Raoni proteste contre la construction du barrage de Belo Monte

vu sur le site http://raoni.fr/actualites-289.php

 

Chères amies, chers amis,

connu dans le monde entier pour son combat visant à préserver la forêt amazonienne et la culture des peuples y vivant, le Chef kayapo Raoni a récemment fait part au monde d’une situation extrêmement préoccupante concernant l’invasion de territoires indigènes sur lesquels il veille. Des intrus armés, présents en totale illégalité, éclaireurs probables d’une invasion plus massive, ont passé à tabac un indien et détruit un véhicule appartenant à sa communauté. D’autres ont établi des auberges et autres exploitations clandestines dans la même zone. Raoni attend le décret présidentiel permettant la démarcation et donc la sécurisation de cette zone (appelée par les kayapo Kapot Nhinore) depuis près de vingt ans. Celle-ci a été « oubliée » en 1994 lors d’un précédent tracé effectué par le gouvernement, après une mémorable campagne planétaire de levée de fonds aux côtés du chanteur Sting.

Après avoir vainement sollicité l’arbitrage des autorités suite aux incidents récents, les kayapos ont décidé d’établir un camp d’environ 120 personnes dans la zone envahie, afin d’effectuer eux-mêmes le travail de sécurisation de leur territoire. Ils veulent, par cette action forte, inciter le gouvernement brésilien à prendre ses responsabilités et à tenir ses engagements en ce qui concerne la reconnaissance légale de leur territoire.

Aujourd’hui Raoni et son peuple, qui font également face à la construction du barrage de Belo Monte en aval du fleuve Xingu, sollicitent notre aide pour financer ce campement de résistance et d’alerte, à haute valeur symbolique, qu’ils comptent tenir jusqu’à ce que le gouvernement fédéral exproprie les colons et valide la démarcation de Kapot Nhinore. Leur détermination est totale et ils se disent prêts à tenir des années s’il le faut.

Vos dons, collectés par l’ONG américaine Amazon Watch, en partenariat avec l’association Planète Amazone, permettront aux 140 guerriers de Raoni d’être régulièrement ravitaillés (alimentation, médicaments, équipements de première nécessité), de se soigner, de se protéger des insectes et de se déplacer par véhicule dans cette zone isolée, afin d’effectuer leur mission de surveillance.

Nicolas Hulot connait bien l’action du Chef Raoni pour avoir tourné avec lui sa dernière émission Ushuaïa (non encore diffusée) et souhaite le soutenir dans son combat
 » Le chef Raoni se bat pour son peuple, mais aussi sans relâche et pacifiquement pour préserver ce patrimoine commun de l’humanité dont nous bénéficions tous parfois sans même le savoir. Les clés du futur sont aussi dans ce réservoir irremplaçable de biodiversité et de ressource qu’est la forêt amazonienne. En stockant le CO2, la forêt amazonienne, conditionne notre destin. Nous sommes liés au sort des indiens Kayopos. Mais plus encore il y va de notre dignité qu’aujourd’hui l’on cesse enfin d’anéantir l’une des plus belles civilisations, la civilisation indienne. Aujourd’hui, il a besoin de notre soutien »

 

 

 

 

 

Une réflexion sur « Raoni proteste contre la construction du barrage de Belo Monte »

  1. non c’est trop grand comme barrage, et les indiens ? et les gens ? et la nature ?

    vous respectez pas ! c’est honteux !

    la terre, la nature nous donne quelque chose = on doit pas s’en emparer, et à cause de l’argent on réfléchi plus l’argent nous monte à la tête !

    respecte les gens, la population en accord avec eux tu peux faire se que tu veux
    et puis il faut résonner, en a t’on vraiment besoin ? peux on faire sans ?
    je suis électricien et je voit que l’électricité prend une place importante dans la vie
    il faut faire sans 50/50 …
    si on continu comme ça il n’y aura plus rien sur terre on se revoit pas dans cent ans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.