Les révélation de la neuro-imagerie

 

Les révélations de la neuro-imagerie

La première démonstration difficilement réfutable fut, en 2006, avec une jeune femme en état végétatif depuis cinq mois des suites d’un traumatisme crânien. Placée dans un IRM, et ayant comme instruction d’imaginer jouer au tennis ou d’imaginer marcher dans sa maison, la jeune femme montrait des activations cérébrales similaires à des sujets contrôles, démontrant ainsi une compréhension du langage, la capacité d’imaginer, et de choisir le contenu de son imagerie mentale. Six mois plus tard, elle retrouvait des signes comportementaux démontrant sa conscience. Les résultats de cette étude laissaient toutefois planer un doute : est-ce que cette personne n’était pas déjà en transition vers l’état de conscience minimale au moment de l’expérience ? Ce cas était-il exceptionnel ou répandu ?

Un début de réponse vient d’être publié dans The Lancet par Damian Cruse et collaborateurs. Employant l’électroencéphalographie, une technique relativement facile à utiliser et peu dispendieuse, ils ont demandé à 16 patients en état végétatif et 12 sujets contrôles d’imaginer faire un mouvement spécifique suite à un son. Par ailleurs les sujets contrôles devaient aussi, dans un second temps, écouter les instructions sans les suivre afin d’exclure un éventuel effet lié à la simple écoute des instructions.


Cartes de détectabilité de l’imagerie motrice. © Elsevier 2011

Les résultats démontrent que 3 des 16 patients en état végétatif, dont 2 des 5 patients ayant subi un traumatisme crânien, étaient capables de suivre les instructions (et donc potentiellement de communiquer avec l’aide de la machine). Réaliser cette performance implique nécessairement une attention soutenue au-delà de la minute, une compréhension des instructions verbales, une capacité de sélection du contenu de l’imagerie mentale, et une mémoire de travail suffisante. La préservation de ces fonctions cognitives rend peu plausible l’absence de conscience chez ces personnes. À l’inverse, l’absence de réussite ne signifie pas obligatoirement l’absence de conscience… trois des sujets contrôles ont d’ailleurs échoué au test !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.