JURA : regard global sur des projets locaux

Nous sommes à Poligny, petite ville du Jura, capitale du comté. Depuis mars 2014 après l’annonce de Pierre &Vacances de créer un Center Parcs dans une forêt communale au sud de la ville tous les élus locaux – région, département, communauté de communes et commune exultent : 300 emplois à la clé !

Le projet de 400 cottages construits autour d’une bulle aquatique chauffée toute l’année à 29° est présenté comme un projet qui s’inscrit dans le respect de la nature et de l’environnement. Tout est prévu pour cela : on déforeste, on installe bulle et piscines entourées de palmiers, on consomme pas mal d’eau sans trop se soucier de son impact en période de sécheresse – près de 500 m3 par jour 

Le projet prévoit des retombées financières importantes pour les collectivités à condition qu’elles réalisent un investissement de plus de 60 millions d’euros…

Enfin, le projet prévoit de créer 300 emplois dont 60% à temps plein et c’est ce qui enthousiasme les élus.

Beaucoup ne partagent pas cet avis et la contestation s’organise : projet trop défigurant de la nature, trop hasardeux pour les finances locales, beaucoup d’emplois à temps partiel et peu rémunérateurs.  Un regroupement des luttes prend forme avec celles des projets similaires de Roybon en Isère et Le Rousset en Saône et Loire également engagés par le même promoteur-exploitant : Ni ici, ni ailleurs !

Toute l’information  concernant ce projet et sa contestation est regroupée sous forme de liens sur une page ici. On y trouve même là un site de réflexion pour des projets alternatifs effectivement plus respectueux de la nature et des hommes et c’est donc en ce sens – qu’une telle lutte s’inscrit parfaitement sur la page « un monde à construire -un monde à déconstruire » du Temple des Consciences.  Il s’agit de déconstruire ce projet de tourisme industriel et risqué à terme pour les finances locales et lui substituer des projets qui font sens autour d’une réelle harmonie de vie avec la nature. Il faut sauvegarder le paysage du Jura et son image mais aussi oeuvrer dans le respect des hommes et femmes qui vont y travailler. Il faut refuser la construction d’un Abou Dabhi jurassien réalisé en version classe moyenne par Pierre & Vacances.

Pour le Temple des Consciences, porteur d’une vision très élargie, un nouveau monde cherche à se construire sur les ruines et difficultés produites par notre ancien monde. Voir par exemple cete page : « vers un monde transrationnel ». Le Center Parc de Poligny est l’exemple parmi d’autres, de l’ancien monde qui cherche à subsister.

… Mais revenons ailleurs dans le Jura pour deux autres projets.

Il s’agit de la cession de l’Abbaye de Baume les Messieurs à la commune d’une part et des forges de Baudin d’autre part, ce dernier projet ayant fait l’objet d’une page commencée ici.

Nous avons là dans ce beau département gâté par la nature mais aussi par l’histoire trois projets dont les origines éclairent l’évolution de notre monde occidental depuis le Moyen-Âge.

Baume les Messieurs où l’abbé Bernon venu de Gigny restaura un ancien monastère au IX ième siècle avant d’aller fonder l’abbaye de Cluny en Saône et Loire. Cette abbaye qui prendra la tête de près de 2000 prieurés au XII ième siècle est donc aux origines de ce grand courant qui traversa l’Europe. L’homme est alors  tourné vers le ciel.

Avec les Forges de Baudin, nous abordons un nouveau mouvement structurant de l’histoire : après la Révolution s’installent des Forges dans un ancien moulin. L’homme progressivement se détache de l’Ancien régime avec ses privilèges, il s’écarte aussi du poids de l’institution religieuse. Il remplace progressivement sa croyance par une nouvelle, celle du Progrès : demain grâce au progrès et à la science sera meilleurs qu’aujourd’hui. L’homme prend en charge son destin, les sciences entraînent dans leur sillage l’évolution des techniques et l’industrie se développe comme à Baudin. Les maîtres de forge remplacent ici la noblesse locale : le serf d’hier devient ouvrier, par contre le travail, d’une autre nature, reste harassant. L’homme se tourne vers le Progrès et le bien-être matériel qu’il apporte.

Ce monde là est derrière nous, les forges sont depuis longtemps à l’arrêt. Il reste un petit musée et quelques passionnés du patrimoine qui veulent sauvegarder ce lieu d’exception. L’industrie n’a plus aujourd’hui ni l’aura ni la puissance sociale qu’elle représentait au XIX ième et début du siècle dernier. Partout, les emplois  sont soumis à l’effet de ciseaux de l’automatisation des tâches et de la délocalisation.

Nous sommes entrés économiquement dans une société de services et la France pour se défendre sur ce plan et créer des emplois veut développer au maximum son industrie touristique jusqu’à justifier là, la neige artificielle, ici à Poligny, les bulles chauffées – photo center parc de Moselle-pour que des touristes de classe moyenne puissent en quelques jours se gaver avec leurs enfants de plaisirs artificiels.

La foi dans le Progrès   s’est progressivement éteinte au fur et à mesure de la prise de conscience que nous allions dans le mur. Une autre société est à construire. A la Renaissance  l’homme est entré dans la modernité en s’écartant de ce qu’il appela l’obscurantisme. Il doit aujourd’hui sortir de cette modernité caractérisée par le monopole de vision des puissances des techno-industries et créer une rupture. Le Temple des Consciences appelle cette nouvelle ère, la transrationalité.

Des idées d’un autre développement sont possibles, des idées qui s’appuient sur une autre vision de l’homme et de son rapport à la nature.

Des emplois sont par exemple à créer pour sortir aussi l’agriculture du piège de l’ agriculture industrielle. cf le cahier d’acteur n°4 du Pic Noir

Localement, une association, ID JURA réflèchit à un autre futur.

Ailleurs dans le Jura, bruissent d’autres projets  qui écloront je l’espère et dont le Temple des Consciences se fera alors l’écho.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.