Les Achuar traitent les plantes et les animaux comme des personnes”-Philippe Descola

Télérama -Olivier Pascal-Moussellard

Il faut parfois partir, quitter son monde, pour mieux en cerner les contours. Il y a quarante ans, l’anthropologue Philippe Descola, aujourd’hui professeur au Collège de France, a laissé derrière lui Paris, la France et l’Europe pour une immersion de trois ans chez les Indiens Achuar, en Amazonie.

L’aventure intellectuelle du jeune philosophe gauchiste faisait soudainement un « pas de côté » : elle allait conduire Descola dans les méandres d’une réflexion fascinante sur la façon dont les sociétés humaines conçoivent les relations entre humains et non-humains et « composent » ainsi leurs mondes. Car il n’existe pas, malgré les apparences, un monde donné qui serait le même pour tous, mais des mondes, dont chaque être (humain ou non humain), ou chaque collectivité, a une vision et un usage particuliers, liés à son histoire et à ses aptitudes physiques.

Ces mondes se recoupent, se superposent ou se différencient. Etudier les principes de leur « composition », c’est tout l’art de l’anthropologue ! Neuf ans après son chef-d’œuvre – Par-delà nature et culture –, Descola revient, dans un livre d’entretiens – La Composition des mondes –, sur le grand arc parcouru. Et jamais le « pas de côté » initial n’a semblé aussi pertinent pour affronter les grands problèmes contemporains.

 

pour lire la suite de l’article

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.