La démocratie otage du libre échange

Le point de vue de José Bové sur l’accord de libre échange entre l’Union européenne et le Canada- lire la suite de cet article

Les premières victimes de l’accord de libre échange entre l’Union européenne et le Canada, présenté par Barroso et Harper le 18 octobre à Bruxelles, sont les paysans européens et canadiens et les consommateurs. L’Union européenne souhaite ouvrir son marché à la viande bovine produite dans les grandes exploitations canadiennes. 50 000 tonnes de viande de bœuf arriveront ainsi dans nos assiettes, ce qui représente grosso modo 8 % de la production française et 2 % de la production européenne. Ce n’est pas une paille. Les revenus des éleveurs spécialisés dans l’élevage bovins sont déjà particulièrement bas. En moyenne, en France ils atteignent à peine 14 000 € par an alors que ceux de leurs collègues céréaliers dépassent 75 000 €.

De nombreux élevages, en particuliers dans les régions d’Auvergne, de Bourgogne, du Limousin et de Midi-Pyrénées sont au bord de la faillite. Les coûts de production s’envolent alors que dans le même temps la consommation de viande bovine baisse régulièrement du fait de la chute du pouvoir d’achat de nos concitoyens. L’arrivée de la viande canadienne serra le coup de grâce. Elle achèvera de détruire de nombreuses zones rurales, ce qui aura des répercussions en cascade sur d’autres secteurs économiques liés directement à l’agriculture comme les petites et moyennes entreprises de transformation alimentaire, ou indirectement comme le tourisme. En Europe, c’est la France qui sera la plus touchée, mais d’autres pays comme l’Irlande, l’Espagne, qui traversent également une crise économique grave seront également affectés. Les éleveurs du sud et de l’ouest de l’Allemagne seront également affectés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.