Le Logiciel libre

source : alternatives.blog.lemonde.fr

Ouverture, partage, transparence, inclusion et autonomie font partie des maîtres-mots de l’Open-Week qui se déroule en Ile-de-France jusqu’au 11 avril. Une occasion rêvée pour revenir sur de multiples projets développés dans un état d’esprit et une culture libres et ouverts

.Les partisans du logiciel libre, Richard Stallman en tête, savent à quel point leur vision du monde est politique. “Leur idéal se construit autour de trois valeurs“, explique Sébastien Broca, auteur d’Utopie du logiciel libre (Ed. Le Passager clandestin), “l’autonomie dans le travail, conçue de manière horizontale et décentralisée, et comme un moyen de se réaliser en tant que personne ; la maîtrise et le contrôle des technologies, avec une approche de leur conception tout comme de leurs usages ; la circulation de l’information et le partage du savoir, de manière à rompre l’impérialisme intellectuel pour profiter à plein du potentiel d’Internet”.

Utopie du logiciel libre

Aujourd’hui, l’esprit du libre dépasse Wikipedia, Firefox ou VLC : il s’incarne dans des modèles d’organisation et des projets collaboratifs, il prend des positions plus militantes sur des sujets de société (tels Hadopi ou le traité transatlantique), et se matérialise dans des espaces physiques (Fab Lab, promotion du matériel libre) et des projets réalisés en mode DIY.

Motivés par le passage à l’action et l’expérimentation, les partisans de ces nouvelles façons de faire sont tout autant des activistes que des artistes, rebelles, constructeurs, bricoleurs, makers ou hackers. Portés par le désir de donner vie aux utopies concrètes, ils agissent en réseau, collaborent et apprennent en permanence de leurs essais. Agiles, ils naviguent entre réel et virtuel, entrent et sortent des écrans en offrant à la fois de nouveaux outils de production et de diffusion et des champs d’expérimentation élargis.

Si l’institution agit déjà depuis quelques années sur ces questions, elle souhaite passer à la vitesse supérieure et favoriser l’appropriation de biens communs. Aussi l’agenda des événements propose-t-il des rencontres variées avec des acteurs de cartographie ouverte Open Street Map, des formations au SILEX, des rencontres des acteurs de l’économie collaborative lors d’un CoTuesday, des réflexions sur les apports d’une approche ouverte dans les sciences, dans le droit oudans l’entreprise, une formation à l’usage des licences Creative Commons,

Des sciences participatives et ouvertes

De quoi poser la question de la recherche et des sciences qui fonctionnent sur un mode ouvert, comme en témoigne le projet de Thomas Landrain, La Paillasse, un laboratoire communautaire pour les biotechnologies citoyennes. Ouvert à tous, ce laboratoire entend “explorer des approches très ouvertes, diverses et possiblement opposées en biologie” et développe des projets autour du DIYbio.

Hack Your Phd est une communauté créée en janvier 2013 par Célya Gruson-Daniel et Guillaume Dumas afin d’”amener plus de collaboration, de transparence, et d’ouverture dans les pratiques de recherche actuelles“.

Anne-Sophie Novel

 

 

close
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x