Nouvelles doctrines et influence du Nouvel Âge dans l’Église – par F. Mali

I –      Introduction.

II –    La Nouvelle Réforme Apostolique et ses enseignements.

1)           La doctrine de la couverture spirituelle. 2

2)           La Nouvelle Réforme Apostolique (N.A.R.). 3

3)           L’apôtre : un sacerdoce au‐dessus du sacerdoce universel des croyants. 4

4)           La théologie de la Domination ou “Dominionisme”. 5

5)           L’enseignement du “Royaume Maintenant”. 8

6)           Le mandat des Sept Montagnes. 11

7)           Les Fils de Dieu Manifestés et l’Armée de Joël 14

8)           L’élitisme. 17

9)           Le gnosticisme. 18

10)        Changement de paradigme dans l’Église. 19

11)        Le grand transfert de richesses. 21

III –   Nouvelles doctrines et pratiques dans l’Église.

1)           Espérance terrestre : faire venir le Ciel sur la Terre. 23

2)           Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. 24

3)           Jésus n’était pas le Christ avant son baptême. 25

4)           Jésus s’est dépouillé de sa divinité. 26

5)           La “mort spirituelle” de Jésus. 26

6)           La “nouvelle naissance” de Jésus. 28

7)           Mise en cause de la souveraineté de Dieu. 29

8)           Le salut n’est pas le message central de l’Évangile. 29

9)           Un autre nom attribué à Dieu. 30

10)        Une nouvelle définition de la repentance. 30

11)        Les écoles de prophètes. 31

12)        L’accent mis sur les signes et prodiges. 32

13)        La recherche de l’onction sur les tombes. 33

14)        L’influence de la Kabbale juive et des signes du Zodiaque. 35

15)        L’ésotérisme chrétien. 37

16)        Les pratiques mystiques. 38

  1. a) Le Royaume intérieur. 38
  2. b) La prière contemplative. 39
  3. c) Les Nouveau Mystiques. 42
  4. d) Le soaking. 44
  5. e) La danse de transe. 44

17)        Le Sozo. 45

IV –   Les croyances Nouvel Âge dans l’Église.

1)           Nouvelle Réforme vers une Nouvelle Spiritualité. 47

2)           Le rachat des pratiques occultes. 48

3)           La promotion de livres de magie. 49

4)           Le “yoga saint”. 49

5)           La connexion à la terre ou “earthing”. 50

6)           L’interprétation des rêves. 51

7)           L’utilisation de cartes de Tarot “chrétiennes”. 52

8)           La télépathie. 54

9)           L’existence de portails célestes. 55

10)        L’ADN spirituel 57

11)        L’immortalité sur terre. 59

12)        Le pouvoir des objets, des couleurs et des sons. 60

13)        Le mysticisme quantique. 62

V –          Conclusion 

 

I –                 Introduction

 

Dans son livre sorti en 1985, « La Séduction de la Chrétienté », Dave Hunt avait averti les chrétiens que des séductions s’insinuaient dans l’Église. Malheureusement, un grand nombre d’entre eux n’ont pas tenu compte de cet avertissement de Dieu :

« Au cours de l’apostasie prophétisée, même des dirigeants de l’Église seront séduits, et ceux qui suivent leurs enseignements subiront la même tragédie. Nous devons être sûrs que nous suivons le Seigneur et non les hommes… Afin d’éviter la séduction qui est au cœur de l’apostasie, nous devons être capables de distinguer la voix du Christ à travers Sa Parole, du mélange confus de vérité et d’erreur qu’on dit en Son nom. » (p. 8-9)

 

De nombreux mensonges prophétisés pour les Derniers Jours doivent clairement venir du sein de l’Église elle-même :

« Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres… » (1 Jean 2:19).

 

Nous voyons déjà des signes de ces mensonges au milieu de nous aujourd’hui. Des fausses doctrines et de nombreuses croyances du Nouvel Âge sont entrées dans l’Église par le biais de ce qu’on appelle « l’Église Émergente« , mais aussi de façon plus subtile à travers la « Troisième Vague Charismatique«  ou le « Néo-Pentecôtisme« . (pentecôtistes et néo-pentecôtistes au Guatemala -2006)

 

L’Église Émergente ne se reconnaît pas à une structure mais consiste en un courant, un état d’esprit, un processus qui se répand dans les églises. Elle a commencé quand des chrétiens ont cherché à comprendre ce que devrait être l’Église au 21e siècle. Leur intention était de guérir une Église jugée malade par des propositions répondant aux attentes de la société actuelle. Le 21e siècle aurait besoin d’un christianisme différent de celui qu’on a connu pendant 20 siècles. Leur concept est celui-ci : puisque la culture et les idées ont changé, nous devons nous adapter aux aspirations spirituelles des nouvelles générations. La pensée postmoderne exigeant une adaptation continuelle à la transformation culturelle, il faut plaire au groupe plutôt qu’à Dieu, la vérité est subjective et la foi est fondée sur le mysticisme. Nous devons trouver de nouvelles façons de suivre Jésus, de nouvelles façons de faire de la théologie et de vivre de manière biblique, de nouvelles façons de rendre un culte à Dieu… Des hommes tels que Brian McLaren, Leonard Sweet et Rick Warren sont en lien avec ces changements et les promeuvent afin de toucher notre culture postmoderne.

 

L’Église Émergente a abandonné les enseignements fondamentaux de la Bible qui n’est plus considérée comme Parole de Dieu et base unique de la foi, la pensée émergente étant : « accepter tout ce qui unit, rejeter tout ce qui divise ». Il ne faut plus croire ni dire que « Jésus est le seul chemin vers le Père » car cette affirmation s’oppose à la vérité plurielle, dans laquelle chacun peut avoir son propre cheminement et ses propres convictions. Brian McLaren appelle à juste titre les disciples de l’Église Émergente « un nouveau genre de chrétiens ». L’Église Émergente intègre des pratiques religieuses étrangères variées pour que les Chrétiens soient des « Chrétiens du nouvel âge ». En réalité, elle synthétise les religions païennes avec le Christianisme.

 

Mais l’Église Émergente est à la marge des églises évangéliques/charismatiques, et c’est plus par le biais de la « Troisième Vague Charismatique » que les fausses doctrines et le Nouvel Âge sont entrés dans l’Église. Comme c’est le mouvement qui a le plus de croissance dans le monde chrétien issu de la Réforme Protestante, surtout depuis une vingtaine d’années, il est utile de l’étudier.

 

Ce mouvement est devenu la « Nouvelle Réforme Apostolique«  (N.A.R. : New Apostolic Reformation) à l’initiative de C. Peter Wagner (maintenant décédé), et s’est organisé pour former un grand réseau mondial d’églises dites « post-dénominationnelles« .

 

 

II –              La Nouvelle Réforme Apostolique et ses enseignements

 

1)      La doctrine de la couverture spirituelle

 

Le mouvement du « Shepherding » (du mot shepherd : berger) est apparu au début des années 70, pour essayer de remédier à certaines lacunes de l’Église. Il affirmait que chaque Chrétien devait avoir un berger chargé d’assurer sa direction spirituelle. On commença à enseigner que ce berger était « l’autorité divine déléguée », et que ses avis devaient toujours être suivis. Le berger devenait un médiateur chargé de communiquer les messages de Dieu au disciple. Le berger devenait la « couverture spirituelle » du disciple, c’est-à-dire celui qui le protégeait des attaques de Satan en la gardant à l’abri de son ministère. La brebis devait être soumise à son berger qui représentait l’autorité déléguée du Seigneur et le fait de lui désobéir revenait à désobéir à Dieu Lui-même.

La doctrine de la couverture spirituelle consistait à ce que chaque brebis ait au-dessus d’elle une autorité dont elle allait dépendre d’une manière hiérarchique. Il fallait que toutes les brebis se réfugient sous les ailes protectrices d’un berger humain. Si un berger demandait à son disciple de faire quelque chose qui n’est pas dans la volonté de Dieu et qu’il l’écoute, sa soumission le « couvrirait spirituellement ». Dieu ne le jugerait pas parce que cette couverture spirituelle effacerait le péché qu’il a commis ! Ce n’est pas ce que la Parole de Dieu enseigne, car chacun est responsable de ses propres péchés.

 

Toute brebis isolée ne serait pas couverte par la protection divine et serait une proie pour l’Ennemi, et risquerait même d’être perdue. L’un des dirigeants du Mouvement du Shepherding a déclaré :

« Nous sommes protégés par l’autorité à laquelle nous nous soumettons. Si nous ne sommes pas soumis, nous ne sommes plus protégés ».

 

Les responsables d’église qui adhèrent à la doctrine de la couverture spirituelle gardent les brebis du Seigneur dans la crainte en leur disant que s’ils sortent de leur couverture spirituelle ils vont au-devant de grands dangers et même à la perdition. Ils utilisent cette doctrine pour les dominer.

 

Chaque berger doit avoir sa brebis, le berger lui-même doit avoir son propre berger qui, lui-même, doit en avoir un, et cela aboutit à la constitution d’une hiérarchie avec un berger unique à la tête comme dans l’église Catholique. Il s’est établi progressivement dans le mouvement du Shepherding une pyramide hiérarchique allant du nouveau converti au pasteur en passant par les responsables de cellules. Ecclésiaste 5:7 dit :

« Si tu vois dans une province qu’on opprime le pauvre et qu’on viole le droit et la justice, ne t’étonne pas de la chose, car un grand protège un autre grand, et il en est encore de plus grands au-dessus d’eux. »

 

Quand on a un système hiérarchisé, on tombe obligatoirement sous la domination et l’oppression. La doctrine de la couverture spirituelle n’a pas été inspirée par l’Esprit de Dieu mais par les pensées de dominateurs voulant contrôler le troupeau du Seigneur.

 

Il n’est dit nulle part dans la Parole de Dieu qu’un homme doive être notre couverture spirituelle. Au contraire, dans Jérémie 17 il nous est dit que nous ne devons pas nous confier en l’homme mais en Dieu, pour qu’Il nous dirige et nous protège. C’est le Dieu lui-même qui est notre couverture en nous entourant de Sa grâce comme d’un bouclier, et nous ne risquons rien en nous dégageant de la couverture spirituelle des hommes. Notre couverture c’est le sang de Jésus, qui est le seul berger capable de nous garder :

« Car vous étiez comme des brebis errantes. Mais maintenant vous êtes retournés vers le pasteur et le gardien de vos âmes. » (1 Pierre 2:25)

 

Dans les années 80, le mouvement du Shepherding a commencé à s’effondrer en raison de nombreuses critiques à cause de ses abus. On aurait pu croire que ce mouvement était mort, mais certains de ses leaders ne se sont jamais repentis de leurs excès. À la fin des années 1990, Peter Wagner a commencé un système de réseaux apostoliques, dans lequel tous les Chrétiens devaient se soumettre à l’autorité des apôtres et des prophètes.

Beaucoup de pasteurs qui ont formé la base de la Nouvelle Réforme Apostolique (N.A.R.) se trouvaient auparavant dans le mouvement du Shepherding, et ils ont continué à utiliser les techniques qu’ils avaient apprises. Les mouvements ne meurent jamais vraiment, mais se métamorphosent sous une autre appellation en un nouveau mouvement qui leur est semblable.

 

2)      La Nouvelle Réforme Apostolique (N.A.R.)

 

Peter Drucker, le chef d’entreprise bien connu, est devenu influent dans l’Église en aidant Bob Buford à lancer Leadership Network. En se basant sur la même structure hiérarchique de réseautage que celle décrite par Marilyn Ferguson dans sa description du fonctionnement du Nouvel Âge, Leadership Network a commencé à former de nouvelles structures de groupes d’églises. Ces structures de réseautage de nature hiérarchique (comme le marketing multiniveau) offraient un canal clair pour l’endoctrinement, assurant que « l’ADN » du leader serait transmis en aval de manière uniforme. Il a été estimé que ce message homogène faciliterait l’émergence d’un nouvel ordre ecclésial dans lequel l’unité aurait pour objectif la réalisation d’un ensemble collectif harmonieux. Peter Drucker a notamment grandi dans une famille faisant partie du Cercle de Vienne, un groupe voué à la promotion d’un nouvel ordre de société. Il croyait que les hommes en formation collective émergeraient vers une forme de spiritualité plus élevée.

 

Peter Wagner, ancien professeur du Fuller Theological Seminary, a consacré ses dernières décennies à la formation d’un réseau mondial dirigé par des apôtres et des prophètes dans le cadre de ce qu’il a appelé la Nouvelle Réforme Apostolique (N.A.R.). Ce réseau, appelé la Coalition internationale des Apôtres (ICA) et dont il a été le président, s’est appelé par la suite la Coalition Internationale des Leaders Apostoliques (ICAL). Parmi les apôtres et prophètes célèbres de cette organisation on trouve Chuck Pierce, Cindy Jacobs, Dutch Sheets… Ces gens sont très influents dans le mouvement charismatique des États-Unis et même au niveau mondial.

 

La Coalition Internationale des Leaders Apostoliques est le plus grand réseau d’apôtres de la N.A.R., avec des centaines de membres du monde entier. En France, la plupart des églises charismatiques ayant accepté « le vin nouveau« , souvent indépendantes au départ, se sont regroupées en réseaux apostoliques rattachés à l’ICAL pour avoir une couverture spirituelle et plus de poids dans la société.

 

En 2013, le responsable d’un réseau apostolique français a été chargé par l’ICAL de promouvoir sa vision en France en tant qu’apôtre ambassadeur. L’explication donnée à propos de la création de ce réseau est tout à fait dans l’esprit de la N.A.R., pour qui un temps nouveau est arrivé pour l’Église :

« Nous croyons à une nouvelle connexion entre le ciel et la terre, afin que la volonté de Dieu s’accomplisse dans toute sa plénitude dans toutes les dimensions de la création ».

La notion de couverture spirituelle apparaît clairement sur son site internet, et on y retrouve aussi le concept de la conquête des 7 montagnes (que nous verrons plus loin). En septembre 2014, le mensuel « Christianisme Aujourd’hui » avait publié un article sur ce réseau avec pour titre « Un réseau apostolique grandit discrètement » et sous-titre « Un réseau de ‘promotion’ du Royaume de Dieu se développe en France. Avec une visée théocratique ? »

 

Les leaders de la N.A.R. sont vivement conscients que la majorité des croyants d’aujourd’hui a faim d’expériences de Dieu, de nouvelles révélations, de signes et prodiges, de dons surnaturels et de l’opportunité d’améliorer le monde, et ils l’exploitent pleinement. D’après le conseil donné par le site internet suisse « Soyons vigilants », il est grand temps que les chrétiens se documentent sur la Nouvelle Réforme Apostolique afin de pouvoir déterminer si l’assemblée qu’ils fréquentent est sous son influence car les responsables d’églises ne veulent souvent pas reconnaître leurs liens avec elle.

 

Selon la N.A.R., l’Église de Jésus-Christ n’aurait pas prospéré durant les deux mille ans d’histoire du christianisme parce que les églises locales étaient dirigées par des pasteurs et des enseignants et non par des apôtres. Il fallait que se lèvent des nouveaux apôtres qui mettent en œuvre la réforme nécessaire pour changer les anciennes façons de penser et pour amener l’Église jugée obsolète vers une structure plus dynamique et plus pertinente. Le rétablissement des apôtres et des prophètes permettra aux églises qui se soumettront à un gouvernement apostolique de recevoir enfin les bénédictions prévues par Dieu. Ceci est très clairement expliqué dans le livre « La Culture de l’Honneur » de Dany Silk (pasteur à Bethel Church, Redding).

 

À côté de la Coalition Internationale des Leaders Apostoliques un nouveau groupe vient d’être formé, la « Coalition Internationale des Prophètes« . Ce groupe de prophètes a formé une alliance avec l’ICAL et partage sa « vision des 4 R » : Restauration de l’Église, Réconciliation, Réveil, Réforme. Cette nouvelle coalition des prophètes s’explique par la pratique de la N.A.R. d’associer les apôtres et les prophètes. Les prophètes reçoivent des nouvelle révélations, les apôtres les interprètent et élaborent ensuite des stratégies sur la façon de les appliquer dans les églises de leurs réseaux. Fait intéressant, quand on devient membre de la Coalition Internationale des Prophètes ont devient aussi automatiquement membre de la Coalition internationale des Leaders apostoliques. Selon la N.A.R., avoir un ministère de prophète donnerait donc automatiquement à quelqu’un la fonction d’apôtre.

 

Dans les années 2000, la restauration du ministère des apôtres a fait naître la notion de « refondation » de l’Église. Selon Peter Wagner, le « deuxième âge apostolique » aurait commencé en 2001, annonçant le changement le plus radical de la manière dont l’Église se fait depuis la Réforme. Son texte de présentation de la Conférence apostolique-prophétique de Brisbane de Février 2000 incluait la déclaration suivante :

« La Nouvelle Réforme Apostolique est un travail extraordinaire du Saint-Esprit qui change la forme du christianisme dans le monde. C’est vraiment un jour nouveau ! L’Église est en évolution. De nouveaux noms ! De nouvelles méthodes ! L’expression d’un nouveau culte. Le Seigneur est en train d’établir les fondations de l’Église POUR LE NOUVEAU MILLÉNAIRE. Cette fondation est construite sur les apôtres et les prophètes… »

 

Cet enseignement, qui est soutenu par de nombreux leaders néo-pentecôtistes, ( en France : Assemblées de Dieu de France ) n’est pas biblique. Dieu continue de bâtir Son Église mais ne pose pas de nouvelles fondations, à moins que nous soyons bien entrés dans un autre âge comme le clame Peter Wagner. Les apôtres et les prophètes ont été choisis par Dieu pour jeter les bases de l’Église, mais ils ne sont pas le fondement sur lequel ces bases ont été posées. La véritable Église est fondée sur Jésus-Christ seul :

« Selon la grâce de Dieu qui m’a été donnée, j’ai posé le fondement comme un sage architecte, et un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus. Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ. » (1 Cor 3:10-11)

 

3)      L’apôtre : un sacerdoce au‐dessus du sacerdoce universel des croyants

 

Peter Wagner définit un apôtre comme « un leader chrétien qui est doué, enseigné et mandaté par Dieu avec l’autorité pour établir le gouvernement fondamental de l’Église dans une sphère assignée de ministère en entendant ce que l’Esprit dit aux églises et en mettant les choses en ordre en conséquence pour l’avancement du Royaume de Dieu ».

La Parole de Dieu nous enseigne que chaque véritable chrétien, né de nouveau, est un sacrificateur de Dieu (1 Pierre 2:9). Cependant, les leaders de la Nouvelle Réforme Apostolique proposent un sacerdoce au‐dessus du sacerdoce universel des croyants. Cela fait que tous les chrétiens sont dans la dépendance des « nouveaux apôtres« , qui sont censés avoir « accès à l’abondante révélation de Dieu » et auxquels il faut se soumettre.

 

Ils s’appuient sur un texte de l’Écriture pour dire que Dieu va restaurer toutes choses pour que Christ puisse revenir :

« Jésus Christ, que le ciel doit recevoir jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes » (Actes 3:21).

 

Ils assurent qu’une Réforme est nécessaire en vue de cette restauration, et qu’elle doit être mise en œuvre par une élite très ointe, les nouveaux apôtres, et comme ils disent : « il faut reconstruire le manteau apostolique de la nation », pour conquérir les nations et posséder la terre. Ces apôtres prétendent avoir une fonction aussi importante que celle des douze, sinon plus.

 

D’après une conversation que Bob Jones (décédé) aurait eue avec l’apôtre Paul, « Paul tenait beaucoup à parler aux apôtres et prophètes des derniers temps plus que les apôtres et prophètes des derniers temps auraient tenu de parler à Paul… et les saints du Nouveau Testament attendraient en file pour saluer les apôtres venant de cette génération ». Rick Joyner reprend ses paroles : « les temps les plus glorieux de toute l’histoire sont venus sur nous maintenant. Vous qui avez rêvé un jour de pouvoir parler avec Pierre, Jean et Paul, vous allez être surpris de constater qu’ils ont tous attendu de vous parler ! »

 

Les apôtres et les prophètes d’Éphésiens 4:11 n’ont pas la même fonction que ceux d’Éphésiens 2:20 qui ont posé les bases de l’Église, et c’est là que Peter Wagner et ses partisans font leur erreur. Pour eux, les apôtres d’aujourd’hui ne diffèrent en rien des douze dont le ministère apostolique est unique.

 

Leur compréhension de ce qu’est un apôtre comporte un degré de hiérarchie au‐dessus du troupeau. Elle ne diffère pas dans son essence de celle de l’Église Catholique. Voici ce qu’ils disent  :

« L’apôtre d’aujourd’hui doit poser les fondements doctrinaux dans les églises et les pasteurs des églises doivent suivre cette même ligne. L’apôtre est au‐dessus du pasteur ou des anciens des églises, et les dirige. » (Guillermo Maldonado)

« Nous apôtres, avons été appelés à poser les fondements nouveaux d’une Nouvelle Ère ; les fondements pour l’aube de l’ère du Nouveau Royaume. Nous sommes dans les douleurs de l’enfantement préalables à la naissance d’un Nouvel Ordre. » (Bill Hamon cf Christian International)

 

L’apôtre nous est présenté comme étant au‐dessus des anciens ou pasteurs. En analysant ces déclarations, on comprend que la N.A.R. est l’instrument pour transformer l’Église en une entité hiérarchique et pyramidale, qui aidera à implanter une nouvelle dispensation ou un « Nouvel Ordre ». Bill Hamon a dit :

« Les apôtres et les prophètes des derniers jours qui sont vivants aujourd’hui feront passer l’Église de la transition de la dispensation de la grâce à la dispensation du Royaume, de la dispensation de l’Église morte à l’Église immortelle. »

 

Un apôtre serait un commandant militaire envoyé par Dieu pour changer l’atmosphère spirituelle d’un pays ou d’un continent. Les nouveaux apôtres déclarent qu’ils sont des oints spéciaux pouvant « décréter dans les airs » d’un pays ou d’une région pour que ce soit moins difficile d’y apporter l’Évangile. Ils disent qu’ils sont « les bâtisseurs du Royaume ». Dieu leur révèle des vérités pour qu’ils les fassent connaître au peuple. Ce sont eux qui « activent les dons spirituels des saints », et partout où ils vont, « Dieu accélère les choses ». En fait, ils se font des médiateurs entre Dieu et Son peuple. Ces apôtres enseignent des « nouvelles révélations » pour édifier l’Église, mais c’est comme ça qu’ont commencé les sectes comme les Témoins de Jéhovah ou les Mormons.

 

4)      La théologie de la Domination ou « Dominionisme »

 

La Théologie de la Domination, également connue comme le Reconstructionnisme chrétien, interprète la mission de « faire de toutes les nations des disciples » comme la christianisation des pays au lieu de l’évangélisation des personnes. L’Histoire en a démontré tous les effets pervers : conquêtes, guerres, croisades, persécutions… Malgré l’échec de l’expérience totalitaire de Calvin à Genève, les Reconstructionnistes croient qu’en appliquant les lois de l’Ancien Testament et les principes du Nouveau Testament, le monde sera transformé par les chrétiens. Le Reconstructionnisme chrétien fait partie du mouvement Néo-Calviniste et a été popularisé par Rousas Rushdoony et son gendre, Gary North.

 

Depuis les années 1980, un groupe Reconstructionniste appelé Coalition on Revival a incité les Évangéliques conservateurs à chercher à transformer les États-Unis en nation chrétienne en utilisant le processus politique. Bien que les Reconstructionnistes et le monde charismatique soient éloignés théologiquement, les croyances dominionistes des deux camps les a rassemblés. La Théologie de la Domination a refait son apparition, avec une modernisation de son concept, et une spiritualisation de son message par des ministères influents dans le monde néo-pentecôtiste. On trouve parmi les principaux porteurs de cette vision : Peter Wagner, Bill Johnson, Rick Joyner, Paul Cain, Bill Hamon, Chuck Pierce, Todd Bentley, Tommy Tenney, Mike et Cindy Jacobs, Chuck Colson, Jill Austin, Mike Bickle, Loren Cunningham… ainsi que d’autres ministères sympathisants, y compris en France.

 

Ils ont pris le texte de Matthieu 28:19-20 : “Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit… » pour dire qu’il s’agit de christianiser les nations. C’est absurde car on ne peut pas transformer une nation en “disciple”, et encore moins la baptiser. Il s’agit d’une nouvelle façon de faire comprendre l’Évangile, ce qui est l’objectif principal de la N.A.R., en remplaçant le salut individuel par un salut global. Ern Baxter avait dit en 1975 :

« Nous avons le Salut individuel – mais dans la nation, nous avons le Salut corporatif… Le peuple de Dieu va commencer à gouverner et il va prendre la domination sur la puissance de Satan. »

 

La Théologie de la Domination, ou « Dominionisme« , a la prétention de changer la compréhension et l’expression du christianisme. On retrouve les traces de son inspiration dans de nombreux ouvrages chrétiens, souvent des best-sellers, qui influencent les enseignements donnés dans les églises.

 

Le Dominionisme repose sur trois convictions fondamentales :

1). Satan a usurpé la domination de l’homme sur la terre au moyen de la tentation d’Adam et Ève.

2). L’Église est l’instrument de Dieu pour reprendre la domination à Satan.

3). Jésus ne peut pas, ou ne veut pas revenir, tant que l’Église n’a pas établi sa domination en obtenant le contrôle du gouvernement et des institutions sociales terrestres.

 

Selon cette théorie, tout ce qu’Adam possédait, y compris le titre de propriété de la planète avec sa position de domination, est devenu une partie du butin du diable. Satan avait les clés de l’autorité sur la terre et Jésus est venu pour les lui reprendre. Il a délégué à l’Église le travail de reprendre à Satan le contrôle de la terre.

 

Une grande raison de la fin d’un réveil serait quand l’Église commence à regarder vers le retour du Seigneur au lieu de poursuivre une plus grande percée dans son mandat de domination. Désirer le retour du Seigneur est donc déconseillé. L’eschatologie du proche retour du Christ est remplacée par celle de la Domination, qui voit le concept de « Maranatha » comme une menace pour le réveil. L’espoir du retour imminent de Christ causerait une mentalité d’évasion qui fuit la responsabilité, alors qu’il nous conduit au contraire à témoigner plus sérieusement et à mener des vies plus saintes, sachant qu’il reste peu de temps pour le faire.

 

Lorsqu’il parlait du retour de Jésus, Peter Wagner ne croyait plus à l’enlèvement, d’après son interview à la radio avec Terry Gross :

« Je pense que le monde va aller de mieux en mieux, pas de pire en pire… Mais je ne vois pas comment cela (l’enlèvement) s’insère maintenant dans ce que Dieu nous montre… non, je ne crois pas à cela. »

 

Rick Joyner écrit :

« La doctrine de l’enlèvement fut une grande ruse efficace de l’ennemi, pour implanter dans l’Église une mentalité de défaite et de retraite. Mais il n’y parviendra pas. Ce joug a déjà été rejeté par la majorité de l’Église qui avance, et il sera bientôt rejeté par toute l’Église ». (The Harvest (La Moisson), brochure révisée)

 

Gerald Coates rejette la doctrine de l’enlèvement de la façon suivante :

« L’enlèvement peut être la doctrine la plus agréable pour les lâches, mais il n’est rien de mieux que de l’espoir vain et doit être relégué au domaine du mythe et de la fantaisie. »

 

La Parole de Dieu nous a prévenus en 2 Pierre 3:3-4 que « dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, et disant : Où est la promesse de son avènement ? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création. »

 

Le Dominionisme est rarement présenté ouvertement car peu d’évangéliques pourraient reconnaître le mot « Dominionisme » ou sauraient ce qu’il signifie. C’est parce que d’autres terminologies ont été développées pour faire passer ce concept en douceur et que cette stratégie s’est révélée efficace, que cette théologie a atteint la majorité des dénominations évangéliques. Le désir de réconcilier évangélisation des personnes et transformation de la société a fait peu à peu l’unanimité dans beaucoup de dénominations.

 

Dans les milieux chrétiens américains où il est enseigné, le Dominionisme a clairement pour objectif de prendre le contrôle du gouvernement. C’est pour cela qu’on soupçonne certains évangéliques de travailler à l’instauration d’une théocratie, ce qui est évidemment rejeté par la société laïque, dont les médias traquent les leaders chrétiens aux discours dominionistes, comme ceux de Bill Hamon :

« Maintenant commençons à prier ardemment que la Domination totale de Son Royaume soit établie effectivement sur toutes les nations et tous les peuples de la terre […] Ils prieront et déclareront que c’est le temps pour que soit établi le Royaume de Dieu sur toute la terre par l’autorité et le ministère délégué de l’Église de Christ. »

 

La Théologie de la Domination dénigre l’Évangile du Salut au profit de celui du Royaume. Os Hillman, président de l’organisation Marketplace Leaders, écrit ceci dans un article intitulé « The Gospel of Salvation vs. The Gospel of the Kingdom » sur son site internet :

« Jésus n’est pas venu pour nous donner simplement un billet vers le Ciel. Il est venu pour nous apporter beaucoup plus, le Royaume de Dieu sur la terre. Nulle part dans la Bible vous trouverez le terme l’Évangile du Salut. »

Pourtant Paul a bien écrit aux Éphésiens « l’Évangile de votre salut » (Éphésiens 1:13).

 

D’après l’article d’Os Hillman :

 

 

L’Évangile du Salut :

– s’adresse uniquement à l’âme,

– n’a un impact que sur les individus,

– a un objectif céleste,

– rend passif en donnant une mentalité d’évasion,

– met l’accent sur l’évangélisation.

L’Évangile du Royaume :

– s’adresse à la fois au corps et à l’âme,

– a un impact sur tous les aspects de la société,

– a un objectif matériel, social, terrestre,

– a une influence par le biais d’une foi active,

– met l’accent sur la domination de la terre.

 

 

L’Évangile du Salut ne serait qu’une partie de l’Évangile du Royaume de Dieu et non son message principal :

« Alors qu’il n’y a qu’un seul Évangile, Os fait remarquer que l’Évangile que nous avons prêché principalement sur toute la terre met l’accent sur le Salut individuel. L’Évangile du Salut rachète des âmes, mais rachète seulement indirectement les institutions économiques, éducatives, politiques ou artistiques. L’Évangile du Royaume, en revanche, inclut l’Évangile du Salut, mais englobe le plus large et plus ambitieux projet d’enseignement pour sauver des nations tout en prêchant pour sauver des âmes. Faire des disciples de groupes entiers de peuples et de nations est le but final. » (Commentaire de Lance Wallnau sur le livre « Change Agent » (Agent de Changement) d’Os Hillman)

 

Les Dominionistes ont sélectionné leurs leaders pour les entraîner à devenir des « agents de changement » pour la « transformation » de la société.

 

5)      L’enseignement du « Royaume Maintenant »

 

La Théologie de la Domination est l’aspect principal de la théologie du « Royaume maintenant« , qui se développe depuis une trentaine d’années et voit grandir sa popularité. Certains prédicateurs disent que le Royaume de Dieu commence maintenant et qu’il n’est pas question d’attendre le Royaume céleste. Extraits de la newsletter de la Coalition Internationale des Apôtres d’avril 2013 :

« Le travail de l’assemblée des anciens est d’établir l’unité spirituelle et le sacerdoce de tous les croyants en Christ. Leur objectif est d’établir le Royaume de Dieu sur terre ».

 

Jésus a dit : « Mon Royaume n’est pas de ce monde. Si mon Royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne fusse pas livré aux Juifs ; mais maintenant mon Royaume n’est point d’ici-bas » (Jean 18.36). Il a dit à ses disciples : « Je m’en vais vous préparer une demeure dans la maison de mon Père« , ce qui voulait dire que la vraie place de ses disciples n’est pas sur terre.

 

Voici quelques citations de l’occultiste Alice Bailey montrant que ses enseignements Nouvel Âge sur le royaume de Dieu ressemblent étrangement à ceux du « Royaume Maintenant » :

« Christ… est venu fonder le royaume de Dieu sur la terre… Sa mission n’a pas échoué. Le royaume est maintenant organisé sur la terre. »

« Il est temps que l’Église se réveille à sa vraie mission, qui est de matérialiser le royaume de Dieu sur la terre, aujourd’hui, ici et maintenant. Le temps est passé où nous pouvons mettre l’accent sur un royaume futur et à venir. Les gens ne sont plus intéressés par un possible état céleste ou un probable enfer. Ils ont besoin d’apprendre que le royaume est ici et doit s’exprimer sur la Terre. »

« C’est la deuxième naissance et, à partir de ce moment, la vision s’accroît avec le pouvoir… Le Christ est en train de naître aujourd’hui dans de nombreux êtres humains, et les fils de Dieu apparaîtront de plus en plus dans leur vraie nature, pour prendre en charge la direction de l’humanité dans le Nouvel Âge. » (Référence à Jean 3:3)

« Le royaume de Dieu tant attendu est simplement l’apparition sur la terre d’hommes dont l’âme est contrôlée dans la vie quotidienne et à tous les stades de ce contrôle. »

 

Alice Bailey a également déclaré que, lorsque le royaume de Dieu serait restauré, il unifierait toutes les confessions. Il n’y a aucune distinction entre les objectifs des adeptes du Nouvel Âge qui préparent un royaume utopique sur terre et ceux des apôtres et prophètes qui veulent établir le Royaume de Dieu sur terre.

 

La théologie du « Royaume maintenant » est séduisante parce qu’elle nous fait comprendre que notre destinée est de régner. Jésus nous a donné l’autorité pour combattre les œuvres du diable, mais ça ne veut pas dire régner sur la terre. D’une manière ou d’une autre, la plupart des chrétiens néo-pentecôtistes ont subi l’influence du mouvement dit de « la Restauration ». Ses prédicateurs ne prêchent pas sur la nécessité de la repentance et de la nouvelle naissance, ni sur la sanctification, ce qui explique pourquoi ils font un grand nombre d’adeptes.

 

Les représentants du « Royaume Maintenant » visent la christianisation de toute la société, ce qui n’est pas à confondre avec l’ordre missionnaire et l’édification de l’Église. Ils ont pour premier objectif l’établissement d’une société parallèle (écoles, hôpitaux, aides aux personnes âgées, etc.), mais ils espèrent aussi parvenir petit à petit à prendre en main le pouvoir politique dans tous les pays. Comme exemple, ils citent la christianisation de l’empire romain au 4ème siècle, ou celle des Pays-Bas avec le théologien Abraham Kuyper qui a été premier ministre de 1901 à 1905.

 

Dans un de ses ouvrages, le Dr Gary North écrit sur la situation dans la République américaine en l’an « quarante mille deux cent cinquante-cinq » après J.C. : alors seuls des chrétiens nés de nouveau pourront assumer des fonctions gouvernementales, les églises chrétiennes dirigeront les écoles, on pratiquera l’esclavage « volontaire » et toute l’administration sera privatisée ; pour beaucoup de délits ce sera la peine de mort et l’on aura rayé de la Constitution la liberté religieuse et la tolérance, etc… Cette description de Gary North est typiquement postmillénariste, car les postmillénaristes croient qu’il viendra un temps où toutes les nations deviendront disciples de Christ et qu’avant le retour de Jésus-Christ, il y aura une domination chrétienne mondiale. De pareilles pensées s’opposent aux déclarations de Jésus appelant son Église un « petit troupeau ».

 

Cette doctrine demande la mise en place d’une théocratie mondiale. Pour changer la société et pour imposer aux nations des lois bibliques, il faudrait un gouvernement mondial établi par des chrétiens (l’empire politico-religieux Catholique a failli atteindre ce but autrefois). Un tel système exige l’obéissance à la Loi. D’ailleurs, les mouvements chrétiens qui veulent transformer le monde actuel veulent reproduire de près la Loi de l’Ancien Testament. La théocratie que le Reconstructionniste Rushdoony préconisait devait même appliquer la peine de mort en cas de désobéissance aux commandements de Dieu. Les adeptes du « Royaume Maintenant » espèrent ressusciter la Loi et en faire le fondement de l’âge nouveau de justice et de paix promis par l’Ancien Testament. Pour eux, seule une christianisation du monde débouchera sur le salut planétaire. Mais la Parole de Dieu ne prédit pas que le monde vivra un temps d’obéissance universelle avant le retour de Christ, au contraire les nations se conformeront aux plans sataniques de « la Bête » (Apocalypse 13:3-4).

Pour étayer leur prétention à établir le Royaume de Dieu sur terre, les leaders du « Royaume Maintenant » sont obligés d’usurper les promesses de l’Ancien Testament faites par Dieu à la nation d’Israël pour les appliquer à l’Église. Ils ne font pas assez de distinction entre la vocation de l’Église chrétienne et les bénédictions particulières concernant Israël.

Cette doctrine fait perdre de vue le retour du Seigneur parce qu’elle met l’accent sur un triomphe terrestre de l’Église. Comme il y aura de longues années de règne victorieux précédant le retour du Seigneur, les Chrétiens n’ont plus besoin de « veiller et de prier » afin d’être prêts pour ce grand Jour. La doctrine du « Royaume Maintenant » promet à l’Église un triomphe final, et non les tribulations des temps de la fin annoncées par les prophéties bibliques. Elle pousse ainsi les chrétiens à être négligents. Dans son message « La Théologie du Royaume Maintenant : Le Mensonge Laodicéen », David Wilkerson a écrit :

« Ils tournent maintenant en ridicule l’idée que les croyants puissent « être changés en un clin d’œil » (1 Corinthiens 15 :51-52). Ils ont relégué le retour du Seigneur à un lointain avenir et leur premier souci n’est pas ce que Christ fait mais ce que l’Église fait. L’intérêt présent n’est pas interne mais externe : faire rentrer de nouveaux membres, grandir en influence et établir un Royaume terrestre« .

 

Les leaders du « Royaume Maintenant » enseignent que le mal doit être lié et que les justes doivent dominer dès la première venue du Seigneur, ce qui change du tout au tout notre compréhension du Livre de l’Apocalypse et des autres prophéties sur les temps de la fin. Pour eux, le retour de Christ aura lieu après le règne de justice et de paix. Jésus ne peut pas revenir tant que tous Ses ennemis (y compris la mort) ne seront pas sous les pieds de l’Église. Dans le temps présent, ils ne s’attendent donc pas à des tribulations, mais au contraire à un triomphe. Cette vision ouvre la porte à bien des périls, car si les adeptes du « Royaume Maintenant » ignorent le calendrier prophétique véritable, il se peut très bien qu’ils ouvrent les bras à l’Antéchrist en le prenant pour le Christ.

 

Un site web nommé ElijahList (La Liste d’Élie), qui est devenu un creuset pour la plupart des prophètes et des apôtres d’aujourd’hui, a publié ceci le 21 novembre 2008 :

« Jésus revient pour une Épouse. Pour ce faire, la moisson doit être rentrée et « nettoyée ». Il ne revient pas pour une Épouse qu’Il doit guérir et rassembler comme un puzzle dans le ciel. Il est de retour pour une Épouse dont le corps est proportionnellement égal à sa tête, et dont les parties travaillent ensemble en coordination. Elle est appelée un ‘Église glorieuse, sans tache ni ride’ (voir Éphésiens 5:27) dans l’Écriture. » (Bill Johnson, « Apostolic Teams »)

 

Christianiser et purifier le monde entier ne peut pas être atteint par les églises prises une à une, il est donc impératif que toutes les dénominations s’unissent. La doctrine du « Royaume Maintenant » exige l’unification religieuse, ce qui implique le renoncement aux différences doctrinales et l’association avec les Catholiques et les Libéraux pour l’évangélisation du monde.

 

Les leaders du « Royaume Maintenant » militent clairement pour un œcuménisme large, qui peut inclure par exemple des Mormons, dont certains seraient de vrais chrétiens selon Rick Joyner. Son œcuménisme n’est pas étonnant puisqu’il est devenu Chevalier de l’Ordre de Malte, un ordre catholique dirigé par un Grand Maître ayant le rang de cardinal. Pour faire partie de cet ordre il fallait être un Catholique pratiquant, mais cette condition n’est apparemment plus nécessaire, étant donné que Rick Joyner n’est pas un simple membre, mais qu’il fait même partie du tribunal religieux de cette organisation.

 

Un article de Charisma du 25/03/2015 explique que Chuck Pierce a donné un « manteau » au Mormon Glenn Beck. Dans l’Ancien Testament, c’est de cette façon qu’un prophète communiquait son onction, comme Élie dans 1 Rois 19:19. Chuck Pierce a dû donner une explication pour justifier son acte face aux réactions négatives de la part de nombreux chrétiens, mais celle-ci n’est pas très convaincante.

Lou Engle avait invité les catholiques à assister à l’événement « Azusa Now » organisé le 9 avril 2016 par « the Call » (l’Appel), dont il est le fondateur. Devant un public enthousiaste de plus de 100.000 personnes, le catholique Matteo Calisi a embrassé ses pieds en se prosternant devant lui dans un geste de réconciliation entre Protestants et Catholiques, et Lou Engle a fait la même chose. Matteo Calisi est le fondateur de l’organisation « Unis en Christ » visant l’œcuménisme. Il a dit que la division entre chrétiens était un péché « diabolique » et que Jésus ne se souciait pas des désaccords sur la doctrine.

 

Ainsi, ceux qui se battent pour la saine doctrine font face à la plus grande condamnation de la part des leaders de la Nouvelle Réforme Apostolique. Rick Joyner écrit :

« Certains de ceux qui ont été grandement utilisés par Dieu dans le passé sont devenus trop rigides dans l’accent doctrinal… Ceux qui sont liés par doctrine… vont rapidement être arrachés. »

 

Pour établir une domination au plan mondial, il faut que les enseignements du « Royaume Maintenant » soient uniformes et universels, ce qui implique obligatoirement l’obéissance de tous ceux qui se rallient à cette doctrine. Ce mouvement introduit un système de leadership et de lourd discipolat ; celui-ci devra s’assurer que tous les chrétiens se plient devant les autorités et soient empêchés de dévier de l’enseignement qu’ils reçoivent. Les chrétiens ne le voulant pas se trouveraient de ce fait exclus du Corps de Christ. Effectivement, certains groupes enseignent déjà que tous ceux qui sont à l’extérieur du système d’églises (dénominationnelles ou non) sont en dehors du Royaume de Dieu. Ils sont convaincus que ces chrétiens ne font pas partie du Corps de Christ, et que pour cette raison ils ne sont pas sauvés : « en dehors de l’Église (institution), point de salut ».

 

La doctrine du « Royaume Maintenant » est près de remplacer Jésus-Christ par Son Corps, l’Église. Les attributs, les capacités et l’autorité de Jésus sont transférés sur Son Corps terrestre visible. Ses fonctions de Chef, de Berger et de Roi sont attribuées aux leaders de l’Église, qui se considèrent comme ses épaules (Esaïe 9:5) et le gouvernement de l’Église. Cet enseignement produit l’arrogance humaine, les rivalités, et elle remplace l’obéissance à Dieu par l’obéissance aux hommes. Le mouvement actuel est un système hybride, amalgamant la Domination à la manière Catholique Romaine, l’amillénarisme libéral, le postmillénarisme et la doctrine des « Fils de Dieu Manifestés » que nous verrons plus loin et qui a fortement influencé le mouvement Néo-Pentecôtiste.

 

Beaucoup de chrétiens ont eu une amère expérience dans les communautés adhérant au mouvement du « Royaume Maintenant ». Derrière les visages souriants, les grandes embrassades et la belle louange, il y a un esprit de domination qui ne fait pas de cadeau à tous ceux qui s’écartent de la ligne officielle. Si quelqu’un émet des réserves sur ce qui est prêché, il est écarté par les responsables de l’assemblée qui vont l’empêcher d’y avoir une participation active. Et si un membre du leadership n’est pas d’accord avec la nouvelle direction que prend l’assemblée, on lui fera comprendre qu’il serait bien pour lui de démissionner de son poste de leader. Dans ce système, il y a un climat qui favorise les convoitises et les maltraitances spirituelles. Il s’y trouve beaucoup de chrétiens sincères, mais malheureusement ils ne sont pas pleinement éclairés sur ces questions.

6      Le mandat des Sept Montagnes

 

Beaucoup d’apôtres et de prophètes de la Nouvelle Réforme Apostolique ont prétendu que Dieu leur avait révélé une nouvelle stratégie pour prendre la domination sur les nations. Cette stratégie a commencé avec une interprétation de Genèse 1:28 qui incluait un mandat pour les chrétiens de contrôler tous les aspects de la société. L’idée a émergé en 1975 lorsque Bill Bright, fondateur de Campus Crusade, et Loren Cunningham, fondateur de Jeunesse en Mission, ont déclaré avoir eu chacun une vision de Dieu. Bill Bright a eu une vision de sept montagnes et Loren Cunningham une vision de sept modèles ou moules, et leur vision commune est devenue celle des « Sept Montagnes » ou sphères de pouvoir à dominer. Les promoteurs du mandat des Sept Montagnes soutiennent que la bête dont les sept têtes sont des montagnes représente la structure de la société elle-même. Le mandat des Sept Montagnes fait l’apologie d’une nouvelle manière d’envisager le christianisme, qui pousse les chrétiens à s’engager à fond dans tous les niveaux du système de ce monde afin de le changer de l’intérieur. Il les exhorte à reconquérir les sept secteurs de la société qui forgent la façon de penser et de se comporter : la Famille, l’Éducation, la Politique, les Affaires, les Médias, les Arts et la Religion. Ceux qui suivent le mandat des Sept Montagnes parlent « d’occuper » les montagnes, « envahir » la culture et « transformer » la société. Les piliers de la société étant sous l’influence du diable, les chrétiens doivent changer cela en prenant le contrôle des institutions clés. Ce mandat est enseigné par les leaders de la Nouvelle Réforme Apostolique comme Johnny Enlow et Os Hillman, mais c’est surtout Peter Wagner qui l’a rendu populaire, et Lance P. Wallnau en est le principal enseignant. Bien que ces leaders nient que le mandat des Sept Montagnes ait pour objectif de prendre le contrôle de la société, leurs écrits le font clairement comprendre. La pensée dominioniste étant devenue un courant dominant parmi les évangéliques américains, le mandat des Sept Montagnes est considéré par beaucoup comme une feuille de route pour transformer les États-Unis en un état chrétien.

 

Lance Wallnau soutient que, puisque les églises ont déjà une présence dans toutes les nations du monde, les chrétiens doivent maintenant se concentrer à influencer les systèmes de ces nations. Son enseignement est fondé sur l’application à l’Église de la promesse de Dieu envers Israël dans Deutéronome 28:12-14 d’être la « tête et non la queue” parmi les nations. C’est maintenant aux croyants de se positionner pour exercer le plus d’influence possible. Les enseignants du mandat des Sept Montagnes utilisent Ésaïe 2:2 pour tenter de soutenir leur vision : « Il arrivera, aux derniers jours, que la montagne de la maison de l’Éternel sera établie au-dessus des montagnes, et s’élèvera par-dessus les collines ; et toutes les nations y afflueront ».

 

Extraits du livre « The Seven Mountain Prophecy » (La Prophétie des Sept Montagnes) de Johnny Enlow :

« Apocalypse 5: 1-12 « Digne est l’Agneau immolé de recevoir le pouvoir et les richesses et la sagesse, et la force et l’honneur et la gloire et la bénédiction ».

Les 7 attributs de majesté que l’Agneau est digne de recevoir correspondent aux principaux piliers de chaque culture d’une nation ou d’une société. Lorsqu’il nous est dit de faire des nations des disciples, nous parlons de ces 7 piliers de la société que l’Agneau est digne de recevoir !

Le pouvoir parle du gouvernement. Les richesses parlent de l’économie. La sagesse parle de l’éducation. La force parle de la famille. L’honneur parle de la religion. La gloire parle de la célébration (les arts, les divertissements, le sport). La bénédiction parle des médias.

L’Agneau a été immolé, étant le sacrifice ultime, pour nous permettre de faire des nations des disciples (de les instruire) dans ces 7 fondations de la culture afin qu’en retour, nous les Lui rendions, accomplissant ainsi Apocalypse 11: 15 « Les royaumes de ce monde sont devenus les royaumes de notre Seigneur et de Son Christ, Il règnera éternellement ! » Notre Dieu est digne que tous les domaines de la société de chaque groupe de personnes se soumettent à Son règne de justice.

Ces 7 fondations de la culture ou secteurs de la société peuvent être appelées des montagnes. Dans Apocalypse 17 la prostituée est assise sur une bête avec 7 têtes qui correspondent à ces 7 montagnes. Cette entité démoniaque doit être ôtée de ces montagnes ou sièges de pouvoir. Jésus nous a confié cette mission ! Jésus qui est la tête de notre corps a déjà ôté le pouvoir à ces autorités et principautés démoniaques à la croix. Après être remonté dans les cieux, Il nous envoie Son Esprit pour que nous puissions accomplir notre mandat d’aller et de faire des nations des disciples. »

 

Os Hillman, dans « Reconquérir les 7 Montagnes de la Culture » (Marketplace Leaders Year in review, décembre 2007) :

« Aujourd’hui, une nouvelle tendance se dessine dans le mouvement de la foi au travail : l’idée que la culture est façonnée dans la société par sept sphères d’influence, ou montagnes. Elles comprennent les affaires, le gouvernement, les médias, les arts, la famille, la religion et l’éducation. Si, en tant que croyants sur notre lieu de travail, nous pouvons influencer chacun de ces domaines pour Christ, nous gagnerons la culture de notre nation. »

 

Peter Wagner, dans « Prends ta montagne » :

« Les sept Montagnes sont sept lieux de territoire primordial et stratégique qui vont façonner la pensée des pays. Celui qui s’empare de ces lieux élevés – un ou deux lieux – possède alors un effet de levier et peut façonner une nation entière. Et ceux qui s’emparent de ces lieux élevés sont un reste.

[…] Je me suis mis à enquêter à propos de l’influence gay, j’ai réalisé ceci : ils ont un programme, et il s’agit de prendre les hauts lieux. Ils savent que si on obtient de la légitimité au sein du gouvernement, dans les arts, dans les affaires, dans l’éducation, on peut changer la structure mentale des gens. Du coup, leur stratégie est de se positionner dans les hauts lieux, alors que les chrétiens sont encore à débattre à propos du rôle de l’Église dans le monde.

[…] Étant donné que toutes les alliances que Dieu a conclues avec l’humanité étaient des alliances en vue de la domination du monde, il ne fait aucun doute que la Nouvelle Alliance comprend le même mandat […] pourquoi Jésus donnerait-il à ses disciples le mandat de faire de toutes les nations des disciples, si l’Antichrist et la Bête de l’Apocalypse s’apprêtaient à prendre la domination sur ces nations ? Seule, l’Épouse rachetée du Christ détient le mandat de l’autorité venant de Dieu pour faire une chose pareille ! »

 

Chuck Pierce, sur son site internet :

« Le Royaume de Dieu, c’est ici et maintenant ! Les 7 montagnes de la société doivent être influencées et dominées par le Royaume de Dieu. »

 

C’est le pasteur et homme d’état néerlandais cité précédemment, Abraham Kuyper (1837-1920), qui est à l’origine de cette vision d’investir des sphères telles que la politique, la science, l’art, la famille et l’économie. Peter Wagner et les autres promoteurs du mandat des 7 Montagnes n’ont rien inventé, mais ils ont remis au goût du jour cette conception Néo-Calviniste au sein de la Nouvelle Réforme Apostolique en lui donnant une forme prophétique. Selon eux, la conquête des 7 montagnes doit conduire à la victoire sur les ennemis de Christ, sur tous les terrains où ils sont aujourd’hui implantés. Dans l’Évangile, les chrétiens sont appelés à être des lumières dans le monde (Mat. 5:14) mais il n’y a aucune exigence de prendre la tête des systèmes du monde pour faire venir le royaume de Christ.

 

Pour les promoteurs du mandat des 7 Montagnes, le vrai réveil inclut la réforme de notre culture et de la société, et ce mandat est devenu la caution servant à « discipliner » les nations, c’est-à-dire à les considérer avec leurs cultures comme des entités qu’il s’agirait de convertir. Ils essaient donc de les transformer en ciblant leurs institutions, car ils sont plus intéressés par la réforme de la société que par la prédication de l’Évangile du salut. Leur but principal n’est pas de sauver les âmes, mais la culture.

 

Johnny Enlow écrit le 18 juin 2015 sur ElijahList :

« Dans mon livre, The 7 Mountain Mantle: Receiving the Joseph Anointing to Reform Nations (Le Manteau des 7 Montagnes : Recevoir l’Onction de Joseph pour Réformer les Nations), j’écris beaucoup dans ce chapitre au sujet des Joseph à venir qui se lèveront dans chaque montagne et joueront un rôle déterminant dans la réforme de la société. »

« … Nous assisterons maintenant à une accélération significative du changement dans tous les domaines de la culture, alors que de nombreux « shining ones’ (qui brillent : terme utilisé dans le Nouvel Âge) se lèveront comme jamais auparavant. »

 

Le pasteur Tim Keller parle du concept de « rachat de la culture » dans son livre Center Church. Chuck Colson embrasse lui aussi cet enseignement : « Racheter la culture est la mission perpétuelle de l’Église » (Breakpoint). Mais ce sont les gens qui ont besoin de rédemption, pas la culture. Le changement culturel peut arriver, mais il n’existe aucune déclaration dans les Écritures qui donne un « mandat culturel » aux chrétiens ou qui leur demande de racheter la culture. Le seul texte de l’Ancien Testament utilisé pour soutenir cette thèse, Genèse 1:26-28, a été donné à Adam avant la chute. Il n’existe aucun texte du Nouveau Testament qui la soutienne, ce que Colson admet lui-même à la page 296 de son livre « How Now Shall We Live » (Comment nous allons vivre maintenant). Comme il s’est rendu compte que cette grande tâche de restauration de la culture ne pourra être accomplie sans s’unir avec toutes les dénominations chrétiennes (même celles qui embrassent une doctrine et des pratiques contraires à la parole de Dieu), Chuck Colson a été un promoteur des documents « Évangéliques et Catholiques ensemble ».

 

L’idée que les chrétiens doivent s’efforcer de racheter les cultures, ainsi que la conviction que le salut de l’individu n’est que la moitié de l’Évangile de Jésus Christ, sont des menaces pour le vrai Évangile. Le mandat pour la mission a été transformé en une exhortation à investir les sphères qui composent la société pour accéder aux leviers d’influence. On ne peut qu’adhérer à l’exhortation pour une implication accrue des chrétiens dans leur sphère d’influence, mais il en est autrement d’une vision qui transforme la mission d’annoncer Christ en conquête du Monde pour Christ. De plus, cela met un fardeau énorme sur les épaules des croyants qui doivent être performants et progresser dans leur sphère pour préparer le retour de Jésus.

 

Le mandat des 7 Montagnes est déjà devenu un point de ralliement unificateur parmi les évangéliques de nombreux camps théologiques divers. L’Appel, dirigé par Lou Engle, est connecté avec de nombreuses organisations évangéliques traditionnelles comme Campus pour Christ. Lou Engle a fait l’objet d’une controverse au sujet de la peine de mort pour les homosexuels en Ouganda. En mai 2010, il s’était rendu en Ouganda pour un rassemblement de L’Appel, durant lequel il avait loué les efforts du gouvernement ougandais dans sa lutte contre l’homosexualité. Suite à une campagne à Kampala de trois prédicateurs américains en 2009, un député ougandais avait proposé de criminaliser l’homosexualité au point de requérir la peine de mort pour les cas « d’homosexualité aggravée ». L’un des cerveaux de ce projet de loi, l’apôtre Julius Oyet, promoteur du mandat des 7 Montagnes, justifiait l’application de la peine de mort sur la base de l’Ancien Testament et au nom de l’idée de « nation chrétienne ». Suite à la controverse qu’il avait suscitée, Lou Engle a déclaré s’être opposé à ce projet de loi, mais il n’a pas dénoncé la criminalisation de l’homosexualité. Ce fait troublant met en lumière les objectifs internationaux et la nature radicale du mandat des 7 Montagnes.

 

Pour les partisans de ce mandat, c’est la conquête des 7 Montagnes qui va conduire à la victoire sur les ennemis de Dieu. Il faut que les chrétiens reprennent en charge les systèmes de ce monde qui sont sous le pouvoir de Satan de telle sorte qu’un jour « les royaumes de ce monde seront devenus les royaumes de Dieu » (selon leur interprétation d’Apocalypse 11:15). Puisqu’ils croient que l’Église va s’emparer du monde et de ses royaumes avant le retour de Christ, ils ont une interprétation de la Fin des Temps sans Antichrist et sans enlèvement. Pour Lance Wallnau par exemple, la signification de 666 dans la Bible n’est pas la marque de la bête, mais « 666 dans l’histoire a été la signature du moment de l’invasion de l’Allemagne nazie par les alliés », car « le jour J a eu lieu en Normandie, à la 6ème heure du 6ème jour du 6ème mois ».

 

Mais les 7 montagnes représentées par les 7 têtes de la Bête sur laquelle est assise la Prostituée vont s’écrouler, puisque la Bête va à la perdition selon Apocalypse 17:8 et 11. Pourquoi vouloir conquérir des montagnes qui sont destinées à être détruites ? Et l’Apocalypse nous montre clairement qu’à la fin des temps les montagnes du système babylonien n’auront pas été conquises par l’Église, mais seront encore sous le contrôle de Satan.

 

Bill Hamon,(christian international) lui, affirme que c’est l’Église qui va faire tomber Babylone :

« Les apôtres et prophètes de la sainte Église de Dieu auront un ministère de collaboration entrainant la formidable chute de Babylone la grande. Leur autorité dépassera tout ce que nous avons vu de nos jours. » (Bill Hamon, Apôtres Prophètes et les Mouvements de Dieu qui arrivent)

 

Or, c’est Dieu qui détruira Babylone. La Bible ne dit pas que c’est l’Église qui le fera :

« … le Seigneur Dieu qui l’a jugée. » (Apocalypse 18:8)

« … Car Dieu vous a fait justice en la jugeant. » (Apocalypse 18:20).

 

Dans le monde évangélique charismatique, peu de voix se sont élevées pour dénoncer le manque de fondement biblique du mandat des 7 Montagnes. Le pasteur Jean-Marc Thobois l’a fait dans un article du 8 janvier 2017 sur le site internet « Le Sarment ». Dans cet article intitulé « Le Royaume maintenant…, une dangereuse illusion ! » il écrit que « la prise de contrôle des leviers de pouvoir par l’Église est éminemment dangereuse ».

 

2)      Les Fils de Dieu Manifestés et l’Armée de Joël

 

Le mouvement de la « Pluie de l’Arrière-Saison«  a commencé au Canada par un réveil au sein des églises Pentecôtistes à la fin des années 40 et s’est répandu aux États-Unis. Beaucoup d’enseignements de la Nouvelle Réforme Apostolique trouvent leur origine dans la doctrine des « Fils de Dieu Manifestés« , enseignée par des hommes issus de ce mouvement, comme George Warnock, Earl Paulk et Paul Cain. Une de leurs principales révélations était que l’Église devait cesser de croire à l’enlèvement des chrétiens. Bien qu’ils n’aient pas été acceptés à l’époque par la plupart des églises de la Pluie de l’Arrière-Saison, ces enseignements ont pourtant été attribués à ce mouvement, et on confond Fils de Dieu Manifestés avec Pluie de l’Arrière-Saison. Paul Cain a refait surface dans les années 90 avec les « prophètes de Kansas City » : Rick Joyner, Mike Bickle, Bob Jones, etc…, et les enseignements des Fils de Dieu Manifestés ont été réintroduits sous une autre forme et ont fini par être adoptés par de nombreux leaders de la Nouvelle Réforme Apostolique.

 

Un siècle après la Réforme, la mystique anglaise Jane Leade avait prophétisé la venue d’une Église d’élite qui serait au-delà de tout ce qui s’était déjà vu. Cette Église serait l’incarnation du Christ sur terre alors que Christ demeurerait au ciel jusqu’à ce qu’elle soit rendue parfaite. George Warnock a enseigné la même chose :

 

« O l’immensité de ces mots ! Et de plus, Christ restera là où il se trouve, à la droite de Dieu jusqu’à ce qu’émerge un groupe de vainqueurs qui défera tous les ennemis de Dieu […] Or la majorité des Chrétiens s’attendent à un enlèvement à tout instant, où le Christ vient à la rencontre d’une Église misérable, défaite et gouvernée pas les maladies. »

 

Dans son livre écrit en 1951, « La Fête des Tabernacles », George Warnock développe la doctrine des Fils de Dieu Manifestés. Voici ses enseignements, qui se répandent encore d’une manière plus ou moins voilée dans beaucoup d’églises :

  • L’Église remplace Israël. Toutes les promesses sur l’avenir d’Israël sont attribuées à l’Église.
  • Il n’y a pas d’enlèvement de l’Église, ni Antichrist, ni grande tribulation, ni Millénium.
  • Ce sont les impies qui seront enlevés pour être jugés.
  • C’est l’Église qui doit établir le Royaume de Dieu sur terre.
  • Il y aura des nouvelles révélations : seuls les « vainqueurs » pourront les comprendre.
  • Les chrétiens devront se soumettre aux apôtres et prophètes pour parvenir à la perfection.
  • La seconde venue de Christ sera invisible et spirituelle. Ce sera la Seconde Pentecôte, qui verra Christ s’incarner dans son Corps tout entier, alors que la Première n’avait rempli que des individus.
  • L’unité visible de tous les Chrétiens est nécessaire car Jésus ne pourra pas venir s’incarner dans un Corps divisé.
  • L’Église doit être purifiée et perfectionnée pour que le Christ puisse s’incarner en elle.
  • « Les Fils de Dieu Manifestés » formeront une puissante armée, appelée « l’Armée de Joël« . Cette armée sera invincible. Elle aura le pouvoir de juger les ennemis de Dieu et de purifier Son Église en détruisant tous ceux qui s’opposeront à elle.
  • Des miracles seront faits par les Fils de Dieu Manifestés. Leurs grands rassemblements conduiront le peuple de Dieu au plus grand réveil mondial de la fin des temps. Les signes et miracles incluront des bénédictions et des malédictions faites par les apôtres ou prophètes.
  • Les religieux, c’est-à-dire les chrétiens qui rejettent les nouvelles révélations, seront détruits pendant la Tribulation alors que les Vainqueurs règneront sur la terre.
  • La mort sera détruite : Jésus ne pourra pas revenir physiquement avant que les ennemis de Dieu, y compris la mort, soient détruits. Selon une interprétation de Romains 8, les Fils de Dieu Manifestés revêtiront sur terre un corps spirituel immortel avant le retour de Christ.

 

Depuis les débuts de la civilisation, des sectes gnostiques et les Kabbalistes parlent de l’évolution de l’homme en un être semblable à Dieu. La Kabbale appelle cela l’Adam Kadmon, ou « l’Homme Dieu ». Ceux qui embrassent cette doctrine croient que nous pouvons retourner dans le jardin d’Éden avec toutes les connaissances, la sagesse et illumination du premier « Adam » en devenant l’Adam Kadmon, pour créer le Ciel sur la terre. On devient un Adam Kadmon par l’activation de sa nature divine (voir le chapitre sur l’ADN spirituel). Quand la nature divine sera activée chez un nombre suffisant de Chrétiens, ils évolueront et deviendront le « Christ Corporatif » :

« J’ai appelé le meilleur de chaque lignée sur terre jusqu’à cette génération… J’ai choisi de les engendrer dans cette génération… la Génération Élue… même la lignée de Paul… de David… de Pierre, Jacques et Jean… Ils seront supérieurs à eux dans leur cœur, stature et amour pour moi… Vos enfants possèderont l’esprit sans mesure… Ils agiront dans les choses du surnaturel comme personne n’a jamais agi avant… en venant dans la Nature Divine de Jésus Christ… une Église qui a atteint la pleine maturité de l’Homme-Dieu ! Cette génération… va voir le début de ce Nouvel ordre mondial. »

(Conférence prophétique du Vineyard, 1989)

 

Le concept de la « Génération Élue«  enseigne que l’Église est l’incarnation en cours de Jésus-Christ. Il a été formulé ainsi par Earl Paulk :

« L’achèvement de l’incarnation de Dieu dans le monde doit être dans Son Église… Jésus Christ est le fruit, mais sans la moisson en cours, l’incarnation ne sera jamais complète…

Nous sommes sur terre en tant qu’extensions de Dieu pour terminer le travail qu’Il a commencé. Nous sommes l’essence de Dieu, Son incarnation en cours dans le monde. »

 

Bien qu’ils ne nient pas l’incarnation du Christ, les théologiens de la doctrine des Fils de Dieu Manifestés pensent qu’ils vont eux aussi devenir Dieu incarné, en étant transformés et glorifiés sur cette terre. Ils enseignent une forme d’évolution spirituelle qui sera complète quand les Fils de Dieu deviendront manifestés au monde. Cette évolution en Dieu est exactement ce que le Nouvel Âge enseigne, à la différence qu’elle sera accomplie par « l’onction corporative » au lieu de la « conscience Cosmique ».

 

L’enseignement des Fils de Dieu Manifestés soutient que certains chrétiens d’élite obtiendront l’immortalité promise en Romains 8:19 sur cette terre avant le retour du Christ. Cette idée qui avait été présentée dans les enseignements de Franklin Hall, est aussi partagée par Bill Hamon :

« La résurrection/transposition des saints qui amènera la rédemption de leurs corps mortels en corps immortels et indestructibles aura lieu de telle sorte que Dieu puisse accomplir Ses desseins grandioses pour et à travers Son Église. »

 

L’armée de Joël 2:1-11 qui est identifiée comme une horde de criquets dans Apocalypse 9 est interprétée par les enseignants des Fils de Dieu Manifestés comme l’Église de la fin des temps qui exécutera les jugements de Dieu sur la terre :

« Ils (les saints) agiront sous la protection et la direction des généraux appartenant aux cinq ministères apostoliques et prophétiques qui les auront entrainés. Ces saints fonctionneront comme l’armée de Dieu décrite prophétiquement par le prophète Joël. » (Bill Hamon)

 

Dieu aurait dit à Mike Bickle de déménager à Kansas City pour commencer un travail global. Le mouvement de Kansas City, joint avec celui du Vineyard, deviendrait un centre de formation pour des centaines d’apôtres et de prophètes. Mike Bickle croit que dans les derniers jours, Dieu lèvera 300 000 chrétiens pour être des leaders dans l’Armée de Joël, et qu’une structure d’autorité sera mise en place pour superviser l’Église de la fin des temps et gérer toutes les prophéties et les miracles.

 

Jack Deere, qui a servi avec John Wimber au Vineyard Christian Fellowship, donne leur point de vue sur cette armée de Dieu de la fin des temps et explique l’Armée de Joël dans le contexte d’Ézéchiel 9 :

« Comment Dieu va-t-il apporter le jugement sur Son Église, puis le jugement sur la terre après son Église ? Il va le faire avec une armée grande et puissante. »

« Quand cette armée vient, Il dit qu’elle est grande et puissante. Elle est tellement puissante qu’il n’y a jamais eu quelque chose comme ça auparavant… « Commencez l’abattage et lancez-vous dans le temple et commencez par les anciens, les dirigeants de mon peuple ». Et ils parcourent la terre et ils commencent l’abattage et vous savez que c’est déjà commencé avec les plus grands noms dans Sa maison ? Il a déjà commencé l’abattage… et cela vient maintenant dans l’Église. » (1990, Armée de Joël)

 

Parce que l’Armée de Joël est appelée armée de Dieu, ces enseignants pensent qu’il s’agit de Son peuple. Mais même si elle fait la volonté de Dieu, il ne s’agit pas de Son Église, mais d’une armée dévorante qu’Il utilise pour exécuter un jugement sur la terre.

 

Avant que l’Armée de Joël émerge, il y a un temps pendant lequel elle doit se préparer. Ses membres doivent acquérir une mentalité guerrière pour prendre la domination du monde et, si besoin est, par la force. Ce sont surtout les jeunes gens qui sont appelés à s’enrôler dans l’Armée de Joël, et parfois le public ciblé est encore plus jeune. Dans quelques-unes des images les plus saisissantes du film « Jesus camp », un documentaire de 2006 sur le camp dirigé par Becky Fischer, on voit des enfants d’âge scolaire vêtus de treillis manier des épées et faire des manœuvres militaires. Ces enfants sont entrainés à être des soldats pour l’armée de Dieu. Becky Fischer a déclaré qu’un tiers des enfants de son camp étaient âgés de moins de 6 ans parce qu’ils sont plus sensibles au surnaturel. Le mélange de militantisme des temps de la fin et de surnaturel de son camp est parfaitement emblématique du mouvement de l’armée de Joël. Becky Fischer est membre de Global Spheres, sous le leadership de Chuck Pierce.

 

Les Fils de Dieu Manifestés sont la génération d’élus qui auront atteint la perfection, l’immortalité et la glorification à la fin des temps. Ils seront une nouvelle race d’hommes et de femmes qui se révéleront au monde comme des sauveurs. Ils prendront la terre en charge et exécuteront le jugement de Dieu. Ils purifieront la terre de toute méchanceté et jugeront l’Église apostate. Un pasteur du nom de John Hinkle a même prophétisé le 14 mars 1993 devant sa congrégation et sur TBN, que le jeudi 9 juin 1993 Dieu allait ôter le mal de la terre. C’est à l’opposé de l’enseignement Biblique qui déclare que l’ivraie poussera avec le blé et ne sera pas arrachée avant la moisson.

 

En parlant de l’armée de Joël, John Wimber a déclaré que « tous ceux qui veulent leur faire du mal doivent mourir ». Rick Joyner a écrit dans son livre La Moisson que « le Seigneur suscitera une grande compagnie de prophètes, enseignants, pasteurs et apôtres… Des Nations trembleront à la mention de leur nom. » Il n’écrit pas que c’est au nom de Jésus qu’elles vont trembler, mais à leur nom… et cette compagnie de Chrétiens agira dans l’esprit de Phinées. Le terme sacerdoce de Phinées a été inventé par Kelly Hoskins, qui avait justifié par des motifs religieux des actes de terrorisme contre les transgresseurs de la Loi divine. Les prêtres de Phinées croient que Dieu les bénit pour tuer ceux qui désobéissent à Sa Loi.

 

Les Fils de Dieu Manifestés et le Nouvel Âge partagent la conviction commune qu’il y aura un nettoyage dans lequel toute la méchanceté de la terre sera enlevée. Ces deux mouvements prétendent aussi tous les deux former une armée qui triomphera de tous ses ennemis. Comme beaucoup de prophètes proclament une guerre civile venant dans l’Église, dans laquelle les chrétiens qui tiennent à l’Écriture seule seront détruits, ces deux armées ne seront-elles pas une seule et même armée ?

 

La Manifestation des Fils de Dieu marquera la glorification et l’achèvement de l’Église, le jour où Christ sera « pleinement formé » dans Son peuple. On la décrit aussi comme la « naissance du Fils » par laquelle les Vainqueurs de l’Église atteindront littéralement « la mesure de la stature parfaite de Christ ». Ils deviendront le « Corps de Christ aux membres multiples » et rempliront la terre de la Gloire de Dieu :

« La première apparence de Christ était dans la tête seulement, dans un homme. Maintenant Christ apparaîtra dans son corps, l’Église. » (George Warnock)

 

Les enseignants des Fils de Dieu Manifestés utilisent Apocalypse 12 pour dire que la femme dans ce passage est l’Église, et que la naissance de « l’enfant mâle » est une seconde venue spirituelle de Christ dans son corps collectif. C’est pour cela que le prophète Paul Cain décrit l’Église comme « la Compagnie de l’enfant mâle« . Le retour de l’arche dans le Temple dans l’Ancien Testament était la préfiguration de la venue de Christ de façon invisible dans son temple, l’Église. Cette venue se produira quand Jésus Christ, la tête (au ciel), ne sera plus séparé de son corps (sur la terre) -mais sera un Homme Parfait remplissant à la fois le ciel et la terre.

 

Jésus n’aura pas besoin de revenir avec son corps ressuscité, son retour physique est remplacé par la descente de la gloire dans son Église. Dans cette pensée, le retour de la Shekinah dans le Temple, l’Église, produira le Christ corporatif, composé des Fils de Dieu Manifestés, qui moissonnera le monde grâce à un réveil accompagné de signes et de prodiges, tout en jugeant la Prostituée, c’est-à-dire les Chrétiens rebelles. Lors de l’enlèvement les élus ne monteront pas dans les nuées à la rencontre du Seigneur, mais recevront leur corps glorieux sur la terre. L’enlèvement ne sera en fait qu’un « changement d’état de conscience » (qui est d’ailleurs une expression Nouvel Âge).

 

Jésus est déjà présent par son Esprit dans l’Église : comment pourrait-il venir encore spirituellement, en tant que Gloire ou Puissance ? Derrière cette idée du retour spirituel de Jésus on retrouve une ancienne croyance gnostique qui prétend que Christ est uniquement un esprit. C’est ce qu’affirme Rick Joyner dans son livre « There were Two Trees in the Garden » (Il y avait deux arbres dans le jardin), où il semble ne pas croire que Jésus soit ressuscité des morts dans son corps :

« Jésus n’est plus un homme. Il était et est entièrement esprit. Il a pris la forme d’un serviteur et est devenu un homme pour une courte période… » (There were Two Trees in the Garden, page 59)

 

Les Écritures ne laissent aucun doute que Jésus reviendra corporellement sur terre et que ce n’est que quand il gouvernera la terre que les Fils de Dieu seront manifestés.

 

Cet enseignement d’une seconde venue spirituelle de Jésus est rarement promu par ceux qui y adhèrent. L’enseignement public sur lequel l’accent est le plus mis est celui d’un réveil global final et de la restauration des prophètes et des apôtres.

 

3)      L’élitisme

 

La Bible encourage la nécessité que chaque membre du corps de Christ soit considéré comme important et essentiel, quels que soient ses dons (1 Cor. 12.14-25 ; Rom. 12.3-8). Mais dans les années 1980, la doctrine des Fils de Dieu Manifestés a refait surface, et un enseignement sur « une nouvelle race » d’hommes et de femmes remplis de sainteté et de puissance inconnue précédemment, a recommencé à circuler dans l’Église. Tous les croyants ne feraient pas partie de la nouvelle race parce qu’elle est formée par une catégorie spéciale de chrétiens des derniers temps. Ce concept n’est absolument pas biblique. Au contraire, la Bible donne à tous les croyants l’assurance qu’ils font partie des élus, qu’ils sont égaux en Christ, qu’ils sont une génération choisie et un sacerdoce saint. La seule façon de prouver cette fausse doctrine consiste à tordre ou allégoriser les Écritures.

 

Bill Hamon a inclus cette idée de nouvelle race dans ses enseignements, qu’il a nommée aussi la « génération Josué ». L’expression « nouvelle race » est utilisée pour montrer que ses membres n’appartiennent pas au même ordre que les chrétiens qui ont déjà existé. Il s’agit d’une élite de chrétiens qui sera supérieure à tous les autres groupes dans l’histoire de l’Église :

« Les enfants sont la meilleure de toutes les générations ayant jamais été sur la face de la terre… ces semences élues qui glorifieront Christ dans les derniers jours… ils se déplaceront dans des choses du surnaturel où personne n’est jamais allé dans la Bible… ils seront cette génération qui a été élevée pour mettre la mort elle-même sous leurs pieds… » (Notes de l’interview de Bob Jones avec Mike Bickle à Kansas City Fellowship en 1988).

 

Cette mentalité d’une nouvelle race est une des doctrines les plus dangereuses car elle est le noyau de pensée à la base de la plupart des sectes connues. Hitler était obsédé par l’idée d’une nouvelle race de gens, une race pure, une nouvelle génération et un nouvel ordre. Bon nombre de grands théologiens de l’époque avaient donné une cohésion théologique à son idéologie de race pure. Bien que les prophètes d’aujourd’hui parlent d’une nouvelle race spirituelle, c’est cette pensée de semences élues qui a donné naissance au Troisième Reich et a conduit à l’antisémitisme. Le Nazisme, le mouvement du Nouvel Âge et la nouvelle race sont différentes manifestations d’un seul et même mal : l’élitisme.

 

Les prophètes se vantent que la nouvelle race de leaders, c’est-à-dire « la nouvelle race d’apôtres et de prophètes » amènera à la perfection la nouvelle race de chrétiens et instaurera le nouvel ordre de gouvernement sur la terre. Le corps du Christ est divisé entre l’élite et le reste qui sera vaincu par eux.

 

Les leaders de la Nouvelle Réforme Apostolique cherchent à conditionner les chrétiens pour qu’ils recherchent des manifestations plus que la Parole de Dieu. Selon certains d’entre eux, l‘étude de la Parole avec notre intelligence pourrait nous rendre fiers puisque « la connaissance enfle », alors que les révélations personnelles et les rencontres avec Dieu nous garderaient de l’orgueil. Ceux qui prétendent être en mesure de faire de plus grands miracles que Jésus ne seraient pas fiers, mais ce serait ceux qui étudient les Écritures ! Ces élitistes qui font des proclamations extraordinaires se croient humbles et pensent que les chrétiens ordinaires sont remplis de fierté.

 

4)      Le gnosticisme

 

La première hérésie dans l’Église primitive a été appelée le gnosticisme par les historiens de l’Église. Le gnosticisme est un terme grec (gnose signifiant connaissance) qui se rapporte à une sorte de connaissance privilégiée qui n’est pas commune à tous mais réservée à une élite. Les gnostiques se considéraient comme supérieurs aux chrétiens moyens. Connaître Dieu à travers un livre écrit était considéré comme une connaissance de la tête et insuffisant pour une vie spirituelle. Les gnostiques offraient une connaissance des choses plus profondes qui venaient de l’esprit, en entrant dans le monde spirituel à travers l’illumination. Ils voulaient avoir directement accès à Dieu par le moyen d’expériences mystiques sans avoir recours à leur intelligence rationnelle. Ces initiés utilisaient des interprétations allégoriques et spiritualisaient les significations littérales de l’Écriture car pour eux l’Écriture avait un sens interne et un sens externe. La méthode littérale d’interprétation avait été abandonnée et remplacée par l’écoute seule de l’esprit.

 

Les gnostiques du premier siècle ne s’intéressaient pas à une foi fondée sur les Évangiles mais ils recherchaient plutôt des expériences dans le monde spirituel. Ils faisaient souvent référence à des échelles spirituelles ou à l’ascension de montagnes spirituelles. Chaque barreau de l’échelle, ou chaque étape de l’ascension de la montagne de Dieu, représentait une nouvelle tentative pour atteindre finalement la présence même de Dieu. Les gnostiques, que ce soit ceux du premier siècle, les mystiques du Moyen Age ou certains apôtres et prophètes actuels, veulent monter par étapes sur l’échelle spirituelle jusqu’au sommet de la « Montagne Sainte du Seigneur », alors que c’est Dieu Lui-même qui est descendu de Sa position de gloire pour venir chercher et sauver ceux qui étaient perdus.

 

Pour les leaders de la Nouvelle Réforme Apostolique, la sagesse « terrestre, charnelle, diabolique » de l’épître de Jacques s’applique à la sagesse humaine en général, pas seulement celle qui est le fruit d’un zèle amer et d’un esprit de dispute. Ils la diabolisent et l’opposent à la puissance de Dieu, comme Bill Johnson lorsqu’il écrit que « la Génération Élie devient revêtue de la puissance du ciel sur le Mont Carmel du raisonnement humain ». Ils mettent la connaissance de la Bible par notre intelligence en opposition avec la vie de l’esprit. Pourtant Jésus ne nous demande pas de mettre notre intelligence humaine de côté, puisqu’il a dit : « tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée (dianoia) ». Le mot grec Dianoia signifie pensée et aussi « intelligence, entendement, faculté de compréhension ». Ceux qui n’entendent la voix de Dieu qu’à travers les Écritures sont accusés d’être des bibliolâtres. Selon Rick Joyner, « le bleu représente souvent ceux qui marchent par l’esprit. Le ciel est bleu. Et le gris représente ceux qui vivent selon la puissance de leur intelligence charnelle. Le cerveau est d’ailleurs composé de matière grise ». Il faudrait bipasser notre intelligence humaine puisqu’elle fait partie de la chair du péché opposée à Dieu. C’est pour ça que dans ce mouvement, l’importance de la doctrine est minimisée en faveur de l’expérience.

 

Les leaders de la N.A.R. opposent l’esprit et la doctrine, mais les deux vont ensemble. Jésus a commencé son ministère en citant les Écritures et il les a toujours citées comme la dernière source d’autorité (Matthieu 22:29 32 ; Marc 7:9, 13). Dans les Évangiles, il a utilisé 92 fois l’expression « Il est écrit » envers les chefs religieux. Quand des gens comme les nouveaux apôtres changent le sens de l’Écriture et nous apprennent à chercher une nouvelle révélation de l’esprit, c’est du gnosticisme.

 

Les gnostiques apprennent par révélation directe et par expérience. Ceux qui reçoivent des nouvelles révélations comme celle que nous resterons sur terre au lieu d’aller au ciel sont des gnostiques car ils refusent une interprétation littérale des Écritures. Pourtant l’un deux écrit que « l’espérance chrétienne d’un salut se terminant par l’arrivée dans un ciel de gloire et de félicité pour l’éternité s’appuie sur l’hérésie gnostique héritée de la Grèce antique et païenne » (voir Chapitre II – 1) Espérance terrestre).

 

Le gnosticisme enseigne que nous sommes tous comme Jésus et que nous avons juste besoin de ses connaissances pour pouvoir faire tout ce qu’il a fait. Il prêche un voyage spirituel permanent, où il faut atteindre des niveaux de plus en plus élevés de connaissance. De nos jours, on entend les prophètes dire que Dieu veut ouvrir « des nouveaux niveaux de révélation ». Et la révélation gnostique ultime est que vous n’avez pas Dieu en vous, vous êtes un dieu. L’idée que l’homme est un petit dieu, ou créé de la classe de Dieu, est du gnosticisme. Nous ne sommes pas des dieux, ni jamais nous deviendrons des dieux à travers la connaissance de doctrines secrètes. C’est ce mensonge chuchoté par le serpent dans le jardin d’Éden qui a conduit à la chute de l’homme et à son besoin de rédemption par Christ :

« Alors le serpent dit à la femme : vous ne mourrez point ; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal (le serpent leur promettait la Gnose). » (Genèse 3:4-5)

 

5)      Changement de paradigme dans l’Église

 

D’après les leaders de la Nouvelle Réforme Apostolique, Dieu veut changer la perception et l’expression du christianisme. Il veut le faire maintenant, et en une seule génération selon la révélation de Mike Bickle en 1982 au Caire. Dieu lui aurait dit d’une voix audible :

“Je changerai la compréhension et l’expression du Christianisme en une génération”.

 

Ces hommes et femmes, prophètes, enseignants, pasteurs, sont unis par la conviction qu’ils sont conduits par Dieu pour être les acteurs de ce nouveau déploiement de l’Esprit :

« Ce qui est sur le point d’arriver sur la terre n’est pas simplement un nouveau réveil mais une véritable révolution. La vision a été donnée afin de commencer à réveiller ceux qui sont destinés à changer non seulement le cours mais aussi la définition même du Christianisme« . (Rick Joyner).

 

« Changer la définition même du Christianisme » devrait déclencher une sonnette d’alarme dans notre esprit, parce que cette expression veut dire que notre définition actuelle du Christianisme serait fausse depuis deux mille ans. Les enseignements de ces apôtres et prophètes ont pour but d’amener les chrétiens à changer la compréhension qu’ils ont acquise jusqu’à présent au sujet de la mission et du but de l’Église.

 

Dans les années 1980 il a été beaucoup question d’un « changement de paradigme » qui allait avoir lieu dans l’Église. Cette expression avait été utilisée par Thomas Kuhn dans son livre la Structure des Révolutions Scientifiques. Celui-ci suggérait que non seulement la compréhension de la science par l’homme évoluait, mais que la science elle-même évoluait. Un changement de paradigme est un changement radical dans la mentalité ou la pratique.

 

Peter Wagner a parlé de changement de paradigme dans l’Église lors d’une conférence prophétique :

« Cette porte sera ouverte quand nous comprendrons l’Église sur le lieu de travail, que l’Église a un gouvernement, qu’il faut un gouvernement pour renverser un gouvernement, et quand nous comprenons cela, si nous renouvelons notre intelligence, si nous embrassons ce changement de paradigme… le réveil pour lequel nous prions est juste au coin de la rue. » (Arise Prophetic Conference, Gateway Church San Jose, 10/10/2004)

 

Le mot paradigme a d’abord fait surface comme un terme pour le changement du monde dans le langage du Nouvel Âge. Changer de paradigme a été présenté comme la principale méthode de transformation de la société, telle qu’énoncée dans le livre de Marilyn Ferguson « La Conspiration du Verseau ». Le changement de paradigme est devenu également un cri de ralliement pour certains segments du monde évangélique. Cela s’est fait notamment à travers la formation du Leadership Network, qui avait lancé le mouvement de l’Église Émergente et qui visait ouvertement à changer la spiritualité des églises évangéliques et les éloigner de la doctrine.

 

John Wimber, fondateur du Vineyard, a critiqué à plusieurs reprises la « vision occidentale du monde » qui est rationnelle, lui préférant la vision orientale, plus mystique. Il a déclaré que les chrétiens occidentaux devaient expérimenter un changement de paradigme, c’est-à-dire changer leur façon de voir les choses. Ils devaient passer de la façon occidentale de penser à la façon orientale, la Bible étant un livre oriental écrit par des orientaux.

 

La principale erreur dans les enseignements de John Wimber a été sa volonté d’aller au-delà de la Parole de Dieu. Il a souvent déclaré que « Dieu est plus grand que Sa parole », c’est-à-dire qu’il ne croyait pas en la suffisance des Écritures et qu’elles n’avaient pas besoin de valider les phénomènes vécus par les chrétiens. Avec ce changement de paradigme du christianisme biblique vers la métaphysique orientale, tout type d’expérience a été accepté dans l’Église. La dépendance de l’expérience a conduit à la pratique du pragmatisme et à l’acceptation de pratiques occultes sous des formes « chrétiennes ».

 

Ce changement de paradigme implique un changement de façon de penser pour avoir un niveau supérieur de pratique spirituelle. En réalité il ne s’agit pas seulement de passer de la façon de penser occidentale à la façon de penser orientale, mais de quitter la façon de penser Judéo-chrétienne pour celle du mysticisme oriental. L’origine de ce changement de paradigme est clairement l’œuvre de l’Ennemi, car il prépare les chrétiens à passer d’une vision biblique du monde à une vision Nouvel Âge de celui-ci.

 

Le changement de paradigme qui se produit dans les milieux néo-pentecôtistes est accepté par la majorité comme le fait que « Dieu est en train de faire une chose nouvelle ». Mais il s’agit en fait d’une nouvelle façon d’interpréter l’Écriture, ce que ne réalisent pas la plupart des chrétiens. Ils s’assoient dans ces assemblées et entendent les mêmes mots qu’avant, sans se rendre compte qu’ils ne veulent plus dire la même chose.

 

En effet, pour que les chrétiens acceptent ce changement de paradigme, il fallait garder un noyau de termes bibliques. Cependant, les leaders qui sont à l’origine de ce changement les ont réinterprétés pour qu’ils signifient quelque chose de totalement différent. La terminologie chrétienne d’origine est transformée en nouvelles significations spirituelles correspondant à la pensée du Nouvel Âge. Voici quelques exemples :

Expiation (atonement) : « at-one-ment », absorption en une énergie qui est Dieu, union en un tout de ce qui semble être divisé ; unité métaphysique avec Dieu, réalisation de la nature divine.

Discipolat : adhésion rigoureuse à un programme prescrit ou à un ensemble d’enseignements pour convertir des groupes entiers de personnes à la nouvelle spiritualité.

Réveil : transformation globale de l’Église dans laquelle les gens sont soumis à des événements surnaturels basés sur l’expérience et provoqués par des influences occultes ou de l’illusion.

Vision : pratique dans laquelle une image mentale devient la réalité, à travers des efforts spirituels ou physiques.

 

À l’inverse, les responsables de ce changement de paradigme ont fait entrer le vocabulaire du Nouvel Âge dans l’Église, mais en lui donnant un sens différent pour qu’il soit accepté. Voici la signification réelle pour le Nouvel Âge de certains de ces termes qui sont de plus en plus courants dans l’Église :

Alignement : conviction qu’il faut coordonner ses fonctions avec les forces de l’Univers.

Transformation : plan pour changer la structure spirituelle, culturelle, éducative, économique, sociale et politique entière de la vie de l’homme sur la terre.

Agent de changement : un leader entraîné dans des techniques de manipulation qui force la transformation de la société.

Synergie : combinaison de l’énergie psychique dans une fusion puissante de forces en travaillant ensemble dans l’unité pour amener l’évolution spirituelle de l’humanité.

Holisme : théorie que toute réalité est organiquement une. Tout dans l’univers est considéré comme intimement lié et interdépendant.

Réseau : système d’organisations reliées entre elles pour construire le Nouvel Ordre Mondial.

Visualisation : pratique pour guérir, atteindre un but ou réaliser un rêve par le pouvoir de la pensée.

Vrai-soi : la divinité supposée être à l’intérieur de chaque personne, appelé aussi le soi supérieur.

Accomplissement personnel : évolution spirituelle d’une personne qui a atteint un niveau supérieur de conscience.

 

Ce changement de paradigme n’est pas encore entièrement accepté dans l’Église. Quand il le sera, ceux qui oseront remettre en question cette nouvelle spiritualité seront rejetés par la majorité qui aura été séduite. La liste des changements abrupts dans beaucoup d’églises a déjà laissé un grand nombre de leurs membres dans l’étonnement. Des pasteurs qui aimaient le troupeau disent maintenant « entrez dans ce nouveau mouvement ou sortez ! » De nombreux chrétiens sont poussés hors de leur église après une vie de service parce qu’ils savent dans leur cœur que ce n’est pas le Seigneur qui est à l’origine de cette « chose nouvelle ». Et quand les gens sont obligés de quitter une église, ils quittent leur famille spirituelle –c’est-à-dire les gens qu’ils ont connus et aimés, parfois depuis des décennies.

 

6)      Le grand transfert de richesses

 

Depuis les années 1990, les apôtres et prophètes de la N.A.R. annoncent qu’il va y avoir un « grand transfert de richesses » dans l’Église. Les chrétiens deviendront riches et utiliseront cet argent pour répandre l’Évangile. Peter Wagner a expliqué que pour faire ce transfert de richesses, Dieu suscitait un groupe spécial d’apôtres qui feront des investissements avec des rendements extraordinaires, les « Marketplace Apostles » (Apôtres du Marché). Il a affirmé que les prophéties sur un « grand transfert de richesse » avaient un fondement biblique. Suite au Conseil Apostolique des Anciens Prophétiques qui s’est tenu le 30 novembre 1999, Jim Goll a écrit :

« … Le gouvernement du Royaume de Dieu sera établi par les autorités apostoliques et prophétiques dans les villes et les nations. (…) Nous allons voir d’énormes transferts de richesse dans le Royaume de Dieu à travers le ministère des apôtres de marché ».

 

Les richesses des nations sont pour les justes. Les richesses de ce monde attendent d’être déversées sur les justes. Elles sont dans de mauvaises mains pour le moment, mais le temps vient où elles vont arriver. Selon l’apôtre Robert Henderson, le déverrouillage de la richesse accumulée est nécessaire pour que les croyants puissent faire le travail que Jésus leur a laissé :

« La Parole de Dieu a vraiment dit dans Deutéronome 8:18 qu’Il nous donnait le pouvoir de recevoir la richesse pour pouvoir établir Son alliance sur terre… autrement dit, Il dit que nous allons avoir besoin de richesse pour que les buts de Dieu puissent être accomplis sur terre … nous savons que la Parole de Dieu nous promet qu’il devrait y avoir un transfert de richesse, que la richesse du méchant est accumulée pour les mains du juste. Et la raison, c’est que nous en tant que justes pouvons accomplir les buts de Dieu sur terre. »

 

« Les richesses du pécheur sont réservées pour le juste » (Proverbes 13:22) est le verset utilisé pour faire grandir la foi en ce transfert de fonds miraculeux qui « financera la moisson de la fin ». Mais c’est le seul verset qui pourrait suggérer ce concept du transfert de richesses, alors que tout le reste du livre nous parle de choix sages, de travail et d’accumulation graduelle de richesses.

 

Les leaders de la N.A.R. citent également Ésaïe 60:11 : « Tes portes seront toujours ouvertes, elles ne seront fermées ni jour ni nuit, afin de laisser entrer chez toi les trésors des nations, et leurs rois avec leur suite ». À la lumière du reste du chapitre, il est clair que ce verset ne parle pas de l’Église, mais d’Israël. Il s’agit des richesses des nations païennes qui entreront en Israël au cours du Millénium. Cela n’a absolument rien à voir avec les richesses transférées à l’Église par le biais des Apôtres du Marché, à moins d’adhérer à la théologie dans laquelle tout ce qui s’est passé dans l’Ancien Testament en ce qui concerne Israël doit s’appliquer à l’Église actuelle.

 

Beaucoup de chrétiens et d’églises n’ont toujours pas vu arriver ce « grand transfert de richesses » qui leur est destiné. Pour leur expliquer les raisons de cette attente, Peter Wagner a écrit le 16 juillet 2004 sur ElijahList :

« … depuis 1992 nous avons entendu par l’intermédiaire de prophètes respectés que Dieu désire libérer de grandes quantités de richesse à Son peuple pour l’avancement de Son Royaume, notamment pour évangéliser, implanter des églises, s’occuper des pauvres et transformer la société. Pourquoi, alors, cela n’est-il pas encore arrivé ? Ma réponse c’est que premièrement Dieu attendait probablement que le gouvernement de l’Église soit mis en place sur le fondement des apôtres et des prophètes, ce qui s’est produit à partir de 2001. Deuxièmement, Il attend sans doute que la stratégie adéquate pour gérer ces fonds soit fonctionnelle. Cela ne fait que commencer à se produire. »

 

Selon lui, Dieu ne pouvait faire ce transfert de richesses avant que l’Église mondiale se soit donné un gouvernement formé par les nouveaux apôtres.

 

En 2008 on a eu l’assurance que cette fois-ci Dieu allait vraiment le faire :

« Alors que beaucoup croient qu’un grand transfert de richesses va se produire, certains connaissent la frustration de ne pas l’avoir encore vu. En cherchant le Seigneur à ce sujet, une révélation est venue qu’un mauvais esprit était venu contre le Corps de Christ pour retarder le processus, particulièrement dans le domaine laïc. « Chronos » signifie aussi « délai ». […] Pour posséder la porte de la richesse et développer des techniques afin d’endiguer la pauvreté systématique, nous devons mettre au point de nouvelles stratégies d’intercession pour le transfert des richesses… »

(Conseil des Anciens Apostoliques et Prophétiques – Peter Wagner, Cindy Jacobs, « La Parole du Seigneur pour 2008 »)

 

Apparemment, le délai en question a encore été repoussé, puisque 10 ans plus tard la situation n’a toujours pas changé. Mais Dieu a-t-Il besoin de l’argent des incroyants pour établir son Royaume ? Et si c’est vraiment Lui qui a montré qu’il y aura ce transfert, faut-il que Ses enfants développent des techniques et mettent au point des stratégies de prière ? Quand Dieu a parlé, la prophétie finit par s’accomplir :

« Car c’est une prophétie dont le temps est déjà fixé, elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas ; si elle tarde, attends-la, car elle s’accomplira, elle s’accomplira certainement. » (Habakuk 2:3)

I II-                 Nouvelles doctrines et pratiques dans l’Église

 

1)                 Espérance terrestre : faire venir le Ciel sur la Terre

 

Maintenant, avec la révélation du Royaume de Dieu on ne se prépare plus à quitter la terre pour partir au ciel, mais à faire venir le ciel sur la terre.

 

« À aucun moment les récits de la résurrection dans les quatre évangiles disent : Jésus a été élevé, donc nous irons au paradis. « Il dit que le Christ va venir ici, réunir les cieux et la terre en un acte de nouvelle création « . (N T. Wright, « les chrétiens se trompent sur le ciel, dit l’évêque » Time, 2/7/08)

 

L’évangile de l’édification du Royaume de Dieu sur terre intègre le vieil enseignement occulte que les efforts et les activités de l’homme amèneront le Ciel sur la terre. Cet enseignement qui était resté en dehors du monde évangélique a ressurgi avec l’évêque anglican N.T. Wright et a été accepté par la Nouvelle Réforme Apostolique.

 

Dans l’article du Time, N.T. Wright résume la « nouvelle » doctrine :

  • La résurrection de Jésus marque le début d’une restauration qu’Il va compléter à Son retour.
  • La transformation la plus importante sera quand nous serons de nouveau incarnés et administrerons le Royaume de Christ.
  • La nouvelle création a commencé, et nous avons un travail à faire.
  • Dans l’Apocalypse et les lettres de Paul il nous est dit que le peuple de Dieu entretiendra le monde nouveau au nom de Dieu. L’idée de notre participation dans la nouvelle création remonte à la Genèse, quand les humains devaient entretenir le jardin et s’occuper des animaux.
  • Ce que le Nouveau Testament dit vraiment, c’est que Dieu veut que vous soyez un être humain renouvelé pour L’aider à renouveler Sa création, et Sa résurrection en était l’inauguration. Et quand Il reviendra exécuter son plan, vous n’irez pas là-haut vers Lui, c’est Lui qui viendra ici.
  • La fin de l’Apocalypse décrit une participation humaine merveilleuse dans le plan de Dieu.

 

L’accent mis sur la recréation du paradis sur terre est placé sur l’homme, et les chrétiens ayant une connaissance plus grande qu’autrefois vont élaborer des stratégies pour se réapproprier la création. En fait ce serait dans le pouvoir de l’homme d’inverser les effets mortels de la chute sur lui et sur toute la création de Dieu. Notre espérance devient centrée sur la terre, plus sur le ciel.

 

Voici ce qu’a écrit dans son dernier livre un des responsables d’un réseau apostolique français affilié à la Coalition Internationale des Leaders Apostoliques (ICAL) :

« Le ciel ne fait pas partie de la liste des biens mis au compte de notre héritage.

… Les cieux sont l’endroit d’où procèdent les choses, ce sont de formidables lieux de stockage, des greniers et des réserves pour tout ce qui appartient à la terre… Dieu a préparé beaucoup de choses dans le ciel mais cela ne signifie pas que nous devions nous y rendre pour en jouir.

Nous sommes nés pour régner avec Christ – la personne la plus extraordinaire de tout le cosmos – sur cette terre rénovée, baignée de cieux également neufs…

Le poncif selon lequel « nous irons un jour au ciel » n’est basé sur aucun fondement biblique valable… L’évêque anglican N.T. Wright écrit que les mots « ciel ou cieux » ne désignent pas un lieu précis mais plutôt le fait que Dieu règne. Par exemple l’expression « Royaume des cieux » ne désigne pas un Royaume-qui-se-trouve-aux-cieux-et-où-il-faut-se-rendre-pour-y-entrer mais le Royaume-qui-a-son-origine-dans-les-cieux-et-d’où-le-Roi-des-rois-règne.

Ce n’est pas à nous d’imprimer un mouvement de décollage et de fuite au Christ, c’est au Christ d’imprimer un mouvement d’atterrissage et de règne à toute la Création…

L’espérance chrétienne d’un salut se terminant par l’arrivée dans un ciel de gloire et de félicité pour l’éternité s’appuie sur l’hérésie gnostique héritée de la Grèce antique et païenne…

Quand on voit comment les musulmans achètent à tour de bras des terres des mains mêmes des chrétiens pour démarrer leurs entreprises, notre cœur saigne d’assister aux ravages produits par cette résurgence du gnosticisme, de ce pseudo évangile du ciel : il ouvre un large chemin à l’islamisation du monde et à une vision du monde située aux antipodes du Sermon sur la Montagne « Heureux les humbles de cœur car ils hériteront la terre ». Matthieu 5:5

Est-ce par orgueil que nous avons jeté notre dévolu sur les cieux qui n’appartiennent qu’à l’Éternel ?

… En Romains 4:13 il est écrit : ce n’est pas par la loi que l’héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa postérité, c’est par la justice de la foi. Puisque nous sommes la descendance d’Abraham selon la foi, notre héritage n’est pas racorni sur le seul salut de notre âme, notre héritage s’étend au monde entier.

Cette Nouvelle Terre n’est pas une deuxième création ex nihilo comme si la première terre n’avait été qu’une sorte de brouillon divin finalement raté. Il s’agit plutôt d’une rénovation, d’une restauration, en un mot d’une rédemption de la terre dans son état paradisiaque originel.

Selon l’école d’eschatologie prétériste (du latin praeter, passé, cette école étudie comment la plupart des prophéties du N.T. se sont accomplies dans l’histoire), l’expression « nouveaux cieux et nouvelle terre » devrait être interprétée symboliquement comme le passage de l’Ancienne à la Nouvelle Alliance. »

 

Selon l’auteur de ces lignes qui traite de « pseudo évangile du ciel » l’espérance chère aux Chrétiens depuis 2000 ans, on trahirait l’Évangile en s’en servant pour ériger cette « forteresse de pensée » qu’est « aller au ciel après la mort ». Une théologie dans laquelle les êtres humains sont libérés d’une existence spatio-temporelle pour s’enfuir vers un lieu détaché du monde serait héritée du gnosticisme et est considérée comme un « salut évasion« .

 

Parler « d’aller au ciel après la mort » favoriserait un point de vue individualiste du salut et encouragerait à avoir une attitude passive envers la création. La théologie biblique mettrait plus l’accent sur la rédemption de la terre que sur ce salut. Pour l’auteur, le domaine terrestre est donc plus important que le domaine céleste, d’autant plus qu’il donne peu de valeur à un héritage qui serait limité au salut de l’âme.

 

2)      Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut

 

Dans la version de la Bible d’Eugene Peterson « the Message« , l’expression « sur la terre comme au ciel«  est remplacée par « as above, so below« , en Français « ce qui est en bas est comme ce qui est en haut« . Cette expression n’a rien à voir avec les paroles de Jésus. Il s’agit d’une phrase tirée de « la Table d’Émeraude« , qui présente l’enseignement d’Hermès Trismégiste, le fondateur mythique de l’alchimie, et qui aurait été retrouvée dans son tombeau, gravée sur une tablette d’émeraude. La phrase « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » est un principe de base de la magie, ancienne ou moderne. Tous les systèmes de magie fonctionnent avec cette formule qui est censée détenir la clé de tous les mystères. C’est une manifestation du principe de correspondance. L’expression suivant la citation est « à l’extérieur est comme à l’intérieur, l’âme est comme l’univers », qui est également un principe de correspondance.

 

La théorie des analogies et correspondances est une doctrine propre aux occultistes et aux ésotéristes. Elle considère que l’Homme (microcosme) et l’Univers (macrocosme) sont analogues, de même structure, et qu’il existe des correspondances entre l’univers visible et le monde invisible. Le but de tous les rituels de magie cérémonielle est d’unir le microcosme avec le macrocosme pour atteindre « Dieu ». La théorie des analogies et correspondances soutient que Tout est Un, et que les éléments du monde naturel représentent ceux du monde céleste et qu’ils s’influencent réciproquement. L’homme est l’équivalent de Dieu sur la terre, comme Dieu est l’équivalent de l’homme dans le ciel. Les actions de l’homme sur la terre sont parallèles à celles de Dieu dans le ciel.

 

L’expression « ce qui est en bas est comme ce qui est en haut » est généralement rendue dans les milieux néo-pentecôtistes par quelque chose comme « ce qui se passe dans le monde spirituel affecte le monde naturel et réciproquement ». Par exemple, sur ElijahList, un prophète écrit :

« Les choses naturelles parlent de l’invisible. Les événements naturels sur la terre révèlent quelque chose qui se passe dans le monde spirituel ».

 

Ces prophètes s’appuient sur le fait que le culte était l’image et l’ombre des choses célestes (Hébreux 8) pour affirmer que chaque chose sur terre a sa réalité dans les cieux. Le mandat d’amener le ciel sur la terre vient du principe qu’il n’existe rien sur la terre qui ne soit déjà aux cieux et que tout ici est une copie, un reflet. Mais la croyance que tout ce qui se passe sur terre est le reflet de ce qui se passe dans le ciel n’est pas biblique, car il s’agit du principe occulte que ce que nous voyons et expérimentons dans le royaume physique est une réflexion de ce qui se passe dans le royaume spirituel. Le principe que la terre est la copie du ciel, que ce qui se passe sur terre est indissociable de ce qui se passe dans le ciel a donné naissance à l’astrologie, qui repose sur la croyance qu’il existe une harmonie suprême, l’immense symphonie de l’Univers.

 

3)      Jésus n’était pas le Christ avant son baptême

 

Certains auteurs, en majorité parmi les leaders du Nouvel Âge, enseignent que Jésus n’était pas le Christ avant l’âge de trente ans, lorsqu’il a été baptisé dans l’eau et oint du Saint-Esprit. Bill Johnson semble être d’accord avec eux, puisque selon lui Jésus devait attendre d’avoir une expérience pour recevoir le titre de « Christ » :

« Christ n’est pas le prénom de Jésus. Le mot Christ signifie « l’Oint » ou « le Messie »… [Christ] est un titre qui souligne une expérience. Il ne suffisait pas que Jésus soit envoyé du ciel sur la terre avec un titre. Il devait recevoir l’onction dans une expérience pour accomplir ce que le Père désirait. »

(Quand Le Ciel Envahit La Terre, version anglaise p. 79)

« Recevoir cette onction lui a permis d’être appelé « Christ », ce qui signifie « l’oint ». Sans l’expérience il ne pourrait y avoir aucun titre. »

(Face à Face, version anglaise p. 109)

 

Il s’agit d’un enseignement qui met une séparation entre « Jésus » et « le Christ », et qui a pour but de faire croire que Jésus était simplement un homme éclairé semblable à d’autres comme Zoroastre, qui a été « Christifié » (est devenu le Christ) à trente ans, ayant reçu le titre de Christ dans une expérience. Nous pouvons comparer ce que dit Bill Johnson à cette citation du célèbre livre « L’Évangile du Verseau » de l’auteur Nouvel Âge Levi Dowling :

« Nous reconnaissons les faits selon lesquels Jésus était homme et que Christ était Dieu, de sorte que, en vérité, Jésus le Christ était l’homme-Dieu des siècles. »

 

Séparer le Christ de la personne de Jésus comme le font Bill Johnson et Levi Dowling est connu sous le nom de christologie séparatiste, et ce n’est pas ce que l’Écriture enseigne. Au contraire, Luc 2:11 nous dit que Jésus était le Christ dès sa naissance, pas après avoir eu une expérience :

« C’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. »

 

Les apôtres n’ont jamais considéré le mot « Christ » comme un titre ou une expérience, mais comme la désignation de la divinité de Jésus. Quand Jésus s’est incarné, il était déjà le Christ, il n’a jamais eu à le devenir. Et si Jésus n’était devenu le Christ qu’à son baptême, c’est qu’il n’était que Jésus de Nazareth avant d’avoir reçu l’onction, pas Jésus-Christ. Bill Johnson nie ainsi le fait que la personne de Jésus-Christ soit venue dans la chair.

 

Si selon l’orthodoxie chrétienne, le terme « Christ » désigne la divinité, cela signifie que pour Bill Johnson, Jésus n’était pas divin avant que le Saint-Esprit vienne sur lui après son baptême dans le Jourdain. Il n’était qu’un être humain et ne serait devenu divin qu’en vertu de cette onction :

« L’onction est-ce qui lie Jésus, l’homme, au divin. » (Quand Le Ciel Envahit la Terre, p. 79)

 

On peut en déduire que si d’autres reçoivent la même onction du Christ, ils seront eux aussi liés au divin de la même manière et pourront jouir des mêmes privilèges s’ils sont tout aussi fidèles. De plus, affirmer que Jésus aurait manqué de divinité quand il était sur terre, sauf en vertu de l’onction, relève plus d’une compréhension Nouvel Âge du « Christ » que de ce que nous enseigne la Bible.

 

4)      Jésus s’est dépouillé de sa divinité

 

Il y a une doctrine qui enseigne que pendant son ministère terrestre Jésus a agi seulement en tant qu’homme et pas comme Dieu. Il aurait mis de côté sa divinité quand il a réalisé la mission que lui avait donnée le Père. Christ aurait mis de côté sa nature divine et fait des miracles, des prodiges et des signes, en tant qu’homme en bonne relation avec Dieu… pas en tant que Dieu. S’il avait fait des miracles en tant que Dieu, nous ne pourrions pas faire la même chose car ils seraient inaccessibles pour nous. Cette théologie exige que les chrétiens fassent de plus grands miracles que Jésus.

 

La priorité que les croyants doivent être en mesure de faire des signes et des prodiges amènent de nombreuses déclarations qui diminuent le caractère unique de Jésus-Christ, comme celle-ci :

« Pour que nous devenions tout ce que Dieu a prévu, nous devons nous rappeler que la vie de Jésus était un modèle de ce que l’humanité pourrait devenir si elle était en bonne relation avec le Père ».

 

Au contraire, les auteurs des Évangiles utilisaient les miracles de Jésus pour prouver sa divinité. Si Jésus avait mis de côté sa divinité, ses miracles prouveraient seulement qu’il avait une foi et une relation justes avec Dieu. Les revendications des Évangiles deviendraient alors discutables et Jésus ne serait plus unique.

 

La doctrine qui affirme que Jésus a mis de côté sa nature divine vient d’une mauvaise interprétation de Philippiens 2:7, où Paul dit que Jésus s’est dépouillé. Les faux docteurs prétendent que « Jésus s’est dépouillé de sa divinité » et est devenu un simple homme au cours de l’incarnation. Cette affirmation équivaut à la négation pure et simple de la divinité du Christ. Le Nouveau Testament a affirmé que Jésus était le Créateur pour établir sa divinité.

 

Dans cette Christologie, la divinité du Christ disparait au cours de l’Incarnation pour y revenir plus tard. La divinité n’est pas un attribut qui va et qui vient. Le prologue de l’Évangile de Jean affirme que Jésus a existé de toute éternité en tant que Dieu et avec Dieu. Si la divinité de Jésus peut être mise de côté, si elle est perdue et regagnée, elle n’est pas de la vraie divinité. Si la divinité pouvait être gagnée, l’homme créé pourrait l’atteindre. C’est le mensonge de Satan au jardin d’Éden.

 

Pendant sa vie sur terre, Jésus a renoncé à recourir à certains de ses attributs divins comme son omniscience et son omniprésence. Il a pris une nature humaine avec toutes les limites qui lui sont propres comme la fatigue, la faim et la soif, à l’exception du péché. Mais il a également agi certaines fois par la puissance de sa divinité (Jean 11.43, Matthieu 14.18-21). Dans Philippiens 2:7, Jésus ne s’est pas dépouillé de sa divinité, qui est éternelle, mais de ses prérogatives divines – sa gloire et ses privilèges. Il a volontairement masqué sa gloire sous le voile de la nature humaine qu’il a pris sur lui-même. Dans la Transfiguration, on voit sa nature divine devenir visible devant les yeux de ses disciples.

 

La doctrine du dépouillement de Christ lors de son incarnation, appelée « kénose », n’est pas un dépouillement de sa nature divine, mais de sa gloire céleste et de son autorité propre. Il n’a pas cessé d’être Dieu mais il s’est entièrement soumis à la volonté du Père. Durant son ministère terrestre, Jésus a pris sur lui l’humanité sans mettre de côté sa divinité, il était pleinement homme et pleinement Dieu. C’est ce qu’on appelle en théologie « l’union hypostatique« .

 

5)      La « mort spirituelle » de Jésus

 

Il y a une fausse doctrine assez répandue dans l’Église selon laquelle Jésus-Christ, sur la croix, ne serait pas seulement passé par la mort physique, mais également par la « mort spirituelle« . À ce moment-là il serait donc devenu un pécheur. Il se serait identifié à la nature pécheresse des hommes au point de devenir « péché » à leur place et d’être complètement coupé du Père, c’est-à-dire de connaître l’état de « mort spirituelle ». Le péché de l’humanité serait non seulement venu sur lui, mais aurait pénétré tout son être, il aurait même pris sur lui la nature de Satan pour devenir « péché ».

 

Dans « What Happened From the Cross to the Throne » (Ce qui est arrivé de la Croix jusqu’au Trône), Kenneth Copeland écrit en mars 2015 :

« Il… s’est rendu obéissant jusqu’à la mort, et la même chose qui est arrivée à Adam lui est arrivée — la mort spirituelle ! Maintenant, écoutez. S’il n’y avait eu qu’une mort physique, ça n’aurait pas fonctionné. Et s’il n’était pas mort spirituellement, ce corps ne serait jamais mort.

… Vous ne savez pas ce qui s’est passé à la Croix ! Pourquoi pensez-vous que Moïse, sur l’instruction de Dieu, a soulevé un serpent sur ce mât au lieu d’un agneau ? Cela me dérangeait ! J’ai dit : « Pourquoi as-tu mis ce serpent là-haut, le signe de Satan ? Pourquoi ne pas avoir mis un agneau sur le poteau ? » Le Seigneur a dit : « Parce que c’est le signe de Satan qui était pendu à la Croix, J’ai accepté dans Mon propre esprit la mort spirituelle, et la lumière a été éteinte… devenu péché ».

… Il est séparé de son Dieu. Et à ce moment-là, Il est un homme mortel – capable d’échec et de mort ! »

 

Ceux qui enseignent la mort spirituelle de Jésus mettent en avant ce verset : « celui qui n’a point connu le péché, Il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu » (2 Cor. 5:21). Il faut savoir qu’en Hébreu comme en Grec, c’est le même mot qui veut dire à la fois « péché » et « sacrifice pour le péché ». Ce verset aurait parfaitement pu être traduit par « celui qui n’a point connu le péché, Il l’a fait devenir sacrifice pour le péché pour nous… » D’ailleurs dans Hébreux 10:6, le même mot est clairement traduit par « sacrifice pour le péché ». Nos péchés ont été transférés sur Jésus de la même façon qu’ils l’étaient sur les animaux sacrifiés de l’Ancien Testament, il n’est pas devenu « péché » mais sacrifice pour le péché.

 

Les partisans de cette fausse doctrine font du Seigneur Jésus sur la croix une victime devenue impure, alors que la Bible enseigne qu’il s’est offert comme une victime pure et sans tache :

« Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l’Esprit ». (1 Pierre 3:18)

Ce passage de l’Écriture dit clairement que Jésus était juste alors qu’il était sur la croix souffrant pour nos péchés. Comment aurait-il pu être un pécheur en même temps ?

 

Si Jésus était devenu littéralement « péché » sur la croix, il n’aurait pas été une victime acceptable par le Père. Cela aurait violé toutes les règles de l’Ancien Testament concernant les sacrifices qui devaient être offerts sur l’autel du temple. La victime devait être sans défaut, et le fait de sacrifier un animal pour le péché ne le rendait pas impur car il sanctifiait tous ceux qui le touchaient. Jésus est donc resté très saint pendant tout le temps où il a souffert sur la croix, et cela jusqu’à sa mort et sa résurrection.

 

Pour dire que le Père aurait abandonné Jésus sur la croix au point d’être spirituellement séparé de Lui, ils s’appuient sur ces paroles prononcées par Jésus : « mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Matthieu 27:46). Mais ces paroles signifient que le Père l’a abandonné à la mort de la croix sans intervenir pour le secourir. Il n’était pas possible que le Père se sépare de lui car les trois personnes de la Trinité ne peuvent jamais être séparées. Dieu ne peut pas être divisé, au point que le Fils puisse devenir « péché » alors que le Père et le Saint-Esprit conserveraient leur sainteté.

 

Ceux qui enseignent la mort spirituelle de Jésus prétendent qu’après sa mort physique sur la croix, Jésus serait descendu en Enfer pour expier les péchés de l’humanité pendant trois jours et trois nuits, durant lesquels il aurait continué d’être séparé de son Père. À la fin des trois jours, il aurait triomphé de Satan et lui aurait arraché « les clefs de la mort et du séjour des morts », et il serait devenu le « premier-né d’entre les morts ».

 

Mais quand Jésus a remis son esprit entre les mains de son père, avant de mourir, il savait qu’il se rendait au Paradis, et non en Enfer ! Et comme il l’a dit, lorsqu’il est mort son esprit a quitté son corps et est allé vers le Père. Il avait aussi affirmé au brigand sur la croix « je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis » (Luc 23:43). Il est mort physiquement pour l’expiation des péchés et il s’est rendu en esprit dans le séjour des morts (Hadès en grec, Shéol en hébreu). Ce séjour des morts n’est pas l’Enfer, mais l’endroit où se trouvaient les esprits des défunts, dont parle l’apôtre Pierre : « ayant été rendu vivant quant à l’esprit, dans lequel aussi il est allé prêcher aux esprits en prison » (1 Pierre : 18-19).

 

Ceux qui enseignent que Jésus a expié les péchés de l’humanité en Enfer considèrent que l’expiation n’a pas été accomplie par le sang qu’il a versé sur la croix. Ils nient la puissance du sang de Jésus pour nous purifier du péché. Or tout a été parfaitement accompli par Jésus à la croix, comme il l’a lui-même proclamé avant de mourir : « tout est accompli ! » À ce moment-là, le salut de l’homme était complet. Il n’y avait rien d’autre à faire qui puisse s’ajouter à son travail achevé au Calvaire. Ces trois mots « tout est accompli » sont une condamnation de l’enseignement que Jésus a dû aller en Enfer pour racheter l’homme. La victoire de Jésus a été gagnée sur la croix, et sur la croix exclusivement :

« Il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix ; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix. » (Colossiens 2:14-15)

 

6)      La « nouvelle naissance » de Jésus

 

Ceux qui enseignent que Jésus aurait passé trois jours en Enfer considèrent sa résurrection comme une « nouvelle naissance » spirituelle. Puisque d’après eux Jésus est passé par la mort spirituelle, il devait aussi « naître de nouveau« .

 

Extraits du sermon de Bill Johnson « Jésus, notre modèle » :

« Saviez-vous que Jésus est né de nouveau ? J’ai demandé au premier service et ils ont dit, « Non ». Mais je vais le montrer. C’est dans la Bible. Il devait l’être. Il est devenu péché.

Dans Hébreux 1 il est dit ceci : « Car auquel des anges Dieu a-t-il jamais dit : Tu es mon Fils, je t’ai engendré aujourd’hui ? Et encore : Je serai son Père, et il sera mon Fils ? » Et Actes 13 explique que : « Dieu l’a accompli pour nous leurs enfants, en ressuscitant Jésus, selon ce qui est écrit dans le Psaume 2 : Tu es mon Fils, Je t’ai engendré aujourd’hui. Qu’il l’ait ressuscité des morts, de telle sorte qu’il ne retournera pas à la corruption ». Il est né par Marie la première fois et par la résurrection la deuxième fois. Il est ‘né de nouveau’.« 

 

Selon Kenneth Copeland, Jésus en tant qu’homme mortel fait péché ne serait pas allé dans la zone du séjour des morts appelée paradis ou sein d’Abraham, mais dans l’autre partie. Et là, il aurait souffert pendant trois jours et trois nuits. Une nouvelle naissance aurait eu lieu dans les profondeurs de la terre et Jésus aurait été le premier homme à être né du péché à la justice. L’esprit en lui aurait cessé d’exister et aurait été recréé à la ressemblance même de Dieu, et il y serait devenu un homme né de nouveau, ressuscité, glorifié en charge de l’univers. Quand Dieu dit dans le Psaume 2 « tu es Mon fils, Je t’ai engendré aujourd’hui », il s’agirait du jour où Il l’a ressuscité d’entre les morts.

 

Jésus serait « né de nouveau » en Enfer et aurait été engendré par le Père à ce moment-là. Selon ce raisonnement il serait « le premier né » de tous ceux qui sont nés de nouveau. Mais quand Jésus est appelé le premier né d’entre les morts dans Colossiens 1:18, cela ne veut pas dire qu’il est le premier à être « né de nouveau », mais qu’il est le premier né de Dieu, en tant que Fils éternel, et qu’en tant que premier né, il a une autorité suprême. Il n’est pas le premier dans l’ordre mais dans le rang : le plus important, le Chef.

 

Contrairement à ce que dit Kenneth Copeland, en attendant la résurrection Jésus n’est pas allé souffrir dans la zone du séjour des morts où se trouvaient les perdus. Il est allé dans le sein d’Abraham et il a donné l’accès au ciel à tous les saints qui s’y trouvaient :

« Étant monté en haut, il a emmené des captifs, Et il a fait des dons aux hommes. Or, que signifie : Il est monté, sinon qu’il est aussi descendu dans les régions inférieures de la terre ? » (Éph. 4:8-9)

 

7)      Mise en cause de la souveraineté de Dieu

 

Myles Munroe (décédé) enseignait que Dieu aurait besoin de notre permission pour travailler sur la terre. Par exemple, Dieu aurait demandé à Abraham la permission de détruire Sodome et Gomorrhe. Un Dieu souverain et tout-puissant aurait besoin de notre permission pour agir dans Son univers :

« C’est pour cela que les anges ont besoin de notre permission pour agir. Il est dit qu’ils sont ici pour exécuter nos ordres. Ils ne peuvent même pas agir sans notre permission, vous voyez. Mais voici la déclaration la plus importante : même Dieu lui-même est illégal sur la terre. Pourquoi ? Parce qu’Il est un esprit et la Loi qu’Il a mise en place par Sa propre bouche est que seuls les esprits avec un corps peuvent agir légalement sur terre. »

« La prière c’est l’homme qui donne à Dieu la permission ou la licence pour intervenir dans les affaires de la terre. En d’autres termes, la prière est une licence terrestre pour une interférence céleste. »

« Dieu ne pouvait rien faire sur la terre, Dieu n’a jamais rien fait sur la terre sans qu’un homme Lui ait donné l’accès. »

« L’intervention de Dieu sur terre dépend totalement de nous… Le Ciel attend sur terre pour faire faire les choses… »

« Tout esprit essaie de trouver un corps. Je peux vous donner encore un choc ? Même le Saint Esprit, car Il ne peut pas fonctionner ici sans un corps. »

« Satan lui-même savait qu’il avait aussi besoin d’un corps pour pouvoir agir sur cette terre. C’est pourquoi il a dû aller vers le serpent qui avait un corps de poussière et a négocié avec le serpent pour emprunter son corps un certain temps. Et il l’a fait, et la raison pour laquelle Dieu a maudit le serpent, c’est que le serpent a littéralement prêté son corps à l’Adversaire qui est un esprit, pour faire des affaires légales avec Ève. »

 

Selon Myles Munroe, Dieu serait dépendant de Son Église pour pouvoir agir et exécuter Sa volonté. C’est donner trop d’importance à l’homme par rapport à Son créateur, et ce n’est pas ce que nous dit la Parole de Dieu. Au contraire, la Bible parle du plan souverain de Dieu et des vains efforts de l’homme pour essayer de le renverser :

« Tous les habitants de la terre ne sont à Ses yeux que néant : Il agit comme Il lui plaît avec l’armée des cieux et avec les habitants de la terre, et il n’y a personne qui résiste à Sa main et qui Lui dise : Que fais-Tu ? » (Daniel 4:35)

 

8)      Le salut n’est pas le message central de l’Évangile

 

Voici un résumé de ce que Myles Munroe a écrit au sujet de la croix et de la nouvelle naissance :

« Jésus n’a jamais prêché Sa mort au public parce que son message n’était pas la croix, mais le Royaume. La croix était un moyen de nous rendre notre citoyenneté dans le Royaume. Il parlait toujours de Sa mort en privé aux disciples, mais publiquement, Il a continué à dire que le Royaume des cieux était arrivé. Donc je pense que ce que nous avons fait, c’est que nous avons fondamentalement accentué les moyens et avons ignoré la fin. La fin du travail de Dieu dans Son Fils est de ramener le Royaume des cieux sur la terre. La croix et le sang sont les moyens pour cette fin. Ils sont les moyens de nous sauver pour devenir de nouveau des citoyens. Nous en avons fait l’Évangile. Ils ne sont pas l’Évangile. Ils sont les moyens pour l’Évangile. »

« Jésus-Christ n’a jamais prêché le concept de « naître de nouveau » au public. Il n’a parlé de « naître de nouveau » qu’une seule fois. Et Il n’en a jamais parlé à une foule de gens. Il en a seulement parlé à Nicodème, à 2 heures du matin. Ce vieil homme était un chef religieux. Et Il a entendu ce jeune homme de 30 ans prêchant sur le Royaume et il est entré de nuit et a dit à Jésus : « Que dois-je faire pour entrer dans ce Royaume, ce pays ? » Et la réponse est très logique. Si vous êtes né dans un pays légitimement, vous êtes automatiquement un citoyen de ce pays. Il a dit à Nicodème que pour devenir un citoyen du Royaume des cieux, vous devez être né dans le pays. Et ensuite Il a dit « Croyez en moi et vous pouvez être un citoyen naturalisé ». Le message de la Bible n’est pas naître de nouveau, il est au sujet du Royaume. »

« Quand l’Évangile du Royaume aura été prêché à tout le monde, quel Évangile ? Mais qu’avons-nous prêché ? Naître de nouveau ? Pourquoi les musulmans ne cherchent pas Dieu, c’est parce qu’ils ne cherchent pas à naitre de nouveau, mais qu’ils cherchent le Royaume. Pourquoi les bouddhistes ne viennent pas au christianisme, c’est parce que le christianisme est une religion, ce n’est pas le Royaume. C’est pour ça que les hindous ne viennent pas. Ce qu’ils recherchent tous, c’est le Royaume. »

 

Selon Myles Munroe, le message de la Bible se résume à exercer la domination sur cette terre, ici et maintenant. Il n’enseigne rien au sujet du salut et de la vie éternelle parce que pour lui, la nouvelle naissance n’est pas le sujet de l’Évangile. Il faudrait prêcher aux hommes selon leurs désirs charnels : la domination, le pouvoir, la richesse, etc., tout ce que les païens veulent dans cette vie. Son message, applaudi par Guillermo Maldonado, Ana Méndez et beaucoup d’autres, est du domaine terrestre.

 

De nombreux prédicateurs de la Nouvelle Réforme Apostolique disent la même chose que Myles Munroe et ne prêchent plus la croix ni la nouvelle naissance car le plus important pour eux n’est pas de gagner des âmes, mais de faire venir le Royaume de Dieu sur terre.

 

9)   Un autre nom attribué à Dieu

 

Les divers noms de Dieu comme Jéhovah Nissi (Dieu ma bannière) et Jéhovah Rapha (Dieu qui guérit) expriment des vérités fondamentales sur Son caractère. Il y a une dizaine d’années, quelqu’un a inventé un nouveau nom pour Dieu modelé sur ce modèle de l’Ancien Testament : « Jéhovah Sneaky » (sneaky : sournois) ! Comme les noms bibliques de Dieu, cette expression vise également à communiquer un attribut de base de Dieu. Elle est interprétée comme signifiant « Dieu qui surprend », et elle implique que Dieu est fréquemment au travail quand et où vous L’attendez le moins.

 

La création de l’expression est parfois attribuée à Bill Johnson, mais il n’est pas le premier à l’avoir utilisée :

« Dieu révèle ainsi que, en plus de ses nombreux noms de l’ancien Testament, de Jéhovah Rohi et de Jéhovah Nissi, etc., il est aussi Jéhovah Sneaky ! » (Lance Wallnau – Real Life and Times à Pasadena, Californie en déc. 2003)

« J’ai un autre nom pour Dieu. Vous savez nous l’appelons Jéhovah Jireh et Jéhovah Rapha et Jéhovah Shalom, toutes ces choses, mais j’ai une révélation de son nouveau nom, c’est « Jéhovah Sneaky » ! Il vous surprend ! » (Paul Cain – sermon du 26 sept. 2004)

 

Dieu n’a pas changé et ne se révèle pas sous un nouveau nom en dehors de Sa Parole écrite. Il s’agit là de révélations extrabibliques, même si elles concordent entre elles.

 

Il n’est pas étonnant que la belle-fille de Bill Johnson ait parlé de cette façon du Saint-Esprit dans une vidéo de 2013, avec un manque de déférence :

« Le Saint-Esprit pour moi est comme le génie d’Aladin… Et il est bleu… Et il est drôle. Et il est « sneaky ». Et il est courageux. Et il est partout. Et il est merveilleux…. C’est ce qu’il est pour moi. »

 

10)  Une nouvelle définition de la repentance

 

Bill Johnson explique les mots d’une manière qui va au-delà de leur véritable signification. Dans son livre « La puissance surnaturelle d’un esprit transformé », il explique ainsi le verbe « se repentir » :

« Renouveler l’intelligence commence par la repentance. C’est la porte d’entrée pour revenir à notre attribution initiale sur la terre. Jésus a dit : « Repentez-vous, car le Royaume des cieux est proche ». Pour beaucoup de chrétiens, repens-toi désigne un appel à l’autel où les gens viennent vers l’avant et pleurent à l’autel pour être en règle avec Dieu. Il s’agit d’une expression légitime de la repentance, mais ce n’est pas ce que signifie le mot repentance. « Re » veut dire revenir en arrière. « Pent » est comme le penthouse (appartement de terrasse), au dernier étage de l’immeuble. Se repentir, alors, veut dire revenir au point de vue de Dieu sur la réalité. Et dans cette perspective, il y a un renouvellement, une réforme qui touche nos émotions et chaque partie de notre vie ». (p. 44)

 

Avec cette façon négligente d’utiliser la langue anglaise, on peut réinterpréter tous les termes qui sont dans la Bible. Le terme « repentance » vient du préfixe Latin « re » (de nouveau) et « penitire » (regret) qui est lui-même dérivé du Latin poenitire (rendre désolé). Le mot repentance est traduit du grec metanoia, qui signifie « changement de mentalité, d’intention, d’avis, tristesse qu’on éprouve de ses péchés, et la douleur d’avoir offensé Dieu ».

 

Dans un autre livre de Bill Johnson, « Quand le ciel envahit la terre », on trouve le concept que la repentance n’est pas complète tant qu’elle ne conçoit pas le Royaume de Dieu. On pourrait voir le Royaume progressivement en fonction de notre niveau de repentance :

« Le but de la repentance est de changer notre façon de penser jusqu’à ce que la présence de Son Royaume remplisse notre conscience. On résiste facilement à la tentative de l’Ennemi pour ancrer nos affections aux choses visibles quand notre cœur est au courant de la présence de Son monde ».

« Beaucoup de chrétiens se repentent suffisamment pour être pardonnés, mais pas assez pour voir le Royaume ».

 

Selon Myles Munroe aussi, la repentance n’a rien à voir avec un changement de cœur et de comportement, c’est seulement un changement de mentalité. Il ne parle jamais du péché dans ses enseignements, parce que selon lui le mot péché a rapport à la religiosité, qui est contraire au concept du Royaume :

« Le mot repentance ne veut pas dire s’avancer dans un culte religieux, vous remémorer votre passé, pleurer sur lui et vous sentir mal… le mot repentance implique un changement de façon de penser, un changement de mentalité. »

 

Pour lui, s’avancer pour confesser ses péchés à Dieu, ressentir de la douleur et s’en détourner n’est pas la repentance, seulement un acte religieux. Ce n’était pas l’enseignement de Paul :

« En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut… » (2 Cor. 7:10)

 

11)  Les écoles de prophètes

 

Le concept d’une « école des prophètes » ou « école prophétique » est certainement légitime. À l’époque de l’Ancien Testament nous trouvons un groupe rassemblé autour du prophète Samuel âgé, et les membres de ce groupe sont positivement qualifiés de prophètes (1 Sam. 19:20). C’est à partir de là que le terme « école de prophètes » semble s’être généralisé. Certaines traductions disent « compagnie de prophètes » ou « fils des prophètes ». Le dictionnaire biblique d’Easton nous dit que les écoles des prophètes étaient « instituées dans le but de former les jeunes hommes pour les offices prophétiques et sacerdotaux ». Mais les écoles des prophètes de l’Ancien Testament ne faisaient pas de quelqu’un un prophète. Il faut plutôt considérer ces écoles comme des séminaires où étaient formés ceux qui avaient senti l’appel de Dieu pour le service. Dieu n’a pas suscité Ses prophètes dans ces écoles, mais par Son propre Esprit. Donner plus de poids à l’accréditation des écoles de prophètes qu’à l’action et la puissance du Saint-Esprit conduit à l’apostasie car Dieu ne permet pas qu’une institution humaine prenne la place de Sa propre prérogative.

 

Les écoles de prophètes de l’Ancien Testament ont revu le jour avec la Troisième Vague Charismatique, ce sont les « écoles prophétiques » d’aujourd’hui. Leur but est de préparer des croyants à entrer dans tout le domaine du prophétique. Jeunesse En Mission par exemple, organise des formations pour établir des jeunes dans le prophétique, où ils apprennent à prophétiser envers des individus, des villes et des nations, faire des actes prophétiques, de la louange prophétique, etc. :

« Au travers des différents thèmes, l’école vise, avant tout, une formation en vue de préparer un peuple prophétique composé d’adorateurs et de serviteurs selon le cœur de Dieu. Un peuple qui sera un signe sur le pays et qui apportera la restauration aux nations. Cette école nous aidera à poser les colonnes pour construire le Temple de Sa présence tangible et manifestée qui attire et guérit la nation ! »

 

Les descriptions de la formation sur le site de l’école des prophètes de Bethel Church montrent clairement qu’elle est destinée à enseigner comment communiquer des paroles de connaissance et prophétiser. Enseigner à prophétiser ou à « activer » le don de prophétie n’a aucun soutien dans les Écritures. Les dons du Saint-Esprit ne sont pas des pouvoirs qu’on peut apprendre ou activer, car ils sont distribués directement par Dieu et ne peuvent être acquis à volonté. L’idée que les dons puissent être appris ou activés vient des enseignements du Nouvel Âge, qui prétendent que tous les gens sont nés avec des pouvoirs surnaturels qu’ils peuvent « activer », « éveiller » ou « débloquer » en se livrant à diverses pratiques. Personne ne peut enseigner à prophétiser parce que c’est l’Esprit qui distribue les dons à chacun comme Il veut. Avoir une école pour enseigner les dons, c’est ignorer que c’est Dieu qui donne les dons et usurper la puissance du Saint-Esprit.

 

La prophétie est la déclaration de ce que Dieu dit, et la façon dont Bethel Church enseigne la prophétie à ses leaders de louange est inquiétante. On leur apprend à entrer en contact avec Dieu par l’intermédiaire de leur cœur, puis on les invite à dire tout ce qui leur passe par la tête comme si ça venait de Dieu Lui-même. Bethel Church organise aussi une école qui s’appelle Firestarters, où l’on enseigne aux chrétiens à prophétiser à partir de leur imagination. Cela n’est pas biblique car Dieu a dit au Prophète Ézéchiel (13:1-9) d’annoncer un jugement sévère aux personnes qui prophétisaient selon leur imagination.

 

Le mouvement charismatique est aussi en train d’établir des « communautés prophétiques » comme celle de Northumbria au Nord de la Grande Bretagne, et de promouvoir un « nouveau Monachisme ». Mais les écoles de prophètes actuelles ne peuvent pas apprendre à être un prophète. Elles peuvent seulement permettre aux personnes prophétiques de ranimer leur don en stimulant leur sensibilité prophétique, comme dans 2 Rois 3:15 où Élisée a réclamé la présence d’un joueur de harpe. Pourtant, certaines écoles de prophètes leur font faire des exercices pour les aider à « activer » leur don afin que Dieu parle à travers eux.

 

Un ministère prophétique français avait pensé à une époque ouvrir une école de prophètes. Il a eu alors une vision de Jésus lui disant que mettre en place une école de prophètes n’était pas en accord avec le Nouveau Testament. En effet, il n’y a pas d’écoles de prophètes dans le Nouveau Testament, car chacun peut recevoir une parole du Saint-Esprit sans passer par l’intermédiaire d’un ministère prophétique. Quant au prophète, il est appelé par Dieu et formé par Lui seul, à Son écoute et dans la soumission… pas dans des sortes d’exercices spirituels qui stimulent plus l’imagination humaine que le don du Saint-Esprit.

 

12)  L’accent mis sur les signes et prodiges

 

La présence des signes et des prodiges est plus importante que toute autre chose pour les partisans du « Royaume maintenant ». C’est parce qu’ils sont une condition nécessaire pour le réveil espéré pour la fin des temps qui sera lancé par une « génération Élie » de l’élite chrétienne. Nous sommes le problème parce que Dieu veut faire des miracles, mais Il ne le peut pas à cause de notre mauvaise façon de penser. Les miracles attendent la venue d’une génération qui connaitra le secret pour les produire.

 

Ainsi, le surnaturel serait quelque chose qui peut être appris et maîtrisé par l’homme, car il y a maintenant des écoles du Surnaturel, comme BSSM : Bethel School of Supernatural Ministry (École de Bethel du Ministère Surnaturel) à Redding, qui compte un nombre croissant d’étudiants en provenance de nombreux pays.

 

L’Association Internationale Des Ministères De Guérison (AIMG) a elle aussi lancé son École du Surnaturel en Suisse à Oron avec pour thèmes, entre autres : « dépasser les limites du naturel, connecter le monde spirituel au monde naturel, développer les 5 sens spirituels et les utiliser dans notre mission, amener par la créativité la beauté du ciel, s’aligner sur les sons du ciel, entendre et voir dans le monde spirituel, manifestations paranormales… »

 

Le don des miracles est un des dons de l’Esprit, et il y a diversité de dons : « … Tous ont-ils le don des miracles ? » (1 Cor. 12:29). C’est Dieu qui distribue les dons, ce n’est pas quelque chose que nous pouvons nous approprier à notre guise. Pour Bill Johnson le but de l’onction serait de « rendre naturel le surnaturel« . Si le surnaturel pouvait être maitrisé par des procédés qui s’apprennent, il ne serait plus surnaturel. Il s’agit d’un concept du surnaturel dans une vision païenne du monde plutôt que biblique.

 

Dans la Bible, tous les chrétiens sont oints par Dieu, et seul Jésus est l’Oint, c’est-à-dire, le Messie. Dans Luc 8, Jésus a le pouvoir sur la nature, sur Satan, la maladie et même la mort. Est-ce que cette « génération Élie » affichera plus de pouvoir et d’autorité que Jésus dans Luc 8 ? À ce jour il y a un certain nombre de manifestations dont la plupart n’ont aucune préséance dans l’Écriture, et aucune n’est aussi profonde que les signes messianiques de Luc 8.

 

Certaines manifestations surnaturelles comme les stigmates, qui accompagnent les états d’extase de certains mystiques catholiques, étaient rejetées dans les milieux évangéliques. Elles sont maintenant promues à côté des apparitions surnaturelles de paillettes d’or et de pierres précieuses. Le petit chien d’une chrétienne aurait même été tué en recevant une gemme sur le crâne ! Une promotrice de l’apparition de pierres précieuses a été surprise en train d’en semer quelques-unes dans la salle avant la réunion, « pour encourager la foi des Chrétiens et favoriser ce miracle ». Des plumes d’anges se manifestent et tombent du ciel, comme si les anges avaient des plumes comme les oiseaux. D’ailleurs il a été prouvé que celles qui avaient été analysées étaient des plumes d’oiseaux entrées par le système de ventilation de la salle de réunion. Il s’est aussi avéré après des analyses indépendantes à Toronto puis au Brésil en 1999, que les paillettes d’or qui tombaient des cheveux de l’évangéliste Silvania Machado étaient composées d’une sorte de plastique doré. Malgré cela, certaines églises ont continué à l’inviter.

 

Il n’est pas impossible que certaines de ces manifestations soient authentiques, mais le fait qu’il y en ait eu des fausses rend les Chrétiens méfiants, et à juste titre. Il y a une certaine naïveté chez ceux qui courent après les signes et les prodiges. Et quand ces signes et prodiges accompagnent une mauvaise Christologie, et non le vrai Évangile, ils prouvent l’existence de la séduction de fin des temps prévue dans la Bible.

 

13)  La recherche de l’onction sur les tombes

 

Depuis quelques années, certains pensent trouver ou renouveler l’onction du Saint-Esprit dans leur vie en se rendant dans les cimetières, là où sont inhumés des hommes et des femmes de réveil, pour capter leur onction supposée être encore présente. John Crowder est un promoteur de cette pratique appelée péjorativement « grave sucking » par les Anglophones.

 

Dans les années 90, Benny Hinn confessait se rendre périodiquement sur la tombe de Kathryn Kullman ou d’Aimée McPherson pour redynamiser son ministère. C’est avec lui semble-t-il que les choses ont commencé. Le modèle a fait des émules, et il semble que la démarche se soit nettement popularisée.

 

Des étudiants de l’École de Bethel du Ministère Surnaturel BSSM se rendent sur les tombes de personnes ayant eu une onction particulière. Les tombes sont entre autres celles de Smith Wigglesworth, John Alexander Dowie, John G. Lake, Kathryn Kulhman, Charles C. Finney, Aimee Semple McPherson, Maria Woodworth-Etter et C.S. Lewis. Dans une vidéo de 2011 sur YouTube, on voit des jeunes de BSSM venus sur celle de Smith Wigglesworth pour capter l’onction.

 

C’est Ben Fitzgerald, à l’époque pasteur à Bethel Church, qui parle :

« Nous voici donc sur la tombe de Smith Wigglesworth… certains étudiants se sont appuyés contre la pierre tombale et ils ont senti une grâce et une foi reposer sur eux… Quand vous arrivez dans un endroit où repose le corps d’une personne qui était revêtue du Saint-Esprit, il est toujours là, il conserve l’héritage de la vie de cette personne…

Bien que vous ne puissiez pas être ici dans le naturel, ouvrez juste les mains en ce moment et préparez-vous à recevoir dans le spirituel, parce qu’il n’y a pas de distance dans l’esprit et que Dieu peut libérer sur vous la même impartition…

Nous allons prier maintenant au nom de Jésus… nous libérons l’onction dans cet endroit… prenez-la simplement au nom de Jésus… Merci Père que ce qui était sur la vie de Smith Wigglesworth vienne sur nous et sur eux (ceux qui regardent la vidéo), dans le nom puissant de Jésus-Christ. »

 

Dans la suite de la vidéo en ligne, ces chercheurs d’onction se rendent ensuite au Pays de Galles sur la tombe d’Evan Roberts, qui fut l’artisan du réveil de ce pays au début du XXème siècle. Pour légitimer une telle démarche, on invoque l’histoire tirée de l’Ancien Testament d’un homme mort au cours d’une bataille, dont on jeta à la hâte le corps dans le sépulcre d’Élisée, et qui revit au contact des os du prophète (2 Rois 13 v.21), mais c’est très insuffisant.

 

Il n’y a pas que les étudiants de Bethel Church qui se fassent photographier dans des cimetières, mais aussi l’épouse de Bill Johnson, Beni Johnson. Elle a publié sur internet une photo où elle embrasse la stèle de la tombe de Ch. Finney, et une autre où elle est couchée sur la pierre tombale de C.S. Lewis. Elle aime se rendre dans les cimetières parce que ce sont des endroits paisibles, mais elle affirme ne pas faire du « grave sucking » et trouver ça ridicule. La photo avait été retirée un certain temps, puis finalement remise sur son compte twitter.

 

Selon le site Internet des Ministères des Chambres de Guérison AIMG, « Cal Pierce a visité la tombe de Lake une fois chaque mois depuis plus d’un an pour prier… le 22 juillet 1999 les Chambres de Guérison de Spokane de John G. Lake ont été rouvertes au même endroit où elles étaient il y a 80 ans ». Cal Pierce, qui est un ex-ancien de Bethel Church fait partie des hommes qui entretiennent cette inspiration. Il avait prié « Seigneur, si un homme mort peut être jeté sur les os d’Élisée et être guéri, alors je demande l’onction qui est sur ces os de John G. Lake ».

 

Les ministères chrétiens de discernement sonnent un avertissement au sujet de certaines Chambres de Guérison à cause des enseignements et des pratiques non bibliques et même occultes qui s’y déroulent. Le gendre de John Lake, Wilford Reidt, avait confié le ministère de John Lake à Curry Blake, après avoir prié pendant neuf mois à ce sujet. La prophétie que John Lake avait reçue en 1935 concernant la reprise du flambeau de son ministère s’était parfaitement accomplie dans la vie de Curry Blake. Poursuivant l’œuvre de John Lake, il créa des chambres de guérison dans tous les États-Unis. Son ministère, « John G. Lake Ministries » (JGLM), est le seul autorisé légalement à se prévaloir du ministère de John Lake et à utiliser cette appellation. Curry Blake a eu l’occasion de dénoncer les enseignements ou pratiques de certaines chambres de guérison (celles de Cal Pierce) qui ne dépendent pas de son ministère parce que certaines de leurs pratiques s’apparentent à celles du Nouvel Âge.

 

Bill Johnson avait mené un groupe à la tombe de John Lake car il cherchait son onction pour guérir les malades avec un pouvoir surnaturel. Une participante a dit qu’ils avaient tous « roulé sur la tombe pour recevoir l’onction de Lake ». Dans une vidéo, Kriss Valloton (Pasteur associé de Bethel Church) montre qu’il aspire, lui, à recevoir « le manteau de William Branham ». Il n’est pas étonnant que les jeunes de Bethel Church témoignent de cette façon de rechercher l’onction puisqu’ils y sont encouragés par leurs responsables qui évoluent ouvertement dans ce courant.

 

Au lieu d’y mettre un arrêt, Bill Johnson a décidé de construire un ensemble bibliothèque/musée appelé « la Maison des Généraux ». C’est un endroit où les gens peuvent venir voir des objets relatifs à des anciens réveils, comme le piano de Smith Wigglesworth et la robe de mariée de Kathryn Kuhlman. Cela encourage certains Chrétiens à venir chercher l’onction à travers ces artéfacts. Ce qu’écrit Bill Johnson dans le livre « Physics of Heaven » nous aide à comprendre pourquoi ils ont ces pratiques :

« Il y a des onctions, des manteaux, des révélations et des mystères non-réclamés qui sont restés littéralement là où ils ont été laissés, parce que la génération qui marchait avec eux ne les a jamais transmis. Je crois qu’il est possible pour nous de récupérer des domaines d’onction, des domaines de connaissance, des domaines de Dieu qui ont été négligés pendant des décennies, tout simplement en choisissant de les réclamer et de les pérenniser pour les générations futures. »

« Nous avons la possibilité de récupérer la richesse perdue des générations antérieures qui a été, pour une raison quelconque, ignorée. »

« Un héritage vous permet de démarrer avec plus de moyens. Grâce à un héritage, vous recevez gratuitement ce que d’autres ont travaillé pour avoir. Un héritage spirituel fonctionne de la même manière. Il nous permet de commencer notre vie chrétienne à un niveau spirituel qui nous aurait normalement pris des années à atteindre. Le plafond d’une autre génération de Dieu peut devenir notre plancher spirituel. »

 

Ces chrétiens se tournent donc vers les morts pour trouver l’onction parce qu’ils veulent prendre un raccourci au lieu de payer le prix pour la recevoir directement de Dieu. Ils croient que l’Esprit de Dieu est une puissance dont on peut se saisir et la transmettre à quelqu’un d’autre. Cette vision de l’Esprit de Dieu réduit l’onction à une force dont on dispose à son gré, qui se trouverait dans des endroits qui sont d’ordinaire davantage fréquentés par les spirites que par les prophètes. Même Charisma, un magazine charismatique, s’est élevé contre ces pratiques.

 

La pratique qui consiste à se rendre sur la tombe des défunts pour y faire des expériences surnaturelles existe depuis longtemps chez les spirites et plus largement dans l’occultisme. Elle donne généralement lieu à des possessions qui confèrent de la puissance à ceux qui s’y livrent. Ce qui est nouveau ici, c’est que des chrétiens s’approprient ce concept, et comme les spirites ils cherchent à entrer en contact avec une puissance, prétendant qu’il s’agit de la puissance de Dieu.

 

La présence de la puissance de Dieu au travers du ministère de tel ou tel homme ou femme de foi relève avant tout de la souveraineté divine. Les Écritures ne donnent pas de mode opératoire pour s’emparer de la puissance de Dieu et pour en user à sa guise : « Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme Il veut«  (1 Corinthiens 12:11).

 

14)  L’influence de la Kabbale juive et des signes du Zodiaque

 

L’apôtre et prophète Chuck Pierce enseigne la pratique des fêtes de l’Ancien Testament. Mais en fait, il va beaucoup plus loin et s’est plongé dans la Kabbale, une forme occulte du mysticisme juif, et dans une forme « christianisée » d’astrologie et de numérologie. C’est la raison pour laquelle il a un vocabulaire qui lui est propre dans ses enseignements et ses prophéties, et il utilise des mots qui ne veulent rien dire pour les non-initiés.

 

Une grande partie de ce qu’il affirme être des « paroles de l’Éternel » trouve en réalité ses racines dans la Kabbale. Par exemple, considérons la déclaration suivante de la Kabbale 365, « Fruit quotidien de l’arbre de vie », jour 131 :

« Bien que l’atmosphère terrestre soit épaisse en volume et en masse, la sagesse mystérieuse du monde spirituel parvient toujours à pénétrer ce monde à cause des oiseaux. En effet, lorsque les oiseaux volent, leurs ailes battantes coupent l’épaisseur de l’atmosphère, permettant ainsi à la sagesse mystérieuse du monde spirituel d’atteindre notre monde. »

 

Le 2 mai 2008, Pierce a publié sur son site ce qu’il a appelé « Deux paroles prophétiques clés : Dansez ma nouvelle danse ! Vous pouvez voler ! » (Supprimé de son site mais encore sur ElijahList). Cela va dans le même sens que la Kabbale :

« Les restrictions autour de vous vous ont empêché de voir votre piste d’évolution. Je suis venu vous faire une place pour monter à une nouvelle hauteur. Étendez vos ailes. Puis étendez-les à nouveau. Étirez-les à gauche et à droite. Il est temps pour vous de prendre votre envol !

… Je descends et je coupe à travers l’atmosphère trop épaisse pour que votre vision progresse. Je vous guiderai à travers et au-dessus. »

 

Il y aurait beaucoup à dire sur l’enseignement de la Kabbale sous couverture chrétienne chez Chuck Pierce. Il se défend contre les accusations de la pratiquer, tout en écrivant : « il y a de la vérité dans la Kabbale quand il s’agit des noms de Dieu et des anciens mystères relatifs aux lettres hébraïques ». Selon lui, tous les mois du calendrier hébraïque ont une signification spirituelle :

« Chaque mois est conçu par le Seigneur pour libérer une bénédiction dans notre vie. Son désir est que nous passions de bénédiction en bénédiction toute l’année. Chaque mois est également lié à une tribu, le domaine céleste, une lettre de l’alphabet, une partie du corps et une fonction de nos sens« .

 

Cependant, ce n’est pas dans la Bible, mais dans la Kabbale. Selon le Sépher Yétsirah (le Livre de la Formation), un des principaux textes de la Kabbale, à chaque mois du calendrier hébraïque correspond une lettre de l’alphabet, un signe du Zodiaque, une des douze tribus d’Israël, une couleur, un sens, et une partie ou une fonction du corps. Chuck Pierce suit ce modèle (à part la couleur qu’il ne cite pas pour tous les mois) quand il explique la signification des mois hébraïques.

 

Voici par exemple ce qu’il dit sur le mois de Tevet :

  • Tevet est associé à la lettre hébraïque Ayin, qui représente un œil. C’est un mois pour permettre à votre bon œil de voir. Il est très important de vous focaliser pour lutter contre le mauvais œil et briser le pouvoir des mauvais regards. Si vous ne brisez pas le pouvoir du mauvais œil ce mois-ci, ce pouvoir va essayer de vous guider à l’avenir.
  • Constellation : Capricorne (chèvre). Le moment de sauter comme une chèvre (cerf)… L’idée ici est que nous pouvons « bondir » rapidement vers un état de maturité.
  • Mois de la tribu de Dan. Cette tribu est associée au jugement, à grandir et venir à maturité.
  • Couleur/Pierre : Bleu foncé ou turquoise/saphir ou turquoise.
  • Faites face à votre colère ; Dieu vous donnera des occasions de le faire.
  • Le mois du foie. Le foie est important parce qu’il purifie.

 

Chuck Pierce donne une explication « biblique » des signes du Zodiaque du calendrier hébraïque :

– Bélier : cherchez votre Bélier dans le buisson.

– Gémeaux (2 tables) : la Torah donnée au Sinaï.

– Scorpion : le serpent d’Éden.

– Sagittaire (l’archer) : c’est le temps de combattre les empires et les cultures.

– Poissons : trouvez votre alimentation dans le monde « caché » (par exemple, la pièce d’or dans la bouche du poisson).

 

Dans sa lettre de nouvelles du 01/02/2017 il écrit :

« … Alors que j’exerçais mon ministère à Las Vegas, j’ai remarqué les lanternes et les coqs. J’ai alors réalisé que dans la culture chinoise, c’est l’année du coq. J’ai dit au Seigneur : « y-a-t-il quelque chose que j’ai besoin de voir à ce sujet ? » Immédiatement, Il m’a parlé et a dit : « c’est le moment de la « VEILLE DU CHANT DU COQ ! » Il y a certaines forces démoniaques qui peuvent seulement être déplacées en faisant cette veille. »

 

Le fait de voir des coqs pendant la période du nouvel an chinois n’a rien d’étonnant, et surtout rien de « prophétique », puisqu’il s’agit du signe astrologique de l’année dans leur calendrier. Il a demandé à Dieu de lui parler à propos d’un signe du Zodiaque chinois, et Dieu lui aurait répondu…

 

Chuck Pierce donne des conseils aux Chrétiens en fonction des mois, tant au niveau spirituel, émotionnel que physique, car selon lui Dieu agirait envers nous de façon spécifique chaque mois. Cela revient à dire que le cours de notre vie se déroulerait de façon cyclique. D’ailleurs, dans une de ses vidéos, il émet l’idée que Dieu peut changer le passé en revenant en arrière de trois générations. Pour lui, le passé peut être changé parce que le temps n’est pas linéaire mais circulaire.

 

Bien que Chuck Pierce la considère comme biblique, la théorie du temps circulaire (ou cyclique) vient de la Kabbale et des religions orientales, et elle est véhiculée de nos jours par des courants ésotériques/occultes. Selon cette conception, le temps n’est pas linéaire et l’histoire est éternellement soumise à des cycles immuables. La théorie du temps circulaire suggère que vous avez toujours une seconde chance de salut, mais « il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement » (Héb. 9:27). Cette théorie est en contradiction avec la Bible qui donne une vision linéaire du temps avec un début, la création par Dieu, et une fin, avec le retour sur terre de Jésus, qui est lui-même « le commencement et la fin » (Apocalypse 22:13).

 

15)  L’ésotérisme chrétien

 

L’ésotérisme est un enseignement réservé à un petit nombre d’initiés et concernant la révélation de choses cachées. Son contraire, l’exotérisme, correspond aux enseignements religieux ou philosophiques qui s’adressent à tous les membres d’une communauté. L’ésotérisme est professé soit à l’intérieur d’une organisation initiatique, soit auprès d’un maître spirituel. Il fait usage de symboles, dont la fonction est de signifier un sens profond. En principe, l’enseignement caché au profane ne contredit pas l’enseignement donné au public, mais il apporte un « deuxième sens ».

 

Dans le judaïsme, les enseignements ésotériques sont regroupés dans la Kabbale, et au sein du christianisme, les courants ésotériques qui appartiennent à des milieux fermés sont regroupés sous la dénomination générale d’ésotérisme chrétien auquel appartiennent par exemple l‘hermétisme chrétien et les écrits théosophiques.

 

Le christianisme est considéré par les sectes ésotériques comme étant exotérique. Aussi veulent-elles faire prendre conscience à l’Église de son « noyau ésotérique ». Tel est le plan de René Guénon :

« Il suffirait de restituer à la doctrine de celle-ci (l’Église), sans rien changer à la forme religieuse sous laquelle elle se présente au dehors (exotérique), le sens profond (ésotérique) qu’elle a en elle-même, mais dont ses représentants actuels paraissent n’avoir plus conscience, non plus que de son unité essentielle (unité ésotérique) avec les autres formes traditionnelles : les deux choses d’ailleurs sont inséparables l’une de l’autre ». (« La Crise du monde moderne » dans « Permanences » n°34 de novembre 1966, p. 53-54)

 

Ésotérique signifiant « qu’il faut avoir des connaissances spéciales pour comprendre », le christianisme ésotérique, également connu sous le nom de christianisme mystique, serait donc un christianisme qui ne peut être compris ou pratiqué que par ceux qui ont été correctement initiés à la connaissance secrète. Il enseigne que le christianisme est une religion de mystères et que seule une petite minorité de personnes parvient à l’illumination nécessaire pour percer les enseignements obscurs de la Bible et connaître véritablement Dieu. La connaissance ésotérique est un mode de compréhension intérieure ou cachée des mystères chrétiens qui, autrement, resteraient obscurs parce qu’il est impossible de les comprendre avec notre raison.

 

Voici la présentation d’un livre récent écrit par un prophète et docteur autoproclamé, qui soutient l’ésotérisme chrétien :

« D’après l’enseignement des sages d’Israël, l’enseignement du Mashiach traite des secrets cachés dans la Torah. Ainsi tout disciple du Mashiach est donc par sa nature un ésotériste, de sorte que le christianisme est dans son essence ésotérique.

Quand Yeshua ouvre sa bouche, Il révèle les secrets cachés depuis la fondation du monde. Ainsi il est le chemin qui nous mène au-delà du voile à la découverte des choses cachées à l’intérieur. Yeshua est cette lumière qui nous conduit et qui nous dévoile les secrets cachés dans l’obscurité car il est écrit : « les paroles cachées sont à l’Éternel et les paroles révélées sont à nous et à nos enfants. La gloire de l’Éternel c’est de cacher les choses, la gloire des rois c’est de sonder les choses. » (Deut. 29:29 ; Prov. 25:2) »

 

Un mystère dans le Nouveau Testament n’est pas une information restreinte à quelques chrétiens, c’est quelque chose qui était caché dans le passé mais qui est révélé à tout le monde : « le mystère caché de tout temps et dans tous les âges, mais révélé maintenant à ses saints » (Col. 1:26).

 

L’ésotérisme chrétien utilise les paroles de Jésus dans Matthieu 13:11 : « Parce qu’il vous a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, et que cela ne leur a pas été donné » pour souligner que la sagesse divine est cachée à certains et révélée à d’autres. Sans aucun doute, Jésus a gardé dans l’obscurité ceux qui l’avaient rejeté volontairement, mais le commandement fondamental de l’Évangile est de croire, pas de chercher la connaissance cachée ou l’illumination mystique. S’il y a dans la Bible des choses que les personnes non sauvées ne peuvent pas comprendre, ce n’est pas parce qu’ils ont besoin d’une connaissance spéciale réservée à des initiés, mais parce qu’ils n’ont pas la pensée de Christ pour recevoir les choses de l’Esprit de Dieu.

 

Jésus a enseigné ses disciples en secret, mais il a dit aussi qu’il « n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret qui ne doive être connu et mis au jour » (Luc 8:17). La vocation propre au Christianisme est de communiquer au plus grand nombre la grâce du Christ. L’invitation à venir à lui ne se limite pas à quelques privilégiés.

 

16)  Les pratiques mystiques

 

Le but du mysticisme est l’union avec Dieu, c’est-à-dire la fusion de l’âme avec Dieu. La recherche de cette union mystique comporte presque universellement trois étapes : la purification, l’illumination et l’union avec le divin. Un moine du XVIème siècle, Jean de la Croix, est surtout connu pour sa description de l’étape de la purification qu’il a appelée « la nuit obscure de l’âme ». Dans les pratiques orientales de méditation comme le Bouddhisme Theravada par exemple, il y a aussi une phase spirituelle appelée « la nuit noire ». Elle peut provoquer une forte dépression, et même parfois amener à se suicider. L’étape de purification est suivie par la phase d’illumination dans laquelle le mystique commence à éprouver des visions et des voix intérieures. Les véritables mystiques pensent que les choses secrètes et profondes de Dieu ne peuvent se comprendre que par l’expérience de l’illumination. Ils l’atteignent à travers le jeûne et les disciplines spirituelles dont les plus connues ont été conçues par le fondateur des Jésuites Ignace de Loyola. Le mysticisme est complètement subjectif et expérientiel car il prétend que Dieu ne peut pas être connu ou compris par le biais de la raison humaine, mais seulement expérimenté subjectivement par le biais de diverses techniques.

 

Le mysticisme a réussi à survivre au sein du catholicisme romain depuis des siècles, mais il était pratiquement inconnu dans les milieux évangéliques en dehors de quelques groupes comme les Quakers. L’acceptation des pratiques catholiques parmi les évangéliques a augmenté régulièrement au fil des ans depuis Vatican II, et elle a augmenté de façon exponentielle avec la popularité du film La Passion du Christ du catholique conservateur Mel Gibson. Sa dramatisation du rituel catholique du chemin de croix l’a rendu populaire chez certains évangéliques, même s’il a dû être réduit en éliminant certaines stations étrangères à l’Écriture.

 

De nombreux leaders de l’Église Émergente d’origine évangélique ont vu le rituel catholique et le mysticisme comme un ingrédient spirituel nécessaire qui avait été perdu à la Réforme. Sola Scriptura (l’Écriture seule) était le cri de ralliement principal des réformateurs, et le fait que la Bible soit considérée comme la seule autorité avait arrêté l’influence des mystiques catholiques connus, comme « les Pères du désert ». Mais le mysticisme catholique a refait surface, et à présent de nombreux leaders du courant pentecôtiste-charismatique ont adopté les anciennes formes de mysticisme d’avant la réforme protestante et les promeuvent. « Beaucoup de responsables chrétiens ont commencé la recherche d’une nouvelle approche sous la bannière de la « formation spirituelle ». Cette nouvelle recherche a conduit beaucoup d’entre eux à des pratiques contemplatives catholiques et disciplines monastiques médiévales », écrit en approuvant Brian McLaren, un des principaux leaders de l’Église Émergente.

 

a)     Le Royaume intérieur

 

Agnès Sanford a été parmi d’autres une pionnière dans l’apport du mysticisme aux évangéliques du XXème siècle. Son livre « La Lumière qui guérit » a été publié en 1947. Elle y écrit que le Royaume de Dieu est à l’intérieur de l’individu, ce qui est un thème commun à tous les mystiques chrétiens :

« Le Royaume de Dieu est en vous, a dit Jésus. Et c’est la lumière intérieure, le lieu secret de la conscience du Très Haut qui est la manifestation actuelle du Royaume des Cieux sur cette terre ». Elle poursuit en disant : « Apprendre à vivre dans le Royaume Céleste, c’est apprendre à allumer la lumière de Dieu à l’intérieur ».

 

Ruth Carter Stapleton, enseignante dans les années 70 de la guérison intérieure et sœur du président Jimmy Carter, a écrit elle aussi que le Royaume était à l’intérieur de nous :

« La pensée concentrée est étonnante. Elle peut devenir un véhicule pour communiquer avec le cœur de notre être que Jésus a appelé le Royaume de Dieu intérieur« .

 

Les mystiques « chrétiens » nous incitent à chercher Dieu (ou Son Royaume) en nous, ils ont comme priorité la communion avec un Dieu intérieur. Or, même si nous avons reçu Son Esprit, Jésus ne nous a pas dit de prier Dieu à l’intérieur de nous, mais Dieu le Père « qui est aux cieux ». Cette idée de Royaume Intérieur incite à faire un voyage intérieur et est en concordance avec un mode de pensée influencé par le Nouvel Âge et le post-modernisme.

 

Ces gens citent Luc 17:21 comme point de référence : « On ne dira point : Il est ici, ou : il est là. Car voici, le Royaume de Dieu est au milieu de vous ». La traduction « le Royaume de Dieu est en vous » se retrouve dans de nombreuses versions bibliques, mais Jésus n’a pas dit aux Pharisiens que le Royaume était en eux, mais qu’il était parmi eux en Sa Personne. Il n’y a rien dans ce passage qui suggère que les Pharisiens trouveraient le Royaume de Dieu en faisant un voyage intérieur. Au contraire, Il leur fallait se repentir et se tourner vers Christ pour leur salut.

 

b)     La prière contemplative

 

Le cœur du mysticisme, chrétien ou non, est la contemplation. Le prêtre catholique William Shannon, dans son livre Seeds of Peace, a expliqué la vision du monde sous-jacente du mouvement de la prière contemplative dans son ensemble comme suit :

« Cet oubli de notre unité avec Dieu n’est pas simplement une expérience personnelle, c’est l’expérience collective de l’humanité. En effet, c’est un moyen de comprendre le péché originel. Nous sommes en Dieu, mais nous ne semblons pas le savoir. Nous sommes au paradis, mais nous ne le réalisons pas ».

 

On trouve des citations similaires dans pratiquement tous les livres écrits par des auteurs contemplatifs. Un gourou hindou ou un maître bouddhiste zen offrirait la même explication. Cette conclusion devient tout à fait logique lorsque l’on trace les racines de la prière contemplative.

 

Au début du Moyen Âge, un groupe d’ermites vivait dans les régions sauvages du Moyen-Orient. Ils sont connus dans l’histoire comme les pères du désert. Ils habitaient dans de petites communautés isolées dans le but de consacrer totalement leur vie à Dieu, sans distraction. Le mouvement contemplatif trouve ses racines dans ces moines qui ont promu le mantra en tant qu’outil de prière, après avoir créé et exploré différentes méthodes de prière. Les pères du désert croyaient que tout pouvait être utilisé pour atteindre Dieu tant que ce désir était sincère. Si une méthode permettait aux Hindous d’atteindre leurs dieux, des mantras chrétiens pourraient alors être utilisés pour atteindre Jésus. Selon un pratiquant actuel de la prière contemplative, Tilden Edwards, les chrétiens qui ne pratiquent leur christianisme que sur la base de la Bible appauvriront leur spiritualité. C’était la pensée des pères du désert.

 

La prière contemplative moderne a été développée dans les années 1970 par trois moines catholiques dont Thomas Keating, qui désirait formuler un type de prière s’apparentant à la méditation orientale. Un dialogue interreligieux avec des enseignants bouddhistes et hindouistes a eu lieu à l’abbaye de Saint-Joseph pendant les 20 années où il a été abbé. Une retraite d’une semaine pour les moines a même été faite par un maître Zen. La conséquence directe de l’exposition aux traditions religieuses orientales a été une fusion de ces traditions avec le mysticisme catholique dans la prière contemplative.

 

La prière contemplative (appelée aussi prière de centrage) est donc une forme christianisée de méditation orientale. Elle est pratiquée presque à l’identique que dans l’hindouisme et le bouddhisme, mais ses promoteurs ont fait croire que la méditation orientale était une contrefaçon de la prière méditative chrétienne. Elle gagne rapidement en popularité et acceptation dans les milieux évangéliques. Dans ce type de prière, toute pensée, émotion, mémoire, etc. est bannie, comme dans l’autohypnose. On ne fait rien et on vide son esprit dans le but de devenir un avec Dieu. Ses partisans la définissent comme suit :

« Nous pouvons penser à la prière comme des pensées ou des sentiments exprimés en mots. Mais ce n’est qu’une seule expression. Dans la tradition chrétienne la prière contemplative est réputée être le pur don de Dieu. C’est ouvrir l’esprit et le cœur – notre être tout entier – à Dieu, le Mystère Ultime, au-delà des pensées, des mots et des émotions. Par la grâce, nous ouvrons notre conscience à Dieu qui comme nous le savons par la foi est en nous, plus proche que la respiration, plus proche que la pensée, plus proche que le choix – plus proche que la conscience elle-même. »

 

À quel Dieu nous ouvrons-nous par ce moyen, le Dieu de la Bible qui s’est révélé au travers de Son fils ou celui qui est considéré comme « le Mystère Ultime » ? Selon le mystique du XIVe siècle Maître Eckhart il y aurait une étincelle divine à l’intérieur de tous les êtres humains, et la prière contemplative vise à prendre conscience et se connecter avec cette divinité intérieure. Cet enseignement d’une étincelle divine existant dans tous les êtres humains est en contradiction avec le fait que, sans Christ, tous les hommes sont morts dans leurs offenses.

 

Le type de méditation favorisé par les Chrétiens mystiques requiert un état de conscience autre que normal. C’est pour ça qu’il existe un si grand intérêt pour les rêves chez les mystiques car le sommeil est un temps où on est dans un état de conscience différent. Les techniques de méditation orientale amènent volontairement un individu dans un état modifié de conscience dans l’espoir de contacter le monde spirituel. En s’engageant dans un état modifié de conscience au moyen des techniques de méditation orientale, un Chrétien est censé rencontrer Jésus. Mais c’est une hypothèse très dangereuse parce que les mystiques des autres religions ne le rencontrent pas.

 

Les pratiques mystiques provoquent des ondes cérébrales Alpha similaires à celles qui sont provoquées par l’hypnose. Le Dr Andrew Newberg, un neuroscientifique, a fait des scanners du cerveau de religieuses en prière contemplative. Il a découvert qu’il se produisait les mêmes changements dans leur activité cérébrale que pour quelqu’un sous l’effet de la drogue. Les effets des champignons hallucinogènes et de la prière contemplative sur la conscience d’une personne sont essentiellement les mêmes, ce qui prouve qu’il s’agit d’une discipline extrêmement dangereuse.

 

Les Chrétiens mystiques prétendent que les Chrétiens ont perdu leur habileté d’entrer dans le monde intérieur du silence à cause du rationalisme occidental (d’ailleurs tous les auteurs chrétiens mystiques blâment l’Occident et le rationalisme). La plupart d’entre eux recommandent d’inclure la prière à la respiration. Les techniques de respiration peuvent être utilisées en même temps que la répétition d’un mot ou d’une phrase afin de permettre de vider sa pensée et de trouver le « silence ». Bien que les Chrétiens mystiques essaient d’écarter les similarités avec elle, cette pratique est de la Méditation Transcendantale, avec une phrase biblique comme mantra au lieu des noms de dieux Hindous. Ruth Carter Stapleton a écrit :

« Rarement considéré, l’art d’écouter Dieu s’apprend en nous positionnant dans le silence. Parce que nous avons besoin de silence en tant qu’être humain et parce que notre Chrétienté bruyante tend à ignorer ce besoin, une variété de disciplines méditatives s’est infiltrée dont la plus populaire est la Méditation Transcendantale. Il n’est pas nécessaire d’argumenter contre une telle discipline. Nous avons seulement besoin de découvrir l’expression authentique de la méditation Chrétienne qui fait de toutes les autres des disciplines inférieures et non nécessaires. »

(Ruth Carter Stapleton – Inner Healing (Guérison Intérieure), p. 163)

 

Les versions Chrétiennes de la Méditation Transcendantale ont pour but de faire taire la pensée afin d’entrer en contact avec Dieu et L’entendre. Il y a une autre forme de prière méditative qui fait appel à des images mentales pour aider à expérimenter Dieu plus profondément. Il s’agit d’utiliser une image mentale dans le but de « voir Jésus ». Pour prouver son efficacité, le pasteur et auteur Greg Boyd argumente que seuls les croyants peuvent voir une image de Jésus dans leur pensée et que c’est quelque chose que nous devons apprendre à faire. La méthode qu’il décrit dans son livre Seeing is Believing (Voir c’est Croire) implique qu’au moyen d’un processus, il a pu se rendre dans un monde mental. Jésus le rencontre dans ce monde devenu vivant et réinterprète ses souvenirs pour lui apporter la guérison. Boyd appelle « se reposer en Christ » sa technique de création d’une image mentale de Jésus qui s’anime et qui nous parle. Mais la bible n’enseigne pas cette pratique qui n’a aucun rapport avec les passages au sujet du repos en Christ.

 

Le Quaker Richard Foster recommande d’utiliser notre imagination de façon semblable :

« Ainsi, vous pouvez vraiment rencontrer le Christ vivant dans l’événement, L’entendre vous adresser la parole et être touché par Sa puissance de guérison. C’est plus qu’un exercice de l’imagination ; il s’agit d’une réelle confrontation. Jésus-Christ viendra vraiment vers vous. »

 

Il ne s’agit pas ici de penser à Jésus en essayant de s’imaginer l’apparence physique qu’il avait. Il s’agit d’une technique qui conduit une personne dans un état dans lequel une image de Jésus devient le Christ vivant qui lui parle et lui donne des informations spirituelles qui ne sont pas révélées dans les Écritures. Cette technique ne fait pas partie des moyens prévus par Dieu pour s’approcher de Lui.

 

La Kundalini est un terme utilisé pour définir la puissance mystique ou la force qui est à la base de la spiritualité Hindoue. Dans l’hindouisme elle est communément dénommée la puissance du serpent. Selon Thomas Keating, le père du mouvement moderne de la prière contemplative qui balaie largement les cercles évangéliques, l’état spirituel qui est atteint lors d’une prière contemplative / de centrage est le même que celui qui est atteint lors du soi-disant « éveil » de la Kundalini.

 

Philip St. Romain, un ministre laïque catholique, raconte son expérience de prière contemplative dans son livre « Kundalini Energy and Christian Spirituality » (Énergie Kundalini et Spiritualité Chrétienne). Il avait reçu le baptême du Saint-Esprit dans le cadre du Renouveau Charismatique et parlait en langues. Après avoir rejeté la prière mentale qu’il avait jugée comme improductive, il a arrêté de réfléchir sur les écritures pendant la prière. S’inspirant des écrits de Jean de la Croix, il a renoncé à faire l’expérience de Dieu en utilisant la raison et a embrassé une forme de prière passive éliminant la pensée. En pratiquant régulièrement la prière contemplative, il s’est mis à expérimenter des phénomènes étranges tout au long de son parcours spirituel. Après avoir étudié les religions orientales pour essayer de comprendre ce qui lui arrivait, il en est venu à la conclusion qu’il avait affaire à l’énergie Kundalini :

« J’ai connu divers phénomènes psychologiques et physiologiques tels que ceux attribués à la Kundalini dans la littérature hindoue et taoïste… Tout cela m’est arrivé dans le contexte de la prière contemplative chrétienne. »

 

Philip St. Romain explique que seule la passivité totale à la Kundalini (qui serait bloquée par les activités de l’intellect) lui apporte la sérénité. C’est alors seulement qu’il a un sens de la présence de Dieu, mais ce n’est certainement pas celui de la Bible.

 

Thomas Keating a écrit la préface du livre de Philip St. Romain. Il y reconnaît que la Kundalini est pareille à la contemplation chrétienne :

« Étant donné que cette énergie [Kundalini] est à l’œuvre chez de nombreuses personnes qui se sont consacrées à la prière contemplative, ce livre est une contribution importante pour le renouveau de la tradition contemplative Chrétienne. Il sera une grande consolation pour ceux qui ont expérimenté des symptômes physiques découlant de l’éveil de la Kundalini lors de leur voyage spirituel. La plupart des disciplines à travers le monde insistent sur une certaine forme de discipline sérieuse avant que l’éveil de la Kundalini ne leur soit communiqué. Dans la tradition Chrétienne, la pratique régulière des étapes de la prière Chrétienne de contemplation sont des disciplines essentielles ».

 

Keating explique que la raison pour laquelle il y a besoin de directeurs spirituels pour aider le Chrétien contemplatif est que la nature de la Kundalini est puissante et dangereuse. Saint Antoine, un des Pères du désert, a rencontré fréquemment des forces étranges et parfois terrifiantes en priant. Il est inquiétant de savoir que des leaders évangéliques se sont alliés avec des personnes dont la spiritualité est autant influencée par les mystiques que Thomas Keating, puisqu’il reconnait que la contemplation et l’éveil de la Kundalini sont la même chose.

 

Avec son livre « Célébration de la Discipline » paru en 1978, Richard Foster avait réussi à convaincre une multitude de chrétiens évangéliques que les mystiques médiévaux étaient les seuls à avoir découvert la clé de la véritable vie spirituelle. Mike Bickle de la Maison Internationale de Prière (IHOP) pense lui aussi que les lumières les plus brillantes de l’histoire de l’Église sont les mystiques catholiques du Moyen Âge, et que l’Église occidentale aurait beaucoup à apprendre d’eux. Selon lui Dieu restaurerait la prière contemplative à l’Église :

« L’aile Protestante de l’Église occidentale, qui est un très petit pourcentage du corps de Christ…, ignore presque complètement (à 98 %) que le Saint-Esprit restaure la prière contemplative — Centre de la scène – à l’Église […] Le Saint-Esprit restaure ce joyau précieux au corps du Christ. C’est le moyen ordonné par Dieu pour atteindre la plénitude de Dieu […] nous avons besoin de voir où quelques-uns nous ont précédés, et dire que s’ils le faisaient, nous le pouvons, et nous pouvons aller plus loin… »

(1ère partie du message audio de Mike Bickle : « La Prière Contemplative »)

 

La prière contemplative a joué un rôle important dans le conditionnement des membres de Bethel Church pour virer dans le Nouvel Âge. Dans son livre La Prière Change Les Choses, Beni Johnson a écrit un chapitre intitulé « Les mystiques, les expériences mystiques et la prière contemplative ». Elle écrit :

« Dans la prière contemplative, vous découvrez que l’atmosphère autour de vous devient mince au point qu’il n’y a pas de division entre le ciel et la terre ».

 

Après avoir fait la promotion de la prière contemplative depuis plus de dix ans, Jeunesse en Mission veut maintenant que ses membres la pratiquent :

« Rejoignez-nous ce mois-ci alors que… nous prions et écoutons Dieu parler au sujet de la prière contemplative… Depuis le troisième siècle le peuple de Dieu s’est engagé dans des pratiques que nous appelons maintenant contemplatives… Quelques-unes de ces pratiques contemplatives impliquent : les prières de respiration, qui consistent à prier une courte phrase avec votre inspiration et votre expiration ; la « lectio divina », qui est une façon méditative de lire des passages de l’Écriture ; et la prière silencieuse comme la prière de centrage. » (Publication du 11/06/2018 sur le site internet d’YWAM)

 

La voix que nous entendons durant la prière contemplative est toujours censée être celle de Dieu, puisque c’est le but de cette pratique. Cependant Richard Foster conseille à ses praticiens de faire preuve de prudence. Il admet que « nous entrons profondément dans le domaine spirituel » et que parfois ce n’est pas celui de Dieu, même s’il est surnaturel. Il conseille même de faire une prière de protection avant d’entrer dans la prière contemplative pour ne pas entrer en contact avec des esprits déchus. Il est incroyable que Foster admette que la prière contemplative est dangereuse et qu’elle peut éventuellement amener dans le monde des mauvais esprits.

 

Ray Yungen (décédé en 2016), qui a étudié le mouvement de prière contemplative pendant plus de vingt ans, affirmait que quand un chrétien se mettait à pratiquer cette forme mystique de prière, son opinion sur la Croix et le salut commençait à changer. En effet, des contemplatifs comme Henri Nouwen et Thomas Merton se sont éloignés de l’Évangile après des années de pratique : à la fin de sa vie, Henri Nouwen a dit que tous les chemins menaient à Dieu, et Thomas Merton qu’il voulait être le meilleur bouddhiste possible. La prière contemplative met les chrétiens en grand danger car elle produit une séduction qui va détruire la solidité doctrinale, voire même finalement la foi chrétienne authentique.

 

c)      Les Nouveau Mystiques

 

John Crowder compare l’effet de l’onction du Saint-Esprit à l’ivresse ou à l’effet de la drogue. Cet homme était inconnu jusqu’à ce qu’apparaisse sur YouTube sa vidéo blasphématoire « Tokin’ the Ghost« . Dans cette vidéo filmée durant Lakeland, il prend une bouffée du « Saint-Esprit » comme s’il fumait du cannabis. Sur internet on trouve aussi une photo où le prophète James Goll, apparemment ivre « dans l’esprit », lui transmet un joint imaginaire pour lui communiquer cette « onction ».

 

James Goll donne des enseignements pour aider les Chrétiens à « activer » leur « onction de voyant » (« the seer anointing »), différente de celle du prophète et supérieure parce qu’elle permet de voir dans le monde spirituel. Il a d’ailleurs écrit un livre appelé « The seer » (le voyant).

 

La prophétesse Stacey Campbell, qui secoue frénétiquement la tête comme on le voit sur une vidéo YouTube avec Todd Bentley à Lakeland (le 23 juin 2008), enseigne « la prophétie extatique« . Son livre Ecstatic prophecy traite des tenants et des aboutissants de cette façon de prophétiser. Il s’agit d’une forme de prophétie où le prophète est complètement saisi -corps, âme et esprit- par un esprit censé être le Saint-Esprit et prophétise de la même façon qu’un oracle. Cette forme correspond à ce qui est arrivé à Saül au contact des Fils des Prophètes, mais elle n’est pas conforme au Nouveau Testament car l’apôtre Paul dit que « les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes ». (1 Corinthiens 14:32)

 

John Crowder a écrit un livre sur ce qu’il appelle « les Nouveaux Mystiques« . En accord avec les idées des « Fils de Dieu Manifestés », il compte sur la formation de l’armée qui triomphera du monde avant le retour de Christ. Il dit que la nouvelle Église reprendra des « manteaux anciens », les pouvoirs perdus des mystiques et des moines Catholiques du Moyen-Âge. Les manteaux reconquis par « les Nouveaux Mystiques » ont appartenu à des personnages très discutables du passé, comme Bernard de Clairvaux, qui avait le don des miracles mais qui incitait les Catholiques à tuer dans les Croisades, Joseph de Cupertino, un moine qui avait l’habitude de léviter, Thérèse d’Avila, une mystique stigmatisée, etc…

 

Au Moyen-Âge, les expériences spirituelles et les révélations faites par la contemplation étaient mises en valeur tandis que les Écritures étaient souvent ignorées et parfois même interdites par l’Église institutionnelle. Le mysticisme chrétien médiéval avait pour objectif l’union de l’âme humaine avec Dieu et il était caractérisé par un retrait ascétique du monde, une obsession malsaine de la souffrance et le rejet de la pensée rationnelle.

 

Les réformateurs du XVIème siècle n’ont pas considéré les mystiques médiévaux comme leurs prédécesseurs. Ils ne peuvent pas être suivis dans leurs doctrines et leurs expériences car ils avaient adopté des croyances et pratiques de la pensée païenne comme le Néoplatonisme, qui enseignait qu’on pouvait seulement rencontrer l’Être suprême dans un état irrationnel d’extase (transe) obtenu par la contemplation mystique. Si leurs expériences étaient sans doute authentiques, certaines étaient probablement démoniaques.

 

Les « Nouveau Mystiques » acceptent le post-modernisme de l’Église Émergente, attrayant pour les Chrétiens les plus jeunes. Les émergents ont rejeté l’infaillibilité biblique pour une approche plus libérale de la Bible, en considérant la théologie comme quelque chose qui met Dieu dans une boîte. L’Église Émergente a ressuscité des pratiques monacales anciennes dans un effort pour faire une connexion mystique avec Dieu par le sacramentel. Ceci inclut l’utilisation d’icônes, de bougies, d’encens, de reliques, entre autres, avec la redécouverte de la prière contemplative.

 

« Les Nouveaux Mystiques » adaptent les pratiques de l’Église Émergente à la Nouvelle Réforme Apostolique pour créer la nouvelle race de saints qui réalisera les dernières prophéties des Fils de Dieu Manifestés. Cette nouvelle Église sera remplie de ceux qui ne s’intéressent pas à l’étude de la Bible. La nouvelle race surpassera les mystiques du Moyen-Âge dans leurs pouvoirs et impressionnera le monde. La bilocation, la lévitation, l’interaction avec les saints décédés et les anges, ainsi que le contrôle de la nature marquera les Nouveaux Mystiques. John Crowder prétend pouvoir être dans deux endroits en même temps et dans son école mystique, on peut expérimenter transes, ravissement et prière extatique, vivre des phénomènes physiques du mysticisme, être activé dans les miracles, signes et prodiges, dans le domaine de la prophétie et du voyage en esprit…

 

L’ingrédient clé de la nouvelle race est de changer d’état de conscience par la pratique de la prière contemplative ou du soaking. Une autre clé est la volonté d’accepter des choses qui sont contradictoires par rapport à la foi. La troisième clé est l’unité entre les Protestants et les Catholiques. John Crowder voit l’acceptation de la transsubstantiation par les non-catholiques comme la clé de l’unification avec Rome. Après l’unification du Christianisme, une unification de toute l’humanité suivra. John Crowder affirme qu’il y a de la vérité dans toutes les religions : « Les religions même fausses ont des pratiques et des visions mondiales avec une valeur rachetable ».

 

d)     Le soaking

 

Le soaking est une nouvelle méthode de prière qui a été amenée dans l’Église par John Arnott. Le mot « soaking » vient du verbe anglais « to soak » qui signifie « tremper ». Le soaking, c’est « tremper » dans la présence de Dieu.

 

Voici une explication du soaking tirée du site de Wendy Backlund qui supervise un groupe biblique pour femmes à Bethel Church :

« Le soaking ajoute une nouvelle dimension à notre relation avec le Père. L’idée n’est pas de parler avec Lui, mais de L’écouter et de vivre une expérience avec Lui et en Lui. Le soaking s’appuie sur la conviction que Dieu est par nature surnaturel et souhaite avoir une relation surnaturelle avec ses enfants. Le soaking permet de recevoir une impartition du surnaturel, une révélation et des visions.

Ce n’est pas un moment où le Saint-Esprit vient vous montrer ce qui ne va pas. C’est un temps d’intimité avec Dieu. Venez comme vous êtes, couverts par le sang de l’Agneau, en sachant qu’Il peut vous parler à un autre moment des choses à changer. Il désire prendre le temps de nous aimer et de renouveler nos forces par Sa présence…

Il n’est pas nécessaire de s’acharner ni de Le supplier pour que Dieu vienne. Par la foi, croyez que lorsque vous êtes installé dans Sa présence, Il est là. Il n’y a qu’à recevoir, comme si vous étiez dans une station-service et qu’on remplissait votre réservoir d’une substance invisible mais qui n’a pas de prix. Entendre ou voir quelque chose pendant ce temps particulier n’a pas vraiment d’importance, mais par la foi, croyez que « vous absorbez » la substance de Sa gloire. Nos corps sont comme les mouchoirs bénis de Paul mentionnés dans Actes 19. Nous nous imbibons de Sa substance et elle imprègne notre corps physique.

Je conseille la louange pour entrer dans la présence de Dieu. Quand vous louez, n’hésitez pas à utiliser votre imagination sanctifiée pour visualiser la Salle du Trône, les Cieux et le royaume invisible. Autorisez-vous à « suivre » les visions ou les pensées qui viennent du domaine invisible du Royaume de Dieu… »

 

Le soaking est une forme de méditation passive, comme la prière contemplative. Le verset 10 du Psaume 46 : « Tenez-vous tranquilles, et sachez que je suis Dieu » est souvent utilisé pour justifier la pratique du soaking ou de la prière contemplative. Mais ce passage ne nous parle pas de pratiquer une forme de méditation, mais de cesser de combattre avec nos propres efforts et de faire confiance à Dieu. Jésus n’a pas enseigné de postures ou de techniques de contemplation pour prier et méditer. Il a mis l’accent sur une approche relationnelle de Dieu le Père, dans laquelle la prière est une simple conversation avec Lui.

 

e)     La danse de transe

 

La prophétesse Patricia King considère la danse de transe comme une forme chrétienne d’adoration, qu’elle et Caleb Brundidge, un de ses ministères itinérants, appellent « l’adoration Ekstasis« . Caleb Brundidge est un D.J. « prophétique » qui fait un show appelé le « Club Mysterio ».

 

Voici des citations de Caleb Brundidge tirées de l’émission « Extreme Prophetic TV » de Patricia King où il explique ce qu’est l’adoration extatique :

« Vous n’avez plus à étudier la Parole, quand vous êtes à l’intérieur d’une atmosphère imprégnée, Elle devient une partie de vous.

L’adoration « Ekstasis » est une adoration où vous sortez de votre esprit et où simplement vous vous libérez dans l’adoration sans retenue avec Dieu, en entrant dans l’extase de Dieu.

Avec le rythme, le son et la répétitivité de la musique, la Parole est conduite dans votre corps, non seulement votre esprit, non seulement votre âme, mais l’esprit entier, le corps et l’âme.

Dans l’adoration « Ekstasis », même dans notre prière et dans notre mouvement, il s’agit de danser… de la sentir dans votre corps, en donnant votre corps à Dieu comme un sacrifice vivant, saint et acceptable. Commencez à tournoyer et tournoyer… des choses [inexpliquées] commencent à arriver…

Quand vous dansez… votre émotion et amour pour Jésus Christ, quelque chose arrive, non seulement dans le spirituel, mais dans le naturel et dans la force… les paroles que nous prononçons deviennent une dans votre corps à un niveau cellulaire. Et ce n’est pas comme vous l’apprenez, cela devient une partie de ce que vous êtes. »

 

La musique qu’il diffuse ne diffère en rien de la musique de « rave » ou de « transe ». Cette sorte de musique a été appelée ainsi parce que les discothèques l’utilisent pour permettre aux clients d’entrer dans un état modifié de conscience -avec ou sans l’assistance de drogues- sur des morceaux de musique répétitifs. Il n’y a pas besoin d’être un spécialiste en anthropologie pour reconnaître des parallèles entre la danse de transe moderne et les danses rituelles qui sont encore utilisées dans beaucoup de cultures pour produire des changements d’état de conscience et du « voyage en esprit ». Les clients du « Club Mysterio » peuvent effectivement sentir « l’extase », mais de la même façon que les danseurs du yoga quand ils invoquent les divinités hindoues. On peut danser dans l’Esprit pour louer Jésus, mais on doit rester conscient de ce qu’on fait et ne pas chercher à entrer dans un état de transe.

 

17)  Le Sozo

 

Le pasteur argentin Carlos Annacondia avait créé une méthode de délivrance basée sur les 4 portes. Randy Clark a apporté à Bethel Church ce modèle de délivrance, et dans un deuxième temps l’équipe de Bethel a élaboré un complément pour développer une méthode qui a été appelée Sozo.

 

Le site internet de Sozo France présente le Sozo comme :

  • Un ministère de guérison intérieure et de délivrance issu de l’église Bethel à Redding.
  • L’objectif du Ministère Sozo de Béthel est d’aider les personnes à recevoir le « kit » complet du salut, de la délivrance et de la guérison.
  • L’objectif est que la guérison des blessures du passé puisse briser les forteresses, remplacer les mensonges par la vérité et fermer les portes qui donnent accès à l’ennemi (Satan).
  • Sozo est simple, rapide, efficace et guidé par l’Esprit.
  • Sozo décèle les racines des problèmes en quelques minutes au lieu de nécessiter des années.
  • Sozo aide à guérir votre relation avec Dieu pour vous permettre d’accomplir votre destinée.

Le tout est supervisé par les dirigeants de Bethel Church, Theresa Liebscher et Dawna de Silva. Il est aussi indiqué que le mot grec Sozo est utilisé 110 fois dans le Nouveau Testament et qu’il signifie « sauver », « guérir », « délivrer ».

 

Cette méthode serait efficace car elle amènerait rapidement des guérisons, 2 heures de Sozo valant 4 ans de relation d’aide ou de psychothérapie. Elle n’est pas considérée par Béthel comme de la relation d’aide mais comme un don du Saint-Esprit. Pourtant les séances sont payantes (75 $) comme une consultation de psychothérapie. Le Sozo étant présenté comme venant du Saint-Esprit, il s’agirait donc de faire payer l’utilisation de ses dons ?

La session Sozo dure environ 2 heures et celui qui reçoit le Sozo, le « sozoé« , est conduit à passer en revue les 4 méthodes suivantes : l’échelle du père, les 4 portes, présenter Jésus, le mur. Pour passer chacune de ces méthodes, le sozoé doit être amené au pardon car seul le pardon apporte la guérison.

  1. L’échelle du Père : la vision que nous avons de notre famille terrestre serait liée étroitement à la relation que nous avons avec notre famille céleste. La guérison des dysfonctions relationnelles avec notre famille terrestre se fait donc par notre famille céleste. Pour ce faire, Dieu le Père est représenté par notre père terrestre, Jésus par nos frères, sœurs et amis, et le Saint-Esprit par notre mère terrestre.
  2. 2. Les 4 portes : tous les problèmes d’ordre relationnels, physiques, psychiques ou spirituels découleraient de ces 4 portes : la haine, la crainte, le péché sexuel et l’occultisme. L’accompagnant amène la personne à chercher les blessures et les mensonges qui sont rentrés par ces 4 portes.
  3. Présenter Jésus : l’accompagnant amène le sozoé à revivre des situations traumatiques du passé et demande à un membre de la famille céleste de le rejoindre dans ce souvenir et de lui montrer où il se trouvait dans cette situation. Le sozoé doit aussi comprendre les blessures qui ont pu s’installer chez lui pendant cette situation traumatique.
  4. Le mur : l’accompagnant amène le sozoé à voir s’il y a un mur dans sa vie. Les murs sont tout ce qu’une personne peut construire pour se protéger ou se défendre. Le sozoé doit sortir de la session Sozo en paix sans mur de protection. Il doit décrire s’il voit un mur, comment il est, de quelle couleur, de quelle matière et ses ressentis.

 

Le sozoé est accueilli dans une ambiance d’amour et de paix, il est mis en confiance et est amené à vivre un moment paisible avec Dieu. Il ressent un bien-être général et l’environnement est propice à la confidence et la détente. Il se concentre avec l’aide de Dieu sur l’échelle du Père, les portes ou le mur, ou sur un souvenir traumatisant. C’est là qu’il entre dans un état où son inconscient est accessible, comme sous hypnose, et que le travail de révélation des mensonges du passé peut commencer.

 

Durant la séance le sozoé doit visualiser Jésus. Le manuel d’utilisation de Sozo par Andy Reese explique que s’il ne peut pas visualiser Jésus, c’est qu’il y a une forte probabilité de blocage démoniaque. On demande au sozoé dans quel endroit Jésus aimerait l’emmener. C’est la même méthode que la création d’un « lieu sûr » dans l’hypnose ericksonienne.

 

Les liens entre Sozo et thérapie de la régression sont évidents. La thérapie de la régression soutient que tous nos problèmes trouvent leur racine dans le passé, et que revenir dans le passé va les résoudre de manière rapide et efficace. Elle cherche à retrouver des expériences oubliées et stockées dans l’inconscient. Le thérapeute mène le patient à revisiter son passé, il analyse ses ressentis, ses émotions et tout ce qu’il dit. Freud faisait des thérapies de régression de manière très poussée. Il s’est avéré que certains patients avaient mal vécu ces régressions et étaient plus mal après qu’avant. La thérapie de la régression utilise généralement l’hypnose.

 

L’accompagnant conduit le sozoé dans le passé pour rechercher ce qui a été douloureux, en se concentrant sur les sensations corporelles, auditives, visuelles, etc. Il doit décrire des formes, des couleurs, des odeurs, des scènes, des émotions qu’il ressent, etc… On est bien dans une thérapie de la régression. Le Sozo, tout comme l’hypnose et la régression, est dangereux pour certaines personnes.

 

La méthodologie du Sozo ressemble à celle des psychothérapeutes. C’est de la psychanalyse freudienne christianisée qui fait de la recherche sur l’inconscient par le biais de techniques comprenant des formes de visualisation guidée. En retournant dans le passé pour guérir de leurs traumatismes avec cette méthode de régression, beaucoup n’ont retrouvé que le traumatisme et ont dû se tourner vers les soins médicaux pour faire face à leurs expériences revécues.

 

Une scientifique a démontré qu’il est facile d’implanter des faux souvenirs par des techniques de suggestion. Plusieurs procès retentissants ont freiné le développement de la méthode de la régression qui commençait à se répandre aux États-Unis à la fin des années 80. Un des exemples les plus marquants est le cas d’une jeune fille qui, suite à une thérapie reçue dans une église du Missouri, a accusé son père pasteur de l’avoir violée entre l’âge de 7 et 14 ans et d’avoir pratiqué sur elle deux avortements. Elle avait développé des souvenirs d’abus inexistants suggérés par sa mère présente pendant la thérapie. Son père a dû démissionner lorsque ces faits sont devenus publics. En réalité, un examen médical a démontré que la jeune fille était vierge et qu’elle n’avait jamais été enceinte…

 

Mais il y a tous les cas où il n’est pas possible de prouver les fausses affirmations. Internet regorge de témoignages de parents qui n’ont plus de contact avec un de leurs enfants suite à de telles thérapies, le Sozo de Bethel Church étant mentionné de nombreuses fois. Des familles et des vies sont brisées suite à ces pratiques. Bien entendu il y a également des témoignages positifs, sinon le Sozo n’aurait aucune chance de se développer. Mais on ne sait pas comment ces personnes vont évoluer par la suite.

 

 

 

 

I –                 Les croyances Nouvel Âge dans l’Église

 

Beaucoup de chrétiens d’aujourd’hui fondent la vérité sur l’expérience, rejettent la logique et les faits objectifs et embrassent des méthodes qui sont utilisés dans l’occultisme et le Nouvel Âge, tels que le Reiki, l’homéopathie, la kinésiologie appliquée et l’acupuncture. Et non seulement les chrétiens consultent des praticiens occultes, mais certains deviennent eux-mêmes des praticiens. Ils sont encouragés à le faire par une nouvelle mentalité dans l’Église qui ne croit plus à l’origine diabolique des pratiques du Nouvel Âge. Dans son livre de 2006 « Rêver avec Dieu », Bill Johnson écrit, en se référant à une pratique associée au Nouvel Âge :

« Plusieurs éminents pasteurs et conférenciers ajoutent de l’huile sur le feu de peur de supposer que parce que le Nouvel Âge en assure la promotion, son origine doit venir du diable. Je trouve cette forme de raisonnement faible au mieux. Si nous suivons cette ligne de pensée, nous allons continuer à attribuer au diable les outils que Dieu nous a donnés pour réussir dans la vie et le ministère ».

 

Il pense que les pratiques du Nouvel Âge ne sont que des vérités chrétiennes détournées, et que ce sont des outils dont les chrétiens doivent se servir. Nous entendons de plus en plus enseigner aux chrétiens qu’ils doivent « récupérer les vérités » du Nouvel Âge car elles appartiennent en réalité à l’Église. Jonathan Welton écrit :

« J’ai trouvé partout dans l’Écriture au moins 75 exemples de choses que le Nouvel Âge a contrefaites, comme avoir un esprit-guide, des transes, la méditation, les auras, les objets ayant un pouvoir, la clairvoyance, la clair audience et plus. Celles-ci appartiennent vraiment à l’Église, mais elles ont été volées et réemballées habilement. »

« Nous devons commencer à utiliser les contrefaçons comme poteaux indicateurs. Chaque fois qu’une contrefaçon se révèle, prenez-la comme si le Seigneur vous présentait une opportunité de reconquérir… la propriété volée de l’Église. »

 

1)                 Nouvelle Réforme vers une Nouvelle Spiritualité

 

Les enseignements du Nouvel Âge visent à faire dériver l’Église vers une « Nouvelle Spiritualité« . Dans les années 80, des leaders évangéliques s’étaient réunis et avaient décrété que la venue du Christ ne serait pas pour une durée de 1000 ans. En conséquence à leur amillénarisme, ils avaient décidé d’élaborer leur propre scénario pour l’avenir de l’Église, ainsi qu’un plan pour reconstruire la terre. Ce plan s’accordait parfaitement avec celui qui était déjà mis en place par le Nouvel Âge.

 

Les pasteurs Robert Schuller, Rick Warren et Brian McLaren se sont laissé influencer par la spiritualité du Nouvel Âge à cause de leur désir de changer l’Église. Ils disent exactement la même chose que l’esprit guide d’Alice Bailey cinquante ans plus tôt : « Ne vous inquiétez pas au sujet des détails du retour de Christ. Concentrez-vous sur votre mission ». Autrement dit : « ne vous concentrez pas sur les avertissements prophétiques dans la Bible sur l’arrivée d’un faux Christ ».

 

Robert Schuller a invoqué fréquemment la métaphore du « rêve de Dieu » pour décrire sa « Nouvelle Réforme » dans l’Église. Cette Réforme était selon lui « le grand plan de Dieu pour racheter la société ». Alors que l’expression « le rêve de Dieu » ne peut être trouvée nulle part dans la Bible, c’est un terme que Robert Schuller a utilisé pendant plus de trente ans. Vingt ans plus tard, Rick Warren a proclamé lui aussi la « Nouvelle Réforme » dans l’Église. Il avait terminé ses études en 1980 à l’Institut de Robert H. Schuller où il avait été « profondément influencé » par lui, selon son épouse.

 

Rick Warren utilise le concept du « rêve de Dieu » de Robert Schuller pour inspirer des millions de chrétiens à suivre son plan Global « P.E.A.C.E. » (acronyme de « peace », paix) en 5 points pour « changer le monde ». Dans un e-mail du 27 octobre 2003 à son église, il a appelé ce plan « Le rêve de Dieu pour vous et le monde » et il a déclaré : « Ce week-end, je commencerai une série de cinq messages sur le rêve de Dieu de vous utiliser globalement, de vous utiliser littéralement pour aider à changer le monde ».

 

À peu près à la même époque, Bruce Wilkinson a été l’invité de Robert Schuller dans son émission de télévision et a parlé de son nouveau livre et du « rêve de Dieu » pour le monde entier et l’Église. Joel Osteen a déclaré : « Le rêve de Dieu pour votre vie est bien plus grand que le vôtre. » Et Leonard Sweet : « Le temps est venu de sauver le rêve de Dieu. C’est vous qui sauvez le rêve de Dieu ».

 

L’expression « le rêve de Dieu » signifie que Dieu souhaite que quelque chose se passe pour une personne. Une telle idée nie Son omniscience et mine Sa souveraineté. Elle implique une dépendance et une focalisation sur l’humanité pour réaliser les plans de Dieu. Et il n’y a rien dans les Écritures pour soutenir l’idée que Dieu rêve. S’Il utilise parfois le rêve comme forme de communication avec les croyants, le Dieu de la Bible n’est pas un Dieu qui rêve.

 

Ce que ces leaders chrétiens demandent en réalité à l’Église, c’est qu’elle s’en tienne maintenant au « rêve de Dieu » et qu’elle garde à l’esprit l’idée que nous pouvons réaliser la paix mondiale en reconnaissant que Dieu est en chacun et en tout. Cela n’a pas été présenté publiquement, mais fait partie de leurs enseignements. Les vues néo païennes de John Marks Templeton avaient été présentées en 1986 par Robert Schuller à sa vaste audience de lecteurs, comme celle que « l’esprit de Christ habite dans chaque être humain, que la personne le sache ou pas ».

 

Dans son livre paru en 2002, « Les nouvelles révélations : une conversation avec Dieu », Neale Donald Walsch, un leader du Nouvel Âge, loue le ministère de Robert Schuller et applaudit son appel pour une Nouvelle Réforme. Walsch félicite Schuller et croit que sa Nouvelle Réforme peut fusionner avec le plan qu’il a reçu de (son) Dieu pour aider à combler le fossé entre l’Église et les enseignements de la Nouvelle Spiritualité. Il présente également sa Nouvelle Réforme avec son plan de paix « P.E.A.C.E. » en 5 points, comme celui de Rick Warren. Dans son livre, Neale Donald Walsch déclare :

« le révérend Robert H. Schuller, le serviteur Chrétien américain qui a fondé la célèbre Cathédrale de Cristal… a déclaré il y a vingt ans dans son livre « Estime de soi » : la Nouvelle Réforme dont nous avons besoin est une seconde réforme au sein de l’Église, pour la faire dévier de son message de peur et de culpabilité, de vengeance, de damnation, vers une théologie de l’estime de soi.« 

 

D’autres dirigeants du Nouvel Âge ont également fait l’éloge de Robert Schuller. Cela n’a rien d’étonnant puisque le bestseller « Un Cours en Miracles« , un classique du Nouvel Âge, était enseigné dans les années 80 dans sa Cathédrale de Cristal.

 

En utilisant le terme « Rêve de Dieu », le plan global P.E.A.C.E. de Rick Warren est en train de fusionner avec le plan de paix mondial trompeur de la Nouvelle Spiritualité, qui prétend établir le royaume de Dieu ici-bas par le biais d’efforts humanitaires et de bonnes œuvres.

L’Adversaire utilise les dirigeants d’églises sans discernement pour atteindre son objectif : amener les chrétiens dans une Nouvelle Spiritualité. Si d’autres leaders chrétiens que Robert Schuller et Rick Warren tombent dans les méthodes du Nouvel Âge, ils entraîneront dans leur chute de nombreuses personnes. Les chrétiens sans discernement découvriront qu’ils ont préparé le chemin de l’Antéchrist et non celui du Seigneur. Il n’est pas trop tard pour mettre en garde contre cette séduction.

 

2)      Le rachat des pratiques occultes

 

Les leaders du mouvement prophétique croient que les chrétiens peuvent racheter pour Dieu les cultures et ce qui en fait partie : les styles de musique et de danse, les arts plastiques, etc… Selon eux, même les pratiques occultes peuvent être rachetées. Voici un exemple qui prouve leur manque de discernement :

 

Dans la culture amérindienne, le capteur de rêves est un objet artisanal utilisé pour aider à contrôler les rêves. À l’origine, il s’agissait d’un filtre pour empêcher les cauchemars de venir troubler les enfants pendant leur sommeil. Il est formé d’un cerceau dans lequel est tissé un filet en forme de toile d’araignée comportant un trou plus grand au centre. Pendant la nuit, les mauvais rêves resteront pris dans le filet, pour être brûlés par les premières lueurs du jour. C’est pour cela que le capteur de rêves est accroché du côté où le soleil se lève. Il s’agit d’une pratique occulte, car on attribue un pouvoir surnaturel à un objet.

 

Sur la page Facebook de BSSM Creative Arts on Stage (Arts Créatifs sur Scène de l’École de Bethel du Ministère Surnaturel), on voit des photos d’un capteur de rêves fait durant un de leurs ateliers d’arts créatifs prophétiques. Ce capteur de rêves aurait été fait sous l’inspiration du Saint-Esprit par une jeune femme qui reçoit des commentaires positifs sur son œuvre. Elle se défend contre la seule personne qui ne l’approuve pas en prétendant que « Jésus peut tout racheter, même l’occulte« . Elle dit avoir passé « un temps merveilleux de communion avec Jésus » en le faisant.

 

3)      La promotion de livres de magie

 

Les principaux leaders chrétiens de la radio et la télévision ont vanté les films fantastiques de Disney, Le Monde de Narnia, d’après les livres de C.S. Lewis. Selon eux chaque pasteur devrait encourager les parents à amener leurs enfants voir ces films parce que ces histoires auraient un message chrétien. Beaucoup de pasteurs ont écoutés ces ministères et ont conseillé aux parents d’emmener leurs enfants les voir. Le lion Aslan qui est sacrifié et qui ressuscite dans le premier film symboliserait Jésus, et ce message pourrait donc amener des gens à se tourner vers lui. Quand le film est sorti, beaucoup d’églises se sont mises à vendre les livres du Monde de Narnia en les exposant sur leur comptoir de librairie à côté des Bibles et des livres chrétiens.

 

Mais la plupart des personnages décrits comme « bons » par C.S. Lewis sont en réalité des créatures de la mythologie, comme le gentil faune (moitié homme/moitié chèvre) représentant le dieu Pan. Alors qu’on s’attendrait à voir des créatures angéliques parmi les combattants du côté du lion Aslan, on trouve des centaures et d’autres monstres, qui ne sont en réalité rien d’autre que des représentations d’esprits mauvais.

 

Le Seigneur des Anneaux de Tolkien aurait lui aussi des valeurs spirituelles chrétiennes. Certains ont sincèrement cru voir un reflet de l’amour rédempteur de Christ chez le bon Gandalf qui combat la magie noire au moyen de sa magie blanche et va jusqu’à se sacrifier lui-même. Mais c’est oublier que la magie dite blanche est aussi abominable aux yeux de Dieu que la magie noire. Et si rédemption il y a, il s’agit d’auto-rédemption car on est dans un monde où les créatures peuvent se sauver elles-mêmes. Dans ce monde il n’y a pas d’espérance dans la vie éternelle mais une réincarnation réservée à un groupe d’élus. Les combattants des deux côtés de la bataille entre le bien et le mal utilisent des pratiques occultes que Dieu interdit. Il y a aussi toute une hiérarchie de divinités, et plonger dans cet univers imaginaire, c’est s’immerger dans le paganisme. Étant donné que Tolkien lui-même niait tout lien allégorique entre son mythe et la vérité biblique, il n’est pas juste de prétendre que ses histoires nous enseignent une partie de cette vérité.

 

Même si Lewis et Tolkien étaient catholiques, Narnia et le Seigneur des Anneaux font la promotion de la magie et des religions païennes. En fait, ces histoires attirent plus les enfants vers l’occultisme que vers Jésus-Christ. Elles montrent des êtres avec des pouvoirs magiques, des monstres et des personnages de la mythologie. Ces fantaisies peuvent rivaliser avec les livres d’Harry Potter qui révèlent les pouvoirs des ténèbres, elles ne méritent pas la défense chrétienne qu’elles reçoivent. Il est triste de constater que C.S. Lewis et Tolkien sont considérés comme de grands auteurs « chrétiens ».

 

4)      Le « yoga saint »

Le yoga est bien autre chose qu’une simple gymnastique, c’est une discipline spirituelle hindoue. Les pouvoirs qu’ont les yogis devraient suffire à nous en convaincre. Dans son livre « Non au yoga », Maurice Ray a dévoilé les dessous de cette pratique et en a démontré l’incompatibilité avec la Parole de Dieu. Après la lecture de son livre, ceux qui avaient l’amour de la vérité ont examiné les Écritures et se sont laissés convaincre. Les autres ont trouvé que cette prise de position était sectaire et ils en ont minimisé l’importance.

 

Extrait du témoignage d’un étudiant de BSSM, Jim :

« … je me retrouvais à prophétiser sur une femme et son entreprise de yoga. C’était un de ces moments où les mots sortaient de ma bouche avant que je réalise ce qu’ils étaient. Le yoga a toujours été quelque chose que j’avais considéré comme spirituellement négatif. Je l’avais toujours considéré comme lié au Nouvel Âge et comme une pratique que Dieu n’aimait pas. Il est venu alors de ma bouche une parole prophétique que Dieu allait utiliser son entreprise pour apporter la transformation et la restauration dans la vie des gens. J’ai été choqué ! Comment cela pourrait être Dieu ? Comment Dieu pourrait-Il utiliser quelque chose de si mauvais ? »

http://bssm.net/schoolplanting/2017/11/14/are-you-more-religious-than-jesus

Cet étudiant a bien réagi : pourquoi Dieu utiliserait-il une forme païenne d’union avec une divinité pour apporter la transformation et la restauration aux gens ? Malheureusement sa préférence pour le surnaturel par rapport à son raisonnement sain a vite effacé ses doutes. Il a eu la conviction que cela n’offensait pas le Saint-Esprit et a accepté sa parole prophétique comme venant bien de Dieu, attribuant sa réaction à de la religiosité.

 

Aux États-Unis, il existe une compagnie de yoga appelée « Holy Yoga« , « Yoga Saint« , qui a été fondée par Brooke Boon, une Chrétienne qui croit que le yoga peut être bénéfique lorsqu’on concentre son esprit sur la parole de Dieu. Les partisans du yoga chrétien ont la conviction que le yoga peut être racheté et transformé en une pratique sainte pour le Seigneur. Ils soutiennent cela, en outre, sans transformer le yoga en quelque chose d’essentiellement différent de ce que nous trouvons dans ses variétés orientales : il y a les mêmes postures, exercices de respiration et méditation.

 

Les défenseurs du yoga chrétien adorent le Dieu Trinitaire de la Bible tout au long de la pratique, Lui offrant leur corps comme un « sacrifice vivant et saint ». La musique de fond chrétienne remplace la musique associée à l’hindouisme, bien qu’elle soit de la même manière propice à la méditation. Ils ont donné une signification chrétienne à plusieurs postures, en ont renommé certaines (la salutation au soleil devient la salutation au Fils).

 

Ils associent le Prana (le souffle vital) au Saint-Esprit ou à la puissance créatrice de Dieu. Pour eux, tant que le yoga est pratiqué comme une « prière du corps » à Dieu, l’esprit constamment concentré sur Lui, les Chrétiens ne courent aucun risque spirituel. Mais la technique même du yoga comporte un temps de vide intérieur et de passivité qui n’ouvre pas la porte au Saint-Esprit, mais à d’autres puissances spirituelles.

 

La sorte de méditation pratiquée dans le mouvement du yoga chrétien est la « prière de centrage » ou « prière contemplative » évoquée précédemment, qui augmente en popularité dans le monde chrétien.

 

1)      La connexion à la terre ou « earthing »

 

Beni Johnson préconise de marcher pieds nus au moins une demi-heure par jour afin de recharger notre corps en nous connectant avec la terre. Extraits du livre « Healthy and Free » (En bonne santé et libre) de Beni Johnson :

« Nous avons la vie tout autour de nous, la terre en faisant partie. Elle est vivante et active. La terre elle-même est pleine d’électrons prêts à les libérer pour nous qui nous connectons avec la terre. Nous sommes des êtres électriques et nous avons besoin de recevoir les électrons de la terre. Vous vous demandez peut-être comment se « connecter » à la terre et ce qui se passe quand nous le faisons. Nous pouvons nous connecter à la terre en enlevant nos chaussures et en marchant ou en étant debout pieds nus sur le sol. Quand nous faisons cela, nous rechargeons notre corps. La connexion à la terre permet de recalibrer nos cellules et hormones, et a aussi un effet anti-inflammatoire. Ces électrons libres entrent dans notre corps et se débarrassent des radicaux libres, qui sont les principales causes de l’inflammation conduisant à la maladie. Il est fascinant de savoir que nous pouvons nous connecter à la terre, et cela pourrait même nous aider à guérir et à soulager notre maladie. La santé est tout aussi proche que la terre l’est de nos pieds. L’inflammation, la maladie et la douleur dans votre corps ne sont tous qu’une manifestation – grande ou petite – d’une carence en électrons et le remède est aussi proche que la terre sur laquelle vous vivez ! Alors, je vous invite à essayer la connexion à la terre. Enlevez ces chaussures et commencez à marcher ou rester debout sur la terre, le sable, l’herbe ou même le ciment. Pour de meilleurs résultats, essayez tous les jours pendant environ 20 à 40 minutes. J’ai essayé personnellement cela et je peux vous dire que ça marche. Si vous êtes stressé vous devriez vous-même faire un essai. »

 

Un biologiste diplômé ayant mis en commentaire que cela n’était pas basé sur une science fiable, Beni Johnson lui a répondu ainsi le 3 juin 2015 :

« Achetez le livre appelé Earthing. Et puis demandez à tous les gens qui le font, et cela marche pour eux. Il s’agit d’un court article pour encourager les gens à rechercher par eux-mêmes. Votre commentaire n’est pas utile. Expérimenter quelque chose est plus important qu’un tas de vos paroles. Vous n’avez pas essayé. Votre pensée est une mentalité occidentale qui parle et ne fait pas l’expérience. Essayez-le, Monsieur. »

 

Pour Beni, c’est l’expérience qui compte, et le fait que la « connexion à la terre« , appelée aussi « earthing » ou « grounding » (ancrage), n’ait pas d’explication scientifique ne lui pose aucun problème. Comme tous les partisans du « earthing », elle clame que l’énergie de la terre est cruciale pour une bonne santé. Quand nous sommes en contact direct avec la surface de la terre, notre corps recevrait une charge d’énergie qui le ferait se sentir mieux. Ceci est de la pseudoscience car il n’y a aucune étude scientifique prouvant que les êtres humains reçoivent l’énergie de la terre à travers leur peau. Si vous êtes à l’extérieur et avez l’impression de recevoir de l’énergie de la terre, ce que vous sentez ne vient pas du domaine physique. La seule chose faisant croire que la connexion à la terre ait une action sur le corps humain est de la séduction du Nouvel Âge.

 

2)      L’interprétation des rêves

 

L’interprétation des rêves est un moyen dont certains se servent pour obtenir des informations qui nous parviennent dans un état de conscience altéré sans recourir à des techniques pour se mettre dans cet état. De nombreux prophètes contemporains croient que tous les rêves sont significatifs et qu’ils sont une façon pour Dieu de communiquer avec nous. Selon eux, il est nécessaire que les chrétiens interprètent leurs rêves pour obtenir des informations du monde spirituel. Ils recommandent de tenir un cahier où on écrit tous les rêves dont on se souvient et de chercher leur interprétation. Voici ce qu’a écrit récemment une prophétesse invitée à faire un séminaire dans une église :

« Nos frères juifs disent qu’un rêve sans interprétation est comme une lettre que personne ne sait ouvrir. Trop dommage ! Dieu parle pendant la nuit et nous devons être instruits. Les signes sont là. Les rêves sont là avec les visions. Mais savez-vous comment les interpréter ? Comment agir ? Comment être préparé pour recevoir ? Comment préparer son sommeil ? Comprenez-vous le langage des rêves ? Prenez-vous vos rêves et vos visions au sérieux ?

Ce weekend nous allons voir l’importance des rêves dans la Parole de Dieu, nous allons rentrer en pratique et partager ensemble ce que nous recevons. Dieu est surprenant, éblouissant et Il va nous donner le discernement pour puiser dans Son trésor. Cela fait 3 ans maintenant que ces écoles de rêves voyagent dans les nations. Chaque rencontre est différente et variée, et je ne cesse pas d’être éblouie par notre Dieu. »

 

AdoreDieu.com a publié sur YouTube des vidéos de cette prophétesse, dont voici quelques extraits :

« … Bienvenue à ceux qui sont en train de découvrir l’école de rêves par vidéo et je vous souhaite vraiment du très bon temps en découvrant comment interpréter ce langage mystérieux… je trouve qu’on apprend beaucoup mieux par expérience en écoutant les rêves des autres, en essayant au moins de demander l’interprétation, que d’étudier dans un livre. Ceci dit, il y a des livres vraiment excellents qui sont disponibles en français aussi aujourd’hui… Moi, je suis profondément vexée et irritée quand je sais qu’il y a des chrétiens qui doivent se tourner vers les choses du Nouvel Âge parce que personne ne parle encore de ces versets (Actes 2:17-18) correctement dans les églises et c’est un défi, un challenge, parce qu’avec l’interprétation des rêves il faut travailler tout le temps dans le surnaturel… Si l’Église ne peut pas comprendre les rêves et les visions il n’y a pas beaucoup d’espérance honnêtement pour le monde, et je pense que pour moi il faut complètement comprendre d’une nouvelle manière ces versets qui touchent la Pentecôte parce que l’Esprit va tomber sur toute chair convertis, pas convertis…

Aujourd’hui on va vraiment étudier un peu le langage que Dieu veut utiliser avec chacun de ses enfants… Il nous parle normalement dans notre sphère d’autorité et c’est important parce qu’on a vu des gens vraiment libérés dans leur mandat, des gens qui ne savaient pas avant à quoi ils étaient appelés… Dieu est en train de les appeler en utilisant les rêves, mais le problème c’est que si vous n’avez personne pour vous vous l’expliquer vous n’êtes pas plus éclairé que ça…Il faut comprendre les symboles que Dieu utilise dans votre vie… Il faut expérimenter comme j’ai dit ces disciplines… On passe le voile et on arrive dans le surnaturel de Dieu… la nuit Il va vraiment me faire traverser le pont entre le monde naturel et le monde surnaturel… Vous pouvez trouver beaucoup d’aide dans des dictionnaires de rêves. Il y a beaucoup de choses super utiles mais finalement prenez au moins le temps de noter quelques rêves où il y a des symboles qui reviennent… petit à petit vous allez devoir vous habituer à ce monde merveilleux où on est tous appelés selon moi… »

 

Après les écoles de prophètes, les écoles du surnaturel, voici maintenant les écoles d’interprétation des rêves ! Le même genre de choses est enseigné dans des ateliers de L’École internationale des rêves, un centre d’enseignement Nouvel Âge sur les rêves fondé par Nicole Gratton :

« Comprendre le langage symbolique de vos rêves, la nature des rêves, comment tenir un journal de rêves. Les symboles personnels et universels. Développer votre plein potentiel grâce aux messages de l’inconscient divin. Apprendre à décoder les symboles reliés à la spiritualité… »

 

Beaucoup d’autres prophètes contemporains donnent des enseignements et vendent des livres sur l’interprétation des rêves, comme John Paul Jackson (décédé). On pouvait adhérer à son site web et faire interpréter ses rêves moyennant un certain don financier mensuel. ElijahList vend même des « Cartes de Rêve » créées par Barbie Breathitt du « Ministère du Souffle de l’Esprit » basé au Texas. Les cartes plastifiées contiennent des symboles communs dans les rêves comme des nombres, des couleurs et des animaux, et leurs interprétations. Ces Cartes de Rêve sont approuvées par Patricia King, la fondatrice de la chaîne de télévision « Prophétique Extrême » :

« Tant de croyants ont des rêves significatifs, mais ne comprennent pas toujours la signification des symboles qui s’y trouvent. Barbie Breathitt a fait un merveilleux travail en préparant des cartes de rêve comme un instrument formidable pour aider à ce processus. »

 

Des cartes de rêve semblables à celles de Barbie Breathitt sont communes dans les boutiques ésotériques. Le fait que Dieu ait parlé dans des rêves comme Il l’a jugé nécessaire ne prouve en rien que chaque rêve soit significatif. La Bible n’enseigne aucun art d’interprétation des rêves qui puisse être appris. C’est Dieu qui interprète les rêves, selon Sa volonté, comme nous le voyons dans les récits de Daniel et de Joseph.

 

Un autre prophète qui interprète les rêves, Doug Addison, clame avoir aussi le don d’interpréter les tatouages et les piercings des gens, et il donne une formation pour faire de même. Selon lui, « il y a assez souvent des messages prophétiques cachés derrière les tatouages et les piercings » ! Bien qu’il n’encourage personne à se faire tatouer, il prophétise sur les tatouages depuis 2004 et est maintenant connu comme « le prophète du tatouage ».

 

Doug Addison prétend écouter le Saint-Esprit pour guider les gens à comprendre le « prophétique » dans les tatouages. Il a même mis des vidéos en ligne où il révèle ses secrets pour interpréter les tatouages et l’art corporel. Son ministère est recommandé par des enseignants comme Patricia King, Bill Johnson, James Goll et Marc Chironna.

 

3)      L’utilisation de cartes de Tarot « chrétiennes »

 

Bethel Church approuve l’utilisation de « destiny cards » (Cartes de Destinée) par les chrétiens pour faire des « lectures » sur divers aspects de la vie pour aider les gens à « prendre de meilleures décisions à l’avenir ». Theresa Dedmon, qui y supervise le département des Arts Créatifs, écrit dans son livre « Né pour créer : entrez dans votre destinée surnaturelle » :

« Je demande à des étudiants de l’École du Ministère à Bethel de s’asseoir à des tables et de prophétiser aux nouveaux arrivants en utilisant des Cartes de Destinée, en chantant… »

 

Ces cartes sont créées par un groupe australien appelé « Christalignment », dirigé par Ken et Jenny Hodge. Un article est paru sur un site internet de discernement pour dénoncer sa pratique d’une forme « chrétienne » de tarot impliquant Bethel Church, vidéos à l’appui. Kris Vallotton a réagi sur sa page Facebook le 14/12/2017 en condamnant cette pratique et en niant toute association de Bethel Church avec elle (comme il l’avait fait pour la vidéo où Ben Fitzgerald encourageait à aller chercher l’onction sur les tombes) :

“Quelqu’un m’a dit qu’il y a un article disant que certains chrétiens utilisent maintenant des “cartes de tarot chrétiennes” (apparemment appelées “Cartes de Destinée”) et que des gens associés à Bethel le pratiquaient. C’est insensé ! Premièrement, ceux qui pratiquent ceci doivent se repentir et arrêter cette folie “dans le but d’atteindre des gens pour Christ”. Deuxièmement, Bethel a diplômé 10.000 étudiants, a une congrégation de 9.000 personnes et quelques millions de sympathisants. Pour une raison quelconque, quand un « chrétien » fait quelque chose d’insensé, les média blâment souvent l’église dans laquelle il va ou les podcasts qu’il écoute, etc… coupable par association… »

 

Mais le lendemain, il a supprimé sa publication et en a écrit une autre qui contredit sa dénonciation de la pratique des Cartes de Destinée. Il y décrit les Hodge comme « des gens admirables en train d’être détruits par les fausses informations des média ». Il a également publié le message que Jenny Hodge lui a adressé :

“Bonjour Kris,… Je m’appelle Jenny, celle que plusieurs sites web ont attaquée et nous ont cités comme ayant un lien avec Bethel. La raison pour laquelle ils ont dit ça c’est parce que nous sommes les fiers parents de Ben Fitzgerald, qui fait partie de la famille Bethel […] Au cours des 6 dernières années, nous avons développé une méthode testée avec succès pour le ministère auprès de milliers de personnes dans le Nouvel Âge […] Toutes ces personnes peuvent immédiatement reconnaître que nos cartes ne sont pas du tarot… »

 

Kris Vallotton approuve maintenant l’utilisation de ces cartes après avoir invité leurs promoteurs à « se repentir » parce que Jenny Hodge lui a fait savoir qu’elle était la mère d’un ancien pasteur de Bethel Church, Ben Fitzgerald. Celui qui cherchait l’onction sur les tombes dirige Awakening Europe et enseigne aussi à l’École du Surnaturel d’Oron. Jenny Hodge se sert d’ailleurs de la notoriété de son fils pour inciter les étudiants de BSSM à s’engager avec Christalignment. Voici l’explication donnée par Kris Vallotton pour justifier son revirement :

« À ceux que ça peut inquiéter. Soyons clairs : 1- Je parlais contre les cartes de tarot et leur utilisation, dont je suis toujours contre. (…) 4- L’article s’est avéré être une fausse information contre des personnes admirables qui aiment Dieu, n’utilisent pas des cartes de tarot et conduisent à Christ des milliers de personnes qui les utilisent. Donc oui, je retire toute insinuation que j’ai faite contre eux pour des raisons évidentes.”

 

Jenny Hodge a publié une vidéo où elle explique que ses Cartes de Destinée ne sont pas des cartes de tarot parce qu’elles sont créées par des « artistes prophétiques » et qu’elles « ne prédisent pas l’avenir ». Elles révèlent simplement « les dons avec lesquels vous êtes né ». Mais les cartes de tarot sont aussi utilisées pour révéler le passé et le présent, ainsi que les talents et les dons spéciaux. La cartomancie ne se limite pas à prédire l’avenir, c’est une tentative d’obtenir des informations par des moyens surnaturels non seulement sur l’avenir, mais aussi sur le passé et le présent.

 

Jeny Hodge a enlevé les vidéos médiatisées par le site de discernement et a privatisé certaines de ses publications sur Facebook afin d’avoir assez de soutien de Bethel Church pour se rendre légitime. Elle a également modifié les déclarations sur ses cartes sur le site web de Christalignment en supprimant le mot tarots qui figurait à l’origine :

« … Nous pensons qu’elles sont plus prédictives et supérieures à la plupart des cartes (« tarots«  a été remplacé par « cartes« ) et qu’elles peuvent répondre à une question de la vie courante que vous pourriez avoir. Les lectures de cartes avec Christalignment sont toujours suivies par le lecteur, qui amène le client à une rencontre dans le royaume le plus élevé. On voit souvent une couleur et c’est dans ce royaume que l’on trouve les réponses aux questions poignantes des clients et que des vies sont changées.”

 

Les Cartes de Destinée ont plus de choses en commun avec les cartes de tarot que ce que Jenny Hodge veut nous faire croire sur sa vidéo. Par exemple, elle explique que les lectures de cartes de Psaume ne sont que des versets de l’Écriture. Mais selon la description du site Web :

“Les lectures de cartes de Psaume sont semblables à d’autres lectures de cartes (« aux tarots«  a été remplacé par « à d’autres lectures de cartes« ) où les cartes sont distribuées selon votre date de naissance et l’année. Seulement trois cartes sont utilisées et elles représenteront peut-être (la mention « peut-être«  a été ajoutée) votre passé, votre présent et votre avenir.”

 

“Les cartes de couleurs peuvent être utilisées de différentes façons. Nan, membre de l’équipe, s’en sert avec des pierres d’agate colorées pour améliorer sa lecture. Les couleurs ont joué un rôle spirituel important dans l’histoire et ont une signification importante dans l’état de rêve.”

Or, les cristaux sont souvent utilisés pour aider la lecture des tarots, et de plus l’agate stimulerait les capacités analytiques et la précision, et elle permettrait de se connecter avec le monde spirituel.

 

Jenny Hodge ne dit pas la vérité lorsqu’elle prétend que ces cartes ne sont pas une sorte de tarot, surtout quand on lit ce qui suit sur son site :

« Les Cartes de Destinée uniques que nous avons développées sont si précises que, même si votre situation dans la vie changeait de façon spectaculaire, en les refaisant à votre retour des années plus tard, vous trouveriez des résultats identiques, c’est leur exactitude. Elles sont capables de donner une connaissance profonde sur les relations, la carrière et la vie spirituelle. »

 

Les chrétiens qui pensent qu’il n’y a rien de mal avec les Cartes de Destinée devraient savoir que l’Écriture ne cautionne pas cette manière de recevoir des informations de Dieu. L’enseignement que l’Église doive récupérer des pratiques qui lui auraient été volées par le Nouvel Âge voudrait nous faire admettre qu’il n’y a rien de mal à pratiquer cette forme de divination soi-disant « chrétienne ». Le Christ de Christalignment n’est pas celui des Écritures mais la « conscience du Christ » du Nouvel Âge, car le peuple de Dieu ne doit pas participer à des pratiques occultes comme la cartomancie (Deut. 18:10).

 

4)      La télépathie

 

La télépathie est la pratique occulte de communication entre les esprits des individus sans intervention physique ou verbale. Seth Dahl, pasteur chargé d’enseigner les enfants à Bethel Church, explique dans une vidéo récente que c’est la manière dont il communique avec ses enfants quand ils sont très jeunes ou malades. Il encourage les parents à poser des questions « d’esprit à esprit » à leurs enfants et leur affirme qu’ils peuvent leur répondre, ce qui veut dire en réalité leur apprendre à faire de la télépathie avec leurs enfants :

« Je vais parler spirituellement ; Je vais communiquer de mon esprit à son esprit. Donc ce que je ferai, c’est lui poser une question en silence, à l’intérieur de mon esprit et [lui] demander ‘ce qui se passe’… et immédiatement chaque fois que je l’ai fait j’ai obtenu une réponse. »

 

« Communiquer d’esprit à esprit » est une nouvelle façon d’appeler la télépathie pour tromper les chrétiens mal affermis car ce n’est qu’avec Dieu qu’on peut avoir une relation d’esprit à Esprit.

 

Seth Dahl donne ensuite des conseils sur la façon de se livrer à la télépathie :

« La première chose que vous devez faire est vous relaxer et ne pas être stressé ou anxieux. Entrez vite dans le repos. Entrez vite dans la confiance. Deuxièmement : prenez conscience de la parole spirituelle à l’intérieur de [vous] et vous deviendrez conscient de l’esprit à l’intérieur d’eux. En troisième lieu : demandez-leur tranquillement dans votre esprit ce qu’ils ont besoin pour les aider. »

Il explique ensuite que l’esprit de l’enfant répondra à votre esprit.

 

Seth Dahl n’est pas le seul prédicateur à encourager la télépathie. Justin Abraham présente ainsi son « partage de la base biblique et de la dynamique pratique de la communication télépathique » dans un message enregistré à Melbourne en Australie :

« Nous sommes télépathiques ! (Vous êtes) surpris ? Ne le soyez pas ! Jésus est notre modèle, et il connaissait les pensées et les sentiments de chacun (Ap. 2:23) ».

 

Voici comment il résume son message audio sur ce qu’il appelle la « cardio-gnose » :

« Pour être pleinement vivants, nous devons à nouveau apprendre à vivre avec des cœurs ouverts. Un cœur ouvert est un cœur qui sent, ressent et voit. C’est ce qu’on appelle la cardio-gnose, ou la conscience télépathique. Elle est naturelle pour notre nouvelle race Kainos création et est l’avenir de la vie sur terre. »

 

Todd White enseigne lui aussi que nous avons la possibilité de lire dans les pensées. Comme il considère (comme Bill Johnson) que Christ avait mis de côté sa divinité durant son incarnation, selon lui ce n’était donc pas en tant que Dieu que Jésus connaissait les pensées des gens. Et puisque nous sommes comme lui, nous pouvons le faire nous aussi.

 

5)      L’existence de portails célestes

 

Certains prophètes enseignent que le Ciel est en train de descendre sur terre à travers des « portails ». Il s’agirait de passages où les anges montent et descendent comme dans le songe de Jacob.

 

« De nouveaux portails célestes sont ouvert par Ses ministres, permettant à Son peuple de parcourir et de découvrir de nouveaux domaines de la gloire et de la majesté de notre Seigneur jamais connus auparavant, et son Royaume. » (Publicité pour la conférence « Glory Invasion », ElijahList, 23/09/07).

 

David Herzog évoque des portails vers le ciel :

« Quels sont les chemins anciens qui ont ouvert le surnaturel aux anciens comme Moïse, Élie et Salomon ? Quelle sagesse ancienne les hommes les plus sages dans le monde ont-ils possédée, qui leur a permis d’être un roi, un inventeur, un écrivain, un scientifique, un psalmiste, un homme d’affaires, et de voir directement le nuage de la gloire qui a même permis à Israël de voyager dans le monde entier, y compris dans l’Amérique ancienne ? Où sont les portails géographiques et saisonniers qui ont été oubliés ? Comment peut-on puiser dans la puissance de la résurrection comme Élie, Élisée, Jésus et d’autres l’ont fait ? Les anciens secrets de la moisson mondiale, y compris le mystère du rôle des fils d’Isaac et d’Ismaël déclenchant la moisson mondiale. » (The Ancient Portals of Heaven : Les anciens portails du ciel).

 

D’après John Paul Jackson, un des mystères de Dieu est l’existence de portails ou passages entre la terre et les lieux célestes. Voici un résumé de ce qu’il écrit :

« Quand on est dans un portail, on sent un ciel ouvert. Un portail céleste est une ouverture sphérique de lumière qui offre une protection divine par laquelle les êtres célestes peuvent aller et venir sans interférences démoniaques. Dieu a conçu des portails pour se rendre depuis la terre dans le troisième ciel en voyageant à travers le second ciel.

Jacob a découvert un portail céleste quand il a eu la vision d’une échelle avec des anges montant et descendant.

Des portails divins dans le Royaume céleste existent aujourd’hui autour de la terre. La ville de Jérusalem est un portail. En fait, c’est le portail majeur sur le visage de la terre. C’est pour cela que David et Esaïe ont dit que Jérusalem était le centre de la terre. Pourquoi croyez-vous que l’Ennemi tente de capturer Jérusalem ? Il tente de bloquer ou fermer ce portail.

À la Pentecôte, la clé pour débloquer le portail a été l’unité des croyants. L’écriture dit qu’ils étaient réunis dans un commun accord, quand tout à coup un portail s’est ouvert.

Dans les jours qui viennent, le Seigneur va commencer à montrer à beaucoup de croyants où il existe des portails, afin qu’ils soient en mesure de recevoir une plus grande clairvoyance spirituelle et la révélation de Dieu. »

 

Le prophète Bob Jones, lui, parle de vortex (tourbillon d’énergie) :

« Il y a des endroits où le Seigneur a un vortex, et il ressemble à un cornet acoustique allant dans les deux sens. C’est un endroit où vous pouvez parler à Dieu et vous taire pour Lui permettre de répondre. »

 

Nous n’avons aucune preuve scripturaire pour prouver qu’il y a une activité angélique dans ces portails, mais nous savons une chose, c’est que ces portails/vortex ont été utilisés dans leurs cultes païens par les Incas au Pérou, les Égyptiens à la grande pyramide de Gizeh, les druides à Stonehenge en Angleterre, les Amérindiens à Sedona en Arizona, et beaucoup d’autres.

 

Un vortex en physique est un phénomène où la matière tourbillonne en forme de spirale, par exemple une tornade. Dans l’occultisme, les vortex servent de portails pour entrer dans d’autres dimensions. Il y aurait un vortex à Sedona en Arizona où vit David Herzog, et dans le logo de son ministère « the Glory zone » il a remplacé le « o » de Glory par le symbole du vortex.

 

Sedona se trouve être la capitale New Age des États-Unis, et peut-être du monde. Dans un livre en ligne intitulé « lieux sacrés en Amérique du Nord : 108 Destinations », l’auteur explique qu’au moins quatre vortex énergétiques importants sont détectés à Sedona, y compris un vortex chamanique. Beaucoup de visiteurs, chrétiens ou non, ont affirmé avoir reçu des guérisons, des visions et des révélations de toutes sortes quand ils étaient pris dans les limites de l’activité ésotérique du vortex.

 

David Herzog enseigne le voyage en esprit pour avoir l’expérience du ciel. Il visite des portails spirituels dans le monde entier. D’après lui, il y a non seulement des portails géographiques, mais aussi des « portails saisonniers » : à certaines dates, il y aurait un passage libre des anges. C’est pour ça que les apôtres et prophètes de la N.A.R. utilisent des dates spéciales comme le 11/11/11, pour organiser leurs rassemblements. Et « quand un portail géographique se rencontre avec un portail saisonnier, des choses extraordinaires arrivent » (David Herzog sur ElijahList le 24/03/2017).

 

Certains considèrent Moravian Falls, en Caroline du Nord, comme le second portail angélique dans le monde après le Mont des Oliviers. Les visitations d’anges y seraient très fréquentes. Des prophètes et des pasteurs du monde entier y viennent pour se ressourcer et recevoir une nouvelle révélation de Dieu. Un portail spirituel aurait été ouvert parce que les frères Moraves ont prié à cet endroit pendant plus de 100 ans.

 

Dans la spiritualité celte il y a des lieux appelés en Anglais « thin places » (lieux minces) que l’on traduit par lieux sacrés ou hauts-lieux. Il s’agit de lieux qui auraient été sanctifiés par les prières des saints et où, par conséquent, le « voile » qui sépare normalement le monde terrestre du monde spirituel serait très mince. Bien qu’il soit souvent attribué au christianisme celtique, ce concept de lieux minces est beaucoup plus vieux et est en fait païen. Le concept de portes vers l’Autre Monde ou de lieux minces faisait partie de la culture irlandaise bien avant l’arrivée des Celtes. Les pierres d’entrée de la tombe de Newgrange construite il y a 5200 ans ont des grandes spirales taillées à leur surface, symboles liés au concept de lieux minces chez les Irlandais préchrétiens. Ceux-ci croyaient qu’il y avait un monde parallèle dont les habitants allaient et venaient entre les deux mondes à travers des lieux minces ou lieux enchantés. Selon leur concept, contrairement à celui des Celtes, ce n’était pas les contemplations ou les transes spirituelles qui créaient un lieu mince, mais le lieu mince qui avait un pouvoir mystique ou spirituel en lui-même, et qui rendait la contemplation plus puissante. Ce concept païen de lieux minces s’est infiltré dans le christianisme celtique, et il est rejeté par bon nombre des communautés chrétiennes car il n’a aucune base physique ni biblique.

 

Dans la compréhension du Nouvel Âge, des lieux peuvent être sacrés ou avoir une énergie spéciale permettant d’élever « le niveau de conscience ». Ces lieux sont des endroits où la séparation entre le naturel et le surnaturel, le monde matériel et le monde spirituel, la terre et le Ciel, serait au plus mince. Les lieux sacrés sont des endroits où l’on pourrait se connecter sans effort avec Dieu ou le divin, et où des signes de l’existence de l’autre monde seraient presque palpables.

 

Les lieux sacrés aiguiseraient les sens et permettraient d’y rencontrer la présence « divine ». Cette notion païenne n’a jamais été abandonnée par le christianisme celtique resté sous l’influence de l’ancienne spiritualité celte. La citation ci-dessous publiée dans Christianity Today nous montre que le concept mystique des lieux sacrés a fait son chemin dans l’Église :

« Associés avec le christianisme celtique, les lieux sacrés sont certains lieux où le voile entre le ciel et la terre est censé devenir diaphane, des seuils qui, une fois franchis, amènent le visiteur dans une conscience aiguë de la présence de Dieu. »

 

Beni Johnson croit qu’Ashland dans l’Oregon, des parties de l’Irlande et Sedona sont des lieux sacrés. Voici ce qu’elle écrit :

« L’endroit où le ciel et la terre sont proches est un lieu mince. Il est plus facile d’expérimenter le monde spirituel dans de tels lieux. » (La Prière Change Les Choses, Beni Johnson)

 

Brian McLaren de l’Église Émergente témoigne avoir connu des lieux sacrés :

« Oui, j’ai connu les deux dimensions que vous décrivez : la présence de Dieu qui coule comme un doux courant dans la simple interaction humaine, et la présence de Dieu qui brille à travers ce que les anciens Celtes appelaient des lieux sacrés. »

 

Scot McKnight, un autre leader de l’Église Émergente, parle des lieux sacrés comme moyen de s’approcher de Dieu. Selon le site web « chrétien » Explore Faith :

« Il y a un dicton celtique disant que le Ciel et la terre sont seulement à trois pieds de distance, mais dans les lieux sacrés, cette distance est encore plus faible. Un lieu sacré est un endroit où le voile qui sépare le Ciel et la terre se lève et où on est capable d’avoir un aperçu de la gloire de Dieu. »

 

Croire aux lieux sacrés ne glorifie pas Dieu, mais plutôt l’emplacement, et peut facilement devenir un substitut à la recherche de Dieu lui-même et faire oublier qu’Il a envoyé Jésus pour nous réconcilier avec Lui. Il n’est pas nécessaire de se trouver dans un lieu sacré pour être en présence de Dieu ou recevoir des bénédictions. C’est en opposition directe avec les paroles de Jésus à la Samaritaine quand il lui a expliqué que la véritable adoration ne serait bientôt plus liée à un lieu géographique :

« Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. » (Jean 4:21).

 

Cette notion de « voile qui sépare le Ciel et la terre » vient du concept païen de « voile entre ce monde et l’au-delà ». Ce voile est la contrefaçon de celui qui séparait l’homme de la présence de Dieu et qui a été déchiré par la mort de Christ. Tout autre voile masque la vérité sur le vrai voile qui a été déchiré pour que nous puissions nous réconcilier avec Dieu :

« … nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire, de sa chair… » (Hébreux 10:19-20)

 

L’accomplissement de tous les passages parlant de portes, portails et d’accès spirituel, c’est Jésus, qui est la porte ! Pourquoi courir le monde à la recherche de lieux particuliers ? On met un emballage chrétien sur des expériences du Nouvel Âge pour les faire accepter dans l’Église.

 

1)      L’ADN spirituel

 

L’expression « ADN spirituel » parle de la nouvelle nature que vous recevez de Dieu quand vous êtes né de nouveau… Il s’agit en apparence une métaphore chrétienne. Mais certains ont affirmé :

« Quand Dieu nous adopte dans sa famille…. Il vit maintenant dans notre ADN, dans notre sang, dans notre esprit. Son sang pour nous est ce qui a pour effet de faire son travail dans notre chair, maintenant. Nous pouvons faire ses miracles, signes et prodiges… »

« Le pouvoir de résurrection est dans notre nature, dans notre ADN spirituel. Quand nous sommes nés de nouveau, nous avons reçu le même ADN spirituel que Jésus. Son pouvoir de résurrection habite maintenant en nous par le Saint Esprit. Chaque croyant né de nouveau a l’ADN de Christ. »

 

La manière exacte dont le Saint-Esprit habite dans le croyant est un mystère, mais attribuer cette nouvelle création miraculeuse à un changement dans notre ADN est du mysticisme. Nos corps actuels sont des temples temporaires du Saint-Esprit mais ne sont pas « rendus surnaturels » par un changement de notre « ADN spirituel ». La plupart des croyants rejettent cette croyance.

 

Mais la citation suivante d’un leader chrétien montre qu’il y adhère :

« Or, dans le monde de l’esprit il y a l’ADN spirituel… Le royaume de la pensée, que nous avons examiné et défini comme étant l’ADN spirituel, a une structure. La structure est toujours selon un certain motif. Selon ce schéma et cette structure elle produira son espèce. L’ADN [spirituel] se reproduira ».

 

Dans ce qui semble être un effort sincère pour disserter sur les Écritures, qui déclarent « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature : les choses anciennes sont passées, voici, toutes choses sont devenues nouvelles » (2 Corinthiens 5: 17), l’auteur introduit un concept à consonance scientifique. Il tente de prendre ce qui est du domaine physique et de l’appliquer au domaine spirituel, mais « l’ADN spirituel » n’existe que dans les enseignements ésotériques. Dans notre structure d’ADN actuelle, nous avons deux brins visibles qui sont l’ADN physique, mais d’après eux 10 autres brins seraient présents, qui correspondraient à « l’ADN spirituel ».

 

Certains chrétiens et des spiritualistes métaphysiques tentent d’expliquer les processus spirituels invisibles par la recherche scientifique. Aujourd’hui, cela se perpétue à un rythme croissant dans l’Église émergente et la Nouvelle Réforme Apostolique. Un de leurs prophètes écrivait en 2006 :

« Beaucoup de gens qui vivent dans cette génération ont un attribut unique et saint tissé dans leur ADN spirituel. Une vertu prédéterminée nous fait aller au-delà de la cour extérieure et dans un lieu d’expression du Royaume. [Cette vertu prédéterminée] est appelée destinée divine. »

 

JoAnn McFatter, qui exerce un ministère de louange, enseigne que notre ADN conserve la mémoire du péché. Bob Jones a annoncé la venue d’un nouveau son céleste qui allait changer notre ADN. Chuck Pierce croit que ce son va réécrire notre ADN. Justin Abraham, lui, prétend pouvoir changer l’ADN des gens avec sa voix.

 

L’idée d’une nouvelle race spirituelle s’harmonise très bien avec le concept Nouvel Âge d’un « saut quantique » dans la spiritualité, et de l’évolution d’une « conscience du Christ » qui devrait unifier l’humanité et amener le « Royaume des cieux » sur terre. L’Ennemi utilise ce concept quasi-scientifique de « l’ADN spirituel » pour justifier une prochaine étape de l’évolution humaine vers une nouvelle race de surhommes ayant un niveau de conscience supérieur.

 

Bill Johnson affirme : « Il a été écrit dans notre ADN spirituel d’avoir faim que les impossibilités qui nous entourent se plient au nom de Jésus » (Quand le Ciel envahit la Terre). La théologie de la Nouvelle Réforme Apostolique ressemble beaucoup au point de vue suivant, tiré de l’interview de la guérisseuse Jean Adrienne par Asa Wulfe intitulée par coïncidence « Créer le Ciel sur la Terre«  :

« Nous avons l’habitude de penser que l’ascension implique de quitter la terre pour se retrouver sur un plan supérieur ou atteindre le « paradis ». Mais nombreux sont ceux qui sentent aujourd’hui que l’ascension à notre époque consiste en réalité à créer le Paradis sur la terre, ici et maintenant… Ce processus peut être initié en activant des brins additionnels de l’ADN – l’ADN spirituel. »

 

Ceux qui adhérent aux croyances du Nouvel Âge affirment que la partie inactivée de notre ADN nous empêche de devenir Dieu. Ils prétendent que la divinité et l’illumination sont encodées dans notre ADN. Voici une explication semblable donnée par un ministère « chrétien », Age to Age :

« Les 97 % de votre ADN qui ne sont pas activés, c’est DIEU en attente d’être activé chez l’homme… L’ADN à 12 brins représente l’homme entrant dans sa Divinité. L’homme créé à l’image et la ressemblance de Dieu ne peut être rien de moins que Dieu. »

 

L’ADN spirituel est également appelé « Activation de la Nature Divine » (Divine Nature Activation : DNA) et cette expression a été lancée dans l’Église par les apôtres et prophètes de la Nouvelle Réforme Apostolique. Quand de plus en plus de chrétiens auront activé cette Nature Divine, ils deviendront le « Christ Corporatif » et amèneront le Ciel sur la terre :

« Quand le peuple de Dieu commencera à réaliser que le but de Jésus sur la terre était la naissance d’une nouvelle race de gens qui portent l’ADN de Dieu en leur sein et amènent le Ciel sur la terre tous les jours, nous allons commencer à vivre avec un but. » (Ryan Wyatt, Abiding Glory Ministries)

 

Comment peut-on « activer » son ADN spirituel selon les adeptes du Nouvel Âge ? Par une expérience intérieure d’éveil comme le yoga, la méditation transcendantale, la prière contemplative, le reiki, la danse de transe, etc.

 

De nombreux chrétiens suivent des prophètes qui donnent des techniques pour « se rendre au troisième ciel » et faire des « rencontres angéliques ». La poursuite d’une manifestation tangible de Dieu sur la terre est devenue une préoccupation de premier plan pour eux. Ces chrétiens se préparent plus à accepter un faux enlèvement où ils vont se retrouver dans un état supérieur de conscience « ici et maintenant« , qu’à attendre le retour de Jésus.

 

2)      L’immortalité sur terre

 

L’immortalité sur terre est l’enseignement qu’un croyant en Christ n’a pas besoin de mourir physiquement, mais qu’il a par la foi le potentiel de vaincre la mort physique et de vivre éternellement sur la terre. Le pionnier de cet enseignement a été le pasteur Kobus van Rensburg Sr d’Afrique du Sud. Il est cependant mort de cancer en décembre 2013, à l’âge de 61 ans… son corps a été conservé pendant plusieurs jours et son église a prié pour qu’il ressuscite. Comme il n’est pas revenu à la vie, il a été enterré. Cet enseignement est propagé par son disciple Kirby de Lanerolle, pasteur de WOW Life Church et évêque sur plus de 500 églises au Sri Lanka.

 

Kirby a au moins 6 vidéos en ligne sur l’immortalité. Il affirme obtenir sa nourriture de la lumière, du vent et des « vibrations » de Dieu. L’idéologie que la vie peut être maintenue sans nourriture existe depuis très longtemps. Le respirianisme ou inédie affirme qu’on peut vivre sans manger en tirant de l’énergie du soleil et d’autres sources d’énergie. Kirby prétend prendre son énergie dans la sainte Cène :

« Le respirien préfère vivre à travers le souffle (Ruach) de Dieu. Jésus explique que celui qui mange de Lui n’aura jamais faim ou soif. Il est écrit dans la Bible araméenne dans 1 Corinthiens 1 que le « message de la Croix » est l’énergie d’Élohim. L’amour Agapè (amour sacrificiel), la fréquence la plus puissante dans l’univers, a le pouvoir de changer l’ADN et de régénérer au niveau cellulaire. »

(page Facebook de Kirby de Lanerolle, Breatharian – Inedia)

 

Kirby de Lanerolle fait exactement la même chose que les mystiques catholiques comme Marthe Robin qui ne s’alimentait qu’avec une hostie par jour. Mais ce sont principalement des adeptes du Nouvel Âge ou des Hindouistes qui prétendent qu’il est possible de s’alimenter sans manger, en captant l’énergie vitale universelle qui imprègne tout l’univers, appelée le « prana ». Pour ceux qui suivent une démarche spirituelle, le respirianisme serait un moyen d’atteindre un état de pleine conscience et de transcender « l’illusion de la réalité » que l’Hindouisme appelle Maya. L’influence de l’Hindouisme chez Kirby ne fait aucun doute, d’autant plus qu’il dit dans une de ses vidéos que le Saint-Esprit est équivalent au Prana de l’hindouisme et au Chi des chinois :

« Les Chinois l’appellent la puissance du Chi… la puissance électromagnétique. Les Indiens l’appellent Prana, les chrétiens appellent ça l’Esprit. C’est juste le transfert de l’Esprit ou du Chi ou du Prana… »

 

Kirby modifie les paroles de Jésus de cette façon :

« Le Seigneur Jésus-Christ lui-même n’a pas mangé… C’est mon respirien préféré. Jésus a dit : ‘L’homme ne vivra pas de pain seulement mais par les fréquences vibratoires de Dieu’« .

 

Dans sa vidéo « invisible One », il parle de repousser les barrières de l’âge et prétend que nous sommes en train de devenir Dieu lui-Même :

« Peut-être que je vais vivre 200, 300, 400 (ans)… grâce à ce qu’il a fait (Kobus van Rensburg), nous sommes dans un processus d’évolution. Je crois en l’évolution. Nous sommes en train d’évoluer pour devenir Dieu lui-même ».

 

Kirby prétend avoir le don de transférer une perte miraculeuse d’appétit, une perte de poids instantanée ainsi que sa « nouvelle révélation » sur le respirianisme à travers son programme de 5 jours :

« Je peux donner à n’importe quelle personne une conscience de vibration haute fréquence qui serait capable de réduire son appétit de 50 à 80 % ! Personne au monde ne peut offrir ça… Il y a beaucoup de breatharians dans le monde… Mais personne ne peut le transférer. C’est ce qu’on appelle le Chi… »

Bien que son église soit considérée comme une secte par la plupart des églises évangéliques et pentecôtistes du Sri Lanka, de nombreux chrétiens se sont laissés séduire et écoutent ses enseignements. Il y a des manifestations surnaturelles pendant ses réunions, comme le remplissage de dents en or, la recharge de batteries mobiles, l’apparition de poussière d’or, de pierres précieuses, d’huile surnaturelle et de plumes d’anges, etc. Cela n’est pas étonnant car sa femme et lui ont reçu une impartition de David Herzog. Il fait des conférences avec lui, et aussi avec Patricia King, dont il a été le mentor. C’est peut-être l’affinité de Patricia King avec Jason Westerfield et ses expériences mystiques étranges qui l’a amenée à écouter les enseignements de Kirby de Lanerolle. Il faut noter qu’il utilise le même langage sur les vibrations et les fréquences que Jason Westerfield.

 

Nous avons vu que selon la doctrine des Fils de Dieu Manifestés, la mort serait détruite et les chrétiens recevraient leur corps spirituel immortel sur terre, mais Kirby va encore plus loin dans l’erreur en croyant pouvoir rendre immortel son corps physique. Malheureusement il y a d’autres prédicateurs qui pensent comme lui dans le mouvement prophétique, comme Justin Abraham. Celui-ci enseigne que la mort est facultative pour les chrétiens, comme pour Énoch. Il considère que ceux qui sont sauvés, étant une nouvelle race, ne sont plus des humains et qu’ils ne doivent pas subir la mort physique. Il croit que nous ne mourrons pas mais vivrons jusqu’au Millenium. Selon lui, on peut voyager dans le temps et l’espace avec notre corps, voire même changer d’apparence. On sera aussi en mesure de voir à travers les murs : « au Pays de Galles une fille a pu voir à travers un mur de l’église ».

 

1)      Le pouvoir des objets, des couleurs et des sons

 

Le mouvement apostolique/prophétique vend maintenant des produits qui ont plus en commun avec les charmes magiques utilisés dans les pratiques occultes qu’avec le Christianisme. Un des produits les plus vendus par ElijahList est l’huile d’onction « Vision du Troisième Ciel« , qui doit donner des visions du Royaume céleste. Elle est faite avec une base d’huile d’olive vierge et de six parfums qui sont mentionnées dans la Bible : calamus, cannelle de Chine, encens, myrrhe, rose de Saron et nard. Panich –un diplômé de l’Université Biblique New Life de Norvel Haye à Cleveland, Tennessee- clame que c’est Dieu qui lui a dit de faire cette huile et qui lui a donné le nom de « Vision du Troisième Ciel ». Chuck Pierce exhorte également les gens à acheter ses huiles d’onction spécialement conçues (vous avez besoin d’une huile différente pour chaque chose), bougies…

 

Les chrétiens ont toujours considéré l’onction d’huile comme un acte de foi en Dieu, l’huile n’ayant aucun pouvoir spécial en elle-même. Et l’huile n’a jamais été utilisée pour provoquer des visions. Le grand danger pour les Chrétiens est de détourner leur attention de Dieu et la mettre sur des objets, comme c’est le cas pour l’eau bénite ou les porte-bonheurs.

 

Chuck Pierce dirige Issachar School (l’école d’Issacar) avec Robert Heidler. On y enseigne dans le cadre de « Louange, Son et Mouvement » comment nous pouvons entrer en contact avec les « vibrations de Dieu« . JoAnn McFatter qui enseigne à Issachar School, parle de guérison par les images, les couleurs (chromathérapie) et les parfums. La chromathérapie est une pratique présentée comme médicale par ses promoteurs mais clairement décrite comme faussement scientifique, contrairement à la luminothérapie avec laquelle il ne faut pas la confondre. Cette pratique prône le traitement de maux et maladies par des couleurs obtenues au travers de filtres ou autres moyens.

 

D’après John Paul Jackson, les mots seraient accompagnés dans le ciel par une musique, une couleur lumineuse, un parfum et aussi une équation numérique. Nos attitudes seraient discernables sous forme de couleurs dans le royaume spirituel, et la couleur que nous émettons permettrait aux anges et aux démons de connaître nos humeurs. Cela fait penser au concept ésotérique de « l’aura » qui désigne un halo de lumière coloré qui rayonnerait autour du corps de tout être vivant.

 

Un prédicateur connu écrit sur son mur Facebook que dans Actes 5:15, Dieu avait rendu visible « l’aura » de Pierre pour guérir les gens. Certains prophètes prétendent même voir les couleurs de « l’aura » des gens. C’est ce que font les médiums, qui interprètent l’état spirituel ou la santé d’une personne en fonction de la couleur de leur « aura ». L’existence de l’aura n’a jamais été démontrée par la science.

 

Pour JoAnn McFatter, « Dieu a une fréquence sonore – et maintenant vous pouvez vous mettre en harmonie avec elle ! »

 

Beni Johnson écrit sur son blog le 6 juillet 2012 :

« Je discutais avec Ray Hughes l’autre jour et lui ai parlé de l’utilisation d’un diapason de 528Hz en tant qu’acte prophétique. Quelqu’un m’a dit que cette fréquence est appelé la fréquence de l’AMOUR. Cherchez dans Google. Ray m’a dit que la science avait dit que cette fréquence était le son qui tient la terre. Ceci m’a renversée ! […] Une chose concernant cette fréquence de 528Hz est que le son de cette fréquence apporte la guérison« .

 

Une certaine fréquence apporterait la délivrance, la paix et la guérison à ceux qui l’écoutent ! Des leaders de louange enseignent aux autres de s’accorder aux fréquences qu’ils ont découvertes en leur disant que c’est le son du Ciel. Des scientifiques « chrétiens » disent avoir découvert le son des molécules d’eau et ils copient cette formule dans leur synthétiseur pour en produire de la musique. Ils prétendent que c’est la musique la plus pure et qu’elle va guérir l’âme. Voici la présentation d’un livre écrit par un musicien chrétien français connu :

« Ce livre… nous emmène dans une exploration des fréquences. Celles de la terre, de notre organisme afin de comprendre comment elles interagissent sur l’être humain et de quelle manière elles influent dans notre système. Nous déplacerons alors notre compréhension au-delà de la voûte des cieux, dans les dimensions multidimensionnelles, dans les cieux des cieux, là où tout trouve sa source. C’est de l’éternité que les fréquences des cieux sont déployées résonnant sur la mer de cristal. Ces fréquences que Dieu a utilisées au-dessus des eaux pour les séparer, les fréquences qui ont permis la création de l’univers, les fréquences de la louange des arbres qui battent des mains, la fréquence de l’adoration de nos bouches qui s’élèvent dans une symphonie mêlée aux chants des anges. Vous découvrirez en méditant ce livre, les richesses déployées, rendues disponibles pour nous dans cette saison. Vivez et expérimentez comme des explorateurs la fréquence qui est alignée des cieux sur la terre. »

 

L’immense majorité de la musique contemporaine est réglée à une fréquence de 440 Hz. Le diapason de 432 Hz avait fait son apparition comme référence à la fin du XIXe siècle grâce à Verdi, mais en 1939 l’organisme connu aujourd’hui sous le nom d’Organisation internationale de normalisation a décidé d’un diapason étalon-mètre à 440 Hz plutôt qu’à 432 Hz. Cette promulgation a fait penser à une initiative des Nazis pour contrôler les peuples via la musique car la fréquence de 440 Hz permettrait d’influencer les pensées, mais l’Allemagne avait déjà adopté la norme de 440 Hz à partir de 1834. La fréquence de 440 Hz serait nocive pour l’homme alors que celle de 432 Hz aurait des effets bénéfiques parce qu’elle est naturelle. L’écoute d’une musique en 432 Hz nous mettrait en résonance avec la nature et celle d’une musique en 440 Hz nous en éloignerait à cause du décalage avec les fréquences naturelles. Mais il n’y a aucune preuve scientifique solide car les sons changent de fréquence en fonction de la température et de l’hygrométrie de l’air.

 

Le mauvais esprit qui tourmentait le roi Saül le laissait-il quand David jouait de la harpe parce qu’il l’accordait à une fréquence de 432 Hz, ou parce qu’il était oint comme psalmiste par Dieu ? C’est l’onction du Saint-Esprit qui brise le joug et apporte la délivrance… pas les fréquences sonores. Cette sorte de croyance est un concept Nouvel Âge.

 

Chuck Pierce parle aussi beaucoup du son, comment nous « résonnons » avec Dieu et comment le son va nous guérir et réécrire notre ADN. On retrouve cet enseignement dans le livre « The Physics of Heaven«  (T.P.O.H.) (la Physique des Cieux), où Judy Franklin et Ellyn Davis rassemblent une équipe de prophètes qui partagent leurs idées sur la manière dont Dieu utilise le son, la lumière, l’énergie et les vibrations :

« Ce livre est juste un précurseur à la révélation que Dieu va nous donner quand Il va libérer un son nouveau et transformateur. Dans la première section, Ellyn et moi partageons notre voyage de découverte sur le son, la lumière, les vibrations, l’énergie et la physique quantique. Bill Johnson écrit que nous ne pouvons pas juste camper autour d’une ancienne vérité, mais que nous devrions chercher des vérités nouvelles pour notre génération et ensuite préserver ces vérités pour les générations suivantes. […] La chose suivante que le Seigneur m’a dite était que bientôt Il allait sortir un écho du paradis qui va littéralement changer la structure de notre façon de penser. Ce nouveau son va nous transformer comme la transformation dont parle Romains 12″. (T.P.O.H., Judy Franklin)

 

« Il y a un nouveau son à venir. Nous avons commencé à avoir des prophéties en 1995 qu’il y avait un nouveau son à venir, un nouveau son céleste. […] Ce nouveau son à venir n’est pas juste quelque chose que vous percevez avec vos oreilles, mais il est supérieur à tout ce que vous pouvez comprendre. Il peut changer l’ADN pour que nous grandissions génétiquement. […] Vos gènes sont les même que les Siens. Nos gènes sortent du Père dans notre esprit. Nous devenons comme un instrument accordé, où nos gènes s’alignent avec les gènes du Père, en harmonie avec Lui. » (T.P.O.H., Bob Jones)

 

« Nous avons le choix d’aligner notre son avec le son du ciel, tandis que les autres éléments restent inanimés. L’homme ressemble à l’homme, mais nous avons reçu la capacité créative de libérer le son de Dieu. […] Christ se révélera quand nous entendrons Son bruit et libérerons notre son individuel, nommé par Dieu comme Ses instruments uniques ». (T.P.O.H., Ray Hughes)

 

« En prenant en considération la description de la Pentecôte dans le livre des Actes, il semble qu’une synesthésie spirituelle de toutes sortes se soit passée ce jour-là. Bref, ils ont entendu un « son » comme un vent puissant s’engouffrant qui mène à un certain nombre d’autres expériences différentes. Comme indiqué, les 120 dans la Chambre Haute ont entendu un bruit, qui les amenés à voir quelque chose, qui les amenés à ressentir quelque chose, qui les a amenés à produire quelque chose. […]. Dans ce prochain mouvement de l’Esprit, je suis convaincu que notre rencontre avec Dieu va transformer radicalement le domaine de nos sens. Ce sera la deuxième Pentecôte

… En ce qui concerne le sujet de la synesthésie, et si Dieu choisissait de parler plus fréquemment par des couleurs et des nombres dans cette prochaine effusion ? Que se passerait-il s’Il utilisait des couleurs, nombres, odeurs, sensations et sons en même temps ? Ou s’Il nous parlait dans une combinaison de modalités qui sont physiques, mentales et émotionnelles ou même vibrationnelles ? Sommes-nous vraiment ouverts aux « nouveautés » en Dieu ? La réponse devrait être oui ! Et notre cri devrait être, « Parle-nous, ô Dieu ! Nous sommes maintenant conscients que Tu souhaites activer nos yeux spirituels et physiques, oreilles, goût, odorat et autres ‘sens’. Nous ne permettrons plus à notre esprit de bloquer le son « du ciel » à cause de notre dogme religieux. Nous nous engageons à développer la sensibilité de notre esprit, âme et corps, afin que nous puissions connaître toutes les façons différentes par lesquelles le Ciel s’exprime. » (T.P.O.H., Larry Randolph)

 

Dieu désirerait activer non seulement nos sens spirituels, mais aussi nos sens physiques. « Toucher, goûter, voir, sentir, entendre Dieu » utiliserait nos cinq sens :

« … La présence du Seigneur Lui-même repose alors sur nos sens naturels et permet de toucher, entendre, goûter, sentir et voir dans un autre Royaume. Nous allons du naturel dans le surnaturel ! » (James Goll)

 

Mais ce n’est pas à travers des expériences sensorielles qu’on va faire l’expérience d’une relation plus étroite avec Dieu, c’est au niveau de notre esprit.

 

2)      Le mysticisme quantique

 

Le mysticisme quantique est une interprétation spirituelle de la physique quantique. Selon le Nouvel Âge, tout ce qui existe, visible ou invisible, est composé de particules très petites d’énergie qui vibre, et cette énergie serait Dieu. Tout est énergie et donc tout est Dieu, et nous sommes tous une partie de Dieu. Dieu n’est pas vu comme un être qui habite dans le Ciel, mais comme l’univers lui-même (panthéisme). La physique quantique semble démontrer que tout est interconnecté au niveau invisible, subatomique, c’est pour ça que les adeptes du Nouvel Âge l’utilisent comme preuve que nous sommes tous Un.

 

Le mysticisme quantique explique que Dieu n’est pas seulement transcendant (au-dessus de l’univers), mais immanent, c’est-à-dire qu’Il est aussi dans tout ce qui existe, dans chaque être humain, chaque plante, chaque cellule… C’est ce qu’on appelle le « panenthéisme« , qui affirme que « tout est Dieu » mais que Dieu est plus grand que l’univers, alors que le panthéisme limite Dieu à l’univers. Ce « Dieu » immanent n’est pas le Dieu de la Bible, mais un autre dieu, car le vrai Dieu n’est pas incarné dans Sa création, car Il est « saint ». Le mot utilisé pour « saint » dans l’Ancien Testament provient d’une racine voulant dire « couper ou séparer ». Dieu est séparé de l’univers qu’Il a créé.

 

Si Dieu est omniprésent, Il ne l’est pas dans une dimension physique, mais spirituelle. Il n’est pas palpable avec nos cinq sens. Les chrétiens qui croient à l’immanence de Dieu dans la nature sont en fait des panenthéistes. Ils pensent pouvoir « se connecter » avec Lui et Le sentir à travers la nature, par exemple en se connectant à la terre, ou comme JoAnn McFatter qui a témoigné que des arbres ont parlé avec elle. Ils agissent sans le savoir de la même façon que les adeptes du Nouvel Âge qui « se connectent » avec les forces de la nature en embrassant les arbres pour absorber leur énergie.

 

Le physicien Fritjof Capra a été le premier à vulgariser le mysticisme quantique. Il est arrivé à croire que « la reconnaissance des similarités entre la physique moderne et le mysticisme oriental fait partie d’un mouvement beaucoup plus grand, d’un changement fondamental de vision du monde ou de paradigme, dans la science et la société, qui arrive maintenant partout en Europe et Amérique du Nord et qui revient à une transformation culturelle profonde. »

 

Fritjof Capra décrit l’union du mysticisme et de la nouvelle physique comme la « nouvelle spiritualité » qui est en train d’être développée « aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des églises » :

« D’autre part, je crois aussi que nos propres traditions spirituelles devront subir quelques changements radicaux pour être en harmonie avec les valeurs du nouveau paradigme. La spiritualité conforme à la nouvelle vision de la réalité que j’ai exposée ici devra probablement être une spiritualité écologique, orientée vers la terre, post-patriarcale. Cette sorte de nouvelle spiritualité est maintenant en train d’être développée par beaucoup de groupes et de mouvements, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des églises. »

 

Un exemple qui montre comment la physique quantique est déjà entrée dans l’Église est celui d’Annette Capps, la fille de Charles Capps. Dans son livret « la Foi Quantique« , elle présente une foi chrétienne compatible avec les principes de la physique quantique et aussi avec les soi-disant principes « scientifiques » du Nouvel Âge. Les leaders chrétiens qui conduisent l’Église vers la nouvelle spiritualité vont bientôt affirmer que Dieu est dans chaque personne et dans tout. Avec les nouvelles découvertes de la physique quantique, ils expliqueront que Dieu est dans chaque atome, scientifiquement parlant. Mais Dieu n’est pas une force d’énergie impersonnelle, et si tout est Dieu et que nous sommes tous Un, il n’y aurait pas eu besoin de la Croix comme moyen de salut pour l’humanité. En effet, si tout est Dieu le péché n’existe pas puisqu’il nous sépare de Lui, ce qui n’est pas possible selon cette philosophie.

 

Bill Johnson, Beni Johnson, Bob Jones, Cal Pierce et d’autres prophètes ont participé à la rédaction du livre « The Physics of Heaven« , dont certains extraits ont déjà été cités au niveau des sons. Ce livre se sert des découvertes de la physique quantique pour en faire des interprétations spirituelles.

 

Voici des extraits de ce qu’écrit Ellyn Davis au sujet du mysticisme quantique :

« Quelle est la substance du Royaume invisible ? De l’énergie qui vibre… »

« Si nous nous arrêtons un instant et considérons vraiment les implications de la physique quantique, nous pouvons comprendre comment elle se prête à une interprétation métaphysique. Nous allons donc discuter de quelques-unes des principales croyances métaphysiques extrapolées à partir de la physique quantique et voir comment elles pourraient se rapporter à des vérités chrétiennes.

Tout d’abord, il y a la croyance en la puissance de la conscience pour influencer la réalité matérielle… En quelque sorte la conscience humaine est une force créatrice fondamentale dans l’univers, puisque c’est notre conscience (comme « observateur ») qui semble déterminer si quelque chose apparaît comme matière ou non. Si cela est vrai, cela signifie que nous avons le pouvoir de créer, de manipuler et de changer la « réalité » de notre monde par nos attentes ou intentions.

Deuxièmement, il y a la croyance en une conscience unique et universelle qui imprègne toute chose… La physique quantique implique que tout ce qui existe, même des atomes et des particules subatomiques, a une forme de conscience (parfois appelée « esprit »), et est interconnecté à travers une conscience universelle (la Conscience Unique).

Troisièmement, il y a la conviction que tout, même nos pensées et nos émotions, — émet des vibrations énergétiques. La physique quantique donne à penser que tout est « vibrations » — des champs d’énergie en vibration. Cependant, le mysticisme quantique prétend que même nos pensées et nos émotions dégagent des vibrations ou des énergies.

Quatrièmement, il y a la croyance en des univers parallèles. Les théories quantiques… nous amènent à nous demander s’il y a un autre aspect de la réalité et si c’est « l’autre côté » qui est à l’origine de notre conscience et la cause réelle de tout ce qui se passe « de ce côté ».

Cinquièmement, il y a la croyance que l’humanité évolue vers des niveaux supérieurs de conscience. Le mysticisme quantique enseigne que, quand nous commencerons à mieux comprendre et vivre les conséquences de l’unicité de toutes choses, nous prendrons un saut évolutif de conscience… C’est le point de vue traditionnel de ce qui se passe dans l’éveil spirituel. » (T.P.O.H., Ellyn Davis)

 

En faisant une mauvaise utilisation de l’Écriture, Ellyn Davis attribue une conscience à tout ce qui existe dans l’univers, animé ou non :

« La Sainte Écriture nous dit que les pierres poussent des cris, les étoiles peuvent chanter et les arbres peuvent “taper des mains” dans la joie, donc nous ne serions pas trop surpris de découvrir qu’ils ont une forme de conscience aussi, un « esprit » en quelque sorte. » (T.P.O.H., p. 130)

 

La croyance en une conscience universelle a fait son chemin dans le christianisme. La seule différence avec les adeptes du Nouvel Âge et les « chrétiens quantiques« , c’est que ces derniers croient que Dieu est transcendant, mais qu’Il a transmis une partie de Sa conscience dans Sa création. Ils ont adopté l’idée que tout l’univers matériel a une conscience et ils pensent que l’homme peut exploiter les forces quantiques pour modifier, et même créer sa propre réalité.

 

Annette Capps a intégré dans la Parole de Foi cette théorie impliquant que la matière peut penser :

« Les choses que vous désirez sont composées d’atomes. Ils savent ce que vous croyez, entendent ce que vous dites et se comportent en conséquence ! » (Annette Capps, la Foi Quantique, p. 9)

 

La foi « quantique » n’est pas de la foi puisqu’elle ne s’attend pas à une action de Dieu, mais s’appuie sur les lois de la physique. Bien que les chrétiens « quantiques » déclarent que seul Dieu peut créer la réalité, ils se contredisent en déclarant que les hommes (croyants ou incroyants) peuvent créer leur propre réalité en déverrouillant les mystères du domaine quantique. Ils croient que les paroles prononcées sont des substances ayant une incidence sur les atomes qui composent la matière, et que les pensées et les émotions peuvent réellement produire des « vibrations » d’énergie capables d’entraîner des modifications au niveau physique et émotionnel.

 

Les auteurs de La Physique des Cieux présentent Dieu de la même façon que les leaders du Nouvel Âge, c’est-à-dire une force cosmique qui imprègne tout plutôt qu’un Créateur qui est séparé de Sa création. Alice Bailey a dit :

« Voici un groupe d’êtres humains… chargé de mener l’humanité. Ils commencent des mouvements qui ont en eux la nouvelle vibration, ils disent des choses universelles dans leur ton, ils énoncent des principes qui sont cosmiques. » (The Labors of Hercules-Labor XII, Conférence de AAB-1936)

 

Ces auteurs croient expliquer par la physique quantique la manière dont une « prochaine étape de Dieu » pourrait se produire. Barbara Marx Hubbard, leader du Nouvel Âge, a prédit également la venue d’un changement spirituel d’une grande importance, l’arrivée d’une « Pentecôte planétaire » :

« Nous saurons chacun que Dieu est en nous… Si tous ceux qui se sentent connectés l’un à l’autre, à la nature et à Dieu se joignent à une Pentecôte planétaire, nous serons alors transformés dans cette vie. Je crois en la deuxième venue (de Christ) pacifique ». (Barbara Marx Hubbard et l’Alternative Armageddon – Brooks Alexander, p. 49)

 

Le faux Christ qui a communiqué avec Barbara Marx Hubbard pendant des décennies a révélé que cette Pentecôte planétaire transformera instantanément la plupart des humains en une race spirituellement évoluée. Et si la Seconde Pentecôte, la prochaine étape de Dieu qu’attendent les auteurs de la Physique des cieux et la Pentecôte planétaire du Nouvel Âge était un seul et même événement ?

 

Le mysticisme quantique essaie de faire correspondre avec la spiritualité les éléments qui composent l’univers, mais l’apôtre Paul a reconnu le danger de cette manière de voir la réalité. Il a mis en garde les Colossiens du danger que leur foi s’appuie « sur les rudiments du monde et non sur Christ » (Colossiens 2:8). Dans le Nouveau Testament, le mot grec « stoicheia » traduit par rudiments veut dire aussi bien les particules physiques constituant le cosmos que les puissances spirituelles qui l’habitent.

 

Selon la philosophie hermétique grecque, « tout dans le cosmos est lié de façon interne à tout le reste » et « les puissances divines sont considérées comme de l’énergie ou de la lumière ». Il s’agit là d’une vision holistique du monde, qui considère qu’il n’y a pas de séparation entre la matière qui compose l’univers et les esprits qui s’y trouvent. En essayant de prouver des vérités chrétiennes par la physique quantique, la majorité des rédacteurs du livre « The Physics of Heaven », comme tous les adeptes du « christianisme quantique », ne donnent pas une vision biblique du monde, mais holistique.

 

Jésus a contredit cette vision holistique du monde quand il a dit à son auditoire : « vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde » (Jean 8:23). Jésus a parlé de l’existence de deux réalités et non d’une : le Ciel de Dieu et l’univers visible. Il a affirmé qu’il venait d’une réalité distincte de la leur. Toute spiritualité qui essaie de fusionner les deux réalités, comme celle du mysticisme quantique, est en contradiction avec l’Évangile.

 

 

 

 

I –                 Conclusion

 

Aujourd’hui une partie de l’Église a dévié du pur et simple message du Salut. De nombreux Chrétiens ne sont plus satisfaits d’atteindre les perdus en annonçant l’Évangile, préférant une forme émotionnelle du christianisme qui s’appuie sur des expériences subjectives. Ce fascicule a été fait uniquement dans un souci d’information, pour éviter aux enfants de Dieu de se laisser emporter par « tout vent de doctrine ».

 

Beaucoup de ceux qui enseignent une fausse doctrine ont une motivation sincère et se soucient réellement du bien-être des autres. Il ne s’agit pas de juger les secrets de leur cœur, mais de regarder leur doctrine à la lumière de la Parole de Dieu et d’exposer l’erreur. Il y avait un temps où les croyants n’avaient aucune difficulté à le faire, mais nous sommes maintenant entrés dans la dernière phase de l’histoire de l’Église dont Paul a parlé :

“Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables”. (2 Timothée 4:3-4)

 

Les affirmations contenues dans ce document se basent sur des preuves vérifiées. Le but n’est pas de faire du tort aux ministères impliqués, c’est pour cette raison qu’aucun nom de ministère français n’a été cité parmi les leaders qui propagent ces nouvelles doctrines et pratiques dans l’Église. Les ministères internationaux qui ont un rôle clé ont été cités à cause des déclarations qui leurs sont attribuées. « Ils ont du zèle pour Dieu ; mais un zèle sans connaissance. » (Romains 10:2) Prions pour que ceux qui sont vraiment sincères parmi eux se laissent convaincre de leurs erreurs par le Seigneur, comme Derek Prince l’avait fait pour la doctrine de la couverture spirituelle quand il s’est rendu compte des dégâts qu’elle causait dans l’Église.

 

N’acceptons pas aveuglément tous les enseignements et révélations de ceux qui veulent changer « la définition même du Christianisme » et le sens de l’Évangile de Jésus-Christ. Restons établis sur la Parole, veillons et prions afin de ne pas être séduits par « la tentation qui doit venir sur le monde entier » (Apocalypse 3:10).

Étude faite par F. MALI, ainsi que la traduction de certains textes en Anglais

Diffusion autorisée à condition de garder l’intégralité du texte

 

Contact : f.mali@free.fr

 

I –      Introduction.

II –    La Nouvelle Réforme Apostolique et ses enseignements.

1)           La doctrine de la couverture spirituelle. 2

2)           La Nouvelle Réforme Apostolique (N.A.R.). 3

3)           L’apôtre : un sacerdoce au‐dessus du sacerdoce universel des croyants. 4

4)           La théologie de la Domination ou « Dominionisme ». 5

5)           L’enseignement du « Royaume Maintenant ». 8

6)           Le mandat des Sept Montagnes. 11

7)           Les Fils de Dieu Manifestés et l’Armée de Joël 14

8)           L’élitisme. 17

9)           Le gnosticisme. 18

10)        Changement de paradigme dans l’Église. 19

11)        Le grand transfert de richesses. 21

III –   Nouvelles doctrines et pratiques dans l’Église.

1)           Espérance terrestre : faire venir le Ciel sur la Terre. 23

2)           Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. 24

3)           Jésus n’était pas le Christ avant son baptême. 25

4)           Jésus s’est dépouillé de sa divinité. 26

5)           La « mort spirituelle » de Jésus. 26

6)           La « nouvelle naissance » de Jésus. 28

7)           Mise en cause de la souveraineté de Dieu. 29

8)           Le salut n’est pas le message central de l’Évangile. 29

9)           Un autre nom attribué à Dieu. 30

10)        Une nouvelle définition de la repentance. 30

11)        Les écoles de prophètes. 31

12)        L’accent mis sur les signes et prodiges. 32

13)        La recherche de l’onction sur les tombes. 33

14)        L’influence de la Kabbale juive et des signes du Zodiaque. 35

15)        L’ésotérisme chrétien. 37

16)        Les pratiques mystiques. 38

  1. a) Le Royaume intérieur. 38
  2. b) La prière contemplative. 39
  3. c) Les Nouveau Mystiques. 42
  4. d) Le soaking. 44
  5. e) La danse de transe. 44

17)        Le Sozo. 45

IV –   Les croyances Nouvel Âge dans l’Église.

1)           Nouvelle Réforme vers une Nouvelle Spiritualité. 47

2)           Le rachat des pratiques occultes. 48

3)           La promotion de livres de magie. 49

4)           Le « yoga saint ». 49

5)           La connexion à la terre ou « earthing ». 50

6)           L’interprétation des rêves. 51

7)           L’utilisation de cartes de Tarot « chrétiennes ». 52

8)           La télépathie. 54

9)           L’existence de portails célestes. 55

10)        L’ADN spirituel 57

11)        L’immortalité sur terre. 59

12)        Le pouvoir des objets, des couleurs et des sons. 60

13)        Le mysticisme quantique. 62

V –          Conclusion