La recherche de vie extraterrestre

 

L’Express -21/7/2015

“Dans un univers infini, il doit y avoir des traces de vie. Quelque part dans le cosmos, peut-être, une vie intelligente regarde.” La phrase est de Stephen Hawking, sans doute le plus célèbre astrophysicien de l’époque et l’un des meilleurs vulgarisateurs contemporains.

Dans le cas du Britannique, elle symbolise la quête de toute une vie, vouée à répondre à cette question existentielle: “sommes-nous seuls dans l’univers“. L’intuition de Stephen Hawking, pour ne pas dire sa foi, l’incline à répondre par l’affirmative et, pour la première fois, à 73 ans, il a peut-être enfin les moyens de percer le mystère en répondant par la science. Le physicien russe, et capital-risqueur milliardaire, Yuri Milner vient de lui signer un chèque astronomique de 100 millions de dollars pour relancer la recherche d’un signe d’intelligence extraterrestre.

“Breakthrough listen (BL) est un très beau projet”, confie Jean-Loup Chrétien  qui fut en 1982 le premier Français dans l’espace. Des projets de ce type, consistant à tendre l’oreille, ou plutôt le télescope, en direction des étoiles, dans l’espoir de capter une communication radio ou un signal, le monde en connaît depuis les années 1960. Le plus connu d’entre eux est le programme SETI (pour “Search for Extra-Terrestrial Intelligence”), “mais en un demi-siècle, on n’a rien pu capter de suffisamment solide pour être probant”, explique l’astronaute. Sauf que l’investissement réalisé par Yuri Milner change aujourd’hui radicalement la donne.

 

Dans la configuration SETI, découvrir un signe d’intelligence extraterrestre relevait du coup de bol monstrueux”, résume-t-il. “Avec Breakthrough, même si les chances restent faibles, on entre dans le domaine des statistiques. Encore plus optimiste, Gerry Harp, le directeur du centre de recherches SETI, estime à 50% les chances que soit découverte une forme de vie extraterrestre dans les trente prochaines années. Le financement de Milner doit permettre de couvrir la décennie à venir, mais il a déjà laissé entendre qu’il saurait remettre la main à la poche si nécessaire.

 

 

close