5G dans la presse

  19/12/2008 Le Parisien : les antennes relais encore en accusation

A Draveil (Essonne) (L’école du Belvédère ) (dont Georges Tron est maire) , neuf cas de cancer parmi les élèves et les parents d’une école bordée d’antennes-relais, relancent la polémique sur les dangers des émissions électromagnétiques. Mais, à ce jour, aucune étude ne permet de mesurer réellement

Partout en France, pas un jour ne se passe sans que des parents d’élèves ou des municipalités en colère réclament le démontage d’une antenne-relais. Avec en ligne de mire une crainte sourde et lancinante : le lien entre ces pylônes de téléphonie mobile, qui fleurissent à vitesse grand V dans les villes et les campagnes, et la survenue de cancers pédiatriques. La ville de Lyon, elle, s’est tout récemment engagée à démonter les antennes installées au-dessus de ses établissements scolaires à la suite du diagnostic de deux cas de cancer chez des petits élèves. Dans l’affaire de Saint-Cyr-l’Ecole (Yvelines), qui avait défrayé la chronique dans les années 1990 après le décès de deux élèves de l’école Bizet sur laquelle étaient installées deux antennes , tous deux touchés par une même tumeur du tronc cérébral très rare chez les enfants, les experts du ministère de la Santé avaient conclu à une simple « variation liée au hasard » Idem à Ruitz, dans le Pas-de-Calais, où deux cas de cancers cérébraux avaient été observés en 2005 dans l’école maternelle de la commune, située près d’un pylône de téléphonie mobile.« Il est étrange de constater que les gens se méfient des antennes de téléphonie alors qu’ils ne craignent pas les antennes de télévision et de radio, qui pourtant émettent dans des fréquences voisines ! » lance Jean-Marie Danjou, secrétaire général de l’Association française des opérateurs mobiles (Afom). Les associations, dont Agir pour l’environnement, Priartem et Robin des toits, qui ont fait de cette question leur cheval de bataille, s’alarment qu’aucune étude d’impact sanitaire préalable n’ait été réalisée avant la commercialisation de ces technologies (antennes-relais, mais aussi portable, wi-fi,  Elles réclament qu’aucune antenne ne soit tolérée sur une école ou tout autre établissement accueillant des enfants, mais aussi qu’une réglementation soit adoptée de toute urgence pour définir une valeur limite d’exposition à 0,6 V/m, au lieu des 41 et 58 Volts actuels, seuil jugé sans danger sur la santé.

le 4/2/2009 – Le Nouvel Obs  : Le démontage d’une antenne relais pour la première fois confirmé en appel

La cour d’appel de Versailles a ordonné le démontage sous astreinte d’une antenne installée par Bouygues Télécom dans la banlieue de Lyon ainsi que le versement de 7.000 euros de dommages et intérêts à trois couples de riverains.(antenne relais de téléphone mobile à Tassin-La-demi-Lune).

Saisi par trois couples pour « trouble anormal du voisinage », le tribunal de grande instance de Nanterre avait déjà, le 18 septembre dernier, condamné l’opérateur à démonter l’antenne relai en question au nom du « principe de précaution ».

La cour d’appel a, de son côté, estimé que, à l’heure actuelle, « aucun élément ne permet d’écarter péremptoirement l’impact sur la santé publique de l’exposition de personnes à des ondes ou à des champs électromagnétiques » produits par les antennes. Associations et riverains engagés contre les opérateurs de téléphonie mobile demandent à l’Etat de modifier les normes de puissance d’émission des antennes relais. Plusieurs études scientifiques ont démontré que les normes actuelles ne protègent que partiellement des effets des ondes électromagnétiques, dont les seuils sont pourtant réglementés.

2 avril 2009 -Le Monde : Les raisons qui poussent les citoyens à protester La controverse provoquée par les antennes-relais se réduit-elle à un problème de santé ? Ne faut-il pas, pour contribuer à la résoudre, y intégrer d’autres facteurs ?

Olivier Borraz, chercheur CNRS au centre de sociologie des organisations (Sciences Po Paris), en est convaincu. « Depuis le début des années 2000, les problèmes soulevés par la téléphonie mobile et les antennes-relais ont été définis uniquement en termes de risques sanitaires », observe-t-il. « Sans que ne soient jamais pris en compte d’autres types de nuisances, visuelles notamment. Ni que soient mis en balance les usages et les bénéfices de ces technologies, seul moyen pourtant de déterminer si les risques qu’elles présentent sont ou non acceptables au regard des avancées qu’elles proposent. »

Certains s’indignent de ne pas avoir été consultés, d’autres évoquent des considérations esthétiques ou une atteinte à la valeur du patrimoine », précise-t-il.

« Les personnes vulnérables au plan économique ou social, qui ne trouvent pas du côté de la famille ou de la société les formes de protection dont elles ont besoin, traduisent parfois cette vulnérabilité en une demande politique de sécurité sanitaire. Elles attendront alors de l’Etat qu’il les protège contre une menace, que celle-ci provienne des antennes-relais, des pesticides ou d’autre chose », poursuit le sociologue, pour qui ces facteurs sous-jacents ne sont actuellement pas pris en compte dans l’évaluation des risques.

Dans ce contexte, quelle part donner au facteur psychologique ? Yannick Barthe, qui étudie les « épidémies de symptômes inexpliqués » au Centre de sociologie de l’innovation (Ecole des mines, Paris), ne nie pas que la peur du changement technologique puisse jouer son rôle dans les malaises ressentis au voisinage des antennes-relais. Mais il se méfie de l’argument. « Dans une situation d’incertitude scientifique et médicale comme celle-ci, invoquer la dimension psychologique revient trop souvent à délégitimer les craintes exprimées : le problème ne vient plus de la technologie elle-même, il vient de l’individu », avertit ce chercheur du CNRS. Un effet réducteur dont les conséquences politiques, face à un risque collectif non expliqué, peuvent être considérables.

10/1/2013 : Le Figaro : antennes-relais : l’académie de médecine rassurante

4/4/2013 Le Figaro Santé : Une étude française montre que les champs électromagnétiques  des antennes peuvent avoir un impact sur le sommeil et la température corporelle 

 

Antenne relai Grenoble veut faire le ménage -7/12/2014

7juin 2017- FR3 Occitanie : Perpignan -11 antennes de téléphonie mobile démontées à Villeneuve de la Raho

25/8/2015 -Le Point : Wifi, mobiles… : l’hypersensibilité aux ondes reconnue pour la première fois en France comme un « handicap grave »

sur BFM Business (19/11/2019) : L’attribution  en France des licences 5G reportées au printemps 2020

10/10/2019 -Le Figaro Santé : faut-il avoir peur de la 5G ?

 

de la 1G à la 5G sur Hello Futur ( le 2/12/2016)

tout comprendre sur la 5G sur numerama  ondes électromagnétiques : quand les juristes se croient physiciens

2 mars 2018 les états pas indifférents à Huawei Afis Science – Alain Azoulay -2009 : ondes et champs électromagnétiques  TVA nouvelles-CA 28 mai 2019-Paul Héroux physicien et professeur de toxicologie spécialiste des effets des  ondes sur la santé -Université MGill de Montréal  Tandis que la Ville de Montréal estime qu’entre 40 000 et 60 000 antennes seront nécessaires pour le déploiement du réseau cellulaire 5G sur son territoire, un expert québécois soutient que cette nouvelle technologie est superflue et comporte d’importants risques pour la santé des citoyens.

Monde diplomatique – février 2017-ondes magnétiques -une pollution invisible

la 5G des fréquences des antennes des craintes sur Reporterre le 18/6/2019

dossier Huawei et 5G sur Marianne -21/3/2019

14 septembre 2019 : Youchange : la 5G est « l’idée la plus stupide » de l’histoire du monde selon un professeur émérite de l’Université de Washington

la drôle de guerre contre la 5G sur alerte.ch

antennes à balayage électronique  FR3 4/1/2017 –

un partenariat PSA signé avec Orange et Ericsson 

France 24 -Benoît Marine : Tout comprende de la 5G 

27/2/2020 – Le Matin.CH    Genève lance un moratoire sur la 5G :    Toute nouvelle installation sera soumise à autorisation pendant une période de trois ans dans le canton de Genève. Le canton de Genève instaure un moratoire de trois ans sur la 4G et la 5G. La modification de la loi sur les constructions et les installations diverses prévoit que toute nouvelle installation sera soumise à autorisation pendant cette période. Le conseiller d’État Antonio Hodgers, en charge du Département du territoire,précise qu’il  le fera sans base légale. Le risque est grand de voir cette loi cassée par un tribunal»

la 5G sur Red by SFR publié 10/03/2020

Le monde diplomatique novembre 2019 Bataille autour des données numériques

sur 24H.CH : la cacophonie fédérale à ultra haut débit les dangers des ondes électromagnétiques  Illustré : on nous ment sur les conséquences

maison saine 31/7/2018 : premier retrait d’un cellulaire hors norme au Canada 

maison saine 23/12/2018 – s’engager consciemment pour guérir de l’intolérance aux ondes 

maison saine -15 février 2019 -la menace que la 5G pose à la santé humaine

maison saine -18 mars 2019 -enquête sur les effets des CEM –  champs électromagnétiques- sur la santé -2019

Nature 26 avril 2019 :

Global 5G wireless networks threaten weather forecasts ( les réseaux sans fil mondiaux 5G menacent les prévisions météorologiques)

JCDecaux  docu universel 201980 milliards d’objets connectés en 2020 contre 15 milliards en 2012 la majorité de l’activité de 50% des entreprises du « Global 2000 » dependra de leur capacité à développer des expériences du numérique.

maison saine – 23/4/2019- le CIRC prié de réexaminer la cancérogénécité des radiofréquences et à les classer « cancrogène avéré » au lieu de probablement cancérogènes  suite aux résultats d’études animales récentes: Curieusement, malgré son sentiment d’urgence, le groupe, composé de 29 membres de 18 pays, suggère que la nouvelle évaluation ait seulement lieu entre 2022 et 2024.

cf publication The Lancet le 17 avril 2019

maison saine -18 mai 2019 les risques de la 5G en valent-ils la chandelle ?

maison saine et écologie -les ondes radio sont cancérigènes selon une sommité du cancer -1

8/9/2017 maison saine -2 juin 2019 -des médecins belges demandent l’application du principe de précaution maison saine –

3 juin 2019 – témoignage de la toxicologue Magda Havas sur l’examen des services sans fil mobiles

maisons saines et écologie-ce qu’il faut savoir au sujet de la 5G -12/12/2019

maison saine et écologie -10/12/2019–Olga Sheean irlandaise qui a développé une tumeur cérébrale dénonce le projet international sur les champs électromagnétiques de l’OMS qui est un pion de l’industrie

maison saine et santé -22/9/2019 -campagne de sensibilisation aux risques des technologies sans fil pour la santé, la vie privée et la cybersécurité

maisons saines -16/9/2019 les preuves que les ondes radio sont cancérogènes : conférence du docteur Antony B Miller à la foire écosphère de Montreal le 14/9/2019 Les dernières données scientifiques prouvent que le rayonnement de radiofréquences (RF) est un cancérigène humain de classe 1 et que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) devrait le désigner comme tel, a déclaré le Dr Anthony B Miller lors de cette conférence donnée à la foire Écosphère de Montréal le 14 septembre 2019 (téléchargez ses diapositives à https://maisonsaine.ca/wp-content/upl…). Plusieurs études, notamment Interphone (plusieurs pays), CERENAT (France) et celles dirigées par l’oncologue Lennart Hardell (Suède) ont montré que le risque de gliome double chez les utilisateurs de téléphones cellulaires à long terme et quintuple dans certaines situations, notamment si l’on commence à utiliser un téléphone cellulaire régulièrement avant l’âge de 21 ans. Le rayonnement RF est probablement aussi une cause évitable de cancer du sein, explique le Dr Miller qui s’oppose au déploiement de la technologie sans fil de 5e génération (5G) sans prendre en compte ses implications pour la santé publique. Conseiller de longue date auprès de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et professeur émérite d’épidémiologie à l’École de santé publique de l’Université de Toronto, le Dr Miller a dirigé l’unité d’épidémiologie du National Cancer Institute du Canada pendant 15 ans. En 2011, il fut l’expert mandaté par le CIRC pour examiner les études sur lesquelles l’organisme affilié à l’OMS avait fondé sa désignation du rayonnement RF en tant que «carcinogène possible» du groupe 2B. https://youtu.be/5jmD9YgdXp8 14/2/2018 Phonandroid.com : Bruxelles pourrait retarder l’installation de la 5G à cause des risques sur la santé

Médiapart -4/2/2020- Vincent Lebreton -Le déploiement de la 5G et le projet Starlink, c’est non !

La relève et la peste–   31 janvier 2020- Laurie Debove

Mr Mondialisation – 20/1/2019   5G : Risques sanitaires, environnementaux et conflits d’intérêts

journal CNRS -Laure Cailloce -16/5/2018– le grand gâchis énergétique

Bastamag.net -Minao Leïla -11/4/2019 – Big Data, multiplication des antennes et des ondes – bienvenue dans le monde merveilleux de la 5G

numera.com  -22/2/2019 : proposition de loi pour envisager l’interdiction d’utiliser les produits du groupe Huawei dans le cœur des réseaux des opérateurs

24/4/19 The E

numera .com : la 5G franchit une étape clé mais le coronavirus stoppe son déploiement

Politis-29 janvier 2020-Hélène Tordjman – Les dangers inouïs de la 5G

 

Reporterre -Delamotte Louise – 22/2/2019 : « avec la 5G nous sommes tous des rats de laboratoire »  Reporterre -8 avril 2019 -Pour une planète viable, arrêtons la 5G

L’Âge de faire : habiter dans un four micro-ondes

L’Âge de faire : Thierry Breton ami de Linky, seigneur du pantouflage

L’Âge de faire : des ondes pas très transparente 

L’âge de faire : Electrosmog -du brouillard à la bouillabaisse

L’Âge de faire : L’Etat chuchote l’alerte

Courrier international -30/4/2019 : la 5G menace les prévisions météo

stoplinky -14 janvier 2020 : plus de 1500 astronomes appellent à stopper urgemment le lancement des satellites 5G

Futurasciences -11/03/2020 -Rémi Decourt, journaliste : Starlink, la mégaconstellation de SpaceX, a soulevé les inquiétudes des astronomes qui craignent que l’observation astronomique n’en soit gênée, Le projet Starlink doit permettre de fournir internet à des utilisateurs depuis l’espace. Quelque 300 satellites ont déjà été placés en orbite, et ce nombre doit rapidement augmenter, potentiellement jusqu’à 42.000. Reporterre 15/5/2014-Marie Astier  : la NASA sait depuis 30 ans que les ondes électromagnétiques peuvent nuire à la santé Robin des toits et la 5G : exposé sur la 5G

Le Media -13 avril 2020 – arrivée de la 5G : 2 ONG ont formulé un recours devant le Conseil d’Etat

Le Courrier international -2/2/2020 – Peut-on se passer de Huawei ?

Le courrier international -14/2/2020 : Les USA s’attaquent à nouveau à Huawei 

Le courrier international -13/2/2020 : L’Allemagne ne doit pas franchir le Rubicon avec Huawei

Le Courrier international -18/12/2019 – Huawei mise sur l’Europe

Le Courrier international -7/6/2019- Huawei développe la 5G en Russie

Le Courrier international -2/5/2019 – Huawei -Google -la guerre froide technologique a commencé

Le courrier international -14/2/2020 : Les USA s’attaquent à nouveau à Huawei 

Le courrier international -13/2/2020 : L’Allemagne ne doit pas franchir le Rubicon avec Huawei

Le Courrier international -18/12/2019 – Huawei mise sur l’Europe

Le Courrier international -7/6/2019- Huawei développe la 5G en Russie

Le Courrier international -2/5/2019 – Huawei -Google -la guerre froide technologique a commencé

Le Courrier international – 30/4/2019 – La 5G menace les prévisions météo Le Courrier international -10/4/2019 – La rivalité entre les États-Unis et la Chine dans le domaine de la 5G n’est pas seulement technologique. Elle oppose également deux visions de l’Internet – et chacun des deux pays espère bien imposer la sienne au reste du monde.

Libération -13/4/2020 : non le gouvernement n’ a pas généralisé la 5G pendant le confinement

Le Monde -29/1/2020 – Thierry Breton dévoile la position de l’Europe

Notre planète info- 1/4/2020 – Réseau 5G : quelles conséquences et bénéfices ? 9/7/2019 Ponandroid.com : Amazon vient de demander l’autorisation à la Federal Communications Commission (FCC) de lancer quelques 3 236 satellites. Une constellation, baptisée projet Kuiper, qui doit permettre au géant du commerce en ligne sur internet de devenir un points lourd de l’accès à internet dans le monde. Le projet rappelle celui de SpaceX avec la constellation Starlink – un concurrent qui a pris pour l’instant une longueur d’avance.

Médiapart – 25 février 2020 -Claire Edwards  Le gouvernement et les industries impliquées dans le déploiement de la 5G n’ont aucune préoccupation pour la sécurité publique car cette technologie promet d’être exceptionnellement rentable, tout en précipitant tout le monde dans cette technocratie émergente. Martin L. Pall, docteur et professeur émérite de biochimie et de sciences médicales de base à la Washington State University. Dans une étude et une présentation, il examine de plus près la technologie 5G et lance un avertissement majeur pour nous tous. « Installer des dizaines de millions d’antennes 5G sans un seul test biologique de sécurité doit correspondre à l’idée la plus stupide que quelqu’un ait jamais eu dans l’histoire du monde. » – Martin L. Pall, PhD Le rapport propose 4 explications pour lesquelles la 5G est nettement plus dangereuse que les générations précédentes de technologie sans fil, signalant : « La 5G devrait être particulièrement dangereuse pour chacune des quatre raisons suivantes:

  1. Le nombre extraordinairement élevé d’antennes prévues.
  2. La très grande quantité d’énergie qui sera utilisées pour assurer la pénétration.
  3. Les niveaux de pulsation extraordinairement élevés.
  4. Fertilité réduite
  5. Effets neurologiques / neuropsychiatriques
  6. Dommages à l’ADN cellulaire
  7. Apoptose – Mort cellulaire programmée
  8. Stress oxydant et dommages des radicaux libres
  9. Effets endocriniens (hormonaux)
  10. Excès de calcium intracellulaire
  11. Cancer
  12. Les apparentes interactions de haut niveau de la fréquence 5G sur des groupes
    1. chargés comprenant probablement les groupes chargés du capteur de tension. »

    Il discute ensuite de huit façons dont cette technologie nuit à la santé humaine, en s’appuyant sur une documentation scientifique exhaustive:

    Dans sa conclusion, Pall n’a pas mâché ses mots pour décrire la 5G: « Le déploiement de la 5G est absolument insensé. » La présentation qui suit est particulièrement utile pour quiconque souhaite mieux comprendre de quoi il s’agit et comment le combattre.

    M. Pall n’est qu’un des nombreux professionnels émettant le même avertissement, mais le déploiement progresse sans retard. Martin Blank, du Département de physiologie et de biophysique cellulaire de l’Université de Columbia, résume ici son évaluation.

    voir la suite  Nexus 13 février 2020 -5G : déploiement d’abord, évaluation des risques sanitaires ensuite

  13. 20 avril 2020 : pandémie coronavirus et 5G  ( Olivier Demeulenaere  est    journaliste économique et financier, ancien élève de l’Ecole normale supérieure et diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, Olivier Demeulenaere entreprend ici de vous « ré-informer » sans langue de bois sur l’actualité politique, économique et financière, mise à mal par ce qu’il juge être la « pensée unique des mercenaires de l’information »)
  14. La Libre.be -29 avril 2020 : 5G-pétition pour faire appliquer le principe de précaution – 434 médecins et 900 professionnels de santé ont signéUne opinion signée par 434 médecins belges et 900 professionnels de la santé (voir la liste des signataires au bas de l’article).Face au déploiement massif et inconsidéré des technologies sans fil, nous, professionnels de la santé, demandons au gouvernement de faire appliquer le principe de précaution afin de protéger la population et plus particulièrement les groupes les plus vulnérables dont font partie, notamment, les femmes enceintes et les enfants.

1 et 2 mai 2020 – Sud Ouest :

Pays basque : un support d’antenne 5G de 33 mètres s’invite à deux pas de leur maison

 

    La scène se passe sur le pont autoroutier de la route d’Olhette, à Ciboure. L’avis du permis de construire a été déposé le 26 avril, sur une zone de chantier inaccessible. Un couple de riverains lance l’alerte. Un avis de permis de construire est au profit de Free Mobile et l’opération est portée par Vinci autoroutes, validée par mairie et préfecture. theepochtime.com -27/2/2020 : La France laisse entrer Huawei sur son territoire avec une usine d’équipements pour la 5G – une première mondiale Le géant chinois des télécoms Huawei va installer en France un site de production d’équipements radio pour la 5G, a annoncé jeudi (27/2/2020)le président du groupe, Liang Hua, lors d’une conférence de presse à Paris. Ce serait sa première usine de ce type hors de Chine. 16/10/2019 Phonandroid.com La constellation de satellites Starlink que commence à lancer Elon Musk pourrait atteindre jusqu’à 42 000 satellites au total. C’est en tout cas le nouveau projet révisé de Space X qui vient de demander à la FCC américaine de lancer 30 000 satellites supplémentaires sur les 12 000 initialement prévus. En tout, SpaceX a déposé 20 demandes comptant chacune 1500 satellites destinés à être placés dans des orbites basses, entre 330 km et 580 km d’altitude. 11/3/2020 Phonandroid.com : Elon Musk vient de dévoiler quantité de nouvelles infos sur Starlink, l’accès internet par satellite qu’il espère lancer commercialement d’ici fin 2020. La firme vise une latence de moins de 20 ms avec un débit suffisant pour pouvoir jouer en streaming. On apprend également que le service vise essentiellement les zones rurales et peu denses, et va « aider les opérateurs ».

15/4/2020 Phonandroid.com     La 5G, tout le monde en parle. On nous promet quelque chose d’extraordinaire, un avenir technologique incroyable. Mais à l’heure où la 4G n’est pas encore déployée partout, on a du mal à s’imaginer ce que pourrait être un monde connecté en 5G. Pour y voir plus clair, on vous dit tout ce qu’il faut savoir sur le réseau de demain. 24/4/2020 Phonnadroid.com : Vous pourrez tester Starlink d’ici environ six mois, affirme Elon Musk. Une première phase de bêta privée s’ouvrira d’ici trois mois. 422 satellites font déjà partie de la constellation en orbite.  Au moment où nous écrivons ces lignes, la constellation Starlink dispose déjà de 422 satellites. Or, pour disposer d’une couverture continue, il lui faudrait atteindre au moins 720 satellites. Ce qui, on le comprend, à coups de 60 satellites lancés en orbite toutes les deux semaines, devrait arriver rapidement en 2020.

selon Est Républicain du 9/9/2018 : Monaco, premier état au monde en 5G s

elon article l’Est Républicain 20/10/2018 : la vraie 5G déployée pour de bon  … en 2025 20 juin 2019 –

sur refuser compteur Linky ( à partir d’un article sur le journal « l’âge de faire ») : une interview de Pierre-Marie Theveniaud, biologiste et Président de l’association Robin des Toits.

sur le Numériques, Thomas Delozier , 23/1/2020 : 5G, comment les ondes millimétriques vont dégrader les prévisions météo

Selon un article de Florian Bayard du 5/2/2020 sur Phonandroid.com

L’ANFR vient de mettre en ligne les chiffres concernant le déploiement 4G et 5G d’Orange, Bouygues Télécom, SFR et Free Mobile au cours du mois de janvier 2020. Sans surprise, l’opérateur historique continue de creuser l’écart vis à vis de la concurrence, que ce soit dans le domaine de la 4G ou de la 5G.  supports 5G expérimentaux installés au 1er février 2020 Au 1/2/2020, 447 antennes 5G sont installées principalement dans les Bouches du Rhônes (94) et dans le Nord (89) dont 19 nouvelles stations autorisées par l’ANFR en janvier)

DES TESTS DANS LA GARE DE RENNES POUR CARACTÉRISER L’EXPOSITION DU PUBLIC AUX FUTURS RÉSEAUX 5G étaient annoncés
pour le 31/03/2020

Le chantier de la 5G, 5ième génération de réseaux mobiles, se poursuit en France avec les premières autorisations d’expérimentations dans la bande 26 GHz. L’ANFR continue d’accompagner ces déploiements pilotes dans la bande 26 GHz des opérateurs de téléphonie mobile. Elle travaille avec l’ensemble des acteurs pour caractériser les réseaux 5G en termes

d’exposition du public aux ondes électromagnétiques. Les tests dans la bande 26 GHz ont démarré en février avec l’opérateur Orange sur un site équipé d’une antenne Nokia et situé dans la gare SNCF de Rennes.

Ce 4 février 2020, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a publié les chiffres du bilan mensuel dédié au déploiement des réseaux 4G et 5G en France. L’organisme dénombre 50 822 sites 4G autorisés et 44 968 antennes 4G en service dans l’Hexagone. (En janvier 2012, l’ANFR dénombrait en France 119 250 antennes-relais de toutes sortes (source Wkipedia sur ANFR) sans tenir compte des antennes du ministère de la Défense, de l’aviation civile ou du ministère de l’Intérieur) Le , 14 293 sites ont été autorisés pour des antennes de téléphonie mobile très haut débit (4G) tous opérateurs confondus. Au 1er avril 2020, 51 756 sites 4G sont autorisés par l’ANFR, dont 45 748 en service, tous opérateurs confondus. (source site ANFR)

En France, 5 bandes de fréquences permettent de fournir un service 4G :

L’année dernière, l’ANFR indiquait que « la bande des 700 MHz, également harmonisée au niveau européen pour accueillir la 5G, servira à terme au déploiement de la 5G par les opérateurs mobiles. Elle offrira une complémentarité en termes de couverture, notamment dans les zones rurales, alors que d’autres bandes, plus hautes dans le spectre hertzien, favoriseront le débit pour les nouveaux usages liés à la 5G ».

Les enchères sur la 5G (bande de 3,5 GHz) étant reportées au plus tôt à juillet 2020, c’est donc sur ses fréquences de 700 MHz que travaille Free Mobile. L’opérateur aurait, semble-t-il, opté « pour de la cohabitation 4G/5G sur sa fréquence 700 MHz qui est largement déployée sur le territoire français » rapporte Vache GTI à nos confrères d’Univers Freebox. Les bornes AirScale permettront de faire cohabiter la 5G et la 4G sur une même infrastructure radio. Ainsi, l’opérateur s’assure de déployer le réseau 5G sans recourir à des investissements trop lourds. Attention, ce réseau 5G ne viendra qu’en complément de la 5G à 3,5 GHz comme le préconisent les directives européennes. Car les débits seront plus faibles et le spectre sur la 4G plus limité avec ces antennes mutualisées.

22 avril 2020 [24] Suisse : le Conseil fédéral prudent avec la 5G : Le Département fédéral de la communication (DETEC) rédigera une «aide à l’exécution» et réalisera des mesures d’essai.

6 mai 2020 LaLibre.be : « Le déploiement de la 5G doit être arrêté »: l’appel de 100 étudiants biologistes et médecins

 9 mai 2020 AgoraVox par Alma rédaction : Arrivée de la 5G en France : quels impacts dans notre vie ?

12 mai 2020 sur infocculte.wordpress.fr : SANTÉ 5G : d’après un document d’Orange, la puissance totale des antennes sera au minimum 3 fois supérieure

20 mai 2020 : dhnet.be : Au conseil communal de lundi, une motion de la majorité concernera la technologie 5G.

20 mai 2020 : France Inter : Le développement du très haut débit est-il menacé ? Le Très Haut Débit pour tous en 2022, que ce soit par la fibre, la radio, le satellite ou la 5G, c’est l’objectif d’un plan ambitieux lancé en 2013 et doté de 22 milliards d’euros. Mais avec la crise du Covid-19, les chantiers fonctionnent au ralenti et le programme prend du retard. ls se sont réunis – virtuellement – mardi, lors de la 9e édition des États généraux des Réseaux d’initiative publique, en présence du secrétaire d’État au numérique Cédric O et du Ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, pour dresser un constat de la situation et envisager des pistes pour sortir de la crise.  Premier constat : la 5G prend du retard. Entre trois et cinq mois, sur plan technique car les chantiers fonctionnent au ralenti, avec moins de personnel et plus de normes sanitaires. Les fréquences, qui devaient être attribuées le 21 avril, sont toujours vacantes. Second constat : les raccordements à la fibre optique sont au point mort. Avec environ 100 000 Assemblées générales de copropriété qui n’ont pas pu se tenir et qui n’ont donc pas pu voter l’installation du très haut débit

19 mai 2020 le Media : alerte nos libertés sont confisquées

20 mai 2020 spuniknews.com : 5G, la nouvelle menace mondiale

10 juin 2020 : Grappe : un enterrement de 1ière classe pour la 5G – édito d’Ines Trépant auteure de « quand les politiques européennes manacent le vivant »

Inès Trépant est diplômée en politique internationale et en études européennes. Depuis 2004, elle travaille au Parlement européen comme conseillère politique pour la Commission économique et monétaire (jusqu’en 2010) et depuis, pour la Commission du Développement. Elle st l’auteure de nombreuses publications sur la politique européenne et commerciale. Elle a dirigé, avec le député européen honoraire Paul Lannoye, le collectif « Commerce mondial : la démocratie confisquée », paru aux éditions Yves Michel en 2015. Inès Trépant est également guide nature et membre fondatrice de l’association GRAPPE (Groupe de Réflexion et d’Action pour une Politique Ecologique). Elle vit à Bruxelles.

13 septembre 2020 -JDD repris par France TV Info  

Près de 70 élus de gauche et écologistes, parmi lesquels Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot ou la maire de Marseille Michèle Rubirola, demandent au gouvernement un moratoire sur le déploiement de la 5G.

La décision du gouvernement d’attribuer les fréquences dès septembre « intervient sans étude d’impact climatique et environnemental ni aucune consultation publique préalable », déplorent les signataires, parmi lesquels les nouveaux maires écologistes de Strasbourg, Jeanne Barseghian, de Bordeaux, Pierre Hurmic, ou encore de Besançon, Anne Vignot. « Nous, maires et élus, proposons dans l’immédiat un moratoire sur le déploiement de la 5G au moins jusqu’à l’été 2021 », ainsi que la « tenue d’un débat démocratique décentralisé sur la 5G et sur les usages numériques », écrivent-ils.

Nous demandons que la priorité soit donnée à la réduction de la fracture numérique, à travers le développement de la fibre en zone rurale et en finalisant le déploiement de la 4G », ajoutent-ils. Parmi les signataires figurent également Eric Piolle, maire écologiste de Grenoble, le député LFI François Ruffin ou encore Jean-François Debat, maire PS de Bourg-en-Bresse. En juillet, EELV avait déjà demandé, dans une motion adoptée à la quasi-unanimité de la centaine de conseillers fédéraux du parti, un « moratoire sur la 5G » qui va générer « une grosse inflation de la consommation électrique » et permettre « la collecte de données personnelles ».

17 septembre 2020 -Sciences et Avenir .fr : les portables pourraient jouer un rôle dans la disparition des insectes selon une étude

 

antennes et presse locale

23/11/2016 : Est Républicain Pontarlier : cette antenne relais qui inquiète

13/2/2019 : Est Républicain : Doubs – incendie en série sur des pylones téléphoniques 

8/4/2019 : Est Républicain- Aurélien Breton : Courcelles,à quelques encablures de la Suisse, ils ne veulent pas de l’antenne à côté de chez eux

12/4/2019 Est Républicain : Rierverscemont : réunion publique avec Priartem dans le cadre d’une implantation d’antenne -relais de 37 m

19/5/2019 : Est Républicain : Nancy polémique : Fronde contre l’installation « en catimini » de trois antennes-relais

21/5/2019 : Est Républicain : Heillecourt mobilisation contre l’installation d’une antenne relais géante 

13/6/2019 : Est Républicain : Fort de Giromagny : rassemblement de 33 électrohypersensibles 1

2/9/2019 : Est Républicain : Boussières – un collectif s’est constitué pour dénoncer l’implantation d’une antenne

23/7/2019 : Est Républicain : Heillecourt : la future antenne -relais SFR sera déplacée 

30/10/2019 : Est Républicain : Pontarlier : une nouvelle antenne relais au stade Tempesta

11/1/2020 : Est Républicain : Fontain l’implantation d’une antenne relais fait débat

30/3/2020 Est Républicain : Denney : le collectif « non à l’antenne d’Offemont » persiste et signe 

6/4/20 Le Monde : antennes 5G incendiées à cause d’une théorie du complot

15/5/2020 : Est Républicain : Guyans-Vennes des habitants lancent une pétition contre l’installation d’une antenne-relais

29/5/2020 : 20 minutes : disparitions inexpliquées de pétitions contre la 5G

4/6/20 Courrier International -reprise article Financial Times du 19/4/20 : Quand Internet sera chinois

20/4/20 Le Monde : Les destructions d’antennes 5G augmentent en Europe

19/5/20 Le Monde : Trois nouvelles antennes relais vandalisées près de Grenoble

1/6/2020 The Epoch Time -Aurélien Girard : de nouvelles publications scientifiques alertent sur les risques 

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) n’ose pourtant pas trancher aussi nettement : le 27 janvier, elle a publié un rapport complet d’évaluation des risques pour la santé de la 5G. Ce document, qui fait la revue des études scientifiques existantes conclut à « un manque de données scientifiques sur les effets biologiques et sanitaires potentiels liés à l’exposition aux fréquences autour de 3,5 GHz. » 

De nouvelles études évoquent un risque potentiel important :

A ce sujet, le Dr Helmut Keller de la Narda Safety Test Solutions, en Allemagne, fait dans un article du journal Health Physics la comparaison des outils utilisés pour comprendre l’impact des ondes de la 5G.

Il conclut que : « Plusieurs méthodes d’évaluation de l’exposition humaine aux champs électromagnétiques transmis par les nouvelles stations d’ondes radio 5G ont été examinées. Il n’existe actuellement aucune méthode permettant d’extrapoler l’exposition théorique maximale. »

Plus récemment au mois de mars, Lennart Hardell  de l’Université d’Orebrö en Suède et son collègue Rainer Nyberg  de l’université Åbo Akademi en Finlande, ont expliqué dans le journal Molecular Oncology :…

les radiofréquences peuvent maintenant être classées comme cancérigènes pour l’homme, groupe 1 [niveau de danger le plus élevé]. Malgré cela, ces radiations micro-ondes se développent [dans le monde] avec une augmentation de l’exposition individuelle et ambiante. L’un des facteurs contribuant à cette situation est que la majorité des pays s’appuient sur les directives formulées par la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP), une organisation non gouvernementale allemande et privée. L’ICNIRP se fonde uniquement sur l’évaluation des effets thermiques (échauffement) des radiations RF, et rejette un grand nombre de publications scientifiques qui démontrent les effets néfastes des radiations non thermiques. »

Les fonctionnaires de l’UE s’appuient sur les opinions des personnes au sein de la CIPRNI et du Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux (SCENIHR), dont la plupart ont des liens avec l’industrie. Ils semblent dominer les organismes d’évaluation et réfutent les risques. Il est important que ces circonstances soient sues. » 

Au début du mois de mai, un groupe de scientifiques de la très renommée Georgia-Tech  (Université des technologies de Géorgie, USA), de l’Université Mc Gill à Montréal et du Einstein Center of Toxicology, ont enfoncé le clou dans un article de la revue Toxicology Letters. Les auteurs y soulignent que « la plupart des expériences de laboratoire menées à ce jour n’ont pas été conçues pour identifier les effets néfastes les plus graves reflétant l’environnement opérationnel réel dans lequel les systèmes de radiations sans fil fonctionnent. De nombreuses expériences n’incluent pas la pulsation et la modulation du signal porteur. La grande majorité ne tient pas compte des effets négatifs synergiques d’autres stimuli toxiques (tels que chimiques et biologiques) agissant de concert avec les radiations sans fil […] la technologie de réseau mobile 5G naissante n’affectera pas seulement la peau et les yeux, comme on le croit généralement, mais aura également des effets systémiques néfastes. »

 

 

 

5/6/20 Le Monde : Visées par des incendies les antennes-relais captent toutes les colères 

Au moins vingt-deux antennes-relais ont été la cible de dégradations volontaires depuis le mois de mars en France. Sans que cette recrudescence n’ait d’explication évidente.

En France, selon les derniers chiffres de l’Agence nationale des fréquences, il existe en tout un peu plus de 46 000 sites actifs, pylônes hors des grandes agglomérations ou antennes « simples » sur les toits d’immeubles. 

Un même pylône peut être utilisé par plusieurs opérateurs, certains servent aussi à diffuser la télévision numérique terrestre (TNT) ou la radio. L’écrasante majorité des antennes-relais sont 4G : seules 490 antennes ont reçu une autorisation pour expérimenter la 5G, qui n’est pas encore proposée commercialement par les opérateurs.

11 juin 2020 -Le Monde : L’Arcep annonce que les enchères pour l’attribution des fréquences 5G se tiendront entre le 20 et 30 septembre 2020

15/07/20 Royaume Uni : Huawei exclu du réseau 5G

18/08/20 Les Etats-unis durcissent les règles contre Huawei

7/9/20 : Samsoung remporte un énorme contrat sur la 5G aux Etats-Unis

15/9/20 Vu de l’étranger- selon Bloomberg- la 5G passe mal en France 

1/10/20 Courrier international : la 5G laisse perplexe jusqu’en Chine 

30/09/20 Courrier international en Corée du Sud la 5G n’a pas encore convaincu