Moebius nous a quitté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les formes chez Moebius sont ainsi constamment en devenir. Du végétal au minéral, de l’humain à l’animal, les corps se transforment, les jeunes vieillissent tout à coup. Les espaces et les thèmes abordés invitent l’oeuvre à se déployer: « Le désert, le rêve, la méditation, les cristaux sont autant de « métaprocessus » destinés à provoquer une sortie du corps, à transgresser les normes, à entrer en transe pour créer de nouvelles formes. Ces expériences intenses lui permettent d’explorer l’étrange, le fantastique et de défier à travers ses dessins, les lois de la rationalité et de la vraisemblance »

pour lire l’article

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.