Ce qui est vrai est toujours simple

 

 

 

 

partage de Rêve essentiel

Ce qui est vrai est toujours simple.

La création de ce monde retourne à son créateur, à sa créatrice, à sa source. L’innocence le permet, elle seule. Elle permet d’échapper au piège du mental.
La vérité est Une et indivisible. Il n’y a pas des « degrés de vérité ». Soit, c’est vrai, soit c’est faux. Si c’est vrai, c’est l’expression de la loi de l’Un, la conscience Une, la conscience unifiée où toutes les âmes sont unies à leur essence créatrice. Si c’est faux, cela obéit à la falsification, à l’usurpation de cette création, à la dualité. On ne peut être dans les deux à la fois, un pied dans l’Un et un pied dans l’autre…

Faire l’expérience de l’union à la source est inoubliable, bien que cela sorte du registre de l’expérience, l’âme se connaît une sans second et cela ne s’imprime pas dans la mémoire, cela se vit comme une évidence mais ce qui te retient encore dans les liens de la dualité oublie. Et cela est juste, sinon, tu perds ce corps, tu perds cette forme éphémère, et pour encore quelque temps, il est bon que tu la conserves.

Tu sais ce qu’est « être unie à la source». Ton âme en a le goût et elle n’a de cesse de prolonger cette union, cet état naturel qui est le sien. Elle ne souhaite que cela, elle ne souhaite pas être dissociée, séparée. C’est pour elle une torture insupportable, ayant goûté la joie infinie de l’union. Elle a donc choisi l’oubli momentané, qui te permet de fonctionner encore dans ce monde d’illusion.

Ton cœur le sait, ton âme le sait. Elle est d’accord pour vivre cela, tant que ta présence sur Terre est nécessaire, avec ceux et celles qui, comme toi, ont accepté ce rôle, cette contribution à l’éveil de la Terre. Vous êtes de très vieilles âmes… Même si ce qualificatif est incongru et que l’âme individuelle ne peut ni vieillir, ni mourir. Des âmes sages et vénérables, ayant traversé tant d’expériences. Elles aspirent au repos, au retour au Foyer qui est le leur. Elles ont accepté cet ultime service d’incarnation qui signera leur libération. Cette famille d’âme à laquelle tu appartiens, est en train de se regrouper pour ensemble, ascensionner.

Je te donne rendez-vous chaque soir et chaque fois que tu en éprouves le besoin, quand tu as besoin d’aide pour toi ou pour d’autres. Je suis toi, hors de cette dimension, toi dans la conscience vraie, toi dans la lumière vraie.
Être dans la paix. Ne rien désirer d’autre que ce qui est. Joie profonde de l’êtreté. Joie profonde d’être. Communion. Silence. »

La Nouvelle Terre

Nouvelle terre

La Nouvelle Terre, c'est-à-dire ?

 

 

Le concept de “nouvelle Terre” fait son apparition dans la conscience collective à travers divers visionnaires qui, comme l’auteur de ce site, sont animés dans leur coeur et leur esprit d’une nouvelle espérance inspirée et insufflée par l’entrée dans l’ère du Verseau.

La nouvelle Terre n’est pas une autre planète sur laquelle nous serions amenés à nous exiler… La nouvelle Terre est à notre bas monde ce qu’est le papillon à la chenille: le glorieux résultat d’une métamorphose, en l’occurrence celle des consciences.

La nouvelle Terre est la Terre transfigurée par l’éveil de l’Esprit – dans l’âme de Gaïa elle-même et dans le coeur des êtres humains réceptifs. Ainsi transformée en profondeur, elle deviendra le théâtre d’une nouvelle vitalité: des jeux remplis de grâce et de beauté, reflétant les infinies facettes, paradoxes et gammes de l’amour. Elle deviendra scène bénie de l’unité, vécue à travers les mille reflets de la diversité créatrice et au coeur de la dualité des apparences. Celles et ceux qui choisiront de participer pleinement à cette nouvelle potentialité seront alors les heureux témoins et cocréateurs de cette noce spirituelle entre le Ciel et la Terre.

 

«(…)Une force divine coulera dans les tissus et les cellules
                        Et s’emparera du souffle et des paroles et des actes.
                        Toutes les pensées deviendront un flamboiement de soleils
                        Et chaque sentiment un frémissement céleste.
                        Souvent, une aurore intérieure viendra briller,
                        Illuminant les chambres du mental endormi ;
                        Une béatitude soudaine parcourra les membres
                        Et la Nature s’emplira d’une Présence plus formidable.
                        Ainsi la Terre s’ouvrira à la divinité
                        Et les natures ordinaires sentiront le vaste soulèvement.
                        Les actes ordinaires s’illumineront du rayon de l’Esprit
                       Et la Terre découvrira le divin dans les choses ordinaires.
                       La Nature sera la manifestation vivante du Dieu secret.
                       L’Esprit s’emparera du jeu humain.
                       Cette vie terrestre deviendra la vie divine.»

                   Aurobindo, Savitri, livre XI, chant I

 

le projet TALAMANCA au Costa Rica

Ana Sandrea créatrice du Sommet de la Conscience francophone nous présente dans la vidéo ci-dessous le projet d’écotourisme  du collectif TALAMANCA qu’elle crée à l’intérieur du Parc national de Cahuita sur la côte atlantique du Costa Rica. Ce projet a le double objectif de développer une offre d’écotourisme pérenne avec celui d’accompagner les habitants locaux dans cette voie.

Dans un projet d’écotourisme il y a plusieurs piliers fondamentaux pour les touristes notamment  préserver la biodiversité et s’éduquer à l’environnement en participant à diverses formes d’offres ludiques dans la nature.

Le projet a retenu trois espèces menacées à protéger et qui seront le coeur du projet de biodiversité : préserver les singes hurleurs, les abeilles sauvages et les tortues luth qui sont les plus grandes tortues marines.

Ana Sandrea créatrice du Sommet de la Conscience francophone nous présente son projet d’écotourisme TALAMANCA qu’elle crée à l’intérieur du Parc national de Cahuita sur la côte atlantique du Costa Rica.

Pour soutenir le projet

 

 

 

 

 

 

Réenchanter la science – Rupert Sheldrake

Rupert Sheldrake 
Figure de la science contemporaine, pionnier de la découverte du processus de vieillissement cellulaire, le biologiste Rupert Sheldrake, chercheur associé à l’université de Cambridge, suscite passions et débats au sein de la communauté scientifique.
Rupert Sheldrake
Réenchanter la science
Traducteur : Sylvain Michelet

Son nouveau livre, qui a déclenché une polémique dans les pays anglo-saxons, revient sur sa théorie de la « résonance morphique » et remet en cause les bases mêmes de la recherche fondamentale. Alors que les sciences et la technologie sont au faîte de leur puissance, des postulats vieux de plusieurs siècles l’empêchent aujourd’hui d’avancer. En pointant l’un après l’autre ces postulats érigés en dogmes intouchables (la nature est une machine ; les lois de la nature sont immuables ; la matière est inconsciente ; les phénomènes « paranormaux » sont des illusions ; la conscience est une production du cerveau…), il démontre dans cet essai aussi remarquable que subversif l’urgence de s’en libérer. Et lance le mot d’ordre d’une indispensable régénération de la science, passionnante invitation à imaginer une autre façon de voir le monde.« Avec ce livre, Rupert Sheldrake apporte à la science, à l’humanité et au monde en général, une contribution considérable. » The Independent

« Rupert Sheldrake est un pionnier qui ouvre la voie aux sciences de demain. » Deepak Chopra, membre du Collège Américain des Physiciens.

Dans l’introduction de son livre, Rupert Sheldrake expose les dix dogmes des science matérialistes qu’il développe, critique et remet en cause à travers les dix chapitres de son livre qui invite les sciences à sortir du plafond de verre du mécanisme, du matérialisme, du physicalisme et du réductionnisme tout puissant qui les enserrent.

Réenchanter la science ” est une vision révolutionnaire de la pensée scientifique qui fera date. Par ailleurs, la théorie des champs morphogénétiques alliée à celle de la résonance morphique restent à être reprises et développées.

Pour aller plus loin 

Pour la vie, contre la dérive strictement rationaliste et mécaniste des Lumières

 

 

pour lire un extrait du livre

 

Le texte présenté date de 1913. Il est sans doute le premier manifeste écologique moderne qui met en garde contre la tendance prométhéenne du rationalisme mécaniste qui s’exprime dans l’industrialisation, fruit des Lumières, auxquelles Klages oppose une philosophie de la vie.

Klages n’est pas le premier lanceur d’alerte. Dès la fin du XVIIIe siècle, des voix s’étaient élevées pour s’inquiéter de l’excessive consommation de bois exigée par les machines à vapeur.

La mise en garde contre les dangers « prométhéens » du rationalisme théorique et pratique (résumé par la parole de Francis Bacon « Science is power ») s’est exprimée dès le siècle des Lumières lui-même.

Les Romantiques allemands, au nom des valeurs traditionnelles, mais aussi devant les premiers effets négatifs de l’industrialisation, tels qu’ils se manifestaient déjà en Angleterre,  s’en sont pris à l’idéologie du progrès.

Leurs analyses reposent sur l’opposition du mécanique et de l’organique. Ils condamnent un rationalisme qui sur le plan cognitif considère le monde comme une machine et sur le plan pratique comme un objet à exploiter. Ils sont les premiers à formuler le thème de la « mécanisation du monde  » dont traitera Walther Rathenau encore un siècle plus tard, ainsi que la critique d’un capitalisme aliénant l’homme. Dans le dernier quart du XIXième  siècle, la critique de la civilisation moderne sera alimentée en Allemagne par une révolution industrielle et une urbanisation rapides et brutales. À côté d’anti-lumières traditionalistes, se développera tout particulièrement ici une « philosophie de la vie » (Lebensphilosophie) qui verra dans l’esprit ou la raison une instance destructrice du «  monde de la vie  ». Parallèlement, apparaît en terres allemandes toute une nébuleuse de
mouvements sociaux qui expriment une protestation contre les dommages de l’industrialisation. On peut y distinguer les mouvements de réforme de vie qui prônent un mode de vie alternatif, plus sain et plus libre (aujourd’hui encore on trouve en Allemagne des « Maisons de la réforme » qui proposent des produits diététiques), des mouvements de protection de la nature et du patrimoine, et enfin, le plus connu d’entre eux, Klages est l’héritier de toute cette tradition. A l’origine, son texte est précisément un discours tenu lors de la «  fête de la jeunesse  » organisée les 11 et 12 octobre 1913 sur une montagne moyenne de la Hesse, près de Kassel, le Haut Meissner.

Klages se rattachait à la philosophie de la vie et faisait partie
au tournant du XXsiècle du groupe des « cosmiques » (Kosmiker), intellectuels munichois influencés par les travaux du mythologue suisse Johann Jakob Bachofen (1815-1887) sur le matriarcat primitif. Leurs
autres références étaient Goethe, qui faisait alors en Allemagne l’objet d’un véritable culte, et Nietzsche.
Leur but était de remettre en honneur les mythes païens, antérieurs au judaïsme et au christianisme, et de diffuser une sorte de religiosité reliant l’individu à l’univers par l’« Eros cosmogonique »

Klages est celui qui exprimera avec la plus grande vigueur  l’antirationalisme et la détestation du progrès matériel que tous partageaient. Il commencera à travailler dès 1915 à son opus magnum qu’il publiera en trois gros volumes entre 1929 et 1932 sous le titre significatif « L’esprit adversaire de l’âme  » (Der Geist als Widersacher der Seele). Au logocentrisme triomphant depuis les Lumières, il y oppose son «  biocentrisme  » ou son panvitalisme. Comme tout bon philosophe de la vie, il part de l’opposition entre l’esprit et la vie. Mais il la formule autrement : l’âme est ce qui relie l’homme au macrocosme et lui donne accès à des expériences et des visions archétypales.
L’esprit est une conscience de soi « acosmique » et au service exclusif d’une volonté qui cherche à façonner la réalité à son image. Comme Spengler au sein de ses « hautes cultures », Klages voit à l’œuvre dans l’histoire
une sorte de « dialectique de la raison ».

“Au vu de ces raisons-là, les soupçons ne devraient pas tarder à assaillir même ceux dont demeurent étrangères les terribles conséquences provoquées par la pensée maîtresse du « progrès ». L’antique
Hellène avait pour plus haute aspiration la  « kalokagathie », à savoir la beauté intérieure et extérieure de l’homme que lui renvoyait l’image de
l’Olympien ; l’homme du Moyen-Âge se souciait du « salut de l’âme », par quoi il entendait l’élévation spirituelle vers Dieu ; l’homme goethéen aspirait à la perfection de la personne, entendait être « maître »
de son sort ; et, aussi différents que soient ces buts, nous saisissons d’emblée le profond bonheur d’atteindre l’un ou l’autre. Mais ce dont l’homme du progrès s’enorgueillit n’est constitué que de succès, d’accroissements de puissance de l’humanité qu’il prend étourdiment pour un accroissement de valeur, et il y a de fortes raisons de douter de sa capacité à honorer un bonheur pour ne connaître que la creuse satisfaction que la conscience attribue à la domination. Le pouvoir seul est aveugle à toutes les valeurs, aveugle à la vérité et au droit et, là où il doit encore les souffrir, assurément aveugle …”

 

“Je vais maintenant plaider, et même longuement, la cause animale”

Résultat de recherche d'images pour "élevage intensif"

 

François Ruffin à l’Assemblé nationale : Pour que l’agro-alimentaire cesse de traiter vaches poules et cochons comme une matière première.

 

“Je vais maintenant plaider, et même longuement, la cause animale. Pour que l’agro-alimentaire cesse de traiter vaches, poules et cochons comme une matière première.Et je sais combien quand on prend la parole pour ces êtres sensibles, on est vite soupçonné de sentimentalisme, de sensiblerie et sujet à moquerie…..
Et parfois on m’accuse “et les hommes et les salariés vous y avez pensé? Comme si en défendant les animaux je trahissais l’homme. Au contraire, c’est un continuum.

Depuis le XXème siècle, l’économie, écrase tout : La nature, les animaux.. Mais comment ne pas voir qu’ensuite ce sont les hommes qu’elle maltraite, qui deviennent à leur tour une matière à profit au gré des caprices de la finance…

 

….

Un mec a dit, il y a environ deux mille ans, ce que vous faites aux plus petits d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites.
Et même mieux, je dirais : ce que nous faisons aux plus petits d’entre les nôtres, c’est à nous que nous le faisons.
C’est notre âme qui se tarit, qui s’assèche, qui se racornit.
C’est notre tolérance à l’injustice, voire à l’horreur, qui s’accroît.”

ll sera bientôt trop tard pour dévier de notre trajectoire vouée à l’échec

 

 

C’est une alerte solennelle que publient, lundi 13 novembre 2017 dans la revue BioScience et reprise dans le Monde du 14 novembre plus de 15 000 scientifiques de 184 pays. Les auteurs mettent en garde contre la destruction rapide du monde naturel et le danger de voir l’humanité pousser « les écosystèmes au-delà de leurs capacités à entretenir le tissu de la vie ».

C’est un deuxième avertissement lancé à l’initiative du Professeur William J. Ripple de l’université d’état de l’Oregon après celui de 1992. Depuis, à l’exception de la stabilisation de la réduction de la couche d’ozone, l’ensemble des indicateurs se sont considérablement dégradés.

Le réchauffement climatique devient potentiellement catastrophique et depuis 1960 la température moyenne du globe s’est élevée d’environ 0,8°.

Dans le même temps les ressources en eau douce sont passées de 14 000 m3 par habitant à 6 000 m3 et les tonnages de pêche de 50 millions à plus de 110 millions.

Les zones mortes maritimes ( zones d’absence d’oxygène et de vie) sont passées dans le même temps de 20 à 600.

La déforestation au profit notamment de l’agriculture a fait perdre dans le même temps des surfaces boisées équivalente à celle de l’Afrique du sud.

Entre 1970 et 2012 la biodiversité a perdu 58% des espèces dont 81% de celles en eau douce et 35% pour les espèces terrestres et marines.

Parallèlement, la population mondiale est passée de 3 milliards à plus de 7 milliards.

 

 

 

 

 

Introduire le principe de précaution dans la constitution pour la santé et la médecine

Lettre ouverte des Professeurs Luc Montagnier et Henri Joyeux au Président de la République 

Monsieur le Président de la République,

Tandis que la recherche scientifique repousse les limites du progrès médical et que l’offre de médicaments explose, les cinquante dernières années ont vu éclater de nombreux scandales sanitaires qui n’auraient jamais dû se produire.

Des procédures étaient censées faire barrage à des médicaments potentiellement dangereux. Pourtant rien n’a empêché que des êtres humains meurent ou souffrent de façon irréversible dans l’indifférence à cause de la diffusion de médicaments dont la mise sur le marché avait été autorisée et que des médecins croyaient pouvoir prescrire en toute bonne foi, sans faire encourir de risque à leurs patients…

 

 

pour lire la suite et signer la pétition

 

 

1/ Thalidomide : pour les nausées de la grossesse à l’origine de malformations 

Wikipedia : Thalidomide

Souvenons-nous de ce médicament contre les nausées donné aux femmes américaines enceintes dans les années 50. Des milliers de bébés sont nés sans bras, sans jambes.

50 ans après, le fabricant de la thalidomide s’excuse

2/ Distilbène, cause de malformations et de cancers sur plusieurs générations 

Wikipedia : Diéthylstilbestrol

Prescrit aux femmes enceintes pour éviter les fausses couches, ce médicament a provoqué des malformations. Il s’est aussi révélé être la cause de cancers sur trois générations, et dans bien des cas, de stérilité. 80 000 femmes en France ont été victimes.

Distilbène : des effets nocifs sur trois générations

3/ Sang contaminé 

Wikipedia : Affaire du sang contaminé

En 1984, l’Agence de transfusion sanguine n’a pas suffisamment contrôlé les produits dérivés du sang des donneurs, malgré l’épidémie de Sida. Rien qu’en France, 2 000 patients sont contaminés ; plus des trois quarts sont décédés.

l’affaire du Sang contaminé : un crime de sang

4/ Hormone de croissance contaminée : 111 enfants décédés

Wikipedia : Hormone de croissance

Malgré les mises en garde de l’un d’entre nous, les médecins ont prescrit à des enfants de l’hormone de croissance extraite de personnes décédées de différentes maladies neuro-dégénératives, d’encéphalite aiguë (maladie de la vache folle), de tumeur intracrânienne.

Des centaines d’enfants sont contaminés par un agent proche de la maladie de Creutzfeld-Jacob. Cent onze meurent dans d’indicibles souffrances, les autres devant vivre dans la crainte permanente que la maladie, qui peut mettre 30 ans avant de se déclencher, ne se réveille.

Hormone de croissance : le procès d’un scandale sanitaire

5/ Médiator
Wikipedia : Benfluorex
Tandis que le Médiator est retiré aux USA et chez nos voisins à cause de graves soupçons de toxicité, il reste prescrit en France pendant plus de 10 ans, jusqu’en 2009. Résultat : des centaines de personnes contractent une grave maladie du cœur (valvulopathie). A ce jour 220 décès sont officiellement reconnus comme causés par le médicament.

Mediator : pourquoi le parquet demande un procès contre les laboratoires Servier

 

 

6/ Vioxx, anti-inflammatoire « miracle » : près de 30 000 morts aux Etats-Unis 

Wikipedia : Rofécoxib

Cet anti-inflammatoire fabriqué par le laboratoire américain Merck fut prescrit aux USA entre 1999 et 2004. Il a provoqué officiellement 27 785 décès.

Le Vioxx, retrait mondial sur ordonnances

 

7/ Dépakine : les femmes enceintes à nouveau victimes 

Wikipedia : Acide valproïque

Plus récemment, c’est l’histoire de la Dépakine qui a défrayé la chronique. Entre 2007 et 2014, 14 322 femmes enceintes ont reçu ce médicament antiépileptique.

Il s’avère que ce médicament peut être responsable, pour les mères consommatrices, de 10 % d’anomalies de naissance et, dans 30 à 40 % de ces naissances, de retards intellectuels et de troubles du comportement.

France tv info : Dépakine

 

Lanceur d’alerte : victoire pour Antoine Deltour dans l’affaire des LuxLeaks

 

Résultat de recherche d'images pour "luxleaks"

 

Rappelons brièvement les faits : Le scandale LuxLeaks est révélé en novembre 2014 à la suite des investigations du consortium international des journalistes d’investigation du Center for Public Integrity.

Change .org communique aujourd’hui aux signataires de la pétition de soutien à Antoinde Deltour que la Cour d’appel du Luxembourg l’a acquitté pour la copie et l’usage des documents des LuxLeaks.

15 MAI 2018 — Ce mardi, la Cour d’appel de Luxembourg a pleinement reconnu à Antoine Deltour le statut de lanceur d’alerte au sens de la Cour européenne de Droits de l’Homme. Antoine est donc définitivement acquitté pour l’ensemble des chefs d’inculpation concernant la copie et l’utilisation des documents des LuxLeaks.

Antoine commente : « ce long combat judiciaire se termine par une grande victoire. Cette fin heureuse n’a été rendue possible que par les très nombreux soutiens reçus : 215 000 signataires de la pétition, 71 organisations, 477 personnalités, 3 avocats formidables, de nombreux témoignages en justice, des dizaines de milliers d’euros collectés… Tout cela coordonné par un comité de soutien extraordinaire dans sa détermination et son engagement, qu’il s’agisse d’administrer le site, le compte Twitter, la boîte mail et d’animer les réunions (chapeau bas Romain) , …

le 17 avril 2018 la Commission européenne a adopté un ensemble de mesures visant à renforcer la protection des dénonciateurs en tant que moyen de dévoiler des activités illégales et de contribuer à l’application du droit de l’UE.

Oxfam, novembre 2017

Le 5 décembre 2017 l’Europe publie une liste – hors Europe- de 17 pays inscrits sur une liste noire.

Le 23 janvier 2018 cette liste est ramenée à 9 états.

En se basant sur une estimation conservatrice du score obtenu par les pays d’après les critères de l’UE, Oxfam a déterminé qu’au moins les 35 pays suivants devraient figurer sur la liste noire de l’UE :

Albanie

Guam

Niué
Ancienne république yougoslave de Macédoine
Hong Kong

Oman
Anguilla

Îles Caïmans

Palaos
Antigua-et-Barbuda

Îles Cook

Serbie
Aruba

Îles Féroé

Singapour
Bahamas

Îles Marshall

Suisse
Bahreïn

Île Maurice*

Taiwan
Bermudes

Îles Vierges Britanniques*

Trinité-et-Tobago
Bosnie Herzégovine

Îles Vierges des États-Unis

Vanuatu
Curaçao

Jersey
Émirats arabes unis

Monténégro
Gibraltar

Nauru
Groenland

Nouvelle Calédonie

*Indique que la juridiction a été identifiée comme un paradis fiscal « conduit » par où l’argent transite

L’UE a annoncé dès le départ que sa liste inclurait uniquement des pays tiers, non membres de l’UE. Cette approche nuit considérablement à la crédibilité du processus, car plusieurs États membres comme l’Irlande, le Luxembourg et les Pays-Bas figurent parmi les paradis fiscaux les plus puissants au monde, permettant à certaines des plus grandes entreprises d’être assujetties à une fiscalité minimale. Cela a été confirmé par la Commission européenne à la suite d’une série de décisions marquantes à l’encontre d’Apple, d’Amazon et de Starbucks. Ces mêmes pays sont une nouvelle fois pointés du doigt dans les récents scandales fiscaux, y compris les Paradise Papers . Selon Oxfam, l’UE devrait commencer par balayer devant sa porte en matière de lutte contre l’évasion et fiscale, en faisant apparaître les pays de l’UE incriminés dans sa liste. C’est pourquoi Oxfam a également évalué les 28 États membres de l’UE. L’organisation a identifié aux moins quatre pays qui devraient figurer sur la liste noire de l’UE si les critères de l’UE leur étaient appliqués.
Irlande*
Luxembourg
Malte
Pays-Bas

droit des animaux : être le bien d’un autre

Etre le bien d’un autre Poche – 28 mars 2018

 

 

Le code civil ne dispose que de deux catégories : les personnes et les choses.

Depuis février 2015, le code civil définit les animaux comme des “êtres vivants doués de sensibilité”.

Malgré cette modification, ils demeurent soumis au régime des choses appropriables. Légalement, ces êtres existent pour servir l’humain, et non de manière intrinsèque. L’animal, comme l’esclave de la Rome antique, appartient à son maître. Il est son bien. Comment sortir de cette impasse ?

Quelle est la stratégie des défenseurs des droits des animaux ? Quel type de droits réclament-ils et sur quels fondements ? Dans ce texte engagé, Florence Burgat montre comment la notion de “personne” permet de faire évoluer le statut juridique des animaux vers un plus grand respect. Nul besoin de ressembler un humain adulte autonome et responsable pour être juridiquement une personne.

quelques regards – cf article Wikipédia -sur les  religions à propos de l’antispécisme

rappel : L’antispécisme est un mouvement datant des années 1970, qui affirme que l’espèce à laquelle appartient un animal n’est pas un critère pertinent pour décider de la manière dont on doit le traiter et de la considération morale qu’on doit lui accorder. L’antispécisme s’oppose au spécisme qui place l’espèce humaine avant toutes les autres.

Pour un chrétien, les autres espèces ont été créées par Dieu pour servir à l’homme : même si elles méritent le respect que leur confère le statut de créatures de Dieu, elles restent inférieures et n’ont pas droit au salut, ni aux sacrements, etc. Les interprétations des théologiens ont subi l’influence des Pères de l’Église, adeptes du néoplatonisme7, qui instille une rupture entre l’homme et les autres créatures. (pour aller plus loin cf l’étude en lecture libre : Le christianisme et l’animal, une histoire difficile -d’Eric Baratay)

Certaines religions ou cultures majeures paraissent se rapprocher de l’antispécisme. La croyance en la réincarnation dans l’hindouisme (qui est plus une culture avec des courants religieux en son sein, liés au shivaïsme, au vishnouisme, shaktisme, etc.), le jaïnisme, le bouddhisme et le sikhisme amène à proscrire la consommation des animaux et à éviter autant que possible de les tuer, de les faire souffrir. La notion d’être sensible, quelle que soit l’espèce à laquelle il appartient, est centrale dans l’hindouisme, le bouddhisme et le jaïnisme. C’est parce que tous les animaux sont dotés de cette âme commune, principe vital commun à tout être vivant (même « vouloir-vivre » selon le philosophe Arthur Schopenhauer) qu’il convient de ne pas les blesser, les tuer (voir à hindouisme et non-violence). Tous les textes sacrés, qu’ils soient hindous, bouddhistes, sikhs ou jaïns, enseignent le respect envers toutes les créatures vivantes (notion de l’ahimsa) comme valeur suprême, norme sociale, politique, et idéal le plus élevé.

Dans l’hindouisme, le jaïnisme et de manière générale dans les religions et philosophies indiennes (bouddhisme, ayyavazhi), la séparation entre humanité et animalité n’est pas en conséquence une séparation de nature mais une différence de degré.

Dans le monde chinois, selon les perspectives du taoïsme et du confucianisme, il n’y a pas de séparation nette entre humanité et animalité non plus, pas de séparation de « nature », mais différence de « degré » aussi, animaux et humains étant en réalité interdépendants ;

par rapport à l’humanisme : du fait de la double définition de l’humanisme, d’un côté décrit comme la généralisation de la compassion et de l’autre comme concept de royauté de l’homme, l’antispécisme peut être vu comme un humanisme compassionnel et dans le même temps comme l’antithèse de l’humanisme, puisque l’antispécisme met en question la supériorité de l’homme. La morale antispéciste peut donc être perçue soit comme une généralisation au-delà des frontières de l’espèce humaine de l’humanisme, donc une sorte d’universalisme de la compassion ; soit comme un anti-humanisme, dans le sens où elle refuse à l’être humain une essence qui le placerait au-dessus des autres animaux (par exemple, dans la culture hindoue, contrairement à la culture chrétienne, l’humanité a une différence de « degré » avec les autres animaux, non de « nature »).