Institut N-Light – explorer par la science de nouveaux domaines en relation avec la santé et la conscience

Voici une présentation du fonds et des projets de l’Institut N-Light – Inscription du Fonds de dotation N-LIGHT au Journal Officiel du 12 novembre 2016

 

N-Light est un fonds de dotation qui a pour objectif d’explorer des domaines auxquels la science actuelle s’intéresse peu ou pas du tout.

Il s’est notamment fixé comme mission d’analyser et de modéliser scientifiquement les découvertes effectuées sur l’énergie vitale et la conscience par les médecines traditionnelles et non conventionnelles. Le moment venu, celles-ci seraient associées à la médecine allopathique occidentale afin de créer une médecine intégrative globale, abordable par tous, telle que souhaitée par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Le fonds N-Light envisage de participer financièrement et scientifiquement aux projets suivants :

  • Projet : modéliser scientifiquement l’Ayurveda

La Phase 1 consiste à établir des cohortes médicales exploitales scientifiquement à partir des bases de données de patients fournies par JIVA, à l’aide des techniques du Groupe CSTB des Systèmes Complexes du Laboratoire ICube de l’Université de Strasbourg, affilié à CS-DC Unitwin UNESCO.

La Phase 2 consistera à comparer les résultats obtenus par JIVA dans différents domaines en utilisant les principes enseignés par l’Ayurveda traditionnel, avec les résultats cliniques obtenus dans des cas similaires par d’autres techniques médicales, comme la médecine allopathique occidentale et la médecine traditionnelle chinoise. Cette comparaison portera notamment sur les points suivants  :

  • Diagnostic
  • Thérapeutique
  • Règles de vie
  • analyse scientifique des résultats obtenus par les médecines traditionnelles, Ayurvéda indien et  médecine chinoise notamment, mais aussi par les médecines chamaniques,  en vue de les comparer à ceux obtenus par les médecines occidentales : allopathique classique et médecines « douces », homéopathique ou autres.

B –  PROJET ÂGE D’OR DE LA SCIENCE

Ce projet consiste à étudier sous quelles conditions particulières la révolution scientifique du début du XXème siècle a pu avoir lieu. Des contacts ont été pris à ce sujet avec le Service des Systèmes Complexes de l’Université du Havre.

  • L’extension du modèle énergétique de la physique actuelle à des formes d’énergie en relation avec le vivant, comme l’énergie vitale (prana en Inde, qi en Chine) et les énergies de la conscience, mises en évidence notamment par les travaux ci-dessus. Une modification des équations fondamentales de la physique pourrait en découler.

C –  PROJET « ICE » (INTERACTIVE CONSCIOUSNESS ENCYCLOPEDIA)

  • La création d’une base de données recensant les différents modèles de la Conscience accessibles sur Internet, dont serait déduit un métamodèle collaboratif et évolutif qui pourrait s’appeler :       « Encyclopédie Interactive de la Conscience ».

 

Science et spiritualité peuvent-elles se rejoindre ?

metapsychique.org/

vendredi 24 mars 2017 de 19h30 à 21h30

conférence de Jean-Pierre Gerbolet

,ingénieur ESE (physique nucléaire), chercheur en physique (anneau de collision Orsay), détenteur de plusieurs brevets, entrepreneur, conseil en entreprise, expert en art martiaux, pratiquant de plusieurs traditions spirituelles. Actuellement : président et responsable des programmes de recherche du Fonds de dotation N-Light (www.n-light.org)

Informations pratiques : Cette conférence aura lieu le vendredi 24 mars 2017 de 19h30 à 21h30, au siège de l’IMI, 51 rue de l’Aqueduc, 75010 Paris.

Présentation : Aujourd’hui, les avancées des sciences nous amènent à nous poser de nouvelles questions sur la nature de la Conscience, et il semblerait qu’un dialogue s’amorce entre Science et Spiritualité. Est-il possible d’imaginer une architecture unique de la Réalité, et un modus vivendi entre des modes de pensée différents, où personne n’aurait ni raison ni tort, chacun ayant sa vision particulière de la Réalité, en fonction du point de vue de ses observations ?

Notre but n’est pas de préconiser un modèle global particulier mais de proposer une méthodologie permettant à chacun de bâtir le sien propre. Il faudra de prime abord répondre à :

  La conscience est-elle un phénomène émergent du cerveau ou le contraire ?
  Existe-t-il une vérité unique qui décrirait une réalité unique ?

Le but de cet essai est de vous mettre sur la voie de votre vérité relative à partir de la prise de conscience du niveau de votre regard.

 

 

« Ami, entends-tu le frisson de nos âmes qui s’éveillent? »

 

le journal intégral -20/02/17

coming out spirituel sur Huffington Post -16/02/17

Abdennour Bidar :

« Ami, entends-tu le frisson de nos âmes qui s’éveillent? »

Tel pourrait être le chant, ou pour commencer le murmure, de toutes celles et ceux qui, comme moi, en ont assez d’errer dans des vies privées de sens profond.

Des vies dépourvues de liberté réelle parce qu’encore trop asservies par le travail et trop consumées à consommer. Des vies que ni la politique ni les religions, quand elles se muent en idéologies, n’arrivent plus à relier les unes aux autres au-delà des frontières de classe sociale ou de croyance.

 Comment donner un sens profond à nos existences ?

Cultiver le lien à soi: s’épanouir et s’accomplir à partir du dedans, se trouver en se dépassant, exprimer sa singularité et ses aspirations propres au lieu de rester prisonnier du système.

Cultiver le lien à l’autre: remplacer la petitesse du « chacun pour soi » par une fraternité et une coopération où nous nous entraidons tous à créer nos vies.

Cultiver le lien à la nature: apprendre ou réapprendre à contempler la beauté du monde et à vivre en harmonie avec l’ensemble du vivant.

Je veux que soit reconnue mon aspiration à vivre selon ce triple lien, qui libère mes forces intérieures et qui seul peut m’ouvrir aux plus vastes horizons de conscience et de vie.

Je veux, avec tous ceux qui en sentent l’urgente nécessité, proclamer cette vie bien reliée comme droit spirituel inaliénable de tout être humain.

Je veux proclamer cette vie bien reliée comme droit spirituel inaliénable de tout être humain.

Notre lutte pour ce nouveau droit s’inscrit dans le prolongement de tous les grands combats historiques pour les droits sociaux et politiques. Ce droit spirituel est le couronnement à venir des Droits de l’Homme, le seul à pouvoir relancer partout dans le monde la dynamique de leur réalisation. Je suis, nous sommes convaincus que seule sa proclamation peut nous offrir le grand projet de civilisation dont l’absence laisse aujourd’hui s’étendre un terrible désert de sens où prolifèrent les désenchantements, les tentations de retour en arrière et les radicalités.

Nous sommes déjà nombreuses et nombreux à nous engager dans cette lutte. De plus en plus nombreux à vouloir être les relieurs, tisseurs, tisserands du monde qui vient.

Seule sa proclamation peut nous offrir le grand projet de civilisation dont l’absence laisse s’étendre un terrible désert de sens.

De quoi avons-nous besoin maintenant?

De connecter tous nos engagements pour qu’ils s’inspirent les uns les autres!

De prendre conscience de notre nombre et confiance en notre force!

Car nous sommes déjà beaucoup plus forts que l’ordre en place!

Et nous le serons plus encore demain, à condition d’être capables de donner à cet objectif de la vie bien reliée autant d’expressions concrètes –partout où nous sommes- dans nos modes de vie, l’éducation de nos enfants, l’organisation du travail, la justice sociale, l’écologie, la gouvernance de la France, de l’Europe et du monde! Voilà le grand défi, inséparablement spirituel et politique, qui nous est proposé à travers toutes les crises de notre temps! Nous nous y engageons avec courage, détermination et espérance – et nous allons réussir.

 

Liste des signataires dans l’ordre alphabétique:

Kévin André, Abdennour Bidar, Adam Bidar, Amin Bidar, Diane Binder, Marine Bonté, Benjamin Charbit, Eva Collet, Stanislas Coppin, Eric De Kermel, Shani Diluka, Amel Haydock, Virginie Larousse, Isabelle Lonvis-Rome, Gabriel Le Magadure, Agathe Maire, Sophie Marinopoulos, Luc Mory, Caroline Olezac, Anne-Sophie Plard, Sonia Pollissard, Pierre Servan-Schreiber, Henri Trubert, Eric Vinson, Inès Weber

Si toi aussi tu es ce Je, si tu partages ces convictions, tu peux:

1) Fa​ire à ton tour ton coming out spirituel en signant ce texte sur notre page change.org

et/ou​

2) Partager / liker ce texte sur ton facebook et les réseaux sociaux

et/ou​

3) ​P​artager ​sur notre page facebook et autour de toi ​la manière personnelle dont tu es porteur de tout ​cela​ dans ta vie​!

 

R∞ – L’Hypothèse du Tout

Précis de (méta)physique à l’usage du commun des immortels

Un article écrit à partir de  la  théorie du Tout 

La bonne question n’est pas : « pourquoi voit-on quelque chose plutôt que rien ? »

mais :

Pourquoi ne voit-on qu’une chose alors qu’il y en a une infinité ?

 Il est aujourd’hui possible et même nécessaire d’envisager l’option spirituelle de manière rationnelle et scientifique à condition de redéfinir un cadre d’analyse large.

Il faut repartir de l’Esprit, de l’Être, pour définir ce nouveau cadre par opposition au matérialisme qui relève d’une forme de croyance. En effet l’hypothèse spirituelle est aujourd’hui compatible avec les dernières avancées de la science.

Cette science nous amène à nous intéresser au vide doté d’une énergie intrinsèque et c’est notre hypothèse, vibrant d’une infinité de réels. Cette hypothèse s’inscrit dans l’interprétation des mondes multiples d’Everett. Voilà toute la mesure de la révolution métaphysique en cours.

Il n’y a pas de néant, il n’y a que le Tout.

Au cours des derniers siècles, science et spiritualité se sont éloignées et la science s’est développée sur le primat de la matière sur l’Esprit niant même toute existence à ce dernier.

Il convient de renverser le paradigme et de construire la science de la primauté de l’Esprit sur la matière ou pour le moins sa concomitance.

Dans l’hypothèse du Tout toute proposition y compris celle-ci, dans la mesure où elle conceptualise, appauvrit. Mais faute de mieux il faut d’abord décrire un cadre conceptuel mathématique pour organiser ce nouveau paradigme même si parfois il s’accompagne d’un cadre poétique ou liturgique.

Il ya quelques principes simples qui sous-tendent la formalisation mathématique :

  • ce n’est pas parce que vous êtes le témoin d’une seule réalité qu’il ne s’en déploie pas d’autres.
  • ce n’est pas parce que vous percevez un espace en trois dimensions qu’il n’y a pas une infinité de dimensions.

Les mondes scientifiques actuels peuvent donner une explication satisfaisante à de nombreux phénomènes physiques mais ils se heurtent à des limites fortes aux marges de l’édifice scientifique. Ces limites nous disent quelque chose de l’incomplétude. Elles touchent à l’infini : infini du passé, de l’espace, du grand, du petit.

Par exemple la théorie de Big Bang ne nous permet pas de remonter au delà du mur de Planck soit 10-43 seconde après la naissance de notre univers.

Selon nos connaissances scientifiques actuelles l’univers observable serait né il y a 13,6 millions d’années lumière. Mais même si ce nombre traduit des dimensions gigantesques ce n’est pas l’infini.

Il y a aussi l’indétermination quantique : en l’absence d’observateur une particule est localement dans plusieurs endroits à la fois. C’est une indétermination structurelle qui traduit que la particule  occupe un nuage de positions simultanées et c’est l’observation qui la localise en un point particulier.

L’observateur fait donc partie de l’équation.

En biologie quantique, aussi, des théories émettent l’hypothèse que l’ADN soit soumis à des phénomènes quantiques et que l’ADN serait multiple.

L’idée centrale de l’hypothèse du Tout est que tous les réels advenus sont considérés depuis un « sujet » c’est à dire depuis un état de conscience et le Tout est la totalisation de tous les  états de conscience.

Depuis l’expérience d’Aspect de 1981 la preuve est établie que deux photons intriqués partent dans des polarités indéterminées et c’est la mesure de la polarité de l’un qui détermine instantanément celle de l’autre.

En physique quantique le sujet est au coeur de l’équation et les réels apparaissent multiples, une instance de conscience donnée n’étant capable d’en observer qu’un.

Un ensemble R des nombres réels est sécable à l’infini : 1 ; 1,1 ; 1,11 ; 1,111 ; 1,1111 ; …

Einstein a étendu notre espace à trois dimensions issu de notre perception du réel à un espace à 4 dimensions qui échappe déjà à notre représentation du réel. Actuellement, la théorie des cordes fonctionne dans un espace à 26 dimensions que seul l’outil mathématique permet d’imaginer.

Mais la véritable nature du réel c’est une infinité de dimensions, tailles, formes etc… Le réel est donc infini et le symbole de ce nouveau paradigme s’écrit  : R∞.

Dans cet univers, posons le postulat que la distance entre 2 points est nulle ce qui explique alors que dans le monde à 3 dimensions on observe le phénomène d’intrication quantique.

La meilleure approche de cet univers est celui des fractales.

Postulons que l’objet conscience aux surfaces multiformes envahit tout l’espace et que tous les réels possibles coexistent et sont advenus. La conscience de l’observateur fixe un de ces réels.

Le temps n’est qu’une brise, un pur phénomène de surface. Passé et futur ne sont vrai que pour un sujet donné et chaque situation est éternellement vraie sous le régime du présent.

A mesure que la conscience s’éveille et s’élargit, le temps ralentit et donc celui-ci est en fait une promenade du sujet sur l’objet.

L’hypothèse du Tout c’est un monde sans loi physique absolue. C’est un monde où la loi physique n’est qu’une entreprise de structuration locale adaptée à une vision locale.

Une instance de conscience donnée est un lieu et un moment d’un réel existant.

Le hasard n’existe pas dans R∞ : tout est en relation. Dans Rle hasard apparaît comme une superstition ou une science vraie des probabilités.

Si l’on postule un réel unique la logique Aristotélicienne interdit qu’une chose et son contraire puissent être vrai. Dans R∞ plus rien n’est faux et il existe toujours un lieu de cet espace où cette chose ou son contraire est vraie.

Les taoïstes ne s’encombrent pas de cette contrainte Aristotélicienne et le Sage embrasse tous les multiples.

 » le contraire d’une vérité profonde peut être une autre vérité profonde » – Niels Bohr

Ce qui est assommant chez les nombreux ésotériques c’est qu’ils n’aient qu’une croyance et qu’elle tourne à l’obsession.

Trancher entre deux vérités locales c’est appauvrir la richesse infinie des réels.  » l’erreur c’est l’oubli de la vérité contraire » – Blaise Pascal.

Le reproche qui peut être fait aux sciences c’est qu’elles détruisent la capacité à rêver et restreignent les espaces des possibles. On devrait dire : « dans mon monde, le monde est comme ci comme ça ».

On voit bien que la fascination matérialiste commence à s’effriter ce qui permet de faire entrevoir au plus grand nombre la multiplicité des réels, l’impossibilité de la mort et peut-être de toucher à l’existence de Dieu.

Les enfants de trois à six ans savent quelque chose qu’on nous a fait oublier et qu’il ne sera plus possible d’ignorer encore bien longtemps.

 Pour accéder à la présentation de la théorie de l’Hypothèse du Tout

La mondialisation : le monothéisme du marché

sur le blog de Roger Garaudy

Ce qu’on appelle la « mondialisation », en réalité le monothéisme mondial du marché engendré par le capital, rapport social désormais mondialisé, est lourd de menaces parce qu’il produit un monde cassé : entre les « élus » et les exclus, les pauvres et les riches, les exploiteurs et les exploités, le Nord et le Sud.

Les avancées de la science et de la technique, qui augmentent sans cesse nos moyens et nos pouvoirs, servent plus à la destruction de l’humain qu’à son épanouissement car elles ne sont orientées par aucune réflexion sur le but et le sens de la vie.

Ce monde, fondé sur une conception quantitative du bonheur, n’a d’autre but que de produire et consommer de plus en plus, de plus en plus vite, et n’importe quoi, au point que les trafics les plus fructueux sont aujourd’hui ceux des armements et de la drogue.
Dans ce monde, les fortunes s’acquièrent par la spéculation financière beaucoup plus que par le travail producteur de biens et de services.
– Ces dérives conduisent à la jungle, à la loi dominante du plus fort, à la violence et au chaos qui en découlent.

La triple mutation c’est le passage :

de l’individualisme à la communauté. Selon l’individualisme, chacun est le centre et la mesure de toute chose. Le membre de la communauté au contraire se sent responsable du destin de tous les autres membres ; la liberté de l’autre n’est pas la limite de sa propre liberté mais la condition

du positivisme à la foi. Selon le positivisme, la science et la technique peuvent résoudre tous les problèmes, y compris celui du sens de notre vie ; c’est une religion des moyens. La foi au contraire exige rupture avec tout déterminisme ; foi en Dieu ou foi en l’Homme, mais toujours foi dans un sens de la vie et foi dans l’unité du monde.

du particularisme à la considération première du tout. Le particularisme, c’est privilégier les intérêts d’un individu, d’un groupe ou d’une nation contre ceux du tout. Aucune action pourtant ne peut être créatrice d’un avenir à visage humain, poursuivre l’humanisation de l’homme, si elle n’est pas fondée sur la considération première du tout et ne s’y ordonne.

 

 

Une nouvelle vision de la conscience- par Willis Harman

 

 

Willis Harman sur Wikipédia

Nous subissons l’une des plus profondes transformations de l’histoire : un changement structurel des croyances de la société occidentale. Aucun pouvoir économique, politique ou militaire ne peut se comparer à celui d’un changement sur le plan des idées. En modifiant délibérément leur vision de la réalité, les gens changent le monde. Willis Harman est considéré comme un des grands visionnaires de notre temps. Durant toute sa vie professionnelle, il sest profondément impliqué dans le processus de transformation globale, qui constitue une partie intégrante de notre futur immédiat. Au cours de sa carrière, il a incarné mieux que quiconque lintégration des connaissances intellectuelles et spirituelles, qui est au cur des travaux menés à lInstitut des sciences noétiques, un organisme quil a présidé jusquà sa mort en 1997. « L’uvre de Willis Harman est un superbe témoignage de l’esprit humain dans le monde postmoderne. Une nouvelle vision de la conscience constitue l’un des meilleurs et des plus provocants exposés sur le rôle fondamental de la conscience dans l’évolution de l’humanité.» – Ken Wilber, auteur d’ »Une brève histoire de tout ».

présentation du livre sur la page de lecture de la critique de la modernité et la transrationalité

Le monothéisme du marché : une religion qui n’ose pas dire son nom

 

Roger Garaudy

extraits du Chap 2 -LE MONOTHÉISME DU MARCHÉ

Etats-Unis avant garde décadence

 

De l’une à l’autre forme de marché il y a une première différence:
l’existence d’un intermédiaire, la monnaie, servant, à l’origine, d’instrument de mesure pour ramener à un dénominateur commun les produits de travaux différents en qualité et en quantité. Mais ce marché demeure un moyen de communication et d’échange. Les fins dernières de la vie se définissent en dehors de lui, établies par des hiérarchies sociales, des morales implicites ou explicites, des religions qui n’ont en lui ni leur origine ni leur fondement.

Le marché ne se transforme en une religion que lorsqu’il devient le seul régulateur des relations sociales, personnelles ou nationales, seule source du pouvoir et des hiérarchies.

Nous nous contenterons de dégager les conséquences, économiques, politiques, spirituelles, de la phase ultime de ce cycle, et d’esquisser quelques pistes pour nous libérer de ce réductionnisme et de cette entropie humaine en laquelle certains théoriciens américains du Pentagone et leurs disciples à travers le monde voient, selon le titre du livre de Fukuyama, La fin de l’histoire.

Alors qu’il s’agirait, si cette dérive arrivait à son terme, d’une fin de l‘homme en ce qui le caractérise : la transcendance du projet, contre l’abandon à des déterminismes économiques tenus pour lois naturelles…

Ce qui caractérise en effet ce monothéisme du marché, ce « libéralisme» totalitaire, c’est le mépris de la liberté de l’homme, le mutilant ainsi de sa dimension spécifique : n’être pas une résultante

des lois de la nature, mais au contraire être capable de former des projets qui ne soient pas le simple prolongement du passé, de ses instincts animaux, de son intérêt individuel.

Il nous est possible aujourd’hui de retracer la trajectoire du modèle occidental de croissance depuis la mortelle erreur d’aiguillage de la prétendue Renaissance, c’est-à-dire de la naissance de la civilisation du quantitatif et de la raison instrumentale, la raison cartésienne, religion des moyens, mutilée de la dimension première de la raison : la réflexion sur les fins dernières de la vie et de son sens…

Telle est en effet la fin dernière du  « monothéisme du marché » nous « branchant » sur la plus fausse vie, depuis le film américain commençant par la chasse à l’Indien, avec les westerns, ou la jungle de l’argent, avec « Dallas », en passant par toutes les formes de la violence et de l’inhumain, de « Batman » à « Terminator », jusqu’à la parabole de notre régression vers le monde des « dinosaures ».

Nous ne retiendrons que ce qui constitue aujourd’hui les deux assises les plus solides pour l’expansion du marché : la drogue et l‘armement.

Autre corollaire d u « monothéisme du marché » : la corruption.

Alain Cotta définit la logique du système :

« La montée de la corruption est indissociable de la poussée des activités

financières et médiatiques. Lorsque l’information permet, à l’occasion

d’opérations financières de tous genres – en particulier celles de fusions,

d’acquisitions et d’OPA – de bâtir en quelques minutes une fortune impossible à constituer, fût-ce au prix du travail intense de toute une vie, la tentation de l ‘ acheter et de la vendre devient irrésistible. » Alain Cotta : « Le capitalisme dans tous ses États » (Ed. FAYARD. 1991.)

L’auteur ajoute : « l’économie marchande ne saurait qu’être favorisée

par le développement de cet authentique marché… La corruption joue en

somme un rôle analogue au plan».

L’on ne saurait mieux dire : dans u n système où tout s’achète et

se vend, non seulement la corruption, mais la prostitution, ont cessé

d’être des déviances individuelles pour devenir des lois structurelles

d u système…

La « spéculation » a un sens précis qu’enregistre le dictionnaire

« ROBERT » dans cette définition : « Spéculation : opération financière

qui consiste à profiter des fluctuations du marché (cours des valeurs et des

marchandises) pour réaliser un bénéfice. »

Maurice Allais (prix Nobel d’économie), se fondant sur les données

de la « Banque des règlements internationaux » note que : « les

flux financiers s’élèvent en moyenne à onze cents milliards de dollars par

jour, soit quarante fois le montant des flux financiers correspondant à des

règlements commerciaux. Un tel système est indéfendable. » Maurice

Allais : « L’Occident au bord du désastre ». Interview à « Libération » d u 2 août 1993. Et son livre : « Erreurs et impasses de la construction européenne » (Ed. Juglar, 1992).

Cela signifie que, dans le système actuel de « monothéisme du marché », l’on gagne 40 fois plus à spéculer sur les matières premières, les devises ou ce que les économistes appellent « les produits dérivés », c’est-à-dire tout ce qui ne porte pas sur le règlement au comptant des produits ou des services, qu’à travailler dans la production ou les services.

Surgissement d’un nouveau monde

 

 

Surgissement d’un nouveau monde- 

par Marc Luyckx Ghisi –

cf interview de l’auteur de mai 2014 sur le blog de Jocelin Morisson

Nous vivons un changement de société rapide et profond car la rationalité moderne, l’approche patriarcale et le capitalisme industriel ne sont plus capables de formuler une réponse satisfaisante ni au problème de notre survie collective et de celle de l’environnement, ni aux problèmes sociaux et démographiques de notre monde en ce début de XXIe siècle. Ils sont déjà dépassés car ils ne font plus sens : ils conduisent à la mort. La société civile mondiale cherche déjà ailleurs, même si les pouvoirs s’évertuent à la convaincre qu’il n’y a pas d’alternative. Certains sont en train d’expérimenter un profond réenchantement, une réconciliation corps-coeur-âme. Dans ce groupe de 25 % de citoyens européens et américains, 66 % sont des femmes.

voir la présentation du livre sur la page de lecture de la critique de la modernité