Une conspiration contre la liberté spirituelle -Christiane Singer

 

 

Christiane Singer : Un espoir fou au coeur du désespoir 

Christiane Singer  née à Marseille le  et morte le  à Vienne en Autriche, à 64 ans, est une écrivaine, essayiste et romancière française.

Son père était d’origine juive hongroise et sa mère moitié russe et moitié tchèque. À cause de la persécution des juifs, ses parents fuient la Hongrie, puis l’Autriche, et s’installent en France, à Paris, en 1935. Elle naît huit ans après, en 1943, à Marseille.

En 1968, elle rencontre le Comte Georg von Thurn-Valsassina, architecte, qui deviendra son mari, et s’installe en 1973 dans son château médiéval de Rastenberg (Autriche), non loin de Vienne, et y élèvera ses deux fils. Ce château lui inspirera l’œuvre romanesque éponyme en 1996 Rastenberg. Elle organise également sur son domaine des séminaires de développement personnel, dans une maison qu’elle a conçue, et que son mari architecte a construite.

Elle a suivi l’enseignement de Karlfried Graf Dürckheim (Approche des sagesses orientales telle que le Zazen).

Son œuvre et sa réflexion personnelle sont tout entières centrées sur la prise en compte nécessaire du spirituel qui couve dans le cœur de chacun. Elle est un écrivain relativement prolifique, de sensibilité chrétienne imprégnée de sagesse orientale, qui s’abstient de donner des leçons de morale et exclut tout dogmatisme.

Elle fut notamment, en Suisse, lectrice à l’université de Bâle, puis chargée de cours à l’université de Fribourg.

Elle  a écrit une dizaine de roman et sept essai dont  dernier fragment d’un long voyage en 2007 qui est la rédaction du journal des six derniers mois qui lui reste à vivre après l’annonce de sa mort prochaine.

cf présentation sur le site d’Albin Michel

interview donnée au CICNS

Chaque société s’est défendue contre tout ce qui n’est pas son idéologie régnante. Par exemple voir l’affaire Calas pour laquelle Voltaire s’est engagé et qui est une illustration de cette constatation.

Notre société est toujours dominée par une croyance éperdue en la science et tout ce qui est de la rationalité la plus ardue est valorisé.

Deepak Chopra dit que toute société  vit sous une hypnose socialement programmée.

Quand je viens à Paris pour des conférences, moi qui vit en campagne autrichienne, j’entends par exemple  dans les cafés les publicités sirupeuses qui encouragent les cadeaux pour la fête des mères. Abandonnez de tels cadeaux et préférez consacrer du temps et de l’attention à vos mères.

J’ai cette liberté d’être dans cette société et d’y rayonner pour diffuser ce noyau qui nous habite. Plus jeune j’ai été un moment séduite par des actions contre ces dérives de nos sociétés sans spiritualité mais j’ai perçu que brandir des pancartes n’était que refléter les grimaces de l’adversaire.

Je défends cette contamination de lumière et témoigne de cette lumière. Je rends hommage au religieux, ce noyau indestructible. On peut le recouvrir de gravats mais il est toujours là.

Au coeur des pires répressions, ce coeur de la personne résiste. J’ai plaisir de parler de ce qui m’habite. Le fondamentalisme est autant dans l’anti-religieux que dans le religieux.

Il y a une chasse aux sorcières contre ceux qui se rassemblent pour parler de Dieu et les français se sont fait les chantres du matérialisme.

Il faut lire “Joe Bousquet, une vie à corps perdu” d’Edith de la Heronnière [pour découvrir la vie intense d’un jeune dandy qui eut les jambes brisées le 27 mai 1918 à Vailly et passera 32 ans dans une chambre aux volets clos à Carcassonne. Il décide de vivre le plus intensément possible en arpentant ses “territoires intérieurs”. Une étrange alchimie s’opère alors à travers l’écriture, l’amitié et l’amour. Bousquet entreprend de “changer en or le plomb de son malheur” et “d’habiter souverainement la douleur”. La morphine, l’opium, la cocaïne, ses “tisanes de sarments”, dont il se sert pour soulager ses souffrances, lui tiennent dangereusement compagnie.]

Je suis désespérée par les enfants qui sont massacrés dans les écoles où il n’y a aucune éducation de l’être, aucun agrandissement de l’être.

 

close
5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Emile LOPEZ
Emile LOPEZ
11 avril 2021 5 h 06 min

je ressens fortement cet écrit sur notre perte “apparente car temporaire” de notre conscience de vie……mais j’ai foi en demain car l’origine de cette “perte” vient d’une source: “la science matérialiste” qui pour exister et “dominer, ambition de prouver que Dieu n’existe pas et que l’Homme est Dieu et possède tous ses attributs et donc à tous les pouvoirs que l’on a donné au Divin…..C’est cet “extrême” qui sera sa perte, car nous appartenons au Créateur qui est en nous et donne la Vie et notre destinée finale….

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x