ORIGINE DE LA VIE

Synthèses des théories existantes Didier Salvignol, 2010

 


 

 

 

 

 

 

 

1                      Didier Salvignol, www.mysteres-de-la-vie.com, www.infomysteres.com


Table des matières


I)    Avant Propos.................................................................................................................................................. 6

II)  Introduction................................................................................................................................................... 6

III)   Origine de l'univers.................................................................................................................................... 10

1)    Théories scientifiques............................................................................................................................... 10

2)    Caractéristiques de l'univers..................................................................................................................... 10

1.  Problème de l'horizon, homogénéité de l'univers observable (avec quelques défauts d'homogénéité) 10

2.    La composition chimique de l'univers et la formation des éléments.................................................... 10

3.    Décalage vers le rouge (redshift).......................................................................................................... 10

4.    Fond de rayonnement fossile............................................................................................................... 12

5.    Orbites planétaires elliptiques............................................................................................................... 12

6.  La gravitation........................................................................................................................................ 12

7.    Particules élémentaires......................................................................................................................... 14

8.    La lumière............................................................................................................................................. 15

9.    Formation des planètes......................................................................................................................... 17

1.  Espacement des planètes par rapport au Soleil............................................................................................................................. 17

2.  Modification du volume de la Terre................................................................................................................................................ 17

10.    Trou noir............................................................................................................................................. 18

11.    Âge de l'Univers................................................................................................................................. 18

3)    Théorie du « Big Bang ».......................................................................................................................... 18

4)    Théorie du Pré Big Bang.......................................................................................................................... 23

5)    Théorie de l'univers informé..................................................................................................................... 24

1.  Vide quantique...................................................................................................................................... 24

2.  Information........................................................................................................................................... 25

3.  Dualité, bipolarité.................................................................................................................................. 25

4.  La matière.............................................................................................................................................. 25

6)    Théorie de l'univers Plasma...................................................................................................................... 26

7)    Théorie de l'univers magnétique............................................................................................................... 26

8)    Théorie de la Terre Creuse....................................................................................................................... 30

1.  Historique.............................................................................................................................................. 31

2.  Formation de l'intérieur de la Terre....................................................................................................... 32

3.  Propositions de la théorie...................................................................................................................... 33

4.  Les Pôles............................................................................................................................................... 33

5.  Confirmations de la théorie................................................................................................................... 33

IV)    Origine de l'humanité................................................................................................................................. 36

1)    Le transformisme de Lamarck................................................................................................................. 36

2)    La théorie de l’évolution.......................................................................................................................... 36

3)    La théorie du créationnisme..................................................................................................................... 37

4)    Les organismes ont-ils évolués ou ont-ils été créés ?............................................................................... 38

1.  Comparaison.......................................................................................................................................... 38

2.  Exemples d'évolution ou de variation ou d'adaptation......................................................................... 39

3.  Variation = Évolution ?......................................................................................................................... 39

4.  Mutation génétique............................................................................................................................... 40

5.  Fossiles.................................................................................................................................................. 42

6.  L'homologie........................................................................................................................................... 43

7.  Complexités irréductibles...................................................................................................................... 44

8.  Chaînon manquant entre les dinosaures et les oiseaux modernes......................................................... 45

9.  Poisson Cœlacanthe.............................................................................................................................. 45

10.  Bipédie................................................................................................................................................ 46

11.  Plantes et animaux domestiques.......................................................................................................... 47

12.  Défauts génétiques.............................................................................................................................. 47

5)      Lignées de l'homme................................................................................................................................ 48

1.  Homme de Toumaï................................................................................................................................ 48

2.  Australopithecus.................................................................................................................................... 49

3.  Lucy...................................................................................................................................................... 49

4.  Homo Habilis........................................................................................................................................ 50

5.  Homo Ergaster...................................................................................................................................... 50

6.  Homo Erectus........................................................................................................................................ 50

7.  Homo Antecessor.................................................................................................................................. 50

8.  Néandertal............................................................................................................................................. 50

9.  Homo Sapiens – Homme de Cro Magnon............................................................................................ 51

10.  Découvertes « impossibles »............................................................................................................... 51

1.  Empreintes............................................................................................................................................................................................ 51

2.  Constructions....................................................................................................................................................................................... 52

3.  Objets modernes « préhistoriques ».................................................................................................................................................. 52

4.  Interventions « impossibles »............................................................................................................................................................ 53

6)      Soupe primordiale - Abiogenèse............................................................................................................. 53

7)    Volonté.................................................................................................................................................... 54

8)    Controverses sur l'Evolution.................................................................................................................... 54

9)    Exogenèse................................................................................................................................................ 55

V)    Origine de l'humanité selon l'ufologie......................................................................................................... 58

1)    Introduction............................................................................................................................................. 58

2)    Autres densités......................................................................................................................................... 64

3)    Origine des créateurs de l'humanité......................................................................................................... 65

4)    Premières races humaines......................................................................................................................... 66

5)    Que veulent les extra terrestres ?............................................................................................................. 67

6)    Planètes, étoiles........................................................................................................................................ 67

1.  Saturne, Jupiter...................................................................................................................................... 67

2.  Vénus.................................................................................................................................................... 67

3.  Sirius...................................................................................................................................................... 70

4.  Mars....................................................................................................................................................... 72

5.  Soleil...................................................................................................................................................... 73

6.  La Lune................................................................................................................................................. 74

7.    Nouvelle planète................................................................................................................................... 77

7)    Différences de la Terre avec les autres planètes....................................................................................... 77

8)    Origine extra-terrestre.............................................................................................................................. 78

VI)    Origine de la vie selon la théosophie......................................................................................................... 80

1)    Théogonie – Principes, Nombres.............................................................................................................. 80

1.  Principes................................................................................................................................................ 80

2.  Les Nombres......................................................................................................................................... 84

2)  Cosmogonie – Involution de l'esprit dans la matière................................................................................ 86

3)    Constitution de l'homme - Évolution de l'âme à travers la chaîne des existences................................... 89

1.  Plans et corps......................................................................................................................................... 89

2.    Corps énergétiques............................................................................................................................... 97

3.  Évolution de l'âme à travers la chaîne des existences........................................................................... 99

1.  Évolution physique............................................................................................................................................................................. 99

2.  Evolution sensorielle du microcosme............................................................................................................................................ 100

3.  Évolution intellectuelle..................................................................................................................................................................... 101

4.  Mort..................................................................................................................................................................................................... 102

4)    Physique - Science des règnes de la nature terrestre et de ses propriétés.............................................. 104

1.  Règnes de la nature............................................................................................................................. 104

2.  Identité de la vie................................................................................................................................. 105

3.  Astrologie............................................................................................................................................ 106

4.  Magie................................................................................................................................................... 108

5.  Réseaux telluriques.............................................................................................................................. 108

1.  Introduction....................................................................................................................................................................................... 108

2.  Architecture sacrée........................................................................................................................................................................... 109

6.  Alchimie.............................................................................................................................................. 110

1.  Personnalités...................................................................................................................................................................................... 110

2.  Objectif de la transmutation........................................................................................................................................................... 112

3.  Transmutation................................................................................................................................................................................... 113

5)    Symboles religieux................................................................................................................................. 114

1.  Dieu..................................................................................................................................................... 114

2.  Jardin d'Eden, Paradis......................................................................................................................... 116

3.  Adam et Eve....................................................................................................................................... 116

VII)   Principes fondamentaux liés à l'origine de la vie.................................................................................... 118

1)  Vide quantique - Etat originel................................................................................................................. 118

2)    Ether, Akâsha......................................................................................................................................... 119

3)    Vortex.................................................................................................................................................... 121

4)    Vibrations............................................................................................................................................... 122

5)    In-formation – Gouverne l'évolution..................................................................................................... 124

6)    Univers parallèles................................................................................................................................... 127

7)    Densité, Dimension................................................................................................................................ 128

8)    Le temps................................................................................................................................................. 129

1.  Caractéristiques................................................................................................................................... 129

2.  En quoi pourrait consister un voyage dans le temps ?......................................................................... 131

3.  Peut-on photographier ou filmer le passé ?......................................................................................... 131

4.  Une autre idée du temps..................................................................................................................... 132

9)    L'énergie................................................................................................................................................. 133

10)    Ondes................................................................................................................................................... 134

11)    Champs magnétiques........................................................................................................................... 136

12)    Champs électriques.............................................................................................................................. 139

13) L'eau..................................................................................................................................................... 140

14)    Les éléments......................................................................................................................................... 141

15)    les phases d'évolution de la vie – ADN, ARN.................................................................................... 143

1.  Phases d'évolution............................................................................................................................... 143

2. A.D.N. et A.R.N................................................................................................................................. 145

3. Modification de l'A.D.N..................................................................................................................... 146

16)    La conscience....................................................................................................................................... 148

17)    Les pensées.......................................................................................................................................... 154

18)    Volonté................................................................................................................................................ 158

19)    La matière............................................................................................................................................ 159

VIII)   L'histoire de l'humanité......................................................................................................................... 161

1)    Mythologie............................................................................................................................................. 161

2)    Cycles..................................................................................................................................................... 163

3)    Début du système solaire....................................................................................................................... 165

4)    Première race humaine, Île Blanche....................................................................................................... 166

5)    Deuxième race humaine, Hyperborée.................................................................................................... 167

6)    Troisième race humaine Lémurie......................................................................................................... 168

7)    Quatrième race humaine Atlantide..................................................................................................... 172

8)    Cinquième race – Race aryenne............................................................................................................. 179

1.  Race aryenne en Hyperborée............................................................................................................... 179

2.  Première civilisation asiatique............................................................................................................. 180

3.  Géants................................................................................................................................................. 181

4.  Les autres sous-races (ou races « racines » ou races « filles »)............................................................ 184

5.  La « dualité » dans les races................................................................................................................ 184

9)    Les hommes des cavernes...................................................................................................................... 185

10)    Ecriture................................................................................................................................................. 186

11)    Disparition des dinosaures................................................................................................................... 187

12) Ram...................................................................................................................................................... 188

13) Egypte.................................................................................................................................................. 188

IX)    Finalité de la vie....................................................................................................................................... 191

1)    Expansion de la conscience.................................................................................................................... 193

2)    Doute..................................................................................................................................................... 194

3)    Pensées positives.................................................................................................................................... 195

4)    Initiations............................................................................................................................................... 195

X)    Conclusion................................................................................................................................................. 198

XI)    Tableaux et schémas de synthèse............................................................................................................. 199

1)    Controverses sur la théorie du Big Bang............................................................................................... 199

2)    Controverse sur la théorie de l'évolution des espèces de Darwin.......................................................... 201

3)  Chaînes planétaires – Rondes - Globes................................................................................................... 202

4)    Évolution des règnes dans chaque ronde............................................................................................... 203

5)    Plans et Corps........................................................................................................................................ 204

6)    Évolution selon la théosophie................................................................................................................ 205

7)    Principaux constituants de la vie............................................................................................................ 206


I)  Avant Propos

En écrivant ce livre, je ne souhaite aucunement proposer une nouvelle théorie, une nouvelle religion, ou un nouveau dogme. Ce livre se veut être une synthèse des théories existantes. Et afin de respecter la paternité des idées et théories proposées, de nombreuses notes (consultables en fin du livre) ont été ajoutées afin de permettre au lecteur de connaître l'auteur de la théorie. La référence indiquée sur les paragraphes permettra de remonter à la source originelle de l'information.

 

II)Introduction

Le sujet de l'origine de la vie est une question fort simple et pourtant très difficile à traiter.

La mécanique quantique nous apprend que tant que l'instrument de mesure (le penseur dans le cas présent) se trouve dans le système qu'il analyse (la vie), il perturbe le système, le dénature, modifie l'équilibre du système... et ne peut obtenir que des mesures entachées d'erreur.

 

Cela revient à dire qu'il est assez difficile de parler de soi-même (ou de ses propres origines) et de s'analyser.

 

Chaque théorie tentant de proposer des réponses apporte un éclairage particulier sur le sujet. Dans le domaine des sciences, les plus couramment enseignées en occident (évolutionnisme, Big Bang, ...) apportent une certaine vision sur ces questions. D'autres (créationnisme, interventionnisme, univers magnétique, ...) offrent une autre approche. Certaines autres théories postulées à partir de la mécanique quantique (univers informé, …) permettent d'avoir une vision quelque peu différente.

L'ensemble des théories étudiées par la science occidentale permet donc d'avoir un panel d'opinions sur le sujet.

Je dis bien « opinions » et non pas « preuves », car pouvons-nous être certains que telle théorie est plus valable que les autres ?

Est-ce que l'une ou l'autre de ces théories possèdent l'ultime vérité ?

En lisant certains articles, nous y trouvons fréquemment le mot « preuve ». Tel fait « prouve » que  telle partie d'une théorie est correcte, tel autre fait « prouve » qu'une autre partie est également exacte. A la lecture de toutes ces « preuves » accumulées, j'en viendrais à penser que certaines théories sont très proches de l'ultime vérité. Mais, après une analyse un peu plus poussée sur le  sujet, après avoir compris le raisonnement ayant permis d'affirmer qu'un fait « prouve » telle ou telle théorie, je me suis rendu compte que le mot « preuve » n'est pas adéquat. Parfois le raisonnement  est faux ou non valable, parfois le fait peut être expliqué par une autre théorie (dans ce dernier cas, ce fait ne prouve aucune des deux théories car les deux restent valables). Parfois, le raisonnement  est trompé par les apparences (nous aurons l'occasion de voir des exemples concrets dans ce livre). Il faut donc faire très attention lorsque le mot « preuve » est employé et ne l'utiliser qu'à bon escient.

 

Est-ce que chacune des théories possède une part de vérité et dans ce cas, est-ce qu'une synthèse de ces théories permettrait de mieux appréhender le sujet ?

Ou le fait de synthétiser des théories parfois (souvent) contradictoires ne ferait-il qu'apporter plus de confusion ?

Telle est une des questions à laquelle je vais tenter de répondre dans ce livre.

 

Quand il fut demandé à Einstein, à propos de la relativité, « comment l'avez-vous trouvée ? » il a répondu « j'ai ignoré un axiome ».97

Nous aurons l'occasion de voir dans ce livre qu'en oubliant certains axiomes, des chercheurs ont également fait des découvertes intéressantes.

 

Si aux théories scientifiques, nous ajoutons les théories ufologiques, ésotériques et occultes, est-ce que cela va encore apporter plus de confusion ou permettre de mieux comprendre le sujet traité ?

 

L'ufologie analyse et interprète tout ce qui se rapporte au phénomène des objets volants non identifiés.


Étant donné qu'il existe des thèses qui parlent d'une origine extra terrestre de l'humanité, il pourrait être intéressant de les étudier.

 

Le terme « ésotérique » vient du terme grec esôterikos (« réservé aux seuls adeptes »)1 et du grec eiso (« au-dedans »)2. Le mot « occulte » datant de 1120 est issu du latin occultus (« caché »)2; Le mot « occultisme » est de formation plus récente mais est similaire au terme « ésotérisme ».

Ces termes sont opposés au mot "exotérique", provenant du grec exôterikos (« destiné au public »).

 

Un autre terme est utilisé pour parler de l'ésotérisme. Il s'agit de la parapsychologie. Ce mot fut introduit dans le vocabulaire en 1889 par le Dr Max Dressoir, un philosophe allemand et utilisé dès 1917 par le professeur Emile Boirac, recteur de l'Académie de Dijon.

Sa définition fut cependant élaborée par le professeur Charles Richet, Prix Nobel de physique (1913) pour "caractériser toute une région frontière encore inconnue qui sépare les états psychologiques habituels des états pathologiques."

Estimant que le terme "parapsychologie" était dépassé il fut remplacé par celui de "psychotronique" en 1968, à la Conférence de Parapsychologie de Moscou.2

 

La théosophie (ou Doctrine Ésotérique) est liée aux religions et aux sciences. Elle en est en quelque sorte la « face cachée ».

 

Edouard Schuré nous rappelle que toutes les grandes religions ont des dogmes, des mythes publiquement enseignés dans les temples et les écoles, reconnus dans le culte et les superstitions populaires. Mais elles comportent aussi une science profonde, une doctrine secrète, une action occulte des grands initiés, prophètes ou réformateurs qui ont créé, soutenu, propagé ces mêmes religions.3

 

Il nous dit également que l'application de l'ésotérisme comparée à l'histoire des religions nous conduit au fait que les sages et les prophètes des temps les plus divers sont arrivés à des conclusions identiques pour le fond, quoique différentes dans la forme, sur les vérités premières et dernières – et cela toujours par la même voie de l'initiation intérieure et de la méditation.

 

Il en déduit alors qu'il y a une sorte de philosophie éternelle qui constitue le lien primordial de la science et de la religion et leur unité finale.

 

Cette philosophie est connue sous le nom de théosophie.

La théosophie antique professée en Inde, en Égypte et en Grèce comporte quatre principaux sujets d'étude3 :

1)    Théogonie : science des principes absolus, science des Nombres appliquée à l'univers, mathématiques sacrés

2)    Cosmogonie

Réalisation des principes éternels dans l'espace et le temps

3)    Psychologie

Constitution de l'homme

4)    Physique

Science des règnes de la nature terrestre et de ses propriétés (Médecine, Alchimie, Généthliaque céleste ou astrologie, Théurgie)

 

Certains auteurs vont même jusqu'à dire que « La doctrine ésotérique n'est pas seulement une science, une philosophie, une morale, une religion. Elle est la science, la philosophie, la morale et la religion, dont toutes les autres ne sont que des préparations ou des dégénérescences, des expressions partielles ou faussées, selon qu'elles s'y acheminent ou en dévient » (The perfect way of finding Christ, Anna Kingsford et Maitland, Londres, 1882)3

Pythagore formalisa parfaitement bien cette philosophie universelle. Il fonda une école initiatique dans laquelle il fit entrer la morale, la science et la religion. Sa doctrine était basée sur une science expérimentale et accompagnée d'une organisation complète de la vie.3


De nos jours, le mot « ésotérisme » fait peur et est entouré de tabou. Il fait penser à la magie noire, aux sorcières avec leur balais, à différents contes populaires, ...

L'ésotérisme est considéré comme anti-scientifique.

C'est tout simplement parce qu'il y a ésotérisme et ésotérisme. Bien entendu qu'il y a beaucoup de faux gourous qui professent tout et n'importe quoi et qui se disent appartenant au milieu ésotérique. Mais la véritable Doctrine Ésotérique, c'est à dire celle enseignée par Pythagore, puis avant lui en Égypte ou en Inde, n'a rien à voir avec cela. La Doctrine ésotérique possède une grande rigueur. Elle est construite sur des raisonnements précis et des lois bien définies et structurées.

 

Le but du présent ouvrage est de, non plus opposer l'ésotérique à l'exotérique, mais au contraire de les relier. L'idée de base de ce livre est d'étudier les différentes théories sur l'origine de la vie et de voir les points communs et divergences qui existent entre elles.

 

Bacon écrivait que l'astronomie ne pouvait pas apporter tous les éclairages nécessaires pour  répondre aux questions la concernant.

Il disait qu' « au lieu d'exposer les raisons des phénomènes célestes, on ne s'occupe que d'observations et de démonstrations mathématiques; or, ces observations et ces démonstrations peuvent bien fournir quelque hypothèse ingénieuse pour arranger tout cela dans sa tête, et se faire une idée de cet assemblage, mais non pour savoir au juste comment et pourquoi tout cela est réellement dans la nature : elles indiquent tout au plus les mouvements apparents, l'assemblage artificiel, la combinaison arbitraire de tous ces phénomènes, mais non les causes véritables et la réalité des choses; et quant à ce sujet, c'est avec fort peu de jugement que l'astronomie est rangée parmi les sciences mathématiques; cette classification déroge à sa dignité. »4

 

Claude Bernard était également partisan du fait que la science ne pouvait pas répondre à toutes les questions. Selon lui« la Science ne contredit pas les observations et les données de l'Art et je ne saurais admettre l'opinion de ceux qui prétendent que le positivisme scientifique doit tuer l'inspiration. Suivant moi, c'est le contraire qui arrivera nécessairement. J'ai la conviction que, quand la physiologie sera assez avancée, le poète, le philosophe et le physiologiste s'entendront tous. »5

 

Emmanuel Kant acceptait aussi l'idée de l'existence de vie immatérielle lorsqu'il disait : "J'avoue, dit-il, que je suis très disposé à affirmer l'existence de natures immatérielles dans le monde et de  placer mon âme à moi dans la catégorie de ces êtres. Il sera un jour prouvé, je ne sais où ni quand, que l'âme humaine, même dans ce monde, est indissolublement liée à toutes les natures immatérielles du monde des esprits, qu'elle agit sur elles, et en reçoit des impressions." (Traüme eines Geistersehers, cité par C.C. MASSEY, dans sa préface du Spiritismus de VON HARTMANN) 14

 

Et Nikola Tesla a dit que « le jour où la science commencera à s’intéresser aux phénomènes non physiques, elle fera plus de progrès en une décennie que dans tous les siècles de son existence. »6

 

Est-ce que toutes les théories réunies provenant de différents milieux permettraient d'avoir une vision plus complète sur ces questions ?

Ou est-ce qu'au contraire, le fait de vouloir les réconcilier amène encore plus de confusion ? Cela, nous le découvrirons au fil des pages de ce livre.


 


Cet ouvrage va obliger de nombreuses personnes à étendre leur champ de vision car certains propos pourront paraître étonnants pour ceux qui n'ont pas de connaissances précises sur les divers thèmes traités.

 

Chaque sujet étudié comporte un langage spécifique. Celui des scientifiques n'est parfois compréhensible que par ceux qui ont suivi des études sur le sujet. De même, les théosophes ont leur langage, également difficilement compréhensible pour ceux qui n'ont jamais étudié la théosophie.

Dans ce livre, j'ai volontairement occulté les termes trop spécifiques à chaque discipline car j'ai tenu à ce que tout le monde soit en mesure de comprendre les raisonnements.

 

Il est tout de même possible que certains chapitres (comme celui concernant l'origine de l'univers) soient un peu difficiles à comprendre par les personnes n'ayant pas ou peu étudié ces domaines. Car il est parfois ardu de trouver des termes compréhensibles par tous pour parler de certains sujets.

 

J'ai pourtant fait tout mon possible pour que chaque sujet soit traité le plus clairement et le plus simplement possible, et en prenant grand soin de ne pas dénaturer l'idée originelle.

 

Ce livre étant très dense, il est fort probable que plusieurs lectures soient nécessaires pour bien en assimiler tous les concepts.

 

Le seul but de ce livre est d'apporter une vision la plus claire possible sur les théories expliquant l'origine de la vie.

Zone de Texte: Un savant que l'on félicitait de son savoir aurait répondu : « Ce que je sais n'est rien auprès de ce que l'on sait, ce que l'on sait n'est rien auprès de ce que l'on saura, ce que l'on saura n'est rien auprès de ce qui est... » 8

 

Je suis conscient que ce livre ne reste qu'un nouvel éclairage. En aucun cas, je n'aurais la prétention de dire que ce dernier est la vérité première. Il n'est et ne sera jamais qu'une autre approche d'un sujet. Et j'espère que cette approche sera reprise par d'autres, corrigée, améliorée, complétée...


III)  Origine de l'univers

Avant d'expliquer concrètement des théories sur l'origine de l'univers, il peut être utile de réunir l'ensemble des faits concrets le concernant.

Quels en sont ses fondements ? Sur quoi repose-t-il ? Quelles observations en faisons-nous ?

Une fois ces fondements clairement établis, nous verrons lesquelles des théories proposées sur sa genèse sont capables d'expliquer les observations.

 

1)  Théories scientifiques

De nos jours, il existe deux principales théories qui régissent les sciences : la relativité générale et la

mécanique quantique.

 

La relativité générale définit une interdépendance entre la matière (énergie), l'espace et le temps. Elle est dominante sur les grandes échelles et l'infiniment grand.

 

La mécanique quantique s'applique à l'infiniment petit, aux particules et en général à tout système extrêmement dense (comme celui de l'univers primordial proposé par la théorie du Big Bang).

 

Dans l'infiniment petit, l'énergie est quantifiée. Elle se transmet par paquets appelés les quanta. Ces paquets d'énergie, en s'additionnant, fabriquent la matière.

Avec la mécanique quantique, le monde n'est plus un assemblage de mécanismes continus, à base d'atomes et de molécules. Il devient vibrant, mouvant, en constante communication.9

Dans un monde quantique, tout est à la fois onde et particule. Toute matière est la somme des mouvements de milliards de milliards d'éléments qui s'agitent et se diffusent en tous sens.9

 

Il manque à la connaissance scientifique d'aujourd'hui une théorie unificatrice capable de s'appliquer  à la fois à l'infiniment petit et à l'infiniment grand. Car lorsque les deux théories sont appliquées ensemble, elles rentrent en contradiction.

 

2)  Caractéristiques de l'univers

 

1.           Problème de l'horizon, homogénéité de l'univers observable (avec quelques défauts d'homogénéité)

Les observations indiquent que l’univers est homogène et que ses propriétés physiques ne varient pas quel que soit l'endroit où il est observé.

Le fait que ce soit le cas dès l’origine est difficile à justifier car rien n'explique pourquoi il devrait  exister de petits écarts à cette homogénéité, comme ceux qui seraient responsables de la formation des grandes structures dans l’univers (galaxie, amas de galaxies, etc.).

Deux régions distantes de l’univers observable sont tellement éloignées l’une de l’autre qu’elles n’ont pas eu le temps d’échanger une quelconque information (NDLR: en supposant, comme c'est le cas dans les théories actuelles, que l'information se déplace à la vitesse de la lumière). 10

 

Il faudra donc étudier quelle théorie est capable d'expliquer ce problème.

 

2.               La composition chimique de l'univers et la formation des éléments L'hydrogène représente 75% de la matière, l'hélium, 24% et le reste à peine 1%.

Pourquoi et comment expliquer cette composition chimique ?

Nous verrons quelles sont les théories possibles pour expliquer cette répartition.


3.               Décalage vers le rouge (redshift)

Il a été observé que la lumière provenant des galaxies présente un décalage vers le rouge (qui est l'effet apparent du décalage des signatures spectrales vers les plus grandes longueurs d’onde).

 

Ce décalage vers le rouge est généralement attribué à l'effet Doppler.

 

Si c'est le cas, cela signifie que l'espace est en expansion car plus on regarde loin et plus le décalage observé semble important.

 

De nos jours, cette dérive vers le rouge serait due (de façon imagée) à un étirement de l'espace produisant lui-même un étirement des longueurs d'ondes (la longueur d'onde d'un rayonnement suivant fidèlement la taille de l'Univers). 11 Cela revient à dire que l'espace étant considéré en expansion, les longueurs d'onde sont elles aussi en expansion.

 

L'effet Doppler se manifeste par exemple pour les ondes sonores dans la perception de la hauteur du son de la sirène d'un véhicule d'urgence. Le son est différent selon que nous nous trouvons dans un véhicule (l'émetteur est immobile par rapport au récepteur), que le véhicule se rapproche du récepteur (le son devient plus aigu) ou qu'il s'éloigne (le son devient plus grave).11 Pour le son, l'effet Doppler se  traduit  par  un  son  plus  grave  ou  plus  aigu.  Pour  la  lumière,  cela  se  traduit  vers un

« décalage vers le rouge ou vers le bleu ».

 

Cette augmentation des longueurs d'onde est considérée comme une « preuve » de l'expansion de l'Univers.

 

Or le professeur Marcel Macaire avait montré que la dérive vers le rouge perçue dans l'espace ne pouvait pas être imputée à l'effet Doppler car le photon est son propre véhicule, à la différence de la source sonore embarquée.12

 

Et une autre théorie tout aussi valable scientifiquement permet d'expliquer cette augmentation sans présupposer une quelconque expansion de l'Univers.

Il s'agit de l'effet Compton, mis au jour en 1923 par le physicien américain Arthur Holly Compton (1892-1962), et dont Louis de Broglie (1892-1957) a tenu compte dans son ouvrage «Une nouvelle théorie de la lumière» (Hermann, 1940), reconnaissant que la «théorie des photons (sous sa forme strictement corpusculaire) a été confirmée par la découverte de l'effet Compton». C'était à l'occasion d'expériences de diffusion des rayons X par la matière et il avait été constaté que l'effet Compton détermine une diminution de fréquence - et une augmentation corrélative de longueur d'onde - de la radiation incidente.12

Il y a donc au moins deux manières d'expliquer le « décalage vers le rouge », soit l'attribuer à une expansion de l'univers, soit l'attribuer à l'effet Compton*. Ce dernier n'impliquant pas une expansion  de l'univers, cela signifie que si c'est réellement la cause du décalage vers le rouge, la théorie de l'expansion de l'univers verrait une de ses assises principales s'effondrer.

 

Dès les années 1960, l'astronome Halton Arp considérait que le décalage vers le rouge n'était pas un indicateur de vitesse de déplacement des astres (comme postulé par la théorie de l'expansion de l'univers) mais un indicateur de l'âge de l'astre. C'est en étudiant les galaxies et les quasars qu'il s'est rendu compte de l'erreur d'interprétation. Plus le décalage vers le rouge est élevé, plus la galaxie ou le quasar est jeune, selon lui.13

 

Les cosmologues qui réfutent la théorie de l'expansion de l'univers disent que l'univers est « perçu » en expansion mais qu'en fait ce ne serait qu'un « mirage » de galaxies bien plus proches.

 


*L'effet Compton a été observé la première fois par Arthur Compton en 1923. Cette observation convainquit tous les physiciens que la lumière pouvait se comporter comme un faisceau de particules dont l'énergie est proportionnelle à la fréquence (ou inversement à la longueur d'onde). Il démontre également que la lumière ne peut pas être uniquement décrite comme une onde, ni comme une particule.


L'expansion de l'Univers serait une apparence car les limites de celui-ci nous seraient pour le moment inaccessibles.

Ces mirages seraient semblables à ceux qui apparaissent lorsque des villes sont vues dans  des zones totalement désertiques. De même, lorsqu'un morceau de bois est mis dans de l'eau, à l'œil nu, nous le voyons déformé. Ces deux cas sont causés par des effets d'optiques. L'expansion de l'univers serait perçue à cause d'effets d'optiques similaires.

 

4.               Fond de rayonnement fossile

Un fond de rayonnement fossile ou cosmique (appelé aussi fond diffus cosmologique) a été découvert. Il s'agit d'un rayonnement de fond qui existe dans tout l’Univers.

 

Cela signifie en quelque sorte que l'Univers baigne dans ce rayonnement.

 

Plusieurs théories expliquent son origine et nous aurons l'occasion d'en parler plus en détail dans les chapitres suivants.

 

5.               Orbites planétaires elliptiques

Les trois lois définies par Johannes Kepler décrivent les propriétés principales du mouvement des planètes autour du Soleil, mais elles ne les expliquent pas :

1)       Les planètes du système solaire décrivent des trajectoires elliptiques dont le Soleil occupe l'un des foyers.

2)       La vitesse d'une planète devient plus grande lorsque la planète se rapproche du Soleil (ce qui fit écrire à Johannes Kepler qu'«une chose est certaine : du Soleil émane une force qui saisit  la planète. » )

3)       Le temps entre deux passages successifs devant une étoile lointaine peut être retrouvé à  partir de la trajectoire elliptique de l'objet (car il a été déduit une constante de gravitation).

 

Ces théories sont déduites de l'observation.

Nous verrons, au cours de ce livre, qu'un chercheur estime être en mesure de les expliquer.

 

H.P. Blavatsky 14   explique que Kepler remarquait que :

          Le Soleil est un grand Aimant (idée reprise par certains scientifiques et également les Occultistes).

          La substance Solaire est immatérielle (dans le sens de Matière existant sous des états inconnus à la Science).

          Il attribuait le mouvement constant et l'entretien de l'énergie du Soleil et le mouvement planétaire, aux soins incessants d'un ou plusieurs Esprits (que les Occultistes  appellent Forces Créatrices et dotent d'intelligence)

 

6.           La gravitation

Le 5 juillet 1687, Isaac Newton définit la loi de la gravitation (ou loi de l'attraction universelle). Elle est alors définie comme une force responsable de la chute des corps, du mouvement des corps célestes, et de l'attraction entre des corps ayant une masse.

Zone de Texte: Deux corps ponctuels de masse MA et MB s'attirent avec une force proportionnelle à chacune des masses, et inversement proportionnelle au carré de la distance qui les sépare.
Cette force a pour direction la droite passant par le centre de gravité de ces deux corps. 15

 

Albert Einstein, en 1915, définit la relativité générale (théorie qui décrit l'influence sur le mouvement des astres de la présence d'énergie ou matière). La gravitation n'est plus alors considérée comme une force, mais comme la manifestation de la courbure de l'espace-temps, due à la distribution de matière. L'espace-temps est déformé par les objets massifs. La gravitation n'est alors plus considérée comme une force, mais comme une interaction (« interaction gravitationnelle » remplace donc le terme « force gravitationnelle »).


Ces dernières années, des théories sont proposées pour unifier les lois de la gravitation d’Einstein et la mécanique quantique. L'une d'elle s'appelle la gravitation quantique à boucles (Loop Quantum Gravity : LQG). 66

 

Pour Newton, la gravitation était déterminée par la position relative des masses à un instant donné, et ce, quelle que soit la distance les séparant.

Cela était incompatible avec la théorie de la relativité d'Einstein car pour ce dernier, aucune information ne peut se propager plus vite que la vitesse de la lumière dans le vide.

 

Marcel Macaire nous montre aussi que la théorie de Newton est incomplète en nous disant que si l'attraction entre deux corps célestes ne dépend que de leur distance et non de leur position relative,  le système solaire serait un ensemble de poussières tournant dans n'importe quelle direction autour du soleil. Or non seulement ces poussières se sont rassemblées pour former des planètes, mais celles-ci orbitent autour du Soleil dans le plan de l'écliptique.16 (voir chapitre précédent)

 

Le phénomène de gravitation semble être un phénomène d'attraction.

Mais une autre théorie nous indique que ce serait plutôt un phénomène de poussée.

 

D'après Tell Uster, l'espace est parcouru en tous sens par un flot constant de « forces universelles », venant de partout, se déplaçant en « ligne droite » (l'expression reste valable si l'on suppose l'Univers courbe, tant serait grand le rayon de courbure) à la vitesse de la lumière, se croisant à tout instant en tous points et formant en quelque sorte le « tissu essentiel » de l'Univers. 17

 

L'Univers serait donc traversé, en tous sens, en tous ses points et à chaque instant, par des ondes de longueurs et d'intensités diverses.

Or une onde dynamique ne peut avoir qu'une faculté de poussée et non pas d'attirance.17

 

Une partie des forces universelles est absorbée par la traversée de la matière. Et l'amoindrissement de la poussée est proportionnel à la masse de la matière heurtée.17

 

Certaines expériences sont susceptibles de conforter cette théorie :

Lors de l'éclipse solaire du 30 juin 1954, visible à Paris, le professeur Maurice Allais a constaté (à l'aide d'un pendule paraconique) que la superposition apparente (alignement) de deux astres provoquait un accroissement subit de leur pouvoir « d'attraction ». Ceci étant contraire à la théorie actuelle de la gravitation.17

Le 7 mars 1970, lors de l'éclipse du Soleil visible à Boston, les professeurs Erwin J. Saxl et Mildred Allen, des universités américaines d'Harvard et de South Hadley ont confirmé les observations du professeur Allais.17

L'effet Allais a été confirmé également lors de l'éclipse de 1999.

 

Ces expériences montrent que l'attraction du Soleil et de la Lune, au moment même de leur alignement, lors d'une éclipse  totale  du Soleil,  est plus forte que la somme de leurs deux effets       d' « attraction » pris séparément.

 

Pour expliquer cette « anomalie », une hypothèse dit que cette dernière serait causée par les mouvements d'air provoqués par l'éclipse dans la haute atmosphère. Ces mouvements engendreraient des perturbations sur le champ de gravitation qui pourraient expliquer les anomalies constatées.

 

L'anomalie pourrait également être expliquée par la théorie de la « poussée ».

 

Edgard Nazare, dès 1982, a postulé qu'il existe un espace élastique (pour que la propagation des ondes d'origine électromagnétique soit possible), hyperdense (pour assurer la cohésion des atomes)


et hyperfluide (pour permettre la vélocité des électrons et la propagation des ondes à des vitesses et des distances phénoménales) qui expliquerait la gravitation.18  21 35

 

Et cela permettrait d'expliquer également, selon lui, « la vitesse finie des ondes d'origine électromagnétique, dont la lumière, la sphéricité des corps dans l'espace, l'équilibre de ceux-ci entre eux, les fameux mirages aussi, etc... »18

 

Il écrit qu'Albert Einstein aurait eu l'intuition de l'existence d'ondes gravitationnelles. Mais il précise que les ondes ne sont pas gravitationnelles en elles-mêmes. Elle sont d'origine gravitationnelle, au même titre que celles qui sont d'origine électromagnétique. Toutes deux seraient, d'ailleurs, de même nature, à la fréquence près. 19

 

Il parle de « pressions de gravitation ».

Il explique que la gravitation est un phénomène de pression sur les atomes, donc sur l'ensemble des corps plongés dans l'espace hyperdense, les étoiles, les planètes, etc.20

 

D'après lui, la gravitation se manifeste sous plusieurs aspects : sur le plan terrestre, un objet de densité plus grande que le milieu ambiant « tombe »; que ce soit dans l'air ou dans l'eau. Un objet  plus léger « monte »; un bouchon dans l'eau, un ballon rempli d'hélium dans l'air, l'un et l'autre  tendent à se placer en équilibre hydrostatique ou aérostatique. Pour lui, il en est probablement de même dans l'espace.21

 

Ce chercheur nous explique que la pression spatiale se trouvant plus faible entre les corps, c'est la pression extérieure qui tend à les pousser l'un vers l'autre.

Pour nous, la pomme « tombe », pour l'espace elle est « poussée ».

Un corps plongé dans le milieu océanique soumis à la pression hydrostatique est de nature comparable à la pression qui existerait dans l'espace. 21

 

Le chercheur Américain Louis Schönherr explique une manière de contrebalancer la gravitation sans avoir à consommer une grande quantité d'énergie. Pour cela, il faudrait avoir un appareil qui produise une déformation locale quadridimensionnelle de son espace, qui s'étendrait également dans le nôtre. L'affinité ou force attractive serait alors identique à la tendance de l'espace à conserver sa courbure naturelle quadridimensionnelle. Dans ce cas l'appareil ne serait pas un moyen de transport dans le sens conventionnel du mot, mais, un « stratagème technique » pour la production de courbures locales d'espace, lesquelles s'étendraient dans l'espace qui doit être contacté.65

Cette idée revient donc à se dire que lorsque nous souhaitons aller d'un point A vers un point B, le chemin le plus court n'est pas la ligne droite, mais une courbure de l'espace pour faire en sorte que le point A se trouve à proximité du point B. Les deux points étant côte à côte, tout déplacement devient inutile.

Guy Tarade fait part d'une expérience réalisée au C.E.R.N. qui pourrait confirmer cette théorie.

« Un champ électromagnétique puissant fut produit ; un moteur en assura la mesure. Tout à fait à l'opposé, on plaça une tige de fer, genre paratonnerre. ». Entre le champ magnétique (censé représenter un O.V.N.I.) et la tige en fer, faisant obstacle, on disposa une table sur laquelle se trouvait un bocal sphérique contenant une balle de ping-pong, elle-même creuse (une noix ou tout autre objet sphérique creux aurait pu être utilisé).

Ensuite, « On mit en jeu un champ magnétique, le bocal "décolla" de la table et s'éleva doucement (lévitation-antigravitation) tandis que la balle à l'intérieur continuait de décrire un huit de plus en plus rapide. Le bocal s'éleva encore jusqu'à toucher le plafond où il s'immobilisa. Quelques secondes plus tard, il explosait dans un bruit sourd, comme font les tubes de néon. »65

 

7.               Particules élémentaires

Un corps est un assemblage de molécules.


Il est couramment admis qu'un noyau atomique est composé de nucléons (protons chargés positivement et neutrons de charge neutre). Autour de ce noyau tournent des électrons chargés négativement.

 

Pourquoi les électrons ne tombent-ils pas sur le noyau ?

 

Une théorie indique que les électrons autour du noyau n'ont pas une orbite elliptique comme un satellite autour de la Terre. Le mouvement des électrons obéit à la mécanique quantique qui stipule qu'il est seulement possible de connaitre la probabilité de trouver un électron à une position donnée. Il existe donc des probabilités que les électrons se trouvent dans le noyau ou à l'extérieur du noyau ! Cette théorie stipule également que les électrons ne peuvent pas tomber sur le noyau puisqu'ils le traversent !22 La mécanique quantique permet, en effet, aux particules d'avoir des comportements totalement différents de ceux qui régissent les corps plus volumineux.

 

Marcel Macaire nous dit, quant à lui, que « le champ d'attraction électron-proton reste newtonnien à une certaine distance du noyau de l'atome, mais il admet une composante oscillante (c'est à dire régit par la mécanique quantique) qui est d'autant plus importante que l'on est plus près du noyau. Le champ devient alors répulsif puis attractif dans des séquences de plus en plus rapprochées. Il se produit donc, à proximité du nucléon une « barrière de potentiel » qui empêche les électrons de

« tomber » sur les protons.23 »

 

Et en ce qui concerne les astres, pourquoi ne tombent ils pas les uns sur les autres ?

 

Joseph-Louis Lagrange a constaté et calculé qu'il existait un point [ou plutôt nous devrions dire un plan] de neutralité gravitationnelle entre deux corps lorsque l'un tourne autour de l'autre; Terre- Soleil, Lune-Terre, etc.35

 

8.               La lumière

Les physiciens du Moyen-âge postulaient que l'éther était une substance qui remplissait l'espace, et que la lumière y était créée par mouvements ondulatoires. 68

 

Selon une autre conception, « la lumière est une forme d’énergie que la matière peut absorber et émettre. La matière est constituée d'atomes qui peuvent stocker cette énergie. Un atome, en revanche, ne peut absorber ou émettre que des paquets d’énergie de taille prédéterminée. En effet,  la taille des paquets est caractéristique de chaque type d’atome.

La lumière transporte cette énergie en regroupant éventuellement plusieurs paquets avant d’effectuer une « livraison ». Les paquets d’énergie ainsi « livrés » sont appelés photons, et composent la lumière. »24 Ces paquets d'énergie ne sont rien d'autres que ce qui en mécanique quantique sont appelés des « quanta ».

 

La lumière, peut donc se concevoir comme une onde ou comme une particule.

 

La théorie de la relativité définie par Albert Einstein postule que la vitesse de la lumière dans le vide est une constante, notée c (comme célérité) et de valeur 299 792 458 m/s.

 

Certains chercheurs remettent en cause le postulat de la constance de la vitesse de la lumière.

 

Tesla déclara en 1900 qu'il avait réussi expérimentalement à parvenir à la vitesse de 475000 km/seconde et à prouver qu'il y avait dans le cosmos des vitesses allant 50 fois plus vite que la lumière.357

 

Mac Coll des laboratoires Bell de New Jersey écrivit dès 1932 qu'une particule traverse une barrière

sans délai mesurable.25


Le Dr Joseph Levy écrit que le physicien Ives publia en 1950 un article dans lequel il critiqua la méthodologie utilisée pour mesurer la vitesse de la lumière. Il conclut son article en disant : « le principe de constance de la vitesse de la lumière n'est pas seulement incompréhensible, il n'est pas fondé sur des faits objectifs, il est inacceptable et comme nous le verrons, sans nécessité. »

Quant à Wenzl, il qualifie le principe de « contradiction logique inacceptable »

Le Dr Joseph Levy continue son article en disant que « si le photon se meut à la vitesse C par rapport à un objet, inversement l'objet devrait avoir la vitesse C par rapport au photon. Or cette notion est en désaccord avec la théorie de la relativité restreinte (car cela impliquerait que la masse de l'objet soit infinie).

La théorie de la relativité restreinte classique exige que le photon ait une masse propre et une  énergie propre nulles. Quelle réalité peut avoir un objet dont la masse et l'énergie propres sont    nulles ? »26

 

Eugène Wigner de l'université de Princeton arriva à la conclusion en 1955 que dans certains cas des particules vont plus vite que la lumière dans un tunnel.27

 

T.C. Hatmann avait émis l'hypothèse et prouvé dès 1962 que certains photons pouvaient atteindre une vitesse supraluminique.28

 

En 1970, deux chercheurs britanniques (Allen et Endean) découvraient un champ électromagnétique dans lequel les particules se déplacent à une vitesse double de c.270

 

Des expériences effectuées en 1992 par le physicien Günter Nimtz de l'université de Cologne en Allemagne, ont abouti à la multiplication de la vitesse de la lumière par 4,7.29

 

En 1993, l'équipe de Raymond Chiao, Aephraïm Steinberg et Paul Kwiat, ont réussi à multiplier la vitesse de "c" par 1,7 fois à l'université de Berkeley en Californie.30

 

Un article du New York Times (par James Glanz, 30 mai 2000) disait que « Deux nouvelles expériences semblent suggérer que multiplier par trois cents la vitesse de la lumière est aujourd'hui possible. Rien ne peut excéder la vitesse de la lumière, selon les manuels de classe de tout étudiant. Si cela était possible, alors la théorie de la relativité d'Einstein s'écroulerait et les lois de la physique théorique sombrerait en pleine confusion. Cependant, en utilisant une  combinaison d'effets atomiques et électromagnétiques, des chercheurs ont produit en laboratoire des rayons lumineux qui semblent se déplacer plus rapidement que la vitesse de la lumière. Il s'agit là d'une telle vitesse que dans ces conditions particulières, l'essentiel de l'impulsion électrique quitte la chambre d'expérimentation avant même d'y entrer. » 31

 

Lorsque l'accélération est si rapide qu'elle paraît instantanée, il est fort probable qu'il n'y ait pas d'accélération du tout.

C'est du moins ce que dit un autre article paru dans Classical and Quantum Gravity [Gravité Classique et Quantique] en mai 1994 (et repris dans la revue Nexus N°26, de juin 2003) :

Le scientifique mathématicien mexicain Miguel Alcubierre déclara :

« Nous savons maintenant qu'il est possible de modifier l'espace-temps de manière à permettre à un vaisseau spatial de voyager à une vitesse arbitrairement élevée simplement par une expansion locale de l'espace-temps en arrière du vaisseau et une contraction opposée en avant; un mouvement plus rapide que la vitesse de la lumière, évocateur de la propulsion gauchie de la science fiction. »

Michael Szpir montra que le concept d'Alcubierre ne violait pas la théorie  d'Einstein  selon laquelle aucun objet ne peut se déplacer plus vite que la lumière. Il expliquait que, lorsqu'il était en mode gauchi, le vaisseau ne voyageait en fait pas du tout. L'accélération théorique serait énorme, mais l'accélération réelle serait nulle.

(American Scientist, Hypersurfing sur l'Espace-Temps, vol 82, pgs 422-3, oct 1994) 32


Le Dr J.H. Sutton (NASA) s'aperçut que si les équations d'Einstein interdisaient de trouver suffisamment d'énergie pour accélérer une particule de masse finie à une vitesse supérieure à c, rien n'empêchait en revanche une particule « née avec une vitesse supérieure à c de continuer tranquillement son chemin ».270

Il est donc possible également que les particules qui sont observées avec une vitesse supérieure à la constante c aient toujours eu une vitesse supérieure à cette constante.

Dans ce cas là, les équations d'Einstein restent valables.

 

Pour clore ce chapitre, il peut être utile de rappeler que l'astronome australien John Webb, de l'université de la Nouvelle-Galles du Sud, à Sydney, a suggéré que les constantes fondamentales de la physique, comme la vitesse de la lumière ou la constante de Planck (qui détermine la force avec laquelle les électrons se lient au noyau dans les atomes, l'intensité de la « colle » atomique en quelque sorte), ne seraient pas si constantes que cela.

Michael Murphy, un de ses collaborateurs, a dit : « si nos résultats sont corrects et si les constantes de la Nature changent réellement avec le temps, ce serait la première preuve qu'il y a une nouvelle physique que nous n'avons pas encore comprise. Cela indiquerait qu'il y a des lois encore plus basiques que celles que nous connaissons. Tout ce que nous savons sur l'Univers serait à revoir. »230

 

9.               Formation des planètes

1. Espacement des planètes par rapport au Soleil

Deux savants allemands Titius et Bode (1747-1826) indiquent aux XVIIè et XIXè siècle que les distances des planètes au soleil se succèdent approximativement en progression géométrique de raison 2*. Il sera découvert par la suite qu'il en est de même pour des satellites des planètes géantes du système solaire, même si pour Saturne, la raison de la progression n'est pas 2, mais 1,5.16

 

Il est possible qu'initialement toutes les planètes étaient espacées de façon régulière par rapport au soleil mais que des bouleversements cosmologiques aient rompu cet équilibre (cela pourrait expliquer la raison pour laquelle Saturne ne se conforme pas à la même règle que les autres planètes).

 

Le fait qu'il y ait eu de nombreux bouleversements cosmologiques est montré dans le livre Mondes en collision d'Immanuel Velikowsky (dont de nombreuses prédictions scientifiques ont été confirmées par le temps)149

 

La découverte des exoplanètes (planètes tournant autour d'une autre étoile que notre Soleil) a bouleversé également la vision des mécanismes permettant l'apparition des systèmes solaires. D'après Thérèse Encrenaz, directeur de recherche au CNRS, « là où auparavant, en se fondant uniquement sur l'observation du Système solaire, les astronomes ne voyaient qu'ordre et stabilité, le chaos et la sensibilité aux conditions initiales se sont imposés. La naissance des planètes n'est pas un long fleuve tranquille et déterministe. » 177

2. Modification du volume de la Terre

Dans « Terre, planète meurtrie » , en 1973, Francis Réginal Trestournel explique que la Terre actuelle est formée de la rencontre de deux planètes plus petites.

Au commencement, la Terre était deux fois plus petite et elle aurait doublé de volume entre l'ère primaire (Paléozoïque, -540 à -245 Millions d'Années) et l'ère quaternaire (-1,65 Millions d'Années à aujourd'hui) ?33

 

Par exemple, des arbres fossilisés ont été trouvés traversant plusieurs strates.

Comment auraient-ils pu rester debout, lentement enfouis par les sédiments, pendant des centaines de milliers d'années sans se putréfier ?


* Une progression géométrique de raison 2 est une suite de nombres rangés dans un ordre tel que chacun d'eux s'obtient en multipliant 2 à celui qui le précède. Par exemple, si le premier nombre est 10, le deuxième est 20, le troisième 40, le quatrième 80, etc...


Seul un événement extrêmement brusque peut expliquer cette découverte.

 

Mais si cette théorie s'avérait justifiée, elle remettrait en cause la théorie de la tectonique des plaques et de nombreuses datations basées sur l'érosion ou la sédimentation.

 

Pour le moment il semblerait que la majorité des géologues ait décidé d'oublier les arguments en faveur de cette théorie.

 

10.          Trou noir

Au début du XXè siècle des astronomes et des physiciens « inventèrent » sur le papier une nouvelle sorte d'astres, correspondant à des étoiles très massives, s'effondrant sur elles-mêmes après avoir épuisé tout leur combustible nucléaire.

Selon Pierre Kohler, « l'astre s'effondre sur lui-même indéfiniment, devenant de plus en plus petit. Et comme sa masse d'origine, elle, reste inchangée, la densité se met à croître dans des proportions vertigineuses, faisant de cet astre un véritable gouffre aspirant tout ce qui se trouve à proximité, à commencer par sa propre lumière. Piégée, celle-ci ne peut donc parvenir à aucun observateur extérieur. Pour l'Univers tout entier l'étoile en question est devenue un trou noir... »34

 

Entre 1933 et 1938, l'astronome américain Fritz Zwick, avait émis l'hypothèse que les supernovae, après leur explosion, donnaient naissance à une étoile effondrée sur elle-même.34

Serait-ce un trou noir ?

 

Pierre Kohler définit un trou noir comme étant un astre d'une densité extraordinairement élevée (plus d'un million de milliards de grammes par centimètre cube), ce qui lui confère un pouvoir attractif considérable. Ainsi, même les photons (grains de lumière) bien que se déplaçant à près de

300.000 km/s, ne peuvent s'en échapper. L'étoile est devenue invisible. 34

Les trous noirs attireraient donc tout vers eux-mêmes et empêcheraient toute forme de matière ou de rayonnement de s'en échapper. De façon imagée et caricaturale, ils ressembleraient à de grands

« aspirateurs ».

 

Nous venons de voir que les trous noirs impliquent que la matière s'effondre sur elle-même.

Or, nous verrons que des théories basées sur la mécanique quantique semblent montrer que la matière ne s'effondrera jamais à l’intérieur d’un trou noir.66 Car l'effondrement serait stoppé par l’apparition d’une force répulsive.51 (une force similaire à celle qui empêche les électrons de tomber sur leur noyau, ou les astres de tomber les uns sur les autres).

 

11.          Âge de l'Univers

En 2008 l'étude des météorites a révélé un âge d'environ 4,567 milliards d'années.

Cela semble montrer que le système solaire s'est formé il y a environ 4,57 milliards d'années.35

 

En partant du principe que le Soleil doit ressembler au Soleil actuel au bout de 4,57 milliards d'années de fonctionnement, un modèle a été défini pour estimer l'âge du Soleil.

Selon une estimation de 1993 l'extinction naturelle du Soleil est prévue lorsqu'il atteindra l'âge de 12,4 milliards d'années. 35

D'autres méthodes donnent un âge de l'ordre de 15 milliards d'années 36

 

En 2008, un modèle utilisé pour le Big Bang basé sur la constante de Hubble qui définit le taux d'expansion de l'univers, la constante cosmologique, et la masse volumique de l'univers (NDLR: nous reparlerons plus en détail de ces sujets dans le chapitre suivant traitant du Big Bang]) donne un âge entre 13,7 et 13,8 milliards d'années 35

 

3) Théorie du « Big Bang »

Voici un résumé des étapes historiques importantes concernant la théorie du Big Bang :


1922

Le physicien russe Alexander Friedmann et l’abbé astronome Georges Lemaître obtiennent, en résolvant les équations d'Einstein, un ensemble de trois solutions semblant montrer que l'Univers est en expansion.37

1929

L'astronome américain Edwin Hubble note la présence systématique, dans le spectre des galaxies lointaines, d’un décalage des signatures spectrales vers les plus grandes longueurs d’onde (décalage vers le rouge), décalage d’autant plus grand que les galaxies sont plus éloignées.

Ce phénomène conforte l'idée que l'Univers est en expansion accélérée car les galaxies semblent s’éloigner les unes des autres d’autant plus rapidement qu’elles sont lointaines.

1930

En étudiant les vitesses d'un ensemble de galaxies rassemblées en un amas,  l'astronome américano-suisse Fritz Zwicky se rend compte qu'elles possèdent entre elles une force de cohésion bien supérieure à la seule force gravitationnelle due aux étoiles qu'elles abritent. Cette découverte remet en cause la théorie de l'expansion de l'univers.

Pour pouvoir justifier l'anomalie constatée par Fritz Zwicky, les partisans de la théorie du Big Bang postulent l'existence d'une matière supplémentaire (la matière noire*), invisible, dont la force gravitationnelle expliquerait la cohésion.37

1931

L’abbé astronome Georges Lemaître fait remarquer que la mécanique quantique devait invariablement être invoquée pour décrire les tous premiers instants de l’histoire de l’univers, jetant par là les bases de la cosmologie quantique, et que les notions de temps et d’espace perdaient probablement leur caractère usuel.10

1940

Le physicien américain d'origine russe George Gamov décrit un modèle prédisant une

phase primordiale de l'Univers extrêmement dense et chaude.37

1950

Le cosmologiste britannique Fred Hoyle, trouvant absurde l'idée de la phase primordiale dense et chaude suivi de l'expansion de l'Univers (étant lui-même partisan de l'idée d'un univers stable), donna ironiquement à cette théorie le nom de « Big Bang ».

1950

George Gamov propose une solution à l'énigme de l'abondance relative des éléments (l'hydrogène représente 75% de la matière, l'hélium, 24% et le reste à peine 1%). Le travail de George Gamov implique que l'Univers baigne dans une lumière fossile, appelée

« fond de rayonnement cosmologique ».38

C'est la naissance de ce qui est appelé aujourd'hui « nucléosynthèse primordiale » (théorie expliquant la présence entre autres de deutérium, hélium, lithium). Selon ce modèle, lors des premiers instants de l'univers, grâce à la chaleur de l'ordre du milliard de degrés, des atomes légers se seraient formés par les interactions de particules élémentaires. 39

1955

Greenstein et Hayakawa ont émis indépendamment l'hypothèse suivante : Les éléments légers seraient engendrés par des réactions nucléaires à haute énergie, par des protons rapides accélérés dans des « éruptions » violentes ayant lieu à la surface des étoiles. 40

> 1960

L'étude des galaxies et des quasars a permis à l'astronome Halton Arp de déduire que le décalage vers le rouge n'est pas  un indicateur  de  vitesse de déplacement  des astres

 

*  Ne pas confondre la matière noire et l'antimatière.

La matière et l'antimatière sont composées de particules opposées. Une particule d'une certaine charge électrique sera de charge opposée dans l'antimatière correspondante. Ce qui fait que l'antimatière annihile la matière.

Tandis que la matière noire n'annihile pas la matière. Ce serait une matière « en plus » de la matière que nous connaissons. Cette matière supplémentaire a été créée pour justifier certaines théories. Sa composition serait non baryonique, c'est à dire composée de particules autres que celles qui constituent la matière que nous connaissons (protons, neutrons, ...).


 

mais un indicateur de l'âge de l'astre.

Cela remet donc en cause la théorie de l'expansion de l'univers.

Les découvertes de ce chercheur sont totalement « ignorées » de nos jours par la majorité des scientifiques.

1965

Deux astronomes, Arno Allan Penzias et Robert Woodrow Wilson,  découvrent un fond  de rayonnement remplissant l'Univers correspondant à celui prédit par George Gamow. 10 Dans un premier temps, cette découverte fut considérée comme une « preuve » du Big Bang...

 

Ces astronomes reçurent le  prix Nobel  de   physique  en 1978 pour  leur  découverte du

fond diffus cosmologique.

Malgré cela, ils ont reconnu qu’ils étaient partisans de l'idée que l'univers était statique (donc pas en expansion). Wilson déclara notamment ne pas avoir eu la certitude de la

pertinence de l’interprétation cosmologique de leur découverte :

« Arno et moi, bien sûr, étions très heureux d’avoir une réponse de quelque nature que ce soit à notre problème. Toute explication raisonnable nous aurait satisfait.  […] Nous nous étions habitués à l’idée d’une cosmologie de l’état stationnaire. […] Philosophiquement, j’aimais la cosmologie de l’état stationnaire. Aussi ai-je pensé que nous devions rapporter notre résultat comme une simple mesure : au moins la mesure pourrait rester vraie après que la cosmologie derrière s’avèrerait fausse. »10

 

1970-80

Des cosmologistes firent remarquer que le Big Bang ne pouvait pas être à l'origine d'un bain de rayonnement aussi homogène, car comment deux régions de l'Univers qui n'ont jamais été en contact thermique, peuvent ils être aujourd'hui à la même température ? La théorie prédisait un fond très inégal, très loin d'être équilibré, complètement différent de ce qui a été observé.49

1980

Pour sauver la théorie du Big Bang, Alan Guth, du Massachussetts Institute of Technology, proposa l'hypothèse de l'inflation. Dans ce scénario, l'explosion primordiale aurait été précédée d'une courte période d'expansion-inflation extrêmement rapide qui aurait créé la portion d'Univers observable à partir d'un volume si minuscule que tous  ses points étaient déjà à la même température.49 Un peu plus tard Andreï Linde a fait évoluer la théorie de l'inflation.

L'inflation stipule que la distance parcourue par la lumière au cours du temps croît plus vite que la distance entre deux objets. Cela signifie que le nombre des galaxies qui nous sont accessibles décroît au cours du temps. Pour cela, il est également nécessaire que l'expansion de l'univers accélère au cours du temps. 41

 

La théorie de l'inflation supposait que la densité de matière dans l'Univers fut juste suffisante pour contrebalancer de façon gravitationnelle l'expansion cosmique. Or les prédictions sur la quantité de matière se révélèrent cent fois plus élevées que les résultats d'observation.49

 

Pour résoudre cette contradiction, les cosmologistes ont avancé une seconde hypothèse, celle de la matière noire. Cette matière invisible de type inconnu est supposée remplir l'espace existant entre la densité observée de l'Univers et celle qu'exige le Big Bang

« inflationniste ».

1990

La preuve déterminante généralement citée de l'existence de la matière noire concerne l'observation des vitesses de déplacement des nuages de gaz aux limites extérieures des galaxies, ainsi que dans les amas et les groupes de galaxies. 49

Or, dans le milieu des années 1980, Anthony Peratt du Los Alamos National Laboratory, a démontré que les champs magnétiques peuvent tout aussi bien expliquer la vitesse de rotation de ces nuages de gaz, sans recourir à l'existence d'une hypothétique matière noire. Les courants électriques se déplaçant à travers les gaz conducteurs d'électricité, appelés plasma, créent des champs magnétiques qui rassemblent le plasma en filaments.49


1992

La revue britannique Nature publiait un travail similaire effectué par des astronomes espagnols, qui montrait que les champs magnétiques dans les galaxies, égaux en force à ceux que les astronomes ont mesurés – indirectement-, pouvaient emprisonner les nuages de plasma à grande vitesse sans qu'il y ait besoin de matière noire.

L'existence de la matière noire restait donc sans preuve.49

2000

Un article publié dans l'édition de Astronomical Journal d'Octobre 2000 traite des prédictions faites en 1999 par l'astronome Stacy Mc Gaugh de l'université du Maryland sur le rayonnement fossile du fond cosmique. Ces prédictions se seraient  avérées exactes par la suite et indiqueraient que l'univers est entièrement constitué de  matière ordinaire (donc sans matière noire).42

2006

Des résultats publiés en août 2006 sembleraient montrer l'existence de la matière noire. Ces résultats auraient été établis après l'observation d'une collision de deux amas il y a environ 150 millions d’années.43

Mais là aussi, l'hypothèse d'Anthony Peratt pourrait très bien expliquer l'observation sans qu'il y ait besoin d'avoir recours à la matière noire.

 

Les partisans de la matière noire reconnaissent que la meilleure preuve de son existence viendrait d’une observation véritablement directe.43 Mais cette observation ne semble pas avoir eu lieu jusqu'à présent.

 

Certains expliquent que contrairement à ce que son nom suggère, le Big Bang ne s’est pas produit en un point d’où aurait été éjectée la matière qui forme aujourd’hui les galaxies car les conditions qui régnaient partout dans l’univers observable, à cette époque, étaient identiques. Par contre les éléments de matière s’éloignaient très rapidement les uns des autres, du fait de l'expansion de l'univers. Le terme de Big Bang renvoie donc à la violence de ce mouvement d’expansion, mais pas à un lieu privilégié. En particulier il n’y aurait pas de « centre » du Big Bang ou de direction privilégiée dans laquelle il nous faudrait observer pour le voir.10

L'univers contiendrait donc tous les points de l'espace. Il se dilaterait "en soi", c'est à dire de l'intérieur de lui-même puisqu'il n'a pas d'extérieur. 44

 

La théorie du Big Bang présuppose l'existence de trois paramètres :

         la constante de Hubble qui exprime la vitesse de l'expansion cosmique

         la densité de l'univers

         la constante cosmologique (variable utilisée de nos jours pour accélérer la vitesse d'expansion de l'univers).

Ce que recherchent les partisans de la théorie du Big Bang, c'est de savoir s'il existe une  combinaison de valeurs pour ces paramètres, en accord avec les observations.45

 

La constante de Hubble a été proposée par Edwin Hubble lorsqu'il a remarqué que l'univers semblait en expansion. Cette constante permet de définir la vitesse de cette expansion.

La constante cosmologique a été proposée par Albert Einstein.

Initialement, ce dernier imaginait un univers statique et immuable (contrairement à la théorie du Big Bang qui présuppose un univers dynamique car en expansion continue). Pour pouvoir justifier d'un univers statique, il est nécessaire d'annuler dans les équations les effets des termes correspondant à une expansion ou à une contraction. C'était le but de la constante cosmologique.

 

L'équilibre nécessite que l'univers ait une courbure positive. Cela signifie qu'il ne soit pas infini, mais qu'il n'ait pas non plus de bord (un peu comme une sphère). Avec de telles hypothèses, la staticité de l'univers peut exister si une certaine relation entre constante cosmologique, densité de matière et courbure spatiale est satisfaite. 46

 

Lorsque Edwin Hubble fit sa découverte et que celle-ci semblait montrer que l'univers était en expansion, Albert Einstein considéra cette constante comme étant « la plus grande erreur de sa vie ». Cependant, cette constante fut conservée dans les équations. Ce n'est que sa valeur qui fut changée.


Elle est utilisée de nos jours pour définir l'accélération de l'expansion de l'univers. 51

 

La théorie du Big Bang présuppose également qu'il y a eu une singularité initiale lors de la création  de l'Univers. 35

En relativité générale, une singularité gravitationnelle est une région de l'espace-temps au voisinage de laquelle certaines quantités décrivant le champ gravitationnel deviennent infinies. La description de telles régions n'est pas possible dans le cadre de la relativité générale, mais cette dernière est en mesure de prédire leur formation.47

Mais nous avons vu dans le chapitre concernant les trous noirs que la mécanique quantique semble invalider cette théorie (à cause d'une force de répulsion qui se crée dans l'infiniment petit, empêchant tout « effondrement » de la matière sur elle-même)

 

L’observation montre que l’univers est homogène à grande échelle mais qu'il présente des inhomogénéités à plus petite échelle (planètes, étoiles, galaxies, etc). Cela nécessite la présence initiale d’une petite inhomogénéité.10

 

Il a été montré que la répartition en amplitude et en taille des inhomogénéités initiales suivait une loi bien précise, connue sous le nom de spectre de Harrison-Zeldovitch.10

Dans ce scénario, l'explosion primordiale aurait été précédée d'une courte période d'expansion- inflation extrêmement rapide qui aurait créé la portion d'Univers observable à partir d'un volume si minuscule que tous ses points étaient déjà à la même température.49 Un peu plus tard Andreï  Linde a fait évoluer la théorie de l'inflation.

L'inflation stipule que la distance parcourue par la lumière au cours du temps croît plus vite que la distance entre deux objets. Cela signifie que le nombre des galaxies qui nous  sont  accessibles décroît au cours du temps. Pour cela, il est également nécessaire que l'expansion de l'univers accélère au cours du temps. 48

 

La théorie de l’inflation possède des fluctuations quantiques. Le calcul du spectre de ces fluctuations montre qu’il suit précisément les contraintes du spectre de Harrison-Zeldovitch (ce spectre explique que les petites structures commencent à se former peu avant les plus grosses et que, passée une certaine échelle, aucune structure notable n'est plus observée. Ce serait essentiellement ce qui est constaté.).

Ainsi, l’inflation permettrait d’expliquer l’apparition de petits écarts à l’homogénéité de l’univers, et résoudrait également le problème de la formation des structures.10

 

Le modèle du Big Bang est le modèle le plus apprécié des cosmologues. Mais il possède tout de même des détracteurs.

Par exemple, le savant américain Eric Lerner, écrit dans un livre que « ... ce modèle (le big-bang) ne parvient pas à rendre compte des observations astronomiques les plus élémentaires ».

Hannes Alfven (prix Nobel Suédois) est convaincu que « ... le Big-Bang mérite une place d'honneur dans le cimetière des théories mortes »38

 

Quelques remarques faites par les contradicteurs de la théorie du Big Bang :

 

1)       La théorie du Big Bang est principalement basée sur la découverte du « décalage vers le rouge » qui est considéré comme un indicateur de l'expansion de l'univers. Or nous venons de voir que le décalage vers le rouge peut être interprété autrement (par l'effet Compton au lieu de l'effet Doppler, ou par l'âge de l'astre et non pas sa vitesse de déplacement).

 

2)       La théorie du Big Bang suppose une chaleur originelle très intense au départ, se chiffrant en centaine de milliards de degrés. Léon Raoul Hatem dit qu'en fait elle n'aurait pu être qu'au zéro absolu, car dans une masse rassemblant en un point infinitésimal toute la matière universelle, toute agitation est impossible.58


3)       Pour que la théorie du Big Bang soit justifiée, il faut que la « matière noire » existe (car cette dernière est indispensable pour justifier la théorie de l'inflation). Or pour le moment, il n'existe aucune preuve formelle de son existence. Elle est juste postulée.

 

4)       Pour que la théorie du Big Bang soit justifiée, il est nécessaire que l'âge de l'Univers soit entre 15 et 20 milliards d'années.

Or, certaines étoiles ainsi que des masses sombres sont estimées à des âges plus élevés.

 

De même, depuis 1986, il y a eu des découvertes de vastes groupements de  galaxies appelées complexes, qui s'étendent sur un milliard d'années-lumière et qui ont un âge minimal estimé à 60 milliards d'années soit trois ou quatre fois l'âge présumé de l'Univers...49

 

Pour répondre à ce genre de remarque, les partisans du Big Bang disent que la plupart du temps, les problèmes d’âge résultent surtout de mauvaises estimations de l’âge des objets, ainsi qu’une sous-estimation des barres d'erreur correspondantes.10

5)       S'il y a eu explosion, où se trouve le point géodésique de celle-ci; où sont les lignes directrices de la sphère de déflagration et l'orientation du champ électromagnétique qui en résulte ?

 

Pour répondre à ce genre d'interrogation, les partisans du Big Bang disent qu'il n'y a pas eu

« explosion » car l'espace « se contenait lui-même » et se dilaterait à l'intérieur de lui-même. Il n’y aurait pas de direction privilégiée dans laquelle il nous faudrait observer pour le voir.

 

6)       Eric Lerner explique que la théorie du Big-Bang prévoit que l'abondance d'hélium, de deutérium et de lithium est fonction de la densité moyenne de matière dans l'univers. Pour que la théorie soit juste, il faut qu'il y ait une densité unique qui produise des évaluations correctes pour les trois éléments. Mais des observations sur la quantité d'hélium dans des galaxies lointaines ont montré que la théorie surestimait de beaucoup cette évaluation. De même, lorsque l'on réajuste la théorie pour qu'elle donne des chiffres corrects pour l'hélium, ses prédictions pour le deutérium deviennent huit fois plus élevées que les quantités observées – ce qui est très supérieur à la marge d'erreur de ces observations.49

Nous avons vu précédemment que pour justifier la théorie du Big Bang, il est nécessaire de trouver les bonnes valeurs pour les 3 paramètres clés (constante de Hubble, densité de l'univers, constante cosmologique). Ces valeurs n'ont toujours pas été trouvées...

 

7)       Henri Durrenbach pose la question suivante : si l'univers est en expansion, accélérée de surcroît, comment se fait il que le Soleil se présente deux années consécutives à la même place dans le ciel pour une même date anniversaire ? 12

En effet, si en 365 jours la Terre tourne autour du Soleil, elle parcourt une certaine distance. Mais si l'Univers est en expansion, on s'attendrait à ce que, l'année d'après, la distance à parcourir par la Terre soit supérieure à celle qu'elle a parcouru l'année précédente (car la distance Terre Soleil serait plus grande)...

 

8)       La théorie du Big Bang ne dit rien sur la force mystérieuse qui pousse des galaxies à  s'éloigner les unes des autres. Cette force répulsive a reçu le nom de "constante cosmologique" et « constante de Hubble » mais rien n'est dit pour expliquer son existence.

 

9)       La théorie de l'univers plasma (qui sera traitée un peu plus en détail dans un chapitre ultérieur) est capable d'expliquer la formation des structures (galaxies, ...), le fond cosmologique, et l'abondance des éléments légers sans avoir besoin de toutes les suppositions faites par la théorie du Big Bang.

 

Les modèles de la théorie du Big Bang sont incapables d'expliquer ce qui s'est passé en deçà de 10- 43 seconde (nommé temps de Planck) après le Big Bang. La théorie classique de la gravitation n'est plus valide et aucune autre théorie ne décrit l’Univers en deçà de ce moment.

Le Big Bang, c'est à dire l'instant 0, proprement dit, reste donc inaccessible. L’origine de l’Univers


demeure une énigme indéchiffrable.37

 

4) Théorie du Pré Big Bang

La théorie du Big Bang suppose qu'une singularité gravitationnelle est à l'origine de l'univers.

De même, elle suppose qu'un phénomène de type inflation (une expansion extrêmement rapide dès les premiers instants de l'univers) ait eu lieu.

 

La théorie du pré Big Bang basée sur la théorie des cordes et proposée dans les années 1990 par  les physiciens italiens Gabriele Veneziano et Maurizion Gasperini, permet de se passer de ces deux hypothèses.

Elle émet l'idée que l'univers est issu d'une phase vide en contraction, et qui serait ensuite entré dans une phase d'expansion observée aujourd'hui50 (ou semblant être observée). Elle montre que l’intérieur d’un trou noir pourrait donner naissance à un autre Univers.

 

Une autre théorie, basée sur la gravitation quantique à boucles (LQG) semble arriver à des conclusions similaires.

 

En appliquant simultanément la théorie de la relativité générale et celle de la mécanique quantique au début de l’Univers, cela amène à considérer des régions de l’espace plus petites qu’une particule élémentaire et avec une courbure de l'espace-temps colossale. 66

Dès la fin des années 1950, il fut supposé que de même qu'un traitement quantique montre qu'un électron ne s'effondre jamais sur le noyau d'un atome (ce devrait être le cas sans ce traitement quantique étant donné que l'électron et le noyau sont de charge opposée), la matière ne  s'effondrera   jamais   à   l’intérieur   d’un   trou   noir.   Dans   ce   cas,   il   n'y   a   donc   pas  de

« singularité gravitationnelle ».66

L’effondrement de la matière serait stoppée par l’apparition d’une force répulsive.51

 

Martin Bojowald a appliqué la gravitation quantique à boucles (LQG) au Big Bang.

En s'appuyant sur les résultats obtenus, Lee Smolin et Carlo Rovelli en ont conclu trois choses :

1)  Les trous noirs pourraient être à l’origine d’autres Univers connectés au nôtre (il y aurait donc de multiples univers connectés les uns aux autres)

2)  Un pré Big Bang a bien existé (le Big Bang ne serait donc pas une origine mais un « nouveau départ »)

3)  Il n'y a pas eu de singularité initiale (donc les quantités décrivant le champ gravitationnel ne deviennent jamais infinies alors que la relativité générale le suggérait. Il y aurait donc bien un traitement quantique qui agirait et ferait qu'une force répulsive prend naissance dans l'infiniment petit.)

Il faut toutefois garder à l'esprit que les résultats obtenus ne sont encore que des approximations de calculs de gravitation quantique. 51

 

La théorie du pré Big Bang amène à penser que notre Univers s'est créé dans un certain type de trou noir dans un Multivers éternel et incréé.51

Cela signifie qu'un « Univers » originel existerait et que ce dernier n'a pas de début ni de fin.

 

Dans les années 1990, Lee Smolin a émis l'idée que les deux théories principales et concurrentes pour la gravitation quantique (LQG) et la théorie des supercordes, pourraient bien être complémentaires. 51

 

5)  Théorie de l'univers informé

 

1.           Vide quantique

D'après la théorie de « l'univers informé », un Méta Univers (aussi appelé Metavers) existait antérieurement à la naissance de notre univers et il continuera d'exister après la disparition de ce dernier.


Ce Méta Univers est similaire au « Multivers » imaginé dans la théorie du pré Big Bang.

 

Le Big Bang ayant donné naissance à notre univers ne fut qu'une explosion parmi d'autres. Dans ce cas, il est inexact de parler de « big » bang, mais juste de « bang ».52

Des scientifiques commencent à penser que l'énergie agit dans un vacuum (appelé vacuum quantique) qui est défini comme étant un plénum cosmique (c'est à dire qu'il réunit en lui-même l'ensemble des composants de l'Univers) actif et physiquement réel.

Ce vacuum transporterait la lumière, la gravitation et l'énergie sur ses diverses formes, mais aussi de l'information, ou plus exactement de l'in-formation.52

 

Le vacuum quantique, l'énergie subtile et la mer d'in-formation qui est à l'origine de toute la "matière" de l'univers, n'est pas apparue en même temps que le « bang » à l'origine de notre univers. De  même, ils ne disparaitront pas si l'univers disparaît.

Ils existaient avant l'apparition de ces particules et ils existeront encore après leur disparition.52

Ervin Laszlo explique que « les explosions créatrices d'univers (les "bangs" récurrents) seraient des instabilités dans le vacuum du Metavers. Les bangs créent des paires de particules et d'antiparticules, et les particules en surplus, qui survivent, emplissent l'espace-temps dans l'univers nouveau-né. Ces particules s'unissent pour former des atomes et, avec le temps, la gravitation rassemble les particules et les atomes en des structures stellaires et galactiques, de sorte que s'amorce le type d'évolution  que nous observons dans notre univers. Cette évolution se répète maintes et maintes fois. »52

 

2.           Information

David Bohm préfère le mot "in-formation" plutôt qu'information pour préciser qu'il s'agit d'un processus qui donne réellement "forme" au destinataire."53

 

L'in-formation préexiste avant la matérialisation, que ce soit dans l'inerte (qui doit être compris comme étant l'idée créatrice) ou dans le vivant.54

 

D'après Ervin Laszlo l'in-formation est un lien subtil qui relie les objets aux évènements dans tout l'univers.53 Il précise que c'est une « connexion subtile, quasi instantanée, non évanescente et non énergétique, entre des choses en divers lieux de l'espace et des évènements en différents points du temps ».52

La possibilité est envisagée que notre univers ait été, à sa naissance, in-formé par un ou des univers existant avant lui.52

Ce serait la raison pour laquelle c'est un système cohérent, hautement intégré dont la caractéristique principale est l'information qu'il génère, conserve et véhicule, et qui relie toutes les parties.

Toutes choses sont globales, cosmiques, car tout est interconnecté, et le souvenir de tout s'étend à tous les lieux et à tous les temps.52

 

Cette théorie de l'univers informé évite d'avoir à supposer que l'univers serait issu d'une fluctuation aléatoire du vacuum quantique sous jacent (car l'univers étant informé, il n'y a plus besoin de faire appel au hasard pour expliquer son origine).

 

3.           Dualité, bipolarité

Cette théorie précise que l'univers pourrait être duel ou plus exactement bipolaire, précisant ainsi que dans la nature, si dualité il y a, ce n'est qu'une dualité de position comme si chacun de ces deux pôles était le double complémentaire de l'autre pour former une unité équilibrée et indépendante.54

 

4.           La matière

D'après Ervin Laszlo, les expériences de physique du début du XXè siècle ont détruit la vision prédominante selon laquelle toute la réalité était composée d'éléments indivisibles en eux-mêmes.52 La matière ne doit donc plus être considérée comme un assemblage d'éléments mais comme une perturbation d'onde de forme dans l'océan quasi infini d'énergie et d'information qui représente le champ de connexion et la mémoire permanente de l'univers.52


Tout comme la matière ne doit pas être considérée comme étant un simple jeu de construction, elle ne doit pas non plus être considérée comme étant une chose passive ou morte.

D'après le physicien Freeman Dyson, « en mécanique quantique la matière n'est pas une substance inerte mais un agent actif... Il semble que l'esprit tel que manifesté par la capacité de choisir,  est inhérent dans une certaine mesure à chaque électron. »52

 

Jean Sebastien Berger précise qu'il ne devrait donc pas y avoir de hasard dans les phénomènes cosmiques, mais "une volonté" qui s'affirme et se réalise concrètement.54

 

Le Méta Univers (Métavers) qui crée des univers successifs serait l'équivalent de ce qui est appelé Akâsha dans la doctrine ésotérique.52 (nous aurons l'occasion d'en reparler dans les chapitres suivants)

 

6)  Théorie de l'univers Plasma

Cette théorie est un modèle cosmologique proposé par Hannes Alfvén. Ce dernier reçut le prix Nobel de physique en 1970 pour ses travaux sur l'évolution de la physique du plasma et l'étude des gaz conducteurs. Partant du principe que l'univers est composé à plus de 99% de plasma, Alfvén en conclut que son évolution ne pouvait être comprise que si l'on prenait en compte les forces électromagnétiques qui dominent les milieux comme le plasma, et pas seulement la force gravitationnelle mise en avant par la théorie de la relativité générale.55

 

Nous avons vu précédemment que l'origine des structures à grande échelle dans l'Univers, allant des super-amas jusqu'aux Galaxies, peut être expliquée de façon assez satisfaisante en faisant intervenir des interactions entre la gravitation et les processus électromagnétiques dans le plasma.

Et ces explications ne nécessitent pas de faire intervenir de la matière noire ou un Big Bang.38

 

Le plasma (utilisé dans le jargon des astronomes) se décrit comme une sorte de nuage magnétique dans l’espace interplanétaire, dans lequel des particules positives et négatives sont en suspension, mais la charge du nuage, dans son ensemble, est neutre.56

 

La présence d'éléments légers (hélium, deutérium, lithium) peut s'expliquer sans faire intervenir une phase extrêmement chaude et dense déduite par la théorie du Big Bang.

Des étoiles ayant une masse très importante dominent l'évolution gravitationnelle des galaxies. En brûlant leur hydrogène, ces étoiles créent de l'hélium, du deutérium et du lithium dans les quantités observées.38

 

L'énergie libérée lors de la fabrication de l'hélium est exactement égale à l'énergie observée dans le fond de micro-ondes cosmologique. Ce rayonnement est diffusé par un « brouillard radio », un entrelacs de filaments magnétisés, produits par les quasars et les noyaux galactiques, qui flotte dans l'espace inter-galactique. Les calculs montrent que le caractère extrêmement lisse du fond diffus et le rayonnement du corps noir pourraient être produits par un tel brouillard.

Si ce brouillard existait, il aurait tendance à affecter les émissions radio provenant des galaxies : plus une galaxie d'une taille donnée se trouverait éloignée, plus son émission radio serait faible. Les données provenant de galaxies dont les rayonnements radio et infrarouge ont été mesurés confirment cette supposition, et indiquent de façon très claire que ce que nous observons dans le fond de rayonnement cosmologique n'est pas constitué des restes immuables du Big Bang, mais bien des effets locaux du brouillard radio.38

 

7)  Théorie de l'univers magnétique

Edward Leedkalnin déclara un jour :

« Toute forme d'existence, que ce soit un rocher, un arbre, ou un animal, a un commencement et une fin; mais les trois choses dont toute matière est faite n'ont ni commencement, ni fin. Ce sont les aimants respectifs des pôles nord et sud et les particules neutres de la matière. Ces trois choses différentes sont les éléments de construction de toute chose »57


L'immense majorité des scientifiques considèrent que l'univers n'est pas un mouvement  perpétuel mais un mouvement qui continuerait indéfiniment sur sa lancée initiale Rappelons qu'il ne suffit pas qu'un mouvement continue indéfiniment pour être perpétuel. Il faut également qu'il soit capable de s'auto-générer.

L'univers ayant été mis en mouvement non perpétuel, il se dégraderait progressivement, pour un jour arriver à une fin irrémédiable.58 C'est pourquoi il est couramment expliqué qu'une étoile finira toujours par mourir un jour.

 

A partir de 1945, le chercheur Léon Raoul Hatem a parlé de la dualité des énergies magnétiques. Selon lui, les corps célestes seraient en quelque sorte des masses (semblables à des aimants qui ont une polarité différente à chaque pôle), agissant à distance les unes sur les autres par leur énergie magnétique attractive et répulsive. Cela revient à dire que la gravitation serait un effet magnétique, et comme dans tout effet magnétique, il y a un effet de polarité opposé (la répulsion).

Le fait que deux astres "semblent " s'attirer uniquement par "gravitation" s'explique par le fait que lorsque l'on met en rotation synchronisée symétrique les pôles de deux aimants qui normalement s'attirent et se repoussent, on obtient deux aimants face à face qui s'attirent exclusivement, sans se repousser, quelles que soient leurs positions relatives, leur distance, leur masse mutuelle et leur vitesse de rotation. Les pôles en répulsion se tiennent toujours à la même distance d'un pôle à l'autre, comme s'ils étaient réunis par des tiges rigides, tantôt allant dans un sens, tantôt allant dans le sens opposé. Cela annule l'effet répulsif entre les pôles.

La Gravitation peut donc s'expliquer par des mouvements polaires synchronisés.

 

D'après Léon Raoul (LR) Hatem, la loi de conservation de l'énergie est en fait celle du mouvement perpétuel* qui régit l'univers. C'est le fait d'une mécanique très subtile d'entretien par auto- accélération des mouvements à une vitesse constante moyenne dans l'univers.

Le freinage magnétique interdirait la continuité des mouvements dans un univers où les vitesses seraient d'origine « initiales » sans entretien par auto-accélération.

Pour LR Hatem, l'univers est parvenu à un équilibre presque parfait, en dessous duquel il ne peut plus revenir car il serait conduit par un principe de mouvement perpétuel entretenu par auto- accélération.58

 

Pour lui, la nature a pu se créer grâce aux distances entre les planètes dans le système planétaire, distances indispensables et nécessaires pour la réalisation de tous ces systèmes perpétuels.58 (ce qui laisse sous entendre que l'univers n'a jamais été compacté en un point).

 

Il explique que « si nous considérons dans des positions quelconques, libres et hors de toutes contraintes mécaniques ou magnétiques, c'est à dire dans l'espace supposé absolument vide de  toute présence étrangère, deux aimants quelconques, que ce soient des cubes, des sphères ou des barreaux, placés à une certaine distance l'un de l'autre, ils vont... dès l'instant où ils apparaitront, et quelle que soit la distance qui les sépare, se mettre spontanément en mouvements simultanés, et en fonction l'un de l'autre, par leur masse, par leur orientation... Mais en fait, grâce à leur seul flux magnétique respectif. »58

 

LR Hatem estime que l'attraction et la répulsion, bien qu'agissant à l'opposé l'une de l'autre, ne sont séparables en aucun cas. Il considère qu'il est absolument impossible de séparer les deux pôles d'un aimant car chaque pôle est à la fois attractif et répulsif.

De même, il serait impossible d'isoler l'électricité positive et l'électricité négative comme cela est actuellement supposé dans la théorie de l'atome, puisqu'en effet, ces deux électricités ne seraient rien d'autre que les Forces Magnétiques des particules atomiques.58

 


*  Le mouvement perpétuel est censé ne pas exister selon les pensées actuelles de la science mais LR Hatem écrit qu'il existe à Paris plusieurs balanciers pendulaires perpétuels qui oscillent depuis 1954, et qui repartent seuls, sans aucune intervention extérieure, lorsqu'on les arrête volontairement.

Remarque: Un mouvement perpétuel ne se contente pas d'entretenir. Il doit engendrer lui-même son propre départ. (Naissance et vie de l'Univers, L.R. Hatem, Ed. Ganymède - La Rozeille)


Nous avons vu plus haut que la théorie de l'univers informé précise que l'univers pourrait être bipolaire (chacun des deux pôles étant le double complémentaire de l'autre pour former une unité équilibrée et indépendante). Cette idée est également celle proposée par LR Hatem (telle que je l'ai comprise).

 

Pour LR Hatem, si tout se transforme, c'est en partant d'un désordre « conscient », qui se représente par un déséquilibre des forces magnétiques agissant entre les masses formées de cette énergie.58

 

Il émet l'idée que tous les phénomènes physiques sans aucune exception sont liés ou dus exclusivement à des vibrations magnétiques. Par exemple, notre cerveau serait un complexe d'aimants organisés en atomes; mais ces aimants ne sont pas de la « matière »; ils sont des condensations d'énergie immatérielle. Lorsque le cerveau percevrait une vibration magnétique, il vibrerait lui aussi en fonction de la fréquence et de l'intensité de l'onde reçue. Ce serait par sélection, par entrainement, par habitude ou adaptation qu'il déterminerait la valeur de cette onde à laquelle il attribuerait certaines qualités.

La matière n'aurait donc qu'une « réalité » apparente en tant qu'effet ou sensation.58

 

Il est couramment imaginé qu'une force est considérée comme de la matière en mouvement. LR Hatem estime lui que la matière pourrait être constituée de forces en mouvements, et non de grains de matière.58

 

Einstein déclara également que la matière physique n'était rien de plus qu'un champ concentré de forces.63

 

LR Hatem explique que « avec la force magnétique, au contraire, la matière n'existe qu'en apparence; elle est, et elle n'est pas. Ce qui nous choque, c'est que cette apparence est tellement vraie, tellement réaliste qu'il est presque impossible de nier la réalité des choses qui nous entourent... à moins que ces choses ne soient, en fait, que des forces; mais ces forces, qui sont capables de s'opposer aux nôtres, n'ont pas le moindre besoin d'être matérielles pour nous donner la sensation d'être. »

Il précise également que « tout ce que nous voyons, ou croyons voir, tout ce que nous ressentons ou croyons ressentir, ne sont en réalité que des impressions produites par les vibrations de ces forces en mouvements, de ces multitudes de petits aimants qui tournent, se déplacent les uns autour des autres et produisent des ondes magnétiques... »58

 

Il suppose que tout est issu du Néant, mais non pas dans le sens que le tout est issu de rien, mais plutôt dans le sens que le Néant serait en quelque sorte un équilibre entre une force attractive et une force répulsive.

Tout serait formé de deux énergies, l'une attractive, et l'autre répulsive. Ces deux énergies opposées s'annuleraient et formeraient ce que LR Hatem considère être le Néant.58

 

C'est pourquoi il explique que « sur le plan humain, la force magnétique représente, malgré sa  dualité, une unité indéniable, une chose qui par elle même existe incontestablement... Mais c'est paradoxalement une unité égale à zéro et non égale à un. »

 

Toujours selon LR Hatem, l'énergie magnétique serait une force spirituelle, une double nécessité mentale.58

 

Cette idée est semblable à celle proposée par la théosophie. H.P. Blavatsky écrit, en effet, que les Occultistes ne voient dans la pesanteur que sympathie et antipathie ou attraction et répulsion, causées par la polarité physique de notre plan terrestre et par des causes spirituelles qui échappent à son influence. 14

 

Cette idée de force spirituelle proposée par LR Hatem ou de « volonté » proposée par Sébastien Berger  dans  la  théorie  de  l'univers  informé  fait  également  penser  aux  idées  prônées  par  les


philosophes alchimistes du XVIè et du XVIIè siècle : Vanini, Agrippa, Van Helmont. Ils attribuaient au

« magnétisme projeté par la volonté » les résultats qu'ils obtenaient par leurs amulettes et leurs charmes.65

 

« Le désir, écrit Van Helmont, se réalise dans l'idée, laquelle n'est pas une idée vaine, mais une idée- force, une idée qui réalise l'enchantement. Ce que j'appelle les « esprits du magnétisme » ne sont pas précisément des esprits qui nous viendraient du ciel, et encore moins des esprits infernaux. Ils proviennent d'un principe qui réside dans l'homme même comme le feu se dégage de la pierre. Grâce à la volonté, l'on dégage de l'organisme humain une faible portion « d'esprit », qui prend une forme déterminée, en se transformant en un « être idéal ». A partir de ce moment, cet « esprit vital » devient quelque chose d'une nature intermédiaire entre l'être corporel et les êtres incorporels : il peut ainsi se transférer où la volonté le dirige, n'étant plus soumis aux limitations de l'espace et du temps. Ce n'est nullement une conséquence du pouvoir démoniaque; c'est une faculté spirituelle de l'homme qui est rattachée à l'homme.

« J'ai hésité jusqu'ici à révéler au monde ce grand mystère, grâce auquel l'homme apprend qu'il y a en lui, à la portée de la main, une énergie qui obéit à sa volonté, liée à sa puissance imaginative, et qui peut agir extérieurement en exerçant son influence sur des choses et des personnes à distance; même à une très grande distance ! »65

 

Guy Tarade écrit que des dizaines de siècles avant Van Helmont, les sages de l'Inde connaissaient déjà ce fabuleux secret et l'un d'eux, Larchas, avait appris à Apollonios de Tyane l'art d'enfermer dans des objets des influences spirituelles qui devaient agir à distance, à travers le temps.65 Cet « art » dont parle Guy Tarade est étudié dans une discipline qui est appelée « la radionique » mais je ne m'étendrai pas sur ce sujet car il est trop éloigné du thème du livre.

 

En parlant de volonté et de force spirituelle, peu à peu les scientifiques sont en train de faire une passerelle entre la science et ce qui a toujours été considéré comme des phénomènes paranormaux (ou psychotroniques). Nous aurons l'occasion de revenir plus en détail sur ces sujets ultérieurement.

 

Revenons à des déductions pouvant être faites à partir de la théorie de l'univers magnétique. Comment expliquer, par exemple, que la Lune ne présente qu'une face à un observateur sur Terre ?

Une théorie admise de nombreuses années, provenant d'un astronome nommé Kirkwood, disait que la Lune montre toujours la même face à la Terre, parce que, étant déformée, la partie qui fait face à la Terre, est plus attirée par celle-ci que la face opposée, et que de ce fait, la Lune ne peut pas tourner sur son axe.58

 

Cette théorie était pourtant erronée car comme le signale LR Hatem, « s'il était vrai que cette déformation existait, cela n'aurait pas la moindre importance quant à la rotation de notre satellite, car, quelle que soit la forme d'un corps mis en orbite dans le vide spatial, c'est son centre de gravité qu'il faut considérer sur la ligne orbitale, et, de ce fait, il peut parfaitement tourner sur lui-même sans aucune gène autour de ce centre ».58

 

De nos jours, il est dit que la Lune met 27,32 jours pour faire un tour sur elle-même et également 27,32 jours pour effectuer un tour autour de la Terre. C'est pourquoi un observateur verra toujours la même face lunaire et que l'autre lui est cachée.

Ce synchronisme serait due aux forces qu'exerce la Terre sur la Lune qui freina cette dernière  jusqu'à l'obtention d'un équilibre : le synchronisme.59

 

60 satellites naturels seraient répertoriés actuellement dans le système solaire. 50 effectueraient une rotation sur eux-mêmes dans le même temps où ils bouclent une révolution autour de leur planète respective.60


Il y a donc un synchronisme qui rentre en jeu mais aucun détail n'est fourni pour expliquer la cause

de ce synchronisme. Il est question de forces, mais lesquelles ?

 

LR Hatem donne une explication à ce synchronisme.

« Nous savons déjà, dit il, que la Lune est parfaitement synchronisée avec la rotation de la Terre, qui présente tantôt le pôle NORD tantôt le pôle SUD à la Lune qui ainsi se BALANCE en un mouvement de libration découvert par GALILEE, jamais expliqué depuis. Elle n'a pas le temps de complètement tourner sur elle-même avant que la Terre ne présente l'autre pôle, et revient donc en arrière lorsque les relations magnétiques sont inversées. Ce fait de pure observation serait une aberration si Terre et Lune n'avaient pas, toutes deux pôles magnétiques. »61

Il précise également que « toutes les masses planétaires possèdent deux pôles (un pôle Nord et un pôle Sud) et les pôles forment des cercles autour des axes de rotation (appelés cercles polaires).

Lorsque la Terre, tournant sur elle-même, présente son pôle Nord à la Lune, celle-ci tend à approcher son pôle Sud vers la Terre. Le bras de levier qui lui permettrait de faire un demi-tour est trop court, car les pôles de la Lune sont proches de son axe de rotation, et elle se contente d'amorcer un léger mouvement de rotation pour se mettre en accord avec les pôles terrestres.

12 heures plus tard, la Terre ayant fait une demi rotation sur elle-même, elle présente son pôle Sud à la Lune. La Lune en arrive donc à approcher son pôle Nord de la Terre.

12 heures plus tard, la Terre représente son pôle Nord et donc la Lune rapproche son pôle Sud. Etc...

Le fait que la Lune revienne constamment sur l'ECLIPTIQUE est preuve manifeste de sa double polarité Magnétique, bien qu'elle s'éloigne de la Terre, de plus de vingt mille kilomètres au cours de son périple, pour y revenir régulièrement et toujours dans la même position :

La Terre et la Lune s'entraînent mutuellement l'une autour de l'autre par champ Magnétique, la Lune étant plus petite, tournant en orbite plus rapidement que la Terre. Elles se trouvent projetées l'une de l'autre par Force Centrifuge à la manière de frondes, la Lune étant projetée plus loin que la Terre par les mouvements polaires, jusqu'au moment où, à force d'éloignement, les forces Magnétiques diminuent, réduisant leur lancée orbitale mutuelle, jusqu'à la distance convenable dans un équilibre parfait entre l'Attraction et le Mouvement Orbital. Car si la Terre ou la Lune se rapprochent l'une de l'autre, le phénomène qui joue le rôle de stabilisateur de l'équilibre se trouve légèrement modifié, produisant un décalage " angulaire " des polarités, entre les attractions qui alors augmentent et les répulsions qui elles, diminuent, rapprochant ainsi la Lune de la Terre. Et lorsqu'au contraire la Lune se rapproche de la Terre, ou réciproquement, le phénomène s'inverse, les attractions diminuent et les répulsions augmentent, ce qui produit l'éloignement de la Lune.

La STABILITE MECANIQUE est ainsi assurée donnant de la dureté au système. »

 

D'après lui, les pôles des astres peuvent se trouver périodiquement en léger "désynchronisme" par "déviations angulaires" des mouvements polaires provenant des positions des astres par rapport au plan de l'écliptique. Et cela expliquerait les lois de Kepler (décrites dans un des chapitres précédents).62

 

Donc, pour résumer l'idée de LR Hatem, les astres seraient des aimants avec une double polarité. Cette idée se retrouve également dans les propos du capitaine Bruce L. Cathie, dans un article paru en 2001, dont voici un extrait :

« J'ai découvert qu'il y avait un moyen de construire une série d'équations de champ unifié qui montrent que toute la réalité physique est en fait manifestée par un motif complexe d'ondes entrelacées. Je suis progressivement parvenu à la constatation que les valeurs harmoniques pouvaient s'appliquer à toutes le branches de la recherche scientifique, y compris la théorie atomique. (...)

La Terre est en fait un énorme aimant, une dynamo dont le bobinage  (des  courants tourbillonnaires) est constitué de lignes de force magnétiques... »63

 

8)  Théorie de la Terre Creuse

Raymond Bernard pose une question très intéressante en disant que « Jules Vernes était un grand romancier, mais peut-on douter également de ses talents de visionnaires sachant que le seul de ses


ouvrages qui n'ait pas reçu une confirmation effective officielle est « voyage au centre de la Terre » ? »64

Au lieu que ce livre soit l'exception qui confirme la règle, n'est-il pas envisageable que ce dernier soit également basé sur une réalité ?

 

Cette idée est envisagée, entre autre, par le Pr Rameau de Saint Sauveur. Ce dernier parle de l'œuvre de Jules Verne en ces termes : « En écrivant Voyage au centre de la terre, le précurseur a  fait par anticipation (et non fiction), une croisière dans l'épaisseur de la couche de notre planète. L'écrivain partait (dans ce roman) du Snoeffelsjökull, volcan glacier éteint, situé à l'extrémité d'une presqu'île d'Islande entre Breyadafjördur (fjord de Breyda) au nord, et Faxafloi (baie de Flaxa), au  sud, au voisinage de 65° de latitude nord et 24° de longitude ouest. C'est la position géographique qu'occupait Thulé, capitale du continent protohistorique hyperboréen. Même si Jules Verne n'était pas allé lui-même « au centre de la terre », il avait suffisamment d'informateurs pour lui fournir toutes les données exactes et il connaissait parfaitement ce sujet. Le document unique lui indiquant le chemin avait été préparé par l'un d'eux afin de servir d'introduction à son récit. »65

 

1.           Historique

Il y a plus de 6000 ans, des prêtres chaldéens dont les découvertes astronomiques ont toujours étonné les scientifiques modernes, assuraient que la Terre avait la forme d'un canot et qu'elle était creuse. Le canot des Chaldéens avait une forme de panier en osier.140

 

Faisons  un petit résumé  de quelques fondements de cette théorie.

 

16 et 17è siècle : Edmund Halley (1656 - 1742) -le découvreur de la comète qui porte son nom- propose que la Terre est creuse avec plusieurs coques concentriques et noyau aimanté séparés par du vide. Henri Gautier (1660 - 1737) pense que la Terre est totalement creuse et que la fine croûte externe est en équilibre entre gravité et force centrifuge66

 

19è siècle : John Cleves Symmes, né en 1780, écrivit : « J'affirme que la Terre est creuse et habitable à l'intérieur, qu'elle contient plusieurs sphères concentriques ... et qu'elle est ouverte aux pôles de 12 ou 16 degrés. J'engage ma vie en garantie de cette vérité, et je suis prêt à explorer la cavité si le monde m'apporte aide et soutien dans cette entreprise. »67

 

1829 : Jens et Olaf Jansen, deux scandinaves seraient allés en bateau de pêche au centre de la Terre. Ils y auraient vécu deux ans. Un seul serait resté en vie. Il aurait été interné en asile psychiatrique pendant 28 ans lorsqu'il aurait commencé à raconter.140

 

1894 : Le 3 août, le Dr Fridtjof Nansen, en ayant perdu son chemin, atteignit l'intérieur de la Terre. Il fut surpris par la température élevée et encore plus lorsqu'il découvrit la piste d'un renard. Après cela, il arrêta son avancée et fit demi tour. 64

1906 : L'écrivain américain William Reed émet l'idée que la Terre pourrait être creuse. 1913 : Un autre Américain, Marshall B. Gardner, reprend cette idée.

1938 : Une expédition allemande en Antarctique a été menée par le porte avion Schwabenland. Plus de 100 sous-marins disparurent dans la Nouvelle Souabe (alors que c'est une région sans glace, avec des lacs)143

 

1946-1947 : Le capitaine David Bunger, aux commandes d'un des six grands appareils de transport utilisés par la Marine américaine pour « l'Opération High-jump », après avoir quitté la base de Shackleton, près de la Côte de la Reine Marie, dans la Terre de Wilkes, vola vers l'intérieur du continent antarctique. A 6 kilomètres du littoral, il aperçut une région sans glace, avec des lacs. 64


1947 : Le contre Amiral Richard E. Byrd, de la Marine des Etats Unis, en explorant l'Articque, y trouva un climat chaud, des forêts, des montagnes, des lacs, une végétation verte, et même  des traces de vie animale.

La découverte de Byrd est frappée aujourd'hui d'un top secret international. Après le message radio qu'il envoya de son avion, et un bref communiqué de presse, toute nouvelle importante sur le sujet fut soigneusement supprimée par les agences gouvernementales. 64

 

1956 : Richard E. Byrd explora l'Antarctique

 

1957 (O. C. Huguenin) et 1959 (Ray Palmer) supposèrent que les soucoupes volantes ne sont pas des vaisseaux spatiaux venant de planètes lointaines, mais des engins d'origine terrestre appartenant à une race souterraine qui vit à l'intérieur de notre globe.64

1959 : F. Amadeo Giannini écrivit le premier ouvrage sur la Terre Creuse depuis les travaux de Gardner (livre Mondes au-delà des pôles, publié à New York). 64

1960 : Un journal de Toronto, le Globe and Mail, publia une photo d'une vallée avec des collines vertes, prise par un aviateur dans la région arctique. 64

 

1995 : Le 14/02/1995, le journal canadien Weekly World News a publié un article qui disait :

« Cap Canaveral, Floride - La NASA reçoit des signaux radio qui viennent de la Terre. Des experts pensent que ces signaux sont émis par une forme de vie intelligente et très développée. »140

 

2.           Formation de l'intérieur de la Terre

Il faut savoir que, de nos jours, la technologie ne permet de pénétrer que de quelques kilomètres à l'intérieur de la Terre (alors que le diamètre de la Terre fait plus de 12 750 km). Pour expliquer ce qu'il y a au-delà, il n'y a que des hypothèses ou des théories mais rien de formellement démontré. 64

Marshall B. Gardner, après vingt années de recherches et de réflexions, publia son livre Voyage à l'intérieur de la Terre, en 1920. Il fit appel à des données astronomiques pour montrer que non seulement la Terre, mais aussi toutes les planètes du système solaire, sont creuses à l'intérieur avec des soleils centraux, et qu'elles ont été formées à partir d'une nébuleuse tourbillonnante : 64

         A l'origine, il y a une masse en fusion qui tourne sur elle-même

         Une partie de ces matières incandescentes resta en suspension au centre pour donner plus tard naissance à un soleil

         Les substances les plus lourdes sont projetées par la force centrifuge (créée par la rotation de la Terre sur son axe ) vers la périphérie

         En se refroidissant, ces substances forment la croûte terrestre, tandis qu'un vide se crée à l'intérieur et que des dépressions apparaissent aux deux extrémités, là où la force centrifuge est la plus faible. 64

 

Pour échafauder sa théorie, Gardner s'inspira d'un article paru dans Scientific American, le 14 octobre 1916, sous la signature de H. D. Curtis, membre de la Société astronomique du Pacifique. Curtis    écrit :

« Cinquante de ces nébuleuses ont été étudiées et photographiées au moyen du réflecteur de Crosly. On a utilisé des temps de pose différents, de façon à faire ressortir les détails de structure de la partie centrale brillante et aussi de la matière périphérique. La plupart des nébuleuses présentent un anneau plus ou moins régulier, une sorte d'écorce ou de coquille, généralement avec une étoile centrale. »

Gardner fit le commentaire suivant :

« Pourquoi les hommes de science ne se sont-ils jamais vraiment penchés sur le problème que pose la forme de ces nébuleuses planétaires ? Ils n'ont qu'à regarder les photographies, elles sont suffisamment explicites. La nébuleuse prend la forme d'une coquille creuse ouverte aux pôles, avec un noyau brillant au centre, ou soleil central. Pourquoi ces hommes de science ne se sont-ils


jamais demandé ce qu'impliquait une pareille structure, à quoi logiquement elle conduisait ? Est-ce que par hasard ils ne craindraient pas de voir leurs théories sérieusement perturbées ?

Quant à nous, nous n'avons pas cette crainte. Notre théorie montre clairement les différentes étapes de l'évolution des nébuleuses, comment se forment les ouvertures polaires, comment la coquille se solidifie, comment enfin ces mêmes nébuleuses deviennent des planètes. » 64

 

3.           Propositions de la théorie

      La Terre ainsi que toutes les planètes du système solaire sont creuses et la partie intérieure communique avec la surface par deux ouvertures polaires. 64

William Reed estime que la croûte terrestre a une épaisseur de 1300 km, et l'intérieur creux un diamètre de 10 000 km. Arnoldo et Azevedo parle d'un rayon de 6 290 km donc 12 580 km de diamètre.64

 

      La Terre est plutôt concave que convexe à ses deux extrémités, le pôle Nord et le pôle Sud n'ont jamais été atteints pour la bonne raison qu'ils n'existeraient pas. 64

 

      Le Nouveau Monde accédé par les pôles montre que le climat est chaud comparé au climat polaire. 64

 

      Les aurores boréales seraient produites par un soleil central qui se reflèterait à travers les

« trous » pôlaires. 64

 

4.           Les Pôles

Lorsqu'ils pénétrèrent à l'intérieur de la Terre (sans le savoir), les explorateurs constatèrent que l'aiguille de la boussole se mettait brusquement à la verticale. Plus ils avançaient au nord, plus il faisait chaud. Parfois le vent soufflait de la poussière difficilement supportable. D'où pouvait provenir cette poussière dans une région où normalement il n'aurait dû y avoir que de la glace ? Reed et Gardner en attribuent l'origine à des volcans situés à l'intérieur de l'ouverture polaire. 64

 

A partir des travaux de Reed et de Gardner, dans son livre « Le Paradis à l'intérieur de la Terre », Théodore Fitch indique que tous les voyageurs arctiques étaient étonnés de la beauté du paysage et de l'infinie majesté de l'aurore boréale - cette aurore boréale qui serait en réalité l'expression lumineuse du soleil central qui brille à l'intérieur de la Terre. 64

 

Selon Marshall Gardner, les pôles Nord et Sud magnétiques ne sont pas représentés par un point, mais par un cercle de 2300 kilomètres de diamètre. En franchissant ce cercle, la pente est si graduelle que les explorateurs ne se rendent pas compte qu'ils pénètrent en réalité à l'intérieur de la planète. 64

 

Des vols militaires et civils effectués chaque jour « au-dessus du pôle » ne fournissent aucune preuve qu'il y ait là une vaste ouverture donnant accès à l'intérieur de la Terre car les pilotes, quels que  soient les moyens de navigation qu'ils utilisent, contournent le périmètre de cette ouverture. En croyant que les pôles sont représentés par un point, dès qu'ils atteignent un bord de la circonférence du cercle polaire, ils ont l'impression d'avoir atteint le pôle et dévient de leur courbe naturelle pour continuer en ligne droite. Il y a des manœuvres de navigation qui éliminent automatiquement tout vol en ligne droite au-delà du pôle.64

 

5.           Confirmations de la théorie

Des ondes de surface auraient été enregistrées sur la Lune par des sismomètres déposés par les astronautes. L’expérience a été réalisée plus d’une fois et la Lune a vibré parfois plus d’une heure, ce qui a fait dire au géophysicien Maurice Ewing : " C’est comme si l’on avait heurté une cloche... ". La Lune serait-elle donc creuse ?

Aucune explication satisfaisante n’a jusqu’à présent été trouvée...160


Des tribus d'Esquimaux, ayant émigré vers le nord, ont laissé des traces claires de leur passage. Les Esquimaux du Sud parlent de ces tribus qui vivent dans l'extrême Nord, et ils imaginent un pays merveilleux, patrie de leurs ancêtres. Cette légende scandinave d'une terre merveilleuse (appelée « Ultima Thulé ») située à l'extrême limite septentrionale du monde connu ressemble fort aux descriptions qu'ont fait les explorateurs qui ont survolé les pôles. 64

 

L'origine des aurores boréales est toute différente d'après la majorité des scientifiques. Il est souvent dit que le soleil est un corps incandescent porteur d'une forte charge électrique qui émet une pluie de fines particules, dont chacune est chargée d'énergie par sa grande vitesse. Comme il n'est pas prisonnier dans le globe, le soleil laisse les rayons se diffuser dans tout l'espace. Tesla pensait que le cosmos était rempli de ces particules qui bombardent continuellement la Terre. Une des formes de ce "bombardement" seraient les aurores boréales. Il prétendait avoir découvert ces rayons et les avoir mesurés.

Les réactions thermonucléaires qui se produisent sur le soleil émettent des rayonnements X avec une intensité de 64 millions de Watts par mètre carré de la surface solaire. Les rayons cosmiques viendraient aussi d'autres étoiles ou Novae (étoiles qui ont explosé). Les aurores boréales seraient dues à la collision des particules solaires et des atomes de la haute atmosphère.68

Marshall Gardner explique que le magnétisme ou les décharges électriques ne peuvent pas être responsables des aurores boréales car les observations des explorateurs arctiques montrent qu'il n'y avait aucune perturbation dans le fonctionnement de la boussole lorsque l'aurore était à son  maximum d'intensité, et qu'on n'entendait pas non plus les crépitements qui accompagnent toujours les décharges électriques. 64

 

En 1947, le contre-amiral Richard E. Byrd, de la Marine des Etats-Unis, explora l'Arctique. En 1956, il explora l'Antarctique. A chaque fois il parcourut plus de 2700 km au delà du pôle. Mais il s'avéra que l'explorateur ne passa pas au-dessus du pôle Nord pour continuer ensuite son vol de 2700 kilomètres vers le sud. Sinon, il aurait rencontré un territoire pris dans les glaces. La terre qu'il survolait n'avait ni glace ni neige, était dotée d'un climat chaud, et on pouvait apercevoir des forêts, des montagnes, des lacs, une végétation verte, et même des traces de vie animale (entre  autre un animal ressemblant aux anciens mammouths présents sur la surface de la Terre).Toutes ces observations furent rapportées par les occupants de l'avion. 64

 

Les icebergs étant constitués d'eau douce, ils ne peuvent pas provenir de l'océan. William Reed, pense que l'intérieur de la Terre y est pour quelque chose. Pour appuyer sa théorie sur la formation des icebergs, William Reed cite Bernacchi qui, relatant les observations qu'il a faites dans l'Antarctique, écrit « Il est tombé moins de cinq centimètres de pluie en onze mois et demi. Dans ces conditions, où trouverait-on matière à produire le moindre iceberg ? Cependant, le plus grand d'entre eux est là, sous nos yeux. Il mesure 600 kilomètres de long sur 80 de large, s'enfonce de 600 mètres sous l'eau, et s'élève de 25 à 30 mètres au-dessus de l'Océan. » 64

 

Zone de Texte: Le Dr Nephi Cottom, de Los Angeles, a rapporté les propos suivants d'un de ses patients d'origine nordique : 64

William Reed explique qu'il est impossible que les icebergs se forment dans un pays où il n'y a pratiquement ni pluie ni neige car ils sont faits d'eau douce gelée, et il n'y a aucune eau douce à  geler. Donc ils sont nés ailleurs, donc ils viennent d'ailleurs. Et lorsqu'on lui demande comment il peut savoir que le plus grand iceberg du monde vient de l'intérieur de la Terre, il répond « Parce qu'il ne peut venir de l'extérieur, comme je viens de le montrer. Et le fleuve qui l'a charrié doit avoir des dimensions impressionnantes. Il doit être droit, sinon l'iceberg se serait brisé, étant donné ses proportions gigantesques. D'autre part, on peut penser que le terrain parcouru était à peu près horizontal, car la surface de cet iceberg est plane. Une preuve supplémentaire que l'intérieur de la Terre près de l'entrée polaire sud est plat, uni, sans bosses importantes, c'est que beaucoup d'icebergs de l'Antarctique sont longs et minces. On les appelle des " langues de glace ". Par contre, ceux qu'on trouve dans l'Arctique sont plus ramassés, plus tourmentés, indiquant qu'ils proviennent  de régions montagneuses. » 64


« J'habitais près du cercle arctique, en Norvège. Un été, je décidai avec un ami de faire un voyage en bateau et d'aller aussi loin que possible dans le Nord. Nous fîmes donc une provision de nourriture pour un mois et primes la mer. Nous avions un petit bateau de pêche muni d'une voile, mais aussi d'un bon moteur.

« Au bout d'un mois, nous avions pénétré très avant dans le Nord, et nous avions atteint un étrange pays qui nous surprenait par sa température. Parfois il faisait si chaud la nuit que nous n'arrivions pas à dormir.

« Nous vîmes plus tard quelque chose de si étrange que nous en restâmes muets de stupeur. En pleine mer, devant nous, se dressait soudain une sorte de grande montagne dans laquelle, à un certain endroit, l'océan semblait se déverser ! Intrigués, nous continuâmes dans cette direction, et nous nous trouvâmes bientôt en train de naviguer dans un vaste canyon qui conduisait au centre du globe. Nous n'étions pas au bout de nos surprises. Nous nous rendîmes compte un peu plus tard qu'un soleil brillait à l'intérieur de la Terre!

« L'océan qui nous avait transportés au creux de la Terre se rétrécissait, devenait graduellement un fleuve. Et ce fleuve, comme nous l'apprîmes plus tard, traversait la surface interne du globe d'un bout à l'autre, de telle sorte que si on en suivait le cours jusqu'à son terme on pouvait atteindre le pôle Sud.

« Comme nous le constatâmes, la surface interne de notre planète comprenait des étendues de terre et d'eau, exactement comme la surface externe. Le soleil y était éclatant, et la vie animale et végétale s'y développait abondamment.

« Au fur et à mesure que nous avancions, nous découvrions un paysage fantastique. Fantastique parce que chaque chose prenait des proportions gigantesques, les plantes, les arbres... et aussi les êtres humains. Oui, les êtres humains ! Car nous en rencontrâmes, et c'était des GÉANTS.

« Ils habitaient des maisons et vivaient dans des villes semblables à celles que nous avons à la surface, mais de taille plus grande. Ils utilisaient un mode de transport électrique, une sorte de monorail qui suivait le bord du fleuve d'une ville à l'autre.

Ces géants, de toute évidence, appartenaient à la race antédiluvienne des Atlantes. Ils s'étaient réfugiés à l'intérieur de la Terre pour échapper au déluge qui submergea leur continent. » 64

 

Théodore Fitch a préparé une liste de questions destinées à ceux qui ne veulent pas accepter l'idée que la Terre soit creuse64 :

      Si la Terre n'est pas creuse, pourquoi le vent du nord devient-il de plus en plus chaud à mesure qu'on s'avance au-delà de 70° de latitude ?

      Pourquoi trouve-t-on une mer largement ouverte et navigable pendant des centaines de kilomètres au nord du 82° degré de latitude ? Et une fois atteint ce 82è degré de latitude, pourquoi l'aiguille de la boussole s'affole-t-elle ?

      Si la Terre n'est pas creuse, comment expliquer alors que les vents chauds du nord, mentionnés plus haut, charrient plus de poussière qu'aucun autre vent de la Terre ?

      Si aucun fleuve ne coule de l'intérieur vers l'extérieur de notre globe, pourquoi tous les icebergs sont-ils composés d'eau douce ?

      Et si cette eau douce ne peut logiquement provenir d'aucun endroit SUR la Terre, alors par quel mystère se trouve-t-elle là ?

      Si la face interne de la Terre ne bénéficie pas d'un climat chaud, pourquoi rencontre-t-on en plein hiver, dans l'extrême Nord, des oiseaux tropicaux par milliers et des animaux qui ont besoin d'une température douce pour subsister

      Pourquoi les explorateurs ont-ils découvert sur les falaises de glace inhospitalières de l'extrême Nord du pollen rouge et, flottant dans l'eau, des graines de plantes tropicales - alors qu'on n'en trouve plus en redescendant vers le sud ? Pourquoi ces morceaux de  bois, pourquoi ces branches d'arbres - certaines portant même parfois des bourgeons naissants -, oui, pourquoi ?


IV)  Origine de l'humanité

 

1)  Le transformisme de Lamarck

 

Dès 1809, Jean-Baptiste Lamarck posent les bases du « transformisme »69 :

      Toutes les espèces dérivent les unes des autres et se transforment par des adaptations successives à leur milieu ambiant.

      La première espèce apparaît par génération spontanée113

      Cette transformation s'effectue sous la volonté de chaque être vivant

      L'adaptation se fait dans un but de survie et d’accroissement de la complexité.

      Le résultat de ces adaptations modifie progressivement le capital héréditaire et ainsi les descendants bénéficient de capacités supérieures à celles de leurs ancêtres.

Dans cette théorie, il y a transmission des caractères acquis dans les gènes.

 

2)  La théorie de l’évolution

 

En  1859,  Charles  Darwin,  dans    son  livre  « De  l'origine  des  espèces »  propose  la  théorie  de

« sélection naturelle » :

      Il refuse l'idée de « volonté » prônée par JB Lamarck. La sélection est donc le résultat d'un quasi automatisme.70

      Il considère que, étant donné que tous les individus d'une espèce diffèrent au moins légèrement, et que seule une partie de ces individus réussit à se reproduire, seuls les descendants des individus les mieux adaptés à leur environnement participeront à la génération suivante. Ainsi, comme les individus sélectionnés transmettent leurs caractères à leur descendance, les espèces évoluent et s'adaptent en permanence à leur environnement. Il baptise du nom de « sélection naturelle » cette sélection des individus les mieux adaptés. 71 Dans la théorie initiale de Darwin, il n'y a pas transmission des caractères acquis dans les gènes.

      Les modifications des êtres vivants apparaissent fortuitement, « au hasard ».

      Les êtres qui ont bénéficié « par hasard » de caractères utiles se trouvent avantagés, supplantent les autres, et peuvent ainsi avoir de nombreux descendants. Ainsi les mieux adaptés survivent et prolifèrent jusqu'à ce qu'une nouvelle mutation bénéfique apparaisse et favorise l'apparition d'une espèce supérieure. C'est le processus de la sélection naturelle, assurant le progrès par la survivance du plus apte.69

      L'évolution ne procède que lentement et par d'infimes modifications à chaque génération

      Les phénomènes brutaux, réellement rapides et catastrophiques, n'ont pas affecté l'évolution biologique.72

 

En 1867, Fleeming Jenkins, professeur à l'école d'ingénieurs d'Edimbourg, démontra qu'aucune espèce nouvelle ne pourrait jamais sortir de variations fortuites au moyen du mécanisme de l'hérédité communément accepté.

Car en admettant qu'un individu muni d'une variation fortuite utile apparaisse dans une population et s'accouple avec un partenaire normal, ses enfants n'hériteraient que cinquante pour cent du nouveau caractère utile, ses petits enfants n'en auraient que vingt cinq pour cent, ses arrières petits enfants douze et demi et ainsi de suite, l'innovation disparaissant comme une goutte d'eau dans l'océan bien avant que la sélection naturelle ait la chance de la généraliser.73

Cette objection amena Darwin à insérer un nouveau chapitre dans la sixième édition de l'Origine des Espèces pour y inclure l'hérédité des caractères acquis car il ne voyait pas d'autre solution. 74

 

La théorie de l'évolution part du principe que chaque population isolée d'espèces peut acquérir des caractères particuliers et donner naissance à des variétés différentes au sein de la même espèce. Et si ces variations sont, par la suite, dans l'impossibilité de se croiser, elles divergent de plus en plus pour finalement être inter-stériles : elles constituent alors des espèces distinctes.75


Il ne faut pas penser qu'il y a « une » théorie de l'évolution.

Il y a une base de réflexion fournie initialement par Darwin puis, presque autant de théorie (ou de nuances de théories) qu'il y a de théoriciens. Certaines idées fournies par Darwin ne sont plus acceptées actuellement, d'autres ont été rajoutées pour compléter sa théorie et la faire évoluer.

En parlant de théorie de l'évolution, on parle souvent de darwinisme (pour faire référence à Darwin) mais les idées de certains théoriciens sont parfois si loin des idées originelles que l'on peut se poser la question de savoir si réellement Darwin lui-même les accepterait s'il était encore vivant.

 

Rémy Chauvin, dans son livre « Le darwinisme ou la fin d'un mythe », Ed. Du Rocher fait cette remarque :

« Il y a trois ans de cela, je me plongeai dans les théoriciens du darwinisme dont certains sont des plus ennuyeux; je constatai même que Darwin était beaucoup plus nuancé et beaucoup moins fou que ses enragés sectateurs; ce qui me stupéfia le plus, ce fut la pratique d'un mode de raisonnement incroyable, dont on ne se sert nulle part ailleurs dans les sciences, et qui consiste à considérer les hypothèses comme des faits, alors que par ailleurs on les déclare (ce qu'elles sont réellement) invérifiables. »70

 

Rémy Chauvin a été surpris de voir que des hypothèses, c'est à dire des axiomes de bases soient considérées comme des preuves.

Pour citer un exemple concret d'hypothèses que les darwinistes déclarent comme preuve, il suffit de remonter à la source même du Darwinisme.

Darwin a classé les espèces par catégorie en utilisant leur ressemblance ou différence. Des espèces ayant des similarités ont été mises dans la même catégorie d'espèce.

Jusque là, il n'y a rien d'anormal, d'illogique ou d'anti-scientifique.

Par contre, ce qui est stupéfiant, c'est le fait que certains darwinistes estiment que l'un des faits qui prouve que la théorie de l'évolution est correcte, c'est que les espèces sont similaires.

Pour résumer, par hypothèse les espèces sont classées par similitude, et cette dernière est considérée comme la preuve de l'évolution des espèces.

Ce genre de raisonnement est appelé « raisonnement cyclique ». Une hypothèse ne peut pas être considérée comme étant une preuve car c'est totalement anti-scientifique et sans aucune valeur.

 

3)  La théorie du créationnisme

Très souvent les créationnistes sont associés à ceux qui croient en la Genèse telle que définie dans la Bible. C'est à dire que Dieu créa la Terre, les plantes, les animaux, l’homme et enfin la femme (Adam et Eve) en six jours et la Terre aurait entre 6 000 et 12 000 ans.

Il est vrai que certains acceptent cette description comme étant réelle mais il ne s'agit pas de la majorité des créationnistes.

Les différences fondamentales de conception de la vie des créationnistes et des évolutionnistes sont donc tout autre.

 

Contrairement aux darwinistes, les créationnistes prônent que toutes les espèces vivantes (appelées baramins) ont été créées de façon indépendante et soudainement76.

De même, les espèces seraient plus ou moins immuables dans le sens qu'elle ne pourra jamais se transformer en une autre espèce. Cela ne signifie pas que l'espèce est totalement figée, ni qu'elle ne peut pas évoluer, mais simplement que l'espèce ne peut évoluer que jusqu'à une certaine limite fixée originellement lors de sa création. Une espèce recevrait toute une série de caractéristiques lors de sa création. Certaines caractéristiques seraient utilisées par elle au cours de son existence et d'autres resteraient en « sommeil ». Si le besoin s'en fait ressentir (changement de milieu ou pour toute autre raison), l'espèce pourrait s'adapter et utiliser les caractéristiques qui sont en sommeil en elles. Mais en aucun cas, elle ne pourrait développer de nouvelles caractéristiques non  prévues dans son « programme initial ».

 

Le principe directeur de la théorie créationniste est d’expliquer la complexité et l’organisation fonctionnelle de l’Univers et de la vie par une cause intelligente. Elle est résumée par l'équation suivante : Intelligence + Matière + Énergie = Système organisé


Zone de Texte: « Les systèmes « organisés » doivent être distingués soigneusement des systèmes « ordonnés ». Ces systèmes ne sont pas « aléatoires », quoique les systèmes ordonnés sont générés selon de simples algorithmes et alors manquent de complexité, les systèmes organisés doivent être assemblés élément par élément selon un « diagramme » externe contenant une quantité considérable d’information … Alors, l’organisation est une complexité fonctionnelle et renferme de l’information. »
[Jeffrey S. Wicken, The Generation of Complexity in Evolution: A Thermodynamic and Information-Theoretical Discussion, Journal of Theoretical Biology, Vol. 77 (April 1979), p. 349]

 

Pour qu’un système organisé se forme, une cause antécédente et intelligente doit exister. La science n’a pas pu confirmer à ce jour qu’il existe un autre moyen d’engendrer un système organisé. 76

 

Il est souvent dit que les créationnistes sont forcément des croyants en Dieu.

Mais il serait plus vrai de dire que les créationnistes croient en une intelligence (chacun étant libre de donner l'interprétation qu'il veut à ce mot) à l'origine de la vie. Ils refusent de penser que la vie ait pu apparaître « par hasard », par le mélange d'une « soupe primordiale ».

 

Les créationnistes partent du principe que l’observation montre que le chaos ne peut produire l’ordre car sans direction, il y a détérioration. L'univers est régi par des lois très compliquées. La plus simple des cellules vivantes est extrêmement complexe. Les créationnistes refusent donc de croire que ce serait le hasard qui serait à l'origine de ces lois ou des cellules vivantes.

Ils se posent la question « Où sont les preuves que le hasard ait fabriqué quelque chose ? » et font l'analogie suivante : « Quand nous voyons une maison nous savons qu’elle est le produit des mains humaines. Ce sont des faits observables et si quelqu’un affirmait qu’elle s’est bâtie toute seule, on le prendrait pour un idiot ! » 77

 

Le Journal Philosophia Christi (ainsi que Associated Press news release 2004) a relaté le fait suivant :

« L'athée le plus influent du monde Antony Flew a déclaré qu'il "devait aller là où les preuves le conduisaient". Parmi les preuves qu'il invoque figurent les découvertes scientifiques récentes dans les domaines de la cosmologie et de la physique. "Les résultats des plus de 50 ans de recherches sur l"ADN fournissent des éléments nouveaux et de poids en faveur d'une intelligence". ». 77

 

4)  Les organismes ont-ils évolués ou ont-ils été créés ?

 

1.                Comparaison

 

Créationnisme

Évolutionnisme

La première espèce a été créée

La première espèce apparaît par génération spontanée

Les espèces ne sont pas reliées entre elles

Les espèces sont reliées entre elles

Les mutations sont négatives

Les mutations sont le mécanisme d'évolution

Les organes ont toujours été complets mais ne sont utilisés que s'ils deviennent nécessaire

Il y a eu évolution graduelle des organes

 

Il existe une intelligence, une volonté qui crée les espèces

La transformation s'effectue par la volonté des individus (transformisme de Lamarck)

La transformation s'effectue par un quasi automatisme, au hasard, sans volonté (évolutionnisme de Darwin)

Adaptation des espèces au milieu ambiant

Adaptation des espèces au milieu ambiant

Des espèces ne peuvent pas se transformer en d'autres espèces

Des espèces peuvent se transformer en d'autres espèces tout au long de l'évolution


2.                Exemples d'évolution ou de variation ou d'adaptation

Les poissons, appelés épinoches à trois épines du lac Washington, sont de plus en plus nombreux à porter une armure. Il y en avait 6 % fin 1960 et 50 % de nos jours. Selon les darwinistes, cette évolution s'expliquerait par la sélection naturelle qui a favorisé ceux qui étaient mieux adaptés au changement du milieu (nettoyage du lac, eau moins trouble) afin de mieux résister aux prédateurs. 78

 

En 1971, le lézard Podarcis sicula (appelé aussi « lézard des ruines ») a été abandonné à lui même durant plus de trente ans sur l'île dalmate de Prod Mrcaru en mer Adriatique.

En 2004, une équipe scientifique découvrit que Podarcis sicula avait évolué en 30 générations, de façon très significative. D'insectivore, il est devenu herbivore. Des valves cæcales (nouvel organe digestif) sont apparues au niveau des intestins pour lui permettre de digérer les herbes.71 Il est  devenu plus long de 6 mm, il a des pattes plus courtes, sa tête est plus large et plus longue, une mâchoire plus robuste. 78

 

Ces deux exemples sont considérés comme des « preuves » de l'évolutionnisme. Alors qu'en fait, ces observations ne prouvent pas que la sélection naturelle soit à l'origine de cette évolution. Les créationnistes peuvent parfaitement expliquer ces deux observations sans renier leur théorie. Dans le cas des poissons, ils diront simplement que ceux qui ne possédaient pas d'armure sont plus nombreux à être morts car ils étaient moins protégés que les autres. Il n'est donc pas étonnant qu'au fil du temps, les poissons avec armure deviennent majoritaires.

En ce qui concerne le lézard Podarcis sicula, un autre raisonnement doit être fait. Si ce dernier a développé une taille plus grande, un nouvel organe digestif, etc... c'est que ces caractéristiques étaient déjà présentes dans son programme génétique. Auparavant, elles étaient en sommeil en lui car non nécessaires. Ce n'est que parce qu'il en a eu besoin, qu'il les a activées.

 

Les créationnistes savent qu'une certaine flexibilité existe via la diversité génétique. Par contre, cette flexibilité observable n’apporte aucun appui à la théorie de l’évolution. La flexibilité d’un caractère morphologique et l’apparition de celui-ci n’ont rien à voir ensemble. Chez l’humain, par exemple, il y a des individus de différentes tailles, couleurs de peau, couleurs de cheveux etc … cette flexibilité à produire des êtres variables n’explique pas l’apparition des caractères. Même si les humains peuvent avoir des bras de longueurs différentes, son bras ne se transformera pas en aile. Le bras reste un bras avec sa fonction propre..106

Aucune espèce aujourd'hui n'est en pleine mutation. Selon les créationnistes, Podarcis Sicula n'est qu'une variation au sein d'une espèce.79

 

Nous avons vu précédemment que selon Darwin l'évolution ne procède que lentement et par d'infimes modifications à chaque génération et les phénomènes brutaux, réellement rapides et catastrophiques, n'ont pas affecté l'évolution biologique.80 Le cas de Podarcis Sicula a fait modifier cette théorie. De  nos jours, des darwinistes disent que des cas d'évolution peuvent avoir lieu également sur de très courtes durées.

 

3.                Variation = Évolution ?

Dans un article que Darwin a rédigé en 1844, il déclarait: « Qu'il n'y ait pas dans la nature de limite à la variation est une idée sur laquelle s'accorde la majorité des auteurs, même si je suis incapable de découvrir le moindre fait qui justifie cette croyance. »81

 

Pour les créationnistes, la variation s'opère toujours dans les limites de l'information génétique (le pool génétique). L'ensemble des caractéristiques présentes dans le pool génétique d'une espèce peut se manifester de manières diverses selon la variation. Par exemple, à cause de la variation, il se peut que chez les reptiles des variétés munies de queues plus longues ou des pattes plus courtes apparaissent. Car, les informations des pattes longues et des pattes courtes existent dans le pool génétique des reptiles. Toutefois, les variations ne transforment pas les reptiles en oiseaux en leur ajoutant des ailes ou des plumes ou en introduisant des modifications dans leurs métabolismes. Un  tel changement nécessite une augmentation de l'information génétique des vivants, chose entièrement impossible dans les variations. 82


Au cours du 20ème siècle la science a énoncé le principe de "stabilité génétique" (homéostasie génétique) basé sur les résultats des expériences conduites sur les vivants. Selon ce principe, toutes les tentatives d'accouplement effectuées dans le but de produire de nouvelles variations étaient  vaines et il existe des barrières parmi les diverses espèces vivantes. Cela signifiait qu'il était absolument impossible pour les éleveurs d'animaux de convertir le bétail en différentes espèces en accouplant diverses variations comme Darwin l'avait supposé. 82

 

Des darwinistes disent que les bactéries sont capables d'intégrer et d'utiliser du matériel génétique échangé entre deux bactéries, voire simplement présent dans le milieu. Le phénomène pourrait contribuer à la définition d'une nouvelle espèce et contribue de façon importante à la sélection naturelle. Ils disent que de nombreuses résistances aux antibiotiques se diffusent de cette façon. 75

 

Le biophysicien israélien, Lee Spetner, également connu pour son ouvrage paru en 1997, Not By Chance, affirme que l'immunité de la bactérie résulte de deux mécanismes différents, sans qu'aucun d'eux ne constitue pour autant une preuve de la théorie de l'évolution.81 Ces mécanismes sont:

1-  Le transfert des gènes résistants déjà présents dans les bactéries.

2-   Le développement de résistance par les bactéries suite à la perte de données génétiques à cause de la mutation.

Dans un article paru en 2001, Lee Spetner explique le premier mécanisme:

« Certains micro-organismes possèdent des gènes qui fournissent une résistance à ces antibiotiques. Celle-ci peut prendre la forme d'une dégradation de la molécule antibiotique ou son éjection en dehors de la cellule. Les organismes qui sont dotés de ces gènes peuvent les transférer aux autres bactéries, rendant celles-ci résistantes également. Même si les mécanismes de résistance sont spécifiques à un antibiotique particulier, la majorité des bactéries pathogènes a réussi à accumuler plusieurs ensembles de gènes qui lui offrent une résistance à une variété d'antibiotiques. »

Spetner enchaîne et affirme que cela "ne prouve pas l'évolution" :

« Le développement de la résistance antibiotique de cette manière, n'est pas du genre qui peut servir de prototype aux mutations nécessaires pour expliquer l'évolution. Les changements génétiques qui peuvent illustrer la théorie doivent ajouter des informations non seulement au génome des bactéries, mais également à l'ordre biologique. Le transfert horizontal des gènes ne s'opère que sur les gènes qui existent déjà dans certaines espèces." »

Par conséquent, nous ne pouvons pas parler d'évolution dans ce cas. Car, il n'y a pas production de nouvelles informations génétiques: l'information génétique déjà existante est tout simplement transférée entre les bactéries.

 

La deuxième sorte d'immunité, celle qui résulte d'une mutation, n'est pas un exemple de l'évolution non plus. Lee Spetner écrit à ce propos :

« Un microorganisme peut parfois développer une résistance à un antibiotique à travers une substitution aléatoire d'un seul nucléotide. Streptomycine, qui fut découverte par Selman Waksman et Albert Schatz et présentée pour la première fois en 1944, est un antibiotique contre lequel la bactérie peut développer une résistance de cette manière. Cependant, même si la mutation qu'ils subissent au cours du processus est bénéfique aux micro-organismes en la présence de la streptomycine, elle ne peut pas servir de prototype pour le genre de mutations nécessaires à la théorie néo-darwinienne. Le genre de mutation qui offre la résistance à la streptomycine est manifeste dans le ribosome et entraîne des dégâts dans son harmonie moléculaire avec la molécule antibiotique. Ce changement au niveau de la surface du ribosome du micro-organisme empêche la molécule streptomycine d'adhérer et remplir sa fonction antibiotique. Il apparaît que cette dégradation est une perte de spécificité et par conséquent une perte d'informations. » 81

 

4.                Mutation génétique

Les évolutionnistes expliquent que l'évolution des espèces est permise entre autre par les mutations

que subissent les gènes portés par les chromosomes (constitués d'ADN).

Celles-ci peuvent affecter l'ADN ; elles sont provoquées par des agents mutagènes tels que rayons X, alpha, UV, ou tout simplement par la défaillance des organites responsables de la réparation de l'ADN mal transcrit ou traduit.


De même, un gène peut être dupliqué et transposé sur un autre chromosome, ainsi tous les gènes issus de ce gène ancestral font partie d'une famille multigénique.

Le caractère aléatoire des mutations de l'ADN serait compensé par la sélection environnementale. 75

 

L’information nécessaire à la construction de tout être vivant est codée dans l’ADN.

Le code génétique (Adénine, Thymine, Guanine et Cytosine) contient toute l’information dans la séquence ordonnée de ses bases.

Pour une bactérie, le brin d’ADN contient environ 3 à 4 millions de ces bases. Pour l’homme, le brin d’ADN en contient 2 milliards.

L’ADN d’un organisme vivant se transmet de génération en génération sans jamais que le nombre de bases contenu dans son ADN ne change.

Les créationnistes disent qu'il n'a jamais été observé que de nouvelles séquences de base soient ajoutées à un code génétique (ce que les mutations génétiques sont censées faire). Pour eux, l es mutations génétiques sont un " poison " pour la cellule vivante car elle ajoute, retranche ou substitue une base ou séquence de base sur un brin d’ADN. La construction de l’organisme vivant est mis en péril puisque le plan est corrompu. 82

 

De même, les gènes (qui sont de véritables programmes) n’agissent pas individuellement : ils ont une influence les uns sur les autres. Des promoteurs se fixent sur l’ADN pour activer ou désactiver les gènes. Ceci signifie que l’ajout d’un nouveau gène fonctionnel sur l’ADN d’une espèce serait loin d’être suffisant pour avoir une « évolution ». Le gène devrait être reconnu et activé au bon moment. C’est donc dire que le reste de l’ADN devrait être reprogrammé pour « recevoir » ce gène et l’intégrer au plan global de construction de l’organisme vivant. Tout ceci, grâce à des mutations génétiques et des erreurs de corruptions aléatoires, alors que les cellules possèdent justement plusieurs systèmes de contrôles pour corriger ces mutations et erreurs. 106

 

Les évolutionnistes font remarquer qu'il n'est pas nécessaire que les gènes soient modifiés pour qu'un organisme soit modifié.

 

Par exemple, un décalage de l'activité de deux gènes homéotiques (Hox-a et Hox-b) ont causé l'apparition de doigts et la disparition des rayons au bout de la nageoire des poissons crossoptérygiens. Même si les « macro-mutations » donnent le plus souvent des « monstres » incapables de survivre et même si le processus, lent et sûr, de sélection cumulative de milliers de mutations minuscules a apparemment joué un rôle plus important dans l'évolution, il est de fait que certains « monstres prometteurs » ont pu permettre à l'évolution de faire de grands bonds en avant. 75

 

Depuis début 2000, l'idéologie selon laquelle tout est "dans les gènes" s'effondre.

Michel Morange, en novembre 1999, a écrit : « On pensait trouver la fonction des gènes en décryptant le génome. En réalité, la fonction d'un composé élémentaire ne se comprend que  lorsqu'on regarde comment il s'associe et interagit avec les autres dans la structure hiérarchisée du vivant -dans la cellule, dans le tissu, dans les organes... Ce pas en avant que représente le séquençage nous mène, en fait, au pied du mur. [...] L'une des avancées majeures est le constat de l'extraordinaire complexité de l'organisation cellulaire. [...] Tout l'arbre évolutif est en train de  s'ébranler ».83

 

« Personne ne nie l'importance de l'ADN mais il n'est plus le souverain en son royaume », dit Pierre sonigo, directeur de recherche à l'Inserm et responsable du laboratoire de génétique des virus à l'Institut Cochin (Paris). « En fait, on s'est rendu compte qu'une cellule est une vraie démocratie, un collectif. C'est d'ailleurs un peu le bazar ! L'ADN est pris dans tout un réseau de relations dont on commence juste à mesurer l'enchevêtrement. La double hélice compte mais tout autant que les protéines, le métabolisme énergétique alimenté par l'ATP (adénozine triphosphate), les histones ainsi que les autres molécules qui occupent et gèrent l'espace cellulaire. »

De plus en plus d'exemples contredisent le dogme central de l'hérédité. Un chat cloné peut ne pas ressembler à son modèle, des protéines peuvent se déformer, dans le style du prion, et modifier les capacités  de micro-organismes  pendant  des générations... sans qu'il  y ait besoin d'intervenir   dans


l'ADN !84

 

L'information génétique est compactée dans son état normal. Les protéines permettent d'y accéder. Il est possible d'imaginer qu'une mère, par son alimentation, pourra modifier les protéines. Une fois, dans son ovule, elles seront transmises à sa descendance.

« Avec cet exemple, explique Pierre Sonigo, je peux presque dire que ce sont les protéines, et non l'ADN, qui sont les éléments de l'hérédité. La présence de protéines dans l'œuf va déterminer tel ou tel effet génétique. On débouche alors sur une idée taboue : l'hérédité des caractères acquis via l'hérédité des protéines. »84

 

La transmission héréditaire des caractères acquis a été montrée par les travaux de Paul Kammerer en 1924. Cette transmissibilité ne fut admise que par une toute petite partie de la communauté scientifique  en  1977,  bien  qu'elle  faisait  suite  à  la  découverte  des  « gènes  sauteurs »  ou

« transposons » par Barbara Mac Clintock en 1943. Cette scientifique fut récompensée d'un Prix Nobel en 1983.85

 

Pierre-Henri Barnezet évoque, dans son livre, des mutations évolutives provoquées par les soudaines augmentations de radioactivité que subit périodiquement notre planète et auxquelles s'ajoute aujourd'hui la radioactivité produite par l'action des humains.85

 

Par l'intermédiaire de Pierre Paul Grassé, le biochimiste Mirko Beljanski fit la connaissance de Rosine Chandebois, une embryologiste, Professeur à l'Université de Marseille. A la fois théoricienne et experte en embryologie expérimentale, elle analysait les interactions cellulaires chez un organisme au cours de son développement cellulaire. Ces observations la mettaient en position d'affirmer qu'outre  la notion du patrimoine génétique, il fallait tenir compte du rôle essentiel de la notion d'induction, d'interactions cellulaires dans la création des architectures biologiques. Elle disait « ou bien chaque cellule est aux ordres de ses gènes, ou bien les cellules en tirent les moyens d'interpréter les informations qu'elles échangent et dont leur cytoplasme conserve la mémoire »86

 

Remarque concernant l'ADN :

La molécule d'ADN est normalement constituée de deux brins qui forment une double hélice. Des chercheurs du Groupe de biophysique de Palaiseau (Ecole polytechnique – CNRS) ont découvert une nouvelle forme d'ADN à quatre brins formant une quadruple hélice.

C'est en étudiant des fragments d'ADN essentiellement composés de cytosine (Cn) et de tyrosine (Tn), deux des quatre « briques élémentaires » de l'ADN, que Maurice Guénon et son équipe ont découvert cette structure qui s'assemble spontanément dans un milieu acide.87

 

5.                Fossiles

Des créationnistes pensent que « prendre une série de fossiles et prétendre que ces derniers représentent une lignée n'est pas une hypothèse scientifique vérifiable, mais plutôt une affirmation dont la validité n'est pas supérieure à celle d'un conte que l'on raconte au lit - amusant peut-être, même instructif, mais sûrement pas scientifique. » 88

 

L’apparition et surtout la diversité de nombreux grands groupes zoologiques à l’aube  du Cambrien (qui s'étend environ de -540 à -490 millions d'années) restent ce que Darwin appelait déjà « une sérieuse difficulté » dans l’histoire de l’évolution.89

 

A ce sujet, David Raup, paléontologiste reconnu mondialement et conservateur de géologie au " Field Museum of Natural History " jusqu’en 1994 a dit que « environ 120 ans se sont écoulés depuis Darwin, et notre connaissance du registre fossile s'est grandement améliorée. Nous comptons maintenant un quart de million d'espèces fossiles, mais la situation n'a pas beaucoup changé -- ironiquement, nous avons même moins d'exemples de transition évolutive qu'au temps de Darwin. Ce que je veux dire, c'est que certains des cas classiques de Darwin sur les changements dans le registre fossile, comme l'évolution du cheval en Amérique du Nord, ont été rejetés ou modifiés une fois qu'on a eu des renseignements plus précis. » 90


Zone de Texte: «Beaucoup pense que la preuve principale d’une lente évolution et la transformation des espèces est démontrée par le document fossile. En réalité aucun vrai évolutionniste utiliserait les fossiles comme preuve en faveur de l’évolution»
(Mark Ridley, Oxford, New Scientist, June, 1981, p.831)77


 

 

 

Les fossiles sont utilisés pour les datations.

Chaque strate (couche) possède un certain âge parce qu’on y retrouve un certain type de fossile. C’est au 19ème siècle que les évolutionnistes ont décidé de l’âge de chaque strate. Encore de nos jours, la méthode de datation choisie est celle qui s'accorde le mieux avec la théorie. Les faits sont donc ramenés dans la théorie alors que nous pourrions penser que ce serait plutôt à la théorie de s'adapter aux faits. Il faut aussi savoir que seulement 1% des sites possède 10 ou 11 strates identifiables, les autres sont sujet « à interprétation ».77

 

L’évolutionniste Miles Eldredge (Time Frames, 1985, p.52) pose la question suivante : « Si nous datons les roches d’après les fossiles, comment pouvons-nous ensuite parler de modèles d’évolution dans le temps d’après les registres fossiles ?». 77

 

Comme le dit le professeur Tom Kemp « on se trouve devant un argument circulaire : interprétez les fossiles d’après une certaine théorie de l’évolution, vérifiez l’interprétation, puis notez qu’elle confirme la théorie. La théorie ne serait-elle pas confirmée ?»

(Le professeur Tom Kemp New Scientist du 5 décembre 1986, p.67)77

 

Anton Parks dit que les fossiles des formes de vie complexes les plus anciennes dans l'histoire de la planète (530 millions années) ont été dissimulés dans la célèbre Institut Smithsonien pendant 70 ans ! Les strates où ces fossiles furent découverts, représentaient presque toutes les classes connues et inconnues. Ceci démontrait que toutes les structures corporelles du monde animal étaient apparues toutes ensembles, au cours de la même période géologique. Le paléontologiste Charles Doolittle Walcott, un darwinien convaincu les aurait caché car les crabes, étoiles de mer et vers, par exemple, étaient semblables à ceux d’aujourd’hui. 116

 

6.                L'homologie

L’homologie est définie comme étant une similarité due à une ascendance commune.

C'est en étudiant leur homologie que les espèces ont été rangées par catégorie. L'homologie est donc une hypothèse bien que cela n'empêche nullement certains darwinistes de se servir de l'homologie comme « preuve » de l'évolutionnisme. Ce qui, nous en avons déjà parlé, est un raisonnement cyclique sans aucune valeur scientifique.

 

Pour Darwin, les caractères homologues sont obligatoirement hérités d’un ancêtre commun.113

 

Les deux groupes d’organismes vivants les plus vastes (procaryotes et eucaryotes) présentent une grande discontinuité.


Voici   ce   que   Christian   de   Duve,   spécialiste   de   la   question   (et   évolutionniste)   affirme :

« Les cellules eucaryotes proviennent sans doute de cellules procaryotes ancestrales, mais on ignore comment s’est fait le passage, car aucun intermédiaire de cette transition n’a survécu ni laissé de fossiles, témoins directs. On ne peut qu’observer le produit final eucaryote, totalement différent de n’importe qu’elle cellule procaryote. » (Pour la science (Juin 1996) p.92.)76

Il existe d'énormes différences moléculaires entre des créatures qui, en apparence, sont très similaires et apparentées :

         structure du cytochrome-C (protéines vitales à la respiration), est très différente chez les espèces vivantes de la même classe.

         la différence entre deux espèces différentes de reptiles est plus grande que celle qui existe entre un oiseau et un poisson ou un poisson et un mammifère.

         les différences moléculaires entre certains oiseaux sont plus grandes que celles entre ces oiseaux et les mammifères.

         la différence moléculaire entre les bactéries qui semblent être semblables est plus grande que la différence entre les mammifères et les amphibiens ou les insectes. 91. Des comparaisons similaires avec les mêmes résultats ont été effectuées sur l'hémoglobine, la myoglobine et les gènes.92

 

Le fait que les vertébrés ont cinq doigts et cinq orteils dans leurs pattes antérieures et postérieures a longtemps été considéré comme  la preuve que chaque créature a le même ancêtre.

Les découvertes génétiques durant les années 1980 ont montré que les modèles des membres pentadactyles des diverses créatures sont contrôlés par des gènes très différents.

Le biologiste évolutionniste William Fix décrit l'effondrement de cette thèse évolutionniste en ces termes:

« Les anciens ouvrages qui traitent de l'évolution évoquent souvent l'idée d'homologie, indiquant ainsi la ressemblance évidente entre les squelettes des membres des divers animaux. Ainsi, on trouve le modèle des membres "pentadactyles" dans les mains de l'homme, l'aile de l'oiseau, la nageoire d'une baleine, ce qui est revendiqué pour prouver l'origine commune de ces espèces. Alors, si ces diverses structures étaient transmises par le même ensemble de gènes, varié de temps à autre par un processus de mutation et subissant une sélection naturelle, la théorie serait alors logique. Malheureusement, c'est loin d'être le cas. Il n'a pas été démontré que les organes homologues sont produits par des ensembles génétiques différents chez différentes espèces. Le concept d'homologie en terme de gènes similaires transmis par un ancêtre commun s'est totalement effondré. » 93

 

7.                Complexités irréductibles

Les complexités irréductibles sont des systèmes complexes où les parties de l’ensemble ne peuvent pas exister sans l’ensemble des parties (ou n’auraient aucune utilité).

 

Des études faites sur l’organisme vivant le moins complexe qui soit, la bactérie Mycoplasma genitalium, ont confirmé qu’il ne pourrait pas fonctionner avec moins de 250 gènes (un génome d’environ 150 000 à 250 000 bases). Il est donc impossible de supprimer un de ces gènes fondamentaux en conservant la fonction finale de l’organisme : la reproduction. La complexité est irréductible à ce niveau ; C'est la raison pour laquelle les créationnistes disent qu'elle n’a pu apparaître que telle quelle (par création), avec toutes les parties présentent et fonctionnelles.

 

Ernst Haeckel (1834-1919) est à l'origine de la "loi biogénétique fondamentale" qui dit que « la série des formes par lesquelles passe l’organisme individuel à partir de la cellule primordiale jusqu’à son plein développement n’est qu’une répétition en miniature de la longue série des transformations subies par les ancêtres du même organisme, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours ».

 

Il a fourni des dessins montrant la ressemblance des embryons de vertébrés et ceci a longtemps été considéré comme une preuve de leur ascendance commune.

Or, ces dessins se sont avérés être des trucages.


Elizabeth Pennisi écrit que « Haeckel ne s'est pas limité à ajouter ou à enlever des organes, il a aussi joué sur la taille des embryons des différentes espèces pour montrer des ressemblances allant même parfois jusqu'à représenter certains embryons dix fois plus grands que leur taille réelle. De plus Haeckel, pour dissimuler les disparités, n'a, à aucun moment, nommé les différentes espèces et a montré une seule espèce comme étant représentative de tout un règne animal. Selon Richardson et son équipe, en réalité même chez les embryons des espèces de poissons très proches les unes des autres, il existe de très grandes disparités de morphologie et de développement. Richardson conclut que cela (les dessins de Haeckel) s'avère être l'une des plus fameuses falsifications en biologie. » (Haeckel’s Embrios : Fraud Rediscovered, par Elizabeth Pennisi, Science 5 sept. 1997). 77

 

Une fois la supercherie découverte Emst Haeckel déclara : « …il existe des centaines d'amis se retrouvant avec moi sur le banc des accusés, il existe de nombreux observateurs dignes de confiance et de biologistes de grande réputation qui, dans leurs meilleurs livres de biologie, dans leurs thèses ou encore dans leurs revues publient des falsifications semblables aux miennes, des informations douteuses, ainsi que des schémas plus ou moins falsifiés, souvent remis à jour. » 77

 

8.                Chaînon manquant entre les dinosaures et les oiseaux modernes

Un fossile d'un dinosaure-oiseau appelé « Archaeoraptor liaoningensis » et censé être le lien entre les dinosaures et les oiseaux s'est avéré être un trucage.

Une dépêche AFP indiqua que son ‘authenticité’ n’a pas résisté à un examen par tomographe X à haute résolution77.

 

Le Dr Storrs L. Olson président du département d’étude des oiseaux de l’institut Américain Swithsonien avait prévenu la National Geographic sur la falsification du fossile. La direction l’avait ignoré.

Olson dans sa déclaration au journal USA Today, disait: « Le problème est que même le National Geographic à un certain moment avait compris qu'il s'agissait d'une falsification, mais  cette information n'a pas été déclarée. C'est-à-dire que le National Geographic, tout en sachant la falsification du fossile qu'il présentait au monde comme une grande preuve de l'évolution, a continué  la supercherie. » (Dinosaur-berd link swashed in fossil flap, par Tim Friend USA today, 25 jan. 2000)

77

Les évolutionnistes considèrent les oiseaux comme les ancêtres des dinosaures.

Pour que leur théorie ait une certaine validité, il est nécessaire qu'ils retrouvent un chaînon montrant la transition entre les dinosaures et les oiseaux.

Mais pour le moment, ce chaînon est toujours « manquant ».

 

La théosophie de H.P. Blavatsky est en accord avec cette théorie.

Dans la Doctrine Secrète, elle écrit « Des animaux pourvus d'os, dragons de l'abîme et Sarpas [Serpents] volants, furent ajoutés aux choses rampantes. Ceux qui rampaient sur le  sol  furent pourvus d'ailes. Ceux des eaux, qui avaient de longs cous, devinrent les progéniteurs des oiseaux de l'air. »14

 

9.                Poisson Cœlacanthe

Un poisson nommé cœlacanthe a été présenté comme étant doté d'un poumon primitif, d'un cerveau développé, d'un système digestif et circulatoire prêt à fonctionner sur terre, et d'un mécanisme primitif de marche.

C'est l'étude d'un fossile de ce poisson, daté de 410 millions d’années, qui a permis de définir ces caractéristiques. Durant de nombreuses années (jusqu'à la fin des années 1930), elles ont été considérées comme des preuves de l'évolution.

Or, depuis 1938 plusieurs cœlacanthes ont été pêchés un peu partout dans le monde. Et il fut remarqué qu'il n'y avait ni poumon primitif ni grand cerveau. Ce poisson était censé être prêt à fonctionner sur terre alors qu'il vit dans les profondeurs et ne s’approche jamais des rives.77

 

De nos jours, dans certains aquariums ce poisson est accompagné d'une radiographie sur laquelle est écrite :


« Cette radiographie montre les nageoires pédonculées du Cœlacanthe, mais également l'étrange tube creux (dénommé chorde) qui équivaut à notre colonne vertébrale »

 

Ce poisson continue donc à être montré comme étant une transition entre les animaux marins et terrestres...

 

10.          Bipédie

La théorie évolutionniste estime qu'il y a 5 à 10 millions d'années, les quadrupèdes commencèrent à chercher leur nourriture dans les savanes en formation suite à une diminution des surfaces des forêts d'Afrique. Des espèces d'anthropoïdes se seraient mises à se tenir debout pour observer, par-dessus les hautes herbes, l'approche d'éventuels prédateurs. Ensuite -après avoir appris à conserver longtemps cette posture, au fil des millénaires- ils finirent par se tenir debout définitivement. Et finalement, une de ces espèces inconnues aurait fait un véritable « grand pas pour l'humanité ».97

 

En 1977, Mary Leakey découvre des empreintes de pas à Laetoli en Tanzanie.

Des paléoanthropologues célèbres, tels Don Johanson et Tim White ont étudié ces empreintes et leur résultat semblait confirmer ces observations.94

 

Tim White a écrit à ce sujet :

« Soyez-en sûrs. Elles sont similaires aux empreintes des pas des humains modernes. Si l'on en trouvait une dans le sable d'une plage californienne et que l'on demandait à un enfant de 4 ans ce que c'est, celui-ci dirait immédiatement que quelqu'un a marché ici. Ni lui ni vous ne seriez capable de déterminer la différence entre cette empreinte et des centaines d'autres sur la plage. » 94

 

Louis Robbins de l'Université de Californie a fait le commentaire suivant après avoir examiné les empreintes :

« La cambrure est surélevée - l'individu de petite taille avait une voûte plantaire plus élevée que la mienne - et le gros orteil est grand et aligné avec le second. Les orteils adhèrent au sol comme le font les orteils humains. Cela n'existe pas chez les autres formes animales. » 95

 

Les examens effectués sur la forme morphologique des empreintes ont démontré encore une fois que ces empreintes étaient humaines, voire plus: elles étaient celles d'un homme moderne (Homo Sapiens). Rusell Tuttle qui a procédé à cet examen a écrit:

« Un Homo Sapiens de petite taille aux pieds nus pouvait avoir laissé ces traces. Dans toutes les caractéristiques morphologiques visibles, il est impossible de différencier les pieds qui ont laissé ces marques de ceux des hommes modernes. » 96

Par contre, la démarche du Laetolien fut analysée et il s'est avéré qu'elle était supérieure à la nôtre. Ils avaient une démarche beaucoup moins tendue, moins fatigante et infiniment plus efficace physiologiquement.97

Cette découverte pose donc un problème aux évolutionnistes :

Pourquoi notre démarche est inférieure à celle de nos présumés ancêtres alors que la théorie de l'évolution est basée sur le fait que l'évolution se fait afin d'améliorer les capacités des individus ?

 

Un autre fait concernant la bipédie montre que le « développement progressif » prôné par les évolutionnistes ne peut pas avoir eu lieu.

La théorie de l'évolution suppose qu'il existerait une démarche intermédiaire entre les bipèdes et quadrupèdes (afin d'obtenir un développement progressif).

Or, en 1996, le paléoanthropologue anglais Robin Crompton, à l'aide de recherches assistées par ordinateur, a montré qu'une telle démarche "hybride" ne pouvait exister. Crompton a alors déduit ce qui suit : un être vivant peut soit marcher debout ou à quatre pattes.98 Une démarche intermédiaire entre ces deux manières ne peut être possible à cause d'une exigence démesurée en énergie. C'est pour cela qu'il est impossible pour un mi-bipède d'exister.


11.          Plantes et animaux domestiques

La domestication d'une espèce animale ou végétale est l'acquisition, la perte ou le développement de caractères morphologiques, physiologiques ou comportementaux nouveaux et héréditaires, résultant d’une interaction prolongée, d'un contrôle voire d'une sélection délibérée de la part des communautés humaines. 99

 

Il existe des plantes et animaux sauvages, et des plantes et animaux domestiques. Selon les théories actuelles, la majorité des plantes domestiques sont supposées être apparues il y a 10 000 à 5 000 ans, des groupes différents étant apparus à divers endroits de la Terre à des époques différentes.

Certaines variétés domestiques ont des prédécesseurs sauvages mais d'autres – y compris de nombreux légumes courants- ne semblent pas en avoir. Et même pour les plantes qui ont des  origines sauvages, tels les herbes, les grains et les céréales, le processus par lequel elles sont devenues du froment, de l'orge, du millet, du riz, etc. demeure un profond mystère.101

 

Comment les espèces sauvages sont elles devenues domestiques ? Ceci reste une énigme pour la science.

 

Johann Gregor Mendel (22/07/1822 – 06/01/1884), moine et botaniste autrichien, germanophone,  est communément reconnu comme le père fondateur de la génétique. Il est à l'origine de ce qui est aujourd'hui appelé les lois de Mendel, qui définissent la manière dont les gènes se transmettent de génération en génération.100

 

Sachant que Gregor Mendel n'a jamais fait pousser ses plants de pois dans le but de produire autre chose que des plants de pois, Lloyd Pye se demande s'il est envisageable que des fermiers de l'Age de Pierre soient parvenus à transformer des herbes, grains et céréales sauvages qui poussaient aux alentours en espèces domestiquées.101

Si c'est le cas, il faut admettre qu'ils n'étaient pas si « primitif » que cela.

Dans le cas contraire, l'origine de nombreuses espèces domestiques reste un mystère.

Dans les deux cas, la théorie de l'évolution est incapable de donner une explication satisfaisante.

 

Comme pour  les plantes,  la domestication  des animaux s'est développée  au cours des 10 000 à     5 000 dernières années. Comment ou par qui les animaux ont ils été domestiqué ?

Pour pouvoir réaliser une telle domestication les bergers primitifs auraient dû avoir la « vision » d'un

« modèle final », qui aurait débuté l'élevage sachant qu'il faudrait des siècles avant de parvenir au résultat prévu. 101

Là aussi, la théorie de l'évolution est incapable d'expliquer ce qui s'est réellement passé.

 

Des tests génétiques réalisés sur les guépards montrent qu'ils sont tous génétiquement identiques. Cela signifie que la peau ou les organes internes d'un guépard pourraient être greffés sur n'importe quel autre guépard sans qu'il y ait de rejet. Les seuls autres cas où l'on puisse rencontrer une telle homogénéité physique se trouvent chez des rats et autres animaux de laboratoire ayant subi des modifications génétiques.101

 

Pour expliquer cette caractéristique, les évolutionnistes  parlent du phénomène connu sous le nom  d'« effet de goulot de bouteille ». La population de guépards auraient eu un déclin très rapide qui n'aurait laissé la vie qu'à quelques couples fertiles. Depuis cette décimation, ils auraient tous partagé le même réservoir génétique.

Mais si c'est le cas, Lloyd Pye pose encore une question très intéressante : Comment expliquer que seuls les guépards auraient été affectés et non pas les autres grands félins qui, eux, se sont développés avec une variété génétique normale ?101

Là encore, la théorie de l'évolution est incapable de répondre à cette question avec de solides arguments.

 

12.          Défauts génétiques

L'humain est la seule espèce à avoir plus de 4 000 défauts génétiques.


Notre ADN mitochondrique montre que note espèce existe depuis environ 200 000 ans. Lloyd Pye pose une fois de plus une question très intéressante :

Comment se fait il que plus de 4 000 défauts génétiques se soient introduits dans le réservoir humain, alors que des tares à l'échelle du génome sont rares ou inexistantes chez les espèces sauvages ?

Il explique que si nous descendions des anthropoïdes, comme le prétendent les darwinistes, alors nos ancêtres devraient partager au moins une très grande part de nos tares génétiques. Or ce n'est pas le cas. Si par contre, nous ne sommes génétiquement uniques que depuis 200 000 ans, alors la seule façon d'expliquer la présence de ces défauts c'est qu'ils furent introduits dans notre réservoir génétique lors de la manipulation qui fut à l'origine de la fondation de notre espèce , et les erreurs commises dans ce processus furent laissées en l'état pour être transmises à la postérité. Et c'est la raison aussi pour laquelle les plantes et les animaux domestiques possèdent un nombre anormal de tares génétiques. Cela n'aurait pas, selon lui, pu se produire autrement.97

 

5)  
Zone de Texte: «Le problème chez un grand nombre d’anthropologistes est qu’ils cherchent tellement un hominidé qu’ils en trouvent dans chaque morceau d’os sur lequel ils tombent»
(New Scientist, 28 avril 1983, p. 199).116

Lignées de l'homme

 

Il est courant d'entendre dire que l'homme « descend du singe ».

Or c'est un abus de langage. Ce que les évolutionnistes veulent dire, c'est que le singe et l'homme ont un ancêtre en commun. Et cet ancêtre n'était pas un singe.

Pour les évolutionnistes, le processus est le suivant 75:

1.           Apparition d'un nouveau caractère héréditaire chez un ou quelques individus.

2.           Ce nouveau caractère se répand dans les populations, soit parce qu'il est plus adapté à l'environnement, soit à cause d'un effet de hasard.

 

Ci-dessous un tableau montrant la liste des prédécesseurs de l'homme moderne (appelé homo sapiens) telle que supposée par les évolutionnistes.

Date de début

Date de fin

Nom

- 200 000 ans

- 250 000 ans

- 1,2 MA

- 1 MA

 

- 28 000 ans

- 700 000 ans

- 300 000 ans

Homo sapiens

Homo neanderthalensis Homo antecessor Homo erectus

-1,8 MA

- 2,5 MA

- 1 MA

- 1,8 MA

Homo ergaster Homo habilis

- 4,4 MA

- 1 MA

Australopithecus (Lucy)

-7 MA

?

Toumaï, Orrorin

 

MA : million d'années

 

1.    Homme de Toumaï

Les évolutionnistes datent l'apparition de l'homme de Toumaï à environ 7 millions d'années. Ce dernier est présenté comme l'ancêtre de l'homme moderne.

 

Toumaï (fossile inventorié TM 266-01-060-01, TM pour Toros-Menala, région de sa mise au jour) est le surnom d'un crâne fossile de primate découvert en 2001 au Tchad.102

 

Anton Parks relate l'article suivant écrit en 2002, « Devant plus de 300 personnalités du monde de la recherche, des élus politiques locaux et une trentaine de journalistes représentant la presse française et étrangère, le professeur Michel Brunet a confirmé hier qu’il était certain que les restes qu’il a exhumé au Tchad étaient ceux d’un hominidé vieux de sept millions d’années » « L’analyse du crâne a montré qu’il s’agit d’un nouveau genre, d’une nouvelle espèce, en résumé d’un nouveau doyen de


l’humanité… »

« Ça paraît maintenant une évidence... » « j’ai signé des autographes en descendant de l’avion ce matin… » « Il s’agit certainement de la plus importante découverte depuis celle de l’Australopithecus africanus… » (AP) 13 Juillet 2002 et Journal de Montréal116

Quelques temps après, dans un article publié dans la revue Nature, plusieurs anthropologues éminents affirment que le fossile n’appartient pas à la branche humaine de l’évolution. Selon eux, Toumaï serait plutôt le crâne d’un ancien gorille ou chimpanzé femelle, ou d’une espèce disparue…116

 

2.    Australopithecus

Les évolutionnistes datent l'apparition de l'Australopithecus à environ 4,5 millions d'années. Ce  dernier est également présenté comme étant dans la lignée directe de l'homme moderne.

 

Le  genre  Australopithecus  (du  latin  australis,  « du  sud »,  et  du  grec  ancien  πίθηκος,  píthēkos,

« singe ») a été défini par Raymond Dart lors de la découverte d'Australopithecus africanus en  1924.103

 

Anton Parks écrit que, déjà dans un livre publié en 1870, il était affirmé que « D’après nos recherches, il n’y a guère de doute… Australopithecus ne ressemble pas à Homo sapiens mais aux singes et aux anthropoïdes actuels » (Beyond the Ivory Tower, Solly, Zuckerman, 1970, p.90.) 116

 

En 1994, en étudiant le mécanisme d'équilibre involontaire qui se trouve dans le limaçon de l'oreille, l'anatomiste Fred Spoor a également montré que les Australopithèques n’étaient pas semblables aux hommes. 116

 

Il est également couramment enseigné par les évolutionnistes que les Australopithèques étaient bipèdes et avaient une posture courbée (estimant ainsi qu'ils sont, en quelque sorte, un lien entre les quadrupèdes et les bipèdes).

 

Or nous avons vu précédemment que dès 1996 Robin Crompton a montré qu’un type de pas intermédiaire ne peut pas être soutenu pendant de longues périodes en raison de la consommation d'énergie extrême. 116

Donc si les Australopithèques ont existé, ils ne pouvaient qu'être soit bipèdes, soit quadrupèdes, mais pas un mélange des deux.

 

3.    Lucy

D'après les évolutionnistes, Lucy seraient un ancêtre de l'homme datant d'environ 3,6 millions d'années. Il a longtemps été présenté comme « le chainon manquant ».

 

Il est écrit dans un article paru dans  New Scientist, en 1983 :

« Lucy que l’émission pro évolutionniste «Découverte» de Radio-Canada qualifiait de chaînon manquant n’a pas résisté à la contre vérification. L’émission Découverte se rétracta tout en disant, nous avons autre choses…»

(New Scientist « Trees Have Made Man Upright », Jeremy Cherfas, 20 janvier 1983, p.172.)

 

Anton Parks indique que même le découvreur de Lucy, l'anthropologue Yves Coppens, qui est l’un  des plus grands spécialistes français de l’évolution humaine, a su se remettre en cause et  abandonner ses idées quand les faits étaient contre lui (East Side Story). Ce dernier aurait même remis en doute le mécanisme de l'évolution dans un article de Sciences et Avenir, datant d'août 1995. Et en juin 2007, Yves Coppens aurait dit que «Beaucoup de médias l’ont aussi considéré comme le plus ancien ancêtre; ce n’est pas le cas et ne l’a jamais été. Lorsque nous l’avons découverte, nous connaissions déjà des restes d’Hominidés deux fois plus âgés (…) Lucy, c’est ce personnage désormais universel que le mythe a ravi à la science (…) Lucy a vite dépassé ses inventeurs pour envahir toutes les imaginations de tous les hommes de toute la Terre ou presque. Elle est devenue héroïne de romans, d’essais, de films, de bandes dessinées…» 116


4.    Homo Habilis

Il s'agit d'une espèce qui vivait il y a environ 2,5 millions d’années en Afrique orientale et australe.

La définition de cette espèce fut faite par Louis Leaky en 1964, suite à la découverte de fossiles en Tanzanie.104

 

Il faut toutefois signaler que des paléoanthropologistes estiment que cette catégorie inclut en réalité, des fragments appartenant à différents autres types comme Australopithecus et Homo erectus.

Donc selon eux, l'homo habilis n'aurait jamais existé comme tel. 116

 

5.    Homo Ergaster

Homo ergaster daterait d'environ 1,8 millions d'années.

La plupart des fossiles aujourd'hui attribués à Homo ergaster (qui signifie « l'artisan ») étaient anciennement attribués à Homo erectus.

Certains scientifiques estiment que les « Homo erectus africains » ont des spécificités qui justifient leur classement au sein d'une nouvelle espèce. D'autres auteurs considèrent cette espèce comme une variété géographique d' Homo erectus.105

 

6.    Homo Erectus

Homo erectus (qui signifie « homme dressé, droit ») aurait vécu en Asie centrale et orientale il y a environ 1 million d'années.

Ce nom inclut également les spécimens connus sous le nom de Homme de Java (ou pithécantrope)  et Homme de Pékin (ou sinanthrope).

 

D'après une encyclopédie britannique datant de 1976, « les os des membres découverts jusque là ne se différencient pas de ceux d’Homo sapiens » (Encyclopoedia Britannica, 1976, Macropaedia, vol.8 p.1032). 106

 

7.    Homo Antecessor

Homo antecessor serait une espèce éteinte qui aurait vécu en Europe méridionale entre 1,2 et 0,7 million d’années avant notre ère.107

 

8.    Néandertal

L'homme de Néandertal aurait vécu en Europe et en Asie occidentale entre - 250 000 et - 28 000 ans avant JC.

 

En 1981, Fred Hoyle écrivit que « rien ne prouve que l’homme de Néandertal nous était en quoi que ce soit inférieur ».108

 

Certaines découvertes montrent que l'homme de Néandertal n'était pas si différent d'un homme "robuste" de nos jours. Erik Trinkaus, un paléoanthropologue de l'Université du Nouveau Mexique a écrit que :

« Les comparaisons détaillées effectuées entre les restes de squelette du Neandertal et ceux d'hommes modernes ont démontré qu'il n'existe aucune indication claire dans l'anatomie du Neandertal qui montre que les capacités locomotives, manipulatrices, intellectuelles ou linguistiques de celui-ci sont inférieures à celles des hommes d'aujourd'hui. » 109

 

Harun Yahya explique que plusieurs chercheurs contemporains définissent l'homme de Neandertal comme une sous-espèce de l'homme moderne et l'appellent "Homo Sapiens Neandertalensis". Des découvertes sembleraient montrer que les hommes du Neandertal enterraient  leurs  morts, fabriquaient des instruments de musique et partageaient des affinités culturelles avec l'Homo Sapiens qui vivait à cette même époque. Selon Harun Yahya, l'homme du Neandertal serait donc  quelqu'un de "robuste" dont la race a tout simplement disparue avec le temps. 110

 

En 1997, le centre international de recherche scientifique indiquait que des analyses sur l'ADN de


Néanderthal concluait que ce dernier était trop différent de l'Homo Sapiens (homme moderne) pour pouvoir être de sa famille directe.111

 

Des chercheurs ont extrait et comparé l’ADN de l’homme de Cro-Magnon et du Neandertal.

Une dépêche AFP parue dans le journal de Montréal du 13 mai 2003 indique que « leurs résultats vont à l’encontre de la théorie selon laquelle les hommes de Neandertal et de Cro-Magnon se sont mélangés, formant une espèce en évolution qui a contribué aux gènes de l’homme actuel ».116

 

Un article du magazine Science et Vie(décembre 2005, p.66) explique, pour justifier que l'homme de Néandertal est bien un ancêtre éloigné de l'homme moderne, que « les nouveaux évolutionnistes prétendent que l'homme de Néandertal aurait été victime d'un bug du programme évolutif »112

 

Certains évolutionnistes reconnaissent tout de même qu'il n'y a pas de rapport de descendance

entre les Homo Sapiens et les néandertaliens.113

 

9.    Homo Sapiens – Homme de Cro Magnon

L'Homo Sapiens apparut il y a 200 000 à 300 000 ans de cela. Et beaucoup d'indices laissent à penser que cette apparition fut soudaine, sans aucun lien avec un quelconque prédécesseur.112

 

L'homme de Cro-Magnon est un homo sapiens qui aurait vécu en Europe entre - 40 000 et - 10 000 ans avant JC.

Son nom provient de l'abri sous lequel ses premiers vestiges ont été retrouvés (abri de Cro-Magnon aux Eyzies-de-Tayac, Dordogne, France)

L'étude des ossements retrouvés indique qu'il mesurait entre 1,70 et 2 mètres.

Sa durée de vie maximum est estimée à 35 ans et son apparence était semblable à la notre.

D'après certaines études, son cerveau serait de 4% plus important que celui des hommes  modernes.

114

 

 

Sachant qu'aucun prédécesseur n'a été retrouvé pour l'homo sapiens,