Danielle Vermeulen

Danielle Vermeulen est une anthropologue française spécialiste des expériences de mort imminente., décédée le 28 juillet 2015.

Danielle Vermeulen est docteur en anthropologie sociale et sociologie comparée. Ses travaux ont été dirigés par Louis-Vincent Thomas et Jean-Didier Urbain. Parallèlement à ce travail de recherche, elle a suivi un cursus de DEA d’Anthropologie religieuse sous la direction du professeur Michel Meslin, et de philosophie hindouiste et bouddhiste sous la direction du professeur Michel Hulin, avec, en complément, des études en maîtrise de psychologie sociale.

Danielle Vermeulen a tenu de nombreuses conférences et enregistré de nombreuses émissions de radio dont la plus récente le 5 avril 2009 sur www.canalacademie.com radio internet de l’Académie des Sciences et des Lettres à l’Institut de France sur « le pardon et les derniers jours de la vie » et « les dernières avancées médicales en matière de prise en charge des personnes dans le coma« . Danielle Vermeulen poursuit sa recherche sur l’évolution de la croyance à la survie après la mort depuis maintenant 20 ans. Elle a recueilli près d’une centaine de témoignages de vécus de NDE (expériences de mort retour) qu’elle a analysés, comparés, mis en perspective les uns vis-à-vis des autres et dans une perspective historique depuis les origines du chamanisme. Cet important travail de recherche en profondeur représente une « somme » à consulter et à conserver comme étude pour toutes les personnes qui s’intéresse à ce sujet. Il suffit pour cela de consulter son site et de lire ses publications (livres, articles de revue, émissions de radio, conférences, colloques).

Récits de l’entre-deux-vies : Etude et témoignages des Expériences de Mort Retour (EMR) – 1 janvier 2002

L’Expérience de Mort Imminente (EMI) – ou Near Death Experience (NDE) selon la terminologie américaine- est devenue en l’espace de quelques années, parallèlement à sa forte médiatisation, un objet scientifique nouvellement reconnu. Il n’en a pas été toujours ainsi dans le monde occidental pour lequel une approche scientifique de la Mort restait taboue. L’irruption d’un important corpus d’Expérience de Mort Retour (EMR) – ainsi que l’auteur a redéfini (pour demeurer au plus près de ce qui était exprimé) les EMI – a notablement modifié les attitudes et rappelé que de nombreuses cultures, aujourd’hui et dans le temps, intègrent et donnent foi naturellement aux récits de ce moment très particulier de l’expérience humaine (Egypte, les’das log du Tibet, mystiques occidentaux du Moyen Age). Bien qu’historiquement étroitement liés à une approche religieuse, transcendantale de la vie et de la mort, il reste possible d’étudier objectivement les contours de ces expériences, de leurs prémices et de leurs conséquences, à l’aide des outils conceptuels fournis par l’ensemble des sciences humaines.
L’étude présentée ici – soutenue dans le cadre d’une thèse d’Anthropologie Sociale et de Sociologie Comparée – s’attache à retracer et à comparer ces récits venus d’autres lieux et d’autres temps aux témoignages contemporains recueillis au cours de l’enquête, afin d’en déterminer la dimension anthropologique et de mettre en évidence l’impact individuel et social que ces expériences jouent par la suite pour ceux qui les ont vécues et pour ceux qui s’y intéressent.
Parce que passer par  » l’entre-deux-vies « , atteindre les rivages de la mort et s’en revenir parmi les vivants, n’est certainement pas une expérience personnelle anodine, ni socialement neutre…

NDE – Expériences mystiques d’hier et d’aujourd’hui – 20 septembre 2007

L’Expérience de Mort Imminente (EMI) – ou Near Death Experience (NDE) est devenue en l’espace de quelques années un objet scientifique nouvellement reconnu. Il n’en a pas été toujours ainsi dans le monde occidental pour lequel une approche scientifique de la Mort restait taboue. Cet ouvrage, qui a fait l’objet d’une thèse, s’attache à étudier des récits venus d’autres lieux et d’autres temps et de les comparer aux témoignages contemporains.