Solitude -Poème de l’ Ange Mom

  « SOLITUDE »  ANGE MOM   SAMEDI 12 JANVIER 2019

 

  Solitude ,  je t’aime

 Quand  j’écoute le vent chanter dans la forêt .

 Solitude ,  je t’aime

 Quand les vagues mutines s’abandonnent au sable

  Et que je vois le ciel , inondé de lueurs .

 Le silence  se fige …Et montent les clameurs …

 Quel est ce bruit ?   Des battements de cœur ?

 Tout est calme .  On entendrait pleurer une hirondelle !

 Mais  je t’entends , mon cœur , et mes larmes  ruissellent

Où sont-ils donc ,  les gens qui m’aiment ?

Où sont-ils donc ?  Disparus ? envolés ?

Vers d’autres horizons  que je ne puis atteindre,

Vers des Ciels que mon âme ne peut imaginer ?

 Je suis seul .   La ville est bruyante .

Et pourtant un silence se vide autour de moi

 Tout est glacé .  Je ne respire plus .

Un tourbillon de rêves enveloppe mon être .

Des rêves de Bonheur , chauds et désespérés .

Seigneur , aide-moi ! Prends-moi dans tes bras !

 Le souffle de la vie ?   Il existe donc !

Si je pouvais renaître ,

 Accorde-moi le bruit ,  celui des doux baisers ,

Celui des cris d’enfants qui sourient à leur mère

 Et celui du vieillard qui fredonne , en rêvant

 A la chaleur d’un feu scintillant de lumière .                                                 

 

3 réflexions sur « Solitude -Poème de l’ Ange Mom »

  1. La … ou les solitudes ?

    1 – Solitude physique ou apparentée (émotionnelle, etc…) – là, c’est bien l’illusion de Maya qui est aux manettes !

    2- Solitude spirituelle – c’est presque une antinomie – ou bien cette solitude est « dite spirituelle », et elle se rapporte alors, au premier cas.

    En provenance de cette « colonie » lointaine, au-delà de notre Espace-Temps, nous arrivons dans ce monde-ci, seul – parfois en charter ! – dans notre vêtement de peau tout neuf. Avec pleurs bien souvent – on était si bien ailleurs… !?
    Mais Karma oblige, ou destin ou notre propre Soi, il nous faut comprendre à chaque passage, un peu plus de cette Enigme Magistrale, qu’est la VIE Véritable, pour espérer devenir Sage ?

    Alors un peu plus tard… quelques minutes tout au plus … au regard de l’âge de l’Univers – notre terrain d’expérimentations – nous quitterons ce monde, toujours seul, mais pas toujours, car le charter existe aussi pour le retour – « cadeau empoisonné» de l’humanité , les abominations humaines ne manquent pas ! – En abandonnant alors ce vêtement de peau bien usagé – mais parfois cependant dans la fleur de l’âge – Vêtement que nous avions pris trop souvent pour nous-même, nous confondant avec lui au point d’oublier ce que nous sommes au Fond. Alors un dernier soupir… de soulagement peut-être ? Et les pleurs de ceux qui restent dans cette « Vallée de larmes » selon l’Ecclésiaste, trop souvent une “vallée de l’arme”. Rien n’a changé depuis des millénaires, pour peu que l’on ait conscience de ce monde que rongent tant de misères : Souvent « nos » propres créations – celles des humanités qui nous ont précédées, et bien sûr la nôtre, qui n’est pas en reste en ce domaine.

    Pessimisme – que nenni – simplement réalisme – non ?

    Seul dans notre peau, dans laquelle personne ne peut se mettre et pour cause ! Comme le claironne le dicton populaire :  « On ne peut pas se mettre dans la peau de l’autre » Nous affrontons le monde à la recherche de ce que nous avions perdu. Notre complémentarité qui faisait de nous jadis … une Unité.
    Reliée au Tout, à l’UN – car Tout est en UN.

    Alors être seul – être à deux –
    La différence est dans l’apparence seulement. Mais avouons notre grand attachement à cette apparence… qui nous séduit tant.
    Cependant, au fond dans notre intime essence, au-delà des élans réglés par le balai de cycles hormonaux et des effluves de phéromones.
    Au-delà des images affectives, des pensées du même ordre, qu’au quotidien notre mental en continu élabore, avec ses cohortes de souvenirs, ses projections sur un futur illusoire – il est déjà là ! – ses fixations et ses attachements souvent égocentriques –
    Au-là d’un amour à géométrie variable, ou toute autre affection souvent teintée d’égocentrisme aussi – bien éloignée de son origine étymologique : AME.
    Amour impersonnel – puisque Pur Amour de l’AME – Amour Universel – bénédiction des Libérés Vivants !
    Par-delà nos errements, nos contradictions, nos tergiversations, nous restons seul, parce que nous avons recherché cette complémentarité, comme un alter-ego à l’extérieur bien sûr.
    « Âme , ma sœur Âme… Ne vois-tu rien venir… rien que le soleil qui poudroie et l’herbe qui verdoie » (sans vouloir offusquer Ch. Perrault!).
    Il eût mieux valu rechercher cette complémentarité en nous-même.

    Cette complémentarité – Cette fusion des opposés en nous – Shiva s’unissant à Shakti en quelque sorte – Alors seulement pourrait s’élever dans l’homme cette indicible Plénitude de l’Unité retrouvée.
    Alors seulement la solitude ne sera plus qu’un vain mot, dépourvu de sens. Car notre solitude n’est que la signature de notre manque de Plénitude.

    Nous sommes en manque de quelque chose, c’est l’évidence même. Et nous éprouvons une sorte de vide, qui n’est malheureusement pas la Vacuité Sacrée. Alors, comme la nature a horreur du vide, nous allons à la recherche de ce complément… à l’extérieur.
    Le Yin recherche un Yang extérieur,
    le masculin recherche le féminin extérieur, ou inversement.
    Seulement, nous nous trompons peut-être de recherche…
    Nous formons une famille,
    Ma femme, mon mari, mes enfants.
    Mais il peut nous arriver d’oublier parfois que chaque membre de cette famille, en tant qu’entité séparée et indépendante, s’est incarnée pour accomplir, un jour ou l’autre, son « Grand Œuvre Alchymique » ici-bas – lorsque ce sera son temps d’aller à la rencontre de sa solitude et/ou de sa richesse intérieure .
    Rien n’est à forcer, simplement lorsque l’Appel se fera entendre dans le Silence, nous devrons être à son écoute – afin d’entamer la recherche de l’étroit Sentier, souvent escarpé, qui conduit à la Réalisation de la Plénitude.

    Masculin et Féminin, extérieurement réunis ne seront jamais porteurs de cette Plénitude. Au mieux deux solitudes – dans le sens d’Individuum – qui vivront en harmonie. Même les plus grandes amours humaines ne peuvent prévaloir auprès de l’Amour Suprême Impersonnel (au-delà de « personna » : le masque), Lumineux et Universel.
    L’amour humain restera toujours un amour dual – Toi et Moi – Lui et Elle –
    Et non l’UN en Soi.
    On peut bien sûr s’imaginer que l’on est capable d’un tel amour transcendant, mais ce ne sera qu’un pâle reflet qui ne résistera pas longtemps aux coups de butoirs de la vie. Notre ego est capable de tous les subterfuges pour essayer de se rassurer sur son existence si précaire, impermanente, sur son amour « éternel » Eurydice & Orphée – l’illustrent parfaitement :  Orphée se retourna alors pour voir son aimée Eurydice… et elle disparut alors !
    C’était une démonstration de l’illusion des sens – une illusion, un ersatz de l’Amour Divin.
    Orphée aurait dû rechercher son Eurydice en lui-même, et non pas à l’extérieur.

    L’Amour Suprême est au-delà de notre entendement. C’est une certitude me semble-t-il – en tous cas pour l’auteur de ces lignes – et IL n’a rien à voir avec toutes ces émotions générées par certaines zones de notre cortex.

    Évoquer un Dieu, c’est déjà la signature d’une approche anthropomorphique. « En « personnifiant » l’Indicible-sans-Nom, nous effaçons déjà les signes qui pourraient nous conduire vers le Sentier Sacré.
    En personnifiant… nous limitons, nous restreignons, nous enfermons et calfeutrons dans les limites du mot, nous conceptualisation avec le recours de notre « imagerie mentale embarquée ».
    Nous devenons alors comme des enfants en quête d’un père – Cette image infantilisante que les religions – certaines – nous ont servie pour mieux nous asservir.

    Au lieu de parcourir un Chemin intérieur vers l’Union Suprême, on nous a- servi des rapports de dépendance, des rapports d’obéissance à des dogmes brandis par des autorités extérieures, comme toujours – ce qui permit aux ecclésiastes en place, de brandir le terrible « courroux du père », le châtiment du père en cas de désobéissance – pitoyable pantomime, miroir de notre propre immaturité que traduit le besoin d’un père ou d’une mère, à ce niveau spirituel. Certains penseurs émettent cette opinion que les hommes, dans leur grande majorité, ne sont encore que des enfants sur le plan spirituel – loin des adultes qu’ils prétendent être.

    Lorsqu’un Grand parmi les Grands de la Pensée Spirituelle Libératrice, dit : «  Ce que je vous dis, ne le croyez surtout pas sur parole – Expérimentez par vous-même… »*
    Vous êtes votre propre guru en quelque sorte… On en trouve l’écho lumineux quelques siècles plus tard dans « Vous êtes des dieux… » Une perle de Sagesse oubliée, parmi les nombreuses interventions et manipulations en tout genre qu’ont subi les textes anciens, dits sacrés.

    Plénitude –

    Plénitude de l’instant,
    Le temps suspendu…
    Richesse intérieure,
    Solitude Vivante,
    Solitude apparente…
    Celle de l’Ermite « perdu » au fond de sa forêt,
    avant de revenir se confronter au monde –
    Solitude du Prophète qui s’isole dans le désert,
    avant de se confronter lui aussi, aux hommes –
    Solitude du Thaumaturge, qui se recueille,
    avant d’accomplir son prodige.
    Bouddha – Yechoua – Apollonius de Tyane – Hermès – Pythagoras ….

    Compromis –

    Soyons lucides, nous sommes voués à des compromis, tous autant que nous sommes sur ce vaisseau cosmique terrestre – tant que nous n’avons pas réalisé cette Unité en nous-même.
    Les tourments et les aléas de la vie se chargent bien de nous remettre dans le bon chemin, tant que notre Aspiration reste profondément authentique et véritable. J’ai la faiblesse de croire que notre âme veille à notre progression spirituelle – Non point comme une puissance tutélaire, mais comme partie intégrante du Nous – Soi Suprême –
    Ainsi, point de Surveillant général et autres directeurs de conscience – point de guides tutélaires ou de gurus évanescents, ascensionnés ou pas – point d’entités étrangères protectrices – Notre âme de Lumière est notre véritable identité spirituelle.
    Nous, l’égo, le petit moi, n’avons qu’à La laisser s’exprimer… par notre silence intérieur. Ainsi pourrons-nous, peut-être, approcher les premières Effluves sacrées de la Plénitude – et nous ne craindrons point la solitude…

    * Peu nombreux sont les êtres évolués spirituellement qui ont prononcé une telle incitation à la liberté individuelle, et à la non-dépendance –en l’occurrence il s’agit de Siddharta Gautama

    1. Réponse au commentaire de Patje Seko à propos du
      poème « Solitude » de l’Ange Mom

      Vous faites une analyse lucide et souvent très juste, de
      l’aventure humaine , mais qui reflète hélas , un
      désenchantement et un manque de confiance dans
      l’aptitude des hommes à se dépasser .
      Ce poème, « Solitude » a été écrit par l’ange Mom , en
      toute simplicité ,car ce que désirent avant tout les anges
      , c’est que l’on s’exprime clairement , afin que les mots
      puissent être compris de tous .Ce poème vient du cœur ,
      et une analyse trop intellectuelle n’est pas souhaitable ,
      car elle lui ôterait sa profondeur et passerait outre
      l’émotion qu’il dégage .Voyez-vous , ce qui est essentiel
      , dans toute vie , c’est le ressenti et la compassion .
      Vous dites que nous arrivons dans ce monde-ci , seul et
      en pleurs .Tout dépend de ce que nous avons choisi de
      l’autre côté .Que l’on soit effrayé , désorienté , soit , mais
      notre avenir n’est que le résultat des choix que nous
      ferons , puisque nous sommes libres et que nous avons
      choisi cette liberté « sous caution » Ainsi parlent les
      anges !
      Il est une notion que vous n’évoquez pas , le courage
      .La vie est faite d’échecs , de déceptions , certes , et il
      s’agit là de notre chemin escarpé ,mais nous devons
      avoir le courage de surmonter ces embûches .Et c’est là
      toute la fierté de l’être humain créature émouvante et
      fragile , mais si forte à la fois, dans son désir d’absolu et
      d’évolution .Nous sommes voués à des compromis ,

      dites-vous ? pourtant ces compromis , certains les
      refusent .
      Il y a des âmes libres et audacieuses, des âmes
      sacrifiées pour avoir rejeté les compromis , et celles-là
      ne peuvent pas être ignorées , car elles sont un exemple
      de courage .
      Pourquoi pensez-vous que nous sommes à la
      recherche d’une complémentarité , à l’extérieur, car
      nous éprouvons une sorte de vide  ?
      Que nous manque-t-il  ? Certains rejettent cette
      complémentarité , laquelle est en fait une preuve de
      faiblesse , mais que la vie en société nous impose. Ils
      ont pris conscience que nous sommes UN , en effet,
      mais cette unité , elle doit être vécue , avec tout le
      respect ,qui est dû à l’unité de l’Autre.
      Que dire de la solitude , dans tout cela ?
        « La solitude n’est que la signature de notre manque
      de plénitude »
      _ Ce sentiment tellement amer de solitude , lorsqu’il
      n’est pas volontaire , est la conséquence de
      comportements nombrilistes où l’ego reste toujours très
      présent . Si vous voulez gommer la solitude et atteindre
      la plénitude, l’ego doit disparaître , pour laisser la place
      au don de soi.
      Sans doute l’appel se fera-t-il dans le silence , à la
      recherche de la Porte étroite , et bien sûr qu’il faudra
      parcourir un chemin intérieur ,vers l’union suprême. 
      « L’homme-Dieu est son propre gourou » affirmez-vous
      .

      _ Nul besoin de gourou , je dirais plutôt , l’homme-âme
      au service d’autres âmes .
      « Notre âme de lumière est notre véritable identité
      spirituelle »
      _  Oui , mais dirigée vers qui ? Vers nous-mêmes ?
      Vers notre soi-Dieu ? Pas de hiérarchie , pas d’autorité
      suprême ! Pas d’efforts , pas de sacrifices ! Seulement
      un silence égocentrique vers une plénitude que vous
      vous refusez à nommer Dieu « On nous brandit , dites-
      vous , le châtiment du Père . En le personnifiant , nous
      effaçons les signes qui pourraient nous conduire vers le
      sentier sacré »
      _ Il est pourtant dit que Dieu nous a créés à son image ;
      son fils Jésus a été un homme ; il a souffert
      et vécu comme un homme . Comment ne pas les
      personnifier ? Il ne s’agit pas de devenir des enfants en
      quête d’un père , il s’agit de devenir les récepteurs d’un
      amour universel , qui se répand jusqu’à nous , afin que
      nous le répandions nous-mêmes.
      « L’amour suprême est au-delà de tout entendement »
      _ Oui , et j’ajouterai , un amour pourtant si proche !
      Dans un mot doux , un sourire , un simple geste
      d’affection . Le TOUT est le UN et le UN est le TOUT.
      La recherche de la plénitude, ne peut se faire que dans
      l’amour et la compassion . Le monde céleste est un
      monde d’amour , avec des lois d’amour, qu’il s’obstine à
      nous transmettre pour que nous les diffusions à notre
      tour . On ne doit pas conserver cet amour pour soi-

      même , car cet égoïsme nous détourne de la plénitude
      et du bonheur .Tout le reste n’est que littérature !

      ANGE MOMO LE SILENCE 18 FEVRIER 2018
      VIENS VERS MOI , DOUX SILENCE
      ET APAISE MON ÂME .
      TON CHARME MYSTERIEUX
      EMPLIT MES YEUX D’AMOUR .
      ENTENDS-TU LE ROSEAU
      QUI SIFFLE SUR L’ETANG ?
      LA MUSIQUE EST SILENCE
      ET LA DANSE , DIVINE .
      OUVRE LA PORTE à DIEU
      ET DANS SON CŒUR ARDENT,
      TU TROUVERAS L’ECHO
      DES SILENCES D’ANTAN.

  2. Quelques remarques de l’Ange Mom sur le poème

    L : Pourquoi as-tu choisi ce thème de la solitude , Mom ?
    Mom : Car elle est le pire cauchemar de ce siècle , et surtout de cette période de votre vie terrestre . Elle sévit dans tous les domaines , et à tous les échelons de votre société . Les personnes âgées , les enfants , les personnes isolées , les malades , les mourants .Tous souffrent de solitude , sans oublier la solitude du Pouvoir , de tous ceux qui sont à des postes de responsabilité , avec des décisions difficiles à prendre .
    La solitude , sans la Foi , est une profonde source de tristesse , et seuls , ceux qui ont la Foi , peuvent la combattre .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.