Recherche pour créer des virus grippaux mortels

Vu le Monde Sciences

« C’est vraiment une folie ! » Il est rare que des scientifiques éminents qualifient aussi brutalement le travail de collègues reconnus. Pourtant Roberto Kolter, qui tient ces propos à micro ouvert, n’a rien d’un alarmiste anti-science : à 60 ans, il est directeur d’un laboratoire réputé d’Harvard et présidait il y a peu la société américaine de microbiologie.

L’objet de son inquiétude ? Une série d’expériences visant à rendre contagieux des virus grippaux mortels, recourant à la fois aux techniques du génie génétique et à la sélection classique, qui se poursuivent depuis plus de deux ans en dépit de multiples protestations.

Et Kolter n’est pas seul : ils sont 56 scientifiques d’envergure, dont trois Prix Nobel, à avoir signé fin décembre 2013 une lettre publique adressée à la Commission européenne réclamant « une véritable analyse de risque »pour ces expériences. Qui exposent l’humanité, avertit l’épidémiologiste d’Harvard Marc Lipsitch, lui aussi signataire du texte, à la possibilité d’une « pandémie véritablement catastrophique (…) capable de faire des centaines de millions de morts ».

Ces expériences de la discorde, dont le début remonte à 2011, ont d’emblée agité la communauté scientifique – au point que leurs auteurs ont dû décréter un moratoire sur leurs travaux en janvier 2012. Avant de le lever, unilatéralement, en janvier 2013, en dépit de l’absence de consensus. Depuis, elles se poursuivent comme si de rien n’était.

En quoi consistent-elles ? Elles portent sur deux virus grippaux, le H5N1 et plus récemment le H7N9, qui connaît actuellement une expansion inquiétante en Asie. Attention, « grippe » ne doit pas être lu comme signifiant « sans gravité ». H5N1 et H7N9 sont des virus extraordinairement meurtriers.

Les malades, après une brutale poussée de fièvre, développent généralement une pneumonie, puis une grave détresse respiratoire à l’issue souvent fatale. Entre le tiers et la moitié des quelque 1 000 humains qui ont eu le malheur de contracter ces grippes en sont morts, généralement en une dizaine de jours. Pour le H7N9, le dernier bilan fait état de 72 décès en Chine entre janvier et février.

Ces germes circulent naturellement et massivement chez les oiseaux, particulièrement les canards et autres volailles. Mais il faut d’énormes concentrations de virus (en pratique, des contacts étroits avec des volailles vivantes) pour qu’ils parviennent à infecter les humains. Les récepteurs cellulaires qui servent d’ancrage à H5N1 comme à H7N9 sont, en effet, légèrement différents chez les mammifères et les volatiles. En revanche, ce que ces grippes ne parviennent pas – pas encore ? – à faire, c’est à passer d’un homme à un autre. Ce qui est une grande chance pour Homo sapiens,et le coeur de cette affaire.

Car quelques mutations peuvent suffire pour que les virus grippaux deviennent transmissibles entre humains. Et ils le sont alors « magnifiquement », selon le terme du virologue new-yorkais passionné Vincent Racaniello, professeur à Columbia. Ils se mettent à circuler par « aérosolisation », voyageant dans les gouttelettes émises par la toux et les éternuements, passant d’un individu à l’autre sans le moindre contact physique. Cinq minutes dans un bus suffisent pour être infecté si l’un des autres passagers est porteur.

Les 50 millions de morts de la plus grande grippe de l’histoire, la grippe espagnole de 1918, sont là pour rappeler les effets de ce virus à la fois meurtrier et transmissible – qui, sur notre planète surpeuplée, urbanisée et mondialisée, serait sans doute plus dévastateur encore.

Or, pour ce que l’on en sait, un tel monstre biologique pourrait bien, d’ores et déjà, sommeiller dans un congélateur de l’université Erasmus d’Amsterdam ou de l’université du Wisconsin aux Etats-Unis, pour citer les deux institutions en pointe dans ces travaux.

Deux équipes devenues célèbres, dirigées respectivement par le Néerlandais Ron Fouchier et le Japonais Yoshihiro Kawaoka, y ont en effet rendu transmissibles les virus en question ; non pas chez des hommes, car les règles d’éthique en vigueur l’interdisent, évidemment ; mais chez… des furets. « Le furet est le mammifère de laboratoire dont le système respiratoire imite le mieux celui de l’homme, explique Vincent Racaniello. Il présente tous les symptômes humains, il tousse et éternue, ce que les souris ou même les singes ne font pas. »

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.