LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE POUR LE BOSON BROUT, ENGLERT, HIGGS

Par Sylvestre Huet sur Sciences.blogs.liberation

Le prix Nobel de physique 2013 est attribué à François Englert et Peter W. Higgs pour la proposition théorique du boson BEH (Brout, Englert, Higgs) indépendament, en 1964. Le troisième auteur, Robert Brout est décedé en 2011.

Le jury du Nobel a bien sûr décidé de cette récompense… parce que le dit boson, la seule des particules du modèle standard de la physique des particules à ne pas avoir été découverte avant 2012, est justement tombée dans l’énorme piège construit à cet effet : le Large Hadron Collider du Cern. Une chasse dont le succès a été annoncé en juillet 2012.

Cette décision du Jury rend bien sûr justice à une proposition théorique qui a fait courir les physiciens durant près d’un demi-siècle. François Englert , né en Belgique en 1932  a passé sa thèse de physique en 1959 à l’Université Libre de Bruxelles où il est professeur émérite. Peter W. Higgs, né en 1929 à Newcastle upon Tyne, au Royaume Uni a passé sa thèse en 1954 au King’s College, Université de Londres. Il est professeur émérite à l’université d’Edimbourg.

pour lire la suite

 

Le boson de Higgs découvert avec 99,9999 % de certitude

vu sur le Monde/sciences

Cette fois, il n’y a plus de doute. Une nouvelle particule a bien été découverte au Centre européen de recherche nucléaire (CERN), près de Genève, grâce à l’accélérateur de particules LHC et ses deux principaux détecteurs, Atlas et CMS.

Le CERN et les deux porte-paroles de ces expériences ont annoncé avoir mis au jour un boson ressemblant fort au célèbre boson de Higgs. Cette particule, qu’il convient plus exactement de nommer « de Brout-Englert-Higgs » du nom de ses géniteurs théoriciens, est la pièce manquante au bel échafaudage construit par les physiciens pour décrire le monde de l’infiniment petit.

A l’issue de la présentation des résultats au CERN, l’Ecossais Peter Higgs, qui a donné son nom à ce Boson, a tenu à féliciter toutes les équipes ayant participé à la détection de cette particule. « C’est extraordinaire que cela soit arrivé de mon vivant », a-t-il déclaré. Le Belge François Englert, qui lui aussi avait été convié à la conférence du CERN, s’est associé à ces félicitations. Il a tenu à exprimer « sa tristesse que notre collaborateur et ami de toute une vie, Robert Brout, n’ait pas pu assister à cette extraordinaire présentation ». Englert et Brout avaient cosigné en août 1964 un article décrivant un mécanisme donnant une masse aux particules. Peter Higgs avait décrit une particule du même type le 15 septembre 1964. La dénomination populaire du boson n’a retenu que son nom, sous l’influence de Steven Weinberg (Nobel de physique 1979) qui a contribué à vulgariser cette particule.

Elle joue un rôle majeur dans la nature car, sans elle, les particules n’auraient pas de masse. C’est comme si des objets initialement sans masse traversaient un milieu visqueux et se mettaient donc à peser de plus en plus lourd. La manière d’agréger la « boue » dépendant de l’interaction avec le fameux boson. Ainsi l’électron devient l’objet que nous connaissons et peut ensuite donner naissance à des atomes, des molécules… Bref à toute la matière qui nous entoure.

Lire : « Le boson de Higgs : les raisons d’une quête »

Il s’agit de la première particule élémentaire découverte depuis 1994. Elle était la dernière à échapper aux recherches et complète admirablement le modèle standard, sorte de table de la loi de la physique qui décrit les douze particules et les trois forces qui les unissent pour former la matière ordinaire.