le SIKKIM : premier état au monde à se déclarer totalement bio

 

Le SIKKIM   est un État du nord de l’Inde, dans l’Himalaya.

Ancien royaume de culture tibétaine, rattaché à l’Inde en 1975, le Sikkim est l’État le moins peuplé du pays – 610 577 ha en 2011 et 86 ha au km2– et le deuxième plus petit État de l’Inde – 7 107 km2 soit 1,29 % de la superficie française – . Il est bordé à l’ouest par le Népal, au nord et à l’est par la Région autonome du Tibet en Chine, au sud-est par le Bhoutan et au sud l’État indien du Bengale-Occidental.

En 1975, le Premier ministre fait appel au parlement indien pour modifier le statut du Sikkim et le faire admettre comme un État à part entière de l’Union. En avril, l’armée indienne prend le contrôle de Gangtok et désarme les gardes du palais. Un référendum (auquel 59 % des électeurs participent) approuve l’union avec l’Inde à 97,5 %. Le , le Sikkim devient officiellement le 22e État de l’Union indienne et la monarchie est abolie.

En raison de son terrain accidenté, le Sikkim ne possède pas d’aéroport ni de ligne ferroviaire.

L’hindouisme est la principale religion de l’État, pratiquée par 60,9 % de la population. Bien que le bouddhisme soit la religion officielle de l’État.

Comme tous les États indiens, le Sikkim possède un système parlementaire où s’exerce la démocratie représentative. Le gouvernement est formé de trois branches : pouvoirs exécutif , législatif et judiciaire.

 En 1994, Pawan Kumar Chamling, du Front démocratique (SDF), devient ministre en chef. Le parti reste au pouvoir en 1999 et 2004. Aux élections de 2009, il gagne l’ensemble des sièges du parlement. À partir de 2014, le SDF est concurrencé par le Front révolutionnaire (SKM) qui remporte les élections du 11 avril 2019 en obtenant 17 sièges au Parlement. Le 27 mai suivant, P.S. Golay remplace Chamling comme ministre en chef.

Depuis 2003, le gouvernement décide de bannir tous les pesticides et les engrais  sur les 750 km de surface agricole du pays – soit moins de 11% de la surface du pays.

Les débuts sont difficiles et une partie des 66 000 fermiers connaissent une baisse de leurs revenus. Les prix des produits agricoles augmentent.

Le gouvernement organise des formations à l’agriculture biologique et distribue des graines bio.

Depuis 2016 l’utilisation de produits chimiques est devenue un crime passible de peines de prison.

L’état lutte aussi contre la pollution : interdiction des sacs en plastic jetables, orientation vers le bannissement de tous les plastics. Depuis 2016 interdiction des contenants couverts à base de polystytrène, plus de bouteille d’eau plastic dans les instances gouvernementales et dans plusieurs villages.

Campagne de reforestation – la forêt couvre près de 50% de l’état.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.