Le Lotus

signification des fleurs : le lotus 

Les fleurs ont souvent des significations religieuses et spirituelles, car elles sortent de terre et montrent leur beauté, chaque année, pendant un court laps de temps.

Peu de fleurs sont aussi importantes pour les cultures orientales que le lotus. Cependant, chaque culture a son propre langage des fleurs et donne une signification légèrement différente à cette fleur mythique. Plongez dans les profondeurs de la signification de la fleur de Lotus en découvrant tous les aspects de cette plante fascinante.

Signification générale de la fleur de Lotus

Au global, toutes les fleurs de Lotus respirent la beauté et la grâce.

Types de fleurs de lotus
  • La fleur de lotus égyptienne : sous le nom scientifique de Nymphaea caerula, le lotus bleu égyptien est en réalité décrit plus précisément comme un nénuphar. Ces fleurs aux pétales bleu clair ou violet ont joué un rôle important dans les événements spirituels.
  • La fleur de lotus japonaise : aussi connue en tant que lotus sacré en Chine, à Bali et dans d’autres pays tropicaux en Asie, le nom scientifique de cette plante est Nelumbo nucifera. C’est la fleur qui est utilisée pour servir de siège à Bouddha et à de nombreuses autres divinités hindoues.
  • La fleur de lotus américaine : lotus au jaune lumineux, le Lotus d’Amérique est originaire d’Amérique du Nord et a été cultivé pour nourrir de nombreuses tribus amérindiennes. Au niveau symbolique, il n’est pas aussi bien connu que les autres variétés, mais complète ces délices qui poussent sur l’eau.
  • Autres Lotus : la plupart des variétés de fleurs de lotus blanches et rouges entrent également dans la famille des nénuphars appelés Nymphéa. Ce qui signifie qu’elles détenaient le plus de pouvoir dans les anciennes cultures asiatiques, égyptiennes et autres.
Symbolismes spirituels et religieux de la fleur de Lotus

Dans l’ancienne Egypte, on utilisait beaucoup cette fleur comme symbole dans les peintures et gravures laissées sur les murs des temples et des tombeaux. Les spécialistes pensent que les Égyptiens considéraient le Lotus comme un symbole de renaissance parce qu’elle semblait sombrer dans la nuit et ressusciter le matin. On sait maintenant que cette plante perd toutes simplement ses fleurs fanées et en ajoute de nouvelles en un cycle quotidien, mais c’est encore un puissant rappel de la réincarnation et des mystères de l’au-delà. Les prêtres et les autres chefs religieux avaient aussi coutume de broyer les fleurs pour en faire un thé ayant des effets sédatifs et psychotropes doux, ce qui développait leur sens du travail rituel.

La signification du Lotus dans la religion hindouiste est quelque peu différente. Après échanges d’idées avec les bouddhistes pendant des milliers d’années, les chefs religieux hindous ont commencé à utiliser la fleur comme symbole de paix et d’éternité. Les fleurs de Lotus blanches sont généralement représentées sous les pieds des divinités comme Lakshmi, Ganesha, et Saraswati. Brahma, le créateur ultime, émerge ainsi d’un Lotus. Ce sentiment de pureté provient du fait que la fleur pousse généralement dans la boue et qu’elle s’élève dans l’eau pour fleurir.

Le Lotus est egalement present dans le symbolisme lié aux chakras ou centres énergétiques localisés le long de la colonne vertébrale. Les traditions de guérison orientales et yogiques y font référence.

La signification de la fleur dans le bouddhisme est similaire mais elle reste toutefois unique par rapport aux autres significations. Le Lotus bouddhiste représente :

  • Patience
  • Pureté
  • Mysticisme
  • Contact Spirituel Direct
  • Vacuité du désir
  • Détachement
  • Lumières et état Bodhi
  • Amour et compassion pour toutes les choses
  • Conscience de soi
  • Fidélité durant le développement Spirituel
  • Détachement de la souffrance

Ces significations spirituelles profondes ont donné lieu à une posture assise connue comme la position du Lotus. Les jambes sont croisées et placées d’une manière qui fait que les genoux ressemblent aux pétales d’une fleur de lotus. C’est une position importante à la fois dans la méditation bouddhiste et dans les pratiques de yoga hindou. Les semelles des pieds sont cachées, ce qui en fait une position respectueuse lors de la visite d’un temple où le fait d’exposer le dessous de ses pieds est considéré comme étant impoli.

lotus fleur du symbolisme 

Le lotus, symbole de la réalisation de l’être

La réalisation des possibilités de l’être est souvent symbolisée par l’épanouissement d’une fleur à la surface des “Eaux”. Il s’agit des “Eaux primordiales” qui renferment, dans leur unité première et originelle, toutes les possibilités de réalisation. Cette fleur est habituellement un lotus en Orient, une rose ou un lis en Occident.

La fleur en général et le lotus en particulier sont des symboles de l’accomplissement spirituel de l’être, depuis les profondeurs obscures associées aux “Eaux inférieures” jusqu’à la floraison complète dans la pleine lumière des “Eaux supérieures”. Cet accomplissement émane de la semence (germe premier ou Oeuf du Monde), s’ouvre sous la forme de bouton (éclosion de l’Oeuf) et s’épanouit à la pleine floraison.

La fleur incarne le principe féminin ou passif de la manifestation qui l’assimile à un réceptacle, une coupe, un vase recevant l’influence du principe masculin ou actif. Cette distinction entre principes passif et actif se retrouve dans les différentes formes traditionnelles: Prakriti/Purusha en Inde, yin/yang en Chine, féminin/masculin en Occident. De l’union de ces deux principes naissent la manifestation de l’être et de toutes ses possibilités de réalisation dans toute forme traditionnelle.

Le lotus dans la tradition hindoue

Dans la tradition hindoue, Vishnu dort à la surface des “Eaux primordiales”. Un lotus rose émerge de son nombril. Au milieu de la fleur se tient Brahmâ.

Le lotus rose (“padma”) associé à Vishnu est un symbole diurne et solaire contrairement au lotus bleu (“utpala”) propre à la nuit et à la lune et en relation avec Shiva.

Ces trois dieux représentent la triple manifestation (“Trimûrti”): Brahmâ le Créateur, Vishnu le Préservateur et Shiva le Destructeur ou plus exactement le Transformateur. La préservation se fait au grand jour tandis que la transformation opère nuitamment.

Ces dieux représentent des principes producteurs du monde manifesté et autant de facettes du dieu Suprême, Brahma. En tant que “Principe Suprême”, Brahma est au-delà de toute distinction entre création, préservation et transformation. Il est neutre alors que Brahmâ, Vishnu et Shiva sont masculins et dotés d’énergies féminines propres (“shakti”) dépeintes respectivement par les trois déesses: Sarasvatî, Lakshmî et Pârvatî.

Lakshmî, “shakti” de Vishnu et déesse du lotus, apparaît debout ou assise sur un lotus, élevant des lotus dans ses mains et entourée de fleurs en boutons ou en corolles. Des perles de pluie tombent de ses mains. Elles symbolisent la descente des “Eaux supérieures” vers les “Eaux inférieures” à la source de la création. Cet aspect est encore davantage souligné sur certaines représentations où des éléphants apparaissent de chaque côté, déversant de l’eau de leurs trompes.

Le Sûtra du Lotus

Dans nombre de représentations, le Bouddha se tient au milieu d’un lotus à huit pétales.

Il est assis sur le moyeu immobile d’une roue à huit rayons qui symbolisent les huit points cardinaux et intermédiaires représentatifs de la manifestation dans toute sa plénitude. Une roue qui évoque les représentations stylisées du lotus ou de la “rouelle celtique”, symboles de la manifestation du monde (circonférence) unie à son Principe immobile (centre). Pour plus de détails à ce sujet, voir le drapeau du Royaume-Uni.

Le maître qui a introduit la doctrine du Bouddha au Tibet au VIIIe siècle de notre ère porte le nom de “Padmasambhava”; (celui qui naquit du lotus).

Le “Sûtra du Lotus” (Lotus de la Loi Véritable) constitue un recueil sanskrit reconnu par le Mahayana comme renfermant les enseignements fondamentaux du Bouddha. À la fois enseignement du Bouddha vivant et enseignement vivant du Bouddha, il expose les nombreuses voies qui mènent à l’Éveil et tout particulièrement: le rôle du Bouddha; les bénéfices retirés des Bodhisattvas; le sens de la nature du Bouddha et l’importance de la foi.

Le lotus, qui pousse dans la boue et la vase pour donner une fleur d’une exquise beauté, dépeint la nature du Bouddha depuis son émanation jusqu’à sa sublime fragrance.

Les voies du Tantra et du Kundalini-Yoga

Selon le Tantra, il y a dans l’être humain un corps subtil parcouru par trois canaux (“nâdis”) joints à leur base. Les canaux latéraux, où s’écoulent des énergies opposées, solaire (“Pingala”) et lunaire (“Ida”), s’enroulent autour du troisième canal neutre (“Sushumnâ”) et de cinq points fondamentaux.

Au nombre total de sept, ces points fondamentaux sont qualifiés de chakras, terme sanskrit qui se traduit littéralement par roues. Assortie de rayons, la roue représente la forme stylisée du lotus. Or, ces centres sont précisément représentés, dans la tradition hindoue, par des lotus (padmas ou kamalas en sanscrit) distingués par leur couleur et le nombre de leurs pétales.

Au cours de son ascension, la “kundalini”, forme statique de l’énergie subtile, traverse successivement les différents chakras associés aux besoins physiques, psychiques et spirituels pour mener l’être vers la Connaissance véritable et à la pleine Réalisation symbolisées par le lotus à mille pétales.

Dans le Tantra taoïste, la floraison est le résultat d’une alchimie intérieure, du mariage de l’essence (hsin) avec le souffle (ki), du Feu (Li) et de l’Eau (Kan) qui symbolise le retour au centre, à l’unité de l’état primordial représentée par le lotus.

 

 

 

close