DRH, la machine à broyer

Harceler et licencier en toute impunité.

” L’entreprise a décidé de mettre un terme à votre contrat. ” J’annonce à Marie-Antoinette que ses trente années de service prennent fin. Option 1 : un licenciement dont le motif, infamant, reste à inventer ; option 2 : en échange d’une somme d’argent, la victime renonce à nous poursuivre. Surtout, éviter le blocage ; laisser croire au futur chômeur qu’il a une marge de manœuvre… Même si celle-ci revient à choisir entre la peste et le choléra.
Objectifs inatteignables, injonctions paradoxales, harcèlement moral, évaluations truquées, propagande corporate… Pour la première fois, un DRH dénonce la collusion entre les ressources humaines et les directions d’entreprise visant à dissoudre le lien social, et à instaurer une culture de la peur.
L’auteur révèle ici les techniques froides et cyniques de licenciement abusif, les pratiques scandaleuses et hypocrites de sa fonction qui n’a d’humain que l’adjectif. Les ressources humaines ne sont en réalité que des marionnettes dont les fils sont tirés par le pouvoir en place. Quant à l’individu, il est réduit à un coût que l’entreprise tolère et exploite en attendant de pouvoir s’en passer.

Un récit glaçant et décapant sur l’enfer des RH, où tous les coups bas sont permis.

 

Le Parisien

Dans un livre choc, un ancien DRH dévoile les techniques à la limite de la légalité utilisées contre les salariés des entreprises où il a sévi.

Il l’avoue sans gêne : « J’ai travaillé comme un automate, sans réfléchir, ni être affecté. » Puis un beau jour, début 2017, Didier Bille s’est réveillé brutalement. Après avoir procédé à un millier de licenciements, ce directeur des ressources humaines (DRH), ancien militaire, a choisi de « brûler les ponts » le reliant à sa vie d’avant.Harcèlement moral, évaluations truquées… Dans « DRH, la machine à broyer » (Éditions du Cherche-Midi, 18 euros), sorti la semaine dernière, il décrit ses pratiques à la frontière de la légalité qu’il a utilisées durant ses vingt-deux ans dans plusieurs grands groupes industriels (General Electric, Nortel, XP, une filiale de Bosch…). Pavé dans la mare, son ouvrage fourmille d’anecdotes où il décrit, sur un ton cynique et décapant, des méthodes qui, affirme-t-il, ont encore cours dans de nombreuses entreprises. Morceaux choisis.

Ici dans les Echos Executives on ne conteste pas les faits mais on s’émeut pour la profession de DRH qui ne ressemblerait en rien à ce que dit Didier Bille. La secrétaire générale de cette profession a une réaction proprement insultante : “Bénédicte Ravache, secrétaire générale de l’ANDRH (Association nationale des DRH), lance ainsi, comme un avertissement” : « Didier Bille ne dénonce que lui-même. Ne pas confondre professionnels RH et escrocs. »

… Un lien avec antisocial – la guerre sociale est déclarée ?

 

 

close
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
ge poiur vivre
ge poiur vivre
8 mai 2018 11 h 39 min

TOUT ceci n’ est que le résultat d’ une lâcheté , d’une soumission de l’ être humain , sans doute poussé par la nécessité de survivre , dans une société dont la cruauté et l’ immoralité , font froid dans le dos . Cela n’est pas sans rappeler la merveilleuse époque de la Russie des années soixante , où le petit peuple poursuivait les touristes en cachette , avec des mots de billets exprimant tout leur désespoir ! Que sont devenus les Français ? Ces hommes et ces femmes qui se sont révoltés au cours de l’ Histoire , et qui ont toujours montré leur courage et leur détermination ? La Machine à broyer ? Sans doute ! Il est si simple d’ écraser, celui dont la faiblesse est nourrie par la nécessité de se nourrir! Jeu de mots un peu douteux , s’ il en est ! Il faut du courage , pour vivre ! Il faut se battre , et ne pas laisser dans l’ ombre les pratiques nauséabondes de ces petits chefs ! La douleur , le chagrin , la honte que génère l’ acceptation de ces méthodes ne peut être que l’ oeuvre destructrice des sbires du Perverti . C’ est pourquoi , il faut combattre ,car tout cela aura une fin . Et les Innocents, les victimes auront un jour leur revanche . Ils doivent en être persuadés , gonflés de confiance et de certitude , encouragés par leur Foi en l’ Homme , responsables de l’ avenir de leurs enfants , non dans la soumission aveugle et la perte de Liberté , mais droits dans leurs bottes, face à l’ ennemi , revendiquant leurs droits .

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x