Hervé Kempf : l’autorité publique est aux mains du système financier

vu sur Blogapares :

Pour Hervé Kempf, journaliste et écrivain français, les sociétés occidentales marchent vers la dictature, les modèles qui régissent aujourd’hui les sociétés démocratiques d’Occident sont une démocratie en carton pâte qui obéit seulement à un maître : le système financier. En 2011, il a publié L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie, dans lequel il décrit la dérive des sociétés démocratiques occidentales vers des régimes oligarchiques, c’est-à-dire dans lesquels un petit nombre de personnes détient les pouvoirs politique, économique et médiatique.

Il a consacré un entretien à Pagina 12  que nous reproduisons ici.

 

Vous démontrez avec des exemples innombrables comment le monde glisse vers une sorte de régime autoritaire dont l’intention unique est de maintenir les privilèges d’une caste, l’oligarchie. Cela vous amène à une conclusion socialement et politiquement dramatique : la fin possible de la démocratie.

L’oligarchie est la définition d’un régime politique. L’oligarchie est un concept inventé par les grecs aux IVe et Ve siècle av. J.-C. Les grecs ont défini les façons selon lesquelles les sociétés humaines pouvaient être gouvernées : la dictature, le despotisme, la monarchie, la tyrannie, la démocratie, qui est le pouvoir du peuple pour le peuple et par le peuple, et ensuite ils ont défini une autre forme de gouvernement qui est précisément l’oligarchie. L’oligarchie est le pouvoir aux mains de peu de personnes. Ce que je dis alors c’est que, au moins en Europe, nous glissons vers l’oligarchie. Le système politique actuel fait qu’un groupe de peu de personnes imposent ses critères au reste de la société.

Vous suggérez que nous sommes dans une phase de post-démocratie dans laquelle, avec l’objectif de se maintenir au pouvoir, l’oligarchie maintient une fiction démocratique.

Bien sûr. L’oligarchie répète sans cesse que nous sommes dans une démocratie et que tout est parfait. C’est une fiction. Même les intellectuels ont oublié le concept d’oligarchie et contribuent à nourrir la fiction. Tous les intellectuels en syntonie idéologique avec le capitalisme ont maintenu l’idée selon laquelle existaient seulement deux alternatives : ou la démocratie, ou le totalitarisme. Cela pouvait être compris au début à travers deux exemples : dans les années ’30 avec Hitler, ou dans les années ’50 ou ’60 avec l’Union soviétique, on pouvait dire qu’il était précis d’opter entre la démocratie et ces deux dictatures. Mais cela est fini : depuis la chute du Mur de Berlin en 1989 et le naufrage de l’Union Soviétique, nous passons à un autre ordre. Mais les intellectuels qui sont au service du capitalisme ont persisté dans l’idée selon laquelle il y a seulement deux chemins : ou la dictature, ou la démocratie. C’est pourquoi il est important que le concept d’oligarchie soit bien présent pour comprendre que, progressivement, la démocratie nous a été volée. Les pays européens, et beaucoup plus les États-Unis, ont glissé vers un régime oligarchique où le peuple n’a déjà plus de pouvoir. La démocratie européenne est malade, elle s’est beaucoup affaiblie, et s’oriente de plus en plus vers l’oligarchie. En revanche, les États-Unis ont arrêté d’être une démocratie : c’est une oligarchie, parce que c’est l’argent qui détermine les orientations des décisions politiques. En réalité, l’oligarchie est une démocratie qui fonctionne seulement pour les oligarques. Dès qu’ils se sont mis d’accord entre eux, ils imposent les décisions. Nos systèmes ne peuvent plus s’appeler démocratie, parce que la puissance financière détient un pouvoir démesuré. L’autorité publique est dans les mains du système financier. Les pouvoirs publics ne prendront jamais de décision que puisse nuire aux intérêts économiques, aux intérêts de l’oligarchie financière. Nous devons accepter l’idée que ceux qui ont les rênes du pouvoir politique de l’État ne prennent pas de décisions pour le bénéfice de l’intérêt général. Leurs décisions peuvent aller à l’ encontre de l’intérêt public.

Pesticides : les preuves du danger s’accumulent

vu Le Monde 13 juin 2013

 

En dépit des dénégations des industriels du secteur, les pesticides sont bel et bien impliqués dans un grand nombre de pathologies lourdes – cancers, maladies du sang, troubles neurologiques, malformations, etc. – dont l’incidence tend à augmenter dans le monde. C’est l’idée-force d’une impressionnante expertise collective menée sur l’ensemble des connaissances internationales actuelles, et pilotée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), qui l’a rendue publique jeudi 13 juin.

Cette synthèse rassemble les données épidémiologiques issues de nombreux pays (Etats-Unis, Canada, Australie, Finlande, Danemark, etc.), qui précisent les effets sanitaires des principaux produits phytosanitaires : insecticides, herbicides et fongicides. Une grande part du rapport concerne les expositions professionnelles (agriculteurs, ouvriers du secteur agrochimique, etc.), mais aussi les personnes vivant ou travaillant dans ou à proximité de zones agricoles. En France, terre d’agriculture, 15 % de la population sont ainsi concernés.

« AUGMENTATIONS DE RISQUES SIGNIFICATIVES »

Après avoir passé au crible la littérature scientifique internationale, les experts concluent que l’exposition à des pesticides conduit à « des augmentations de risques significatives pour plusieurs pathologies« .

C’est ainsi que chez les agriculteurs, les ouvriers de l’industrie qui fabriquent ces produits ou ceux qui les appliquent, il y a une « présomption forte » d’association entre une exposition professionnelle aux pesticides et la survenue de certaines proliférations malignes de cellules lymphoïdes (lymphomes non hodgkiniens) et de cancers de la prostate. Les agriculteurs et les applicateurs de pesticides sont également exposés à un risque accru de myélome multiple, une autre prolifération maligne dans la moelle osseuse. Et ce n’est pas tout. Que ce soit dans le cadre d’expositions professionnelles ou non, les adultes présentent un plus grand risque à développer une maladie de Parkinson.

Un lien avec d’autres pathologies comme les tumeurs du système nerveux central est aussi suspecté. En Gironde, par exemple, région viticole très consommatrice de pesticides, l’incidence de ces maladies est trois fois supérieure au niveau national. Entre 2000 et 2007, elle a augmenté de 17 %.

Pour accéder au rapport de l’INSERM

 

Gilles-Eric Séralini : « Le réseau mafieux des OGM »

 

Vu dans la Provence

Vous évoquez une véritable stratégie pour vous « abattre » organisée par Monsanto. N’est-ce pas aller loin dans la thèse du complot ?
G-E S. : Attention, ne vous trompez pas. Il ne s’agit pas de moi. Je ne crains pas pour ma réputation. Il s’agit de défendre des intérêts industriels énormes et la violence terrible des attaques est à la mesure de ces intérêts. Moi je mets en avant, avec mes collègues, des dangers majeurs de santé publique. Dans ce contexte, j’ai l’habitude des controverses mais j’attaque systématiquement quand je suis diffamé comme lorsque Claude Allègre parle de « travail falsifié » à propos de mon étude.

Les méthodes utilisées contre mes recherches sont bien au-delà du simple débat scientifique. J’ai mis au jour un véritable réseau mafieux. Par exemple, un chercheur ex-salarié de Monsanto, Richard E . Goodman, d’éditeur associé, est devenu responsable des articles sur les biotechnologies et les OGM dans la revueFood and Chemical Toxicology, qui a publié mon étude en septembre 2012. Il a donc la haute main désormais sur ce que peut « sortir » la revue.

Cela va encore plus loin. Mes données biographiques sur Wikipédia sont systématiquement « révisées » avec des éléments pour me dénigrer par un autre lobbyiste lié à l’industrie biotechnologique. Autour de Monsanto, du secteur lié à la firme, gravite des chercheurs, des experts écoutés qui ont participé à l’offensive pour défendre les OGM et nous attaquer.

Vous allez plus loin en dénonçant les collusions de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa)…
G-E S. : Oui, l’Efsa, qui a invalidé mes résultats, comporte dans son organigramme nombre des scientifiques qui ont travaillé pour Monsanto, ses satellites, son agence de biotechnologie Ilsi. Et son ancienne présidente, Diana Banati, vient d’ailleurs de démissionner pour prendre des responsabilités au sein de l’Ilsi. L’indépendance de cette structure, la validité de ses avis sur les produits est, elle aussi, faussée.

Vos adversaires vous reprochent de ne pas avoir la modération d’un scientifique, de vouloir promouvoir vos recherches…
G-E S. : J’ai respecté totalement la règle. Mon étude sur les tumeurs provoquées par les OGM et le Roundup a été acceptée par la revue scientifique avant que le livre, qui rend accessible les recherches et le film qui s’en inspire, ne sortent. Jamais une recherche avec de tels enjeux pour la population, pour nos enfants, n’avait bénéficié d’autant de crédits. C’était une nécessité citoyenne d’en restituer la teneur au grand public. Le rôle du chercheur est de dire ce qu’il trouve. C’est mon seul militantisme. Je ne défends pas de cause politique ni de groupe. Tout ce qui se dit en ce sens est une manière de détourner le grand public du vrai débat.

Après votre première étude, vous venez de dénoncer des faits encore plus graves dans une recherche sur la « face cachée des pesticides ». Pouvez-vous détailler cela ?
G-E S. : Eh bien, avec Robin Mesnage, avec qui je travaille à Caen, nous avons constaté que le composé le plus toxique des pesticides de type Roundup n’est pas le glyphosate, la substance couramment évaluée dans l’eau du robinet, mais le POE-15. Or, cet adjuvant est classé par Monsanto inerte et secret. Ses effets n’étaient jusque-là, de ce fait, jamais étudiés. Nous avons acheté des pesticides dans le commerce, nous avons pu identifier les composants, dont ce fameux POE-15. Pour en connaître les effets, nous avons pu mener des recherches sur des lignées de cellules humaines conservées en laboratoire puis les confirmer sur des cellules de placenta et de cordon ombilical. Elles montrent une toxicité 10 000 fois supérieure à celle du glyphosate pour ces cellules, avec notamment la possibilité de graves dérèglements hépatiques et rénaux.

On est là, comme pour les mesures faites à partir d’un échantillon témoin « infecté » face à un processus d’évaluation totalement à revoir car il n’étudiait pas ce « poison caché ». Il y a une sous-estimation systématique, encore une fois, de données majeures pour la santé publique.

Quelle est votre solution pour une vraie transparence des évaluations en santé publique ?
G-E S. : Je plaide pour des expertises contradictoires immédiates, à la manière de ce qui se fait en justice. Les processus qui existent aujourd’hui ne garantissent pas la sécurité alimentaire. Les processus sont trop atteints par les conflits d’intérêts.

Estimez-vous aujourd’hui que les universités peuvent mener des recherches indépendantes ?
G-E S. : J’ai les plus grandes craintes sur la loi dite « LRU » sur les libertés et responsabilités des universités. Elle permet notamment de faire rentrer des industriels au conseil d’administration des universités.

Nous ne sommes pas encore au niveau des Américains mais nous sommes en train de nous vendre à l’industrie. Les jeunes chercheurs, s’ils sont aidés par les entreprises, vont ensuite les intégrer et, en gardant leur réseau au sein des labos universitaires, bâtir une sphère d’influence pour leurs boîtes.

Vous ne vous sentez pas un peu seul dans votre combat, face à la pieuvre que vous décrivez ?
G-E S. : Franchement, je ne me suis jamais senti seul. Même si, au niveau français, j’ai subi dans le microcosme des attaques instrumentalisées par Monsanto, j’ai avec moi tout un réseau de 300 chercheurs qui me soutiennent au niveau européen, au sein de l’Ensser, des scientifiques engagés pour une responsabilité sociale et environnementale. J’ai aussi de mon côté l’Union of Concerned Scientists et tous ses chercheurs en Amérique du Nord.

Je suis invité dans une trentaine de pays et soutenu par 130 associations. Ce n’est pas le combat d’un homme solitaire. Demain, je serai au Parlement européen pour expliquer aux députés les compromissions de l’Efsa. Tout un réseau se lève face aux industriels qui sont capables de tout.

OGM : la justice américaine confirme le pouvoir absolu des brevets

 

vu sur Mediapart 

La fièvre médiatique autour de l’expérience controversée du biologiste Gilles-Éric Séralini sur la toxicité du maïs OGM NK 603 de Monsanto et de l’herbicide Roundup  en septembre dernier, avait passé sous le silence les dimensions économique et juridique de la transgenèse végétale.

La Cour suprême américaine vient de rappeler à quel point les OGM posent le problème de la brevetabilité du vivant : à l’unanimité, elle confirme l’obligation de payer une redevance pour l’usage de semences OGM, même dans le cas d’une réutilisation pour créer de nouvelles graines (lire ici son avis). Elle donne ainsi raison à Monsanto qui poursuivait un cultivateur de l’Indiana, Vernon Hugh Bowman, âgé de 75 ans, déjà condamné pour avoir replanté du soja transgénique sans payer pour ce nouvel usage.« Les cultivateurs peuvent consommer ou vendre » leur récolte de soja résistant à l’herbicide Round up ready, « mais n’ont pas le droit d’en conserver une partie pour la replanter ensuite », affirme la Cour, qui précise que les semences vendues sont soumises à un brevet « qui autorise les agriculteurs à les semer pour une récolte et une seule ».

Les pesticides interdits pour mettre fin au massacre des abeilles

Presseurop

En réponse aux inquiétudes sur le déclin des populations d’abeilles, la Commission européenne a voté, le 29 avril, en faveur d’une suspension, pour une durée de deux ans, de pesticides considérés comme nocifs pour les insectes.


Quinze des vingt-sept Etats membres ont donné à la Commission le soutien dont elle avait besoin pour interdire l’usage de trois produits chimiques, des “néonicotinoïdes”, sur les cultures attractives pour les abeilles.

Le quotidien britannique The Independent, qui faisait pression pour bannir ces pesticides,écrit que le Royaume-Uni s’est prononcé contre cette suspension, en raison du manque de preuves scientifiques.

Or le journal rappelle que “plus de trente études scientifiques distinctes ont trouvé un lien entre les néonicotinoïdes […] et la baisse du nombre d’abeilles”, et que la proposition d’interdiction “était basée sur une étude conduite par l’Autorité européenne de sécurité des aliments, qui a conclu en janvier que les pesticides constituaient bien un risque pour la santé des abeilles”.

Le quotidien reconnaît que la communauté scientifique est divisée sur cette interdiction. Le Professeur Lin Field,  à la tête du département de biochimie et de protection des cultures de l’Institut de recherche Rothamsted, craint que la décision soit le résultat d’un “lobbying politique” et qu’elle ne conduise les gouvernements à négliger d’autres facteurs. Dr Lynn Dicks, chercheur à l’Université de Cambridge, a quant à lui déclaré que le vote était “une victoire du principe de précaution, qui est supposé sous-tendre la réglementation environnementale”.

Le Daily Telegraph rapporte que certains observateurs agricoles sont inquiets des conséquences non intentionnelles de l’interdiction : ils craignent notamment que des agriculteurs utilisent des pesticides plus anciens, qui sont encore plus dommageables pour les cultures et d’autres espèces.

Cependant, dans un éditorial, The Times défend l’interdiction. Il écrit que cela va ouvrir la voie à une meilleure compréhension de ce qui arrive aux abeilles :

Le moratoire devrait permettre d’évaluer si les colonies d’abeilles se rétablissent en l’absence de néonicotinoïdes. C’est également une opportunité pour une étude compréhensive d’autres causes de cette diminution du nombre d’abeilles, et pour créer une stratégie infaillible pour les faire renaître.

 

Voir complément d’information sur article du Monde