La stratégie diabolique des futures plantes OGM

Le Monde

Jeudi 1er août, le Conseil d’Etat a annulé le moratoire qui frappait depuis 2012 le MON810, un maïs transgénique de la firme américaine Monsanto. Le MON810 est une plante à laquelle un gène a été ajouté pour qu’elle produise une toxine dite « Bt » (du nom de la bactérie Bacillus thuringiensis qui la synthétise naturellement), toxine qui tue les insectes ravageurs de ce maïs, comme la pyrale, en paralysant l’intestin des larves. Dans l’esprit des créateurs de cette plante transgénique, faire fabriquer le pesticide directement par la plante évite aux agriculteurs d’en épandre sur leurs cultures. Cette décision du Conseil d’Etat a une nouvelle fois relancé le débat sur la culture d’organismes génétiquement modifiés (OGM) en France, les opposants aux OGM soulevant plusieurs arguments, comme les risques pour la santé des consommateurs (humains ou animaux d’élevage), la contamination des cultures non-OGM et du miel, le fait que certains insectes utiles seraient victimes de la plante ou bien le développement de résistances à la toxine chez les nuisibles.

Ce débat, qui a depuis longtemps quitté le domaine de la science pour tomber dans celui de la politique – les arguments exploités par les uns et les autres étant plus d’ordre idéologique que biologique –, pourrait bien de toute manière devenir rapidement un combat d’arrière-garde avec la future génération de plantes transgéniques, ainsi que le souligne Science dans son numéro spécial du 16 août, consacré à l’épineuse question des pesticides. En effet, les OGM de demain ne seront plus conçus suivant le principe assez basique qui consistait à leur faire produire l’insecticide. Non, ils seront l’insecticide, grâce à une stratégie diabolique, celle de l’interférence ARN.

Derrière cette expression se cache un phénomène dont la découverte a valu à Craig Mello et Andrew Fire le Nobel de médecine 2006. Pour le comprendre, il faut entrer dans le mécanisme cellulaire. Dans le noyau se trouve l’ADN, qui constitue le support de l’information génétique et détient la recette de fabrication des protéines indispensables à la vie. En revanche, l’usine qui synthétise ces protéines est située dans le cytoplasme de la cellule, c’est-à-dire à l’extérieur du noyau. Pour fabriquer une protéine, il faut par conséquent copier l’information contenue dans le gène qui, au sein de l’ADN, correspond à cette protéine, puis la transporter à l’extérieur du noyau. C’est le rôle de l’ARN messager.

Ce qu’ont découvert Mello et Fire, c’est que l’on pouvait, à l’aide d’un ARN dit « interférent », intercepter le facteur en cours de route : de tout petits morceaux de cet ARN interférent viennent se coller à l’ARN messager, ce qui entraîne sa destruction. Conclusion : le message ne parvient jamais à l’usine à protéines, la protéine n’est pas synthétisée et son gène est comme éteint. Le phénomène de l’interférence ARN se retrouve dans la nature, soit pour lutter contre l’introduction de génomes étrangers (de virus, par exemple), soit pour moduler l’expression de certains gènes.

L’idée des fabricants de semences OGM consiste à faire fabriquer à leurs plantes un micro-ARN interférent réduisant au silence une protéine-clé pour l’organisme des insectes ravageurs. Une fois que ces derniers auront croqué dans la plante et assimilé l’ARN interférent en question, celui-ci empêchera la production de la protéine vitale et l’animal mourra. 

pour lire la suite

 

Le Meilleur des mondes chinois

Pour lire la suite de l’article 

Il suffisait jadis, pour susciter la méfiance vis-à-vis d’une innovation technique ou d’une nouvelle tendance, de dire qu’elles conduisaient au Meilleur des mondes. Ce n’est plus le cas. Ce livre n’est plus un épouvantail : on l’a trop souvent évoqué sans l’avoir lu, et quand on le lit aujourd’hui on est de moins en moins choqué parce que la société imaginée par l’auteur ressemble de plus en plus à la société réelle. D’où le besoin que nous avons ressenti d’en présenter un résumé et une interprétation dans le portail Homo Vivens.

La société du Meilleur des mondes est caractérisée notamment par l’absence de passé et par un système de castes rendu possible par le contrôle étatique de la procréation. La révolution culturelle a coupé les Chinois de leur passé ce qui explique pourquoi la sélection artificielle avec le QI comme critère n’est pas un tabou chez eux comme c’est encore un peu le cas en Occident. D’où le fait qu’’ils semblent vouloir devenir chefs de file dans ce domaine. Leur but immédiat est de fabriquer des alphas, nom de la caste dirigeante dans le Meilleur des mondes, ce sera ensuite  un jeu d’enfant que de fabriquer des bêtas et des deltas.

Selon le journal Le Monde du  7 mars 2013, la Chine vient de lancer un grand programme de séquençage de l’ADN de surdoués. Deux mille deux cents individus porteurs d’un quotient intellectuel au moins égal à 160 – c’est le niveau atteint par Jacques Attali – vont être séquencés. Ce programme sera réalisé par le Beijing Genomics Institute (BGI), qui est le plus important centre de séquençage de l’ADN du monde. L’objectif des Chinois est de déterminer les variants génétiques favorisant l’intelligence, en comparant le génome des surdoués à celui d’individus à QI moyen.

Cloner l’homme de Néandertal: la folle idée de George Church

 

CLONAGE – Il a la barbe bien fournie, l’air débonnaire et le sourire franc. En apparence, George Church n’a donc rien du savant fou. D’autant plus qu’à 58 ans, ce professeur de génétique à Harvard est l’un des pionniers d’une branche un peu particulière de la science: la biologie synthétique, dont le but est de recréer certains des organismes in vitro, grâce à de l’ADN.

Son nouveau dada, redonner vie, pourquoi pas, à l’homme de Néandertal. C’est ce qu’il explique dans une interview au magazine allemand Der Spiegel publiée le 18 janvier. D’après lui, et il est bien placé pour le savoir, les technologies dont nous disposons nous permettraient de cloner des membres de cette espèce d’homme disparue il y a environ 28.000 ans.

Lire et écrire de l’ADN sont des procédés désormais suffisamment rapides pour que cela ait lieu de son vivant, affirme-t-il. Seule ombre au tableau, il faudrait déjà savoir comment cloner des humains, mais aussi se l’autoriser. Néanmoins, Church estime que cela devrait être possible rapidement. Quant à la législation, si elle interdit le clonage humain dans certains pays comme l’Allemagne ou la France, il affirme que ce n’est pas le cas partout et n’exclut pas que les lois puissent changer.

 

Pour lire la suite de l’article

La divine matrice – Gregg Braden

http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/

 

On nous a appris à marcher, à parler et à nous comporter en société. Il y a une chose que nos parents ne nous ont pas appris – et ils n’en sont pas responsables puisqu’ils ont reçu le même enseignement – c’est gérer nos pensées. La pensée est un pouvoir puissant que nous ne maîtrisons pas, faudrait-il encore que nous ayons connaissance de ce pouvoir et de son étendue.

Gregg Braden est l’auteur de nombreux ouvrages. Je l’ai découvert sur internet à travers une vidéo qui, hélas, ne semble plus disponible sous-titrée en français. Elle s’appelle la science des miracles. Gregg Braden parle d’un champ d’énergie qui nous relie tous les uns aux autres. Le pouvoir de la pensée peut avoir de réels impacts sur tout être ou toute chose et ce en dépit de la distance et du temps. L’effet papillon en quelque sorte (un battement d’aile d’un papillon peut suffire à provoquer un ouragan à l’autre bout de la planète…).

Ce champ qui nous relie est extrêmement sensibles à nos émotions.

Gregg Braden relate dans cette vidéo trois expériences qui ont été menées dans les années 90 par des groupes différents et ne se connaissant pas. Trois expériences sur l’ADN humain.

Sans entrer dans les détails techniques, une équipe de laboratoire a fait le vide dans un vacuum (une sorte de tube). Il ne restait que des photons (particules de lumière) à l’intérieur de ce tube circulant à l’intérieur de manière aléatoire. De l’ADN humain y a été introduit. Aussitôt : les particules se sont alignées. C’était déjà surprenant mais cela l’a été encore quand l’ADN a été retiré du tube. En toute logique, les particules auraient du se disperser de nouveau dans le tube et circuler de manière aléatoire. Le fait est que les particules ont conservé cet alignement. Conclusion : notre ADN agit sur notre environnement.

Réalisée par une équipe de l’armée, l’expérience suivante consistait à prélever de l’ADN sur un volontaire et d’isoler cet ADN de son donneur dans des pièces différentes. Le donneur a été soumis à différents stimulis. Il a été constaté que lorsque le donneur avait ses « hauts » et ses « bas » (émotions positives et négatives), l’ADN dans l’autre pièce réagissait également. Il en a été déduit qu’il y avait une source d’énergie qui émanait du donneur et l’expérience suivante a consisté à séparer le donneur de son ADN à plus de 500 kms de distance. Le but était de mesurer le temps de déplacement de cette énergie. La surprise a été de taille de constater que l’ADN réagissait à l’instant T aux stimulis auxquels le donneur était soumis. A croire que le temps et la distance n’ont pas d’existence (?).

Enfin, il a été constaté que les changements de forme de l’ADN avaient des caractéristiques très particulières suivant la nature des émotions auxquelles il était soumis. Dans le cas d’émotions négatives (peur, colère, jalousie, ….), l’ADN se contracte comme un ressort. Dans le cas d’émotions positives (amour, compassion, joie,…), l’ADN se « prélasse ».

De nombreuses conclusions peuvent découler des résultats de ces expériences mais une chose est sure : cela bouleverse complètement les bases de la physique…

Faute d’accès à la vidéo, le récit de ces expériences se trouve dans le livre de Gregg Braden « La divine matrice » ….

Pour le reste, je laisse à chacun le soin de réfléchir à ses propres conclusions.

——————————————-

Pour terminer, afin d’en savoir un peu plus sur l’auteur :

Gregg Braden est reconnu comme un pionnier dans la tentative de construire un pont entre sciences et spiritualité. .

Ses voyages dans des hauts-lieux spirituels, unis à ses connaissances et à ses compétences dans le domaine des sciences de la mécanique, ont fait de lui un spécialiste qui est parvenu à remettre au centre de notre vie quotidienne les enseignements bénéfiques des traditions du passé. C’est dans les lieux qu’il a visités pendant plus de vingt ans qu’il a mené ses recherches, étudiant des textes oubliés afin de découvrir leurs secrets intemporels.

Gregg Braden a occupé des postes allant de celui de Géologue Informaticien, auprès de la compagnie « Phillips Petroleum », à celui de Concepteur expert de systèmes informatiques, pour le compte de la société « Martin Marietta Aerospace ». En 1991, il devint le premier Directeur des opérations techniques pour la mise en place du réseau Cisco Sistems, où il s’occupa du développement de l’équipe d’assistance globale qui assura le bon fonctionnement de l’actuel réseau internet. Les diverses crises mondiales qui éclatèrent à la fin du XXème siècle, l’incitèrent à abandonner le monde de l’entreprise pour se consacrer à la recherche de solutions aux grands problèmes actuels. Il est aujourd’hui considéré comme une autorité reconnue parmi ceux qui s’attachent à relier les connaissances du passé à la science, à la médecine et à la paix de demain.

De son premier livre, L’éveil au point zéro suivi de l’ouvrage Marcher entre les mondes – La science de la compassion jusqu’à l’Effet Isaïe, l’auteur s’aventure au-delà des frontières entre la science et la spiritualité en proposant des solutions sensées pour répondre aux défis de notre époque. Il a d’ailleurs été l’invité de nombreuses conférences internationales et d’émissions télévisées s’interrogeant sur le rôle que la spiritualité a à jouer face au développement de la technologie dans nos sociétés contemporaines. Les livres de Gregg Braden ont été traduits en 13 langues et dans 25 pays.