Lectures tous azimuths – livres 2000 à 2010

 

base d-p-h.info

L’hypothèse de la causalité formative suggère que la mémoire est inhérente à la nature. Les systèmes naturels tels que des colonies de termites, des molécules d’insuline, des comportements culturels hériteraient d’une mémoire collective. Du fait de cette mémoire cumulative, la nature des choses devient de plus en plus habituelle par répétition.

Il existe un processus par lequel le passé devient, en un sens, présent sur base de la similarité’ et d’autant plus qu’il y a eu répétition du phénomène. La causalité formative suggère que la nature des choses dépend de champs -les « champs morphiques ». Chaque type de système naturel possède son propre type de champ (pour l’insuline, le chêne, l’hirondelle, une forme de pensée, une langue etc.). Ces champs façonnent les différents types d’atomes, de molécules, de cristaux, d’organismes vivants, de sociétés, de coutumes, de modes de pensée… Les champs morphiques, comme les champs connus de la physique, sont des régions d’influence non matérielles s’étendant dans l’espace et se prolongeant dans le temps.

Les champs morphiques ne disparaissent pas: ce sont des schèmes d’influence organisateurs potentiels, susceptibles de se manifester à nouveau. Ils renferment une mémoire de leurs existences physiques antérieures. Le processus par lequel le passé devient présent au sein de champs morphiques est nommé résonance morphique: transmission d’influences causales formatives à travers l’espace et le temps. La mémoire au sein des champs morphiques est cumulative et c’est la raison pour laquelle toutes sortes de phénomènes deviennent de plus en plus habituels par répétition. Lorsqu’une telle répétition s’est produite à une échelle astronomique sur des milliards d’années (cas d’innombrables types d’atomes, de molécules etc.), la nature des phénomènes a acquis une qualité habituelle si profonde qu’elle est effectivement immuable ou apparemment éternelle. Ces champs morphiques se manifestent et évoluent dans le temps et l’espace. Ils sont donc envisagés dans un esprit évolutionniste, ce qui les oppose aux champs connus de la physique.

Depuis les années 1980, la physique théorique remet en question l’éternité de l’univers, des propriétés de la matière et des champs, et celle des lois naturelles en général. Des conceptions évolutionnistes voient le jour. Le cosmos apparaît plus comme un organisme en pleine croissance et évolution que comme une machine éternelle. Ainsi des habitudes sont sans doute plus naturelles que des lois immuables. L’ensemble de la nature apparaît désormais comme étant de nature évolutive, la notion de lois éternelles se retrouve, en conséquence, remise en question. La nature des choses pourrait être habituelle plutôt que gouvernée par des lois éternelles.

Depuis des années, Sheldrake multiplie des expériences pratiques de tous ordres qui consolident sa théorie. Il fait éclater les barrières entre les disciplines. De plus en plus de scientifiques soumettent à l’expérience son hypothèse dont la portée ne fait que s’élargir. Aujourd’hui il peut y recourir non seulement pour étudier les questions relatives à l’origine de la vie, à la genèse des formes, à l’évolution des espèces, mais aussi pour évoquer ses conséquences sur les plans de la psychologie, de la société et de la culture.

La vie est un Tout plus grand que la somme de ses parties. La nature a cessé d’être une machine pour devenir un être vivant dont nous faisons partie intégrante.

 lecture en pdf 

 

Quelle est la nature de la vie ? Comment les formes et les instincts des êtres vivants sont-ils déterminés ? Une nouvelle science de la vie suggère des réponses originales et révolutionnaires à ces questions éternelles. A la différence de la conception mécaniste du monda qui postule l’existence de lois immuables, Sheldrake propose en effet une approche organiciste ou évolutive de la nature.
Il porte à la connaissance du public une série d’expériences tout à fait surprenantes qui remettent en cause les certitudes des biologistes : si un animal, tel un rat de laboratoire, apprend un nouveau type de comportement, les rats suivants apprendront plus facilement le même type de comportement. Et si de nombreux rats sont entraînés à réaliser une tâche nouvelle dans un laboratoire de Londres, leurs congénères, dans d’autres endroits du monde, feront de même. Il se produit dans le règne animal, comme dans le règne végétal ou humain, une transmission de l’information qui échappe aux paramètres connus et semble se jouer de l’espace et du temps.
Rupert Sheldrake a compris que l’heure d’une nouvelle biologie avait sonnée. Son hypothèse dite de  » la causalité formative  » qui fait intervenir la présence d’un soi conscient et d’une mémoire créative immanente à l’univers reconsidère les problèmes de l’évolution, de l’origine de la vie, de la morphogénèse, de l’hérédité et de l’instinct.

Les mystiques et les sages savent depuis longtemps qu’il existe un champ cosmique reliant tout à tout au plus profond de la réalité, un champ qui conserve et transmet l’information. Ce champ est connu sous le nom de « champ akashique ». De récentes découvertes en physique quantique indiquent que celui-ci est réel et qu’il a son équivalent dans le champ du point zéro qui sous-tend l’espace comme tel.

Biographie de l’auteur
Détenteur d’un doctorat d’Etat, le plus grand diplôme de la Sorbonne, l’auteur est le récipiendaire de quatre doctorats honorifiques et de nombreux prix et distinctions, y compris le 2001 Goi Award (équivalent japonais du Prix de la paix). En 2004, on a soumis sa candidature au prix Nobel de la paix ainsi qu’au prix Templeton. Autrefois professeur de philosophie, de théorie systémique et responsable d’étude, sur le futur aux Etats-Unis, en Europe et en Extrême-Orient, Ervin Laszlo est le fondateur et président du groupe d’experts international appelé Club de Budapest, ainsi que du Groupe de recherche sur Résolution générale. L’auteur, qui a rédigé plus de 400 documents et 74 livres traduits en 20 langues, vit actuellement en Toscane.
un commentaire :
Par Annie Nobel le 17 décembre 2012

Format: Broché Achat vérifié

J’ai beaucoup apprécié ce livre, qui ne nous parle pas du tout du champ de Higgs ni du boson.
Pourtant…. la théorie de Higgs est ancienne et on court après le boson depuis un moment.
Cela dit, le champ akashique me fait penser aux forces de l’aigle de Castaneda…
C’est le champs des chamane, le champ qui relie tout.
Les derniers chapitres qui effleurent la théosophie sont un peu douteux, mais supprimés dans le tome 2…
qui je le répète, est identique au tome 1…..
Dans les critiques que l’on adresse aux nouveaux mouvements religieux que l’on appelle les sectes, le premier visé, c’est le guru.
Pourtant en Orient et même en Occident traditionnel nulle démarche spirituelle n’est possible sans un maitre, un guru…
A une époque où les moyens de communication n’ont jamais été aussi nombreux et efficaces, la solitude fait figure de scandale. Qu’elle soit vécue sur le mode de l’abandon ou de l’exclusion, elle impose un face-à-face avec soi-même qui génère souvent plus de panique que de bien-être. Nous défendons âprement notre autonomie, mais nous sommes en fait dépendants les uns des autres au point de ne plus être capables de vraie solitude. Il existe pourtant une solitude choisie qui peut être vécue comme une voie de réalisation de soi. Les réflexions et les expériences des personnalités qui dialoguent ici avec Marie de Solemne nous invitent à redécouvrir ce singulier mode d’être qui, avec l’état amoureux, est sans doute le mieux partagé par tout être humain.

2ter -L’Apocalypse : Architecture en mouvement – 18 septembre 2008

Dans ce commentaire de l’Apocalypse enfin réédité, Jacques Ellul met son talent d’écrivain et d’essayiste au service d’une analyse fouillée d’un des livres les plus mystérieux de la Bible. A ses yeux, l’Apocalypse n’est pas un livre de catastrophe, ni une description de la fin du monde ou des derniers temps. Ce livre invite à discerner l’éternel dans le présent, il nous aide à interpréter la réalité en faisant apparaître le mystère qui est caché dans le réel. Si, à la fin des temps, Dieu prend en compte toute notre histoire et la récapitule dans la Jérusalem céleste, nous sommes extraordinairement responsables de faire une histoire qui en vaille la peine. En relisant l’Apocalypse verset par verset mais sans le jargon du spécialiste, Jacques Ellul offre à la fois des clés limpides de compréhension du texte et des réflexions sur la responsabilité individuelle pour relever des défis dont, bien avant d’autres, il avait identifié la dimension contemporaine.

2quater-La planète au pillage– 6 octobre 2008

Cet essai pionnier analysait dès 1949 la notion de développement et alertait l’humanité sur les risques d’épuisement de la nature. Une préface importante de Pierre Rabhi vient éclairer cette réédition.

3L’Esprit de l’athéisme : Introduction à une spiritualité sans Dieu

– 1 octobre 2008

5-La nouvelle Suisse religieuse

Risques et chances de sa diversité

2007

sous la direction de Martin Baumann et Jörg Stolz

 

pour une lecture partielle sur Google

nouvelle suisse religieuse

 

6-L’Itinéraire verseau -précis d’astrologie transcendantale

2010

 

lire une partie du livre sur Google