la page de « Jésus contre le christianisme » 

Cette page est ouverte à partir de la vidéo de Pacôme Thiellement qui se présente dans sa vidéo comme exégète de la Bible et non comme historien de celle -ci.

Le texte qui suit est tiré des propos vérifiés tenus dans cette vidéo.

Jésus a -t-il existé  – la thèse mythiste ?

Ca n’est qu’à partir du XVIII ème siècle que des auteurs développent la thèse selon laquelle la vie de Jésus est un mythe, une partie des juifs aurait créer le mythe du messie que tous attendent.

Cette thèse est en particulier défendue alors par Constantin-François Volney et par Charles-François Duprey. Récemment elle est reprise notamment par Michel Onfrey dans décadencevie et mort du judéo-christianisme  qui écrit en 2018 que Jésus est une fiction.

Pourtant, mais sans donner de noms Pacôme Thiellement affirme que la plus grande partie des historiens actuels même non croyants et pour certains franchement hostiles au christianisme, reconnaissent l’existence de Jésus.

Des auteurs qui ont vécu peu après la vie de Jésus attestent de diverses manières de son existence.

Le plus cité est Flavius Josephe qui est un juif né à Jérusalem en 39 quelques années après la mort de Jésus et mort à Rome vers l’an 100. C’est l’une des seules sources des judéens du 1er siècle et qui est écrite en grec. En 63 -64 il est envoyé à Rome pour négocier avec succès la libération de prêtres. Revenu à Jérusalem en 66 au début des hostilités il est nommé commandant militaire de Galilée par les autorités du début de la révolte mais certains le soupçonnent de jouer double jeu. Il se rend aux Romains en 67.

« C’est pour des raisons théologiques que l’œuvre de Josèphe, apparemment peu lue par les Grecs et dédaignée par les Juifs a été recueillie par les chrétiens qui en ont assuré la transmission et la conservation pour la postérité »« Selon une certaine théologie chrétienne de l’histoire », ils ont interprété la chute de Jérusalem — relatée en détail dans la Guerre des Juifs — comme la punition du peuple Juif pour ses méfaits allégués à l’égard de Jésus. De plus, les écrits de Josèphe « sont proches de ceux du Nouveau Testament » et en « éclairent l’arrière-plan historique et religieux « . L’œuvre de Josèphe a même été considérée comme étant le cinquième évangile, au moins jusqu’à la Contre-Réforme, dans le courant du xvie siècle. L’Occident latin l’a « lue et traitée presque à l’égal d’un texte sacré ».

Au IV ème  siècle, un chrétien produisit une libre adaptation en latin de la Guerre des Juifs, en cinq livres (les trois derniers livres sur sept étant réduits en un seul, et des passages des Antiquités judaïques et quelques éléments d’autres auteurs étant intégrés). Des remarques apocryphes, qui pourraient être considérées comme hostiles ou revanchardes à l’égard des Juifs, sont ajoutées.

 

Pline le jeune né en 61-62 dans la ville aujourd’hui appelée Côme et mort vers 113. Pline a correspondu avec l’empereur Trajan et sa lettre 96 parle des chrétiens et de leur gestion par le pouvoir romain.

Tacite (58-120): historien et sénateur romain né en 58 et mort en 120.

Suétone ( 70-140)

les 4 évangiles : (évangile veut dire « bonne nouvelle)

le plus ancien est celui de Marc écrit vers 70

Ceux de Matthieu et Luc sont écrits vers 90-100

Enfin celui de Jean est écrit entre 100 et 120

la vie de Jésus :

La vie de Jésus se déroule sous l’occupation romaine débutée par Pompée en -63 av JC.

Jésus naît pendant le règne d’Auguste, le deuxième César et vit sous le règne de Tibère.

Hérode le grand né à Ascalon en 73 av JC et mort en 4 avt JC est désigné roi du Judée (royaume client de Rome) par le Sénat romain en -40. Hérode le Grand est l’un des personnages les plus importants de l’histoire de l’époque du Second Temple de Jérusalem, édifice qu’il reconstruit à partir de 20 av JC et auquel il confère son aspect monumental qui subsiste encore. ( le premier Temple de Jérusalem a été construit selon la Bible par le roi Salomon au X ème siècle av JC. Ce temple est entièrement détruit par Nabuchodonosor II, roi de Babylone, et ses armées en 586 av. J.-C. Le Deuxième Temple est construit au retour de la captivité des Juifs à Babylone, alors conquise par l’empire Perse, vers 536 av. J.-C.. Il est terminé le 12 mars 515 av. J.-C. Il est embelli et agrandi par Herode à partir -20 av JC   Il est détruit en 70 ap JC par Titus qui deviendra par la suite empereur.

Pour consolider sa souveraineté, il retire le pouvoir politique aux prêtres qui dirigeaient la Judée depuis le début de l’époque du Second Temple.

Hérode Antipas, un des 3 fils d’Hérode le Grand devient à la mort de celui-ci en 4 av JC tétrarque de Galilée. En 6 après JC il après la destitution de son frère sur la Judée il devient l’intendant du Temple de Jérusalem.

Sa réputation de cruauté est surtout due à un passage de l’Évangile selon Matthieu (2, 16-18) qui relate un épisode connu sous le nom de massacre des Innocents. Selon cet évangile, les grands prêtres et les scribes du peuple juif auraient annoncé la naissance à Bethléem du « roi des Juifs », et Hérode, craignant un futur rival temporel, l’aurait fait rechercher pour le mettre à mort. Ne l’ayant pas trouvé (Fuite en Égypte), il aurait ordonné la mise à mort de tous les enfants mâles de la bourgade âgés de moins de deux ans, espérant qu’il serait du nombre.

Ponce Pilate est né dans un endroit inconnu vers la fin du 1er siècle av JC est un citoyen romain qui occupe le poste de préfet de Judée durant une dizaine d’années à partir de 26. Il est connu pour avoir ordonné l’exécution de Jésus. Le præfectus qui gouverne la Judée a non seulement la charge des fonctions administratives, militaires et juridiques, tant sur le plan civil que criminel, mais il s’occupe également de la levée des impôts, ce qui fait aussi de lui un « procurateur » – en latin, procurator – chargé des intérêts de l’empereur,

les grands prêtres et le Sanhédrin :

Le mot « Sanhédrin »,est une assemblée, un conseil.

Le Sanhédrin interprétait et tranchait la loi des israélites à partir de ses sources écrites et orales. Son travail de codification a abouti à la rédaction de la Mishna.

Le Sanhédrin est aussi le tribunal suprême dont une des fonctions vitales est la promulgation du calendrier. Il est aussi habilité à reconnaître officiellement un prophète qui puisse lui-même identifier le Messie.

Le Sanhédrin est doté d’un grand pouvoir politique puisqu’il exerce un contrôle légal sur le Roi ainsi que sur le Grand Prêtre responsable des activités du Temple.

La tradition juive fait remonter l’existence du Sanhédrin au temps de Moïse.

le grand prêtre Caïphe : Bien que peu d’éléments de sa vie soient connus, les historiens supposent qu’il entretenait de bonnes relations avec le pouvoir romain et en particulier avec Ponce Pilate, compte tenu du fait qu’il occupa la fonction de grand prêtre pendant près de 20 ans (de 18 à 36)

Dans le Nouveau Testament, Caïphe est le souverain sacrificateur devant lequel Jésus est conduit après son arrestation (Matthieu 26:57).

D’après les Évangiles, Caïphe estimait que Jésus mettait la nation juive en danger : « Il est préférable qu’un homme meure plutôt que la nation tout entière » argumente-t-il.

Les juifs ne sont pas unis et sont formés de courants parfois très opposés. Les 4 principaux courants sont les suivants :

les saduccéens : un des quatre grands courants du judaïsme. Aristocratie sacerdotale qui serait issue du grand prêtre Sadoq à l’époque de David et Salomon.

les pharisiens :  Ils y apparaissent comme un groupe, dont une partie au moins réside à Jérusalem, entré en conflit avec la communauté qumranienne (ou Yahad) à l’époque d’Alexandre Jannée. Ils y sont repris sous le sobriquet dôrešê halaqôt dont différentes traductions sont proposées : « chercheurs d’allègement », « de choses flatteuses » ou « de petites choses »5, ou encore les « Hommes de relâchement » dans le sens de « ceux qui déduisent de fausses lois par leurs interprétations »

les esséniens : Selon Flavius Josèphe, les esséniens étaient installés « non pas dans une seule ville », mais « en grand nombre dans toutes les villes »

Dans le « modèle standard », Qumrân est le lieu d’exil du maître de Justice, fondateur des esséniens et le centre où cette communauté s’est retirée à partir de la première moitié du iie siècle av. J.-C. « L’établissement de Qumrân » aurait abrité une « communauté » d’ascètes qui s’adonnaient à des bains rituels fréquents, à la prière et aux repas en commun, à l’étude des livres saints et à l’écriture26. Ce sont eux qui auraient écrit les manuscrits dans un scriptorium, nom qui a été donné à une des salles — effondrée et qui aurait été située à l’étage supérieur — des ruines de Qumrân.

les zélotes : Les Zélotes sont les membres d’un mouvement politico-religieux juif du ier siècle. Les Zélotes incitent le peuple de la province de Judée à se rebeller contre l’Empire romain et l’expulser par la force des armes. Ils ont joué un rôle de tout premier plan pendant la Grande révolte juive (66-70) qui a abouti à la destruction du Temple de Jérusalem.

Jésus  : Son prénom est issu de l’hébreu « Yeshua » qui veut drie « sauveur » ou « Dieu sauve ». C’est un prénom très fréquent dans la Judée du 1er siècle. Flavius Josephe en identifie une dizaine en Judée à l’époque de Jésus.

Nazôréen : terme plusieurs fois utilisé dans les Evangiles et souvent aussi pour désigner du temps de Jésus ceux qui se réclamaient de lui. Ce terme est antérieur à celui de chrétien ( « disciple du Christ » utilisé au départ à Antioche)

Nazaréen : du village de Nazareth, le lieu de naissance de Jésus.

Bethléem : A une quinzaine de kilomètres à l’Ouest/nord Ouest de Nazareth  où les évangiles de Luc et Matthieu disent que Jésus est né.

 

Selon les historiens Jésus serait né entre 9 et 2 av JC.

le 25 décembre : Noël ( veut dire « naissance » ) : fête de la nativité. Cette date est arrêtée au IV ème siècle pour coïncider avec la fête romaine Sol Invictus – soleil invaincu. L’empereur Théodose codifie les cérémonies de Noël en 425.

Jésus est le fils de Marie et Joseph le charpentier. Selon Luc et Matthieu il est conçu par la vertu du saint Esprit.  La virginité de Marie est encore en débat certains s’appuyant sur le fait que les évangiles parlent de frères et soeurs de Jésus que d’autres disent être des cousins de Jésus qu’à l’époque on appelait « frères ».

charpentier : c’était une des classes sociales les plus basses de l’époque où 97 % de la population était illettrée.

la langue :

Dans le pourtour méditerranéen on parlait le grec alors que les peuples de Syrie et d’Orient parlaient l’Araméen. L’hébreu était la langue sacrée des juifs. Jésus parlait araméen mais connaissait probablement l’hébreu mais pour le grec c’est moins sûr.

Jésus et la religion juive : il est présenté au Temple le huitième jour dans la tradition juive et à 12 ans, alors que ses parents le croyaient perdu, il est retrouvé au Temple échangeant avec les docteurs de la Loi.

La vie connue de Jésus relatée par les Evangiles ne concerne que sa période publique d’environ 3 ans – de 30 à 33 ans- qui précède sa mort. A 30 ans Jésus est toujours célibataire ce qui est très rare à l’époque sauf dans le groupe des esséniens.

Jésus est baptisé dans le Jourdain par Jean-Baptiste qui prêche le pardon des péchés par le baptême et non par la présence au Temple et c’est à partir de là que commence sa vie publique.  Mais, alors que Jean-Baptiste prêche le retrait du monde et un Dieu de colère fidèle à la vision de l’Ancien Testament, Jésus prêche l’implication dans le monde et un Dieu d’Amour.

Jésus va prier dans le désert durant 40 jours : (évangile de Luc et Matthieu) et il est tenté à trois reprises par le diable (ces trois tentations sont essentielles dans le message transmis):

  • le diable le met au défi de faire un miracle : « ordonne que ces prières deviennent des pains » … et Jésus refuse
  • le diable lui propose ensuite de se jeter du sommet du Temple de Jérusalem dans le vide … Jésus refuse
  • le diable lui fait voir tous les royaumes du monde et lui dit qu’ils seront à lui si Jésus se prosterne à ses pieds et Jésus lui dit « arrière Satan ! « 

Jésus est entouré de 12 apôtres au cours de ses trois années et leur nom est donné dans les trois évangiles de Marc, Matthieu et Luc et dans les Actes des apôtres :

Les 12 apôtres peuvent avoir une valeur symbolique qui rappelle les 12 tribus d’Israel. L’évangile de Luc parle de 72  disciples qui suivaient Jésus, groupe constitué d’hommes et de femmes.

Jésus se fait connaïtre d’abord comme guérisseur parcourant la Galilée soignant paralytiques et lépreux et faisant des miracles, multipliant les pains et transformant l’eau en vin aux noces Cana. Il ressuscite les morts.

Il se met à dos le groupe des pharisiens pour son indifférence aux rituels. Il ne respecte pas le sabbat, touche les lépreux et soigne aussi les non-juifs.

Il entretient de bonnes relations avec les femmes. Il ne rejette pas les samaritains (la Samarie au nord ou Israël et la Judée au sud sont les 2 provinces éclatées après la mort de Salomon. Il est reproché au samaritains d’être des descendants de colons venus de Babylonie ou de Syrie convertis à une religion hébraïco-païenne.)

Jésus entre à Jérusalem pour Pessa’h , la Pâque juive,  et il fait un scandale au Temple en chassant les marchands du Temple  ( en fait les marchands situés sur le parvis du Temple). Cet épisode figure dans les 4 évangiles mais il est surtout détaillé dans celui de Jean.

Il dit : « détruisez ce Temple, je le reconstruirai en 3 jours » : il fait allusion sans doute au Temple intérieur et au fait qu’il ressuscitera après sa mort au bout de trois jours.

Pour le pièger, les sadducéens lui demandent s’ils doivent payer    l’impôt   aux romains.  Il s’en fiche.

Il réduit les 10 commandements qui sont la base de l’Ancien Testament aux deux principaux :

« Tu aimeras ton Dieu

et tu aimeras ton prochain comme toi-même ».

Il refuse toute hiérarchie : «  Ne vous faites pas appeler Rabbi,  n’appelez personne sur la terre votre Père »  ( Matthieu)

Arrestation de Jésus au jardin de Gethsemani    là où Jésus pria avant d’être arrêté sur dénonciation de Juda Iscariote (à ne pas confondre avec Juda frère de Jésus ou de Jacques dans Mathieu ou un autre,  Jude Dydime Thomas qui est l’apôtre Thomas)

Jésus demande aux démons puis les personnes guéries, et enfin à ses disciples (dans Marc) de ne dire à personne qu’il est le Christ c’est à dire le messie pour ne pas attirer les foules mais pour que son message reste de dire la Bonne Nouvelle, la puissance de Dieu qui vient au secours de notre humanité.

Jésus refuse devant Pilate de reconnaître qu’il est le roi des juifs :

« Alors Pilate l’interrogea : Es-tu le roi des Juifs ? lui demanda-t-il.

– Tu le dis toi-même, lui répondit Jésus. » (Luc)

Jésus dit ( Jean) : Mon royaume n’est pas de ce monde. Si mon royaume était de ce monde mes serviteurs auraient combattu pour moi…

Le procès devant le sanhédrin et son grand prêtre Caïphe puis la condamnation de Jésus à la crucifixion sur le mont Golgotha par Pilate. C’est sur le Golgotha que l’empereur romain Constantin le Grand a construit l’église du Saint-Sépulcre de Jésus aux environs de 326 –332. C’est aussi le lieu où la tombe de Jésus et la vraie croix auraient été découvertes par Hélène en 326, la mère de Constantin. C’est le principal lieu saint du christianisme et un des principaux sanctuaires de Terre sainte.

La résurrection de Jésus : la résurrection de Jésus , le troisème jour après sa mort est l’une des croyances fondamentales de la religion chrétienne,   (épitre de Paul ) relaté par évangile de Marc qui relate la présence au tombeau de Marie Madeleine, Marie mère de Jacques et Salomé), par l’évangile de Matthieu qui parle de Marie Madeleine, de Jeanne et Marie mère de Jacques ainsi que d’autres femmes. Selon Jean, seule Marie Madeleine se rend au tombeau.

Jésus dit à Marie Madedleine le lendemain de Pâques :  « ne me touche pas car je ne suis pas encore monté vers mon Père « 

Paul  (de Tarse) dont la date de naissance est inconnue s’appelait d’abord Saül. Il était juif et persécuteur des chrétiens selon les évangiles jusqu’à sa conversion subite sur le chemin de Damas à l’appel de Jésus et qui se situe entre les années 31 et 36. Il tomba par terre et entendit une voix qui lui disait : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? »

Paul sera l’apôtre qui fera connaître Jésus-Christ au monde occidental extérieur au monde juif (les gentils ). Il est celui qui fera connaître le christianisme au monde occidental. Et pourtant Paul n’a jamais rencontré Jésus vivant. Son message se propagera à travers ses Epitres (des lettres )

Selon Pacôme Thiellement, Paul diffuse une pensée fort éloignée de celle de Jésus et c’est essentiellement cette pensée qui servira de base à la constitution de l’Eglise catholique. Ce sera par exemple une pensée où le sexe et les femmes sont rejetés et ceci le fera intituler sa présentation : Jésus contre le christianisme , qui aurait pu s’appeler Paul contre Jésus.

un commentaire sur Youtube  qui propose un débat sur le sujet 

Je suis catholique convaincue ❤✝❤ et j’ai une suggestion ! Avant tout merci pour votre travail poussé, fouillé et détaillé qui permet à cette vidéo d’apporter un vrai plus. Les arguments que vous évoquez son intéressants et si certains sont un peu « marronniers » (sans reproche) de nombreux arguments sortent des sentiers battus et poussent la réflexion plus loin (objet rare sur YouTube !). Seriez vous d’accord pour confronter votre réflexion et votre beau travail à celui de catholiques chevronnés (mais pas bornés) ? (prêtre exégète, historien ou docteur en théologie…?) ceci pourrai donner lieu à une vidéo qui opposerait ou compléterait deux visions différentes et intéressantes de la question de l’Eglise comme héritage ou dévoiement de l’enseignement de Jésus, dans la continuité de votre travail. Je peux vous proposer quelques personnes qui seraient aptes et sans doute partantes pour faire une video discussion/débat intéressante. Ou peut être avez vous déjà fait cet exercice ? J’ai conscience que le thème de la religion n’est pas le cœur de votre travail dans votre série de vidéo (prometteuse par ailleurs), néanmoins vu que le travail est fait et que les arguments sont présents et cohérents, il serait dommage de ne pas les utiliser dans le cadre d’un débat ouvert à la contradiction. Je serais ravie de voir une telle vidéo. En tout cas merci ! Je continuerais quand même à prier « mon » Jésus et prierais pour vous !

 

 

Translate »