bibliographie-astrophysique

Les origines de l’univers  – 9 février 2000

matière noire

magie du cosmos

 

Quelle sera la grande aventure de la physique au XXIe siècle ? Plus que jamais les théoriciens sont en quête de la théorie de l’unification de toutes les dimensions de l’Univers, la  » théorie du tout « . Pour les suivre, il faut revenir à la réalité même de notre monde et à ses concepts les plus fondamentaux, tels l’espace, le temps ou le vide. Ces notions n’ont cessé, par le passé, d’exciter imagination, créativité et curiosité des plus grands scientifiques – Newton, Maxwell, Mach, Schrödinger, Dirac, Einstein, Bohr… Sur les traces de ces penseurs de l’étrange Cosmos qui est le nôtre, Brian Greene dessine la nouvelle réalité du monde telle que la bâtit la physique la plus contemporaine. Nous voici invités à mieux comprendre comment, sinon pourquoi,  » les choses sont ce qu’elles sont « .

L’Univers élégant: Une révolution scientifique : de l’infiniment grand à l’infiniment petit, l’unification de toutes les théories de la physique – 17 février 2005

 

univers élégant

 

 

Le XXe siècle a vu naître les deux plus belles théories physiques jamais inventées. La première, la relativité générale, est l’œuvre du seul Albert Einstein. Son domaine d’application est l’infiniment grand. La seconde, la mécanique quantique, est l’œuvre collective de certains des plus grands esprits du XXe siècle. Son domaine d’application est l’infiniment petit. Mais ces deux théories sont incompatibles entre elles. Cherche-t-on à les réunir dans ce qu’on appelle la  » théorie du tout « , on se heurte alors à d’insurmontables difficultés. Aujourd’hui, la  » théorie des cordes  » semble en passe de réussir là où toutes les précédentes théories ont échoué : ce faisant, elle bouleverse notre conception de la matière, de l’espace et du temps. C’est l’histoire pleine de rebondissements de cette révolution en marche – où les particules élémentaires s’avèrent semblables à d’infinis bouts de ficelle, où l’espace-temps se déchire, se répare, se replie en dix dimensions invisibles, où le Big-Bang et les trous noirs prennent des formes inattendues – que nous raconte ici l’un de ses éminents acteurs. Après la relativité générale et la mécanique quantique, l’avenir appartient-il à la  » théorie des cordes  » ?

Une brève histoire du temps : Du big bang aux trous noirs  – 14 mai 2008

Stephen Hawking est universellement reconnu comme l’un des plus grands cosmologistes de notre époque et l’un des plus brillants physiciens depuis Einstein. Successeur de Newton, il occupe à l’université de Cambridge la chaire de Mathématiques, et s’est rendu célèbre pour ses travaux sur les origines de l’Univers. Une brève histoire du temps est le premier livre qu’il ait décidé d’écrire pour le non-spécialiste. Il y expose, dans un langage simple et accessible, les plus récents développements de l’astrophysique concernant la nature du temps et du monde. Retraçant les grandes théories du cosmos, de Galilée et Newton à Einstein et Poincaré, racontant les ultimes découvertes de l’espace, expliquant la nature des trous noirs, il propose ensuite de relever le plus grand défi de la science moderne : la recherche d’une théorie unitaire combinant et unifiant la relativité générale et la mécanique quantique. On sait que Stephen Hawking lutte depuis plus de trente ans contre une maladie neurologique très grave. On n’en trouvera que plus fascinant cet extraordinaire effort d’un esprit scientifique pour parvenir à une compréhension ultime des secrets de l’Univers.

Les trous noirs  – 19 novembre 1992

L’Univers chiffonné (Temps des sciences) 

Jean-Pierre Luminet

univers chiffonné

Quelle est la forme de l’Univers ? Est-il courbe, est-il en expansion ? Spécialiste des trous noirs et du big-bang, Jean-Pierre Luminet nous fait voyager dans les surprenants couloirs de l’espace-temps…

Présentation de l’éditeur

Quelle est la forme de l’univers ? Est-il courbe, refermé sur lui-même ? Est-il en expansion ? Vers quoi tend-il ? L’espace serait-il « chiffonné » au point de créer des images fantômes des lointaines galaxies ?
Telles sont les questions que pose Jean-Pierre Luminet avant d’y répondre dans une langue toujours claire et fluide. Spécialiste des trous noirs et du big bang, il nous fait voyager dans de surprenants couloirs de l’espace-temps où topologies de l’univers, explorations de l’infini et mirages cosmiques conjuguent leurs mystérieux attraits pour dérouter nos sens.
La construction de l’ouvrage épouse la forme de son sujet: une lecture à multiples entrées, des pistes à explorer pour s’y perdre, bifurquer à nouveau ou revenir en arrière, au gré du plaisir ou de la curiosité de chacun. Anecdotes cocasses et révélations historiques étonnantes agrémentent un parcours très visuel.
Dans quel univers sommes-nous plongés ? A travers les concepts les plus déconcertants de la cosmologie, l’auteur nous entraîne, au fond, à la recherche des secrets de la beauté sidérale.
Astrophysicien à l’Observatoire de Meudon Jean-Pierre Luminet est directeur de recherche au CNRS. Les résultats de ses travaux scientifiques sur les trous noirs et ses modèles d’« univers chiffonné » ont fait sa renommée internationale, et son activité est couronnée de nombreux prix. Il est l’auteur notamment des Trous noirs (1992) et de Figures du ciel (1998).
 —

L’invention du Big Bang – 9 octobre 2014

Certaines personnes sont trop intelligentes pour le bien-être de l’humanité, surtout quand elles fabriquent des armes de de destruction massive. Jean-Pierre Petit en a rencontré quelques uns notamment aux Etats-Unis dont il a visité certains grands laboratoires ‘mythiques’ comme le Lawrence Livermore ou Sandia. Il raconte aussi l’histoire de ceux qui dans les années 40 et 50 ont mis au point quelques ‘joyeusetés’ comme la bombe atomique et la bombe à hydrogène (à fusion), notamment Robert Oppenheimer ou Edward Teller. On découvre à l’occasion le mode de fonctionnement de ces armes terribles. Certains scientifiques comme Leo Szilard tentèrent désespérément de tout stopper, en vain.

Aujourd’hui nos docteurs Folamour bricolent sans états d’âme, des armes à rayons X, à laser ou à antimatière (celle là sont vraiment vraiment dangereuses), de quoi faire sauter la terre entière, de créer un hiver nucléaire comme l’a montré le savant russe Vladimir Alexandrov mystérieusement disparu (probablement assassiné). D’après jean-pierre Petit la fin de la guerre froide n’aurait pas calmé ces scientifiques ‘du diable’, ce serait encore pire depuis. Comme il l’explique l’humanité se voit donc toujours confronté au risque de finir dans l’autodestruction. Et encore ce livre a été écrit avant l’apparition d’Al Qaeda !

Cependant JP Petit sur-estime peut-être les capacités des scientifiques. Beaucoup de ces travaux de recherches, notamment sur les lasers de destruction restent à l’état de travaux 16 ans après la publication de ce livre. Espérons que ces recherches n’aboutissent jamais et qu’il en sorte certaines découvertes qui se révèleront bénéfiques pour l’humanité…

Les rides du temps : L’univers, trois cent mille ans après le big bang – 25 janvier 1994

 

trous noirs et distorsions du temps

Kip S. Thorne a été l’un des acteurs privilégiés d’une quête grandiose, qui a duré près de trente années, pour comprendre l’héritage transmis par Einstein – la théorie de la relativité générale et ses étonnantes prédictions concernant l’univers -, pour découvrir où et comment la relativité échoue, et pour trouver ce qui alors la remplace. Le lecteur est entraîné à travers un labyrinthe d’objets exotiques: trous noirs, naines blanches, étoiles à neutrons, ondes gravitationnelles, trous de ver et machines à voyager dans le temps. Il suit pas à pas l’histoire de ces découvertes scientifiques qui ont toutes été prédites par la théorie de la relativité et à certaines desquelles Einstein lui-même ne croyait pas. L’auteur écrit ainsi la chronique fascinante des efforts qui menèrent à la compréhension des objets peut-être les plus mystérieux de l’univers, en particulier les trous noirs. Jonglant avec les décennies, évoquant la multiplicité des collaborations scientifiques à l’échelle de la planète, montrant l’enchevêtrement de la recherche et de la guerre froide à travers la rivalité soviéto-américaine, Kip S. Thorne peint une fresque contrastée où se côtoient astrophysique, sociologie, physique et spéculations audacieuses.

La Mélodie secrète: Et l’homme créa l’univers – 22 mars 1991

Le chaos et l’harmonie : La fabrication du Réel  – 15 mai 2000

Le rêve d’une théorie ultime  – 7 novembre 1997