Livres de 2016 à 2020 – déconstruction de l’homme-Transhumanisme-IA

 

 

1– Les premières victimes du transhumanisme  – 11 février 2016

 Nous sommes entrés dans une période
de marchandisation du vivant et une
nouvelle étape va encore être franchie.
Dans l’histoire, c’est un événement
sans précédent.
Aujourd hui, la quasi-totalité d’une
population, éliminée sur le critère
de son génome imparfait, a disparu.
L’extinction de cette partie de l’humanité est le fait d un eugénisme
efficace vendu par des marchands, acheté par l’État et mis en oeuvre
par la médecine. Une redoutable machine à trier les humains arrive de la Silicon Valley sur le marché européen. Elle est précédée d une clinquante caravane commerciale.
De guerre lasse, j’étais prêt à entendre ceux qui me conseillaient de
déposer les armes. Le faire aurait été une capitulation.

1bis – Sentir son corps vivant : Tome 1, Emersiologie – 15 juin 2016

analyse sur actu-philosophia

Conclusion

Finalement, chacune des perspectives que met en lumière Bernard Andrieu recèle des particularités qu’il faut néanmoins accorder pour qu’un véritable dialogue entre le corps vivant et le corps vécu. Dans le chapitre IX consacré à ce que notre auteur nomme le corps viv@nt, il est par exemple question des avatars numériques du corps, de la possibilité d’approcher cette dimension inconnue du corps vivant grâce à différents moyens : l’EGG (p.201), le body-cloud (p.214), etc. L’auteur nous fournit par ailleurs au sujet du body-cloud une remarquable analyse des risques éthiques et existentiels que nous encourons dorénavant suite à la mise en ligne et au partage de nos données physiques. Les données que nous partageons via différents outils (téléphones, montres et bracelets connectés) peuvent en effet mener à une perte conséquente en ce qui concerne notre propriété de soi :

« Un monde inéquitable se renforce par cette auto-bio-surveillance de son propre vivant car chacun ne pourra disposer du même matériel et des réseaux pour se connecter dans des communautés. La perte de la propriété de soi, constitutif de l’identité, proviendrait de la délégation d’information à des serveurs qui peuvent en exploiter les informations » (p.216)

Ce sont toutes ces perspectives qui font de ce « premier volume méthodologique » (p.225) un ouvrage qui entend dépasser l’apparente dualité entre le corps vivant et le corps vécu. Il s’agit assurément pour l’auteur d’exposer les différentes approches permettant aujourd’hui de mesurer l’avancée des recherches philosophiques et neurophysiologiques en ce qui concerne la vie subjective dans son intégralité. De ses soubassements les plus profonds aux réflexions conscientes, nous partageons avec notre cerveau et notre corps vivants une seule et même vie qui comprend différentes strates. Il importe par conséquent de les mettre à jour et de les comprendre suivant les recherches à venir.

Retenons enfin que ce livre exigeant s’adresse avant tout au lecteur familiarisé avec les recherches les plus récentes en sciences cognitives et en phénoménologie. Il s’agit peut-être ici du seul défaut de ce livre : il est nécessaire, pour pleinement comprendre les enjeux des questions qui y sont posées, d’avoir suivi les dernières recherches en la matière (en particulier les ouvrages de Natalie Depraz, Jean-Luc Petit, Alain Berthoz, Stanislas Dehaene, etc.). Néanmoins le lecteur intéressé et néophyte pourra y trouver une masse considérable de données lui permettant d’entrer de plain-pied dans le domaine avec des références somme toute capitales. Il lui faudra s’accrocher, mais le jeu en vaut la chandelle.

Concrètement, ce livre doit selon nous être lu comme un programme de recherches plutôt que comme un traité sur la vie subjective. C’est par ailleurs pour cette raison que l’auteur entreprend de rédiger un second volume sur le sujet. Cet ouvrage doit être complété par des expériences et des théories qui sont encore à venir. N’oublions pas que les sciences cognitives ne sont qu’à leurs balbutiements. Nous attendons ainsi avec impatience de pouvoir consulter le prochain ouvrage et d’y trouver de plus amples développements concernant cette nouvelle approche que Bernard Andrieu nomme l’émersiologie. C’est en effet en concert avec d’autres disciplines et d’autres approches que peut se développer cette science nouvelle dont la portée finale n’est pour l’instant qu’entraperçue.

2 L’HOMME AUGMENTE, REFLEXIONS SOCIOLOGIQUES POUR LE
MILITAIRE

Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire-mars 2016

3 – Technoprog : La contre-culture transhumaniste qui améliore l’espèce humaine – 18 mars 2016

Nous sommes aux portes de la plus grande transformation de notre histoire : l humain possède les moyens d intervenir sur sa propre évolution, de manipuler la vie, l intelligence, le temps, de changer le monde. Le courant de pensée transhumaniste prône l usage des sciences et des technologies pour augmenter les capacités de l homme, lui permettre de vivre des siècles et même de devenir immortel. Véritable disruption de l espèce humaine, ce mouvement fait naître espoirs, utopies, mais aussi fantasmes et inquiétudes. Dans un style limpide, Didier Coeurnelle et Marc Roux retracent l histoire du transhumanisme, ses promesses, ses controverses, ses outrances, ses objectifs, ses perspectives et son programme pour le futur de l humanité. Ils décrivent toutes les améliorations et l éventail des prouesses technologiques pour vivre plus heureux, en bonne santé et beaucoup plus longtemps : implants connectés, hybridation homme-machine, cyborgs, bio-impression 3D, cerveau augmenté, intelligence artificielle, robotique, nanotechnologies, biotechnologies, sciences cognitives, etc. Ce livre nous emmène à la découverte d un technoprogressisme attentif aux questions environnementales, sanitaires et sociales, et dévoile les progrès possibles pour l économie, l écologie, l éducation, la santé, la démocratie et la société dans son ensemble. C est un outil indispensable pour comprendre ce qui se prépare, une boussole pour le monde qui vient. L identité humaine dépend désormais de ce que nous voulons en faire

3bis – Le transhumanisme: Faut-il avoir peur de l’avenir ? – 22 avril 2016

Le transhumanisme est un courant de pensée, désormais international, prônant l’usage des sciences et des techniques, dans le but d’améliorer l’espèce humaine, en augmentant les performances physiques et mentales de l’homme. Il considère en outre certains aspects de la condition humaine tels que le handicap, la maladie, le vieillissement ou la mort subie comme inutiles et indésirables. A ce titre, il interroge et il inquiète… Pour éclairer l’actualité de façon constructive, et tracer un pont entre les fantasmes et la réalité, l’auteur décrypte ce courant de pensée en proposant un texte accessible, synthétique et vivant. Il commence par faire un retour historique sur les origines et les influences du transhumanisme. Il s’interroge ensuite, à travers une lecture humaniste de la situation actuelle, sur la pertinence d’une telle « évolution ». Il nous interpelle enfin sur les orientations que nous souhaitons réellement donner à notre évolution en soulignant les parts d’ombre et les raisons d’espérer.

4-H+ / L’intelligence artificielle: La puissance d’un mythe  – 23 juillet 2016

Inévitable domination de l’intelligence artificielle ? Cet ouvrage du sociologue Pierre Fraser endosse l’idée d’une singularité technologique, c’est-à-dire ce moment où l’intelligence artificielle provoquera une croissance technologique quasi exponentielle qui aura des impacts profonds sur la société. En fait, les technologies numériques possèdent cette étonnante capacité à tout absorber parce qu’elles sont à la fois sociales et sociables. Plus encore, elles sont une réalité en soi qui se suffit à elle-même, autonomes à l’égard de l’homme, car elles l’obligent à s’aligner sur elles et modifient radicalement les objets auxquels elles s’appliquent sans être pour autant modifiées par eux. D’un point de vue strictement sociologique, si les technologies modifient en profondeur les institutions sociales, les individus qui ont édifié ces institutions seront forcément eux aussi profondément affectés ou transformés. Les normes, valeurs et codes sociaux aujourd’hui privilégiés et qui constituent le lien social de nos sociétés seront inévitablement revisités. À quel type de société faut-il s’attendre ? Notre compréhension héritée des philosophes de l’Antiquité de ce qui nous constitue en tant qu’être humain sera remise en question : le fait d’être et de se savoir un individu ; le fait d’être vivant et conscient ; le fait d’être inscrit dans un ordre social particulier. Et cette remise en question n’est pas et ne sera pas banale, car elle ne sera pas le fait de quelques grands penseurs comme par le passé. Elle nous sera imposée par le développement technologique lui-même. Et nous insistons sur le terme « imposée », car comme l’avait si bien entrevu le sociologue Jacques Ellul dès 1958, « il est impossible d’échapper à la technique. »

5 – Les théories de la connaissance – 24 août 2016

Élaborer une théorie de la connaissance c’est s’attacher à démonter les mécanismes producteurs du savoir, identifier les présupposés théoriques et les implications métaphysiques qui en règlent l’exercice. C’est aussi interroger les dimensions métaphysiques et éthiques que révèle tout acte de connaître. Cet ouvrage présente les modèles épistémologiques qui rendent compte de l’acquisition des connaissances, en précisant l’apport contemporain des sciences cognitives.

5bis – Le Désastre de l’école numérique. Plaidoyer pour une école sans écrans 25 août 2016

Pendant que certains cadres de la Silicon Valley inscrivent leurs enfants dans des écoles sans écrans, la France s’est lancée, sous prétexte de  » modernité « , dans une numérisation de l’école à marche forcée – de la maternelle au lycée. Un ordinateur ou une tablette par enfant : la panacée ? Parlons plutôt de désastre.
L’école numérique, c’est un choix pédagogique irrationnel, car on n’apprend pas mieux – et souvent moins bien – par l’intermédiaire d’écrans. C’est le gaspillage de ressources rares et la mise en décharge sauvage de déchets dangereux à l’autre bout de la planète. C’est une étonnante prise de risque sanitaire quand les effets des objets connectés sur les cerveaux des jeunes demeurent mal connus. C’est ignorer les risques psychosociaux qui pèsent sur des enfants déjà happés par le numérique.
Cet essai s’adresse aux parents, enseignants, responsables politiques, citoyens qui s’interrogent sur la pertinence du  » plan numérique pour l’école « . Et s’il fallait au contraire faire de l’école une zone refuge, sans connexions ni écrans, et réinventer les pistes non numériques du vivre-ensemble ?Philippe Bihouix, 44 ans. Ingénieur centralien, il a travaillé dans différents secteurs industriels comme ingénieur-conseil ou à des postes de direction. Il est l’auteur de L’Âge des low tech, vers une civilisation techniquementsoutenable (Seuil, Prix de la Fondation d’Écologie Politique 2014). Il a deux enfants.Karine Mauvilly, 38 ans. Historienne et juriste de formation, diplômée de Sciences Po Paris, elle a été journaliste puis enseignante en collège public, poste d’observation privilégié de la mutation numérique en cours. Elle a trois enfants.

 

 6 – Le robot est-il l’avenir de l’homme ? – 31 août 2016

Les progrès de l’informatique et de l’électronique sont en passe de donner corps à un vieux rêve de l’homme : créer un être à son image, polyvalent, capable d’interagir, d’apprendre et de prendre des décisions. Tout indique en effet que le robot s’apprête à occuper une place de choix dans nos vies : accompagnement des personnes âgées, visites guidées dans les musées, conduite autonome, etc. Mais ces évolutions ne vont pas sans problème : les robots seront-ils les fossoyeurs de nos relations sociales ? ou du plein-emploi ? Leur intelligence peut-elle encore progresser ? Notre modèle juridique doit-il leur faire davantage de place ? Pour répondre à ces questions, « Place au débat » vous propose l’analyse de deux auteurs spécialistes.

7 – Faut-il avoir peur du numérique ? : 25 questions pour vous faire votre opinion (Idées claires)

Présentation de l’éditeur

Les Français prennent conscience de l’importance de la transition numérique : la place qu’elle prend dans notre vie quotidienne, les mutations qu’elle impose à nos institutions, la puissance qu’elle redistribue entre les entreprises et les Etats.
Ces profonds changements restent cependant incompris et suscitent des craintes.
Trop d’idées reçues, souvent fausses, sur la transition numérique encombrent encore les débats sur notre avenir dans l’économie numérique. Ce livre a pour objet de discuter ces idées reçues afin de pouvoir enfin, collectivement, passer à l’action.

8 – Dans l’homme tout est bon  – 3 septembre 2016

 Un ouvrage percutant dans lequel Yannick Blanc, qui n’a ni peur des mots ni des idées qu’il représente, nous fait une éclatante démonstration dénonçant le monde d’aujourd’hui, un monde consumériste sans âme ni conscience qui nous vante et nous offre des objets de la belle industrie des sciences et des technologies censées nous rendre toujours plus beaux, plus performants, et ainsi douillettement grugés et asservis, nous mener par le bout du nez à l’apogée d’un bonheur absolu. Sur le dessus tout est joli propre et lisse, accessible à tous les possibles pour toujours plus de promesses et d’avantages. Mais soulevons un pan du voile et découvrons une réalité bien éloignée du propos . Qu’en est-il réellement de ce bourrage de crâne et de ces leurres d’obligation ? Et quel en est le prix à payer ? « Nous avons mangé la forêt, et alors ? Il faut bien vivre. Nourrir les chasseurs, les paysans, les machines à vapeur, les cyborgs. Il faut bien mettre les gens quelque part. […] » « En réalité, il faut s’en tenir à Lavoisier : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Il n’y a pas de déchet ultime et nos matières dernières sont aussi nos matières premières, suivant un cycle immortel. Nous transformerons la fumée en pétrole et les déchets radioactifs en uranium. […] Nos ordures valent de l’or ! » « Nos chimistes changent la merde en or ! Ils produisent de l’électricité avec notre lisier, ils en font de l’eau potable et des engrais, ils extraient l’azote et le phosphore de notre urine et de nos fèces, comme Victor Hugo l’avait annoncé dans Les Misérables ! »

8bis – Intelligence artificielle, les défis actuels et l’action d’INRIA

16/09/2016

9-Je cherche à comprendre : Les codes cachés de la nature – 5 octobre 2016

Joël de Rosnay nous emmène dans un fascinant voyage à la découverte des codes cachés de la nature et de cette mystérieuse force organisatrice qui régit notre univers. De la suite de Fibonacci au nombre d’or, en passant par la découverte de la morphogénèse d’Alan Turing aux fractales de Benoit Mandelbrot, l’auteur à succès de Surfer la vie entraîne le lecteur du monde microscopique à la vie macroscopique pour lui faire partager son émerveillement.
voir entretien sur elishean

10– Le transhumanisme est un intégrisme – 7 octobre 2016

Le transhumanisme a inspiré beaucoup de livres. Pour et contre. Il fallait Mathieu Terence pour en dévoiler l’imposture. Pour en dénoncer l’aberration. Pour démonter ce mythe ultime de la religion du progrès. Avec humour et gravité. Avec style et prophétisme. Sources, théories, moyens financiers, relais médiatiques, réseaux d’influence : voici, tel qu’en lui-même, le mirage high-tech et mortifère de l’idéologie libérale mondialisée. Car, sous cette fausse promesse de puissance et d’immortalité, se cache la disparition du corps, du visage, de la parole et de tout ce qui confère sa véritable infinité à la finitude humaine. Cet intégrisme, jusque-là, ne disait pas son nom. C’est chose faite. Mieux qu’un pamphlet, un bréviaire de résistance.

11 – La nouvelle servitude volontaire : Enquête sur le projet politique de la Silicon Valley – 10 octobre 2016

vec comme crédo la volonté de changer le monde, c’est au coeur de la Silicon Valley que se façonne la société numérique. Portées par une spectaculaire réussite économique, les entreprises de haute technologie veulent dessiner un monde meilleur en prenant en main la majorité des aspects de notre quotidien, en généralisant la prédiction algorithmique. L’homme devient intégralement transparent, immatériel. La liberté de choisir, la créativité et l’émancipation sont désormais remplacées par l’anticipation, la prédiction et la régulation. C’est bien plus qu’une révolution numérique ; c’est un véritable projet politique qui est à l’oeuvre. Avec rigueur et précision, Philippe Vion-Dury révèle que les technologies sont porteuses d’une idéologie et d’un projet de civilisation. Il démontre que les modèles prédictifs, les algorithmes et les objets connectés instaurent une société du contrôle dans laquelle l’individu, comme le collectif, abandonne la maîtrise de son destin. Il explique comment la peur de se confronter à la solitude, à l’altérité et à l’échec nous conduit à une nouvelle servitude volontaire.

12–  Les robots font-ils l’amour ? Le transhumanisme en 12 questions

12 octobre 2016

de Laurent Alexandre et Jean-Michel Besnier
La technique peut-elle et doit-elle améliorer l’espèce humaine ? Est-il désirable de vivre des siècles ? L’intelligence artificielle va-t-elle tuer l’homme ? Aujourd’hui vous pouvez déjà faire séquencer votre ADN en une journée pour, peut-être un jour, le réparer, tandis qu’Internet bouleverse nos modes d’apprentissage et nos relations sociales. Demain, l’intelligence artificielle aura-t-elle encore besoin de l’intelligence humaine et ferons-nous l’amour avec des robots ? Laurent Alexandre, médecin et entrepreneur, et Jean-Michel Besnier, philosophe spécialiste des nouvelles technologies, confrontent leurs arguments et vous donnent les clés pour comprendre ce qui se joue à coups de milliards dans les labos des sociétés high-tech californiennes.

13– La Silicolonisation du Monde – 18 octobre 2016

Berceau des technologies numériques (Google, Apple, Facebook, Uber, Netflix, etc.), la Silicon Valley incarne l’insolente réussite industrielle de notre époque. Cette terre des chercheurs d’or, devenue après-guerre le coeur du développement de l’appareil militaire et de l’informatique, est aujourd’hui le lieu d’une frénésie innovatrice qui entend redéfinir de part en part nos existences à des fins privées, tout en déclarant oeuvrer au bien de l’humanité.
Mais la Silicon Valley ne renvoie plus seulement à un territoire, c’est aussi et avant tout un esprit, en passe de coloniser le monde. Une colonisation d’un nouveau genre, portée par de nombreux missionnaires (industriels, universités, think tanks…), et par une classe politique qui encourage l’édification de valleys sur les cinq continents, sous la forme d’écosystèmes numériques et d’incubateurs de start-up.
Après avoir retracé un historique de la Silicon Valley, ce livre, à la langue précise et élégante, montre comment un capitalisme d’un nouveau type est en train de s instituer, un technolibéralisme qui, via les objets connectés et l’intelligence artificielle, entend tirer profit du moindre de nos gestes, inaugurant l’ère d’une « industrie de la vie ».
Au-delà d’un modèle économique, c’est un modèle civilisationnel qui s’instaure, fondé sur l’organisation algorithmique de la société, entraînant le dessaisissement de notre pouvoir de décision. C’est pour cela qu’il est urgent d’opposer à ce mouvement prétendument inexorable d autres modalités d existence, pleinement soucieuses du respect de l’intégrité et de la dignité.

14 – Quand le digital défie l’Etat de droit – 20 octobre 2016

Avez-vous déjà lu les fameuses CGU (Conditions générales d utilisation) avant de créer un compte sur Facebook, Google ou Twitter ? Ces dernières prévoient qu en cas de litige le juge californien sera compétent. La cour d appel de Pau a jugé en 2012 ce type de clause abusive, car contraire au droit français de la consommation. Or, quatre ans plus tard, ces plateformes continuent de maintenir cette clause abusive dans leurs CGU au mépris du droit et en toute impunité. Car qui a les moyens d affronter la puissance financière et juridique des géants américains du numérique ? Les États européens eux-mêmes abdiquent ou, au mieux, cherchent à négocier plutôt qu à faire appliquer la loi.

Vie privée, liberté d expression, droits d auteur, rôle de l État dans les mécanismes de régulation… Alliés de circonstance des libertariens de la côte ouest des États-Unis, les grands acteurs du numérique imposent leurs règles et leurs valeurs. Le digital est-il en passe de rendre inopérants les droits français et européen, après avoir chamboulé la technologie, nos modes de vie et les modèles économiques existants ? Dans cet essai accessible à tous, Olivier Iteanu lance un cri d alerte : s il ne reste plus au peuple européen le choix de sa loi, que lui reste-t-il de sa souveraineté ?

14bis – Bienvenue dans le pire des mondes – 17 novembre 2016

our après jour, le monde s’installe dans une société totalitaire de moins en moins démocratique et le champ de nos libertés individuelles se rétrécit sérieusement. Exemples à l’appui, le Comité Orwell a choisi de dénoncer les dérives de nos sociétés. Parce qu’il y a peu de chances qu’un candidat à la présidentielle de 2017 se saisisse de ces sujets, alors qu’ils sont les seuls qui vaillent, les seuls qui déterminent la capacité à agir – ou la totale impuissance – du futur Président.A Pékin, Moscou, Ankara ou Ryad, des oligarchies confisquent le pouvoir au nom du parti communiste, de la Sainte Russie, d’Allah. Cela, c’est l’image que la très grande majorité des médias occidentaux diffuse pour éviter de devoir balayer devant leurs portes. Car le même phénomène est à l’œuvre en Occident, dans ce que l’on appelle encore les démocraties occidentales.
George Orwell, imprégné des horreurs du nazisme et des dérives du communisme, avait dépeint, dans 1984, ce que pouvait devenir notre quotidien dans un monde régi par un totalitarisme absolu. A contrario, le seul rempart contre de telles dérives reposait sur l’idéal démocratique et ses quelques libertés fondamentales.
Or, insensiblement, nos sociétés que l’on croyait démocratiques le sont de moins en moins. Nous basculons dans un totalitarisme mou.
Quel est ce système ? C’est celui où, grâce à la technologie et au contrôle des flux financiers et commerciaux, quelques dizaines de multinationales, la plupart américaines, entendent organiser, orienter, régenter notre vie quotidienne. Pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur ? C’est effectivement ce que nous ont apporté ces nouvelles technologies : smartphone, Internet, nano technologies, progrès de la médecine… Le pire ? C’est le nivellement par le bas, la société du tweet, la surveillance, la captation de notre argent, la normalisation de nos goûts, l’uniformisation de nos besoins. Le pire, c’est aussi que cette dérive se fait souvent avec le consentement de ceux qui en sont victimes… sans s’en rendre compte.
Le champ de nos libertés individuelles se rétrécit sérieusement et un jour, peut-être pas si lointain, nos fiches détaillées nourries des milliers de données récupérées par les multinationales, seront mises au service d’un système totalitaire de moins en moins soft.

15 – Comprendre le Deep Learning: Une introduction aux réseaux de neurones

19/11/2016

Après des résultats spectaculaires, dont la victoire d’AlphaGo sur le meilleur joueur mondial de Go, le Deep Learning suscite autant d’intérêts que d’interrogations. Inspiré au départ par une métaphore biologique, celle du cerveau, le domaine des réseaux de neurones est devenu l’un des principaux axes de recherche de l’intelligence artificielle. Quel que soit le secteur d’activité, pas un seul en effet ne semble échapper aux applications du Deep Learning.

Quels sont les principes des réseaux de neurones ? Comment fonctionnent-ils ? Quand et pourquoi les utiliser ? Sont-ils simples à mettre en œuvre ? Qu’est-ce qu’on entend réellement par Deep Learning ?

Jean-Claude Heudin propose avec ce livre de répondre à ces questions. Dans un style direct et richement illustré, les explications sont abordables par le plus grand nombre, avec une mise en pratique au travers d’exemples. Pour comprendre le Deep Learning, nul besoin ici d’un fort niveau en mathématiques. Les principes de calcul sont réduits à des opérations simples et les exemples de programmation sont accessibles. Ce livre s’adresse à tous ceux qui souhaitent comprendre concrètement les enjeux du Deep Learning.

16 – Big Data, penser l’homme et le monde autrement – 24 novembre 2016

Une révolution industrielle et sociétale est en cours, elle se nomme  » data « . Un livre pour comprendre ses enjeux et son impact, actuel et futur, sur nos existences. » Big Data  » : un mot que l’on entend sans cesse sans vraiment savoir cedont il s’agit. Pourtant, les données sont partout : issues de nos réseaux sociaux, de notre téléphone mobile, de notre passage en caisse, de l’utilisation d’une carte de transport, etc. Toutes ces données en disent
beaucoup plus sur nous que nous ne le croyons.
Dans cet essai, Gilles Babinet montre que ces données peuvent être utilisées tant pour développer des outils marketing perfectionnés que pour améliorer les prises en charge médicales, permettre aux villes de mieux gérer leurs ressources ou encore pour allier productivité agricole et développement durable. La donnée pourrait bien être l’une des énergies motrices d’une nouvelle révolution industrielle et sociétale qui se profile.
Pour autant, cela soulève de nombreuses questions. Sommes-nous sur le point d’entrer dans une société semblable à celle que décrit George Orwell dans 1984 ? Quels facteurs permettraient à une société démocratique et respectueuse des libertés individuelles de bénéficier de cette nouvelle technologie ? Gilles Babinet fait la lumière sur ces questions en rappelant sans cesse que ce ne sont pas les technologies qui façonnent l’humanité, mais bien l’usage que l’on choisit, collectivement, d’en faire.

17 -Intelligence artificielle : l’inevitable domination – 6 décembre 2016

Le sociologue Pierre Fraser fait ici une affirmation audacieuse : tout système d’intelligence artificielle qui est en mesure d’apprendre par lui-même, tout en le faisant avec un degré exponentiellement supérieur à celui d’un cerveau biologique — et c’est bien ce que peut faire un réseau massivement connecté de neurones artificiels —, disposera de la capacité à réellement devenir antifragile, parce qu’il sera en mesure d’apprendre à partir de la volatilité de son propre environnement, qu’il s’adaptera, qu’il s’améliorera au fil du temps, tout comme est en mesure de le faire un cerveau biologique. La raison pour laquelle l’auteur prétend que son affirmation est audacieuse, ce n’est pas parce qu’elle n’a pas une valeur scientifique, sociologique ou philosophique, mais bien parce qu’elle est tout à fait à contre-courant de la culture populaire dominante, des affirmations de personnalités influentes comme Stephen Hawking, Bill Gates et Elon Musk, de la culture hollywoodienne, et de la culture romanesque de toutes les dystopies fondées sur l’intelligence artificielle. Tout en reprenant le concept d’antifragilité de Nassim Nicholas Taleb, ce livre cherche à voir si celui-ci peut s’appliquer aux réseaux de neurones artificiels. Si, pour Taleb, ce qui est antifragile profite sans contredit des événements inattendus, Fraser tente de transposer l’idée dans le domaine de l’intelligence artificielle et démontre que nous nous dirigeons non pas vers un monde de plus en plus fragile, mais effectivement vers un monde de plus en plus antifragile

18 -Transhumanisme et posthumanisme: Nos futurs… en mode « cyber » ? – 12 décembre 2016

Des courants scientifiques et technologiques de très hauts niveaux prônent des idées qui peuvent paraître utopiques et poursuivent de concrètes recherches vouées à provoquer une (trans)mutation prochaine de l’être humain : homme augmenté dans ses capacités physiques et mentales, jeunesse et durée de vie prolongées, symbiose avec la machine et l’intelligence artificielle, quasi immortalité… Le but : amener l’espèce humaine à un considérable bond évolutif et, à l’extrême, faire même quasi table rase de l’humain du moins de l’humain tel que nous le connaissons et le reconnaissons encore aujourd’hui… Ce livre vous présente le transhumanisme et le posthumanisme qui ne visent rien de moins que le Surhomme…

19 – Homo Artificialis. Plaidoyer pour un humanisme numérique – 12 janvier 2017

Réparer l’homme, oui ; l’augmenter, pour quoi faire ?
Si, en matière de connaissance, il est  » interdit d’interdire « , en matière de manipulation, il peut s’avérer nécessaire de refuser certaines retombées des découvertes issues de nos laboratoires et de nos observations. Pour Guy Vallancien, le transhumanisme éclairé s’appuiera sur cinq piliers indissociables : partager les informations afin de décider dans une conscience accrue des enjeux qui concernent notre avenir commun ; participer activement et sans état d’âme au développement de l’intelligence artificielle et à la construction des robots, à la condition qu’Homo Artificialis soit seulement adapté à nos besoins; soulager et réparer celles et ceux qui subissent maladies, traumatismes physiques, psychiques et sociaux innombrables ; refuser catégoriquement les dérives qui tendraient à augmenter l’homme au seul bénéfice d’un surcroît de puissance et de longévité ; et, enfin, promouvoir l’éducation nécessaire pour être en capacité de décider au-delà des seules opinions fluctuantes et irrationnelles.
Guy Vallancien mène une réflexion éthique et philosophique sur les dérives de la robotique médicale, et signe un essai érudit qui plaide pour un nouvel humanisme articulé autour de  » l’objet numérique à l’intelligence supérieure  » que sera Homo Artificialis.

20 – Le temps des algorithmes – 19 janvier 2017

Depuis quelque temps, les algorithmes sont sur toutes les langues. Et ils inquiètent.
Des métiers disparaissent par leur faute, des gouvernants s’en servent pour restreindre nos libertés, des entreprises privées les utilisent dans leurs calculs cyniques. Bientôt des « algorithmes intelligents » nous asserviront…
Et si, avant de souscrire à cette vision pessimiste, dans laquelle nous n avons pas voix au chapitre, nous examinions la situation d un peu plus près ? Après tout, les algorithmes sont des créations de l’esprit humain. Ils sont ce que nous avons voulu qu ils soient.
Les algorithmes sont avant tout des solutions, mais ces solutions ne sont pas neutres. S’ils sont à l’origine de transformations radicales des notions de travail, de propriété, de gouvernement, de responsabilité, de vie privée et même d’humanité, c’est donc à nous de décider de quel côté faire pencher la balance. Pour cela, il faut cesser de les subir en cherchant à les comprendre. C’est ainsi que nous pourrons être maîtres de notre destinée.

21 – Informatique céleste – 25 janvier 2017

Que sait-on de l’informatique ? Simple savoir technique lié à l’invention des ordinateurs, elle ne serait rien de plus que ce pour quoi nous leur sommes désormais asservis. Du moins, c’est ce que veut le cliché. Et s’il était faux ? Et si, bien loin de n’être que le langage de notre asservissement, l’informatique était celui de notre libération ? Dans son nouvel essai, virtuose, érudit et provocateur, Mark Alizart n’hésite pas à défendre la thèse selon laquelle l’informatique, pourvu qu’on accepte d’en retracer les origines théologiques oubliées et les connexions inattendues avec les pensées les plus spéculatives de l’histoire de la philosophie, est ce qui permet enfin de répondre au constat célèbre, jadis formulé par Martin Heidegger. « Seul un Dieu peut encore nous sauver », vraiment ? Et si ce Dieu n’était nul autre que l’informatique elle-même ?

22– Le mythe de la Singularité – Faut-il craindre l’intelligence artificielle ? – 2 février 2017

L’intelligence artificielle va-t-elle bientôt dépasser celle des humains ? Ce moment critique, baptisé  » Singularité technologique « , fait partie des nouveaux buzzwords de la futurologie contemporaine et son imminence est proclamée à grand renfort d’annonces mirobolantes par des technogourous comme Ray Kurzweil (chef de projet chez Google !) ou Nick Bostrom (de la vénérable université d’Oxford). Certains scientifiques et entrepreneurs, non des moindres, tels Stephen Hawking ou Bill Gates, partagent ces perspectives et s’en inquiètent.
Menace sur l’humanité et/ou promesse d’une transhumanité, ce nouveau millénarisme est appelé à se développer. Nos machines vont-elles devenir plus intelligentes et plus puissantes que nous ? Notre avenir est-il celui d’une cybersociété où l’humanité serait marginalisée ? Ou accéderons-nous à une forme d’immortalité en téléchargeant nos esprits sur les ordinateurs de demain ?Voici un essai critique et concis sur ce thème à grand retentissement par l’un de nos meilleurs experts des humanités numériques.Jean-Gabriel Ganascia est professeur à l’université Pierre-et-Marie-Curie, où il mène des recherches sur l’intelligence artificielle au Laboratoire informatique de Paris 6 (LIP6). Il est président du comité d’éthique du CNRS et a publié divers ouvrages dont le précurseur L’Âme machine, au Seuil en 1990.

23 – Le Cerveau, la machine et l’humain: Le cerveau au XXI ème siècle – 15 mars 2017

 

Les découvertes scientifiques des quinze dernières années sur le cerveau ont été spectaculaires et promettent de l’être bien plus encore dans un avenir proche.

Des nouvelles sur le cerveau nous arrivent jour après jour, et du monde entier, révélant les secrets de l’apprentissage, de la mémoire, de l’attention, de la motivation, du leadership, de la prise de décision et nous n’en sommes qu’au tout début !

À l’ère des nouvelles technologies et du tout-numérique, on peut imaginer et même envisager que nous intervenions sur le cerveau humain pour le modifier.

Où en sommes-nous du cerveau, et de l’humain ?

Ces bouleversements que provoquent le numérique et le développement de la science informatique va-t-il nous transformer en hommes-objets, voire en machines ?

L’objectif du livre de Pierre-Marie Lledo est de savoir dans ce contexte comment remettre l’humain au cœur de nos sociétés.

Rapport du 15 mars 2017 au nom de l’office parlementaire des choix scientifiques et technologiques

pour une intelligence artificielle maîtrisée, utile et démystifiée

24 – La chute de l’Empire humain: Mémoires d’un robot – 22 mars 2017

Des machines plus intelligentes que l’homme ?
Une utopie que les auteurs de science-fiction et les scénaristes d’Hollywood ont imaginée… mais que les progrès technologiques sont en passe de réaliser.
Deux phénomènes se conjuguent : la puissance de calcul des superordinateurs augmente de façon exponentielle ; de nouveaux logiciels reproduisent le fonctionnement des neurones du cerveau humain et confèrent aux machines la faculté d’apprendre. Les systèmes pensants peupleront bientôt les domiciles, les entreprises, les usines, les administrations, les hôpitaux, les villes, les armées. Jusqu’où iront-ils dans leur degré d’autonomie et leur liberté de décision ? Quelle place les hommes préserveront-ils dans un univers contrôlé par les robots ? Après la bombe atomique, l’intelligence artificielle est-elle la deuxième arme létale inventée par l’homme et capable de le détruire ?
La chute de l’Empire humain retrace l’histoire méconnue de l’intelligence artificielle du point de vue du robot : c’est une machine qui raconte ici son aventure et dévoile les mystères de son long cheminement avec l’homme, jusqu’au combat final.

25 – Intelligence artificielle : vers une superintelligence ? – 27 mars 2017

Le sociologue Pierre Fraser pense qu’il se pourrait bien que nous soyons actuellement totalement en rade en tant que sociologues, historiens et philosophes pour saisir l’ampleur du phénomène, tellement il se déroule devant nos yeux à une vitesse fulgurante, car la réflexion scientifique n’est définitivement pas calée sur le rythme de l’innovation technologique. De là tout l’intérêt de l’observer immédiatement et d’en rendre compte. Si l’émergence est une propriété intrinsèque de la complexité massive, il faut vraisemblablement supposer que si une intelligence artificielle généraliste de niveau humain et non consciente d’elle-même survient, ce ne sera qu’une question de temps avant qu’une super-intelligence artificielle non consciente d’elle-même ne survienne. Autrement, au vu et au su des avancées fulgurantes dans le domaine de la recherche, il sera éventuellement un jour possible d’arriver à concevoir une super -intelligence artificielle non consciente de sa propre existence. Pour cette simple raison il importe de s’en préoccuper immédiatement. Toujours dans le même ordre d’idées, si on arrive à fabriquer une intelligence artificielle généraliste de niveau humain, et que partant de là on bricole des trucs toujours de plus en plus complexes, il serait possible de parvenir à concevoir une super-intelligence artificielle.

26 -Penser l’humain au temps de l’homme augmenté – Face aux défis du transhumanisme – 29 mars 2017

« Penser l’humain au temps de l’homme augmenté », un livre de Thierry Magnin paru aux éditions Albin Michel.

Les progrès fulgurants des biotechnologies, combinés à la révolution numérique, laissent entrevoir un avenir radicalement différent pour l’humanité. L’homme « augmenté » par les technologies, et bientôt « transhumain », peut-il vraiment « sauver l’homme » ou doit-il susciter une virulente résistance ? À travers la critique de l’argumentaire transhumaniste, fondé sur une conception appauvrie de ce qui fait l’humain, Thierry Magnin nous invite à porter un nouveau regard sur la grandeur et la vulnérabilité de notre condition humaine.. Qu’est-ce que l’homme à l’heure où l’on pourra bientôt remplacer ses organes par des machines intelligentes, voire transférer son cerveau sur des super-ordinateurs ? L’anthropologie chrétienne peut-elle nous aider à aborder avec confiance la révolution annoncée afin que celle-ci nous ouvre, non à un abandon de l’humain, mais à son véritable accomplissement ?

Thierry Magnin, physicien et théologien, actuellement recteur de l’université catholique de Lyon, est professeur des universités. Après 26 ans d’enseignement et de recherche en physique à l’Ecole nationale supérieure des mines de Saint-Etienne, il s’est spécialisé en éthique des sciences et technologies. Il est membre de l’Académie des technologies et de l’Académie catholique de France

27– Intelligence artificielle : vers un humain optimal – 29 mars 2017

Le corps est devenu la tâche principale de notre existence. Cette tâche est aussi une tâche interminable, un projet de transformation jamais achevée. Chacun devient son corps. Chacun choisit son corps. Chaque corps est une œuvre à construire. La convergence des nanotechnologies, des biotechnologies, de l’intelligence artificielle et des sciences cognitives (NBIC) est médiatrice de cette œuvre à construire. D’ailleurs, le corps aryen, imaginé par une idéologie totalitaire, le nazisme, le corps parfait, n’est jamais vraiment sorti de notre imaginaire collectif. Il s’est tout simplement dilué, au quotidien, dans le sport, l’alimentation, la médecine, la pharmacologie et la chirurgie. Notre existence même est à l’aune d’une réingénierie soutenue par une certaine connaissance scientifique. Le corps est le matériau du soi, une quête interminable d’amélioration, une limite jamais atteinte, puisque celui-ci peut se détraquer à tout moment, d’où l’obligation à la remise en forme constante. Mais ce salut par le corps ne surviendra pas — au moment où ces lignes sont écrites —, parce que le corps rencontrera forcément une li-mite, celle de sa fin. Ainsi, le corps relève désormais de l’activisme, une attitude prônant le recours à l’action directe, une morale fondée sur l’action et le pragmatisme. Ici, rien qui ne concerne encore le projet transhumaniste, mais qui trace une ligne directrice bien précise, l’augmentation de soi-même.

28 Chocs futurs

Étude prospective à l’horizon 2030 -réalisé par le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN)

avril 2017

29 – Demain, territoire de tous les possibles – 3 mai 2017

Notre génération, qu’on croyait sans histoire, est en train de vivre la plus grande révolution que l’humanité ait jamais connue : l’avènement de la technologie. Dans une vingtaine d’années, la science supplantera les principaux problèmes politico-socio-économiques et en posera de nouveaux ; car, insidieuse ou séditieuse, c’est elle qui de gré ou de force dirigera nos vies.
« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » Nombreux sont ceux qui travaillent déjà à penser demain pour l’accompagner ensemble et faire des technologies qui en découlent un atout qui s’emploie au bien commun. À travers cinq grandes thématiques, chacune appuyée par le travail d’experts, l’auteur nous invite à partager de nouvelles initiatives et visions du monde afin que nous puissions tous devenir acteurs de ce destin collectif.
Comment opérer une individualisation des soins ? Quelles nouvelles ressources pouvons-nous capitaliser ? Quid du revenu universel ? La cybersécurité, un des enjeux de demain ? Travailler en toute liberté, est-ce possible ? Vivre jusqu’à cent ans, oui, mais comment ? Le Big Data nous connecte, ne peut-il pas optimiser nos vies ? Tant de questions dont nous seuls écrirons les réponses.Un ouvrage publié sous la direction de Michel Lévy-Provençal, fondateur de TEDxParis, Brightness et de L’ÉCHAPPÉE VOLÉE, le do-tank qui met l’innovation au service du bien commun.
Avec les interventions de : Salim Ismail, Xavier Duportet, Nicolas Huchet, Hugo Mercier et Quentin Soulet, Pierre Bélichard, Philippe Menei, Naziha Mestaoui, Sandra Rey, Jean Moreau, Elliot Lepers, Lucie Viry, Timothée Boitouzet, Nicolas Colin, Paul Duan, Santiago Siri, Primavera de Filippi, Marc de Basquiat, Guy-Philippe Goldstein, Marielle van der Meer, Ladislas de Toldi, Erwan Kezzar, Alyette Tritsch, Flora Vincent et Aude Bernheim, Hugues Bersini, Alain Bensoussan, Stanislaw Ostoja Starzewski, Tristan Nitot, Gaël Langevin.

30 – Qui va prendre le pouvoir ?: Les Grands singes, les hommes politiques ou les robots – 3 mai 2017

 
« C’est nous qui éliminons les grands singes et qui créons les robots. Comment apprendre à vivre avec ces nouvelles intelligences artificielles pour assurer un futur meilleur à l’humanité ? Ma réponse d’éthologue et de paléoanthropologue est qu’il nous faut d’abord comprendre les intelligences naturelles qui accompagnent notre évolution, à savoir celle des singes et des grands singes. Sinon nous serons les esclaves des robots. » P. P. Ce livre plein d’humour nous apprend beaucoup sur nous-mêmes, sur les hommes (et femmes) politiques, sur les grands singes… et les robots. Ce livre est aussi un bestiaire à clés, où toute ressemblance avec des personnages existants risque de ne pas être pure coïncidence…

31 – Révolution digitale : transformer la menace en opportunités: 10 tendances clés et plus de 50 exemples pour éviter de se faire «ubériser» – 4 mai 2017

Réseaux sociaux, mobilité, internet des objets, big data, intelligence artificielle, industrie 4.0, blockchain, économie du partage, agilité, open innovation… De nouveaux usages apportés par la révolution digitale envahissent notre quotidien et bouleversent les équilibres économiques. Alors que beaucoup de dirigeants d entreprises craignent l ubérisation et que de nombreux salariés redoutent « le déclassement », cet ouvrage a pour objectif de persuader chacun, cadre de grande entreprise, dirigeant de PME ou futur entrepreneur, que cette mutation porte en elle les germes de formidables opportunités pour peu qu on maîtrise bien certaines règles fondamentales de ces nouvelles technologies. À travers 10 tendances à appliquer à une stratégie de digitalisation, les auteurs qui, eux-mêmes, ont dû s adapter à cette nouvelle donne, expliquent les ressorts fondamentaux de cette mutation.
En s appuyant sur de nombreux exemples de stratégies digitales réussies, à la fois dans de grandes entreprises, dans des entreprises de taille moyenne et dans des start-ups, ils fournissent des pistes pour aborder cette révolution numérique le plus efficacement possible.
Cet ouvrage devrait entrer dans la ligne des livres que l on ne lit pas d une traite et que l on consulte régulièrement. On consultera le Victor comme les juristes consultent le Dalloz.
Maurice LÉVY Président du Directoire, Publicis Groupe

32 – Les GAFAM contre l’internet : Une économie politique du numérique – 19 mai 2017

Dans notre univers économique globalisé et dérégulé, quelques startups autrefois sympathiques ont donné naissance à des multinationales oligopolistiques qui régissent le coeur informationnel de nos sociétés : les GAFAM. Sous le prisme de l’économie politique, Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft ne sont pas examinés comme des réussites exceptionnelles mais comme les produits emblématiques d’un ordre néolibéral qu’ils contribuent eux-mêmes à forger, et qui s’inscrit résolument contre le projet originel de l’internet. Le livre décrit précisément le déroulement du processus de marchandisation qui a permis aux logiques financières de pénétrer le champ de l’informatique connectée, conçue initialement comme un bien public au service de l’émancipation collective. Il propose une synthèse claire et accessible des stratégies sophistiquées des GAFAM pour éviter l’impôt, capter la valeur produite en ligne par les utilisateurs et exploiter les données récoltées Ainsi, pour penser l’avenir de l’internet, il invite à s’interroger sur la place que nous voulons donner, dans la société future, au travail, aux inégalités sociales et économiques et, en dernier ressort, à la démocratie.

33-34 – L’avenir de notre liberté: Faut-il démanteler Google…Et quelques autres? – 15 juin 2017

Ce livre est un plaidoyer pour le progrès. Il nous fait pénétrer dans l univers des nouvelles technologies, ses exceptionnelles perspectives et ses risques. On évoque aujourd hui beaucoup le numérique, à juste titre, mais bien d autres domaines scientifiques sont concernés, la génétique, l énergie, les nano-technologies.
Peut-être notre liberté est-elle en danger : les dirigeants de ces grandes entreprises technologiques veulent définir le monde dans lequel nous vivrons dans les décennies à venir. Il s agit donc d éviter que les entreprises imposent leurs choix au monde, au détriment des puissances publiques, dans tous les domaines de notre vie sociale et privée.
Une première question parmi bien d autres émerge : faut-il démanteler Google et les autres GAFA ?

35 -Etudes n°4240: Le transhumanisme, une idée chrétienne devenue folle ?

27 juin 2017

de collectif

36 – Éloge de ma fille bionique: Philosophie du handicap, humanisme et transhumanisme – 5 juillet 2017

Étrangement, même si les personnes handicapées ont toujours existé dans l’histoire de l’humanité, bien peu de réflexions leur ont été consacrées. La philosophie est quasiment muette sur le sujet. Le temps paraît venu de proposer une véritable pensée du handicap. Les sciences sociales l’ont entreprise, en s’opposant à la conception médicale qui considérait spontanément le handicap comme une infirmité, une chose purement négative. Les handicapés eux-mêmes nous ont appris à revenir sur cette vision simpliste, certains (en particulier les sourds) rejetant complètement le terme de handicap pour les qualifier. Il est sans doute possible aujourd’hui d’aller plus loin, en élargissant radicalement cette notion. Ne sommes-nous pas tous, au fond, valides ou invalides, des handicapés d’une certaine manière à l’égard de l’existence ?
L’homme présumé « diminué » par le handicap apparaît également, de nos jours, opposé en tous points à l’homme supposé «  augmenté » dont parle ce courant de pensée contemporain, le transhumanisme. Mais cette confrontation est-elle justifiée ? N’y a-t-il pas plutôt, dans la réconciliation entre pensée du handicap et transhumanisme, une occasion nouvelle et originale de repenser la vieille question du sens de la vie ? C’est ce que cet essai tentera de démontrer.

37 – Intelligence artificielle : des impacts sociaux d’envergure en vue: Une experience sociale majeure – 28 juillet 2017

L’omniprésence de l’intelligence artificielle est inévitable, tout simplement parce qu’elle est la technologie la plus efficace en toutes choses qui surclasse toutes les autres technologies précédemment développées. Elle sera l’épicentre non seulement des développements technologiques à venir, mais elle sera surtout l’épicentre d’une reconfiguration sociale d’envergure. À ce titre, l’intelligence artificielle est bel et bien une expérience sociale que mènent les entreprises de la Silicon Valley, parce que l’introduction massive de technologies issues de l’intelligence artificielle modifiera en profondeur nos sociétés en les obligeant à s’aligner sur de nouvelles normes technologiques et sociales. Dans cet ouvrage, le sociologue Pierre Fraser, enseignant-chercheur à l’Université Laval et à l’Université de Moncton (campus d’Edmundston), nous démontre que l’intelligence artificielle possède sept propriétés technologiques qui sont susceptible de transformer en profondeur la société : l’unicité, l’autonomie, l’absorption, l’externalisation, l’accaparement, l’exclusion et l’éviction. Alors que l’unicité technologique renvoie au fait que, si les technologies existent et que si elles sont efficaces, elles doivent impérativement être utilisées dans un sens ou dans l’autre, toutes technologies confondues, l’autonomie technologique, quant à elle, renvoie à cette idée que la technologie est indépendante à l’égard de l’économie, de la politique, de la morale et des valeurs spirituelles, car elle est une réalité en soi qui se suffit à elle-même, autonome à l’égard de l’homme qu’elle oblige à s’aligner sur elle, modifie radicalement les objets auxquels elle s’applique sans être pour sa part modifiée par eux. Comme le soulignait l’écrivain autrichien Karl Kraus (1874-1936), le progrès n’est pas un mouvement, mais un état qui consiste à se sentir en avant, quoi que l’on fasse, sans pour autant avoir besoin d’avancer. Et pourtant, nous avons tous l’impression que le progrès fait avancer la société, la rend meilleure, plus humaine. À entendre tous les chantres des technologies numériques et de l’intelligence artificielle, si les pays les plus riches en développant de plus en plus de technologies deviennent encore plus riches, cette richesse par technologies interposées percolera dans les pays les plus pauvres et ceux-ci pourront éventuellement émerger de leur pauvreté. Il faut réellement disposer d’une foi à toute épreuve pour croire tout ce qui nous est raconté à propos du progrès qu’installera l’intelligence artificielle dans nos sociétés.

38 – Humanisme n° 316  – août 2017

Dossier N°1: LE TRANSHUMANISME NOUS SOMMES DÉJÀ DANS L’ÈRE TRANSHUMANISTE Christophe HABAS, Grand Maître du Grand Orient de France LE BATEAU DE THÉSÉE, COMME MÉTAPHORE DU TRANSHUMANISME Annick DROGOU INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : HOMME AUGMENTÉ OU HOMME SUBSTITUÉ ? Hervé CUILLANDRE HUMANISME ET POSTHUMANISMES Fabrice MAURICE

39– Intelligence artificielle : vers une domination programmée ?

2e édition revue et augmentée (8 août 2017)
 Aujourd’hui, les ordinateurs sont présents dans toutes nos activités quotidiennes. Une machine a vaincu le champion du monde du jeu de go, on construit automatiquement des connaissances à partir d’immenses masses de données (Big Data), des automates reconnaissent la parole articulée et comprennent des textes écrits en langage naturel… Les machines seraient-elles vraiment devenues intelligentes, posséderaient-elles un esprit, voire une conscience ?
La complexité de l’intelligence artificielle dépasse notre entendement immédiat et suscite nombre d’idées reçues. Ainsi, l’intelligence artificielle reproduirait l’activité de notre cerveau, elle ferait que les ordinateurs ne se trompent jamais et… qu’à terme nous en devenions les esclaves.
Jean-Gabriel Ganascia, en distinguant la réalité du pur fantasme, nous permet de comprendre ce qui se joue avec l’intelligence artificielle, quelles sont ses potentialités et ce qu’elle ne sera jamais… sauf au cinéma.

40 – Life 3.0: Being Human in the Age of Artificial Intelligence

29/08/2017

sur iatranshumanisme.com
Nous sommes au début d’une nouvelle ère. Ce qui était autrefois de la science-fiction, devient réalité, car l’intelligence artificielle transforme la guerre, le crime, la justice, les emplois et la société, et même notre sens de ce que signifie être humain. Plus que toute autre technologie, l’intelligence artificielle a le potentiel de révolutionner notre avenir collectif – et personne n’est mieux situé ou qualifié pour explorer cet avenir que Max Tegmark, un professeur du MIT et cofondateur de Future of Life Institute, dont le travail a contribué à intégrer la recherche sur la façon de garder l’intelligence artificielle bénéfique.Dans ce nouvel ouvrage profondément étudié et d’une importance vitale, Tegmark nous conduit au cœur de la pensée de l’IA et de la condition humaine, en nous confrontant aux questions essentielles de notre temps. Comment pouvons-nous accroître notre prospérité grâce à l’automatisation, sans laisser les gensdépourvues de revenu ou de but ? Quels conseils de carrière devrions-nous donner aux enfants d’aujourd’hui ? Comment pouvons-nous nous assurer que les futurs systèmes d’IA vont faire ce que nous voulons sans dysfonctionneou être piraté ? Devrions-nous craindre une course aux armements pour des armes autonomes mortelles? Est-ce que l’Inous aidera à nous épanouir dans la vie comme jamais auparavant ou nous donnera plus de pouvoir que nous ne pouvons gérer ?Life 3.0 donne les outils pour entrer dans ce qui peut être la conversation la plus importante de notre temps, nous guider à travers les questions les plus controversées autour de l’intelligence artificielle – de la super-intelligence au sens, à la conscience et aux limites physiques ultimes de la vie dans le cosmos.Quel avenir voulez-vous?

41 – Intelligence artificielle et transhumanisme: La puissance des mythes technoscientifiques

Format Kindle

Biographie de l’auteur

Pierre Fraser est détenteur d’un doctorat en sociologie de l’Université Laval. Il est également détenteur d’un baccalauréat en linguistique et d’une maîtrise en linguistique computationnelle, ce qui a fait de lui un informaticien qui a transposé plusieurs techniques linguistiques d’analyse du discours dans des systèmes d’intelligence artificielle entre 1995 et 2000 pour le compte de la société nStein Technologies. Sa formation doctorale en sociologie est venue compléter le début de sa compréhension de ce qui attend nos sociétés au cours des années à venir en matière de technologies intelligentes.

Si on part du principe, comme l’avait si bien entrevu Claude Lévi-Strauss, qu’un mythe contribue à organiser le monde, que sa substance ne se trouve ni dans le style, ni dans le mode de narration, ni dans la syntaxe, mais dans l’histoire qui y est racontée, il doit forcément y avoir, dans le cours de l’évolution d’une société, des matériaux qui permettent de construire un mythe. Et ces matériaux, lorsqu’ils sont puisés dans l’immense forge que sont les technologies, et spécifiquement les biotechnologies, les neurotechnologies, les nanotechnologies et l’intelligence artificielle, tous les éléments sont réunis pour faire en sorte que l’on puisse se raconter une histoire à propos du futur de notre civilisation et de l’espèce humaine.

Dans cet ouvrage, le sociologue Pierre Fraser, enseignant-chercheur à l’Université Laval et à l’Université de Moncton (campus d’Edmundston), nous fait la démonstration que les mythes technoscientifiques sont de puissants catalyseurs des idées proposées par les géants de la Silicon Valley. Il nous explique également pourquoi les mythes technoscientifiques fonctionnent, pourquoi ils arrivent à expliquer, à séduire, à justifier, à mobiliser et à évoluer. Pour y parvenir, les mythes technoscientifiques mettent en œuvre trois mécanismes : la prédiction, l’adhésion et l’aveuglement sélectif, où l’aveuglement sélectif fait appel à quatre autres mécanismes d’une très grande efficacité : l’autovérification, la suppression de la vérification, l’automythification et l’occultation.

Afin d’expliquer ce en quoi consiste un mythe technoscientfique, l’auteur utilise comme exemple le courant transhumaniste. En fait, pour le transhumanisme, la mort n’est pas un horizon indépassable, car il serait possible de l’outrepasser ou d’en ralentir d’autant sa survenue en ralentissant de façon importante le vieillissement. Ainsi, la mort n’est plus du tout considérée comme un problème d’ordre philosophique, spirituel ou même religieux, mais bien comme un problème d’ingénieur. Autrement dit, il suffirait tout simplement de réparer ce qui fonctionne mal et ce qui est défectueux. Ce que cherche finalement à faire le transhumanisme, c’est de transférer le processus évolutif depuis la nature vers une minorité agissante, celle des ingénieurs, plus spécifiquement, ceux qu’il est possible de regrouper sous le vocable de Guilde des ingénieurs de la vie.

42 – Manifeste des Chimpanzés du Futur Contre le Transhumanisme – 14 septembre 2017

 Frères humains, soeurs humaines, vous avez entendu parler du transhumanisme et des transhumanistes  ;  d’une mystérieuse menace, groupe fanatique, société de savants et d’industriels dont l’activisme impéreux et l’objectif affiché consistent à liquider l’espèce humaine pour lui substituer l’espèce supérieure, « augmentée », des hommes-machines. Une espèce résultant de l’automachination par ingénierie génétique et hybridation électro-mécanique.
Vous avez entendu l’ultimatum cynique et provocant de ce chercheur en cybernétique : « il y aura des gens implantés, hybridés, et ceux-ci domineront le monde.Les autres qui ne le seront pas, ne seront pas plus utiles que nos vaches actuelles au pré. »Et encore, « ceux qui décideront de rester humains et refuseront de s’améliorer auront un sérieux handicap. Ils constitueront une sous-espèce et formeront les chimpanzés du futur. »
Nous sommes les chimpanzés du futur et nous vous appelons à la résistance contre ce néo-nazisme surgi des laboratoires.
Les animaux politiques qui écrivent à l’enseigne de Pièces et main d’oeuvre combattent le transhumanisme depuis une quinzaine d’années. Ils ont déjà publié nombre de livres sur des sujets voisins : Terreur et possession, Aujourd’hui le Nanomonde; L’industrie de la contrainte, etc...

43 – Remplacer l’humain : Critique de l’automatisation de la société – 19 septembre 2017

 
Les systèmes automatisés ont envahi notre quotidien via les applications pour smartphones, les GPS, les objets connectés, les robots ou drones domestiques – et bientôt les voitures sans conducteur. Chaque jour plus innovantes, ces technologies se proposent de soulager notre esprit, de nous épargner des efforts inutiles et de supprimer frictions et ralentissements dans nos vies. Censée alléger le travail des ouvriers et accroître les gains de productivité, l’automatisation a été introduite dans les manufactures pendant la révolution industrielle. Grâce à l’irrésistible essor de la robotique et de l’informatique, elle n’a cessé de se développer, d’abord dans l’industrie puis dans tous les domaines : aviation, finance, architecture, design, ressources humaines, médecine, justice, enseignement… En s’appuyant sur des exemples concrets et des études scientifiques diverses, Nicholas Carr démontre que notre dépendance accrue aux systèmes automatisés n’est pas sans danger. En faisant de moins en moins appel à nos sens, à notre expérience et à nos facultés intellectuelles, nous risquons de perdre notre autonomie, nos savoir-faire et notre pouvoir de décision. C’est pourquoi il est urgent de nous opposer à l’automatisation intégrale de la société et de remettre en cause le primat de la technologie sur l’humain.

44 – Le christianisme est un transhumanisme – 29 septembre 2017

« Et si Jésus-Christ était le cyborg ultime ? » Adieu la maladie ! Adieu la mort ! Voilà ce qu’assurent les prophètes du transhumanisme : grâce au clonage, aux nanorobots, aux prothèses, nous vivrons tous bientôt comme des dieux. Les chrétiens se détournent d’ordinaire de ce rêve qui ressemble à un cauchemar : mais ils devraient plutôt s’en mêler. C’est le pari de Dominique de Gramont, qui tente dans ce livre foisonnant de faire dialoguer le christianisme et le transhumanisme. S’appuyant sur René Girard comme sur Teilhard de Chardin, questionnant sans relâche les scientifiques américains qui nous promettent une existence délivrée de la souffrance, il fait fusionner des pensées qu’on aurait cru irréconciliables. Un livre étonnant, paradoxal et salutaire.

45 – La guerre des intelligences  – 4 octobre 2017

Depuis la parution en 2011 de son premier essai La mort de la mortcomment la technomédecine va bouleverser l’humanité, Laurent Alexandre s’est révélé comme l’un des plus visionnaires analystes des révolutions technologiques.
Il s’attaque aujourd’hui à l’Intelligence artificielle (IA) et aux vertigineuses mutations qu’elle va déclencher dans nos modes de vie, et en particulier dans notre conception de l’éducation.
D’un côté, l’IA progresse bien plus vite que tous les pronostics avancés  : la rapidité d’apprentissage de l’IA est multipliée par 100 chaque année. Il faut trente ans pour former un ingénieur ou un radiologue, quelques heures pour éduquer une IA  !
De l’autre, une école qui n’a pas évolué depuis 250 ans qui forme aux métiers d’hier et qui n’a pas intégré le bouleversement inévitable que l’IA va provoquer sur le marché du travail. Comment faire pour que nos cerveaux biologiques résistent à l’IA et restent complémentaires  ? Comment nos enfants pourront-ils rester compétitifs face à l’IA  ? Comment l’éducation, non totalement darwinienne, trouvera-t-elle sa place à côté des cerveaux de silicium boostés par les moyens presque infinis des GAFA et autres géants américains et chinois  ?
Quels scénarios l’Humanité devra-t-elle choisir  ? Faut-il accepter le vertige transhumaniste qui nous «  upgrade  » biologiquement mais nous maintient Homme  ? Fusionner avec l’IA en devenant des cyborgs  ? Interdire ou limiter puissamment l’IA  ?
C’est à cette réflexion fondamentale et passionnante que Laurent Alexandre nous invite.

45bis – Dernières nouvelles de l’homme (et de la femme aussi)

5 octobre 2017

N’étant pas progressiste, je ne suis pas décliniste non plus. Le monde est encore trop beau pour moi. Un ver de terre n’a pas fini de me fasciner. Et je sais qu’aucune technologie ne me permettra de comprendre ma femme, ni de l’aimer mieux. Ma résistance au progressisme procède de mon accueil du monde tel qu’il est donné, jusque dans son drame. Je n’ai pas encore appris à bâtir une maison, cultiver un potager, penser comme saint Augustin, chanter comme Dante – pourquoi me jetterais-je sur un casque de réalité augmentée ? Je ne suis pas encore assez humain, pourquoi chercherais-je à devenir cyborg ? Ce serait, sous couvert d’être à la pointe, abandonner mon poste. Celui qui s’émerveille de la naissance d’un enfant est peu sensible à la promotion du dernier iPhone. Celui qui sait encore crier pour notre salut n’est pas assez crédule pour se vouer à l’intelligence artificielle. À moins que l’intelligence artificielle ne l’aide à crier davantage, et à s’étonner du ver de terre. » Quatre-vingt-dix textes drôlatiques et profonds, dans lesquels Fabrice Hadjadj s’interroge sur le devenir de notre humanité sous l’emprise croissante de la technologie et de la consommation. Se refusant à tout discours moralisateur, il transmet, par sa langue jubilatoire, une irrésistible joie de vivre, tout en dégageant les bases qui permettent de refonder notre rapport à l’économie et au politique.

46 – Superintelligence – 11 octobre 2017

Que se passera-t-il quand les machines surpasseront l’intelligence humaine  ? Les robots vont-ils nous sauver ou nous détruire  ?
Isaac Asimov l’avançait dès 1942 avec ses trois lois de la robotique  : l’intelligence artificielle doit être contrôlée au plus profond de ses fondements pour qu’elle ne puisse jamais s’attaquer à l’Homme. Mais comment s’assurer qu’une superintelligence ne se révèlera pas hostile à la survie de l’humanité  ?
Dans cet ouvrage unique, best-seller international traduit en 19 langues, Nick Bostrom nous révèle les difficultés que la recherche d’une intelligence supérieure va nous poser et comment les résoudre. Il s’agit sans doute du plus grand défi auquel l’humanité aura à faire face. Il faut s’y préparer.

46bis – Le Web affectif. Une économie numérique des émotions – 13 octobre 2017

 J’aime, je clique. Le web se résume-t-il à ça ? La joie, la peur, la tristesse, la colère mais aussi l’ennui sont un ensemble d’affects qui circulent sur les réseaux sociaux. Cette circulation est facilitée par le design des interfaces. C’est même une stratégie pour les principales plateformes numériques. Nos émotions sont provoquées, capturées, évaluées : mais quelle valeur les acteurs économiques du web accordent-ils à nos impulsions ? Quel bénéfice en tirent-ils ? L’émotion est-elle une monnaie à partir du moment où son échange permet d’enrichir nos expériences ? Ou bien suppose-t-elle une nouvelle forme de travail de milliards d’internautes ? En tant qu’usagers du web, comment ce travail affectif change nos manières de nous exprimer et de nous informer ? Au travers d’une analyse à la fois technique, socioéconomique et critique, cet ouvrage propose des éléments de réflexion pour saisir l’émergence d’une économie numérique des émotions.

47 – Du matérialisme numérique – 18 octobre 2017

47 bis – Ça va pas la tête ! Cerveau, immortalité et intelligence artificielle, l’imposture du transhumanisme – 14 mars 2018

Depuis quelques années, un mouvement d’idées venu des États-Unis, qualifié de « Révolution transhumaniste », a pris un essor considérable. Demain, on vivra 200 ou 300 ans… et bien sûr en parfaite santé : l’immortalité n’est pas loin ! Ces prophéties s’appuient sur les avancées réelles de l’intelligence artificielle et de la recherche en biologie, en particulier dans le domaine du vieillissement, passant ainsi allègrement de l’homme préservé et/ou augmenté à un véritable homme dieu. Mais dès que l’on s’intéresse au cerveau, les données, particulièrement complexes, ne vont pas dans leur sens. Il existe une contradiction criante entre la jeunesse éternelle promise et la réalité actuelle, marquée en particulier par les échecs thérapeutiques répétés dans les maladies neuro-dégénératives.
Forts de leur expérience et de leur autorité dans le domaine des neurosciences et du vieillissement, Danièle Tritsch et Jean Mariani dénoncent l’imposture du transhumanisme et ses excès ou délires, données scientifiques à l’appui. De façon accessible et vivante, avec de nombreux exemples de la vie quotidienne, ils démontrent que les efforts lents et soutenus de la recherche biologique et médicale auxquels contribuera l’intelligence artificielle restent la seule voie pour comprendre le fonctionnement du cerveau, le maintenir en bonne santé (cerveau préservé), le doter de capacités nouvelles (cerveau augmenté) et, dans un délai non prévisible, guérir ou stabiliser les maladies neuro-dégénératives (cerveau réparé). L’homme dieu, quant à lui, ne s’appuie sur rien de tangible.

48 – Aventures chez les transhumanistes : Cyborgs, techno-utopistes, hackers et tous ceux qui veulent résoudre le modeste problème de la mort

19 avril 2018

de Mark O’Connell et Emilien Bernard

49 – Leurre et malheur du transhumanisme

3 octobre 2018

Si c’est au nom d’un futur toujours meilleur que le monde a été transformé en un chantier permanent, nous sommes arrivés à un stade où le rapport entre les bénéfices du « développement » et ses nuisances s’avère de plus en plus défavorable. La perte de confiance dans le progrès doit alors être compensée par une inflation de ce qu’il est censé apporter : plus le monde va mal et menace de s’écrouler, plus il faut abreuver les populations de promesses exorbitantes.
Tel est le rôle du transhumanisme – et peu importe que ce qu’il annonce ne soit pas destiné à se réaliser. Lui accorder trop d’importance, c’est donc se laisser captiver par un leurre. Faudrait-il refuser d’y prêter attention ? Cela n’est pas si simple. Le transhumanisme nous trompe parce qu’il joue en nous sur des ressorts puissants. Se donner une chance de désamorcer la fascination qu’il exerce et le malheur qu’il propage, réclame de mettre au jour ce qui nous rend si vulnérables à ses illusions.
Olivier Rey est chercheur au CNRS, membre de l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques. Il a enseigné les mathématiques à l’École polytechnique et enseigne aujourd’hui la philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a publié plusieurs ouvrages dont Une folle solitude. Le fantasme de l’homme auto-construit (2006), Après la chute (2014) et Une question de taille (2014).

n49 bis Et si nous devenions immortels ?: Comment la technomédecine va bouleverser l’humanité  – 17 octobre 2018

 

Comment la technomédecine va bouleverser l’humanité

On sait maintenant donner vie à des souris issues de deux femelles ou de deux mâles. Il devient possible de cibler dans le cerveau humain des souvenirs traumatisants pour les effacer. Au cours du XXIe siècle, l’espérance de vie est amenée au moins à doubler. De l’homme réparé à l’homme augmenté, il n’y a qu’un pas qui sera franchi, soulevant d’inévitables questions éthiques. L’homme changera-t-il de nature ? À quelles nouvelles inégalités s’attendre ? Que deviendra notre système de retraites avec l’allongement de la vie ? Sans prendre parti, ce livre analyse les termes du débat. Face à des évolutions inéluctables, il est encore temps de choisir entre certaines options. Voici un panorama passionnant et vertigineux des enjeux de la technomédecine, au cœur d’une révolution sans précédent, qui est déjà en marche.

n49terIntelligence artificielle : Enquête sur ces technologies qui changent nos vies– 17 octobre 2018

 

 

 

Téléphones à tout faire, maisons intelligentes, voitures autonomes, «big data» omniprésent… Pas besoin de chercher bien loin : les machines qui pensent sont déjà parmi nous. Au point de faire peur parfois : comme la créature de Frankenstein, ces nouvelles intelligences échapperont-elles un jour à leurs créateurs pour prendre le pouvoir ? Parce que l’intelligence artificielle suscite autant d’enthousiasme que de crainte, cette enquête propose d’en revenir aux faits en exposant l’état de la recherche, les progrès en cours et les grands chantiers de demain. Que désigne, au juste, le terme «intelligence artificielle» ? Les robots annoncent-ils réellement la fin du travail ? Pourra-t-on bientôt guérir des pathologies rares grâce à la médecine prédictive? Ou encore : sommes-nous toujours capables de différencier un morceau composé par un ordinateur de l’oeuvre d’un humain? Avec l’éclairage des meilleurs experts, un vaste tour d’horizon d’une saga de science-fiction devenue réalité.

 

n50 – L’intelligence artificielle ou l’enjeu du siècle : Anatomie d’un antihumanisme radical  – 20 octobre 2018

Éric Sadin est écrivain et philosophe. Il a publié plusieurs ouvrages, notamment une trilogie explorant l’état contemporain de nos rapports aux technologies numériques : « Surveillance Globale – Enquête sur les nouvelles formes de contrôle » (Climats/Flammarion, 2009) ; « La Société de l’anticipation » (Inculte, 2011) ; « L’Humanité Augmentée – L’administration numérique du monde » (L’échappée, 2013 – « Hub Award » 2013 de « L’essai le plus influent sur le digital »).

C’est l’obsession de l’époque. Entreprises, politiques, chercheurs… ne jurent que par elle, car elle laisse entrevoir des perspectives économiques illimitées ainsi que l’émergence d’un monde partout sécurisé, optimisé et fluidifié. L’objet de cet enivrement, c’est l’intelligence artificielle.
Elle génère pléthore de discours qui occultent sa principale fonction : énoncer la vérité. Elle se dresse comme une puissance habilitée à expertiser le réel de façon plus fiable que nous-mêmes. L’intelligence artificielle est appelée, du haut de son autorité, à imposer sa loi, orientant la conduite des affaires humaines. Désormais, une technologie revêt un « pouvoir injonctif » entraînant l’éradication progressive des principes juridico-politiques qui nous fondent, soit le libre exercice de notre faculté de jugement et d’action.
Chaque énonciation de la vérité vise à générer quantité d’actions tout au long de notre quotidien, faisant émerger une « main invisible automatisée », où le moindre phénomène du réel se trouve analysé en vue d’être monétisé ou orienté à des fins utilitaristes. Il s’avère impératif de s’opposer à cette offensive antihumaniste et de faire valoir, contre une rationalité normative promettant la perfection supposée en toute chose, des formes de rationalité fondées sur la pluralité des êtres et l’incertitude inhérente à la vie. Tel est l’enjeu politique majeur de notre temps.
Ce livre procède à une anatomie au scalpel de l’intelligence artificielle, de son histoire, de ses caractéristiques, de ses domaines d’application, des intérêts en jeu, et constitue un appel à privilégier des modes d’existence fondés sur de tout autres aspirations.

n51 -L’IA va-t-elle aussi tuer la démocratie ?

30 janvier 2019

de Laurent Alexandre et Jean-François Copé
L'IA va-t-elle aussi tuer la démocratie ?

Deux textes, deux mises en gardes urgents : l’IA va-t-elle dynamiter la politique  ?

Pour Laurent Alexandre les effets de l’irrésistible progression de l’IA vont tout bouleverser.
À l’origine on pensait qu’Internet deviendrait le principal outil de la promotion de la démocratie, au contraire le web est devenu un outil majeur de désinformation et de contrôle policier, allié des régimes les plus autoritaires. Le pouvoir est désormais tout entier dans une poignée de mains : Washington et ses GAFA, le parti communiste chinois et ses BATX.
Le capitalisme cognitif – c’est-à-dire l’économie de la connaissance, de l’IA et du big data va modifier radicalement la hiérarchie des nations. L’Europe est en péril, la France ne réagit pas, le politique est coupable  !
Jean François Copé, dans un second texte, répond aux inquiétudes et anathèmes de Laurent Alexandre. La politique doit devenir plus importante que jamais pour réguler notre pouvoir démiurgique sur la nature et nous-même et donc décider de l’avenir de l’Humanité. Des initiatives précises sont à prendre à tous les niveaux  : manipulations génétiques, sélection embryonnaire, IA, la fusion neurone – transistor… Il faut sauver la politique pour sauver l’homme.

n52 – Le corps des transhumains  – 18 avril 2019

Dans le cadre des débats contemporains suscités par les courants dits transhumanistes et par le développement des technosciences, cet ouvrage polyphonique interroge différentes pratiques de transformation des corps et les incidences qu’elles ont sur ce qu’être humain veut dire.

En nous, peu à peu, le doute s’est insinué : cette humanité dont le paradigme, plus ou moins idéalisé, a structuré le rapport des Occidentaux à eux-mêmes et aux autres existe-t-elle encore ? A-t-elle jamais existé et si oui depuis quand ? Et si oui encore, quels sont ses traits distinctifs ? Ces traits sont-ils universels (au sens de identiques toujours et partout) ? Constate-t-on dans la modernité un effacement ou une déformation, un délitement ou une transformation de ces traits ? Ces interrogations s’inscrivent dans la continuité du questionnement porté par Michel Foucault il y a 50 ans. Les auteurs le reprennent et le transforment, à partir de cet objet intime et toujours étranger que le corps constitue pour chacun et pour les autres. C’est donc du corps qu’il s’agira ici, au sens non seulement du corps propre, mais également du corps pulsionnel, imaginaire, malade, etc. Quelles projections anthropomorphiques sont à l’œuvre dans les inventions technologiques de l’intelligence artificielle et des biotechnologies ? Quels sont les enjeux subjectifs de la demande de maîtrise technologique sur le corps en matière de génie génétique, prothèses, ou lutte contre le vieillissement ? Comment les dispositifs machiniques interfèrent-ils dans la vie affective du sujet et la construction de son image ? Quels rapports de pouvoir sont impliqués dans les techniques génétiques et les appareillages prothétiques ? C’est à l’élaboration de ces interrogations que concourt ce travail collectif.

n53 – La déconstruction de l’homme

Eric Lemaître -16 janvier 2019

Le mérite de ce livre n’est pas seulement de diagnostiquer avec lucidité les maux qui nous menacent. C’est aussi de proposer des solutions concrètes et d’apporter des remèdes. Bergson disait déjà que ce qui est condamnable dans le progrès technique, ce n’est pas tant la technique en elle-même que le déséquilibre qui risque toujours de s’instaurer entre la puissance matérielle dont l’homme dispose et sa croissance morale et spirituelle. Tout se passe comme si l’âme de l’homme était devenue trop petite dans un corps démesurément trop grand pour elle. Bergson nous invitait dès lors à donner au progrès technique un « supplément d’âme » qui permette à l’homme de reprendre le contrôle de ses instruments. Il faut que « la mécanique soit animée par une mystique ». Pour Éric Lemaître qui puise dans sa foi chrétienne, qui vitalise toute sa pensée, seule une « éthique de la non-puissance » peut mettre fin à ce fantasme de toute-puissance.

n54 – Transhumanisme : la conscience mécanisée

Eric Lemaître – 31/12/2019

En 2018, les deux premiers bébés génétiquement modifiés sont nés en Chine. Un premier pas vers le transhumanisme, qui a bouleversé le monde scientifique. Dans cet ouvrage, Éric Lemaître démontre que ce phénomène est le résultat d’un long processus de réification au sein même de l’espèce humaine, entre mythes du surhomme et l’idéal d’un homme cyborg immortel.

Cette volonté de dépasser l’Homo sapiens se traduit désormais à travers une confiance aveugle dans les savoirs techniques, devenus omniprésents dans nos sociétés. Les technologies toujours plus performantes et augmentées instaurent une étape nécessaire au transhumanisme et malheureusement, génératrices d’une forme de vacuité, de vide de la conscience, d’une conscience devenue servile. La toute-puissance de ses nouveaux instruments scientifiques fera alors passer l’humanité du côté de ses inventions, de ses objets, de ses prouesses technologiques.

Et si la « machinisation » de l’homme se transformait en une entité que nous ne contrôlions plus ? Le transhumanisme marquerait-il la fin de l’espèce humaine sur Terre ? Un sujet passionnant que traite Éric LEMAITRE avec un regard critique sur le progrès sans conscience.

n55La transmutation posthumaniste

 

Animal politique et corps de chair, la personne humaine va-t-elle être remplacée par le transhumain génétiquement modifié, le cyborg au métacorps augmenté, l’humanoïde branché sur des réseaux d’intelligence artificielle, le mutant hybride à très longue durée? ? Sommes-nous à l’aube d’une rupture anthropologique majeure provoquée par l’application mercantile des biotechnologies et des neurosciences sur l’ensemble du vivant?  Avec l’expansion mondiale des marchés dérégulés de la naissance artificielle (FIV, PMA, GPA), des modifications corporelles profondes (transgenrisme, chirurgies de biodesign), des «objets intelligents» bioconnectés (implants de puces radio-identification) ou des médecines de dépassement de l’humain (dopage, sélection génétique, clonage), la transmutation posthumaine, largement financée par les géants de l’industrie cybernétique, sort des romans de science-fiction pour investir les corporéités singulières mais aussi les corps sociaux et politiques.
Quatorze auteurs issus de différents champs disciplinaires mènent dans cet ouvrage des réflexions critiques sur l’anthropotechnie qui bouleverse le monde de la vie.