : As-tu réussi à sauver quelques-uns de tes sujets ? T’es-tu sacrifié pour eux ?

_ J’ai sauvé presque tous mes sujets , lulu , en échange de ma vie et de celle de mes proches , tant aimés .

L : Comme tu as dû souffrir , mon ange divin !

_ Le martyre , à la fois physique et moral , de voir souffrir les miens .

L : Quelle horreur !

_ Oui , mon amie . Quelle horreur et quel supplice indicible ! Je crois que le Seigneur , de temps en temps , veut éprouver ses anges , et il les envoie sur Terre en mission , aussi périlleuse que douloureuse .Et c’est pourquoi , les Visiteurs du soir sont , à présent , très considérés et admirés par la hiérarchie angélique .

NB : L’ange Rinaldi a vécu dans ce XIIIéme siècle si fascinant, un mélange de civilisation , de prospérité intellectuelle , commerciale et artisanale, régi par des lois sociales administratives et judiciaires presque modernes , un siècle qui a vu naître des êtres hors du commun , pour ne citer que Dante , Pétrarque , Boccace Saint François d’Assise , Giotto et tant d’autres . Mais ce siècle a été celui de toutes les rivalités , celui des guerres sanglantes entre princes des cités italiennes , pourtant prospères ,  et partisans des papes . Guerres d’influence pour le pouvoir et l’argent, dont la plus célèbre a été celle des Guelfes et des Gibelins , avec son cortège d’atrocités et d’injustices.

Dante en témoigne dans un épisode de la Divine Comédie , où il évoque l’histoire du Comte Ugolin,  enfermé dans une tour ,avec ses quatre enfants , par l’archevêque Ruggieri degli Ubaldini , qui jeta les clés , et les laissa mourir de faim. .

J’ai fait des recherches pour retrouver le Prince Rinaldi , mais il y a des centaines de famille nobles à Florence aussi bien que dans toute l’Italie . J’en suis arrivée à la conclusion que ce n’est peut-être pas son véritable nom. En effet , l’ange me confie qu’il s’agit d’un secret, et que ni le nom ,ni le lieu ne doivent être divulgués , pour protéger de l’infamie , les descendants des familles princières .

 

S’il me manque l’Amour…ou l’éloge de la charité

 

Première Lettre de Saint Paul aux Corinthiens – chapître 13

 

01 J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante.

 

02 J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien.

 

03 J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien.

 

04 L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ;

 

05 il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ;

 

06 il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ;

 

07 il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.

 

08 L’amour ne passera jamais. Les prophéties seront dépassées, le don des langues cessera, la connaissance actuelle sera dépassée.

 

09 En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles.

 

10 Quand viendra l’achèvement, ce qui est partiel sera dépassé.

 

11 Quand j’étais petit enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Maintenant que je suis un homme, j’ai dépassé ce qui était propre à l’enfant.

 

12 Nous voyons actuellement de manière confuse, comme dans un miroir ; ce jour-là, nous verrons face à face. Actuellement, ma connaissance est partielle ; ce jour-là, je connaîtrai parfaitement, comme j’ai été connu.

 

13 Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité.

 

 

Vérité et Lumière – au coeur de notre montagne intérieure

Pentecôte -de la colline d’Arunachala  au mont Sinaï dans les pas du Père KUMARAN

 

Ce tableau est une illustration  visible au musée Condé à Chantilly et réalisée par Jean Fourquet entre 1452 et 1460 pour un manuscrit aujourd’hui disparu.

Ce tableau illustre la descente de l’Esprit-Saint sur les Apôtres réunis là parmi 120 autres disciples ce cinquantième jour – signification de Pentecôte en grec- après Pâques jour de résurrection de Jésus.

Traditionnellement la descente de l’Esprit-Saint est fêtée par les chrétiens le 7 ième dimanche après Pâques soit, pour cette année, ce dimanche 9 juin.

Je vous invite  maintenant à suivre le Père anglican  Kumaran  qui nous montre les similitudes profondes qui conduisent à Dieu dans le monde chrétien et le monde indien.

Mais d’abord quel chemin me conduit au Père Kumaran. C’est d’abord un message d’A ciel Ouvert qui informe d’un séminaire organisé les 15 et 16 juin prochain à Pierre Chatel dans l’Ain qui me font découvrir le Père Kumaran.

Je retrouve alors les pas de Père Kumaran sur le site les chemins de Shanti.

Je vous invite à vous mettre dans les pas du Père Kumaran en lisant cet entretien du 27 mars 2018 : L’Esprit de Dieu réside dans toutes choses dont je tire la suite de cet article.

Kumeran fut prêtre anglican en Afrique du Sud. Très jeune il a fait le choix de la prêtrise. Il a découvert l’Inde à l’occasion d’un voyage au Tamil Nadu, le pays de ses ancêtres. Au pied d’Aruṇāchala il fit une très grande expérience : il a recontacté ses racines et la mémoire de ses ancêtres. Il a alors décidé de demander une disponibilité à son diocèse pour une période de deux ans car il avait perçu l’appel vibrant d’Aruṇāchala. Un peu plus tard, il a choisi de quitter son Eglise et de vivre ici comme un simple chercheur spirituel.

A propos d’une question sur le bien et le mal : Dans la Bible, comme dans l’hindouisme, le « sombre » fait référence à l’ignorance. Dans l’hindouisme, on met l’accent sur le fait que le mal est l’incapacité à reconnaître le vrai, à voir la vérité. Dans l’hindouisme, réaliser Dieu c’est être capable de voir clairement la vérité et quand on est capable de voir la vérité c’est au-delà du bien et du mal qui sont des concepts de la dualité. Dieu est au-delà de toutes les distinctions, au-delà du bien et du mal. Quand Moïse demande à Dieu qui Il est, Dieu répond simplement, « Je Suis« . Il n’ajoute pas, « je suis ceci ou cela, je suis bon, je suis mal » mais simplement « Je Suis« .

La question posée au départ concernait un mal précis, c’est-à-dire les forces de la nature, comme le tsunami. 

Dans l’Hindouisme, on croit que tout l’univers est créé par Dieu et que l’univers est soumis aux lois du karma, la causalité. Dans cette loi du karma ce n’est pas Dieu qui punit, c’est Dieu qui permet à la loi du karma de s’appliquer. Et cette loi donne une rétribution exacte des actions qui sont causées. C’est l’effet de l’action. Le karma est le mécanisme qui permet à toute chose créée de revenir à Dieu.

Question : Vous dites « nous croyons dans l’hindouisme… », comment vous situez-vous entre le fait d’être pasteur protestant mais aussi dans la tradition hindoue ?

Je suis chrétien de part le fait que Jésus est mon Guru, mon maître. Je suis hindou de par le fait que c’est la spiritualité qui me permet d’exprimer ma foi. Jésus n’a jamais dit d’adorer comme nous le faisons dans l’église chrétienne, ça c’est culturel.

Je crois profondément que la spiritualité est au-delà des religions. La religion pointe quelque chose mais elle n’est pas la chose pointée. Réaliser Dieu c’est être au-delà des religions.
Dieu n’est ni chrétien, ni hindou, ni musulman, Dieu n’a pas de religion. La vraie spiritualité est au delà des religions.

Question : Très concrètement, comment l’expérience que vous avez faite a-t-elle changé votre vie ?

Jésus a dit qu’il était venu pour nous conduire au Père. Et pour les Juifs de cette époque, le Père a été appelé Yahvé. Dans la croyance juive, Yahvé
est leur Père. Dans la spiritualité hindoue, l’équivalent du Père est appelé Śiva, la félicité absolue.
Culturellement, ma façon de me référer au Père est plutôt Śiva que Yahvé. L’expérience que j’ai vécue était la révélation de Śiva et pour moi c’est celui que Jésus appelle « Père ».

Ici même à Aruṇāchala – colline sacrée en Inde-, on dit que le Père, Śiva, s’est manifesté sous la forme d’un pilier de feu. Dans la Bible, dans le livre de l’Exode, il est dit que Dieu se révèle à Israël sous la forme d’une colonne de feu –au mont Sinaï

Je crois que la spiritualité consiste à trouver le centre immuable, la montagne immobile au cœur de nous-mêmes. Ce qui ne bouge pas malgré tous les changements dus aux circonstances de la vie.

RamanaRamana Maharshi-a dit quelque chose d’intéressant à propos de la terre et de la montagne. Comme la terre possède le pôle Nord et le pôle Sud, Aruṇāchala est l’une des extrémités des pôles spirituels de l’univers. Quand Ramana a dit cela, quelqu’un, dans l’assemblée a demandé : « Si c’est un des pôles spirituels, où est l’autre pôle ? » Ramana a fermé les yeux puis quand on lui a présenté une carte du monde il a désigné une montagne très près du Machu-Pichu au Pérou. Une chose intéressante à propos du Machu-Pichu : il y a des milliers d’années les Incas honoraient là-bas la grande déesse Pachamama. Dans l’hindouisme il y a beaucoup de noms qui désignent la mère divine et l’un des noms données à Aruṇāchala est Paśa-amma.

Question : Vous avez parlé de la montagne qui est stable, de la stabilité de notre foi. La Bible évoque aussi un dynamisme (Jésus parle de l’eau qui jaillit) et on peut penser à la Trinité qui est danse éternelle. Il y a donc un mouvement en tout. J’aimerais savoir quand y-a-t-il mouvement et quand y-a-t-il stabilité ?

En Inde, il y a une très belle symbolique pour parler de cela. Il y a Aruṇāchala ici, qui est une forme symbolique de Śiva et il y en a une autre à Chidambaram (à 65 kms au sud de Pondichéry)

Ici, a Aruṇāchala, c’est la colonne immuable et à Chidambaram, Śiva c’est le danseur cosmique qui crée les mondes par sa danse.

A Chidambaram existe également un temple qui réunit Śiva et Viśnu. Viśnu est l’autre Dieu principal de l’hindouisme. On peut trouver au même endroit Śiva dansant et Viśnu dans un sommeil profond.

Pour revenir à la Trinité, en Inde Dieu est « Sat Cit Ānanda ». Le Père est Sat (Existence). L’absolu à partir de quoi tout vient, « Je Suis Celui qui Suis« .
Jésus est le Fils qui est Cit, Conscience de l’Existence du Père. Dans l’évangile de Jean, « Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu… « . Le mot grec pour le Verbe c’est Logos. Logos signifie la connaissance divine. Jésus est celui qui est conscient du Père, conscient de l’état absolu de l’Etre.
Enfin, à partir de cette Conscience de l’Existence de l’Etre, à partir de la Conscience du Père, coule la Félicité absolue, Ānanda, le Saint-Esprit. Dans ce Saint-Esprit nous avons notre être, la joie et la vie. Et le Saint-Esprit ramène toute chose créée à la Conscience du Père et à l’Etre Absolu.

Question : C’est la première fois que je viens en Inde et je suis très touchée par la facilité avec laquelle les Indiens acceptent la relation avec ceux qu’ils ne connaissent pas et sont attentifs à la personne qui est près d’eux même si c’est un étranger.

Ce qui est très spécial en Inde, c’est le sens de la communauté et non pas un sens individuel développé. Il y a une grande joie à faire entrer quelqu’un dans cette communauté. La loi du karma dit qu’il n’y a pas de hasard. Toute rencontre est prédestinée.

Question : Que peut apporter Ramana Mahārṣi aux chrétiens dans leur spiritualité ?

Avant de répondre je voudrais dire que ma propre expérience est davantage dans le contact avec Aruṇāchala qu’avec Ramana parce que je ne suis pas dans la recherche d’un Guru. Mon Guru est le Christ et donc ce que je vais dire sur Ramana est à considérer dans cette perspective.
Ayant dit cela, je crois que Ramana est l’une des plus grandes âmes
éveillées venues sur terre.

Je crois que ce que Ramana enseigne a pu se rencontrer chez les mystiques souvent oubliés de notre tradition. Les grands mystiques de notre tradition enseignent l’immobilité, le silence, la stabilité.
Les mystiques ont un point commun : ils abandonnent leur « moi individuel »et ne se préoccupent pas de tout ce qui est changeant, de tout ce qui apparaît et disparaît dans leurs vies.

En Occident la religion est devenue quelque chose pour « faire ». On voudrait sauver le monde mais on ne s’est pas encore sauvé soi même ! Le grand message des mystiques et des sages de l’Inde est le même : «  sois immobile, entre en toi-même « . Et quand on découvre ce centre en soi-même, on peut alors prendre soin de tout, le monde est sauvé. Dans l’évangile :  » Cherchez d’abord le royaume des cieux et tout vous sera donné par surcroît « 

POESIE ANGE MOMO pour LE TEMPLE DES CONSCIENCES – 19 AVRIL 2018

 

 

 

ANGE MOMO         LE TEMPLE DES CONSCIENCES

JEUDI 19 AVRIL 2018

 

Je demande à mon ange préféré : Peux-tu faire un poème qui évoque le Temple des Consciences ?

_ Pourquoi pas  , mon amie . Le sujet est bien la diversité ,  dans le savoir et la recherche spirituelle de l’Être humain  , dans le TOUT et le UN  de l’Universel de Dieu ?

 

Au plus profond de l’ Univers

Là  où  scintillent les étoiles ,

Des pensées  et des mots se croisent dans l’ Ether .

Un ange  tend les bras  et il rattrape au vol

Un sentiment  perdu  qui se noie  et surnage ,

Et  ce miraculé atteint  un être aimé

Dont la conscience  vibre  , emplie de connaissance

Du secret de la vie  , si caché dans les cœurs

Que les âmes unies  s’inondent de ferveur .

 

L’ ange dit :

 

Donneras-tu le  « la »  aux musiques du Ciel ?

Aux symphonies bleutées , qui chantent  les louanges

De notre Créateur   , que  ton cœur a conquis ?