chamanisme et christianisme

 

 

Jacques Mabit dirige le centre Takiwasi  de réhabilitation et de traitement des toxicamanies, mais qui propose aussi des séminaires et retraites dans la forêt amazonienne et permet  également une recherche sur les médecines traditionnelles amazoniennes.

Takiwasi, ou “La maison qui chante” en langue quechua, est une association à but non lucratif, située dans la ville de Tarapoto, en Haute-Amazonie péruvienne. Sa fondation en 1992 fut le résultat d’un projet de recherche, commencé en 1986, sur les pratiques millénaires de la médecine traditionnelle amazonienne, dans l’une des régions du Pérou les plus riches en termes de connaissances ancestrales liées à l’utilisation des plantes médicinales et sacrées, qui contribuent à la guérison physique, mentale et spirituelle.

Depuis sa création, le Centre Takiwasi s’est consacré à l’amélioration des conditions de santé de la population et à la préservation de l’environnement, en développant des techniques et des modèles d’intervention innovants qui sauvegardent les connaissances traditionnelles amazoniennes et les articulent avec la science médicale moderne, tout en tenant compte des préoccupations thérapeutiques, scientifiques, écologiques, culturelles et humaines. cf “Ressources humaines”

Takiwasi est considérée comme la plus ancienne et la plus prestigieuse institution alliant la psychothérapie et les plantes médicinales pour des traitements de santé mentale. Avec une trentaine d’années d’expérience dans ce domaine, son modèle, offrant l’équilibre parfait entre médecine, psychologie et spiritualité, a été l’objet de plus de 50 travaux de recherche internationaux réunissant une communauté académique interdisciplinaire, intégrée par des institutions scientifiques d’excellence mondiale. (cf les publications des chercheurs externes)

voir là la documentation produite par  Takawasi

Qui est Jacques Mabit ?  Voici sa présentation sur le site de Takiwasi.com

Jacques Mabit est médecin de formation. Au cours d’un parcours de vie très riche il découvre la médecine traditionnelle indienne et devient guérisseur.

Voir là la description du parcours de Jacques Mabit, les doutes et expériences traversées avant de devenir le créateur et directeur du centre Takiwasi .

chamanisme et christianisme

conférence de Jacques Mabit à Paris en mai 2016 ajoutée sur Youtube par François Delonnay le 11 octobre 2016

Quelques notes prises à l’écoute de cette vidéo  et complétées de certains liens hypertextes:

 

Jacques Mabit a une double appartenance : il est médecin conventionnel – faculté de Nantes- et il est guérisseur reconnu par les associations de guérisseurs.

La jonction entre chamanisme et christianisme se fait au niveau de la clinique. Et Jacques Mabit rappelle que le chamanisme est avant tout une médecine et n’est pas une religion. Par contre le christianisme devrait-être une religion guérissante : Jésus guérit et soigne puis il prêche.

Chamanisme et christianisme ont en commun de se relier à un autre monde. Jésus répond à Pilate mon royaume n’est pas de ce monde ” – Jean 18:36.

Actuellement de nombreux courants occidentaux néo-chamaniques ont créé une religion chamanique de l’ayahuasca comme le Santo Daime au Brésil. Il y a une explosion du néo-chamanisme dans le monde par exemple en Australie ou à Hawaï ( je rajoute : cf sciences et Avenir de septembre 2018 )

Dans le christianisme la théologie s’est détachée de l’expérience pour devenir spéculative. Je me réfère souvent aux écrits du Père Brune et je recommande son livre : Pour que l’homme devienne Dieu.

partie 1 : Je vais résumer notre clinique et les observations (points clé et voir convergence avec le christianisme).

Tout d’abord il faut insister sur le fait qu’au cours des procédures, les plantes ne créent rien. Elles amplifient ce qui est déjà là dans notre corps et qui remonte à nos ancêtres jusqu’à la création. Ces procédures aident à faire mémoire : je suis fils de qui ?

D’autre part toute parole prononcée avec les tripes ou le coeur est opératoire. La parole peut bénir ou maudire.

Les procédures sont d’abord purgatives : on se purge avant d’accéder à la connaissance et dans celles-ci le rituel est fondamental.

Dans ces procédures la notion de conscience morale est fondamentale : c’est un sérum de vérité et toute falsification va être mise en évidence. Il y a un ordre du monde, il y a des lois. Tout ce qui est New Age “je sens, je ne sens pas, c’est sympa…” n’est pas dans cette initiation.

Ces lois sont non jugeantes et le fait de dire est libératoire. Le pardon surgit spontanément : pardonner aux autres et soi-même.

Il y a apparition de la gratitude : remerciement pour la vie même si l’observation de notre ombre est parfois terrible mais tout va bien.

Dans cette procédure surgit toujours la conscience du mal que j’ai fait ou que j’ai subi.

Il apparaît que le corps sait déjà avant le coeur et la tête : d’abord des réactions corporelles puis émotionnelles et enfin compréhension.

Ce qui conditionne ces procédures est l’investissement. Il faut une sincérité de base, du coeur. Si on triche soit il ne se passe rien soit au contraire on reçoit une grande claque.

Avant la procédure il faut se mettre au clair . Il y a une confession : dire ce qu’on a fait  de mauvais. C’est très important il faut une médiation.

De même l’initiateur doit avoir aussi une intention claire, une sincérité de base. La bonne conscience n’est pas suffisante, il doit avoir un inconscient clair et une connaissance de ce qu’il fait.

Pour le patient il faut un abandon total au thérapeute. Il faut la foi, c’est fondamental.

Surgit alors un enseignement simple  -mais non simpliste– sous la forme de  ce que j’appelle la Voix de la Sagesse. Elle peut-être entendue, elle peut venir de l’intérieur, elle peut s’exprimer sous d’autres formes perceptibles aux autres sens, par exemple des odeurs. C’est une voix non jugeante, bienveillante mais ferme. C’est une voix non manipulable, peu bavarde, qui attire , ne présente pas d’arguments et ne se contredit jamais.

Pour la procédure il faut donner du temps à lui consacrer exclusivement en définissant combien ça va durer et aller au bout de ce temps car c’est alors que la voix s’exprime.

La procédure est une prise de contact avec les esprits : esprits des plantes, esprits des défunts ( notamment s’il y a eu contentieux du vivant), puissances angéliques bonnes ou mauvaises, figures du panthéon religieux ( pour les chrétiens souvent la Vierge.)

On peut cliniquement détecté les démons – à la fois vision par le patient et par le thérapeute- Cette emprise démoniaque peut-être suite à des expériences de contact et elle peut se poursuivre toute la vie. Les entités maléfiques sont représentées par des formes par notre cerveau. Ces problèmes peuvent être hérités de nos ancêtres.

partie 2 : cohérences chamanisme et christianisme ( cette deuxième partie – pourtant au centre de la conférence-est très abrégée en raison du temps consacré à la première )

  • la bonté précède la connaissance ( alors que c’est l’inverse dans la gnose à la base de toutes les sociétés secrètes)
  • des deux côtés il y a l’exigence  d’un coeur et corps purifié
  • il y a des deux côtés un rituel
  • la guérison est une grâce
  • contrairement au New Age   les deux approches supposent une certaine dose de souffrance
  • On accède à un monde réel, primordial
  • on accepte le combat spirituel
  • le chamanisme réveille ce qui est présent dans le corps de l’homme
  • le prêtre devrait guérir et enseigner au niveau du corps
  • la confession
  • je conseille de lire le Lévitique ( cf présentation sur Wikipedia). Les Thomistes en ont fait une interprétation symbolique qui a sa valeur mais qui ne doit pas occulter le premier niveau : oui les objets, les corps peuvent être chargés d’une puissance propre. Cette observation dans le chamanisme se retrouve aussi  dans la Bible. ( cf ici les mouchoirs de Saint-Paul , ou là.)
  • cf l’ombre de Saint-Pierre guérissante : « Par les mains des Apôtres, il se faisait de nombreux signes et prodiges parmi le peuple (…) à tel point qu’on allait jusqu’à transporter les malades dans les rues et à les déposer là sur des lits et des grabats, afin que tout au moins l’ombre de Saint Pierre, à son passage, couvrit l’un d’eux ». Actes des Apôtres, chapitre 5, versets 12 à 15

Dans son “récit du pélerin” autobiographie, Saint Ignace de Loyola, créateur de l’ordre des Jésuites,  évoque la présence démoniaque en lui au cours de sa vie .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous demeurons aveuglés par les Lumières

 

 

Le 2 février 2018 Jean François Colosimo chrétien orthodoxe , directeur des Editions du Cerf publiait son livre Aveuglements

Dans un article du 10 septembre publié sur ce blog je présentais cet ouvrage à travers une interview donnée au magazine La Vie et une présentation par Jean Birnbaum dans le journal Le Monde du 29 mars 2018.

Un peu plus d’un an après la parution de ce livre je reviens sur celui-ci qui m’apparaît fondamental par rapport à l’existence de  ce site et blog. Le thème central du livre est  le constat que Les Lumières  sont venues jeter la vision d’un homme seul et maître de lui-même et du monde. Elles ont voulu s’extraire de  ce qu’elles ont qualifié l’obscurantisme moyen-âgeux. Elles  ont en fait jeté un terrible voile qui nous étreint et nous rend aveugle en nous confinant dans un monde strictement rationnel et voué, corps sans âme, au mythe du Progrès, notre nouvelle religion. De ce monde, au XX ième siècle, ont surgi le nihilisme, le nazisme, le communisme, le génocide du Cambodge. J’ajouterai que ce mythe ou religion du Progrès – cf là par exemple -, largement partagée mondialement, nous entraîne vers une fin de l’homme – cf Fin de l’homme de Fukuyama– avec l’extinction des espèces, la déforestation, les déséquilibres planétaires qui commencent dont celui du climat. La seule issue envisageable actuellement par cette humanité vouée à la religion du Progrès est de nous proposer le surhomme technologique . Il faut poursuivre ce mythe du Progrès et s’orienter vers le transhumanisme, l’homme machine pourra seul résister au développement de la machine, à l’intelligence artificielle. L’homme poursuit donc sa course folle vers l’abîme dominé  qu’il est par l’hybris.

“Nous demeurons aveuglés par les Lumières” – La Vie  – Henrik Lindell  le 27/02/2018

Iconoclaste, l’historien et théologien s’attaque à la part obscure de la « religion du progrès » née en Europe au XVIIIe siècle. Et il pourfend le nihilisme qu’elle aurait, selon lui, enfanté.

Dans Aveuglements, puissante fresque de plus de 500 pages, le bouillonnant Jean-François ­Colosimo, directeur des éditions du Cerf, règle ses comptes avec la modernité, toutes ses guerres et ses nouvelles idéologies trompeuses.

Vous dénoncez la « face cachée » des trois derniers siècles, à savoir le nihilisme qui serait à l’origine des idéologies meurtrières modernes. Et la source de nos aveuglements serait les Lumières. Pouvez-vous expliquer ?

Ce livre procède d’un constat : la modernité, qui est née avec les Lumières, et particulièrement les Lumières françaises, a marqué l’avènement d’un temps qui se voulait radicalement nouveau. Il fallait en finir avec « l’obscurantisme », et la religion était le signe éminent de tous les esclavages passés. Pendant deux siècles, l’idéologie dominante a été que l’homme devait devenir le créateur de lui-même. Mais cette époque-là est révolue.

Nous assistons désormais à la fin du mythe du progrès et de ce que j’appelle la religion du progrès. Fini l’homme autonome, l’homme sans transcendance et sans limites. Problème : nous ne l’avons pas encore bien compris, car nous demeurons aveuglés par le soleil des lendemains radieux que promettaient les Lumières. Il en va de ce soleil comme des astres quand ils vieillissent et meurent : ils deviennent noirs. Ils irradient alors d’une lumière qui est fausse, ce qui provoque une forme d’éclipse et on ne voit plus rien. Nous n’avons pas pris la mesure de cet échec monstrueux que sont les Lumières.

( cf l’exposé sur la page du Temple des Consciences )

Vous suggérez même que les Lumières, contrairement à ce qu’elles prétendaient, ont fait naître des religions plus oppressives que jamais. N’est-ce pas aller trop loin ?

Les Lumières françaises ont critiqué radicalement le fait religieux. Elles l’ont stigmatisé comme le signe de l’humanité débile qui n’a pas pris la pleine mesure de ses pouvoirs. Elles l’ont condamné en le réduisant à la soumission à un Dieu faux, inexistant, arbitraire. À une idiotie ou à une pathologie. La modernité nous a bercés de l’illusion que la religion appartenait au passé. Mais que voit-on aujourd’hui ? Il suffit d’allumer la télévision et il saute aux yeux qu’on tue au nom de Dieu.

On parle de « retour de la religion » ou de « revanche du sacré ». On dit que « le Moyen Âge resurgit ». Ce qui prouve que l’on n’a vraiment rien compris. La stratégie des Lumières a été de noircir le passé pour mieux exalter un futur libéré du religieux. Mais, à la vérité, le religieux ne nous a jamais quittés. La grande tromperie de la modernité est là : elle a prétendu qu’elle allait chasser le religieux, alors qu’elle n’a fait que créer des religions séculières qui, oui, sont plus criminelles que ne l’ont jamais été les religions historiques.

Mais quelles religions ?

En 1793, Robespierre crée le culte de l’Être suprême, avec son catéchisme, ses rites, son calendrier (Le « culte de l’Être suprême » était une cérémonie déiste, influencé par la pensée des philosophes des Lumières, et consistait en une « religion » qui n’interagissait pas avec le monde et n’intervenait pas dans la destinée des hommes. Il ne s’agissait pas d’un culte, au sens fort du terme, mais plutôt une sorte de religion civile à la Rousseau). Robespierre s’est alors opposé aux Hébertistes et leur culte de la Raison (Le culte de la Raison procède de l’athéisme et du naturalisme de Denis Diderot, dont s’inspirait Jacques-René Hébert. Plusieurs églises furent transformées en temples de la Raison, notamment l’église Saint-Paul-Saint-Louis dans le Marais. Le mouvement s’est radicalisé en arrivant à Paris avec la fête de la Liberté à la cathédrale Notre-Dame le , organisé par Pierre-Gaspard Chaumette. Le culte était célébré par une beauté figurant la déesse de la Raison. ) . Il se montre en cela plus religieux que Louis XVI. Il sait également que, sans la croyance dans ­l’immortalité, on ne peut fonder la vertu publique et mobiliser les masses. La conscription lui permet de faire de tous les citoyens des soldats (créée par la Révolution française, avec la fameuse levée en masse de l’an II ( au ). Il ouvre ainsi l’ère des grandes apocalypses. D’abord le « populicide » en Vendée , bien sûr – terme alors employé par Babeuf en 1794 – cf là “la République populicide : du système de dépopulation de Babeuf par Ronan Chalmin)-. Puis les massacres à l’échelle industrielle lors de la Première Guerre mondiale – cf ici les pertes mondiales de la première guerre- cf là “guerre de masse” et ceux de la deuxième guerre mondiale – cf pertes humaines-. Enfin, la Shoah cf ici, le Goulag cf làet tous les charniers sans nom.

Ces religions modernes réclament le sang. Elles sont sacrificielles.

C’est le cas du nazisme avec ses grandes messes, son culte de la personnalité et ses folies scientistes, qui représentent une manipulation typique de la modernité : dans sa volonté illimitée, l’homme-Dieu se fabrique lui-même.

Même constat pour le communisme, avec ses pontifes Lénine et Staline, ainsi que l’hérétique en chef, Trotski, et son Internationale missionnaire. Quoi de plus religieux que les liturgies militaires sur la Place Rouge ? Lénine embaumé s’inscrit dans le mythe de l’immortalité.

Le génocide au Cambodge -cf conflit cambodgien-revêt, lui aussi, un aspect religieux. Dans les camps, les Khmers rouges diffusent pour message : « Jusqu’après ta mort, l’Organisation continue de te surveiller. » Il y a donc eu un au-delà même pour l’athéisme militant.

LE MONDE |  |Par Jean Birnbaum

Dans un bref essai paru à Vienne en 1938 et immédiatement confisqué par la Gestapo, le philosophe Eric Voegelin (1901-1985) faisait du nazisme une expérience religieuse, une espérance apocalyptique, une mystique sanglante : « Et le geste sera bon, si rouge coule le sang », disait un poème récité par les zélateurs hitlériens. Raillant les intellectuels qui refusaient d’envisager le noyau religieux du totalitarisme, Voegelin écrivait : « La question religieuse reste taboue pour ces esprits sécularisés ; et la soulever sérieusement et radicalement aujourd’hui leur apparaît comme douteux – peut-être aussi comme une barbarie ou un retour vers le sombre Moyen Age. » Ce petit livre indispensable, Les Religions politiques, a été traduit en français en 1994 aux éditions du Cerf.

Un demi-siècle plus tard, Jean-François Colosimo, le patron de cette vénérable maison fondée par des frères dominicains, s’inscrit en partie dans le même sillage. Alors que d’autres fanatiques font couler le sang avec ferveur, il publie Aveuglements, livre plus épais que celui de Voegelin, mais qui décrit également le « lien impensé » entre politique et théologie. Déjà auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet, Colosimo signe ici son essai le plus personnel. On y retrouve son érudition exaltée, mais aussi cette écriture subtilement ténébreuse qui vaut sans doute fidélité à son maître, le penseur post-maurrassien Pierre Boutang (1916-1998).

« A quoi mourons-nous symboliquement et de quoi meurent, assassinés, trop d’entre nous ? » D’entrée de jeu, la question est vaste. Pour y répondre, Colosimo emmène son lecteur dans une méditation de longue haleine, où il croisera de nombreux auteurs d’époque et d’horizon différent.

DANS L’ ENTOURAGE DE JESUS MESSAGE DU DIMANCHE 24 FEVRIER 2019

DANS L’ENTOURAGE  DE  JESUS

MESSAGE DU DIMANCHE 24 FEVRIER 2019

Je n’avais plus revu Momo  depuis quelques temps, et elle me manquait  énormément , mais voilà que Dimanche , elle me rend visite , et  bien sûr ,  j’en profite , pour avoir d’autres informations sur la vie au Ciel .

L : Qui est là ?                                                                                                                                  _  C’est  Momo  .                                                                                                                            L : Tu es enfin revenue , mon amie  ! Où étais-tu ?                                                        _ J’étais à un niveau , que tu ne pourrais pas imaginer,  dans l’entourage de Jésus .                                                                                                                                                  L :  Tu peux voir Jésus ?  Comment est-il ?                                                                        _   Il est une lumière incandescente et douce , qui vous enivre et vous pénètre . Vous êtes pris dans une sorte de flot de lumière , dont vous ne voulez plus sortir . Vous baignez dans une joie indicible , et plus rien ne compte que son amour .                                                                                                             L : Est-ce un bain qui vous est imposé , pour vous ravitailler en amour ?      _ Rien  ne nous est imposé , au Ciel , ma lulu,  et ce bain d’ amour est une grâce, octroyée par Dieu à ses anges,  afin de renouveler , en eux ,la mission divine , pour laquelle ils ont été choisis . C’est à la fois , une purification et une réinitialisation , qui nous remet à neuf , même si notre pureté initiale , reste intacte . Il s’agit d’un surcroît de pureté et d’énergie qui va nous permettre de vous sauver . Nous devenons beaucoup plus forts ,  et nous pouvons ainsi , intervenir encore davantage , parmi vous .

L: Je suis si heureuse que tu sois là ,  Momo !  Donne-moi la force pour le second livre , je t’en prie !                                                                                                           Dis-moi , mon ange , j’ ai l’impression , et beaucoup  d’autres autour de moi  , que les vibrations de la terre  s’accélèrent, et certains interprètent la fréquence des acouphènes , de plus en plus répandus dans notre société , comme un changement  de vibration vers un stade spirituel supérieur , pour l’Homme .                                                                                                                                        _  Il y a véritablement une prise de conscience , et notre travail est en train de porter ses fruits , ce qui met le  Perverti , en fureur . Mais , il ne gagnera pas .  Les anges guerriers sont à ses trousses et protègent les humains , afin qu’aidés  par les  Justes ,  ils puissent changer de vibration et commencer à monter vers nous.                                                                                                                        L : Que se passe-t-il ?                                                                                                                _  Des perturbations .  Traduis, et reprends-moi , plus tard.

En effet , l’écriture commence à se transformer et trace des mots sans suite,  illisibles . Au bout d’un moment,  cela s’arrête et je reprends le dialogue , avec mon guide préféré .

L : Peux-tu apercevoir la silhouette de Jésus ? Car il  n’est pas seulement lumière , n’ est-ce-pas ? Nous ressemble-t-il ?                                                            _  Il est difficile , pour un être humain , de concevoir  l’apparence de notre Seigneur.  Lorsqu’il est venu sur terre , il a pris votre aspect , voulu par Dieu.    Mais , au ciel , cette présence , que tu pourrais croire physique , avec un modèle de sa personne incarnée , est en fait , une sorte de chaleur , qui vous enveloppe et vous entoure de ses bras . On perçoit une forme, on entend des paroles , mais tout cela est fondu dans un amour si ardent , qu’on semble brûler d’un feu de douceur , dont nous sommes le centre .        Il diffuse cet amour , et nous ressentons , nous vivons sa présence , mais nous ne distinguons pas vraiment ses traits .                                                                  Nous les anges, nous l’avons connu depuis sa naissance , au cours de sa vie d’ homme  , et pendant son calvaire , jusqu’à la résurrection , et nous t’avions déjà raconté , combien il était d’ une beauté irradiante  , et ensorcelante de grâce .  Mais, au Ciel , la lumière qu’il génère , ne permet pas d’apercevoir son visage . Nous le connaissons intuitivement et nous n’avons nul besoin de le voir .

L : Vous m’aviez dit que Jésus écoutait les conseils des êtres célestes, très haut placés dans la  hiérarchie.  Ils se tiennent autour de lui , ils parlent avec lui , sans doute mentalement , mais y-a-t-il vraiment un échange ?

_ Oui , il y a un échange , mais ce sont surtout des prières et des supplications , car Dieu connaît tout, de vous  , et nos informations sont inutiles . Seules comptent  nos prières et nos supplications , afin de  vous défendre et de vous trouver des excuses. Mais Jésus est toujours de votre côté, et intercède toujours , pour vous, auprès de son Père .

 

LA METAPHORE DU FAUTEUIL, LE POUVOIR DES ELUS – MESSAGE DU 3 AÔUT 2018

LA METAPHORE DU FAUTEUIL

LE POUVOIR  DES  ÉLUS

MESSAGE DU 3 AÔUT 2018

 

Cette métaphore étant particulièrement complexe , j’ai dû m’entretenir de nouveau avec mes Anges ,sur le sujet . Ainsi , ils ont tenté de m’apporter quelques éclaircissements  , ou tout au moins, ont-ils ouvert les pistes d’une réflexion , plus que nécessaire à la compréhension de cette étrange image du fauteuil roulant.

Déjà en 1999 , s’était produit un événement qui  m’avait fortement interpellée, et j’ai fait le rapprochement entre les deux histoires , car en fait, tout se recoupe , tout est lié , dans le monde angélique, et les diverses sources diffusées au cours d’ années différentes , confirment la véracité et la permanence des messages .                                                                                                        Il y est question de magie .  Comment ne pas être émerveillés par ces interventions célestes qui  s’approprient nos songes , pour faire passer une information !  Dans la nuit du 14 Juin 1999 , un ami très cher , qui nous avait quittés trois mois auparavant, soit le 14 Mars ,  fête de la Sainte Mathilde , apparaît à ma fille, dans un rêve qui constitue un étonnant message venu de l’au-delà . Je ne donnerai pas ici  tous les détails de cette rencontre , mais il faut savoir que notre ami , comédien, avait commencé à se perfectionner dans le domaine de l’Illusion, et voulait faire des tours de magie pour le spectacle . Il se présente donc à Mathilde , en disant : « Pourquoi es-tu si triste ? Il n’y a rien de réel dans cette histoire ! C’est un tour de passe-passe !  Ne pleurez surtout pas ! Je suis là quand je veux ! Je reviens quand je veux ! »  Lorsqu’il emploie le terme « tour de passe-passe », il  évoque ,de ce fait, notre existence illusoire  , ainsi que le psalmodient mes Anges , à longueur d’ années et  d’écrits !  « La vie n’est qu’ une illusion , la Vraie Vie se trouve de l’ autre côté , Vera Vita , Vita nell’ azzuro ». Il ajoute : « Je suis vivant , je peux vous voir ! La vie est un rêve ! »

Les mots de notre ami ne souffrent aucune controverse. De là où il se trouve, il fait un constat , empli de certitude !  Une extraordinaire découverte qui le comble d’orgueil et le ravit ! « Je suis là quand je veux ! »  C’est une évidence,  un cadeau que lui ont fait les Anges  , à  l’occasion de son arrivée chez eux , dans sa nouvelle maison , car c’est une âme pure et innocente.

Sommes-nous si éloignés de la métaphore du fauteuil ?  Si c’est le cas , pourquoi ce doux souvenir , vieux de 18 ans , serait-il remonté à la surface ? J’ai une telle confiance dans les motivations angéliques ! Rien ne se fait qui n’ait été de leur décision !

Le 3 Aôut 2018, je m’adresse de nouveau à mes amis. Voici  donc ,ce  qui m’ a été expliqué , à propos des pouvoirs ,  lors de notre entretien .

L : Que faut-il comprendre lorsque vous dites : « Rien n’est jamais acquis par magie » ?

_ Ce ne sont pas des pouvoirs magiques . Ce sont des pouvoirs spirituels , octroyés par Dieu , dans le but de confirmer aux êtres humains, la présence divine dans leur vie . Ceux qui ont la Foi en sont récompensés , et les autres peuvent obtenir la Foi et l’Amour de Dieu . Mais il est trop facile, d’être témoins de prodiges et de se dire ensuite , fidèles du Seigneur . Tout cela doit se mériter , et les êtres humains , témoins de prodiges , doivent se montrer dignes de cette immense faveur. Car c’est un signe de Dieu dont il s’agit , car c’est un pas de Dieu vers vous , dans son Amour et son immense compassion à votre égard.

L : Pourquoi le fauteuil est-il projeté dans les airs , disséminé puis reconstitué comme par magie ? S’agit-il d’un tour de passe-passe ? Celui du magicien qui fait apparaître , disparaître puis réapparaître une colombe , par exemple, ou bien un foulard ?

_ C’est cela même  , ma lulu ! Tu as compris !

L : En fait , tout est dans l’ illusion ?   C’est une illusion de pouvoirs ,  puisqu’en réalité , vous ne les donnez pas  à une âme malade ou infirme . Cette infirmité est la maladie du manque d’ Amour , de la carence d’ Amour , et sans un potentiel d’ Amour qui touche à la Divinité , à la Pureté de l’ âme,   point de pouvoirs !    Les pouvoirs ne sont donnés qu’à une âme exceptionnelle , vierge de tous vices , une âme immaculée !  Est-ce-que cette  pureté , cette innocence  , choisies par Dieu sont véritablement liées à l’ existence humaine de cette âme ? Sans doute , le jugement se fait-il sur le fond et non sur la forme ?                                                                                                           En revanche , les êtres qui consacrent leur vie aux autres ,avec abnégation , pourquoi n’ ont-ils pas de super pouvoirs ?

_  Nous sommes très fiers de notre tutrice , comme jamais ! Et Dieu sait si cette métaphore est difficile à comprendre ! Bravo , ma lulu !                              En ce qui concerne ta dernière question , ces êtres ne sont pas les Élus de Dieu , dans cette vie .  Ils sont des Justes  , qui seront récompensés et portés au plus haut niveau , selon leurs mérites respectifs . Mais ce n’est pas la même chose  qu’être un  Élu . Un Élu est un Saint.  Il a  déjà atteint un niveau spirituel, qui lui permet de voir le Père ou le Fils , ou bien les Anges ,et notre Mère bien-aimée . L’âme de l’Élu est  hors de portée  du commun des mortels ,  même si elle paraît ne pas l’être . Mais ces pouvoirs sont une charge et une responsabilité énormes , que l’on ne peut pas confier à tout un chacun , fût-il le plus honnête et le meilleur des hommes .

Il faut d’autres critères ,  que seul , Dieu a le droit  d’apprécier , puisqu’ il en est le concepteur . Et , de même qu’il a voulu ,de son Fils , faire un homme de chair et de sang , il choisit des êtres , très rares dans l’Histoire de  l’Humanité, et qui vont jouer le rôle qui leur sera imparti par Dieu .

L : Qu’en est-il des grands mystiques porteurs de stigmates, dont certains sont atteints de douleurs insupportables , semblables à celles endurées par Jésus, lors de sa Passion , ne serait-ce que  la douleur atroce de la lance dans le côté du Christ ?                                                                                                                      Pourrait-on imaginer que des personnes  dotées de pouvoirs ,ou plutôt , de particularités , qu’elles n’auraient pas tout d’abord assumés ni choisis,  éprouvent  une souffrance, symbolisée par le fauteuil roulant  ?                     N’en est-il pas de même , pour ceux qui se sont pliés à la volonté de Dieu et ont accepté la charge surhumaine de ces pouvoirs ? Et là je songe aux grands mystiques empreints d’une telle ferveur, que plus rien n’existe autour d’eux  , si ce n’est une douleur ineffable et sublime !

_  La remarque serait juste , si elle ne s’adressait pas à des Élus . Les Élus porteurs de pouvoirs , sont , en réalité , dans la félicité la plus absolue, puisque ils touchent du doigt la Puissance et l’Amour divins . Tout le reste est à un autre niveau : Surdoués, génies scientifiques, artistes, musiciens, sportifs ou intellectuels, il y a parmi eux , des êtres  d’autres planètes , venus pour vous aider, et vous montrer les possibilités et les capacités qui seront celles de l’Homme Nouveau .

L : Ils sont les bienvenus ! Il est devenu si difficile pour les Êtres humains de vivre sur cette planète !

_  Oui mon amie . Cette planète Terre . Cette merveilleuse planète ,  théatre  de tous les conflits, et de toutes les souffrances !  Qu’en as-tu fait , Seigneur ?  Où cela a-t-il été une erreur ? L’erreur serait-elle l’Homme lui- même , avec une faille que tu n’ avais pas prévue ?  La faille du désir de liberté , que pourtant, tu avais programmée , puisque tu es la Source de toutes choses.  Mais une liberté mal utilisée , dirigée vers le Pouvoir et  l’asservissement de l’autre !                                                                                                Et par-dessus tout ça , le rictus moqueur du Perverti , se gaussant de ta Créature !

Tout cela va changer .  Unissons-nous pour la lutte et la survie de l’Humanité ! Que les Justes , les Anges et les Saints resserrent les rangs , face à l’Ennemi !  Il ne gagnera pas . La Mère écrasera la tête du serpent et le Grand Saint Michel lui tranchera la tête .

Le Temps – Poème de l’Ange Mom

VOICI UN AUTRE EXEMPLE DE POESIE  INSPIREE PAR LES ANGES

                   “LE  TEMPS ” ANGE MOM   30 AVRIL 2018


Le Temps présent frappe à ta porte
Le Temps d’ Antan frappe à ton coeur
Les souvenirs des heures mortes
Q’ égrènent les horloges sans peur
Ni reproches , pour les larmes versées
Dans la bouilloire de l’ Amour
Qui efface la solitude
Et cède la place , au Bonheur
De vivre du Temps éternel
Que les Anges délivrent
Dans la demeure de Dieu .
Ô Temps ! Ô Merveilleux !
Qui vous accorde l’ inconstance
Et vous donne en partage
La félicité immortelle des Cieux .

Solitude -Poème de l’ Ange Mom

  « SOLITUDE »  ANGE MOM   SAMEDI 12 JANVIER 2019

 

  Solitude ,  je t’aime

 Quand  j’écoute le vent chanter dans la forêt .

 Solitude ,  je t’aime

 Quand les vagues mutines s’abandonnent au sable

  Et que je vois le ciel , inondé de lueurs .

 Le silence  se fige …Et montent les clameurs …

 Quel est ce bruit ?   Des battements de cœur ?

 Tout est calme .  On entendrait pleurer une hirondelle !

 Mais  je t’entends , mon cœur , et mes larmes  ruissellent

Où sont-ils donc ,  les gens qui m’aiment ?

Où sont-ils donc ?  Disparus ? envolés ?

Vers d’autres horizons  que je ne puis atteindre,

Vers des Ciels que mon âme ne peut imaginer ?

 Je suis seul .   La ville est bruyante .

Et pourtant un silence se vide autour de moi

 Tout est glacé .  Je ne respire plus .

Un tourbillon de rêves enveloppe mon être .

Des rêves de Bonheur , chauds et désespérés .

Seigneur , aide-moi ! Prends-moi dans tes bras !

 Le souffle de la vie ?   Il existe donc !

Si je pouvais renaître ,

 Accorde-moi le bruit ,  celui des doux baisers ,

Celui des cris d’enfants qui sourient à leur mère

 Et celui du vieillard qui fredonne , en rêvant

 A la chaleur d’un feu scintillant de lumière .                                                 

 

VIBRATIONS – MESSAGE DU SAMEDI 15 DECEMBRE 2018

VIBRATIONS

 

MESSAGE DU SAMEDI 15 DECEMBRE 2018

 

Ce soir-là , plusieurs questions trottaient dans ma tête. Certaines réponses  avaient déjà été évoquées par mes Anges , mais leurs explications s’étaient avérées insuffisantes à ma compréhension . Il s’agissait de leur aptitude à se manifester et à communiquer , depuis les hauteurs du Ciel . Voici donc le récit intégral de cette rencontre . Je ne suis pas une scientifique , et j’ignore si ces informations célestes , peuvent être cautionnées ,par une approche de ce type .

L : Pourriez-vous éclaircir quelques points  concernant votre présence  parmi nous ?

Je ne songe pas aux  « Veilleurs de nuit » qui ont l’autorisation de s’incarner  pour être au plus près des Humains , mais à vous, mes angelots , mes chers Nomades. Vous dites que de temps en temps, vous contemplez les fabuleux orages qui balayent la Terre , ou bien  que vous êtes trop haut dans le Ciel, pour que vos vibrations arrivent jusqu’à nous. Et pourtant ! Je vous imagine si proches ! J’ai si souvent ressenti votre présence « physique », à mes côtés, devant moi , lorsque les feuillets et le stylo se déplacent tout seuls, tandis que votre main guide la mienne ! Comment comprendre ce phénomène ?

_ Tu sais fort bien que le phénomène s’explique par les vibrations. Ces vibrations peuvent être très lointaines ou très rapprochées. Nous sommes soumis aux mouvements de la Terre et de l’ Univers. Mais pour nous, être à la cime des montagnes célestes , comme nous te l’évoquons fréquemment, est la même chose, que nous trouver sur ton secrétaire, en train de faire se mouvoir les feuillets. Tu n’es pas, une scientifique, il faut donc que tu te renseignes sur ce point.

Te souviens-tu de notre dessin, dont tu as dit très justement, qu’il était une partition musicale, et que cette musique était faite de notes, jouées sur la portée de Dieu ?  Et bien, ce sont les vibrations de la musique céleste, qui nous amènent jusqu’à toi, et notre dialogue, est la partie chant de la partition .

Quant à l’impression physique que tu ressens, notre puissance est bien suffisante, pour faire se mouvoir ta main, ou des objets, ou pour intervenir sur la matière, dans des cas exceptionnels. Puisque tu te souviens du bruit des ailes, dans ton dos, il s’agissait des « Veilleurs de Nuit » qui t’ont rendu visite, ce soir-là , pour te conforter dans ta foi, et ainsi t’encourager dans ta mission.

En ce qui concerne les mouvements que nous te faisons accomplir, comme la Prière, ou bien la sensation d’un poids sur ton corps, cela est provoqué par notre volonté de te faire concevoir notre puissance, et la puissance de nos vibrations, lesquelles doivent être accordées aux vôtres, de façon à communiquer, ou à provoquer un événement physique ou mental .

L : Que se passe-t-il pour les personnes qui ont des visions ?

_ Ces visions, fort peu fréquentes, ne sont que très rarement des visions angéliques. Les visions du Christ sont encore plus rares et ne sont interprétées que par des personnes choisies, pour une raison bien précise.

L : Mais elles existent ?

_ Oui lulu, et nous aussi, on peut nous apercevoir quelquefois dans le ciel, de même que la Mère est apparue à de jeunes enfants innocents, toujours dans un but bien défini, vous faire comprendre que vous  n’êtes pas seuls, et que tout ce qui survient sur Terre, se décide au Ciel, et que tout ce qui est préparé au Ciel, surviendra sur cette Terre.

L : Y-a-t-il des personnes qui voient les Anges ?

_ Oui , mais ils ne sont que quelques-uns, sur cette Terre, comme Padre Pio

L : Pourquoi pas moi , qui parle chaque jour , avec vous ?

_ Car nous ne le voulons pas . Cela te plongerait dans un état mystique d’une telle force , que tu ne réussirais plus à vivre avec tes semblables, et tu ne pourrais pas terminer ta mission. N’oublie pas qu’il y a encore deux livres à écrire  et les poèmes.  Tu tardes trop, à faire relier les manuscrits.

Pour ceux qui ont des visions angéliques, cela est réservé à quelques grands Saints, non connus de votre Humanité, et que vous ne pourriez soupçonner, d’être de grands visionnaires.

L : Je vois à quel point, tout cela est organisé, au Ciel !    Pourquoi Padre Pio a-t-il eu la permission, de faire savoir qu’il voyait les Anges ?

_  Car c’était la volonté de Dieu. Le premier grand Saint, dans ce siècle moderne,  avec énormément de preuves irréfutables de ses capacités extra-humaines, bilocation, stigmates, visions angéliques, etc…

L : A propos des stigmates ? Comment viennent-ils à certains mystiques ? Pourquoi ces mystiques sont-ils choisis,  et qu’éprouvent-ils ? Car cela doit être fort difficile et inconfortable ! Comment Marthe Robin a-t-elle pu vivre sans nourriture, pendant des années ?

_ Tu es une femme de peu de Foi , ma lulu ! Tu sais fort bien ce que peut provoquer, chez un être humain, une maladie psychosomatique. C’est un exemple, pour tenter de t’expliquer le phénomène stigmates. Ces personnes, choisies par Dieu, pour montrer la toute puissance du Ciel, acceptent de revivre les souffrances du Christ sur la croix. Ce sont des martyrs ou des Justes , comme Padre Pio, qui a cependant conservé son aptitude à prêcher et à servir la messe . Tout cela est voulu et décidé au royaume des Cieux . Il faut que les êtres humains, dans leur simplicité  d’esprit, prennent conscience de la complexité de leur existence, au travers de phénomènes extraordinaires, que nous provoquons, afin de les interpeller. Mais rien n’y fait, et les obscurs rationalistes, causent beaucoup de tort à l’ évolution de l’ Être humain, vers l’ Homme nouveau .

Combien faudra-t-il de châtiments , pour vous ouvrir à nous, par la Prière et la supplication ? Il ne suffira plus de faire le gros dos et de s’imaginer que les drames n’arrivent qu’aux autres. Chacun va être confronté à ses propres responsabilités, ainsi qu’ à des choix qui décideront de son futur .

Courage ,ma fille ! Tu vas devoir le faire comprendre, l’expliquer,  et faire accepter la Parole des Anges. Mais tu vas y parvenir, car nous sommes avec toi, autour de toi . Notre Amour te protège,et nous sommes tous unis  au service de Dieu .

L : Lorsque vous êtes près de moi , ce ne sont que des vibrations ?

_ Pas toujours, car certaines fois, nous parvenons jusqu’à toi , jusqu’à vous  et c’est pourquoi tu peux sentir une caresse dans tes cheveux, ou notre souffle dans ton cou .

L : Les Veilleurs de Nuit se mêlent-ils aux Humains ?

_  Oui , mon amie,  mais  il y a également des êtres  d’autres planètes, qui sont là pour vous aider, et je t’avais expliqué comment les reconnaître.

L : Mais ne sommes- nous pas les préférés de Dieu ? faits à son image ? Et si ces êtres venus d’ ailleurs  nous surpassent, que sont-ils, pour le Seigneur ?

_ Des êtres venus vous aider, de par sa décision, comme nous, les Anges .

Vous êtes le peuple de Dieu, avec d’énormes défauts et d’ énormes qualités,et le Seigneur vous adore et vous bénit .

L : Noël est proche. Que nous souhaitez-vous ? Comment nous comporter dans cette misérable période mondiale que nous vivons ?  Que pense Jésus de tout cela ?

_ Il vous souhaite de comprendre et d’accepter l’Amour sous toutes ses formes. Il vous souhaite la compassion et non la vengeance. Il vous souhaite d’accepter sa présence parmi vous, et l’Amour qui est dans son cœur, incommensurable et miséricordieux .

Il vous souhaite la Paix, et de lutter contre les penchants qui sont les vôtres , pour la guerre et la désolation. Rien ne se règle par la guerre. Il faut tout essayer avant d’ engager un combat, dont les victoires n’ apporteront que doute et chagrin .

L : Pourtant, vous dites qu’il faut combattre le Perverti ! Et vous êtes entourés d’anges guerriers, conduits par Saint Michel !

_  Tout cela est d’un autre ordre, qui ne vous concerne pas. Vous pouvez défendre vos enfants et vos familles, et si votre combat est juste, Dieu sera avec vous. Mais la notion de Justice varie selon les peuples, les mentalités et la tradition, et c’est pourquoi, ces luttes sont faussées et inutiles. Le seul et vrai combat est celui de l’Amour  et si vous n’y parvenez pas, l’Homme nouveau y parviendra  pour vous,  après la Purification de la Terre .

L :  Merci mes amis . Love love love !

“Moi et le Père nous sommes un” – (Jean 10 : 30)

Moi et le Père nous sommes un

Jean 10:30

Mellen-Thomas Benedict 

Jésus selon l’Inde

article largement inspiré de l’article du blog de Patrick Vigneau et de Cairn Info

 

Ramakrishna  (1836-1886), un saint du Bengale, se montrait ouvert aux autres religions et les comparait aux mots différents d’une langue à l’autre, mais qui renvoient pourtant à une même réalité. Il puisait dans les différentes religions pour sa sadhana.

Résultat de recherche d'images pour "ramakrishna"

Râmakrishna Paramahamsa, en bengali রামকৃষ্ণ পরমহংস (Ramkṛiṣṇo Pôromôhongśo), de son vrai nom Gadâdhar Chattopâdhyâya (গদাধর চট্টোপাধ্যায় (Gôdadhor Chôţţopaddhae)),  – Calcutta) est un mystique bengali hindouiste. Dévot de Kâlî et enseignant de l’Advaïta védanta, il professait que « toutes les religions recherchent le même but » et plaçait la spiritualité au-dessus de tout ritualisme. Il insista sur l’universalité de la voie de la bhakti (dévotion), ayant lui-même approché le christianisme et l’islam. Il est considéré comme « l’un des plus grands maîtres indiens de tous les temps » et serait un avatar de Vishnou.

 

Il était attiré par une image de Marie à l’Enfant qu’il avait vue dans la maison d’un de ses disciples. Peu après, alors qu’il se promenait dans son jardin : Il vit une personne extraordinaire, un étranger, d’apparence sereine, qui le contemplait. Sri Ramakrishna sut dans son cœur que ce ne pouvait être que Jésus. C’est alors que le Fils de l’Homme l’embrassa et se fondit en lui, ce qui le transporta dans une profonde extase.

Ce que l’on voit ici, est la revendication d’une expérience personnelle du Christ en dehors des médiations ecclésiales. Il n’est pas le seul avoir connu cette expérience, et à n’avoir pas eu le besoin de se relier à une institution chrétienne. Car en son cœur cette relation à Jésus allait au-delà de tout.

Résultat de recherche d'images pour "vivekananda"

Ramakrishna tenait Jésus pour un avatarVivekananda (1863-1902),  le disciple préféré de Ramakrishna parlait aux moines, de son ordre, de la vie de Jésus comme de l’exemple à suivre ( Le , dans la nuit de Noël, il fonde « L’ordre de Râmakrishna » marquant par là sa parenté avec la religion chrétienne). La fête de Noël est célébrée chaque année dans les maisons de l’Ordre ( Mission Ramakrishna). Vivekananda considère que Jésus est un avatar c’est à dire une incarnation de Dieu (cf la vie de Vivekananda par Romain Rolland). Mais certainement pas la seule, car selon la tradition indienne, Dieu s’est incarné plusieurs fois au cours du temps.

Ainsi la spiritualité de l’Inde considère que Jésus est un avatar. Il s’est réveillé lors de son baptème à l’expérience de sa profonde unité, ou de sa non-dualité (advaita) , avec le divin. En tant que tel, il est un modèle pour tous car nous avons tous à nous réveiller sur notre nature originelle.

Jésus était de même nature que la nôtre en tant qu’être humain ; et il est devenu Christ ; c’est ce que nous pouvons et devons vivre. Christ et Bouddha désignent un état à atteindre, état qui fut manifesté dans les personnes de Jésus et de Gautama.
Il n’est pas nécessaire de devenir chrétien pour être disciple de Jésus :
Chacun doit s’inspirer de l’esprit des autres en prenant conscience de son individualité propre, et en s’appliquant à grandir selon la loi de sa propre croissance.
L’extrait suivant explique comment Vivekananda considérait Jésus Christ :

La Parole connaît deux manifestations, l’une générale, qui est celle de la Nature ; l’autre particulière, qui est celle des grandes Incarnations de Dieu — Krishna, Bouddha, Jésus et Ramakrishna. Christ, manifestation particulière de l’Absolu, est connu et connaissable. L’Absolu ne peut être connu ; nous ne pouvons connaître le Père, mais le Fils seulement. Il [le Christ] n’eut d’autre raison d’être, pas d’autre pensée que celle-là, qu’il est Esprit ; un esprit sans corps, sans entrave, sans limite. Mais, au delà, par son admirable vision, il a perçu que chaque homme, chaque femme, qu’il soit juif ou grec, riche ou pauvre, saint ou pécheur, était l’incarnation du même esprit immortel que lui. Ainsi l’œuvre dont témoigne sa vie entière fut d’appeler chacun à réaliser sa propre nature spirituelle. […] Vous êtes tous Fils de Dieu, Immortel Esprit. « Sachez, déclarait-il, que le royaume du Ciel est déjà en vous.»
« Moi-même et le Père sommes un »

sur Cairn info : Comment les Hindous voient le Christ

“Les recherches ininterrompues que j’ai menées sur la vérité religieuse m’ont conduit à la conviction que la doctrine du Christ est la plus favorable aux principes moraux ; elle est, parmi toutes celles dont j’ai pu avoir connaissance, la mieux adaptée à la pratique d’êtres rationnels.” (M.M. Thomas The Acknowledged Christ of the Indian..)

..

“Il (Ramakrisna) vit une personne extraordinaire, un étranger, d’apparence sereine, qui le contemplait. Sri Ramakrishna sut dans son cœur que ce ne pouvait être que le Christ. C’est alors que le Fils de l’Homme l’embrassa et se fondit en lui, ce qui le transporta dans une profonde extase .” (Swami Gambirananda, The History of the Ramakrishna Math…)

..

Jésus était de même nature que la nôtre ; il est devenu Christ ; c’est ce que nous pouvons et devons vivre. Christ et Bouddha désignent un état à atteindre, état qui fut manifesté dans les personnes de Jésus et de Gautama(The Complete Works of Swami Vivekananda (Almora, 1931), Vol.…)

..

La douce figure du Christ, si patient, si bon, si plein d’amour et de pardon qu’il a enseigné à ses disciples de ne pas répondre lorsqu’ils étaient abusés ou frappés, mais de tendre l’autre joue : quel bel exemple de l’homme parfait, pensais-je  […]Bien que je ne puisse pas me dire chrétien par appartenance religieuse, l’exemple donné par la souffrance de Jésus est un des fondements de ma foi en la non-violence ; il oriente toutes mes actions dans ce monde et ce temps. Jésus a vécu et est mort en vain s’il ne nous a pas appris à régler toute notre vie sur la Loi éternelle de l’Amour ( M.K. Gandhi The Message of Jesus Christ,Bombay 1940 p. 79..)

Je ne me ferais pas de souci si quelqu’un apportait la preuve qu’un homme appelé Jésus n’a jamais existé… car le Sermon sur la Montagne demeurerait vrai pour moi  […] Dieu n’a pas seulement porté la Croix il y a mille neuf cents ans, Il la porte aujourd’hui, et il meurt et ressuscite jour après jour. Ce serait un piètre réconfort pour le monde s’il lui fallait s’appuyer sur un Dieu « historique » mort il y a deux mille ans. Ne prêchez pas le Dieu de l’histoire, mais montrez-le tel qu’il vit aujourd’hui en vous… Le Christ vivant signifie une Croix vivante, sans elle la vie est une mort vivante […] La joie ne vient pas de la douleur que l’on inflige aux autres, mais de la douleur que l’on porte soi-même volontairement .Young India, 31 décembre 1931. Cité dans S. J. Samartha, op.….

L’hommage que rend Gandhi, dans sa maturité, à Jésus est le suivant :

“Je refuse de croire qu’il existe une personne aujourd’hui, ou qu’il aurait existé à d’autres époques une personne qui n’ait utilisé son exemple pour diminuer ses péchés… Les vies de chacun d’entre nous tous ont toutes été, à des degrés divers, modifiées par sa présence, ses actions et les paroles prononcées par sa voix divine. […] Il n’appartient pas seulement à la chrétienté mais au monde entier, à toutes les races et tous les peuples, même si leurs doctrines et leurs pratiques peuvent être différentes les unes des autres .”The Modern Review, octobre 1941. Cité par S. J. Samartha, op.….

Le christianisme n’est pas un humanisme

 

 

 

Laurent Fourquet : « Les chrétiens doivent être les dissidents du monde moderne »

-Philitt.fr

Le christianisme n’est pas un humanisme  – 26 avril 2018
Né en 1964, agrégé de sciences sociales, normalien et énarque Laurent Fourquet a notamment publié, en 2011, aux Editions du Cerf l’Ere du Consommateur et, en 2014, aux éditions François Bourin le Moment M4. 
“Comment sortir de la caverne, quelle révolte peut être assez puissante pour s’opposer au mensonge de l’idéologie humaniste qui promettait l’émancipation de l’homme et qui aboutit à une domestication sans précédent de l’espèce humaine ?”
Laurent Fourquet rejoint la pensée de Baptiste Rappin lorsqu’il met en lumière le processus de néantisation qu’on peut identifier au projet technoscientifique du management (3).
La seule révolte à la hauteur d’un tel processus est d’ordre métaphysique :
«J’appelle révolte métaphysique, en effet, une révolte s’attaquant au système des forces qui nous empêchent de vivre» écrit Laurent Fourquet (p. 165).
Ce système de forces, nous l’avons vu, nie la vie parce qu’il ne peut la soumettre à la détermination :
«L’existence est un constat scientifique ; la vie est le contraire d’un constat scientifique. L’existence est ce qui se pose là ; la vie est ce qui ne se pose jamais là. L’existence est déterminable ; la vie ne l’est pas» (p. 166).
Toutefois, la vie laisse des traces. La révolte métaphysique est l’une de ces traces. Elle est le premier pas nécessaire pour sortir de l’humanisme. Elle manifeste le désir d’absolu inhérent à la vie. Elle requiert le sacrifice des idoles – l’argent, les marchandises qu’il promet –, elle exige un travail d’ascèse qui retranche l’insignifiant.
S’ouvre alors le vide où peut se poser la question essentielle : quel absolu désirer, quelle vérité chercher ? L’absolu est une «notion dangereuse» (p. 187), car il y a un absolu du mal. “
(3) «Cette domestication commencera par la conception de l’objet-embryon, qui sera soustraite au hasard de la nature pour être parfaitement programmée. […] Elle se poursuivra par l’organisation scientifique des désirs du sujet humain et la planification de la réponse économique et sociale de ces désirs. Elle se clôturera par la gestion bureaucratique de la mort, automatiquement activée dès lors que le sujet n’est plus apte à consommer, physiquement ou intellectuellement. Pendant ce temps, l’industrie du divertissement fournira les produits adéquats pour que l’homme, bombardé continûment d’images et de sons, de mots creux et de fantasmes, oublie sa domestication et finisse peut-être par l’aimer» (p. 168)

 

Votre titre à lui-seul constitue une provocation. Pensez-vous qu’elle est vraiment nécessaire et même urgente ?

Laurent Fourquet : Le fait même de percevoir mon titre comme une «  provocation  » témoigne du caractère hégémonique de l’humanisme dans la société occidentale, faisant de celui-ci l’une de nos ultimes vaches sacrées. Or, comme je tente de le démontrer dans mon ouvrage, l’humanisme procède d’une logique profonde qui, non seulement est différente de celle du christianisme, mais qui est à l’opposé de la parole chrétienne. Là où celle-ci valorise le don pur, libre et gratuit, l’humanisme, au contraire, est l’idéologie d’une appropriation généralisée du monde, et des choses au sein de ce monde, par le savoir qui les détermine, pour les classer et les ordonner au service d’une utilisation technique et/ou économique.

L’humanisme constitue ainsi l’une des formes les plus systématiques de la volonté de puissance dont on sait, dès le récit de la Genèse, comment elle contrevient au verbe de Dieu.
Dès lors, toutes les tentatives, naïves ou intéressées, pour «  sauver  » le christianisme en faisant de celui-ci une anticipation de l’humanisme, ou une forme spiritualisée de celui-ci, aboutissent au résultat contraire de celui souhaité par leurs promoteurs : non seulement parce qu’il n’est au pouvoir de personne de rendre un cercle carré, mais surtout parce que, en l’espèce, ce cercle et ce carré s’apparentent surtout à l’eau et le feu : deux principes qui s’excluent. Dès lors, toutes les tentatives de «  conciliation  », de limage des aspérités du christianisme pour ramener celui-ci à une simple sagesse humaniste vaguement spiritualisée ne seront jamais assez : il faut que le christianisme aille toujours plus loin dans la dénégation de soi et la soumission à une logique qui lui est étrangère ; il faut qu’il meure pour être accepté.

Voilà pourquoi il y a urgence à dénoncer de telles tentatives et une urgence de plus en plus urgente : c’est l’essence même de notre foi qui est en cause, et la possibilité d’entendre encore, en tout cas en Occident, une parole qui mette en cause l’appropriation nihiliste du monde, qui constitue le grand mouvement de notre époque.

Pensez-vous que cette identification humanisme/christianisme constitue un leurre, préjudiciable à l’annonce de l’Évangile ?

Pour les raisons que je viens de mentionner, il n’y a pas et il ne peut pas y avoir entre le christianisme et l’humanisme une relation d’indifférence polie où chacun d’eux rend un hommage distrait aux vertus de l’autre. Nous nous situons dans une contradiction métaphysique, qui nous oblige à choisir, quand bien même nous voudrions être dispensés d’un tel choix : soit l’humanisme «  a raison  », c’est-à-dire que la domestication du monde et de lui-même par l’homme, la course au pouvoir technique et économique, constituent la fin, dans les deux sens de ce terme, de l’aventure humaine et, dans cette hypothèse, le christianisme est définitivement discrédité puisqu’il promeut la désappropriation de soi au service des autres ; ou bien, nous considérons que le chemin actuellement emprunté par l’Occident (et le reste du monde «  occidentalisé  » avec lui) est un sentier de perdition, une course au néant, parce qu’aucun pouvoir, aussi sophistiqué soit-il, ne comblera ce que Pascal appelait la «  misère de l’homme sans Dieu  », l’homme n’étant grand que lorsqu’il parvient à contempler de face cette misère, et le christianisme retrouvera alors, pour les hommes de ce temps, sa jeunesse, son éternelle jeunesse.

Par-delà la relation à l’authenticité du christianisme, n’est-ce pas la civilisation contemporaine que vous visez dans ses fondements et ses pratiques ?

Même si je déplore la trahison de leur passé, dans ce qu’il eut de plus glorieux, qui caractérise les Occidentaux actuels, ce n’est pas cette sensation, en tant que telle, qui gouverne ma réflexion. En d’autres termes, je ne critique pas la modernité occidentale pour son infidélité au passé, mais pour ce qu’elle est aujourd’hui, pour son présent. Dans cette perspective, mon propos constitue, effectivement, une critique radicale de cette modernité et des forces qui la gouvernent, mais, pour moi, la critique de la modernité et la quête du sens le plus authentique du christianisme ne se dissocient pas.
C’est bien parce que cette quête gouverne ma réflexion que la «  modernité  » occidentale me paraît injustifiable, dès lors évidemment que l’on ne confond pas cette modernité avec, par exemple, le progrès scientifique mais que l’on saisit sous ce terme un système d’organisation et d’exploitation des choses au service de la volonté de puissance.

Réciproquement, c’est bien parce que la civilisation contemporaine est régie, à un point jusqu’alors jamais atteint dans l’histoire, par des forces de dévastation de l’environnement tout autant que de l’esprit, par la recherche obsessionnelle du pouvoir et du profit, par une gestion organisée des désirs au bénéfice de ceux-là seuls qui ont les moyens de satisfaire ceux-ci, c’est bien parce que ce monde et cette société, bâtis autour de la domination et de l’appropriation, sont, dans les faits, de plus en plus pauvres, de plus en plus tristes, que seul un christianisme vécu véritablement me paraît pouvoir nous sortir de l’ornière dans laquelle nous enfonçons chaque jour davantage.

voir aussi l’interview de Laurent Fourquet  sur Philitt

et ses réponses au questionnement suivant :

PHILITT : Votre ouvrage, Le christianisme n’est pas un humanisme, s’inscrit dans la continuité de vos deux premiers livres, L’Ère du consommateur et Le Moment M4, qui critiquent tous deux la société de consommation actuelle. Néanmoins, vous proposez ici une critique spécifiquement chrétienne de notre époque. En quoi le christianisme constitue-t-il une force de subversion de la modernité ?

Vous insistez sur le lien historique et logique qui existerait entre l’idéal humaniste, dont vous situez l’apparition au XVIIIe siècle, et l’apparition de la figure contemporaine du consommateur. Une telle évolution est-elle inéluctable ?

Beaucoup en appellent à la tradition et au passé contre la modernité. Cependant, vous refusez de prendre parti entre le progressisme et la figure de celui que vous appelez le « réactionnaire révolutionnaire ». Pouvez-vous revenir sur cette opposition et montrer pour quelles raisons elle s’avère fictive ?

Le titre de votre ouvrage, Le christianisme n’est pas un humanisme, paraît renvoyer, en s’y opposant, au célèbre L’existentialisme est un humanisme de Jean-Paul Sartre. D’autre part, en insistant sur la vie, l’absolu et l’impossibilité de déterminer Dieu par la raison, vous semblez assez proche des figures de l’existentialisme chrétien comme Søren Kierkegaard. Opposeriez-vous un existentialisme athée, symptôme du subjectivisme moderne que vous combattez, et un existentialisme chrétien que vous adopteriez ?

Vous proposez, pour lutter contre l’imaginaire marchand de notre société, de penser une éthique du don absolu. Quelles en seraient les caractéristiques ? En quoi le chrétien serait-il plus perméable qu’un autre à une telle éthique ?

Vous prédisez, à la fin de votre ouvrage, une inimitié du « monde du Consommateur » de plus en plus accrue contre le christianisme et vous incitez les chrétiens à devenir des dissidents. Comment se manifesterait, selon vous, cette dissidence ? Quelles formes pourrait-elle prendre ?

“Je ne te connaissais que par ouï-dire” (Job 42,5)

Quelqu’un a-t-il soif ?

                        Comme vous le savez déjà par mes précédents écrits, c’est par une Parole de Dieu en Rm 6,14 :” vous n’êtes plus sous la loi, mais sous la Grâce” entendue :” sous l’amour”, que tout bascula dans ma vie spirituelle. J’étais sous la Loi, celle de Dieu et celle de l’Eglise, que je m’efforçais d’essayer  de respecter. On me l’avait enseigné ainsi et “le Crédo” de mon enfance, récité à chaque messe, déclarait: “Je crois en l’Eglise, car elle ne peut ni se tromper, ni nous tromper”. Ainsi, c’est sur l’Eglise que je laissais reposer l’espérance d’une vie au-delà de la mort pour donner sens à l’actuelle. Ma foi était en l’Eglise et le 23 février 1975 elle fut placée par Dieu en Jésus.

                    Déjà dans l’Ancien Testament il est fait état d’une possible expérience personnelle de Dieu. Cette expérience ne peut que profondément nous marquer, notamment dans notre compréhension de la gratuité  de l’Amour de Dieu pour nous:

                              Avant sa “conversion” Job  faisait un lien entre son respect parfait de la loi morale et religieuse et son bonheur terrestre. Il pensait que sa piété et sa rigueur morale justifiaient les bénédictions dont il était l’objet, jusqu’à ce que le Seigneur lui révèle que c’était en fait la loi qu’il idolâtrait : Je ne te connaissais que par ouï-dire ” (Jb :42,5) dira-t-il à Dieu après la rencontre.

                                   Et nous chrétiens,sur quoi ou sur qui comptons-nous pour “aller au ciel” ? : sur notre conduite ou sur Jésus ?:“Béni l’homme qui compte sur le Seigneur : Le Seigneur devient son assurance “(Jr 17,7 ).

                                     Déjà dans  l’Ancien Testament, le prophète EsaÏe (on parle du 5éme évangile) annonce que seul dieu est capable de nous libérer du péché et de ses conséquences (Es 53,12-13)Pour nous chrétiens, comme je l’explique dans l’article sur “la vie éternelle”cela devient possible par le sacrifice de Jésus et l’accueil en nous de son Esprit. “Nul, s’il ne naît d’eau et d’ Esprit, ne peut entrer dans le Royaume de Dieu” nous dit Jésus en Jn 3,5.

                                      De nombreuses personnes élevées dans la foi catholique ont abandonné l’Eglise. Abandonnant  l’Eglise elles abandonnèrent Dieu, mais l’ont-elles un jour rencontré ? Leur foi ne reposait généralement que sur des dires, parfois doublés d’espérance ,souvent déçue. Je pense à la parole des Samaritains de  l’évangile qui s’adressent à une femme ayant rencontré Jésus après sa résurrection :” Ce n’est plus seulement à cause de tes dires que nous croyons, nous l’avons entendu nous-même et nous savons…….”( Jn 4).

[ En commentaire de l’épître aux Hébreux  (He 9,8-12)  la TOB (traduction oecuménique de la bible) précise bien :”La nouvelle alliance se caractérise par une relation personnelle de chacun avec Dieu”.

                                        Comment faire pour entendre Jésus nous parler personnellement ? Certes, c’est toujours Dieu qui a l’initiative de la rencontre :Nul ne peut venir à moi si le Père qui m’a envoyé ne l’attire” nous dit Jésus en Jn 6,44 et en Jn 6,65. De plus “l’initiateur de la foi” est Jésus lui-même ( He 12,2)Qu’incombe-t-il à nous-même ?: Etre en condition (avoir soif !) et créer l’occasion , notamment en lisant la bible dont l’Eglise dit à juste titre qu’elle est Parole de Dieu.

“Au nom du Christ nous vous en supplions, laissez-vous réconcilier avec Dieu” nous dit Saint-Paul en  2 Cor 5,20 .

Légende:

AT : Ancien Testament

NT : Nouveau Testament

Jb 42,5 =livre de Job (AT) chapitre 42,verset 5.    Rm =épître aux Romains  (NT)     Jr =livre du Prophète Jérémie (AT)      Es =livre du Prophète Esaïe ou Isaïe (AT)      Jn =évangile de Jean (NT)      He=épître  aux Hébreux (NT)                2 Cor=2 éme épître aux Corinthiens (NT).