Des bataillons d’insectes pour remplacer les pesticides

Le Monde- Planète pour lire l’article 

Des forces très spéciales tiennent garnison à Livron-sur-Drôme, entre Valence et Montélimar, dans un casernement de 14 000 m2. Des bataillons rampants et volants, mobilisables à tout moment. Leurs armes sont des rostres et des mandibules. Leur terrain d’opération les champs, les vergers et les potagers. Leur ennemi les ravageurs des cultures.

La revue des troupes issues des élevages de la société Biotop a de quoi impressionner. Il y éclot, chaque année, plus de 100 milliards d’insectes affectés à la lutte biologique contre les nuisibles, dont la PME est le leader français, la seule à développer une production à l’échelle industrielle.

Pas moins d’une cinquantaine d’espèces forme ce contingent animalier, chacune affectée à une cible. Le trichogramme, guêpe microscopique, parasite les œufs de la pyrale du maïs en y pondant ses propres œufs, dont les larves dévorent leur hôte. Les coccinelles croquent les pucerons – plus d’une centaine par jour – ou les cochenilles farineuses qui infestent les agrumes et les plantes d’ornement. La petite punaise macrolophus terrasse les mouches blanches (ou aleurodes) qui ruinent les plants de tomates et d’aubergines. Une autre punaise, anthocoris, est friande des psylles, qui mettent à mal poiriers et oliviers. Les nématodes, vers lilliputiens, anéantissent chenilles et doryphores…

Pesticides : les preuves du danger s’accumulent

vu Le Monde 13 juin 2013

 

En dépit des dénégations des industriels du secteur, les pesticides sont bel et bien impliqués dans un grand nombre de pathologies lourdes – cancers, maladies du sang, troubles neurologiques, malformations, etc. – dont l’incidence tend à augmenter dans le monde. C’est l’idée-force d’une impressionnante expertise collective menée sur l’ensemble des connaissances internationales actuelles, et pilotée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), qui l’a rendue publique jeudi 13 juin.

Cette synthèse rassemble les données épidémiologiques issues de nombreux pays (Etats-Unis, Canada, Australie, Finlande, Danemark, etc.), qui précisent les effets sanitaires des principaux produits phytosanitaires : insecticides, herbicides et fongicides. Une grande part du rapport concerne les expositions professionnelles (agriculteurs, ouvriers du secteur agrochimique, etc.), mais aussi les personnes vivant ou travaillant dans ou à proximité de zones agricoles. En France, terre d’agriculture, 15 % de la population sont ainsi concernés.

“AUGMENTATIONS DE RISQUES SIGNIFICATIVES”

Après avoir passé au crible la littérature scientifique internationale, les experts concluent que l’exposition à des pesticides conduit à “des augmentations de risques significatives pour plusieurs pathologies“.

C’est ainsi que chez les agriculteurs, les ouvriers de l’industrie qui fabriquent ces produits ou ceux qui les appliquent, il y a une “présomption forte” d’association entre une exposition professionnelle aux pesticides et la survenue de certaines proliférations malignes de cellules lymphoïdes (lymphomes non hodgkiniens) et de cancers de la prostate. Les agriculteurs et les applicateurs de pesticides sont également exposés à un risque accru de myélome multiple, une autre prolifération maligne dans la moelle osseuse. Et ce n’est pas tout. Que ce soit dans le cadre d’expositions professionnelles ou non, les adultes présentent un plus grand risque à développer une maladie de Parkinson.

Un lien avec d’autres pathologies comme les tumeurs du système nerveux central est aussi suspecté. En Gironde, par exemple, région viticole très consommatrice de pesticides, l’incidence de ces maladies est trois fois supérieure au niveau national. Entre 2000 et 2007, elle a augmenté de 17 %.

Pour accéder au rapport de l’INSERM

 

Les pesticides interdits pour mettre fin au massacre des abeilles

Presseurop

En réponse aux inquiétudes sur le déclin des populations d’abeilles, la Commission européenne a voté, le 29 avril, en faveur d’une suspension, pour une durée de deux ans, de pesticides considérés comme nocifs pour les insectes.


Quinze des vingt-sept Etats membres ont donné à la Commission le soutien dont elle avait besoin pour interdire l’usage de trois produits chimiques, des “néonicotinoïdes”, sur les cultures attractives pour les abeilles.

Le quotidien britannique The Independent, qui faisait pression pour bannir ces pesticides,écrit que le Royaume-Uni s’est prononcé contre cette suspension, en raison du manque de preuves scientifiques.

Or le journal rappelle que “plus de trente études scientifiques distinctes ont trouvé un lien entre les néonicotinoïdes […] et la baisse du nombre d’abeilles”, et que la proposition d’interdiction “était basée sur une étude conduite par l’Autorité européenne de sécurité des aliments, qui a conclu en janvier que les pesticides constituaient bien un risque pour la santé des abeilles”.

Le quotidien reconnaît que la communauté scientifique est divisée sur cette interdiction. Le Professeur Lin Field,  à la tête du département de biochimie et de protection des cultures de l’Institut de recherche Rothamsted, craint que la décision soit le résultat d’un “lobbying politique” et qu’elle ne conduise les gouvernements à négliger d’autres facteurs. Dr Lynn Dicks, chercheur à l’Université de Cambridge, a quant à lui déclaré que le vote était “une victoire du principe de précaution, qui est supposé sous-tendre la réglementation environnementale”.

Le Daily Telegraph rapporte que certains observateurs agricoles sont inquiets des conséquences non intentionnelles de l’interdiction : ils craignent notamment que des agriculteurs utilisent des pesticides plus anciens, qui sont encore plus dommageables pour les cultures et d’autres espèces.

Cependant, dans un éditorial, The Times défend l’interdiction. Il écrit que cela va ouvrir la voie à une meilleure compréhension de ce qui arrive aux abeilles :

Le moratoire devrait permettre d’évaluer si les colonies d’abeilles se rétablissent en l’absence de néonicotinoïdes. C’est également une opportunité pour une étude compréhensive d’autres causes de cette diminution du nombre d’abeilles, et pour créer une stratégie infaillible pour les faire renaître.

 

Voir complément d’information sur article du Monde

 

 

 

 

 

 

 


Le taux de pesticides dans le corps humain est plus élevé chez les Français

 

Le Monde :

Les Français présentent un niveau d’imprégnation par les pesticides parmi les plus élevés, par rapport à ceux relevés dans des pays comparables. C’est ce qui ressort des résultats de la première étude du genre, publiée lundi 29 avril, et réalisée par l’Institut de veille sanitaire (InVS).

Cette enquête constitue le volet environnemental de l’étude nationale nutrition santé. Menée en 2006 et 2007, elle a porté sur un échantillon d’environ 3 100 personnes âgées de 18 à 74 ans, représentatif de la population résidant en France métropolitaine. Elle comporte deux volets. Le premier porte sur l’exposition aux pyralènes (PCB-BL ou polychlorobiphényles non dioxine-like), substances utilisées comme lubrifiants ou isolants, et aux pesticides. Le second concerne les métaux lourds.

Parmi les pesticides, les investigateurs distinguent l’exposition liée à des produits pour la plupart désormais interdits appartenant à la famille de organochlorés, et l’exposition aux organophosphorés (toujours utilisés) et aux pyréthrinoïdes.

Si “les mesures d’interdiction et de restriction d’usage semblent avoir montré leur efficacité pour les pesticides organochlorés”, souligne l’InVS, ces produits ont un caractère persistant. Les niveaux retrouvés dans les urines en France sont intermédiaires entre ceux des Etats-Unis ou de l’Allemagne et ceux des autres pays européens. Mais, pour l’un des organochlorés, le 2,5-DCP (paradichlorobenzène, utilisé comme antimite ou désinfectant) le niveau moyen est dix fois plus élevé qu’en Allemagne. Une“particularité française”, qui mérite d’être explorée, selon l’InVS.

pour aller sur la page de la biosurveillance

Pr Dominique BELPOMME : Mon avis sur l’étude Seralini

vu sur le blog de Sylvie Simon

Mercredi 7 novembre 2012
603815615_8e90380a27.jpg
EUROPEAN CANCER AND ENVIRONMENT RESEARCH INSTITUTE
Newsletter de l’Appel de Paris n° 42

A propos des recherches de Gilles-Eric SERALINI

par le Professeur Dominique BELPOMME 1
Il m’est demandé un avis scientifique concernant le récent article de Gilles-Eric Seralini publié en septembre dernier dans le journal scientifique à comité de lecture “Food and chemical toxicology”.
Ayant lu attentivement cet article, c’est au strict plan scientifique que je réponds à cette demande.
Le travail réalisé est une expérimentation lourde puisqu’impliquant le suivi de 200 rats (100 femelles et 100 mâles) pendant deux ans. L’étude est tout autant ambitieuse, compte tenu des 10 groupes étudiés selon la dose d’OGM et la présence ou non de Round up, ce qui explique la faiblesse des effectifs dans chacun des groupes.
Au demeurant, comme clairement indiqué dans l’article, les reproches méthodologiques à faire, si tel est le cas, seraient encore beaucoup plus nombreuses et importantes concernant les études réalisées pour la mise sur le marché des OGM et des pesticides. Ainsi les critiques formulées par la plupart de ceux qui le font ne peuvent se retourner que contre eux-mêmes, puisque ceux-ci en invoquant la science, oublient l’extrême faiblesse des études réalisées pour la mise sur le marché de tels produits.
Si on peut considérer l’étude de Seralini comme présentant une certaine faiblesse méthodologique concernant notamment le choix du modèle (les rats Sprague – Dawley font déjà spontanément de nombreuses tumeurs) et l’absence d’estimation statistique des résultats obtenus par comparaison à des témoins concernant la première partie de l’étude, il n’en demeure pas moins que les observations réalisées sont particulièrement intéressantes. Au minimum ils créent un doute sur l’innocuité de l’OGM utilisé – le maïs NKG03 intolérant au Round up – et du Round up lui-même.
Je connais suffisamment Seralini pour savoir qu’il est un chercheur intègre. En outre, s’il doit y avoir une discussion sur la valeur scientifique de cet article notamment du point de vue des mécanismes de la cancérogenèse, c’est au sein de la communauté des chercheurs spécialisés dans le domaine qu’elle doit avoir lieu et non sur la place publique, par le biais d’Institutions en réalité non expertes dans le domaine et qui manifestement agissent sans le dire, en vertu d’intérêts économiques et/ou d’une complaisance aux autorités politiciennes. Le message de telle ou telle académie ou de telle ou telle agence, sur cette thématique bien particulière, est donc sans fondement scientifique.
La polémique d’aujourd’hui, fomentée par les lobbies économiques et financiers et aggravée par les représentants de ces agences ou académies, qu’ils se targuent ou non d’être les “vrais” scientifiques du pays, est inacceptable. D’ailleurs ce n’est pas la première fois que de telles agences ou académies se trompent. L’histoire de l’amiante est toujours présente dans la mémoire de nos concitoyens, l’inconscient collectif de notre société, pour nous rappeler les méfaits sociétaux de telles affirmations prises dans l’urgence et sans réelle confrontation scientifique. Il n’est d’ailleurs pas dit qu’à l’étranger le son de cloche ne soit pas différent ; l’acceptation de l’article par le comité ad hoc du journal scientifique “Food and chemical toxicology” en témoigne.
Il serait en outre largement préjudiciable à la science et à son indépendance que cet article, sous la pression de tels lobbies et du flot d’incompétences qu’ils suscitent, soit supprimé du journal qui l’a accepté le 2 août 2012. En réalité, je ne pense pas qu’il puisse en être ainsi, car si tel était le cas, le journal en question perdrait toute crédibilité scientifique.
Comme en témoignent les références scientifiques citées dans l’article, Seralini n’est pas le seul chercheur à remettre en cause l’innocuité des OGM et des pesticides, en particulier du Round up. Grâce au doute qu’il a su créer, cet article va donc avoir en réalité pour immense intérêt de redynamiser les équipes de chercheurs travaillant dans le monde sur un tel sujet – y compris celle de Seralini – à poursuivre les travaux dans cette direction et par conséquent à ne pas accepter comme scientifiquement établi l’innocuité de ces deux types de produits. La recherche scientifique pour ceux qui réellement la font, est une longue marche souvent hérissée d’épines, mais aussi parfois de gratifications. Seralini a fait un premier pas. Parions comme ce fut le cas pour l’amiante, qu’il y en aura d’autres et cela de plus en plus et très prochainement.
1 Professeur de cancérologie honoraire de l’Université Paris-Descartes, Président de l’ARTAC, Directeur exécutif de l’ECERI.
 rue Auguste Lambiotte, 14 – 1030 Bruxelles – BELGIQUE Tel :                             0033 (0) 1 45 78 53 53         0033 (0) 1 45 78 53 53                       0033 (0) 1 45 78 53 53         0033 (0) 1 45 78 53 53 – Fax : 0033 (0) 1 45 78 53 50 – Email : sg.eceri@gmail.com Association Internationale Sans But Lucratif. N° d’entreprise :                             0836.860.867         0836.860.867                       0836.860.867         0836.860.867. Moniteur belge du 22/06/2011

site de l’ECERI

“la mort est dans le pré”-film documentaire d’Eric Guéret

FILM – A l’occasion de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, nous nous sommes intéressés au dernier documentaire d’Eric Guéret, «La mort est dans le pré». Montré en avant-première vendredi 23 mars à l’Hôtel de Ville de Paris, le film se penche sur la vie des agriculteurs français victimes de leur utilisation massive de pesticides. Rencontre…

Parlez-nous de votre film…
C’est un documentaire qui aborde un sujet très douloureux: les problèmes de santé des agriculteurs à cause de l’utilisation de pesticides. Avant de me lancer dans ce projet, j’avais fait une enquête sur l’alimentation, dans laquelle j’avais déjà abordé le sujet des pesticides. Je trouvais intéressant de faire un film sur l’agriculture en voyant les producteurs comme les premières victimes de leurs pratiques. Je suis parti d’un constat assez incompréhensible : ces personnes tombent malades et meurent parfois à cause de leur utilisation de pesticides, pourtant, ils changent très peu leurs pratiques.

Avez-vous réussi à comprendre pourquoi?
Oui, et c’est un peu l’objet du film. J’y fais un constat de l’état de santé des exploitants, mais je m’interroge aussi sur leurs pratiques paradoxales. J’ai découvert le piège dans lequel ils sont tous pris: celui de l’utilisation intensive de la chimie qui a révolutionné leur métier. En même temps, il existe un contrecoup énorme puisque beaucoup d’entre eux développent des pathologies graves. Pourtant aujourd’hui, arrêter l’utilisation massive de pesticides, c’est extrêmement compliqué.

Pourquoi?
Le système est tenu par les firmes qui fabriquent ces pesticides, comme BASF ou Monsanto. Elles font du lobbying pour que rien ne change, et elles ont une grande influence sur la FNSEA, le syndicat majoritaire de l’agriculture. En 50 ans, elles ont réussi à imposer une idée simple: il n’y a pas d’autre modèle possible. Et quand on est persuadé que si on veut nourrir la planète correctement il n’y a pas d’autre modèle possible, on est piégé. Pour sortir du modèle chimique, il faudrait passer au bio, mais ça demande des moyens que les producteurs n’ont pas. Ils sont surendettés, ce qui permet aux banques et aux firmes de les tenir. Et puis en 50 ans, ils ont oublié les pratiques de l’agriculture traditionnelle. Aujourd’hui ils ne savent plus faire autrement.

Comment avez-vous rencontré les agriculteurs que vous avez choisi de suivre?
Je suis allé filmer la constitution de la première association des victimes des pesticides, Phyto Victimes. Enfin des personnes qui osent braver la loi du silence! C’est là que j’ai choisi mes personnages. Je voulais qu’il y ait une forme de cohérence dans leur combat, mais j’ai quand même choisi trois profils très différents, qui incarnaient aussi des combats différents.

Le film commence avec un quatrième personnage, qui reste absent du cadre: c’est Caroline, la femme de Yannick Chenet, le premier agriculteur décédé en étant reconnu victime des pesticides. C’est elle qui narre le film, en s’adressant aux autres producteurs. Ensuite, il y a Frédéric, qui a un cancer de la vessie et de la prostate et se bat pour faire reconnaître sa maladie par la Mutuelle sociale agricole, qui refuse la plupart des demandes des agriculteurs. Malheureusement, Frédéric meurt avant la fin du film.

Le deuxième personnage, c’est Paul,  qui a été intoxiqué par un produit de Monsanto, et qui a commencé un procès contre eux. Le film raconte donc aussi la préparation de son procès, qu’il gagne à la fin du film. Et enfin il y a Denis, dont la tumeur a attaqué la moelle épinière. Il est en fauteuil roulant, mais il continue d’exploiter sa ferme. On le voit tout au long du film se demander s’il peut changer ses pratiques ou non. Mais pour les agriculteurs, c’est un mur souvent infranchissable : ils ont une peur incroyable du regard des autres. Dans ce milieu, celui qui veut sortir du rang est montré du doigt. Les réactions peuvent être très brutales.

Pensez-vous quand même que les choses sont en train de changer?
Oui. Des substances dangereuses ont été retirées, les produits évoluent et il y a une prise de conscience citoyenne. Mais il reste tant à faire et je pense que bientôt on n’aura plus le choix. Aujourd’hui, on voit les premières conséquences de 50 ans de pratiques folles: si cette épidémie se confirme, on sera obligé de réagir, et les grandes firmes devront participer.

NB: le documentaire «La mort est dans le pré» sera prochainement diffusé pour la case Infrarouge de France 2.

*Pesticides et présidentielles*

Malgré des initiatives comme le plan Ecophyto 18 dont l’ambition est de réduire de 50% l’utilisation de produits phytosanitaires, les choses ne s’arrangent pas: entre 2008 et 2010, on observe au contraire une augmentation de 2,6% dans l’utilisation de pesticides pour les traitements foliaires, et de 7% pour les traitements de semences, selon la FNE (France Nature Environnement).

L’association appelle les candidats aux élections présidentielles à s’engager contre l’utilisation massive de pesticides, en évaluant les différents produits et en faisant un travail de prévention auprès des agriculteurs.

Ecophyto en Champagne-Ardenne: pour une baisse des produits phytosanitaires

 

découverte de l’association Phyto-Victimes

 

Vendredi 16 mars 2012 l’association Phyto-Victimes représentée par son Président Paul François, ainsi que messieurs Laurent Guillou et Stéphane Rouxel membres de l’association Phyto-Victimes et de Solidaires et Serge Le Quéau de l’Union Solidaires de Bretagne. Ces derniers ont été reçus par des représentants des Ministère du Travail de l’Emploi et de la Santé et du Ministère de l’Agriculture, Madame Stéphanie Gilardin, chef du bureau des risques chimiques, physiques et biologiques à la Direction Générale du travail, Monsieur Bruno Dupuy, conseiller santé, sécurité du travail et inspection du travail au cabinet du Ministre du travail, de l’emploi et de la santé et Monsieur Nicolas Trift conseiller technique au cabinet du Ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire.

Cet entretien faisait suite aux rencontres du 27 février avec Monsieur Bruno Le Maire, Ministre de l’Agriculture, et du 2 mars avec Monsieur Xavier Bertrand Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé.

Cette rencontre avait pour but d’échanger avec les instances publiques sur la thématique des pesticides et des problèmes de santé qui y sont liés et leur faire part de nos revendications pour que change la situation des professionnels et qu’une meilleure prise en compte de leurs besoin soit faite.

Au cours de cet échange les représentants des Ministres se sont engagés à agir sur les 10 points suivants :

– Agir pour que soient tenus les engagements du Grenelle de l’environnement, c’est-à-dire d réduire de 50% l’utilisation des pesticides sur 10 ans par la mise en œuvre du plan Ecophyto. (2008 – 2018)

– Revoir les tableaux des maladies professionnelles de la MSA et les mettre en cohérence avec ceux de la sécurité sociale et mieux prendre en compte les maladies MCS, (hypersensibilisation aux produits chimiques multiples)

– Intensifier les politiques de prévention et de protection pour les professionnels (agriculteurs, salariés de l’agroalimentaire et les dockers).

– Améliorer la formation et de sensibilisation des professionnels de santé (médecins généralistes, du travail et de prévention etc.) aux maladies liées aux pesticides.

– Faire un travail approfondi d’identification des molécules chimiques dangereuses mises sur le marché.

– Sanctionner les infractions à la réglementation en vigueur concernant l’utilisation des pesticides. Les agissements de l’entreprise Nutréa-Triskalia étant pointés comme le parfait contre-exemple.

– Améliorer la prise en charge et les indemnisations par la sécurité sociale et la MSA des maladies liées aux pesticides.

– Approfondir les évaluations des maladies multiples liées aux pesticides (cancers, Parkinson, lymphomes, etc.)

– Sensibiliser plus les managers à la problématique, santé au travail et pesticides, en commençant par la formation des étudiants dans les grandes écoles. Travailler sur les problèmes de « gouvernance » en la matière.

– Organiser rapidement une rencontre avec la MSA pour faire un point d’étape sur le dossier pesticides et le traitement les procédures en cours.

A la fin de l’entretien, nous avons remis en main propre à nos interlocuteurs une invitation pour le Congrès « Pesticides et Santé : Quelles voies d’améliorations possibles ? » qui se tiendra les 23 et 24 mars prochain au Palais du Luxembourg.

Phyto-Victimes

 

voir la page consacrée aux risque générés par notre alimentation actuelle