Daniel Maurer

Biographie de l’auteur : Daniel Maurer a consacré plus de vingt ans à l’étude des vécus de la conscience à l’approche de la mort. On lui doit deux livres qui font autorité en la matière : Les Expériences de mort imminente et La Vie à corps perdu, dont Philippe Labro dans sa postface a souligné la pertinence.

La Vie à corps perdu – 27 avril 2001

Le grand mérite de cet ouvrage est de présenter l’EMI de façon dépassionnée, hors du paranormal fascinant et du spirituel militant. De façon claire et sobre, La vie à corps perdu répond aux questions essentielles que tout être de bonne volonté et de bonne foi, qu’il soit scientifique ou pas, est en droit de se poser face à ce sujet si controversé

Les expériences de mort imminente : Science et croyance face à la survie – 26 mai 2005

Des médecins, des cardiologues, des neurologues, des réanimateurs ont découvert récemment que la conscience de patients que l’on avait cru morts était restée opérationnelle. Mais elle était restée opérationnelle hors de leur corps ! Elle lui avait survécu en dépit du constat de l’arrêt du cœur, de la respiration et de toute activité du cerveau. En effet, une fois réanimés, ces rescapés ont décrit dans le détail ce qu’ils avaient observé de l’intervention médicale intervenue au cours de leur mort présumée. Des récits corroborés par les témoins, médecins, infirmiers, aides-soignants, présents sur les lieux. Ces prodiges ne manquent pas de nous interroger : quel est le statut exact de la conscience ? se trouve-t-elle vraiment dans le corps ? comment peut-elle rester active une fois le cerveau  » éteint  » ? lui survit-elle ? Questions d’autant plus actuelles que des comptes rendus médicaux, faisant suite à des enquêtes de grande ampleur, incitent à penser que la conscience survit à l’arrêt du cœur et du cerveau, les auteurs allant jusqu’à suggérer qu’elle n’est pas enfermée dans le corps ! Et c’est à un constat du même ordre qu’aboutissent les travaux de certains neurologues spécialistes des états méditatifs. Soutenir l’hypothèse de la survie n’est certainement pas faire le lit d’une régression de la pensée, comme le prétendent les gens de raison. En persévérant à nier sa pertinence, ceux-là courent le risque de rater une marche de l’ascension vers la vérité. Ces dernières années, des études scientifiques irréprochables ont fourni de nouveaux indices. Des indices décisifs mais hélas ignorés du grand public, voire des scientifiques directement concernés. Une lacune que ce livre se propose de combler.

Autre réalité  – 31 mai 2007

Voici plus d’un siècle que la science est confrontée aux réalités paradoxales du microcosme et du macrocosme. L’étude des états modifiés de conscience nous montre que la réalité accessible à nos sens. n’est que la partie manifeste d’une réalité infiniment plus vaste. Des états spécifiques induits par l’hypnose, la méditation, la transe, le rêve, les drogues hallucinogènes soulignent l’existence d’une sorte d’autonomie de la conscience vis-à-vis du corps. Une autonomie qui pourrait devenir définitive au moment de la mort… Les indices favorables à ce modèle sont à ce point probants. aujourd’hui. qu’un nombre croissant de scientifiques soutient l’hypothèse d’une forme de survie de la conscience. Biographie de l’auteur : Daniel Maurer a consacré plus de vingt ans à l’étude des vécus de la conscience à l’approche de la mort. On lui doit deux livres qui font autorité en la matière : Les Expériences de mort imminente et La Vie à corps perdu, dont Philippe Labro dans sa postface a souligné la pertinence.